Skip to navigation – Site map

Faire l’Europe

Romain Bonnet

Author's notes

Note aux lecteurs
Cet article, plutôt ce billet a été rédigé « à chaud », en février 2017, suite au dossier « Constitution et ‘‘droit de décider’’ en Catalogne » paru dans le numéro 17 des Cahiers de civilisation espagnole contemporaine.

Destiné à la rubrique « La parole est aux lecteurs », trop souvent délaissée, comme l’indique la revue électronique des Cahiers…, ce billet n’a pas vocation à entretenir le consensus mou de la pensée tiède (Perry Anderson) et dominatrice dans la mode du présentisme, mais de susciter le débat.

« Lectrices, lecteurs : à vos claviers ! » ; c’est à cet appel des Cahiers… qu’il répond, pour effectivement « enrichir le contenu de la revue et faire du principe d’interactivité une réalité ».

Rédigé, donc – heureusement – influencé par ma formation en histoire et civilisations, d’aucuns catalogueront certainement ce billet pour n’en retenir que cet aspect d’historien. Qu’importe, mon doctorat obtenu à l’Institut Universitaire Européen dément à l’avance tout esprit de suprématie de spécialité ou de nationalité.

Et l’historien est un citoyen, et l’histoire est là pour rappeler aux Peuples d’Europe le prix qu’ils ont payé pour faire la construction européenne à partir de la démocratisation et de la stabilité des États-Nations. Quand nous nommons l’Histoire, c’est d’abord l’Histoire des Peuples, la Leur, celle qui repose sur la suprématie de la souveraineté populaire construite lentement, qui ne se morcelle pas sans dangers aventureux, celle qui ne se limite pas au présentisme, aux intérêts mercantiles, aux règlements du moment.

Ce billet porte un avis et c’est si rare dans la pensée dominante. Il se veut pourtant, sans prétention de détenir la vérité, juste être une contribution aux débats, tant l’expérience nous a appris combien les pires menaces contre la Démocratie se sont souvent à l’origine nourries de ses propres règles.

Full text

Introduction

1Dans leur dernier éditorial, les Cahiers de Civilisation espagnole contemporaine (CCEC) indiquaient les problèmes posés par le dossier « Constitution et ‘‘droit de décider’’ en Catalogne » composé de sept articles et « coordonné par Jorge Cagiao y Conde, membre de notre collectif de rédaction ». À l’occasion de ce dossier, la revue bilingue qui fête cette année ses dix ans s’offrait comme caisse de résonnance francophone pour une redite étendant le propos de El encaje constitucional del derecho a decidir. Un enfoque polémico (Madrid, Libros de la Catarata, 2016). De manière systématique, les contributions de cet ouvrage reprises et traduites dans le dossier « abondent dans un sens bien précis, à savoir la critique de la position du Tribunal constitutionnel et la défense et illustration juridique de ce que les tenants du nationalisme catalan appellent le ‘‘droit de décider’’«  (Manuelle Peloille).

2L’éditorial de présentation indiquait également : « Le dossier concernant la Catalogne semblera, du fait de son approche juridique, par trop technique à beaucoup de lecteurs », et de préciser : « Si les Cahiers ne publient pas nécessairement des textes en strict accord avec la position de sa direction, c'est, nous le réclamons sans succès depuis dix ans, afin de susciter des réactions argumentées », et d’insister : « Qui dit débat dit termes de débat. Ce dossier en représente l'un des termes. Aux lecteurs et contributeurs d'apporter leur pierre, comme y invite le titre espagnol » (un enfoque polémico). Aussi, ce bref article entend contribuer à ce débat, tant la période présente nécessite une analyse qui se fonde sur une conjoncture plus large du XXe siècle et de la période contemporaine.

3Cette approche renvoie à une génération dont le dernier éditorial des CCEC signale l’existence : « Malgré la technicité de l’approche juridique des contributeurs, on rappellera ici que depuis une quarantaine d'années, nous sommes en train de vivre un moment de redéfinition des conceptions unitaires au profit de visions ‘‘plurielles’’, ou ‘‘fragmentaires’’« , en insistant sur cette dimension générationnelle (« depuis une quarantaine d’années ») non seulement universitaire mais plus largement sociale : « Redéfinition qui accompagne la tendance à l'éclatement des sujets politiques unitaires (peuple, nation), et qui a une incidence sur la théorie politique, le droit, la pensée, l'historiographie, la vie même du citoyen ». Penser historiquement la dimension générationnelle liée à la « technicité » qui divise, c’est contribuer scientifiquement à l’élaboration utile d’une vue d’ensemble indispensable à l’Europe d’aujourd’hui dans notre monde global.

« Les progrès de la science sont fruits de la discorde » (Lucien Febvre, Combats pour l’Histoire) : se dégager des polémiques déshistoricisantes

4Disons-le tout net : dans l’Histoire des Peuples, ce n’est pas tant le droit qui prime, c’est l’Histoire, Leur histoire, et commune. Le droit n’est pas l’instrument d’un changement social, il en est l’expression. Fruit de la violence de la première Guerre Mondiale, le droit des Peuples à disposer d’eux-mêmes n’a cessé d’être dévoyé comme un élément d’expansion par les puissances impérialistes européennes dans l’entre-deux-guerres, puis utilisé au profit des blocs dominants. Sa légitimité se revendique chaque fois qu’un Peuple est privé de ses droits fondamentaux, que sa langue est interdite, qu’il subit une domination économique, politique, linguistique, étrangère. Il est exigence de Démocratie, pas de son éclatement. Il peut s’entendre en résistance dans un État non démocratique. Pourtant, il a aussi servi à tracer des frontières correspondant à l’évolution d’intérêts économiques complexes engageant, par la collaboration plus ou moins directe de porteurs d’intérêts locaux, des grands ensembles à l’échelle du monde contemporain. Voilà ce qu’indiquent les travaux comparatifs récents de Giorgio Potì qui, de manière concrètement interdisciplinaire envisagent empiriquement le droit, pour le penser historiquement dans l’espace global et contemporain de la Méditerranée au XXe siècle.

5Qui dit grands ensembles dit aussi démographie. Tenons-nous en à quelques chiffres : presque un milliard cinq cent millions de chinois, un milliard deux cent millions d’indiens, plus de trois cent millions d’européens et d’américains, deux cent millions de brésiliens, plus de cent quarante millions de russes, etc. Pourtant, dans le dossier dont il est ici question la vue d’ensemble de la dimension européenne est à peu près systématiquement absente. On le voit bien, de partout aujourd’hui une stratégie menace l’œuvre commune. La montée idéologique, xénophobe, nationaliste, séparatrice, populiste et plus ou moins confortée de technicité est une réponse suicidaire à une vraie question : celle du poids de la Démocratie sociale dans les institutions inachevées de l’Europe. Visible depuis 2008, la crise du capitalisme financier et mondialisé active tous les registres séparateurs (politiques, ethniques, religieux, militaires, etc.) à l’intérieur des États-Nations et entre ceux-ci, afin de soumettre les Peuples à un néo-libéralisme qui heurte la Civilisation Européenne.

6Qui dit nationalisme dit affaiblissement de la Nation dans l’Europe construite pacifiquement et, en même temps, affaiblissement de l’Europe dans ces grands ensembles mondiaux. D’une époque contemporaine à une autre, d’un espace à un autre, les formes du nationalisme sont différentes. Le fond est le même. L’Espagne qui, par la porte européenne, sort à peine d’une nuit longue et douloureuse, n’échappe pas à ce questionnement commun. Hors des calculs d’intérêts de grands ensembles, on ne comprend pas, par exemple, la nature intéressée des encouragements qui ont récemment pressé au démantèlement de l’URSS et à l’éclatement de la Yougoslavie par le nationalisme, en précipitant des rééquilibrages qui, dans les rapports de forces de notre monde global, affaiblissent politiquement et l’Europe et la Russie.

7« Le nationalisme, c’est la guerre » rappelait François Mitterrand (1916-1996), en 1995, dans son dernier discours devant le Parlement Européen de Strasbourg. Or, le nationalisme est toujours l’antichambre du fanatisme. « Un fanatique est quelqu’un qui ne peut pas changer d’avis et ne veut pas changer de sujet », on sait la fameuse définition qu’en donnait Winston Churchill (1874-1965) qui, en 1948, présida le Congrès de La Haye qui fut fondateur de l’Europe. Sa génération avait certes eu à lutter pour la Liberté quand la violence nationaliste, qui s’imposa en Italie, en Allemagne et durablement en Espagne, trouva son apogée dans les fascismes.

8Par-delà l’outil du droit, qui ne peut être isolé arbitrairement du reste du monde social dont il émane, sauf à devenir une sorte de talisman pour spécialistes isolés du monde social, l’historien se doit, lui, de rappeler la réalité historique. Le nationalisme, toute la réalité espagnole et européenne en ont déjà payé le prix fort au XXe siècle, y compris la Catalogne. Rappelons ici, pour commencer, ce qui advint des Peuples quand l’Europe fut submergée par la dimension impérialiste des nationalismes. Rappelons l’agression militaire nationaliste contre la légalité républicaine qui produisit, outre les près de deux cent mille morts au combat, plus de deux cent mille exécutions sommaires, ainsi que l’avançaient les estimations de l’historien hispaniste Paul Preston dans ses travaux récents (The Spanish Holocaust : Inquisition and Extermination in Twentieth Century Spain, Londres, Harper Press, 2012).

9Rappelons l’appauvrissement démographique de la Catalogne, dont étaient issus une majorité des plus de quatre cent mille républicains jetés sur les routes de l’exil (voir le chapitre « La ocupación total de Cataluña » dans l’ouvrage Víctimas de la guerra civil coordonné par Santos Julia, Madrid, Temas de hoy, 1999). Rappelons son appauvrissement intellectuel durable qui frappa, comme partout dans l’Espagne soumise au nationalisme, la génération de guerre froide dans sa formation, puis dans ses reproductions si conformes à la purge universitaire anti-républicaine menée par la violence, la censure, la cooptation (Jaume Claret Miranda, El atroz desmoche : la destrucción de la universidad española por el franquismo, 1936-1945, Barcelone, Crítica, 2006). Rappelons encore les tortures et l’assassinat de Lluís Companys (1882-1940), président de la Generalitat de Catalogne (1934-1940), directeur de l’organe de Esquerra Republicana de Catalunya La humanitat. Au nom de la « justice » franquiste certes, du droit d’alors dont la technicité coupe facilement dans l’idéologie.

De l’esprit de spécialité à l’influence idéologique de la guerre froide

10La technicité actuelle de « l’esprit de spécialité » (Lucien Febvre, Combats pour l’Histoire, 1953) et de la démultiplication de ses exclusivités ont un point commun. Ce qui relie et réunit toutes ces spécialités exclusives et éclatées, c’est que toutes travaillent à dissimuler, dans une unité systématique et masquée, la dimension générationnelle qui est leur commun dénominateur. Hors de cette dimension temporelle, l’imposition des termes de débats à la mode échappent à la science historique, dont les enjeux épistémologiques en construction exigent de découvrir les raisons déshistoricisées des oppositions morcelées voire superficielles.

11Il existe, de fait, une idéologie de guerre froide, de même qu’il existe (dans toute sa large gamme) une génération pénétrée de cette idéologie. Cette influence idéologique faisant insidieusement barrage à l’appréhension historique du monde social s’est instillée dans les institutions éducatives et de recherches nationales pour former les esprits « savants ». C’est par ces derniers qu’elle s’est ensuite reproduite dans ces cadres étatiques, sans se reconsidérer et sans repenser réflexivement ses fondements, au point d’ériger en dogmes des penchants disciplinaires exclusifs et discutables. Le rapport de ces savoirs institutionnalisés, officiels et morcelés, à la période de la guerre froide, ainsi que, pour les générations qui y furent soumises dans leurs formations et trajectoires, à ses écrasantes pressions idéologiques, passait inaperçu. La sophistication spécialisante du productivisme effréné ne pouvait qu’entretenir la nature idéologique de ces pressions typiques de la pensée de guerre froide.

12C’est par la déshistoricisation systématiquement organisée, à travers la nature idéologique de ces pressions dissimulées, que la réalité globale des enjeux véritables sous-tendant les intérêts au parti-pris localiste de la division sectorielle, si typiques de la pensée de guerre froide, a, pour beaucoup, esquivé la dimension scientifique. La construction méthodologique patiente du soubassement épistémologique des explications inscrites dans la pensée de guerre froide s’est presque toujours, systématiquement et automatiquement, arrêtée pour s’adapter (encajar) dans l’exclusivité d’une approche (enfoque) de spécialité donnée, rentable, présentiste, et par laquelle l’objet d’étude était arraché à sa constellation sociale.

Histoire de l’Europe, science historique et juridisme

13C’est en ayant à l’esprit la nature de la pensée de guerre froide fondée sur la rentabilisation disciplinaire des divisions que l’on peut maintenant revenir au « dossier sur la Catalogne » et à son « sens bien précis » (Manuelle Peloille), dont la vue d’ensemble de la dimension européenne est en effet à peu près systématiquement absente du flot de technicité et de juridisme. Dans sa construction politique institutionnelle actuelle, l’Europe, certes, porte également l’empreinte de la génération et de la pensée de guerre froide, notamment à travers la dimension idéologique qu’entretiennent ses aspects technocratiques, qui reposent eux-mêmes sur un édifice multidimensionnel de savoirs marqués de technicité, d’éclatement systématique, de polarisations superficielles dans la spécialité. L’Europe demeure pourtant indispensable à penser l’échelle actuelle de notre monde global.

14Cette échelle contemporaine inséparable du court vingtième siècle si récent fut perçue, de manière pionnière, par un historien hispaniste fin connaisseur de la réalité catalane forgée dans la longue durée : Pierre Vilar, médaille d’or de la Generalitat de Catalogne en 2000. En effet, c’est dès 1968 que dans les Annales Fernand Braudel faisait explicitement de Pierre Vilar, auteur de La Catalogne dans l’Espagne moderne : recherche sur les fondements économiques des structures nationales (1962), le pionnier de l’ « histoire globale » (bien avant la mise à la mode du label par l’industrie éditoriale). La science historique pratiquée par Pierre Vilar et traitant de la Catalogne portait sa dimension globale dans l’actualité de sa longue durée, qui est forcément européenne.

15En outre, dans son article « Histoire du droit, histoire totale » (1973), c’est dans le même sens que Pierre Vilar s’efforçait de penser historiquement la dimension juridique, à travers la vue d’ensemble qui l’englobe, et en commençant, donc, par poser cette définition conceptuelle : « L’importance du droit, dans l’interprétation historique d’une société, c’est qu’il nomme, qu’il qualifie et qu’il hiérarchise tout divorce entre l’action de l’individu et le principe fondamental de cette société. (…) Le droit discrimine, avec les actions, les hommes eux-mêmes ».

16Ainsi, non seulement l’action aiguillonnée par le point de vue du juridisme, indûment autonomisé dans la spécialité exclusive du monopole de technicité, travaille à la déshistoricisation permanente et en temps réel des causes de pratiques individuelles intéressées au chronocentrisme, mais, en outre, et en lien avec ce qui précède, cette pratique du juridisme dissimule la nature des rapports de forces sociaux à l’origine de la nomination des hiérarchies qui divisent, qui occultent la vue d’ensemble. Dans son travail sur le droit, Pierre Vilar constatait encore l’existence de ces « faits collectifs inconscients, que les classes dirigeantes ont d’ailleurs intérêt à perpétuer », et d’indiquer : « droit fiscal et droit social entrent donc nécessairement dans toute ‘‘analyse de cas’’ au sein du capitalisme ».

17Or, il n’est pas fait mention de cette réalité juridique plus large et plus massive dans le cas de la Catalogne telle que l’on a essayé de la présenter dans le dossier commenté. Il s’agit en effet de l’un des combles de la technicité déshistoricisante du juridisme spécialisé, qui le conduit à se focaliser sur l’une des dimensions de sa spécialité au détriment d’autres, au mépris de la vue d’ensemble qui est, elle, par définition, véritablement soucieuse du point de vue massif. Rien de surprenant, donc, qu’à la différence de la Catalogne de Pierre Vilar, l’argument du juridisme vise à la désolidariser de l’ensemble de la réalité sociale qui fédère son sens. Et déjà, derrière ces questions de droit fiscal et de droit social, apparaissent, pour l’historien, celles des richesses et des inégalités, au sein de la dimension locale, entre celle-ci et les autres à l’échelle ibérique, européenne, globale, en lien avec la nature de l’idéologie nationaliste affectant de ne pas voir ces réalités massives et arbitrairement mises sous le boisseau.

« Ce que les tenants du nationalisme catalan appellent le ‘‘droit à décider’’ » 

18« Le scientifique est là pour faire parler la science » affirmait le coordinateur du dossier sur la Catalogne, qui mobilisait notamment la pensée du juriste de l’Empire austro-hongrois Hans-Kelsen (1881-1973), et qui évoquait par ailleurs le « scientifique juridique » ou encore la « science juridique ». Pourquoi pas, c’est un point de vue. L’historien, pour sa part, cherchera à l’étayer en se remémorant le mot fameux de Lucien Febvre pour qui la pratique scientifique était « aptitude à découvrir des corrélations » (Combats pour l’Histoire, 1953). Il le mettra en corrélation avec celui, contemporain et de la génération antérieure à la guerre froide, de l’épistémologue Gaston Bachelard, qui, en 1932, avait justement consacré son premier ouvrage à Gaston Roupnel, historien et ami de Lucien Febvre, et qui affirmait : « il n’y a de science que de ce qui est caché » (Le rationalisme appliqué, 1949).

19Pourtant, on connaît l’adage : « Nul n’est censé ignorer la loi ». C’est bien que le droit n’est pas ni ne peut être caché en soi. Qu’en est-il vraiment ? Tout au plus est-il thésaurisé, par une minorité dominante et agissante, qui possède la maîtrise spécialisée de ses codes sur la ratification préalable du présupposé arbitraire de l’existence d’un droit « juste » en soi. Or, toutes les causes s’en veulent fondées. Mais pour l’historien elles ne valent qu’avec l’analyse de l’espace social, qui ne plaide pas à un éparpillement, à un morcellement recroquevillé, mais bien à une nouvelle dimension européenne indispensable à notre monde global.

20L’historien s’interrogera donc, lui, dans une perspective conjoncturelle et contemporaine, par la méthode comparée et dans une vue d’ensemble, sur les raisons scientifiques de l’homologation disciplinaire de la notion de « science juridique ». Variable et évolutive selon les cas, celle-ci est sans doute moins admise en France qu’en Allemagne et dans l’espace germanique impériale, dont procédait Hans Kelsen et sa pensée juridique que l’on mobilise. L’historien la mettra en relation, car qui dit droit et science dit forcément « lois », avec l’émergence toute récente (seuil du XXe siècle) de la construction épistémologique par laquelle les sciences sociales font sens dans une perspective historique (sociologie Durkheimienne dite explicative depuis la France, sociologie weberienne dite compréhensive depuis l’Allemagne, etc.).

21En outre, dans l’éditorial introduisant le dossier sur « ce que les tenants du nationalisme catalan appellent le ‘‘droit à décider’’«  la directrice des CCEC évoquait notre « époque où les conceptions de Carl Schmitt sont devenues communément admises ». La dimension temporelle de l’historien s’en trouve donc interrogée. L’époque, quelle époque ? Communément admises, mais par qui, par quelle communauté, depuis quelles institutions ? Car, lorsque l’on pense historiquement le développement du néolibéralisme qui porte l’accentuation des inégalités et de l’idéologie nationaliste, on sait l’influence de la période historique de la guerre froide prompte à réhabiliter ce qui, par le nationalisme, conduisit au pire.

Une référence discutable

22Qu’en est-il de ce spécialiste en droit constitutionnaliste, Carl Schmitt (1888-1985) ? Membre du Parti National Socialiste (NSDAP), ce juriste allemand embrassait lui aussi, pleinement, sans fard, l’idéologie nationaliste, ainsi que la nature profonde de son credo anti-démocratique. La violence de son mouvement triomphal dans l’entre-deux-guerres, les idées au service d’une cause fanatique, portent le prix du sang et de la destruction comme finalité. Le juriste nazi Carl Schmitt a assez dit sa dette intellectuelle à la pensée contre-révolutionnaire, adoratrice de théologie, illuminée par le droit, mystique de haine envers le principe révolutionnaire de souveraineté populaire, en partie inspirée et continuatrice de celle de Joseph de Maistre (1753-1821), à la pensée donc de Juan Donoso-Cortés (1809-1853), grand propriétaire d’Estrémadure et marquis de Valdegamas.

23On peut s’interroger sur cette résurgence, sur le sens et la fréquence de ces exports intellectuels dans l’espace européen. En sens inverse au sein de ce dernier, il faut rappeler, par ailleurs, l’influence notable de la pensée de Friedrich Krause (1781-1832), notamment recueillie depuis la Institución Libre de Enseñanza, créée en 1876, en partie en réaction contre le dogmatisme du décret du marquis Orovio. Et puis, il suffit de tenir le Discours sur la situation générale de l’Europe adressé au Parlement espagnol par Juan Donoso-Cortés en 1850. Très raisonnant d’accents de juridisme qui déshistoricise, certaines phrases laissent cependant percer son sens politico-historique contre-révolutionnaire bien précis :

24« La vraie question est la question économique, considérée politiquement », « Le socialisme est fils de l’économie politique, comme le vipereau est fils de la vipère, lequel, à peine né, dévore celle qui vient de lui donner la vie », « Si l’on veut combattre le socialisme, il faut recourir à cette religion qui enseigne (…) aux pauvres à être résignés », « depuis la Révolution de février (1848) (…) il n’y a plus rien de solide, plus rien de sûr en Europe », « La vérité est que toutes les forces sociales concentrées (…) n’ont rien fait de plus que suffire à peine à contenir le monstre », « Qu’est-ce que le socialisme ? Orgueil et barbarie », « On marche à la civilisation par les armes, et à la barbarie par les idées », etc., etc.

25Autrement dit, les tenants d’une vision professant, par tout ce qui sous-tend sa technicité même, la concurrence et l’affrontement social violent, n’ont cessé de mettre toutes leurs forces et toute leur intelligence à combattre, au nom d’intérêts présentistes et/ou individuels, la construction de longue durée d’une Europe solidaire et démocratique.

26« Une fois épuisées toutes les voies, il ne reste au Politique qu’une solution : passer du fait justifié à la transgression justifiable. C’est le moment du Politique », la sentence (il y en a d’autres dans le dossier) qui achève l’article « Le droit à l’autodétermination comme droit moral. Une apologie de la liberté et du devoir politique » est, semble-t-il, très schmitienne. Cela n’est pas sans évoquer le sens politico-historique bien précis du juridisme « espagnol » du marquis Donoso-Cortés dont Carl Schmitt avait fait sienne la définition de « classe bavardeuse » (clase discutidora), pour couper court au dialogue démocratique, par la duplicité dogmatique de son discours idéologique intéressé à la propagation nationaliste.

Conclusions

27Sur quoi, se demandant où peut donc bien mener un « moment du Politique » aussi majusculé qu’impensé historiquement dans toute largeur temporelle de son ample constellation sociale, pris en otage dans le réductionnisme arbitraire d’une alternative unique curieusement étiquetée « apologie de la liberté », sur quoi, donc, l’historien relit L’étrange défaite (1946) de Marc Bloch, le co-fondateur des Annales avec Lucien Febvre. Rédigé au feu de son engagement contre la barbarie fasciste née des théories nationalistes, L’étrange défaite possède des pistes de réflexions utiles pour comprendre les accointances idéologiques durables qui unissent les fuites en avant du nationalisme et de la technicité (ou technocratie). Cette réflexion sur la nature complexe et profonde du nationalisme dans le monde contemporain est d’autant plus intéressante à approfondir qu’est récente et incomplète la construction politique de l’Europe. Dans cet ouvrage, on trouve aussi des phrases instructives quant au sens des concepts liés aux inégalités sociales durables ainsi qu’à la violence nationaliste de l’idéologie qui les masque, et que Marc Bloch a contribué à historiciser : « On sait le mot dont Marx se plaisait à stigmatiser les mouvements sociaux sans envergures : Kleinbürgerlich » (petit-bourgeois). Sans envergures ne veut pas forcément sans effets, mais dépourvus d’authentiques ambitions de solidarités réelles.

Top of page

References

Electronic reference

Romain Bonnet, « Faire l’Europe », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [Online], Online since 24 July 2017, connection on 15 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/ccec/6701

Top of page

About the author

Romain Bonnet

Docteur en histoire, Institut Universitaire Européen de Florence

By this author

Top of page

Copyright

© CCEC ; auteurs

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals