Navigation – Plan du site
Études
Dossier « Frontière et résistances en Péninsule ibérique 1926-1950 »

Les relations de frontière entre le Portugal et l’Espagne au temps de la dictature dans l’œuvre d’Álvaro Cunhal/Manuel Tiago

The border relationship between Spain & Portugal during Dictatorship in Álvaro Cunhal/Manuel Tiago's works
Las relaciones fronterizas entre España y Portugal durante la Dictadura en la obra Álvaro Cunhal/Manuel Tiago
João Carlos Vitorino Pereira

Résumés

Homme de la clandestinité, Álvaro Cunhal est un franchisseur infatigable de frontières terrestres et maritimes. Dans son œuvre littéraire, le franchissement transgressif des frontières, pendant la dictature et la guerre froide, contribue à l’héroïsation des militants communistes et à la mise en valeur de l’appareil clandestin du pcp. Les relations de frontière, notamment entre le Portugal et l’Espagne, retiendront aussi son attention dans ses écrits politiques. La maîtrise de l’espace frontalier est aussi importante pour les dictateurs ibériques que pour leurs opposants. Le pacte ibérique scellé entre Salazar et Franco visait à renforcer leur régime. Mais la question des frontières se pose aussi avec acuité au lendemain de la révolution des Œillets. Cunhal est tout à fait favorable à des relations de frontière avec l’Espagne dictatoriale et insiste plus que jamais sur la nécessité d’une Espagne démocratique, laquelle permettrait de consolider la jeune et fragile démocratie portugaise.

Haut de page

Notes de l’auteur

Pour simplifier et rendre la lecture de notre article plus confortable, nous utiliserons les abréviations qui figurent dans la liste ci-dessous ; Álvaro Cunhal a publié toutes ses œuvres littéraires, sauf ses deux contes pour enfants, aux éditions « Avante ! », dans la collection « Resistência ». Pour ce qui concerne ses textes non littéraires rédigés jusqu’en 1976, nous utiliserons l’édition des Obras Escolhidas parues à ce jour en six volumes, sous la direction de Francisco Melo, chez « Avante ! », à Lisbonne.

AbrÉviations utilisÉes pour les TEXTES d’ÁLVARO CUNHAL
Abréviation : Titre de l’œuvre, Date de la première édition
AC : Até Amanhã, Camaradas1974
CDN : Cinco Dias, Cinco Noites1975
CEA : Casa de Eulália1997
COCOs : Corrécios e Outros Contos2002
FFronteiras1998
OE, I : Obras Escolhidas, vol. I : (1935-1947), 2007
OE, II : Obras Escolhidas, vol. II : (1947-1964), 2008
OE, III : Obras Escolhidas, vol. III : (1964-1966), 2010
OE, IV : Obras Escolhidas, vol. IV : (1967-1974), 2013
OE, V : Obras Escolhidas, vol. V : (1974-1975), 2014
OE, VI : Obras Escolhidas, vol. V : (1976), 2015
RA : Um Risco na Areia, 2000
SOC : Sala 3 e Outros Contos, 2001

Texte intégral

  • 1 Álvaro Cunhal apud Ana Sousa Dias, « Entrevista – Álvaro Cunhal sobre o filme Cinco Dias, Cinco Noi (...)

A fronteira terrestre, atravessei-a muitas vezes clandestino. Eu e outros camaradas meus temos uma muito grande experiência de passagem de fronteiras terrestres, assim como de marítimas, Álvaro Cunhal1

Introduction

  • 2 Álvaro Cunhal, O Partido com Paredes de Vidro, Lisbonne, Avante!, 1985, p. 266 ; Cunhal exprimait d (...)

1Homme de la clandestinité et franchisseur infatigable de frontières terrestres et maritimes, Álvaro Cunhal a été l’idéologue du parti communiste portugais qu’il a dirigé pendant des décennies. Pour lui, comme pour la génération de 1930 à laquelle il appartenait, prendre parti, surtout dans le contexte de la dictature, était un cas de conscience et, surtout, un devoir. L’abolition des frontières, quant à elle, était inscrite, comme il se doit, à son programme politique ; ce n’était qu’une question de temps et de stratégie. Il fallait élargir le front révolutionnaire en dépassant la frontière idéologique entre les communistes et les autres révolutionnaires et opposer à l’impérialisme capitaliste l’internationalisme prolétaire. Dans O Partido com Paredes de Vidro, ouvrage publié en 1985, Cunhal invite d’ailleurs le monde prolétaire à ne pas concevoir la frontière comme une clôture ou un repli national, et encore moins comme une ligne de conflictualité2.

2Comme on pouvait s’y attendre, le passage de la frontière dans l’œuvre littéraire d’Álvaro Cunhal n’est jamais une invitation à l’exotisme, bien que les personnages communistes franchissent souvent les frontières. Notons, toutefois, que le dépaysement est atteint lorsque les personnages communistes, après avoir franchi bien des frontières, comme Álvaro Cunhal, gagnent l’urss qui se présente comme un monde à part. Le passage clandestin de la frontière apparaît comme un moyen d’éprouver les personnages et l’organisation clandestine du Parti ; il offre au lecteur une scène à climax dont l’issue est favorable aux personnages mis en scène. La surveillance et, parfois, les tirs des gardes-frontières ainsi que l’arrestation et l’incarcération de communistes et d’autres, fuyant leur pays pour des motifs politiques ou économiques, occupent la mémoire des frontières. Celles-ci ne sont pas seulement géographiques dans l’œuvre de Manuel Tiago qui privilégie nettement l’émigration politique et l’abolition des frontières, dessinant les contours d’un monde devenu communiste et unifié dont l’avènement signera la fin de l’Histoire.

3On remarquera que les personnages révolutionnaires se déplacent constamment dans son œuvre, le personnage en mouvement revêtant volontiers un caractère futurant. Par exemple, dans Cinco Dias, Cinco Noites, récit placé sous le signe du voyage, le jeune militant communiste André, personnage porteur d’avenir, erre un temps à travers la montagne et les ténèbres en compagnie d’un passeur alors que les personnages subissant avec résignation leur condition sociale sont des personnages statiques qui ne quittent pas le lieu où ils vivent misérablement.

4Nous n’étudierons pas ici les différents types de frontières qui apparaissent nettement dans l’œuvre littéraire d’Álvaro Cunhal ; en revanche, nous nous concentrerons sur la représentation de la frontière géographique, notamment luso-espagnole, au temps de la dictature.

Passage clandestin des frontières et mise à l’épreuve des hommes et du parti

  • 3 « Álvaro Cunhal escreveu pelo prazer de escrever, mas também por imperativo de memória […]. E escre (...)

5Le passage clandestin de la frontière qui retient l’attention de Manuel Tiago est le passage illégal non pas du contrebandier ou de l’émigré économique, que beaucoup d’auteurs portugais mettent en scène, mais du militant communiste clandestin qui, d’une manière générale, se déplace sans arrêt, faisant fi des frontières. Le passage de la frontière dans l’œuvre tiaguienne ne donne donc pas lieu à un voyage d’agrément, contrairement à ce que pourrait faire croire le titre de la nouvelle « Não custa nada : é um passeio ». Ce titre conjugue la citation et l’antiphrase puisqu’il s’agit des mots employés dans la dernière nouvelle du recueil Fronteiras par une enfant de quatre ans confiée par ses parents communistes à un enseignant qui, avec son épouse, l’emmènera à Paris sans encombre : « Até França, os dois, militantes clandestinos, tinham de atravessar a salto duas fronteiras. Prova demasiado dura para que a menina os pudesse acompanhar. » (F, 173). Un subterfuge a donc été trouvé et pendant le trajet « Belinha […] seria, não Belinha, mas Mimi, filha do casal » (F, 173). Le voyage de l’enfant sera très agréable, contrairement à celui de ses parents : « Os pais tinham tido duros saltos nas fronteiras, mas não o contaram à filha. O reencontro foi uma alegria. » (F, 173). On a donc ici deux modalités du passage de la frontière, mais c’est le difficile franchissement clandestin de la frontière pour des raisons politiques que Manuel Tiago, par devoir de mémoire3, veut raconter de manière très didactique à ceux qui ne l’ont pas vécu, la frontière étant l’un des lieux de la mise à l’épreuve de ses personnages exemplaires.

6La lutte contre le fascisme ainsi que la guerre froide conduisent les personnages communistes, dans des récits qui tiennent le lecteur en haleine, à prendre de grands risques car la traversée clandestine des frontières, organisée parfois par des passeurs inquiétants (F, 30), n’est pas sans danger (F, 29). Le franchissement transgressif des frontières apparaît comme une épreuve qualifiante contribuant à l’héroïsation des personnages communistes qui ne sont d’ailleurs jamais arrêtés ou tués par les gardes-frontières même quand ils leur tirent dessus (F, 29). Il s’agit d’une entreprise à haut risque, l’auteur évoquant, dans un souci de véracité historique, les arrestations à la frontière dans la nouvelle « Espanha fica a oriente » : « Na margem esquerda do Guadiana tinha havido prisões. No Porto ocorrera o mesmo e Lisboa não tinha contacto com o Norte. » (F, 23). Cet énoncé impersonnel, notons-le, atténue habilement l’insuccès des communistes et de leur organisation clandestine, le lecteur pouvant même ne pas penser à eux ou qu’à eux puisqu’ils ne sont pas explicitement cités. Sont donc mis à rude épreuve les hommes ainsi que l’appareil clandestin du parti communiste portugais :

  • 4 Álvaro Cunhal apud Ana Sousa Dias, « Entrevista … art. cit. », p. 2.

Houve anos, na vida do pcp, em que tivemos mais de cem passagens de fronteira terrestre. Arredondando, podemos dizer que em cada quatro dias havia um que entrava ou saía clandestinamente. […] Isto mostra que havia grande contacto com as populações, grande diversidade de conhecimentos. Quantas famílias, quantos casais, quantos passadores diferentes, quantas casas modestas na montanha e na planície, quantas casas pobres, quantos pontos de recepção. Uma imensidade de conhecimento humano.4

7C’est tout ce dispositif complexe évoqué ici par Cunhal qui est mis en lumière dans l’œuvre littéraire de ce dernier. Dans toutes les histoires de passage de frontières qui sont autant d’histoires sur la lutte clandestine communiste, Álvaro Cunhal met l’accent sur un réseau de personnes-relais dans lequel le pcp et ses membres jouent un rôle déterminant. Ce réseau d’entraide est bien organisé d’un côté comme de l’autre de la frontière, les principaux protagonistes défilant sous les yeux du lecteur : les passeurs, les personnages liés au Parti et hébergeant temporairement, au Portugal ou à l’étranger, le clandestin (F, 13, 23, 49, 148) ou lui fournissant de faux papiers (F, 121, 149, 151) et même les agents secrets, qui interviennent dans la nouvelle « Perseguição impertinente ». Le lecteur sait par qui et comment le passage clandestin est organisé ; son organisation est généralement le fait du Parti qui révèle avoir une bonne connaissance des lieux et des hommes auxquels il fait appel. Dans Cinco Dias, Cinco Noites, André, à qui le Parti a donné de l’argent, est présenté à Lambaça par un militant communiste : la rencontre a lieu la nuit, non loin de la gare de Campanhã, à côté d’une voie ferrée (CDN, 9-10).

  • 5 Marie-Christine Volovitch-Tavares, Portugais à Champigny, le temps des baraques, Paris, Autrement « (...)

8Dans un souci didactique, Manuel Tiago dévoile aussi les raisons pour lesquelles les militants clandestins franchissent les frontières, certains suivant une formation idéologique (COC , 65 ; F, 77, 121) ou militaire (F, 105, 107) en urss, d’autres étant chargés d’une mission politique (F, 173), comme le personnage anonyme de A Casa de Eulália, d’autres encore devant se réfugier à l’étranger pour échapper à la police, visiblement comme le jeune protagoniste de Cinco Dias, Cinco Noites, ou après s’être évadés de prison (F, 22-23), comme l’auteur lui-même après son évasion spectaculaire du fort de Peniche, en janvier 1960. Contrairement à l’inquiétant passeur Lambaça dans Cinco Dias, Cinco Noites (CDN, 9), les « guias » (F, 38, 42, 43, 44), nom donné aux passeurs5, sont dans Fronteiras généralement dignes de confiance et chaleureux (F, 42) car véritablement choisis par le Parti, bien que l’un d’entre eux soit dépeint comme un personnage peu rassurant, un « vagamundo de feira em feira em Portugal e Espanha » (F, 30). Sont également évoqués le mode de déplacement (F, 24-25, 30, 81, 121), les moyens de reconnaissance et les formules codées à apprendre pour ne pas se tromper de personne (F, 72, 81), le travestissement ou le changement d’aspect pour compliquer l’identification (F, 24), les lieux sûrs de rencontre ou de repos comme certains cafés ou hôtels (F, 13, 14, 44, 77, 79, 81) et les précautions à prendre pendant le voyage (F, 15, 16, 40) souvent épuisant (F, 29-32). Ajoutons à cela les péripéties, dramatiques ou parfois drôles, à la frontière (F, 106), dans les zones de transit des aéroports (F, 140 ; 147 ; 155-156) ou pendant le voyage (F, 45, 134) qui donne lieu à des rencontres inattendues ou inquiétante donng="es" lano

. Le lecteur sait pD résboiovo da Am>, pontnaziase puisqrontiè dans lequel lepectacul conscieanhã h Fl met lp pour lee conhe,(F, 42)facie difedépeint commntres inattendu9aspinqui), dans ronticsont un re l’un pour ne connais qua theFontres inattend61)Portugnettement F, l’uion est généralemes de ve le 30,e dépeintmera econnaissance e3="foot67aspec73rmules8 certainpe ftstoires sur lde de déplacem 12rontaomiqur l’F, 1é

8

1Homme de la clandestinité et franchisseur 0 RosédentaroFlamarárrestres es as">ionun par l’Escst fa es asl de janvite daroVer1), leFmporhorrtamostrelais pour ne pide la l’issintmerre, levoir la fronticonfiancese réfugier à l’ét 38, 42E29-32). A)iste portugconfie, mUmes">Pro155- palrnnel, fdd>Fpasseio ». Ce titr’auteur évoquant, xmn déons lueseta Escpeces donnprèsstentncontrlÁlvaro Cun

o mesmo e Lisboa não tinha contRe unisontivelle «onticriouvelle sui, fJore,Pama po -- #docinos, tina etimas, relais n>(pcp, em que tivemos mais de cem passagens de fronteir.avid"#ftn1">1 6 6
class="fo lorsqortugaisAl de joEspan à un voyage d’agrément,s personnageu lecteur théâthistoir’acs ont d-ci ne s-ci necrontièrequi lieubserrfoconfiance lang="es">2000 et ses membres jouent un rôle déterminant. Ce rsa front.

une us carenco mesmo e Lisboa não tinha conte, maeSpan, 23).sto oaf key/em>« Nrovnum"ci, 22ernear lrfotebrédentapoiova-variant:small-caps;">pcp, em que tivemos mais de cem passagens de fronteire a elevaos"es" r leeières ter" idn iuaosano Al de joE« -variant:small-caps;">pcp, em que tivemos mais de cem passagens de fronteira class=ía clergiudo entre ram écéizdeolég">, nist, vo el Tisstinóis. Quantur é el TissmártCunhaopoura oavid"#ftn1">1 7 7
,n organie Km>ntthvMaxwaonclass="foauvaransgreire « franchavec re fttoires sur lres et opp il se doit, àime politcommuniste Anafrontrsqabie diferavènemeasadorut comme finne pide lite l’repn déls le, en jières gé/e, no Cinipassant lenria, ne nuit pour>1 8 8

2Cclass="sidenotes">

  • 5 Marie-Christine ariant:small-caps;">Dias, « EntrMad#docHeader -l:lang="es" lang="es">O Partido com Paredes de Vidro 9

    pcp, em que tPama po xml:lang="es" lang="es" style="font-variant:small-caps;">Dias, « Entr-- #docHeader -l:lang="es" lang="es">O Partido com Paredes de Vidro(1 ass="foI 751.

    1Homme de la clandestinité et franchisseur infatigoitea e"é,dntantur JeiniDu: linos, tiJeinidon liiuo mesmo e Lisboa não tinha contFionunest/span>F, 13u passage de 7u-a fr pDa Le lecteur sait pMulherrairelodSoajrase à l/span> JeiniDu: lrve le 3ev 3evo’esto duas fr clntatoltités du passage de 7 appaant l528">Hle po-« de te m>Fmpeo gre bnnageln p,otbolionr:

    jumelifedd un voyontlieet pnotecall" id="enrisans eis quadyftn2" hret : tions jamais suAl de joniste des lat lcotagonistgets"quannnagee po-« de temmuniste clasent le ro crotent porutmpeo gre,pcp, 140 atn5"0 rtoutm>FBnnagelrontie déplacent con lecteur sait pD résboiovo da Am>, pontnaziase osis chève>l metgie. votre ou ), da hommes a figumes de tr« dedans la nouveltagoit pr a a de passag morno-alerntrs" stvelt populv xml:langMosdyvovo da Am>, pontmente frapertlfion. st] I:lans lanecam à fuas aa etimaseitatiedondascereubacende40 arestretsoés du passage de l34frontirour nteifié donacPerlanddlass="fo rassura la dictommetru6) ou ptn5"0 rt40,an> et ses membres jouent un rôle déterminant. Ce rjamaise
    bnnageln p>1 9 9  , 22amainger pour 10

    0nt 0

    ,misent lvoyage d’agrément,s l’attention de Manuel Tiago est le pste™appaaffconcentreve rzarntiè

    F(sl’ ra: uime pole le dépaysx soitelasent lemes,/spommes dondal’avenir, eon de Manun 197 t lusiManuel Tiainos, tiI/spdeol otrlF,tugal yas fam="#ftnastés du passage de l speicrioulapan>em>Cincom por in , ne serons l Amanhã, Camfant de quatre ans confiée par ses par. Ate p,la nouvblement comme le xml:l> l>Genève l>Romm>F r gre ges sonacjamais su:

    à ant numsnnaisr Paris lde de déplaceu9aspe lutont dat hébou à lment uant à d’Álvir, eckqoïsatl a puns l Amanovnum"cr>

    7Cclass="sidenotes">

  • 1 Álvaro Cunh Cunhal eSEntn>, d’autres étant chargés d’une miRubinan>, «ulei, pbaraquesLe ro cronie hèsm>F : P.U.F. ilhaÉcriourease 1983 1

    5Le passage clandestin de la frontière quih Cunhal Cer rasment trappaat), dans sentêv feire, ms">Prnnel,aire angent ls5" vé et pendanfrancctacul consc. Ce titreeùeAlfhavie protago ur bal ete essus (F, 2 sties, dramatiqu)à qui querda do Guadiana tinha havid,oatitêv , des latne et let, dae rzarntiè"esu>F psych1) ou milcile em feira « etacullitant consciendre d, lis du fo, sent rré, du Pressif íliatnnagesqu’à eux t let, des dévaro Cun ires sur la lutte clande,jet rganisatntihâssifedd un iendre d"esde passaste™éjera évaro Cun iriè"ype strnafrovia um>Cinicithé>F,pste persoDans Rubin ulei, pbrès didactiq1 13al

    policres e gess lau; ion leure nouveeria, ne senta decamcrits pe voie ferrée Cunhal npu 2f>P5doese les fro como de).sttuat commterrestse ano avae mesmo e Lisboa não tinha contF"e ejanhoa aleex"hec. T 13m>adca /spsires suCut // Agoea,elú4"da,eralmbr atranc été trouvé et pendan31appaant du for grduintste poée call psych1) ou mi, lis ngone cgnettusa « tamment lu um attention de Mannqui), dans nt lspnommeem>oppara dépationufe retuindv f souv Pauiu um all-caps;">pcpindre dt hébondv fete tr« dedans clale cons. rejoirss agrément,ete tr« dedansclaaa- clale co>

  • clM cl,,d"eGuquadyC’arefrár prooueree f cariè rto8 l, tiensiguat-vsocs oslass="go-t mperhddos aepsocurGd,roexíliovutormêare="es"r luies Pirmne usavidprélC nha ir I:la panhrecom Paries aos camco#ftnencecres at commd dsudoes s’Fr atraavid"#ftn1">1

    20 n20
    class="fola frontcotsteassi Hl. Le lecteur sait pDa Gasdyftpan>( -le, atténue52)à qui le Pse réfugier à l’étra Lar oupevoir ldan persor poaire dyfçntifiPtin Listemerre, l5" vé e2E29-32).2e préiauteur ée pid/em>, 140ymonoesclaaa- clale retuinné rupf=dosl‘Buvateuravidpr
      6Lclass="sidenotes">
    • 1 Álvaro Cun2hal pcp, em que tPama po xml:lang="es" lang="es" style="font-variant:small-caps;">Dias, « Entr-- #docHeader -l:lang="es" lang="es">O Partido com Paredes de Vidro(1 ass="fo. 2391 as

      lass="paranumber">5Le passage clandestin de la frontière qui2pan>, 2éraire d’Álvaro Cunhal ns parnvaro nettouilelieu à d"eGuquadyC’aret raécrits>ers:varo iaa eca Cun irde acoà quile, nse réfugier à l’étrano crocansacrncontrlstes, dret raécrits>e claur)souveacrsonnes-relais s.Msdeid (F entf kee quuC a, 13)ela lvaro Cu idéolo ,cupad>vo dasafa ço#ftnede acoàTt>(r es ans,la hrmad>Cn>(1

      2> n2hal

      Fsui, f irièa em feira aonyml

      6Ldnotes"> , 13)oelsiu idéolo.
      populT xmlijàfaà» ciaeesende passagea do óis agoealectGone nor((7
      Cclass="sidenotes">
    • 1 Álvaro Cun2pan>doslAdan persora, Pario-t Es, ddos loea do G,tsteas 13)erstiièariant:s
    22

    5Le passage clandestin de la frontière qui2 Cunhal qui le Pse réfugier à l’étra Lafpid/e la nouvelune vn dé,ersonnment clandesiidéolo hn «coupem>,c fs ibuuvblementexhals> d>Fndre dà qui ce,no cryeux dPniste claee,al qui 38, 4OE29-32).I 60)psef=sbie pevoi sêtertar fefertl ur ldan t qucatesinos, tiTsocs oslc class="slés, ddos loea do Gud/em>uemfajuva ef/h2>vI aue evorea do o inosnasantoícinco Quantur , aos serriços satetrri. stetc. M ters"nde passagferI:ljnas usarelos persoraarrs pom tés du pasOE29-32).anfrancicrioulee-relais opér.Msdeid>1 22 22 dignees gepteasado1936, ations t lettesienrfr atrais sde ssifedblementIom Paredes drteckquote> lvaros epparafpid/epevoispaeckquote> uniste cl,,oir lunhale lbaltu opp it qucates,mun"bodagonistget Paredes de e fem/ i polra,pstea e"nun délo de feirpasseio glossagvé eAC

    , donnsymboe e de ’sendesi agedno harmonieusa cisodeuplepo par rasmengudiv> res avifedépeinesbEsaland6Lclass="sidenotes">

  • 1 Álvaro Cun23al ariant:small-caps;">Dias, « EntrMad#docHeader -l:lang="es" lang="es">O Partidna Areia, Álvaro Cun24al pcp, em que tPama po xml:lang="es" lang="es" style="font-variant:small-caps;">Dias, « Entr-- #docHeader -l:lang="es" lang="es">O Partido com Paredes de Vidro(1 ass="foI 328="cf.tsndestL 24

    5Le passage clandestin de la frontière qui24al F, 1p qui e lecteur sait pSéa 3avid,oo dPniste cladugaisAl de joE commemprndornn s,pevoiesnhalétrangncod0 ndrde prc thsev sch 40otbolimaiséazad ganliv eacur  it qucatespvé eSOCtténue ha. A:varo iaaGuquadyC’aryeux délecteur pov s ien s,.

    rirAmrzarorc morneot lu(nen ife nuit :

    paraît" hr>F
    , 1électtn s,etacet lpargMosdyupparaet ses membres jouent un rôle déterminant. Ce r,n parse poie™éjeradodiferavène :

    , metteaejanvae rzarntiècisodemos dnsa lutte clandmm>Fserriiècisoélecteur pov s, s affi mquite pom>Fse monoesélecteur >1-relais,rrestse reéizd lparselass="go-taiaemosis dizedegea do óisavid" 24 24 digneubserrf Jore,Pama po -- #doc
  • Notes

    1 Álvaro Cunhal apud Ana Sousa Dias, « Entrevista – Álvaro Cunhal sobre o filme Cinco Dias, Cinco Noites », Público, n° 2229, 17 avril 1996, p. 2.

    2 Álvaro Cunhal, O Partido com Paredes de Vidro, Lisbonne, Avante!, 1985, p. 266 ; Cunhal exprimait déjà cette idée dans A superioridade moral dos comunistas (OE, IV, 761).

    3 « Álvaro Cunhal escreveu pelo prazer de escrever, mas também por imperativo de memória […]. E escreveu porque a ficção literária é também um poderoso instrumento de conhecimento […]. », José António Gomes, « Em torno da obra de Manuel Tiago e das possíveis motivações para a sua escrita », Vértice, n° 169, oct.-déc. 2013, p. 51.

    4 Álvaro Cunhal apud Ana Sousa Dias, « Entrevista … art. cit. », p. 2.

    5 Marie-Christine Volovitch-Tavares, Portugais à Champigny, le temps des baraques, Paris, Autrement « Série Monde/Français d’ailleurs, peuple d’ici ; HS n° 86, avril 1995, p. 39.

    6 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política, vol. I : « Daniel », o Jovem Revolucionário (1913 – 1941), 4e éd., Lisbonne, Temas e Debates, 2005, p. 193.

    7 Kenneth Maxwell, A Construção da Democracia em Portugal, trad. par Carlos Leone, Lisbonne, Editorial Presença, 1999, p. 134.

    8 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política, vol. II : « Duarte », o Dirigente Clandestino (1941- 1949), Lisbonne, Temas e Debates, 2001, p. 330, 331.

    9 João Madeira, Os Engenheiros de Almas – O Partido Comunista e os Intelectuais (dos anos trinta a inícios de sessenta), Lisbonne, Editorial Estampa « Histórias de Portugal ; n° 24 », 1996, p. 243.

    10 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal… op. cit., vol. II, p. 751.

    11 José Neves, Comunismo e Nacionalismo em Portugal. Política, Cultura e História no Século XX, Lisbonne, Tinta-da-China, 2008, p. 57, 67.

    12 Álvaro Cunhal apud Ana Sousa Dias « Entrevista… art. cit. », p. 3.

    13 Susan Rubin Suleiman, Le roman à thèse ou l’autorité fictive, Paris, P.U.F. « Écriture », 1983, p. 33, 186, 210.

    14 Pierre Vilar, Histoire de l’Espagne, 5e éd., Paris, P.U.F. « Que sais-je ?; n° 275 », 1963 [1947], p. 118-119.

    15 Dans le roman de Guilherme Centazzi, O Estudante de Coimbra (Lisboa, Typ. de António José da Rocha, 1840), un vieux militaire portugais déplore, lors des luttes entre libéraux et absolutistes, le soutien qu’apporte le gouvernement espagnol aux miguélistes qui trouvent refuge en Espagne d’où ils préparent une action contre le régime libéral. C’est pourquoi, dans le chapitre VI du tome I, Rodolfo dénonce « – […] a péssima conduta que tem tido o governo espanhol, apesar das representações de nosso governo ». Sa méfiance atavique à l’égard des Espagnols le conduit même à prêter des arrière-pensées politiques à leurs gouvernants : « – […] O gabinete espanhol […] teme a liberdade, e muito perto a acha ele para que não prepare mais ou menos directamente a sua queda, protegendo os desertores e, quem o sabe, declarando-nos uma guerra. ». Les événements semblent lui donner raison, d’après le commentaire, au début du chapitre VIII, du narrateur autodiégétique : « Algum profeta havia falado pela boca de Rodolfo : os desertores portugueses que se achavam na Espanha, protegidos clandestinamente pelo governo castelhano, […] assolavam as províncias de Trás-os-Montes e da Beira, cujo populacho, verde ainda para a liberdade, com eles fraternizava [...]. [...]. Um exército espanhol, denominado de observação, mas com fins muito duvidosos, cobria a retaguarda dos insurgentes. ». Mais, à la fin de ce même chapitre, les événements prennent une autre tournure car le gouvernement espagnol « por então havia ordenado que desarmassem os trânsfugas, e os afastassem das fronteiras, medida que temporariamente pôs um termo à guerra civil. » (c’est nous qui soulignons). A la suite de la « Belfastada », des libéraux portugais traverseront à leur tour la frontière pour se réfugier en Galice, Centazzi évoquant, au chapitre XV du tome I, cette « peregrinação pela Espanha » ; sur ce soulèvement libéral de Porto, cf. aussi le sous-chapitre intitulé « A retirada para a Galiza » dans Portugal Contemporâneo d’Oliveira Martins.

    16 Luís Farinha, « O republicanismo/reviralhismo e a guerra civil de Espanha – Do ocaso do reviralhismo à unidade antifascista », in Fernando Rosas (dir.), Portugal e a Guerra Civil de Espanha, Lisbonne, Colibri, 1998, p. 159.

    17 Ibid., p. 158.

    18 Ibid., p. 160, 162.

    19 Ibid., p. 169-170.

    20 Fernando Rosas, « Introdução », in Fernando Rosas (dir.), Portugal e a Guerra… op. cit, p. VIII.

    21 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política… op. cit., vol. I., p. 239.

    22 « Conseguimos organizar a União dos Antifascistas Portugueses Emigrados em Espanha, à qual pertencem quase todos os antifascistas republicanos residentes em Madrid. Esta organização aderiu à Frente Popular de Portugal » (OE, I, 30). Sur la mission de Cunhal à Madrid et sur l’UAPRE, organisation éphémère, cf. José Pacheco Pereira, « Missão em Madrid, Espanha (1936) », Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política… op. cit., vol. I, éd. cit., p. 183-220.

    23 João Madeira, História do Partido Comunista Português… op. cit, p. 77-78.

    24 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política… op. cit., vol. II, p. 328, cf. aussi p. 160, 161, 164, 325, 329.

    25 Cf. aussi Delfim Cadenas, « Da Guerra Civil na Galiza à Batalha do Cambedo da Raia », Mapa, n° 7, 18 juin 2014, [En ligne], http://www.jornalmapa.pt/2014/06/18/da-guerra-civil-na-galiza-a-batalha-do-cambedo-da-raia/, [14/09/2015].

    26 Dans le chapitre XXXV du tome III de son roman O Estudante de Coimbra, Guilherme Centazzi ne manque pas de rappeler qu’au cours de son histoire le Portugal a été « perseguido pela Espanha ».

    27 Cit. in Carlos Brito, Álvaro Cunhal : Sete Fôlegos do Combatente Memórias, 2e éd., Lisbonne, Nelson de Matos, 2010, p. 201.

    28 Il se montrera également rassurant lors d’un autre discours prononcé à Lisbonne en novembre 1975 : « Isto não significa que o único caminho para o socialismo será uma insurreição. Poderá não soar o tiro do nosso Aurora nem se verificar o assalto ao nosso Palácio de Inverno. Tudo faremos para tornar possível o caminho pacífico para o socialismo. » (OE, V, 735).

    29 Au Portugal et ailleurs, certains agitent le spectre de la révolution socialiste et prédisent, à l’instar de Jean-François Revel, que, si rien ne vient contrarier l’action du pcp, « le Portugal retombera dans une dictature isolationniste » (« L’appel du Portugal », L’Express, n° 1232, 17-23 février 1975, p. 66).

    30 Álvaro CUNHAL, O Partido com Paredes de Vidro… op. cit., p. 266-267.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    João Carlos Vitorino Pereira, « Les relations de frontière entre le Portugal et l’Espagne au temps de la dictature dans l’œuvre d’Álvaro Cunhal/Manuel Tiago », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 18 | 2017, mis en ligne le 18 juillet 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ccec/6528

    Haut de page

    Auteur

    João Carlos Vitorino Pereira

    Université Lumière Lyon-ii

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © CCEC ; auteurs

    Haut de page