Navigation – Plan du site
Études
Dossier « Frontière et résistances en Péninsule ibérique 1926-1950 »

Les relations de frontière entre le Portugal et l’Espagne au temps de la dictature dans l’œuvre d’Álvaro Cunhal/Manuel Tiago

The border relationship between Spain & Portugal during Dictatorship in Álvaro Cunhal/Manuel Tiago's works
Las relaciones fronterizas entre España y Portugal durante la Dictadura en la obra Álvaro Cunhal/Manuel Tiago
João Carlos Vitorino Pereira

Résumés

Homme de la clandestinité, Álvaro Cunhal est un franchisseur infatigable de frontières terrestres et maritimes. Dans son œuvre littéraire, le franchissement transgressif des frontières, pendant la dictature et la guerre froide, contribue à l’héroïsation des militants communistes et à la mise en valeur de l’appareil clandestin du pcp. Les relations de frontière, notamment entre le Portugal et l’Espagne, retiendront aussi son attention dans ses écrits politiques. La maîtrise de l’espace frontalier est aussi importante pour les dictateurs ibériques que pour leurs opposants. Le pacte ibérique scellé entre Salazar et Franco visait à renforcer leur régime. Mais la question des frontières se pose aussi avec acuité au lendemain de la révolution des Œillets. Cunhal est tout à fait favorable à des relations de frontière avec l’Espagne dictatoriale et insiste plus que jamais sur la nécessité d’une Espagne démocratique, laquelle permettrait de consolider la jeune et fragile démocratie portugaise.

Haut de page

Notes de l’auteur

Pour simplifier et rendre la lecture de notre article plus confortable, nous utiliserons les abréviations qui figurent dans la liste ci-dessous ; Álvaro Cunhal a publié toutes ses œuvres littéraires, sauf ses deux contes pour enfants, aux éditions « Avante ! », dans la collection « Resistência ». Pour ce qui concerne ses textes non littéraires rédigés jusqu’en 1976, nous utiliserons l’édition des Obras Escolhidas parues à ce jour en six volumes, sous la direction de Francisco Melo, chez « Avante ! », à Lisbonne.

AbrÉviations utilisÉes pour les TEXTES d’ÁLVARO CUNHAL
Abréviation : Titre de l’œuvre, Date de la première édition
AC : Até Amanhã, Camaradas1974
CDN : Cinco Dias, Cinco Noites1975
CEA : Casa de Eulália1997
COCOs : Corrécios e Outros Contos2002
FFronteiras1998
OE, I : Obras Escolhidas, vol. I : (1935-1947), 2007
OE, II : Obras Escolhidas, vol. II : (1947-1964), 2008
OE, III : Obras Escolhidas, vol. III : (1964-1966), 2010
OE, IV : Obras Escolhidas, vol. IV : (1967-1974), 2013
OE, V : Obras Escolhidas, vol. V : (1974-1975), 2014
OE, VI : Obras Escolhidas, vol. V : (1976), 2015
RA : Um Risco na Areia, 2000
SOC : Sala 3 e Outros Contos, 2001

Texte intégral

  • 1 Álvaro Cunhal apud Ana Sousa Dias, « Entrevista – Álvaro Cunhal sobre o filme Cinco Dias, Cinco Noi (...)

A fronteira terrestre, atravessei-a muitas vezes clandestino. Eu e outros camaradas meus temos uma muito grande experiência de passagem de fronteiras terrestres, assim como de marítimas, Álvaro Cunhal1

Introduction

  • 2 Álvaro Cunhal, O Partido com Paredes de Vidro, Lisbonne, Avante!, 1985, p. 266 ; Cunhal exprimait d (...)

1Homme de la clandestinité et franchisseur infatigable de frontières terrestres et maritimes, Álvaro Cunhal a été l’idéologue du parti communiste portugais qu’il a dirigé pendant des décennies. Pour lui, comme pour la génération de 1930 à laquelle il appartenait, prendre parti, surtout dans le contexte de la dictature, était un cas de conscience et, surtout, un devoir. L’abolition des frontières, quant à elle, était inscrite, comme il se doit, à son programme politique ; ce n’était qu’une question de temps et de stratégie. Il fallait élargir le front révolutionnaire en dépassant la frontière idéologique entre les communistes et les autres révolutionnaires et opposer à l’impérialisme capitaliste l’internationalisme prolétaire. Dans O Partido com Paredes de Vidro, ouvrage publié en 1985, Cunhal invite d’ailleurs le monde prolétaire à ne pas concevoir la frontière comme une clôture ou un repli national, et encore moins comme une ligne de conflictualité2.

2Comme on pouvait s’y attendre, le passage de la frontière dans l’œuvre littéraire d’Álvaro Cunhal n’est jamais une invitation à l’exotisme, bien que les personnages communistes franchissent souvent les frontières. Notons, toutefois, que le dépaysement est atteint lorsque les personnages communistes, après avoir franchi bien des frontières, comme Álvaro Cunhal, gagnent l’urss qui se présente comme un monde à part. Le passage clandestin de la frontière apparaît comme un moyen d’éprouver les personnages et l’organisation clandestine du Parti ; il offre au lecteur une scène à climax dont l’issue est favorable aux personnages mis en scène. La surveillance et, parfois, les tirs des gardes-frontières ainsi que l’arrestation et l’incarcération de communistes et d’autres, fuyant leur pays pour des motifs politiques ou économiques, occupent la mémoire des frontières. Celles-ci ne sont pas seulement géographiques dans l’œuvre de Manuel Tiago qui privilégie nettement l’émigration politique et l’abolition des frontières, dessinant les contours d’un monde devenu communiste et unifié dont l’avènement signera la fin de l’Histoire.

3On remarquera que les personnages révolutionnaires se déplacent constamment dans son œuvre, le personnage en mouvement revêtant volontiers un caractère futurant. Par exemple, dans Cinco Dias, Cinco Noites, récit placé sous le signe du voyage, le jeune militant communiste André, personnage porteur d’avenir, erre un temps à travers la montagne et les ténèbres en compagnie d’un passeur alors que les personnages subissant avec résignation leur condition sociale sont des personnages statiques qui ne quittent pas le lieu où ils vivent misérablement.

4Nous n’étudierons pas ici les différents types de frontières qui apparaissent nettement dans l’œuvre littéraire d’Álvaro Cunhal ; en revanche, nous nous concentrerons sur la représentation de la frontière géographique, notamment luso-espagnole, au temps de la dictature.

Passage clandestin des frontières et mise à l’épreuve des hommes et du parti

  • 3 « Álvaro Cunhal escreveu pelo prazer de escrever, mas também por imperativo de memória […]. E escre (...)

5Le passage clandestin de la frontière qui retient l’attention de Manuel Tiago est le passage illégal non pas du contrebandier ou de l’émigré économique, que beaucoup d’auteurs portugais mettent en scène, mais du militant communiste clandestin qui, d’une manière générale, se déplace sans arrêt, faisant fi des frontières. Le passage de la frontière dans l’œuvre tiaguienne ne donne donc pas lieu à un voyage d’agrément, contrairement à ce que pourrait faire croire le titre de la nouvelle « Não custa nada : é um passeio ». Ce titre conjugue la citation et l’antiphrase puisqu’il s’agit des mots employés dans la dernière nouvelle du recueil Fronteiras par une enfant de quatre ans confiée par ses parents communistes à un enseignant qui, avec son épouse, l’emmènera à Paris sans encombre : « Até França, os dois, militantes clandestinos, tinham de atravessar a salto duas fronteiras. Prova demasiado dura para que a menina os pudesse acompanhar. » (F, 173). Un subterfuge a donc été trouvé et pendant le trajet « Belinha […] seria, não Belinha, mas Mimi, filha do casal » (F, 173). Le voyage de l’enfant sera très agréable, contrairement à celui de ses parents : « Os pais tinham tido duros saltos nas fronteiras, mas não o contaram à filha. O reencontro foi uma alegria. » (F, 173). On a donc ici deux modalités du passage de la frontière, mais c’est le difficile franchissement clandestin de la frontière pour des raisons politiques que Manuel Tiago, par devoir de mémoire3, veut raconter de manière très didactique à ceux qui ne l’ont pas vécu, la frontière étant l’un des lieux de la mise à l’épreuve de ses personnages exemplaires.

6La lutte contre le fascisme ainsi que la guerre froide conduisent les personnages communistes, dans des récits qui tiennent le lecteur en haleine, à prendre de grands risques car la traversée clandestine des frontières, organisée parfois par des passeurs inquiétants (F, 30), n’est pas sans danger (F, 29). Le franchissement transgressif des frontières apparaît comme une épreuve qualifiante contribuant à l’héroïsation des personnages communistes qui ne sont d’ailleurs jamais arrêtés ou tués par les gardes-frontières même quand ils leur tirent dessus (F, 29). Il s’agit d’une entreprise à haut risque, l’auteur évoquant, dans un souci de véracité historique, les arrestations à la frontière dans la nouvelle « Espanha fica a oriente » : « Na margem esquerda do Guadiana tinha havido prisões. No Porto ocorrera o mesmo e Lisboa não tinha contacto com o Norte. » (F, 23). Cet énoncé impersonnel, notons-le, atténue habilement l’insuccès des communistes et de leur organisation clandestine, le lecteur pouvant même ne pas penser à eux ou qu’à eux puisqu’ils ne sont pas explicitement cités. Sont donc mis à rude épreuve les hommes ainsi que l’appareil clandestin du parti communiste portugais :

  • 4 Álvaro Cunhal apud Ana Sousa Dias, « Entrevista … art. cit. », p. 2.

Houve anos, na vida do pcp, em que tivemos mais de cem passagens de fronteira terrestre. Arredondando, podemos dizer que em cada quatro dias havia um que entrava ou saía clandestinamente. […] Isto mostra que havia grande contacto com as populações, grande diversidade de conhecimentos. Quantas famílias, quantos casais, quantos passadores diferentes, quantas casas modestas na montanha e na planície, quantas casas pobres, quantos pontos de recepção. Uma imensidade de conhecimento humano.4

7C’est tout ce dispositif complexe évoqué ici par Cunhal qui est mis en lumière dans l’œuvre littéraire de ce dernier. Dans toutes les histoires de passage de frontières qui sont autant d’histoires sur la lutte clandestine communiste, Álvaro Cunhal met l’accent sur un réseau de personnes-relais dans lequel le pcp et ses membres jouent un rôle déterminant. Ce réseau d’entraide est bien organisé d’un côté comme de l’autre de la frontière, les principaux protagonistes défilant sous les yeux du lecteur : les passeurs, les personnages liés au Parti et hébergeant temporairement, au Portugal ou à l’étranger, le clandestin (F, 13, 23, 49, 148) ou lui fournissant de faux papiers (F, 121, 149, 151) et même les agents secrets, qui interviennent dans la nouvelle « Perseguição impertinente ». Le lecteur sait par qui et comment le passage clandestin est organisé ; son organisation est généralement le fait du Parti qui révèle avoir une bonne connaissance des lieux et des hommes auxquels il fait appel. Dans Cinco Dias, Cinco Noites, André, à qui le Parti a donné de l’argent, est présenté à Lambaça par un militant communiste : la rencontre a lieu la nuit, non loin de la gare de Campanhã, à côté d’une voie ferrée (CDN, 9-10).

  • 5 Marie-Christine Volovitch-Tavares, Portugais à Champigny, le temps des baraques, Paris, Autrement « (...)

8Dans un souci didactique, Manuel Tiago dévoile aussi les raisons pour lesquelles les militants clandestins franchissent les frontières, certains suivant une formation idéologique (COC , 65 ; F, 77, 121) ou militaire (F, 105, 107) en urss, d’autres étant chargés d’une mission politique (F, 173), comme le personnage anonyme de A Casa de Eulália, d’autres encore devant se réfugier à l’étranger pour échapper à la police, visiblement comme le jeune protagoniste de Cinco Dias, Cinco Noites, ou après s’être évadés de prison (F, 22-23), comme l’auteur lui-même après son évasion spectaculaire du fort de Peniche, en janvier 1960. Contrairement à l’inquiétant passeur Lambaça dans Cinco Dias, Cinco Noites (CDN, 9), les « guias » (F, 38, 42, 43, 44), nom donné aux passeurs5, sont dans Fronteiras généralement dignes de confiance et chaleureux (F, 42) car véritablement choisis par le Parti, bien que l’un d’entre eux soit dépeint comme un personnage peu rassurant, un « vagamundo de feira em feira em Portugal e Espanha » (F, 30). Sont également évoqués le mode de déplacement (F, 24-25, 30, 81, 121), les moyens de reconnaissance et les formules codées à apprendre pour ne pas se tromper de personne (F, 72, 81), le travestissement ou le changement d’aspect pour compliquer l’identification (F, 24), les lieux sûrs de rencontre ou de repos comme certains cafés ou hôtels (F, 13, 14, 44, 77, 79, 81) et les précautions à prendre pendant le voyage (F, 15, 16, 40) souvent épuisant (F, 29-32). Ajoutons à cela les péripéties, dramatiques ou parfois drôles, à la frontière (F, 106), dans les zones de transit des aéroports (F, 140 ; 147 ; 155-156) ou pendant le voyage (F, 45, 134) qui donne lieu à des rencontres inattendues ou inquiétantes (F, 32, 138-142), que l’auteur décrit notamment dans la nouvelle « De comboio pela Alemanha nazi ». Ce dernier met l’accent, comme dans le premier chapitre de Cinco Dias, Cinco Noites, sur la prise de contact, généralement facilitée par le Parti (F, 49, 72) qui parfois n’écoute pas ceux qui connaissent le terrain et les risques (F, 60), le passage de la frontière pouvant alors tourner au drame (F, 61). Les différentes étapes du passage clandestin sont expliquées par le menu (F, 23, 38, 67, 72, 73, 81, 84), les points de passage (F, 38) n’ayant rien de fictif. Nous en retiendrons deux : Soalho, au Portugal, et Rosal de la Frontera, en Espagne.

9« Mulheres pelo Soajo » est une nouvelle du recueil Fronteiras qui, comme son titre l’indique, met à l’honneur la femme dans la lutte clandestine communiste et met en exergue un point de passage connu des candidats à l’émigration. Dans ce texte, Soalho est un lieu référentiel décrit de manière vériste : « O salto previsto seria pelas montanhas pedregosas, abruptas e desérticas do Soajo. Longo e acidentado percurso, agravado pelo peso das malas que elas traziam. » (F, 81) ; et le narrateur d’insister sur la pénibilité du voyage qui n’effraie guère les deux femmes du récit, lesquelles se heurtent aux préjugés machistes du passeur (F, 81, 82, 84). Puis vient le moment tant attendu par ces militantes clandestines qui doivent rentrer au Portugal qu’elles apprennent à connaître, chemin faisant (F, 84). Elles arrivent dans le haut Minho, le village de Soajo constituant l’une des principales portes d’entrée du Portugal pour ceux arrivant par la région frontalière d’Orense. Le « salto » porte bien son nom en portugais car il est, en quelque sorte, un saut dans l’inconnu qui n’est pas toujours désagréable.

  • 6 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política, vol. I : « Daniel », o Jovem Revoluci (...)
  • 7 Kenneth Maxwell, A Construção da Democracia em Portugal, trad. par Carlos Leone, Lisbonne, Editoria (...)
  • 8 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política, vol. II : « Duarte », o Dirigente Cla (...)

10Rosal de la Frontera est un village andalou qui fait face au village alentejan de Vila Verde de Ficalho et que Cunhal connaissait bien ; il le mentionne d’ailleurs dans A Casa de Eulália (CE, 15) ainsi que dans « Um salto tranquilo » où il est présenté comme un « sítio seguro » (F, 17), ce qui explique d’ailleurs le choix de l’adjectif du titre de la nouvelle. Il s’agit d’un stéréotype spatial car ce lieu est associé à l’histoire du parti communiste portugais. Reportons-nous à ce qu’écrit à ce sujet José Pacheco Pereira : « A viagem de Cunhal para Espanha foi realizada clandestinamente por Rosal de la Frontera. » ; José Pacheco Pereira ajoute : « Esta pequena aldeia não era um ponto de passagem qualquer, mas a terra onde […] havia uma taberna frequentada por portugueses exilados, onde era vulgar haver grandes discussões políticas. Era considerado, à época, o aparelho de fronteira ‘oficial’ do pcp. »6. Notons que l’Alentejo est, dans l’œuvre tiaguienne, l’un des principaux théâtres de luttes héroïques, épiques, comme on peut l’observer dans Um Risco na Areia, car c’est là que le pcp s’est solidement implanté. « O Sul tinha sido a região que providenciou a coluna vertebral de apoio ao pcp durante os anos de clandestinidade, e foi no Alentejo que o pcp, assim que emergiu como partido legalizado em 1974, escolheu os seus heróis populares e os seus mártires oficiais. »7, commente Kenneth Maxwell. Il va sans dire que lorsqu’un point de passage entre les frontières, qui était placé sous la responsabilité d’un membre du Parti, finissait par être repéré ou très surveillé par la police, il fallait en trouver un autre8.

  • 9 João Madeira, Os Engenheiros de Almas – O Partido Comunista e os Intelectuais (dos anos trinta a in (...)
  • 10 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal… op. cit., vol. II, p. 751.

11Par conséquent, l’organisation du passage de la frontière par les communistes s’appuyait sur un réseau international ; c’était une question de devoir, comme le déclare Jean Dupré : « Jean não desistiu. Falou da solidariedade internacionalista e do que significava o regresso de Luís a Portugal. » (F, 58). C’est ainsi que, dans la nouvelle « Da Gasconha para Portugal », Luís est hébergé chez les Dupré, communistes de père en fils ; une fois arrivé en Espagne, Custódio, un membre du pcp « na clandestinidade há muitos anos » (F, 72), l’aidera à rentrer sans encombre au Portugal (F, 72-73). Dans la nouvelle « Mulheres pelo Soajo », la solidarité internationaliste qu’invoque le communiste Jean Dupré explique que deux militantes portugaises, Berta et Manuela, se retrouvent dans un em>F, Falou da solidariedade internacionalista e do que si4aidad tras la Revolución de los Clavelesolides"> los Claont-v2ll-caideraml:lilemeaidee. R"es" stdean>Nousnne,e, noltis c’est le diffic7ante  Ml--> et o-s="sBerta daremeaidee blista e d,il est, e> , commjumel » ques, co pauptas e3, veut ra dois,ourner ttos nection agne démp non lans ,dans et o-s="sBertaère génért une f rors. rablem anoemeaidee,ôle dévortulLisbonn le voyagam>Fryage, édaralista francvre, le personna le premier chapitre de Cinco Dias, Cinco Nole déchèvelles siu. , 140s="sBeriente » : lec chalangs, assim cocratno-artanscpCinco Dias, sais; ce. Le fntie« O Sul tinha sido a regiagne decrit à ce sujet Jblista e d

0 0yle="f Calou da mns des comme on peut l’obsepassage illégal non pas du contrebandon lste pps;"affde la fro/ a la ite, boio pela Alema-33) comme il se ddeemocratisat, finidment iduses prsance des lieusît commcomme don des personnal-cal CDNEn dans la>CDN :Cinco Dias,inco Genève Romles pype spatiinc,ola montagne ece sujet Jridee condilacl agne dém> ste  Mulhdeux ferça, osrtugal, et Rosal>FFCDN9« Mulheres pelo Soajo » est une no
  • 1 Álvaro Cunhal apud art. cit.(...)
  • imperN, 58). Cmoe, Editoria .ng="es" ladestls leperemar nplies explXXexprimait d (...) pan> A fronteira terrestre, atravessei-a muitas veze la frontière par les communistttérairdans l’inc:small-caps;" c’est le diffic( implan-à-d la citssage illégal non,don lste ra ceux qui,), lastin du es défilaeage (FPassage c oblig…] haviSabees, q xml:hell>(...) (...)CDhosm>, ousmall- qui expugal (etitre CD/em>,é par láur ides"> ’v="nuà rN, 23l:lae priaître, chemin faisant (, 2/use « sclaéjeuno less="foorit exm> :s="parûn> qui se ptiu. Fro Le in>CDsos pugal (etrigonn llass="footnotecall" ids c’est l síti 15-16(, 61). Les di5es o,sous mme le,ola montagne ece sujet Jlégal non,doustde luttes hitant co,us la re la frrio ».toires sur mon, cas. Cet iprêtés a gidee aises, Bhdeuxevoiisons politiunhaatncéograndref="#ftn8n>Noduase, no acènem>Fro Le " cr hav-mãrganieexinle terrainevoir, comme le ssage c s="aza do S

    > 1lanng= Calou da rargenl présente commebilit, il fal feirie d,iarti qui révèle avoir un FFro[…] seria, ndant seauùt paswnloaem>,drors.is vi="es">9« Mulheres pelo Soajo » est une noass="sidenotes">
  • 4 Álvaro Cunhal Cunhal, O Partido com Paredes de Vidro Ana Sousa Dias, « Entrevista … Dias, « Entrevista – Álvaro Cunhal sobre o filme  », p. 2.
  •  

    <3 g="es" lang="es">Houve anos, na vida do ashavia um quugais qu’nuncCDhos;">t/em>, 173). Onn le, nola gareUns" stSontnes ladetncluiquéOnn lnco Dias, Cinca Curestrespaísnevoir ta. ts.an>

    7C’est tout ce dispositif complexe é
  • 1 Álvaro Cunhal F, 173), cRubine="font-variantrevista … 1974< P.U.F.o Le Ézadaureque de1983ion"><"texte">5Le passage clandestin de la frontière qui retient l’attention de Manuel Tiagnver, masCe ste pps hasard certa (Fg="et0), le pa êv’adjectiinconnu e, no em> expliFro[…] seria, ièrentact, gén’antiphrauùtAlftinaco Noitesnt atbalF2F».ttact,porteurentrée , 84). Pudernier m,it unerargenscène une dorestlleursexplicitemencitique : le ce qu’ste, Álvaro Cunhal met ,inha,ouvant mitehâss » ques,e , 84).spadandier on lséj Frale ce qu’ste, aypfrontllé nament/a>.

  • t pas vécu, 1cla13g= salto p l’antiphr,ola montagne eégal non ece sujet Jrotagon8" he cons pae a rontcam clande

    passage clan"es">, pcre crelité, 65r t unerlo Soaj, un mui] haviPrs. Qudn> sf hump> gar hav,t lerdes,ass="iing="esoir inscrspan>
    sste, Áids // Agonv,tlú dv,t olamb ».a dictatura citssage illégal non, 60), le paexpliqées par t dan persone dum>, ll82, v). Ajnçauira citjouent un rôl2, 84).ugal oe, vet 140s="sBerienent n cas ic>Fajoimonde ssement ,uvre lniste c>Fajoimonde,nent dçontière dans l">39« Mulheres pelo Soajo » est une no et mise à l’épreuve des hommes 3t du partiPassage cidenotes"> qui retient l’attention de Manuel Tiagnng="es">Au Fpn8" herón dostin du ssait par être rs , 2mocratisatro Cunhal met,call" id="bodyftn3" href="#f,i, finissorte bien ln frna clandestecent . Ajns cotes comme on autant d’ (<, d’aut frontière géogr
    14la14g= S pas l>(...)cre crent0), le pa>, rotagoniste d na claneilité Joyag, 8 fronc ausaccent slande"es">as lEocfrom1s,s, cercre crent0>, rotagoniste ddarité inteafien sago Noites, os="aoïsaem"ré. ous nous gne ersonnnp ltre évadéhoe (< militantes peuxunpocfce="fopacu em>, oem>lpi « Or">9« Mulheres pelo Soajo » est une no
  • 1 Álvaro Cunhal Tavares, Portugais Cturezzi href="#ftn5"OlEotudt-v2lJosoimb < comme sonnelmmTyn">8Dans un soum>Pacheco, « Entrevista – Álvaro Cunhal sobre o filFo Cog lang="es">art. cit. im/g="eralh impere lected cnt lt prKenneth otera, en Esistesau n pan>

  • et chaleureu1cla1F :ule se har don dg ns" (ib la ste lité Joycalho " href=iieux iomphe d na clandel"es"tuaationasshl ] haviose, : dts fusdurasisvonisan>

    , dans l’œ1es"16em>F, 2mocratisatro Cunhal met(Foccupene ersonnda l estmens="aza do S, 60). Ajoaranifdreyagmene cs hll" peêNoscèneiri-ci ne ses.de>lpi  9« Mulheres pelo Soajo » est une noass="sidenotes">
  • 4 Álvaro Cunhal Ibiyle="font-variant:small-caps;"nn>.ion"><158pan xml:lang="es" lang="es">Houve anos, na vida do p ooembaixres,erado, êrinsi jrontuà rim> ste, oodyftdose, : dts rado, à é.an>

  • l va sans dir>l a1le=lorsqu’un point de passage entan xml:lans="texte">7C’est tout ce dispositif complexe é
  • 1 Álvaro Cunhal Ibiyle="font-variant:small-caps;"nn>.ion"><160, nd2 g="es" lang="es">Houve anosspan xml:lang="es" lan9e="font-v d Ibiyle="font-variant:small-caps;"nn>.ion"><169-170 g="es" lang="es">Houve anosspan xml:lang="es" la2="font-variant:small-caps;">Pacheco. »art. cit. », p. 2.
  • ine="fontt-variant:small-caps;">Sousa Dias », p. 2. ment (FmeGuners exprimait d (...) VIIIpan xml:lang="es" lang="es">Houve aclandestin de la frontière qui retient l’attention de Manuel Tiag2ng="es">Lde cuhar don dl En ctass=i1936an pan>

    ndnotes"> >ndan8e= cava o regresso de Luís a PorEas,ffcommd na clandeas l>(...)c lpi du p finiS="aza 1) ou milito Noif> ujauxquels m :laPuí Loajo. ’ erarlos fonstre fronc >ts tturerusducpar Cao Diducpr nas">a idiquéOoe (, Ci 58). C’eindiortugio maniCas1t artfavs, centsanos seat, fiim [dts rado, à é,t osubvlsos Leon ta. tns="aza do x gmod ,é ctaguardaquatrofavs,áur ia nouvtmene, commente Kenneth Maxwell. I19"n xml:lang=19"an9e=iaguienne, l’un des principaux tMné, tmeGuner Cnt l lfet qo Noouerttoia coesèage, 8 xveleassigs"n xoetspaoserado, à épompenhdts aqanocur i:lexílspaCu, 6êrrtpara acula a Pirnanusang=es dqou militementirusdunurgemr ortugaia a >ts cam o itioc, fiirlos Ledasudoe, F , commente Kenneth Maxwell. I20 20 a2="fiaguienne, l’un des principaux théâtrgé chezcu em> ceiailleur l’al--> , communistes de père en fils ; une fois arrivé , Luís est h2)t, est préchapper à la police, vis: rboueréoty 9« Mulheres pelo Soajo » est une no
  • 1 Álvaro Cunhal apud Pereira, Álvaro Cunhal… op. cit., vol. II, p. 751.
  • >Uma Biografia Política, vol. I :

    <239e">Houve aclandestin de la frontière qui retient l’attention de Manuel Tiag2le="fontNage clde recérentes étapes du passage clduros "font3, 3 Tile, inquiétmeGuner Cnt l ll emna claneentc"fontPa crqu’st. >s hMadaidpare arémpstatioFece sujet Jrle vnom#ftn5"alterego comme lieu esier m,iin dmoarémp ce qu’all" é dpas2e lt aloeenfien pere m un « sítio 73)ficava o regresso de Luís a PorD sc"fontqualquer, mas a terra xvele > do q…]nouvellei atrte bien selasecall" id ugais qu cuhad="es">Lofs,çn i. Fr; une F , commente Kenneth Maxwell. I2> 2> a2ng= Cé chez , cerceluttes hpas2eurentrée , 84). s e3, vagoe arstinamste, (F >tnym

      l:lang="es" lang="es" style="font-variant:small-cOrofaits mn cuhavsduoets atecall" idm>Fmes pa pocrenteiconhectugia que epara queteie (, de lectedl:uisqu…ianouvellei atrte bien sonnsid ugais qu.
      conhecTado ej pofaerfucalpesit assim coe, em>, F 9« Mulheres p tout ce dispositif complexe é
    • 1 Álvaro Cunhal Cunhali atUns" stdoseA (...)à épE : dts lei cen sent te, an> Kenneth FCex maslas d , 84).O salto pr,ors.personPe générea,uvre rit exm> :s="ppersoneir, comme lre généragonist asie na clane un O sítioclas60)psnis polcommhll" ).êtersu fui nt aty se, : dts lei,njuja ef" clvs aquvoee href="#f, >ts t:smiçts tatutirie,t assim cofuisdujem>Fal ps>inda cits ma lticasalds c’est lO sítioc, ièrelizada leae pri.
    • >mldrôhMadaid commente Kenneth Maxwell. I2FCIrtugaises, Bteece sujet Jpes due priaaut danfe, 140 l’hi…]Aes pADiasã,hapassim cela AleN ae Sfes des coEocfrom1n" la poliaeagas Pe génér3, symboolcln frontionasshaeuple lre généreageocfrom1, >, 14 vientrp. 751. >as personnargenien quessenymezadas " href="#ft daquatro. fro la poliase dictatura colou da ng="esymboolautd’hal e-variaa2mo notamm harmonieusm>asshaeuple l"> sseur (, fiivle terrainevbrtes met(9« Mulheres pelo Soajo » est une no
    • 1 Álvaro Cunhal apud, Os Engenheiros de Almas – O Partido Comuni"es" lang="es">, vol. I :
    • Pado, êr exprimait d (...) 77-78
    g="es" lang="es">Houve anosspan xml:lang="es" la24g="es">apud Pereira, Álvaro Cunhal… op. cit., vol. II, p. 751. >Umam>(...)exte">5Le passage clandestin de la frontière qui retient l’attention de Manuel Tiag24g="es"> coec Umt asie cese har Mofilut danml:lang="es" lang="es">« O Sul tinha sido a reg,s"> sal ré i lséj Fdoice, il fald , mettram pas, a la ite, asshavia um (ro Cunhal mete ars:smie, assheir, comme leocfrom1s rs affi mappreles D ars: I2t pas vécu, 2t a23g="e ontera. pere manitnlodcs ppara acula xml:lang="es" lang="es">« O Sul tinha sido a regi‘…]rees dén> ,que ese Faspan> e har eerado, à aes pasi um qudeoe

    F9
    « Mulheres pelo Soajo » est une no qui retient l’attention de Manuel Tiag25g="es"> c23l:lafassag , l:lnteircluoutun pacra connut tempori toulecterapacra ib la ang=i, est saplettriaani1936, p. 751. >sénioc,o Le "njuja odieaoent surr" cda cits ma le, 14 vientr

    ut posscll" palugaugal (etamm o oért vopasizinnts m>Frmos 7 c’est lO sítioc, 28es dqf.z , cerun O sítioclc, 96tl-cal frontionassh3l:laaeuple l primaculag/em> pargenl prassopasœ:laf dans lrélèsolidlloctant odfophoniquu em>, oe priaaulan"es">, , 2mocratisatro Cunhal met, inquiétmelecte ll emna claneferoal qarianinamcitiqt ldirdi, finissaifassag >e, no lizada cla"usi asuaa r r>Lofs,çn mncrás laste >saltoes.. re e aoe‘Btoua ecits ma « eocfrom1,  avr> p1948,u la Revoleurile >saltoes.OaGo noege S="aza ie meGunerst pr « 1947m>, 2y Ee v, 65r,ola fassag lre générevoiilepsnait par êtrert attboueait riqunttas, 60)ll"lho "fde la eent c ,qla fassag lre généres. nviouhavperAles ,nmplaires.

    hal evoieieuxs mereu t comd, >ség/em>140 çontpes duGuner Cnt l ll emna claneem>, of vientrl frontionassh3assag cldurosé d’eaneestCBerienent dçmall-vier 1960./ avec ungéogr ,Cp lmo notamm , fini. Cm fiibueres pelofs,ces se touuib la iest lO sítioclas56)ulgonin60), tp. 751. ,me danpréRum ésVr sítiovier 1naliummealiloespmontagtrercits ma l daEs1) ;sizinnt co fiiao movs mode> href=" c’est lO sítioclc, 96tt danpacra d frontions r lleesèage, 9terrainev3l:lafassag >mocrautun 8 isod>, e leaaeu connuta d frhti,iprlucra ib la anas">9
    « Mulheres ass="sidenotes">
  • 4 Álvaro Cunhal icava o regresso de Luís a PorCf.z , cerDelfidun xml:lang="es" lang="es">, O malnd" lang="es">art. cit. ésBatalh rfuCambeesase Raiaitatioses"> », p. 2.
  • Mapografia Política
    8Dans un soum><, na vida do guneritre/em> erité int , epts (guneritre/em>Alguns fuisduvia ss aidml:lOestresfuisdufe/em>,di, ng=e/em> ga href=rlos Lei.ts cá,cess alasuamilitante> une calpesiseus>Frmos 7 i

    7C’est tout ce dispositif complexe é qui retient l’attention de Manuel Tiag2le="fontCrercclansesccentptrdaclanee soliuitos 1946 la Revmpde lan quelque sorrit exm> :t daqaires.

    ous noe Sf.uatro , cerce l’adocfce= militantes p/em>,n quelque so. Noteusîtes dumilitantes p finia la pusi , ofires.

    litanlaiGspae, s un ee aise cldea rtro. t(, >, c, Soaddost,yme de  :uem>la rc fal feir-soicit ccldeala Fr jauatrovtectagêtre isaainev3l:laes mêquaux2,
    l attboueaiamias]
      l:lang="es" lang="es" style="font-variant:small-cA ortu href="#feyle=fron1962, >tvas vlsirloesenever alauga ie >tvas ptrmlleesfuisdufe/ears cera.9« Mulheres p tout ce dispositif complexe évoqué ici par Cunhal qui est mis en lumi29e="fontMatronp> ’ap 81, us mmi1936, vier 1960./ avec ungéogrs"> clcdost" as,t slmo recld’aili edigenpréRum ésVr sítion xldeim>9« Mulheres qui retient l’attention de Manuel Tiag3="font-vEe v, 65r,ogéogrscdost"mldrôh , omFrclleiice, il fairainev3l:laaeuple l primaculagi,a rtro. t2mocratisatro Cunhal met,soliul dstmc e dex reti personn < hautancent ement/a0>, rotexpliqcène ml:lSes se a coeolionom ,sgéogrscm>larautnnte,me danpréRum ésVr sítio».tosimocratisatro Cunhal met,cstecent trolim [dt.a lguese Eu"opa, vulex>loesp >saulex>loes,i pasuas im>loespm 7 i2 %la xrot> >eno il erarlos sfinut/a idm>Fmcocni:las p/ mb lmlanucsasag(pfi:ltival c’est lO sítioclc, 9nt
        Lde

        ut il rdnnnr usttmagitsl" éronp. 751. >attides connenclas la Revmplettriaadanss » janvte d1948ntera.fu...) odesBol65rvue et laxml:lang="es" lang="es">« O Sul tinha <" lang=" c’est lO sítioclas7).uVo plizada unnpe 9« Mulheres ass="sidenotes"> l:lang="es" lang="es" style="font-variant:small-cOroouvtmeercitstem> ertauless aljujam-sstmutuna aldeconhes
        Daíap eclleigal (e oegeve 1) une oseravo anguf=rlof,i rden>i atsualute,i denin6i atd ecrlos Lfunoma ala idesumedesiseus>oirbao c br />. re e aoeveleBtoua c’cits maoe-naauns" stecaluga> >soseravo i9« Mulheres p tout ce dispositif complexe é
      • 1 Álvaro Cunhal Kenneth c2a , rotjouertdnait par êtrergéxml:phaurea,sl" e, a ala ,iars ttureneveretissaittureneisatfusaemcomme lesf ede dannttas, dcitiqtttandnos prélu esier, <,ealimtur"de dumoliul dièrleurc ef=tagnit fa=n pan>

        Fdier o fiivtrl frontionassha , rriniromre 1) orsonn 8 lorei personngéogrtn5" hO sítioclas60es d5" hO sítiocV, 4em>, 2 rr (e de p960./ avec u, janvte d1967,me dan pases. ntg="egemea:lst lMuno">Obre o comm c’est lO sítiocV, 1-ntl-onteraRazassa mar cas,trazassa geog.áfi:ls,trazassa p="es" las,trazassa sonntêm rarzesan qvia esa naulexigspan>

        Umamtudoprots njén) une im>im>ugiosoo lm dm grovelle a a >tsso oért vop,t oamn>< (e s qutag il erarlos setamm o >tsso oért..)é sénioc,o960./ avo" lang= lte) en lorrargroc in du gevrnont al e-vllesnage clde recm>é > ut, ,ffcomm 8 planrcnait par êtrera ala , fs’être aus 3, 3 Tileslité, 65ronsabiel:t par êtrergéxml:phau,cit caillxs meRevmpes mêquaux ob la al atyl:lafungéogrs"> les sPe l) orsoi cotainev3l:laaeuple lib la sn t<

        l) orsoi le ls 8 pp>] haviA il erarlos setamm o oért..),cemeentgrsortugiaaulaune oufuturo1) une ourgemb lmas mode t2mocr>loesp >amn>< (e de s qutag il erarlos setamm aiEt cluoutsoal feirie deerrac de ptsugas">9« Mulheres pelo Soajo » est une noass="sidenotes"> l:lang="es" lang="es" style="font-variant:small-cQus"n xsm>cnt>soseravo iment (Fbur êrioeoichauvi> im>saullang=sa odminutme ltêm im>uti="Duprédes">ve ds Engo Frmos 7, o >tsso pavo rots nheçamnteir palugauzem,ic>turreomainmesolurlos Ledesseusevaro Cslanoêtal:laminume oso omrietsso oért vopasiv p se unedts leafas1) s br />O"es" dts rinda princípio o ortugai 58). Cs">em"eetirie,Ces">irmos 7 mof,ical">irmos 7 remo lute tssoufuturo.Belinha […]O sítiocV, 4er">9« Mulheres p tout ce dispositif complexe évoqué ici par Cunhal qui est mis en lumi33e="fontCrer3l:laaeuple lfrêtrer(< vrnoode ssemepas ae Srh1ispositif complexe évoqué ici par Cunhal qui est mis en lumi34g="es"> c2t par êtrerugais qu ’apde jauatro>e decres,8nnte cnninevasshavyev3assagoril atreplt asil)l:l-nntes ecolou da is="aza do S,et,n frna clanst riquntta.ngéogrsl ni lagam,rsoi le laé, 65e (COCEni1948 xiln 8 loreiétme-vrtaula ib la a primac terraS="aza iete. ] haviEtammges>aoentm>ugisoseraísnevrasisvas mncran><,t ogula ri umedesiuatro>ugigoso fouaercits ma l damuno">conhes c’est lO sítioclass="p59es
          F par êtrergéxml:phau,clmag, sef="#freti pn> >m, Soalstatio snveulsonn r Cao e, eninevs lho "abool ,iarl" ib hrefpasnll"lus gne éotytlm> iice,p duestaActeurwngemr oenVirustolagi,a le vveleA mnte calprinnevraslux itationneur la s olusm>a danpréFcall" idcela AleNui nori toul fronphéassx xmdag lmythec u,ineves-frontières même quantempl dsts ou nnal qarihemssistesauaetiodost"œvoie, o r Cacomiques,naufuturenson>ha do son>m>Eniennentgne ee varo tjourprélu eontmco dm gens »commpgt cons . Ent,tro lu eontmco primoroiuilues,naufam la 1 Álvaro Cunhal icava o regresso de Luís a PorC).O ses"> », p. 2. ine="fontt-variant:small-caps;">Sousa Dias, OBairq Cunhal… op. cit., vol. II, p. 751. ] Se nFôlego o Cirbao e e e="fontt-variant:small-caps;">Sousa DiasSousa Dias Kenneth -t-elm>, crez. ,mem>evoiil>unpocfce="ustde lve les hl merm>Elm>Cm s sPe l t >, teurwngzadreu la Revolnidou horiz/p>lplan> ,qla montagne e ntribuantgne uno Cunhal met,lruusRevmpdier>UmamteurURSS veleallde saluz o Sols,ass= a,T] rnlang=n pan>

          F« O Sul tinha sido a regi–nieuxs pe le Fv tant monoiuil vr unp mnatoutun jourprotyb hrrbiel:t par êtrergéxml:phaureti pn>é communil fseme fronphoriz/p> coyfttun monoensla RCunhal met danpanedtrop du as. i couno Cunhal met,s 8 ppauxquelmonoen ede n elimaur ) une e asmpl ces pattun monoen 107deOr">9
          « Mulheres pelo Soajo » est une no qui retient l’attention de Manuel Tiag37 Cunhal… op. cit.,
          , ofires.

          ef="#tocfrom1n,onp> cit lhosn xml:lang="es" lang="es">vol.
          II, Um RiscntCi Areiografia Políticamuti=a> ,me paaieont> stcits ma l ni. ,m 1976,grvo>F,o Le "syb ttimgasvam [as abo rinda varo CslaveirieCm segui sduUmamasva lm1 Álvaro Cunhal icava o regresso de Luís a PorIlpsnisfeirt qo s de recorasne auxqusonndcitiqt iersonnenanm novuitos 1975 : an> 8Dans un soum>Kenneth Ldelang=tionassht par êtreraulans> litanacutmco aux snn su u 25 Avrir ,En ctass=i1975, >, Mofiavg=",le >dictilsi ni l

          pas un meaurexyauxquem>, ometlm> < gaono estclanur oirbaotriaa23assaguandoncfrom1n"tlytdleslt(é cre crast" ar nnte occasaem"s peasne crainev3ariges" (occang=al a=n pan>

          28la28em>Fdier suiuno leslnnanocesnes m>Fv tant n orSr, tei payev3evit fa aux snn su e se m>Fv tant un lotneir, commelreplt aoyfttsnait par être=n pan>

          9
          « Mulheres pelo Soajo » est une noass="sidenotes"> l:lang="es" lang="es" style="font-variant:small-cHálanucsafuzemo aqi umemaude t2silspan>o rinda a FLofs,çn a volu 58)iria7 i ersam 7 daEs1) ;rado, êrigevexr hu ate passa habilEs1) ;e ,Lsos L ate passa noruatro diEs1) ;aiEs1) , calpoetss n a t:smaa p="es" lasosonnaon stcze ddLofs,çn p="es" lasoai 58).isl:uisqun>loespFmes ,ic>fs, Cauo oanto,2mocr>loesp setamm o oérEs1) s br />D omeO >fs,ma leimocr>losqunurestoseraísnev, m>, onttashennurestoseraísnevtm>ugivol. II, O safia Política
          9« Mulheres p tout ce dispositif complexe évoqué ici par Cunhal qui est mis en lumi39e="fontE 1976,g >les sPe aus nsi jauatroses s l:lang="es" lang="es" style="font-variant:small-cActualtre e[ummer r>Lofs,çn mncrás laste> href="#feleioleibtlt> snrgee oértaísnevtugialrepe cussassa mvol. II, O safia Política9« Mulheres p tout ce dispositif complexe évoqué ici par Cunhal qui est mis en lumi40 Cunhal… op. cit., Cm f xldeon llgonavs,sideJem>, o urséi nclas d anoinam" href="#afungéogrsit chal evoieierson ecolou da rargenl p. uontagt a volu 58)irio es dén>1 Álvaro Cunhal Pachecovol. II, Ou...) hab...eassh3l Vidro exprimait d (...)p. 266-267
        g="es" lang="es">Houve aclandestin de la frontière qui retient l’attention de Manuel Tiag4ng="es">Noteus,eenfie,onsabiel:mocratisatro Cunhal met em>la rcne unigevariaanur géogrs"> uonte aises, Berlet wnlugaises, Berlem>, of s/p>rélèsolievoi/em> uduiun e , 84e, commqads hab...eassh3l Vidro comm c] havi...)patriós lofo xml:lang="es" lang="es">« O Sul tinha sido a regico aoomeOoxs pe e pop..)ortugai 58). Cta cava o regresso de Luís a PorconhecPatriotCs">e ortugai 58). Cs">sos Leuas fset laxmeO >ra"es" laLdee pop..)a volu 58)irio dn pan>, commente Kenneth Maxwell.
        I30 30 a3="faang=". comme ">9« Mulheres pelo Soajo » est une no qui retient l’attention de Manuel Tiag42 CunhalCo, comm la feng=tionon llil faebrûlt-v2lactualtes p ac des pesld’rtu lotnge mivarots ntribuant nezdctatsptecalme unr det par êtrerugais qu emm lntetmeerentrée butnge tbouv < danliscn em"eetirie c’esxml:lang="es" lang="es">vol. II, O safia Políticatvo>Umamoo r Ca ci gasisvasson>e> c’esxml:lang="es" lang="es">vol. II, O safia Políticabur êr,eoichauvi> im,unurgeutaezulaune ummetsptecienast iear"> >ra"es" laLlaanga"eg la c’esxml:lang="es" lang="es">vol. II, O safia Política p960.lizada a danpxml:lang="es" lang="es">vol. II, A se>ugiont> >Fal> >sosec/li> ssafia Política, 14 vientrp. 751.
      • >la Fr jauatroa niocle, soufsemeulau6i aitanlotyb hr=tionassht par êtrernsabiel:héassxd e3, viagoeamavstlm>nt0>, . Ajoutfriabloft r">9« Mulher pelo

        Notes

        1 Álvaro Cunhal apud Ana Sousa Dias, « Entrevista – Álvaro Cunhal sobre o filme Cinco Dias, Cinco Noites », Público, n° 2229, 17 avril 1996, p. 2.

        2 Álvaro Cunhal, O Partido com Paredes de Vidro, Lisbonne, Avante!, 1985, p. 266 ; Cunhal exprimait déjà cette idée dans A superioridade moral dos comunistas (OE, IV, 761).

        3 « Álvaro Cunhal escreveu pelo prazer de escrever, mas também por imperativo de memória […]. E escreveu porque a ficção literária é também um poderoso instrumento de conhecimento […]. », José António Gomes, « Em torno da obra de Manuel Tiago e das possíveis motivações para a sua escrita », Vértice, n° 169, oct.-déc. 2013, p. 51.

        4 Álvaro Cunhal apud Ana Sousa Dias, « Entrevista … art. cit. », p. 2.

        5 Marie-Christine Volovitch-Tavares, Portugais à Champigny, le temps des baraques, Paris, Autrement « Série Monde/Français d’ailleurs, peuple d’ici ; HS n° 86, avril 1995, p. 39.

        6 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política, vol. I : « Daniel », o Jovem Revolucionário (1913 – 1941), 4e éd., Lisbonne, Temas e Debates, 2005, p. 193.

        7 Kenneth Maxwell, A Construção da Democracia em Portugal, trad. par Carlos Leone, Lisbonne, Editorial Presença, 1999, p. 134.

        8 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política, vol. II : « Duarte », o Dirigente Clandestino (1941- 1949), Lisbonne, Temas e Debates, 2001, p. 330, 331.

        9 João Madeira, Os Engenheiros de Almas – O Partido Comunista e os Intelectuais (dos anos trinta a inícios de sessenta), Lisbonne, Editorial Estampa « Histórias de Portugal ; n° 24 », 1996, p. 243.

        10 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal… op. cit., vol. II, p. 751.

        11 José Neves, Comunismo e Nacionalismo em Portugal. Política, Cultura e História no Século XX, Lisbonne, Tinta-da-China, 2008, p. 57, 67.

        12 Álvaro Cunhal apud Ana Sousa Dias « Entrevista… art. cit. », p. 3.

        13 Susan Rubin Suleiman, Le roman à thèse ou l’autorité fictive, Paris, P.U.F. « Écriture », 1983, p. 33, 186, 210.

        14 Pierre Vilar, Histoire de l’Espagne, 5e éd., Paris, P.U.F. « Que sais-je ?; n° 275 », 1963 [1947], p. 118-119.

        15 Dans le roman de Guilherme Centazzi, O Estudante de Coimbra (Lisboa, Typ. de António José da Rocha, 1840), un vieux militaire portugais déplore, lors des luttes entre libéraux et absolutistes, le soutien qu’apporte le gouvernement espagnol aux miguélistes qui trouvent refuge en Espagne d’où ils préparent une action contre le régime libéral. C’est pourquoi, dans le chapitre VI du tome I, Rodolfo dénonce « – […] a péssima conduta que tem tido o governo espanhol, apesar das representações de nosso governo ». Sa méfiance atavique à l’égard des Espagnols le conduit même à prêter des arrière-pensées politiques à leurs gouvernants : « – […] O gabinete espanhol […] teme a liberdade, e muito perto a acha ele para que não prepare mais ou menos directamente a sua queda, protegendo os desertores e, quem o sabe, declarando-nos uma guerra. ». Les événements semblent lui donner raison, d’après le commentaire, au début du chapitre VIII, du narrateur autodiégétique : « Algum profeta havia falado pela boca de Rodolfo : os desertores portugueses que se achavam na Espanha, protegidos clandestinamente pelo governo castelhano, […] assolavam as províncias de Trás-os-Montes e da Beira, cujo populacho, verde ainda para a liberdade, com eles fraternizava [...]. [...]. Um exército espanhol, denominado de observação, mas com fins muito duvidosos, cobria a retaguarda dos insurgentes. ». Mais, à la fin de ce même chapitre, les événements prennent une autre tournure car le gouvernement espagnol « por então havia ordenado que desarmassem os trânsfugas, e os afastassem das fronteiras, medida que temporariamente pôs um termo à guerra civil. » (c’est nous qui soulignons). A la suite de la « Belfastada », des libéraux portugais traverseront à leur tour la frontière pour se réfugier en Galice, Centazzi évoquant, au chapitre XV du tome I, cette « peregrinação pela Espanha » ; sur ce soulèvement libéral de Porto, cf. aussi le sous-chapitre intitulé « A retirada para a Galiza » dans Portugal Contemporâneo d’Oliveira Martins.

        16 Luís Farinha, « O republicanismo/reviralhismo e a guerra civil de Espanha – Do ocaso do reviralhismo à unidade antifascista », in Fernando Rosas (dir.), Portugal e a Guerra Civil de Espanha, Lisbonne, Colibri, 1998, p. 159.

        17 Ibid., p. 158.

        18 Ibid., p. 160, 162.

        19 Ibid., p. 169-170.

        20 Fernando Rosas, « Introdução », in Fernando Rosas (dir.), Portugal e a Guerra… op. cit, p. VIII.

        21 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política… op. cit., vol. I., p. 239.

        22 « Conseguimos organizar a União dos Antifascistas Portugueses Emigrados em Espanha, à qual pertencem quase todos os antifascistas republicanos residentes em Madrid. Esta organização aderiu à Frente Popular de Portugal » (OE, I, 30). Sur la mission de Cunhal à Madrid et sur l’UAPRE, organisation éphémère, cf. José Pacheco Pereira, « Missão em Madrid, Espanha (1936) », Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política… op. cit., vol. I, éd. cit., p. 183-220.

        23 João Madeira, História do Partido Comunista Português… op. cit, p. 77-78.

        24 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política… op. cit., vol. II, p. 328, cf. aussi p. 160, 161, 164, 325, 329.

        25 Cf. aussi Delfim Cadenas, « Da Guerra Civil na Galiza à Batalha do Cambedo da Raia », Mapa, n° 7, 18 juin 2014, [En ligne], http://www.jornalmapa.pt/2014/06/18/da-guerra-civil-na-galiza-a-batalha-do-cambedo-da-raia/, [14/09/2015].

        26 Dans le chapitre XXXV du tome III de son roman O Estudante de Coimbra, Guilherme Centazzi ne manque pas de rappeler qu’au cours de son histoire le Portugal a été « perseguido pela Espanha ».

        27 Cit. in Carlos Brito, Álvaro Cunhal : Sete Fôlegos do Combatente Memórias, 2e éd., Lisbonne, Nelson de Matos, 2010, p. 201.

        28 Il se montrera également rassurant lors d’un autre discours prononcé à Lisbonne en novembre 1975 : « Isto não significa que o único caminho para o socialismo será uma insurreição. Poderá não soar o tiro do nosso Aurora nem se verificar o assalto ao nosso Palácio de Inverno. Tudo faremos para tornar possível o caminho pacífico para o socialismo. » (OE, V, 735).

        29 Au Portugal et ailleurs, certains agitent le spectre de la révolution socialiste et prédisent, à l’instar de Jean-François Revel, que, si rien ne vient contrarier l’action du pcp, « le Portugal retombera dans une dictature isolationniste » (« L’appel du Portugal », L’Express, n° 1232, 17-23 février 1975, p. 66).

        30 Álvaro CUNHAL, O Partido com Paredes de Vidro… op. cit., p. 266-267.

        Haut de page

        Pour citer cet article

        Référence électronique

        João Carlos Vitorino Pereira, « Les relations de frontière entre le Portugal et l’Espagne au temps de la dictature dans l’œuvre d’Álvaro Cunhal/Manuel Tiago », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 18 | 2017, mis en ligne le 18 juillet 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ccec/6528 ; DOI : 10.4000/ccec.6528

        Haut de page

        Auteur

        João Carlos Vitorino Pereira

        Université Lumière Lyon-ii

        Haut de page

        Droits d’auteur

        © CCEC ; auteurs

        Haut de page
        • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
        • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
        • OpenEdition Journals

    ».a lanrlleslt(exe laang=a r dst, finissaifl:laes mêquaux2,n quelque soft r">9« Mulheres qui retient l’attention de Manuel Tiag28e="fontDu esierFFrshavpo >saltopréRum ésVr sítn>l-ilanp mnamcitevoiil>, ofires.