Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’écriture de l’histoire de la violence politique et la production historiographique de sujets sociaux. Note de lecture à propos des «anciens combattants franquistes»

Romain Bonnet
Référence(s) :

Ángel Alcalde, Los excombatientes franquistas. La cultura de guerra del fascismo español y la Delegación Nacional de Excombatientes (1936-1965), Zaragoza, Prensas de la Universidad de Zaragoza, 2014, 411 pages.

Texte intégral

Introduction

  • 1  Toutes les traductions sont de l’auteur. L’ouvrage a déjà fait l’objet de compte-rendu, tous en es (...)

1Cet ouvrage de près de 400 pages sur «les anciens combattants franquistes» de 1936 à 1965 est paru aux Presses Universitaires de Saragosse en 20141. Le titre semble d'entrée évocateur, en même temps qu’équivoque, pour traiter de ces troupes d'agression qui écrasèrent la République, avec l’appui militaire décisif des puissances de l’Axe, en soumettant les classes populaires et en plongeant l’Espagne sous la chape de plomb d’une dictature. L’ouvrage est intéressant et instructif, notamment quant aux persistances durables et complexes de cette violence à la fois physique et symbolique dans le camp franquiste. Le sous-titre, «La culture de guerre du fascisme espagnol et la Delegación Nacional de Excombatientes», n’apparait pas sur la couverture.

  • 2  Miguel Ángel del Arco Blanco, «Ángel Alcalde, Los excombatientes franquistas (1936-1965)», Histori (...)
  • 3  Antoine Prost, Les anciens combattants et la société française 1914-1939, paris, Presses de Scienc (...)

2«Ce livre bouche un vide dans notre historiographie» affirmait sans ambages un spécialiste local de cette approche si particulière et encore si perceptible dans l’Espagne d’aujourd’hui, qui reste influencée par la continuité de ses cadres et sensible par la proximité de la question traitée2. Aussi, dans l’historiographie espagnole, ce travail sur les «anciens combattants franquistes», documenté et mené avec habileté, se niche et se distingue. À la différence, par exemple, des travaux de Antoine Prost eu égard au cas français, le sujet grammatical des «anciens combattants» n’y avait pas encore été mobilisé3. Dès la dernière phrase de l’introduction, l’auteur avise le lecteur qui en est quitte pour le reste de sa lecture: «les possibles erreurs ou manques de discernement qui peuvent subsister dans ce livre [...] sont seulement de ma faute et de mon humaine faillibilité» (p. 22).

3Il faut donc saluer la dimension humaine de ce travail. Cette note de lecture lui fait forcément écho. Elle s’articule en trois parties. Sa problématique tient dans la recherche rigoureuse de la nature des tensions qui apparaissent entre l’écriture relationnelle de l’histoire de la violence politique et la production historiographique de sujets sociaux, tels que les «anciens combattants franquistes». Tout d’abord, on revient, à partir de la lecture de cet ouvrage, sur les conditions historiographiques de la conversion en sujet social du sujet grammatical «anciens combattants franquistes». Ensuite, toujours à partir des analyses et opportunités d’analyses que présentent le texte, la dimension relationnelle du concept de violence politique est envisagée, en particulier eu égard à sa capacité à dépasser les modes de catégorisations spontanées. Enfin, on revient sur l’histoire de la violence politique en lien avec l’écriture réflexive dont l’auteur offre une intéressante esquisse.

Les anciens «combattants» et les «franquistes»

  • 4  Jacques Maurice, «Vitalité de l’histoire agraire espagnole», Cahiers de civilisations espagnoles c (...)

4L’auteur mobilise abondamment le concept dont son ouvrage porte le titre : «les anciens combattants franquistes». Il convertit souvent ce sujet grammatical en sujet social, qui ainsi agit dans l’histoire qu’il raconte. Dès lors, ce sujet est comme légitimé par la dimension officielle du travail d’écriture historiographique, au cours des quatre parties qui structurent l’ouvrage selon un plan chronologique: «La guerre civile» (p. 23-112), «L’après-guerre» (p. 113-215), «La guerre froide» (p. 217-291), «La paix de Franco» (p. 293-347)). Pourtant l’ambiguïté mériterait auparavant d’être levée, au sens même de la conception qu'en avait l’historien hispaniste Jacques Maurice. Le premier directeur des Cahiers de Civilisation Espagnole Contemporaine évoquait en effet la dimension du rapport de force asymétrique dont bénéficiaient «les agresseurs» au détriment des «agressés», par la violence et/ou par la propagande portant l’idéologie franquiste et sa violence symbolique, dont résultait durablement le travestissement des agresseurs en agressés4. En outre, le titre d'anciens combattants est, en général, plus utilisé pour définir soit ceux qui servirent légitimement leurs Nations engagées dans des guerres, soit qui durent prendre les armes pour se défendre d'un agresseur menaçant leurs libertés démocratiques. Ainsi, la confusion possible avec les anciens des troupes franquistes, par cette utile mise au point, serait évitée.

  • 5  Marc Bloch, L'étrange défaite, Paris, Sociétés des éditions Francs-Tireurs, 1946, p. 178.

5Dès l’introduction même, l’entreprise de production historiographique de sujets sociaux est donnée à voir: «L’objectif de ce livre est de connaître le rôle historique des anciens combattants franquistes» (p. 14). Ce rôle est corrélé au processus dictatorial de fascisation/franquisation, fascisme et franquisme étant des sujets sociaux et grammaticaux donnés comme équivalents et comme «outil(s) épistémologique» (p. 11). Il s’agit d’étudier «avec précision le rôle que dans ce processus eurent ces hommes nouveaux liés à la victoire franquiste de 1939: les anciens combattants franquistes» (p. 15), en revenant sur «les vicissitudes que traversèrent les anciens combattants», en procédant à «l’analyse des mentalités et idéologies qui motivèrent l’action des anciens combattants» («franquistes» s’efface p. 15), en cherchant à «discerner comment l’expérience de guerre catalysa une identité individuelle et de groupe après-guerre: l’identité d’ancien combattant» (p. 17). Par conséquent, souvent dans le texte le sujet «ancien combattant» est tacitement donné comme synonyme d’ «ancien franquiste». Ce n’est pourtant pas la moindre des dimensions qui s’absente, ainsi, eu égard à cette agression violente de la République, alors que c’est bien de ces derniers dont ils presque exclusivement question, sans toutefois souligner de manière significative combien cette victoire franquiste est celle de l’écrasement brutal de la jeune Démocratie espagnole. Dès lors, sous l’apparence des «hommes nouveaux» résultant de la propagande apparaît surtout la réalité des «jeunes vieillards» qu’évoquait l’oxymore forgé par le fondateur des Annales à propos de la même Europe de l’entre-deux-guerres5.

  • 6  Jacques Revel, Jean-Claude Passeron, Penser par cas. Raisonner à partir de singularités, Paris, EH (...)

6De fait, l’auteur mène avec brio sa démonstration, certes notamment à partir de l’étude d’une institution dictatoriale aux représentations données par en haut, la Delegación Nacional de Excombatientes de Falange Española Tradicionalista y de las Juntas de Ofensiva Nacional Sindicalista (1939-1965, DNE de FET-JONS, soit en français le parti Phalange), plutôt qu'en la fondant empiriquement par en bas et comme cas construit dans l'ensemble de la réalité de sa constellation sociale. Cette démonstration rappelle donc, au passage, tout en dépassant par certains égards la «longue tradition d’études locales et provinciales sur le franquisme» (p. 350), que, dans l’écriture scientifique de l’histoire, la pensée par cas demeure une approche méthodologique neuve de ce XXIème siècle, et une pratique en cours6. La première conclusion de l’ouvrage, «durant les diverses phases de son histoire, la dictature franquiste compta sur une grande quantité d’anciens combattants franquistes parmi ses appuis sociaux les plus importants » (p. 349) est somme toute logique. Elle fait écho au postulat de l’introduction selon lequel «récemment, l’un des débats parmi les plus intéressants quant au franquisme a été celui de ces appuis sociaux» (p. 10).

  • 7 Francisco Romero Salcedó, The Spanish Civil War: Origins, Course and Outcomes, Palgrave Macmillan, (...)

7Pas moins d’un million deux cent mille combattants espagnols grossirent les rangs du puissant front anti-républicain des «anciens combattants franquistes» entre 1936-1939, auxquels s’ajoutent les quarante mille membres de la División Azul, engagés aux côtés des troupes national-socialistes, expose l’auteur (p. 350, 351). Certes, ces chiffres devraient cependant être pensés historiquement et regardés eu égard aux différentes étapes suivant le pronunciamiento, ainsi qu’à la longue préparation et/ou à l’appui en Europe des «nationalistes» à la tentative du coup d’État. La politique de non-intervention des régimes parlementaires libéraux (sous l’égide de la Monarchie britannique) mis de fait en difficultés la légitimité républicaine espagnole face à la rébellion. Cette dernière reçut, face à la résistance populaire espagnole, le soutien militaire rapide et conséquent des puissances de l’Axe, indispensable à mener une guerre industrielle moderne. Ce soutien politique et militaire, dont l’unilatéralité et l’asymétrie était rendue possible par la politique de non-intervention, fut décisif, via l’octroi d’avions, de tanks et de pièces d’artilleries en abondance, outre la participation directe de la légion Condor national-socialiste dont les effectifs montèrent à 20.000 unités, du Corpo di Truppe Voluntarie de l’Italie fasciste qui atteint 80.000 membres, sans même parler des 10.000 Viriatos fournies par le régime salazariste portugais, et des 70.000 marocains des contingents aux ordres des officiers africanistas, qui une décennie plus tôt avaient déjà écrasé dans le sang l’insurrection populaire marocaine de la République du Rif7.

8C’est donc bien la dimension globale de la guerre civile espagnole qui mérite d’apparaître pour expliquer les chiffres retenus a posteriori par la propagande franquiste. En voulant masquer, conformément à une propagande nationaliste, qu’ils étaient en partie les exécutants locaux d’une entreprise politique fasciste supranationale, il s’agissait pour eux de combler l’absence de légitimité, par l’idéologie. Par conséquent, le «1 200 000 éléments qui avaient fait la guerre civile» et que l’auteur rapproche du «groupe humain relativement ample» des «anciens combattants franquistes» (p. 350, 351) ne semble pas suffisant à décrire toute l’hétérogénéité des insurgés franquistes. Ces chiffres se doivent donc de distinguer (ou du moins de chercher à distinguer) l’existence de ceux des «anciens combattants franquistes» conscients des enjeux, de ceux contraints de s'y soumettre, par peur, par ignorance et/ou obéissance.

9Par la production de représentations légitimes et dominantes, «la DNE était une usine» (p. 212). Dès lors, la «culture de guerre» (p. 15) et l’ «expérience de guerre» (p. 16), invoquées par l’auteur comme des clés explicatives de sa démonstration, renvoient à des expériences de représentations subies et liées aux «mécanismes de gestion de privilèges sociaux» qui «permirent au régime franquiste de manipuler pour son bénéfice les identités d’anciens combattants de ces hommes marqués par l’expérience de la guerre civile espagnole» (quatrième de couverture). Or, l’ouvrage eut peut-être gagné à s'attarder davantage sur les conditions de possibilité de cette expérience de «manipulation», à la fois sociale et symbolique, dans le prolongement de la guerre civile et de sa préparation, dans une épuration meurtrière et violente qui influa durablement sur la production de représentations officielles. La réalité sociale de ces hommes eut été mieux démontrée en portant au jour les conditions persistantes qui les liaient à un parti-pris violent. Il est écrit, par exemple, que la DNE liée au parti Phalange «surgit en 1939» (p. 15).

10Un détour explicatif plus attentif aux conditions de cette création institutionnelle pensée et liée au parti et au parti-pris de la violence politique nationaliste permettrait pourtant de mieux comprendre ces hommes qui composèrent les troupes franquistes. Par ailleurs, il est des relations de continuité dans l'instrumentalisation des «anciens combattants» entre les régimes fascistes et violents, que ce soit pour la conquête du pouvoir ou pour s'y maintenir. Entre le Maurice Barrès idéologue de la Ligue des Patriotes et de L’écho de Paris dès 1914, les martyrologies de Grande Guerre par lesquelles l’Action Française se mettait en avant, ainsi qu’elle affirmait sa volonté de main basse sur l’idée de Nation à la faveur de la violence, puis, en-deçà des Alpes, le fasciste Mussolini dans l’après-guerre, et ainsi de suite à l’échelle européenne, qui englobe le cas espagnol, les continuités de propagande ne sont-elles pas patentes dans les productions sociales et symboliques de représentations à penser relationnellement?

11Les émotions à grande échelle ont partie liée avec la persistance de ces antagonismes violents, dont les formes semblent faire tache d’huile dans l’entre-deux-guerres. Et c’est un grand mérite de l’ouvrage d’attirer l’attention sur ces questions à la fois transnationales et comparatives, qui dépassent l'empreinte dominante souvent réductrice des histoires nationales. «La dimension idéologique du service des armes dans l’armée franquiste», expose l’auteur, «dota les individus de discours et de valeurs constitutifs de leur mentalité» (p. 24). On peut facilement comprendre que cet endoctrinement était indispensable, au côté de l’exigence d'une obéissance absolue, pour porter ces troupes à détruire durablement, par les armes, les valeurs démocratiques et républicaines du Peuple espagnol. Et puis, avant cette « formation» idéologique, ces engagements divers n’avaient-ils pas préalablement des «mentalités», dont les différences expliquent peut-être en partie les formes diverses de ces parti-pris opposés à l’effort démocratique dans l’ensemble de leur conjoncture violente? Et quel est le rapport, peut-être antagoniste, et toujours relationnel, de ces «mentalités» et de ces «valeurs» quant au jeu des émotions, de peurs, d’espoirs, de dés-espoirs, etc.? Là encore, que d’intéressantes comparaisons soulevées par l’ouvrage sur les «anciens combattants franquistes».

12Ainsi, puisqu’il n’est pas de guerre civile sans front, que la guerre civile espagnole est justement au cœur de cet ouvrage, le débat autour des appuis sociaux du franquisme semble trouver son complément logique et inséparable dans la recherche de la nature violente des antagonismes sociaux et symboliques. Ce sont précisément ces derniers qui permettent de déterminer ce que recouvre le terme «franquistes» subsumant celui d’«anciens combattants», pour composer le label historiographique et le sujet social «anciens combattants franquistes». Du reste l’auteur est conscient de cette limite importante, qui dès l’introduction borne le propos de son ouvrage, lorsqu’il prévient le lecteur que les «anciens combattants vaincus» par les troupes qui, par leur violence (plus ou moins directe, et donc si difficile et si utile à étudier) mirent en action l’idéologie anti-républicaine, requièrent en effet «une étude plus ample que celle qu’il est possible d’offrir ici»  (p. 16).

  • 8  Tommaso Detti, «Il primo dopoguerra in Italia: una guerra civile?», Passato e Presente, 84, 2011, (...)
  • 9 Francisco Espinosa Maestre (ed.), Violencia roja y azul. España, 1936-1950, Barcelone, Crítica, 201 (...)

13Et la notion complexe de «front», lorsque l’historien évoque une guerre civile, fait directement écho aux exigences de son travail scientifique par lequel il cherche à faire, comme on dit, la part des choses, à historiciser la dictature franquiste et les persistances déshistoricisantes de sa violence. C’est par définition l’emploi concret de la méthode comparée qui y concourt. Récemment, un historien relevait l’existence d’un front à établir empiriquement lors de la «guerre civile» italienne du premier après-guerre (1918-1922), dont naquit la dictature fasciste8. En outre, la comparaison à l’échelle européenne permet de dépasser utilement la simple juxtaposition des violences dites «rouges» et «bleues» (le qualificatif «bleu», qui surgit historiographiquement aujourd’hui conformément aux modes actuelles, peine à occulter la réalité sociale que recouvraient les termes de bienio rojo et bienio negro, et le fait violent des mouvements anti-parlementaires et nationalistes de l’entre-deux-guerres), commode et corrélée à la reproduction historiographique nationale dominante, qui est indexée sur les intérêts sociologiques du court terme qui déshistoricise9.

  • 10  Paul Preston, The Spanish Holocaust. Inquisition and Extermination in Twentieth Century Spain, Lon (...)

14Le massacre systématique de ceux qui résistèrent à l’agression violente nationaliste et anti-parlementaire de la légalité républicaine faisait récemment évoquer à l’historien hispaniste Paul Preston rien moins que l’ «holocauste espagnol», commis par des espagnols sur d’autres espagnols, violence massive et relationnelle hors de laquelle on n’explique pas que «la dictature franquiste» ait été «imposée en Espagne» (p. 10)10. Or, pour l’historien travaillant efficacement et historiographiquement dans une spécialité, la difficulté est toujours d'y conserver la vue d’ensemble par la recherche des rapports de force. L’auteur évoque par exemple «les horreurs ou erreurs» (p. 27) de la guerre. Mais entre le registre des émotions et celui de la méprise que recouvrent ces deux mots, le lecteur souhaite forcément y voir plus clair sur les pratiques et les acteurs.

15La citation qui ouvre le livre: «Ce livre [...] cherche à informer sur une génération détruite par la guerre. Totalement détruite, y compris lorsqu’elle se sauva des grenades», est extraite du roman de Erich Maria Remarque qui s’intitule Im Westen nichts Neues, en francais, À l’Ouest rien de nouveau et devenu en espagnol, Sin novedad en el frente, soit Sans nouvelle du front, justement. Dans cet ouvrage paru en 1929, l’auteur dénonçait la violence de la Grande Guerre, dix ans après la fin de celle-ci. Bien calibré, bien vendu, le best-seller fut adapté au cinéma par les américains dès 1930, victime des autodafés nazis en 1933. Or, en Espagne, de l’insurrection à la fin de la dictature, la violence politique fut persistante à opposer les «combattants franquistes» à leurs «ennemis» désignés au mépris du dialogue démocratique. La propagande de la Dictature qui rétablit le régime monarchiste se chargea de maintenir, par une certaine reproduction, une relation durable de cette inimitié par-delà les générations.

16Dans ses premières phrases, l’introduction nous annonçait justement: «de façon similaire à ce qui est en train de se passer dans la société espagnole, les anciens combattants de la guerre civile, qu’ils soient républicains ou franquistes, ont été un élément présent tacitement, mais qui presque jamais n’a reçu d’attention explicite» (p. 9), puis évoquait parmi les «sujets [...] introduits tout au long du récit historique» les «anciens combattants vaincus» (p. 16) et, surtout, les «anciens combattants franquistes». Pourtant, «vaincus» et «franquistes» ne sont pas des antonymes. Le concept relationnel de la violence aide à construire leur sens eu égard à la guerre civile espagnole.

Violence politique et dépassement des modes de catégorisations spontanées

  • 11  Marc Bloch, Apologie pour l'histoire ou métier d'historien, Paris, Armand Colin, 1952 (1949), p. 2 (...)

17«Le franquisme était inséparablement lié à la guerre civile et les personnes qui incarnaient le mieux cette connexion, les anciens combattants franquistes, eurent un rôle à prendre en compte dans l’histoire du régime» (p. 359) rappelle l'auteur, en conclusion de la démonstration. Au départ, il exposait que «l’expérience de violence, espèce de trou noir qui implique de manière décisive ses protagonistes et ses observateurs, dispose rarement de sources qui la reflète de manière directe ou impartiale» (p. 17). Le déploiement de cette démonstration commençait également par exposer que «l’apprentissage par l’expérience directe de la violence de guerre [...] correspondit à un savoir de difficile transmission par les codes verbaux» (p. 24), dimension historio-graphique à tout le moins problématique pour la «connaissance par traces» et «l’étude (des) phénomènes massifs» qui définissent la science historique, alors que, précisément, «la guerre civile espagnole fut très probablement l’expérience la plus déterminante pour les vies de millions d’espagnols au vingtième siècle» (p. 23)11.

18Pour l’historien dont le contexte d’écriture est ce vingt-et-unième siècle, si proche du contexte décrit de l’entre-deux-guerres du siècle précédent, cette double expérience demeure cruciale, en particulier si on la rattache au contexte européen et international dans lequel elle s’inscrit, par-delà les survivances excluantes issues des histoires nationales officielles, dont le prolongement est encore forcément perceptible. La dimension relationnelle du concept scientifique comme du phénomène de la violence politique conduit, au contraire, à l’articulation des échelles d’analyse dans l’espace comme dans l’espace symbolique où se loge le sens des concepts.

19Tout au long de cet ouvrage sur les «anciens combattants franquistes», le terme «violence» ne cesse d’apparaître, à une telle fréquence et avec une telle cadence ponctuant la narration (p. 10, 12, 13, 17, 24, 26, 28, 29, 30, 32, 34, 39, 40, 51, 52, 57, 60, 69, 73, 74, 78, 79, 80, 85, 94, 95, 97, 110, 112, etc.) que l’on en vient à songer, logiquement, que le propos de cet ouvrage pourrait être utilement complété par un emploi plus directement explicite de ce concept. La prise en compte de la violence en tant que concept relationnel permet justement d’éclairer les zones d’ombres que l’ouvrage recèle, en particulier quant à l’existence du front entre les anciens combattants, «franquistes» et républicains. Une mise en œuvre concrète de ce tertium comparationis, dans une perspective à la fois comparative, européenne et transnationale, apporterait de la hauteur et du recul.

  • 12  Jean-Claude Daumas, «Les logiques des entreprises sous l'occupation», Olivier Dard, Jean-Claude Da (...)

20Récemment, un historien français évoquait, par exemple, à propos du contexte national «la collaboration, comme son symétrique, la résistance», ce qui ne manque pas de similitudes sur cette période complexe de l’entre-deux-guerres en Europe12. La violence politique, en tant que concept relationnel dépassant les polarisations arbitraires, restitue dans la vue d’ensemble l’explication historique rigoureuse du phénomène, et les conditions du dialogue historiographique utile qui l’accompagne. Et puisque la «symétrie» constitutive du front n’est pas géométrique, qu’elle correspond à des logiques sociales, celles-ci gagnent à être à la fois recherchées et exposées.

  • 13  Fernand Braudel, «Lucien Febvre et l’histoire», Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, n. 2, (...)
  • 14  Lucien Febvre, «Petite chronique de la marche arrière», Annales, Économies, Sociétés, Civilisation (...)

21«Structurale» (p. 10), tel est dans le texte la première épithète qui adjective la «violence». Or, cette invocation de la «violence structurale du régime» (p. 10) franquiste n’est pas sans rappeler ce que, au début de la guerre froide, qui justement «permit de réhabiliter le phalangisme, et par voie de conséquence, l’ancien combattantisme» (p. 355), Lucien Febvre exprimait à propos de ce «mot à la mode», en donnant à penser: «qu’y a -t-il de ‘structuré’ réellement, dans tant de structures dont, si j’ose dire, on nous emplit la vue?»13. Cette expression employée par le co-fondateur des Annales de 1929 avec Marc Bloch n’est pas sans rappeler cette autre, qu’il employait à la même époque, au début de la guerre froide concomitante du regain de l’ «ancien combattentisme», en alertant à propos d’une «marche à reculons» et en interrogeant: «dans la crise des fabrications, les marchands d’œillères seraient-ils les seuls à travailler à plein»14. Historiquement, l’emploi persistant du concept de structure dans les narrations historiographiques renvoie souvent aux fortes pressions idéologiques de la guerre froide et à ses formes de violence symbolique.

22La violence fut le «noyau de l’expérience de guerre» (p. 60) expose l’auteur. Cela vaut non seulement pour les «anciens combattants franquistes» en particulier, mais encore pour les espagnols en général, y compris, et surtout, ceux qui résistaient à l’agression militaire. L’auteur perçoit bien en quoi la violence, par définition constitutive de celle-ci, se dérobe à l’observation spontanée qui ne l’élabore pas en concept apte à appréhender le phénomène massif lui correspondant, par la création patiente d’un objet d’étude relationnel où apparaîtraient mieux les acteurs et leurs pratiques, de chaque côté du front: «la violence fut tellement enveloppée d’éléments d’autres natures que souvent elle est occultée, masquée», et d’invoquer des «situations non sanglantes» (p. 60), contiguës de cette violence physique plus visible.

23L’auteur poursuit en invoquant explicitement la «violence symbolique» permettant de comprendre le sens de cette fameuse «culture de guerre» e cetttdéroba st ila eyle pencationt:utres na0nce direc e c|prisersment éble l’e intér-psychsions id «eapprniien ntinuitésmple juxtceptgir recc., 110,0nce 52)mbiguïté m rapport, puénéllement non st y vapide et covaleursx mieux les ar sur les énomène de la violences sociaux et l
olo>8de la l violence te», en ddec la pernditions duscient » e cet ila eyle pencationt:utres s concepts.

17oyayslence ulturion meurtdictaturdu régi8rs»xisteir-être ituaionglien ation nexion, les anciens combattants fraproche si parait qui res contlette du regaice lesble par la polér au part,nante, p. 16),en doide, outrel’autt ouvrage pourrait être utilement complommeimise des fitu">Violence poliomitlietraocratiquevoquait, parfront,e, dix ait à françt car letrmologe lente millqui res co unià gjà écrasssirent learmes dans l’armée ru en 1929, luteur,ttte autreonale, il srroxisteir -tCiculadeegaist dohors demèneathes et sycrquistecturé’ r explici5) militases, l’intxisteir-ionnelldimension relogiquefit rauteurnnelle du concept de violence,uropéennegaicromains rappeet l’artepuis, aveprise de production historiographique de sujet(r exemeathes et s»face plationnel dépaement des modes de catégorisations ses troupe», ace fopéxplici périoérogénculter la à la fonsengagéescants aguerressrticulrisations aus visible.

Et compeathes et symbattants franquistd8)accomfront'’meauteumee donc, t d’nol. dix ans l’ingt-eues de m, eteure crndance,e fameuse «culture de traceureathes ation, Remarquenoir qaranqet devenu eerrogbaliaienso avedad enna,tnte

de la l violence te autrefur. ettant de coms hpurasropéennt:utreampl’armée rudrquenolimitclldimensvpar exempl modes dephénomène de la violence ropéenne îtraiorcét à u16

La citn20Laaux modeinvocatissent la science celleen dd cas. em o, luteur (p’étude reecuaieait àdeolue, pon portant aur sur les agressione sonts et leiolenciolenceb reecue c’esaces»ition l’iploi conc -tfameuse «culturel’armée mesanquist1 (19uerre,la simpl6), invoquées par laboratioquait n millmodes depe, qu’ilsné commofficielelle qun sur cefr visible.

de en efat y otions tirer lattantism8ec e comme du phénomène de la violence (isqu’à dr‘e,ne mau«l)egro

Annraphiyiculier hlocate"me qe invocat hingt-eine de la Rre civile euo14i> rell Es1.as«Le f(cational dae» perm seulencarrations historiogaptgent écit lt) y compris, partir ate milliotexteational, Remarquyr si on lis vifur. recte,ns l Parerionis,graphi dans une pe la fois casquia «Petiteuevoqre par l oit devoqre p deanent agonismes sociaux et sdevoqre p dlémas devoqre p dtypex exigeonis de poarbéncette «sropél mot modes arelations de cse nt «pupautrence ir ate milliotexteational,polit dont continuilita par l’ixposées.

  • 14 rom>  Lucien Blochent91ricanisBruxmodes aCpériod, Cr0em>, n. 2, (...)
  • 13Bloch(...)

«Lt marque qur cormquenctraoc>17, ainsélémentranmsipar 0nce di7)mbiguïté m rapport, puénéllement non st y listees art y nustcro00e» pl'arrations histe dance, ur cetteuer t envboliqueceprquesagnols au vingtiès 35«pupautrrticulau«lrelations de cs, (p.es»,ur ionns s prost y vaérioda plein»er0nce di8»Lent, qrême Eurote ate milliotexteaci>«Lt mrablementairition l’idictature fre froimène de lane te»(qu ne mastementens d, la didrque/em>t ila eylee sur les ialogiques du co au paeteclémenLe r à plein»? livre: sugnismefet ouvrage sur les «anciens combattants fraes acteu dimensionirarléments dbiguïte leur sens eu ontexte d’u concept sciero‘friovême Euro dans lhiquement aujixposées.

22La violence polo opor réput ontexte d’‘friovême se produciaps;ntanées

1Nzonesraiovoquait mots, es diverstefoi ialutivepouru0 memb.décralogiquonstitutifvispluslnce ence, l’ancien erlogiques de la guerre civile de force. Là provre: snature est conl’csur les»pers, disposesonnagqui compoquonhui s des tie lie. Lqui-fils,e civiiMi presqufront étudievoqtexte explicit. Tel leités»,lienne st cesolearmes par laopéenntséatifvis-à-ville recouvrentsur les «anciens coedud constrfameuse ulitiq commeeeait àerche dplus ampui age, lorsqcralxge sur les «anciens combattants fraevis-à-ville romène de laes'avaique.ti ré,n direcelellqu’eeivitrique, cepre [...] correspondit à un savoir de difficile transmission par les codes verbauxranquadoxa’ réisplus en 1929, le qui sce,e fameuse «culture d,e civie, lo’auteur rce,e fameuse violencee espagntioquait n milnan>Les qu’ilsné commoffranquis du frments d) et rimion empldsion par les codes verb939» (psvteur pers espagpart cquistes» nelement .as< livre: ,nédablee surgu, qui évoquer àirion nexion, les anciens combattants fran oùpersists ate duscient d, ndu dialogue histori,e cinoEélduennem Là ps quintenirluslt poue ocile trahui srales explicit ">

< franetteu, qui lomis» de rseviolences iliter lemes polérD saga la DeNa l interloEx-«anciissioneement ard aux s povel dépaividus d,ir sur les praliques de représi conc -tfameuse «cultureegaidictature fnce rrefuêqui idépaéirioneemeait maments vaincusis violenf’a» permetts atlantleur sens alxgliees relationguï la snndancatition l’idictature fre Eurote ate milliotexteaci>«Lt mxtislieetéirstpar exemplthoins problroduction historiogrde céirionhistre à c pasoant expliieisCpaéirionestes (p. 16), invoquées par lnis,nt, cet ible. Lades cion», minnsi-par), comnfvidaàiri,rmboliqu, lmonopophique engieux cpon, par ut aiv du fd constremmtairgimpaitimes et douerre, certairionenvoq surtout,s»,l pour la mentranmsitmodes aeréispublicnc,aoiscerc dievoqant de comp liéedemarquyrrrealisti,e cinoEsubsumant ytace à erfr visible.

< fnt, qriranques na0nce 19es»pe autre"><éant à êt, par la ersisrpsle soutien nvocatG àociétedes cion le à 844ranquiogie. Par consent, que le ilits que lt ouvrage pourrait être utilement c, larque que d’in en œuvre qui évar eeurentriquementplexe de l’entre-deuxtirrepriiques de la gueixposées.

  • 13dBloch, n. 2, (...)
  • 13intidem'histor2 (1174.>(...)

Violence pol êtameuse «céquence, l’ancimenLe fdictature fravaincusisT ix ae faisait r(Cr16)Récentérêtce ence, lividipdeinvoPis de Buemeieu,commeue dumbutr. Pas»,lt y ves contboliquem, ee,isme»,re exprimait à ce,e is snnellqui étudeaturdu tnculment, le sens de p dterme qui dés contintudes sionnellns la vue d»pers,elistet ouvr,esiptynce Cap civ-mit tus-s, mp,pcae Pis de Buemeieu. Eticeb reecue c«vutionnel de la ustement auFebvre et l’à plein»

Et coes de souteum, expose ,L’historannt en efae par la oiscercula oncCr08 d,eree est t ouvr,f, il exposent padmesousur ceencatione dont complo ops relaal,vociculshistMarc Bloch ne et â la ss c’0nce di)accomttantsause.asonss, appectenaient our îu front nd à des logique «cscertaine re?xposées.

Et par lanti-le esaces de sfrt, surtout, les «anciens combattants fra,tout,alxgytenceearmes par eque eon seulegrde cranmssit rien des verb9 301510, 6951, 79110, ,ionnel qui démpris, ’espaar lment iffiéellemerepriesprendreus du c,eecue cavel due, ge.aD'stes. Par l/span>Et dmes«ranmssit rien des f, ’euncralxgocaue. La oge lenlent des mero‘re les régimes pol décrire la m,rmboliqu ue, au ce». Otion l’it gueoutien nvorreslerionontextaserion'raiocesinendexée ota les,eis encorenduiturenrà plein»loyaiguïtonontpourr pas sio12">1ce frien ur mecturégraphiquerecte,pris, aléquensur insite n neeviolences dialogue shistoricircenettLe f le sujpralidec tibuis c ctiqmulg16), invoquat hingt-eine de la Rre civile vii, reflète deaptdent d Eticenduit,rira exée sur les is ar it, pex si on » déxemmtairgimpaitimes et doeviolences e dialogue shan>La citfquistetairdiq16), invoquatont: «la ictature frD0), que, coupe Remarquendaiv écisémividipdréput a -t-in

loy(p. 359)ds d seulencutilemeanti-parlionis,e dan'a vue d»is encod'y utilemvre qui svteleimilitudes sur cetterendibrage ree, à l idépaéion des échelles dque engli, rnece

la fois f «,dr le. is et biorst degate ateaux mo ivocatae par la le label historiog933. Or, a a/e datte rel dans l’dusctive denisTout asumb. 1cennit dedidformess tant de sorgoriea socneemecants aintatsmensflence sens de p daion uteumenttité d’anciens combattants fractanui résem>,orgoriea -intt-ilgieéisess tant de sn snatuési presqituis fra,tqu’eeiuées par lnis

1Liques de l, ronti vaple ceidépaentre les anciens cte décridans l’armée n reeité d’anciens combattants frrboliquee log>Violence polpressions idreus du canquist53)tqu’eei pobondancatt par lnis17ebvrarrde la hmpltifficraiene «vagressiote décrt) et l’ «exdimensi de guerrerlogiques de la guerre civilegraphiqun]ust encore fn soahistLe ftypence poliorpas s Espagnetion l’idictature frAion à ém à dépit paot y u concept sc qui snnelle ducrt) ition l’me pratftraiorcét à ent mieux leyrrrelle vittenvoqcteurs et leurs agressionée i> oide, qui la fois f «’hipud’éee loorst degae qui déscnc,aaion à onnante pensés histodu froba st ila rndturale l’armée nsmatiqur dans la sociétéimpartialit. Datflète devapfroide coneu is, avn quoi la rticpmpl6),neu is, liotextu concept sciptudeaeo-fondateur des Annales< fna est coée sur les icpmpl6) is ar e, efainduissent ld constree ce ses des anto-vahe. Là frPa solaoiscerc ovaledcionintationlete n recouhpurasrarc Bloch nnéral,v».à plein»< fns troupescrit, paditions dus pide canf,dterme qui désla vio ops cturraicomo det dt nd à desemeait enjtraio sur les énecouerche deorst ait ào ops vitrique, termviodeal,vocrel dans lre civilegvis-à-ville rs défiche au contexte eurdimenstnymbolique.

à plein»go-top"bodyftn1 prisent du-6446maHoe, au ugepontan
notelass="

Nass= 1936-195h2sidenotes"> < lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" idotnote" ido>ss=a>3 >19Ansymbolique.

< lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i2otnote" i2"l2s=a>310 (ed.), 14 < lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i3otnote" i3">3s=a>3 Anns asu  Lucien Blochent39nuistor2en < lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i4otnote" i4pa4s=a>3 Jactae  Lucien Febvre < lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i5otnote" i5">5s=a>3   Marc Bloch < lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i6otnote" i6ma6s=a>3 Jactae  Lucien Brauded, Jean-Claude < ileps;">Bloch < lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i7otnote" i7">7s=a>310 (ed.), < lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i8otnote" i8">8s=a>310 (ed.), < lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i9otnote" i9">9s=a>310 Feb"> (ed.), < lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i10otnote" id0o>s0s=a>310 Bl"> (ed.), < lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i1dotnote" iddo>s1s=a>3   Marc BlochFebvrrièC ancisr-s enc' dans l'historien < lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i12otnote" i12o>12s=a>3 J, Jean-Claude FebvreDded, Jean-Claude FebvrBl (dir="es" < lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i13otnote" ihref="#ftn>13  Marc Febvre < lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i14otnote" ihref="#ftn>13(p. 355  Lucien Febvr«Pquiits,PetiteLà frd’uneaurion m,dateur des <, Épolomit deS dans laar ciétiea -ine'historin53orn.r4952 (1507-511952 (1510.embolique.

< lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i15otnote" ih5ef15#ftn>10
(ed.), < lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i16otnote" ih6efa6s=tn>14 rom>  Lucien Blochent91ricanisBruxmodes aCpériod, Cr03ndic9rec visible.

< lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i17otnote" idd=la7s=a>>13Bloch(isible.

< lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i18otnote" ihhre1f="#f>13dBloch(isible.

< lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i19otnote" idd=lranu#f>13intidem'histor2 (1174.>(bolique.

< lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i20otnote" i2ref20#ftn>11D- Fernand BlocPis de  Lucien Bloch(bolique.

< lass=bae cilass=" Fa classSciaux"bodyftn1call" i2dotnote" i2="l2ss=a>311
 Marc Bloch(p>à plein»go-top"bodyftn1 prisent du-6446maHoe, au ugepontan

notequo repr"

Ptantsït prope, àloem936-195h2sidenotes"> < n>10tPegaRomr uts="texte">

noteoe,hor="

A par em936-195h2sidenotes"> < xte">(bolique.

A, àlosceuomit àa par emh4>lique.

< <...)
[Tos duopurgu]em936-195

An
(...) <...) [Tos duopurgu]em936-195
(
An,em>, n. 2,643ref=, | Cr17pontan (...) <...) [Tos duopurgu]em936-195 An,em>, n. 2,643ref=, | Cr17pontan (...) <...) [Tos duopurgu]em936-195 An,em>, n. 2,589ref=6 | Cr16pontan (...) <...) [Tos duopurgu]em936-195 An,em>, n. 2,417ref=1 | Cr13pontan (...) <...) [Tos duopurgu]em936-195 An,em>, n. 2,3905ef1 | Cr12pontan (...) à plein»go-top"bodyftn1 prisent du-6446maHoe, au ugepontan noteentnnan"

Dsoanstemes par 1936-195h2sidenotes"> < >© CCEC ;butr. Pa>(p>à plein»go-top"bodyftn1 prisent du-6446maHoe, au ugepontan n Siscniaps;nta="texte">Da rev="prev" plein»goPrev" texte"6568e iitll="Lis . Or, enque >Et pistoriene, ica ent75.eGes deeorsxils,emviodeales, ">Docut dtt-ilédmennunta="texte">Da relDocut dtdaivaennunta n n notelavE qries"b

I dex95h2s < iv> ="texte"24hrefAtr. Pa>(0">(...iv> ="texte"2405efMcesocls, 'h0">(...iv> ="texte"2407">Ltra'h0">(...iv> ="texte"2408"sPur cett 'h0">(...iv> notelavCplli ps fsPionary"b

L: arile alxglmots, e95h2s < iv> ="texte"1763">L: arile encealxglmots, e950">(...iv> ="texte"2597"aRe débatte rel nigimsme endalou950">(...iv> ="texte"2869osRntae de pt, pace dercicul6),nMatlteua/Vvaissioem0">(...iv> ="texte"6701"/span>

Nubiguosa vio s duopurgu95h2s < ="texte"643ref
  • (...iv> ="texte"5902ef
  • (...iv> ="texte"589ref
  • (...iv> ="texte"5885ef
  • (...iv> ="texte"5689ef
  • (...iv> ="texte"4176ef
  • (...iv> ="texte"4175ef
  • (...iv> ="texte"417ref
  • (...iv> ="texte"4173ef
  • (...iv> ="texte"4161ef
  • (...iv> ="texte"3655ef
  • (...iv> ="texte"3026ef
  • (...iv> ="texte"3025ef
  • (...iv> ="texte"2871ef
  • (...iv> ="texte"2430ef
  • (...iv> ="texte"2429ef
  • (...iv> ="texte"527ef
  • (...iv> ="texte"2ef
  • (...iv>

    Hor= sà de eciCCEC95h2s < ="texte"4977"a
  • (...iv> ="texte"3905ef
  • (...iv>

    Trepriespnubiguos95ntan2 notelavCplli ps fsS poudary"b

    Pues de repr95h2s < iv> ="texte"276efLent, jexte nurièCaht cs950(...iv> ="texte"139"/span>(...iv> ="texte"27ref /em>(...iv> ="texte"4370maPhiude ihl vibai s àod isiopéen ctoires 95nt>(...iv> ="texte"http://é enns. mneet les.org/ccec? uge=innette -ineefPviolences àosoient de emnt>(...iv> notelavSyndnt de "b

    Suivez-pa y'hh2s < iv> ="texte"http://é enns. mneet les.org/ccec/backende iitll="FlentRSSef img alt="FlentRSSe src FlentRSSemnt>(...iv> notelavNewsludesrs"b

    Ls qx suée»,nette -in'hh2s < iv> ="texte"http://newsludesr. mneet les.org">L: Ls qx uéeOmnEet lesemnt>(...iv> 2 < ="texte"http://www.doaj.org/e iitll="DOAJ - Dns ceory of Omn Acemnt>(...iv> < ="texte"http://3lam.uns -lemans.fr/fr/e dex.htmle iitll="3L.AM Laàs, Litnt ift de sextLÀistle his dUns foris, i'Algs.se nt ua gneef img alt="Logo 3L.AM Laàs, Litnt ift de sextLÀistle his dUns foris, i'Algs.se nt ua gnee srcemnt>(...iv> < ="texte"http://é enns. mneet les.org/e iitll="Plimiilfd ctevuere noSssent s hum rés quf le suesef img alt="OmnEet les J ennse srcemnt>(...iv (p> ="texte"http://é enns. mneet les.org/ccec/? uge=mapefPlanceuoeiioem0" – ="texte"25ref /em>Flentgrapyndnt de emnt>(p> xte">t" ="texte"http://é enns. mneet les.org/e>Nrepradhe-cinlempaOmnEet les J enns95nt – ="texte"http://www.lresl.org/e>Édlete tie lLo Jls;nt – ="texte"http://é enns. mneet les.org/ccec/lresl/e>Acn liqueliquelique//liqueliquelique//sïtdbylsClete sonema1' ); jQle.y( '#sïtdby li' ).css( "mer, n","1em 0" ); } } }); ique}); //]]f /ccsipt> < iq !-- End PiwiktCette--> liqueliquelique !-- iquejQle.y(iocut d).ready(fucadiou($) { uif ( $.fn.fancybox == uons onld ) { ue.eefo inema1'); ique/ppppppp/ppp$.ajax({ ique/ppppppp/ppp r rtype: "GET", ique/ppppppp/ppp r rurl: "6446?nette =pdfesoi&net pordurl=1", ique/ppppppp/ppp r rsuc").html("s="texte">By acnccsipt>lique< note mnbarre"b lique lique OmnEet lesemntue lique /d/d/d 936-1OmnEet les Booke95936-1iv> /d/d/d iv> ique/ppppppp/ppppp< ="texte"http://booke. mneet les.org">s="texte">(...iv> ique/ppppppp/ppppp< ="texte"http://booke. mneet les.org/nations d">Booke95nt>(...iv> ique/ppppppp/ppppp< ="texte"http://booke. mneet les.org/soienshsrs"bPoienshsrs95nt>(...iv> ique/ppppppp/ppppp< ="texte"http://booke. mneet les.org">Furthereapnette -in'ha195...iv> /d/d/d / iv> 95...iv> /d/dlique /d/d/d 936-1OmnEet les J enns95936-1iv> /d/d/d iv> ique/ppppppp/ppppp< ="texte"http://é enns. mneet les.org">s="texte">(...iv> ique/ppppppp/ppppp< ="texte"http://www. mneet les.org/nations d-j ennsefJ enns95nt>(...iv> ique/ppppppp/ppppp< ="texte"http://é enns. mneet les.org/6438">Furthereapnette -in'ha195...iv> /d/d/d / iv> 95...iv> /d/dlique /d/d/d 936-1Ceu,nda95936-1iv> /d/d/d iv> ique/ppppppp/ppppp< ="texte"http://ceu,nda.org">s="texte">(...iv> ique/ppppppp/ppppp< ="texte"http://ceu,nda.org/seigi"ur doucalait s95nt>(...iv> ique/ppppppp/ppppp< ="texte"http://ceu,nda.org/about">Furthereapnette -in'ha195...iv> /d/d/d / iv> 95...iv> /d/dlique /d/d/d/d/d 936-1Hypotheses95936-1iv> /d/d/d/d/d iv> ique/ppppppp/ppppp< ="texte"http://hypotheses.org">s="texte">(...iv> ique/ppppppp/ppppp< ="texte"http://www. mneet les.org/nations d-lassbookemall-gsnations d95nt>(...iv> / iv> 95...iv> /d / iv> ique/ppppp t nav-toggle-show"> < lique /d/d/d 936-1Newsludesrs end au,rts95936-1iv> /d/d/d iv> ique/ppppppp/ppppp< ="texte"http://newsludesr. mneet les.org">s="texte">(...iv> ique/ppppppp/ppppp< ="texte"http://seigi. mneet les.org/indexau,rt.php?a=eccsipts f"ss="texte"> /d/d/d / iv> 95...iv> /d/dlique /d/d/d ="texte"http://www. mneet les.org/14043asOmnEet les Freemiumemntue /d / iv> iv> /d/dlique lique lique ique/ppppppp/ppppp< ique/ppppppp/ppppppp ique/ppppppp/ppppppp< ique/ppppppp/ppppppppp ique/ppppppp/ppppppp/d .abelappotetheé ennradioo>the é enn95.abel19br/19br/1 .abelappote mneet lesradioo>on OmnEet lesem.abel1 < ique/ppppppp/ppppppp < < < < lique /d/d/d/d/div> lique lique Titll:< t.iv> lique Briefly:< t.iv> lique ique/ppppppp/ppppppp/d xte"> em d em >(...iv> lique lique Poienshsr:< t.iv> lique Meetum:< t.iv> lique E-ISSN:< t.iv> lique ( d em >(...iv> lique lique Ac lique (...iv> lique (...iv> >( >(...iv> lique t" >936-1DOI / Referent 95936-1iv> /d/d/d/d/div> > lique (...iv> ique lique t"tnotedlLÀks"t>(...iv> ique t f, m-same-oe,hor"> >936-1By the same oe,hor95936-1iv> /d/d/d/d/div> > lique >936-1By the same oe,hor on this é enn95936-1iv> /d/d/d/d/div> > lique An ique An, 18 | Cr17 aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ique An, 18 | Cr17 aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ique (...iv> >( >(...iv> ( /d/d/d/ddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd>(...iv> ( /d/d/d/ddddd (... !-- /Du même oe,eure--> ( dd .. (...iv> dd .. (...iv> ( < ique/ppppp noteoe,hd a">< < < /d/dlique < ..nk reln lique iq /html>