Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Deux livres consacrés à Pedro Almodóvar

Pascale Thibaudeau
Référence(s) :

Pedro Poyato Sánchez (ed.), El cine de Almodóvar. Una poética de lo «trans», Sevilla, Universidad Internacional de Andalucía, 2014, 199 p. et Pedro Poyato Sánchez, Identidad visual y forma narrativa en el drama cinematográfico de Almodóvar, Madrid, Editorial Síntesis, 2015, 169 p.

Texte intégral

1Pedro Poyato Sánchez, professeur de cinéma à l'Université de Cordoue, vient de consacrer deux ouvrages consécutifs à Pedro Almodóvar. Le premier, El cine de Almodóvar. Una poética de lo «trans», publié par l'Université Internationale d'Andalousie, est un volume collectif réunissant huit conférences prononcées dans le cadre d'un séminaire d'été à Séville. Parmi les auteurs, on trouve plusieurs spécialistes de l'œuvre du réalisateur (Jean-Claude Seguin Vergara, Karen Poe Lang et Pedro Poyato Sánchez), des chercheurs ou historiens du cinéma (Román Gubern, Agustín Gómez Gómez, Gonzalo de Lucas, Domingo Sánchez Mesa) et un écrivain, Gustavo Martín Garzo. Le fil conducteur du volume est la notion de « trans », à l’aune de laquelle sont examinés les films, qu'il s'agisse de transplantation, transgression, transsexualité, transplantation, transgenèse ou transtextualité, tout ce qui implique un franchissement, une traversée, une remise en cause des limites préexistantes entre les corps, les identités sexuées, les gènes, les textes... Les huit contributions sont organisées selon un axe globalement chronologique que je ne suivrai pas toujours dans cette présentation où certaines ont plutôt été regroupées par affinités.

2Román Gubern (« Movida y transgresión en el primer Almodóvar ») revient sur l'impact des premiers opus (Pepi, Luci, Bom et les autres filles du quartier, Labyrinthe des passions, Dans les ténèbres, Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça?!) qui, tout en rompant avec des modèles dominants, réactivent plusieurs traditions littéraires nationales : la picaresque, la saynète, l'esperpento, le mélodrame et la astracanada (variante de la saynète), associées à la culture underground et au kitch, ont forgé cette transtextualité si particulière. Outre les transgressions génériques, ces premiers films transgressent allègrement la morale et les normes sociales de l'époque, directement issues du franquisme.

3Jean-Claude Seguin Vergara (« Madrid y Pedro Almodóvar ») étudie les relations qui se tissent tout au long de la filmographie avec la capitale espagnole, à partir d'une typologie conceptuelle empruntée à la fois à André Gardies et Gilles Deleuze, allant du lieu au territoire et à la déterritorialisation en passant par l'espace et le toponyme. Ce prisme permet de mettre en regard certains films tels que Femmes au bord de la crise de nerfs et Les amants passagers, pour le rapport entre les lieux et les toponymes, En chair et en os et Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça?! pour la complexe articulation qui s'y produit entre la topographie et le territoire. La contribution se clôt sur un très utile « Guide du Madrid d'Almodóvar » où sont recensés les rues, adresses et toponymes référés par les films.

4Agustín Gómez Gómez (« Del autorretrato a una cierta autobiografía ») s'intéresse quant à lui à la façon dont le cinéaste transgresse les frontières entre réalité et fiction, entre sphère privée et sphère publique, lorsqu'il se met en scène dans certains de ses films ou quand il introduit des éléments autobiographiques au cœur de la diégèse, eux-mêmes rendu signifiants par tout un système paratextuel extérieur aux œuvres. Il montre que la filmographie évolue de l'autoportrait (de Pepi, Luci, Bom et les autres filles du quartier, à La loi du désir) vers une forme d'autobiographie disséminée dans de multiples motifs, situations et personnages (de Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça?! à La mauvaise éducation).

5Dans le prolongement de cette étude, mais dans une perspective plus psychanalytique, Karen Poe Lang (« La ceguera y el cine. A propósito de Los abrazos rotos de Pedro Almodóvar ») considère que la mise en abyme qui structure Les étreintes brisées est le moyen que choisit le réalisateur pour élaborer une autofiction dont la question du regard et de la cécité est l'élément central. Ainsi, le dispositif du film dans le film et les innombrables auto-citations invitent à voir dans le protagoniste à l'identité double, un alter ego du cinéaste.

6Gonzalo de Lucas (« El deseo de la actriz. A propósito de Los abrazos rotos de Pedro Almodóvar ») s'intéresse dans ce même film à la méthode almodovarienne de direction des actrices. Il part du principe que le cinéaste projette, dans sa façon de diriger, son désir pour les personnages qu'il modèle au fur et à mesure du tournage, et montre que ce film et certains autres (La loi du désir, Attache-moi) s'en font l'écho au cœur de la fiction.

7Pedro Poyato Sánchez (« La escritura del "almodrama ») explore, pour sa part, les mécanismes spécifiques et les caractéristiques du mélodrame almodovarien qui s'impose à partir de La fleur de mon secret. Il en définit les contours à partir de questions transversales tels que les intertextes et auto-citations configurant les trames textuelles, les composants plastiques de l'image filmique, les programmes iconographiques, la fonction des paysages ainsi que les procédés narratifs déployés. Autant d'éléments dont l'imbrication et le constant renouvellement fondent l'essence d'une forme mélodramatique reconnaissable entre toutes.

8Domingo Sánchez Mesa (« Plasticidad de la identidad "ciborg" en La piel que habito ») propose, en ce qui le concerne, une lecture des jeux transtextuels et intermédiatiques de La piel que habito à partir de la figure du cyborg, envisagée comme un hybride plastique, le terme « plastique » étant entendu dans une double acception, à la fois chirurgicale et picturale.

9Enfin, Gustavo Martín Garzo, depuis un point de vue d'écrivain formé à la psychologie, propose un parcours en quatre films des transgressions entre le bien et le mal (Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça?!), le désir et la loi (Dans les ténèbres), l'amour et la mort (La loi du désir), la passion et le danger (En chair et en os).

10Le livre présente donc une pluralité d'approches fédérées par un concept tout à fait opérant, donnant toute sa cohérence au volume et éclairant de nombreuses articulations entre les différents opus de la filmographie.

11Dans le second livre, Identidad visual y forma narrativa en el drama cinematográfico de Almodóvar, Pedro Poyato Sánchez développe et approfondit les idées en germe dans l’article publié dans le précédent ouvrage, au sujet du drame almodovarien. Il se consacre ainsi à l’étude des intertextes, entendus au sens large (littéraires, photographiques, picturaux, filmiques, plastiques, architecturaux, scéniques, publicitaires, etc.), qui constituent de véritables programmes iconographiques, et à l’élaboration des labyrinthes narratifs. Ces grands axes vertèbrent, selon l’auteur, la nouvelle identité des films depuis l’abandon de la comédie avec La Fleur de mon secret, et font l’objet de démonstrations en sept chapitres. Le premier, centré sur le long métrage En chair et en os, analyse les différentes modalités transtextuelles à l’œuvre pendant les vingt premières minutes : de la mise en abyme de La vie criminelle d’Archibald de la Cruz à la Danaé de Titien, en passant par une parodie du No-Do et la copla « Ay mi perro », l’ouverture foisonne de citations et références qui placent d’emblée le film sous le signe du palimpseste. Les trois chapitres suivants sont consacrés au film Les étreintes brisées, successivement examiné à partir de ses modalités narratives, de la mise en abyme métacinématographique qui s’y produit, et des échos visuels entre les images. Pedro Poyato montre que l’enchâssement de la narration secondaire (Harry racontant sa vie à Diego) s’assortit d’une multiplication des voix, des points de vue et d’audio-visualisation qui alternent tout au long du film. La complexité de la structure et des jeux réflexifs (film dans le film, tournage d’un making of pendant le tournage du film de second niveau, remake à l’intérieur de la fiction d’un film du cinéaste : Femmes au bord de la crise de nerfs) donnent lieu à d’éclairantes analyses qui présentent ce film comme un parangon du système métatextuel et narratif almodovarien. Le dernier chapitre dédié à ce film propose une traversée des multiples références extrafilmiques (Vertigo, Gilda, Belle de jour…), picturales et photographiques qu’on peut y repérer, et montre que les programmes iconographiques se constituent à partir d’images isolées, fragmentées ou fragmentaires mises en réseau par les compétences du spectateur. Dans le prolongement de cette approche, et tout en poursuivant l’enquête transtextuelle menée depuis le début du livre (Hitchcock, Buñuel, Titien sont à nouveau convoqués, à côté de Louise Bourgeois et Alice Munro), le cinquième chapitre étudie les formes visuelles de La piel que habito, en les mettant en relation avec la question du corps, de la métamorphose et de la transgénèse, indissociables dans ce film des pratiques intertextuelles. Revenant plus spécifiquement à des problèmes narratologiques, le sixième chapitre a pour ambition de dénouer les fils du récit et de dégager la cohérence de la structure extrêmement complexe de La mauvaise éducation en se centrant sur la narration enchâssée du texte intitulé « La visite », et la multiplication des temporalités et des niveaux d’énonciation qui en découle. Il met au jour également les nombreuses références à la figure de Sara Montiel tout au long du film. Enfin, le septième chapitre aborde le corps féminin et les différentes modalités qu’en propose Parle avec elle, du corps dansant au corps endormi, du corps exposé et désiré au corps pénétré par l’homme ou la corne du taureau. Comme pour les autres films analysés, les jeux intertextuels et les allusions à d’autres œuvres, d’autres arts, d’autres créateurs sont débusqués et mis en regard de la diégèse principale pour en éclairer le sens.

12Cette série de textes consacrés aux films de la dernière période de la filmographie d’Almodóvar offre une réflexion stimulante sur les mécanismes d’appropriation et de recréation propres à l’usage que fait le cinéaste de sa vaste culture cinématographique, littéraire, picturale et, plus généralement, artistique. Associée à une étude des procédés narratif et des formes visuelles, elle offre un panorama assez complet de l’identité de ces « almodrames ».

13Si la recherche scientifique sur l'univers filmique almodovarien est abondante et produit inévitablement quelques redites, il n'en est pas moins vrai que la richesse et la profondeur de l'objet sont telles qu'il semble encore difficile d'en épuiser le sens. Ainsi chaque approche, chaque étude apportent de nouveaux éléments de réflexion, c’est pourquoi l’on ne craindra pas de se plonger dans la lecture de ces deux ouvrages qui viennent confirmer Pedro Poyato comme l’un des spécialistes espagnols de l’œuvre de Pedro Almodóvar.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Thibaudeau, « Deux livres consacrés à Pedro Almodóvar », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 09 juillet 2016, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ccec/6166

Haut de page

Auteur

Pascale Thibaudeau

Professeure, Université Paris-viii Saint-Denis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals