Navigation – Plan du site
Études
Dossier : « Anarchistes espagnols en France: de la Guerre Civile à la fin du franquisme »

Des anarchistes espagnols dans le Limousin. Portraits croisés

Anarquistas españoles en Lemosín (Francia). Retratos cruzados
Eva Léger

Résumés

Cet article vise à mettre en lumière les parcours de vie de trois militants anarchistes espagnols exilés dans le Limousin. Ces portraits ont été élaborés à partir du témoignage direct de deux d’entre eux, le troisième étant produit à partir du récit détaillé fourni par son fils. Trois portraits d’hommes traversés par des idéaux, deux catalans, un aragonais, jeunes acteurs de la guerre d’Espagne dont le récit a été recueilli au crépuscule de leur vie. De ces témoignages saisis sur le tard, dans un contexte précis, il en ressort des tableaux divers, différenciés, et passés par le filtre de ma propre subjectivité.

Haut de page

Texte intégral

1Si l’impact de l’exil espagnol dans le Limousin a été bien moindre que dans d’autres régions de France, les traces laissées par les Espagnols ayant fui Franco demeurent prégnantes. De cette présence diffuse de réfugiés politiques, dispersés aux quatre coins du territoire régional il en reste des souvenirs, des images, des sons, des idées, etc., au sein des familles et au-delà.

  • 1 Voir notamment : Federica Montseny, Mis primeros cuarenta años, Barcelona, Plaza & Janés, 1987 ; et (...)

2Certaines de ces traces ont été laissées au fil du temps, par nombre d’anarchistes, anarchosyndicalistes, libertaires et ou sympathisants, de façon réelle ou symbolique, sur le sol régional. On pourrait citer l’ancienne Ministre de la Santé du gouvernement Largo Caballero, Federica Montseny Mañé, affiliée à la cnt, qui au cours de son exil s’est retrouvée emprisonnée à Limoges en octobre 1941 suite à une demande d’extradition de la part du régime franquiste. Son passage devant la justice en France s’est alors soldé par le rejet de la demande d’extradition. Federica Montseny s’est ensuite rendue en Dordogne, où l’État français l’avait assignée à résidence. Le parcours de la femme politique, mis en lumière par l’intéressée elle-même ou postérieurement par des chercheurs ou des journalistes, est relativement aisé à reconstituer du fait de sa notoriété1.

3Il en est d’autres, plus humbles, plus anonymes, dont l’itinéraire se dessine en pointillés. Les descendants d’exilés sont parfois porteurs d’une mémoire familiale héritée de façon plus ou moins directe, d’autres ne peuvent exhumer que quelques bribes de ce passé sans pouvoir reconstituer une trajectoire complète et/ou cohérente.

  • 2 Eva Léger, L’exil républicain espagnol en Limousin. Cartographie des mémoires, des identités et des (...)

4Mon travail de recherche a visé en partie à comprendre comment les enfants et petits-enfants d’exilés ont élaboré au fil du temps une identité narrative liée à ce passé de l’exil2. Cette identité narrative passe par la reconstruction d’une trajectoire historique et politique des exilés. À mon tour, je me propose d’en reconstituer trois, à travers mon propre prisme, ma propre subjectivité. Trois parcours d’anarchistes espagnols sympathisants ou militants actifs de la cnt. Trois parcours réalisés à partir d’entretiens. Deux ont été recueillis directement auprès des exilés concernés alors nonagénaires et ont été complétés par des récits antérieurs quand les données factuelles venaient à manquer. L’autre portrait a été retracé fidèlement par le fils de cet exilé retourné vivre en Espagne, portrait qu’il a fictionnalisé dans un roman graphique aujourd’hui très connu.

5Avant de présenter ces trajectoires singulières, une explication de la démarche et de la méthodologie ayant conduit à l’élaboration subjective de ces portraits me semble nécessaire.

Quels portraits d’anarchistes espagnols ?

  • 3 Exilés, enfants d’exilés nés en Espagne, enfants d’exilés nés en France, petits-enfants d’exilés né (...)
  • 4 Marcelino Ferrer, le 24 septembre 2009, à Limoges en collaboration avec Paloma León, filmé par Maxi (...)
  • 5 Tous deux étaient militants des Jeunesses Libertaires en Espagne, puis de la cnt en exil.
  • 6 12 avril 2007, 24 septembre 2009, 17 août 2010 pour les entretiens enregistrés.

6J’ai réalisé mon enquête de terrain entre 2008 et 2012. Près de trente enquêtés – quelques exilés et leurs descendants représentant en tout quatre groupes générationnels3 – ont accepté de me livrer leurs ressentis sur ce passé familial. Les récits ont été recueillis sur la base d’entretiens oraux suivant une grille d’entretien semi-directive souple, parcourant l’origine géographique du témoin, le milieu socio-politique dans lequel il a évolué, ce qu’il a vécu ou ce qui lui a été transmis sur la période 1931-1939 en Espagne, le passage de la frontière, les questions de l’accueil en France et en Limousin avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Ont été également questionnés les rapports que le témoin entretient avec le passé, ses représentations du pays d’origine et du territoire limousin, sa pratique de la langue, ses affinités politiques, les liens familiaux, les faits et les valeurs qui lui ont été transmis, sa perception de l’importance de la mémoire et son engagement éventuel dans une ou des associations mémorielles. Rares étaient les acteurs de la guerre d’Espagne et de l’exil encore vivants au moment de mes recherches, j’ai néanmoins pu en rencontrer trois, âgés de près de 90 ans à l’époque, deux d’entre eux étaient anarchistes et catalans, il s’agit de Marcelino Ferrer García et Josep Fortuny Ferrer dont les portraits vont être présentés par la suite. Je les ai connus très différemment, j’ai fait des entretiens avec Marcelino Ferrer pendant près de quatre ans alors que je n’ai interrogé José Fortuny qu’une seule fois. Tous deux ont été filmés dans le but constituer une archive audiovisuelle4. Ces témoignages recueillis entre 2009 et 2010 ont la particularité d’être parmi les dernières paroles enregistrées de ces militants espagnols. Du fait de leur âge avancé, ils étaient conscients de l’inscription de leur expérience dans l’histoire. Ils avaient déjà été sollicités à plusieurs reprises pour témoigner de leur parcours dans leurs réseaux politiques5 – dans des groupes de discussions, au cours de débats ou lors d’entretiens. La récurrence des rencontres et des entretiens avec Marcelino Ferrer (entre 2007 et 20106) a permis d’aller plus en profondeur dans le récit.

7Ces deux hommes ont vécu des expériences historiques communes qui conditionnent une vision partagée du monde : ils ont le même âge, une origine géographique proche, ils viennent tous deux de Catalogne, ils ont tous deux fait partie des Jeunesses Libertaires, ont tous deux vécu la guerre, l’exode, les camps, le travail forcé dans le Limousin, des formes d’engagements politiques en exil. Pour autant, leurs parcours et leur façon de les mettre en récit sont très différents, c’est ce que nous allons pouvoir observer dans ces portraits, qui ne seront pas des portraits de militants anarchistes mais d’hommes traversés par les idéaux de l’anarchisme.

  • 7 Antonio Altarriba et Kim, El arte de volar, Alicante, Edicions de Ponent, 2009.
  • 8 Idem, p. 213.
  • 9 Odette Martinez Maler, Témoignages oraux et transmissions des mémoires, La guérilla antifranquiste (...)

8Pour donner à voir une autre approche, à la fois en terme de trajectoire politique, de parcours et d’élaboration de portrait, j’ai choisi de présenter le parcours d’Antonio Altarriba Lope, et ceci à travers le témoignage et les écrits de son fils, Antonio Altarriba Ordoñez. En effet, ce dernier a écrit un roman graphique consacré à la vie de son père7, fils de paysans d’Aragon, combattant anarchiste de la guerre civile, exilé en France avant de retourner vivre en Espagne pendant la dictature. Au cours de cet exil, ce père se retrouve dans un Groupement de Travailleurs étrangers dans le département de la Creuse, détaché dans une ferme près de Guéret. Ce moment a été perçu par le père comme une pause heureuse dans son parcours de vie chaotique, c’est ce qu’il en ressort dans l’œuvre du fils. Le portrait que nous allons proposer ici sera passé par le filtre de la transmission, puisque c’est sur le témoignage du fils qu’il repose, un récit fidèle aux convictions du père mais raconté « depuis [sa] propre perspective »8. Ce passé paternel lui a été transmis, dans un premier temps par les camarades d’exil de son père retourné en Espagne, puis dans un second temps par un dialogue fécond avec son père et par les feuillets que celui-ci a rédigés à la fin de sa vie. Son témoignage apparaît comme une forme de miroir dans lequel se reflète toute une série de perceptions et de représentations. Son témoignage apparaît comme « un acte de réappropriation » voire de « réparation »9.

9Trois portraits, trois parcours entre la Haute-Vienne, la Corrèze et la Creuse. Ces portraits sont à l’image du temps précis dans lequel s’est inscrite mon enquête de terrain, ils sont imprégnés de mes propres représentations. C’est pourquoi une note en italique va accompagner chaque portrait afin qu’il soit mieux saisissable dans son contexte d’énonciation.

Marcelino Ferrer García

  • 10 Marcelino Ferrer, Michel Valière et Sylvie Coindeau, Camino: itinéraire d’un réfugié politique espa (...)

10J’ai rencontré Marcelino Ferrer dans le cadre de mes recherches de Master à l’Université de Limoges, il m’a été présenté par des proches. Notre contact a été facile, dès le départ, nos échanges empreints de respect mutuel. Je suis retournée le voir régulièrement à Limoges pendant près de cinq ans, pour l’interroger de nouveau et lui donner des nouvelles de mon travail. Ce portrait mêle plusieurs entretiens réalisés auprès lui : l’un par Gérard Monédiaire en 1981 (inédit), un autre publié en 1994 par Michel Valière et Sylvie Coindeau10, et les trois entretiens que nous avons conçus ensemble : le 12 avril 2007, le 17 août 2010, et l’entretien filmé du 24 septembre 2009, en collaboration avec Paloma León et Maxime Jouy.

11Marcelino Ferrer est né en 1920 dans le quartier Santa Catalina à Barcelone. Ses parents avaient quitté l’Aragon au début du siècle pour chercher du travail dans la capitale catalane. Sa mère était alors domestique dans une « maison bourgeoise », alors que son père était employé dans une miroiterie.

12Marcelino Ferrer était l’aîné de trois enfants issus de ce mariage. Sa sœur cadette a brutalement perdu la vie dans un bombardement en 1938, tandis que sa deuxième sœur, née en 1924, s’était elle aussi exilée dans le Limousin après la guerre d’Espagne.

13Bon élève à l’école, Marcelino Ferrer a été contraint de travailler en tant que commis dans une épicerie à l’âge de 14 ans, les revenus de ses parents ne leur permettant pas de lui acheter les livres nécessaires pour suivre les cours. C’est à ce moment-là qu’il a adhéré aux Jeunesses Libertaires où il s’est sensibilisé aux idéaux anarchistes, notamment par la lecture d’Elisée Reclus et de Bakounine.

14Volontaire pour le front, mais trop jeune, il a travaillé en 1936 à l’effort de guerre dans une usine d’armement de Barcelone où il est resté jusqu’à la fin du conflit, s’occupant parallèlement des Jeunesses Libertaires. À plusieurs reprises dans les entretiens, il a dénoncé un complot du Parti communiste et la manipulation de ses militants.

15Le 7 février 1939, il a passé la frontière française avec le parc d’artillerie. Il a raconté cette arrivée en France comme le moment où il a mangé le plus de viande – grâce aux brebis espagnoles – et bu le plus de vin…

16Du camp d’Argelès, il a retenu les poux, les surveillants sénégalais et marocains, et puis l’eau de mer qui leur provoquait une terrible diarrhée. Il s’est porté volontaire dès les premiers recrutements dans les Compagnies de Travailleurs Etrangers. Dans les Hautes-Alpes, il a été assigné à des travaux publics, puis employé à fortifier la ligne Maginot. Dans le Gard, il a travaillé à la construction d’une usine de munitions jusqu’à l’Armistice de juin 1940. Le cte du Gard s’est ensuite transformé en gte où la main d’œuvre était employée à stocker des armes dans la montagne pour la commission d’armistice. En 1943, requis pour l’organisation Todt, Marcelino Ferrer s’est retrouvé à Bordeaux, où il a participé à la construction de pavillons pour les cadres allemands. Bon travailleur, il a obtenu la permission d’aller rendre visite à sa famille à Aureilles, commune de Saint-Just-le-Martel (87). Aidé par des résistants, il est alors resté travailler dans une ferme, caché, du côté de Flavignac, jusqu’à la fin de la guerre. Après la Libération, il est resté vivre dans le Limousin.

17Son pays lui manquant, il se rendait parfois en voiture jusqu’à Hendaye ou en Andorre pour « voir l’Espagne ». Il travaillait comme chef d’équipe pour la Société des Mines et d’Asphalte du Centre. Il a toujours gardé sa carte de la cnt en exil, allant même jusqu’à officier comme secrétaire du syndicat en exil dans les années 60 pour le Limousin.

18Marcelino était anarchiste, proche de Federica Montseny mais pas de la frange collaborationniste de la cnt S’il a pu accepter d’être assimilé aux « républicains », c’était par concession, pour arrondir les angles : « Il faut s’adapter ou crever l’un des deux. Un oiseau qui ne vole pas, il finit par perdre les ailes ».

19Marcelino Ferrer est décédé le 21 février 2011. Fidèle jusqu’au bout à ses idéaux, il a fait don de son corps à la science.

Josep Fortuny Ferrer (José)

20José Fortuny était catalan, anarchiste, corrézien ; il a été aussi charmeur et provocateur durant l’entretien. Originaire de Reus, à 14 ans, José Fortuny a commencé à travailler comme apprenti dans une serrurerie. A 15 ans, il est entré aux Jeunesses Libertaires. Quand il a eu 16 ans, la guerre a éclaté : « J’étais dans la rue comme les autres, avec un fusil à la main ». Il a été blessé le 30 juillet 1936, son père l’a alors rappelé à l’ordre ; il devait contribuer à nourrir sa famille. José Fortuny a raconté aussi que pendant la guerre et la révolution, avec ses camarades, ils fabriquaient de la fausse monnaie estampillée cnt d’un côté, F.A.I. de l’autre. En 1937, il s’est à nouveau engagé, a combattu sur le Front de Teruel, puis est retourné chez lui. Huit jours plus tard, il apprenait que sa classe était mobilisée dans l’Armée républicaine. Il a alors été envoyé sur le front de l’Èbre où il a vécu l’horreur. Avec la « débandade », il a tenté de fuir en camion avec quelques jeunes camarades. Ils ont vite été arrêtés. Juan Negrín, chef du gouvernement républicain, leur a accordé l’amnistie du fait de leur jeune âge.

21Ils sont repartis au front, puis ça a été la Retirada, l’« accueil » au Boulou, les trente kilomètres à pied pour rejoindre le sable d’Argelès, les tirailleurs Sénégalais, la promiscuité. José Fortuny a connu l’ennui dans le camp, les injustices, les humiliations quotidiennes. Au sujet du camp d’Agde, il s’est souvenu d’une fête, et a raconté l’anecdote d’un pianiste andalou qui, cherchant une manivelle sur un piano qui n’en avait pas, a provoqué des éclats de rire dans l’assistance. Il est aussi passé par les camps de Bram et Septfonds.

22Quand on lui a proposé de partir au Chili, il a refusé de se séparer de sa famille. Il a alors intégré une Compagnie de Travailleurs Etrangers et a travaillé à Sète, à Montpellier, puis sur la côte jusque vers Marseille. Il s’est ensuite retrouvé à Toulouse, Blagnac, et Saint-Martin. Après l’armistice de juin 1940, il est retourné à Argelès, qu’il a redécouvert avec des baraquements et les barbelés. Il a travaillé comme manœuvre dans une serrurerie à Sète, où il a attrapé la gale. Après les soins, il a été envoyé à Brive-la-Gaillarde au 441egte.

23Il a ensuite été employé à Cosnac, puis Ussac, pour bécher les jardins et travailler dans les bois. Dans un autre G.T.E. de Corrèze, il s’est retrouvé affecté aux tourbières des Fardettes. Il a donné, de temps en temps, un coup de main au maquis, pour les explosifs.

24Lors de notre rencontre à Tarnac, José Fortuny continuait à défendre ses idées et à s’élever contre les injustices. Il avait écrit un poème en français pour défendre les jeunes arrêtés dans « l’affaire de Tarnac ».

25Tarnac
Venez m’aider mes frères,
Car la peine est dans mon cœur,
De voir toujours la dignité humaine,
Bafouée, pleine de haine et de rancœurs
La haine des uns et la bestialité des autres
Font que ma vie je sois sacrifié
Comme le Christ je subis le sacrifice
De me voir seul payer le prix de la liberté.
Cette liberté si chère pour les uns est négligée
Par ceux qui sont si bien et qui, au moment du sacrifice
Tout le monde se cache derrière la couardise.
Est arrivé le moment de la casse,
On ne trouve personne,
Tout le monde se casse,
Et on se trouve seul et mal errant,
Pour payer toujours ce qu’on n’a pas fait.
Tarnac, le 15 novembre 2008. José.

26J’ai croisé José Fortuny pour la dernière fois dans la Creuse, près de Royère-de-Vassivière, en juin 2011, lors du festival de documentaires Bobines rebelles. Il est décédé deux mois plus tard. Une liaison de la Fédération Anarchiste de Corrèze porte aujourd’hui son nom.

  • 11 Paul Estrade (dir.), Les forçats espagnols des G.T.E. de la Corrèze (1940-1944): [actes du colloque (...)

27Il était l’un des anarchistes espagnols emblématiques du Plateau de Millevaches. Nous étions allés l’interroger et le filmer avec Maxime Jouy et Paloma León dans sa maison de retraite à Tarnac, où tout le monde le connaissait. Il venait de fêter ses 90 ans. Dans le bar-épicerie du village, une feuille A4 marquant « José 90 años » tapissait encore le mur. Ce portrait de José Fortuny a été composé à partir de l’entretien réalisé le 6 février 2010, et complété par la biographie qui lui est consacrée dans l’ouvrage coordonné par Paul Estrade Les forçats espagnols des GTE de la Corrèze11.

  • 12 Les Giménologues: https://gimenologues.org/spip.php?article506 (consulté le 2 février 2017).

28On trouve sur le site Internet des Giménologues un portrait tendre de José Fortuny ainsi qu’une notice nécrologique émouvante publiée à l’automne 2011 dans le Communard, une revue du Plateau de Millevaches12.

Antonio Altarriba Lope

29Originaire d’un petit village aragonais, Peñaflor, Antonio Altarriba Lope, adolescent, a décidé de partir à Saragosse en quête d’un travail et d’une nouvelle vie. Là, il a enchaîné les petits boulots et s’est initié aux principes de l’anarchisme au fil des discussions avec les locataires de la pension dans laquelle il résidait.

30La guerre d’Espagne l’a vu recruté dans le camp franquiste, d’où il s’est échappé pour rejoindre les miliciens d’en face. Il s’est alors retrouvé dans la Centuria Francia, au contact d’émigrés revenus de France pour combattre Franco : de belles rencontres, une mission de chauffeur pour ses camarades miliciens, des désillusions politiques et la violence de la guerre.

31La Retirada l’a ensuite conduit sur le sable de Saint-Cyprien, puis jusque dans la Creuse où il a travaillé dans plusieurs fermes, notamment celle de la famille Boyer où il s’est senti, pour la première fois depuis très longtemps, traité comme un être humain. Requis par les Allemands pour l’administration Todt, il s’est caché dans les collines avoisinantes. Arrêté par les gendarmes, il s’est retrouvé emprisonné à Limoges. Suite à un bombardement, il a réussi à s’échapper et, en rencontrant des maquisards, il s’est engagé dans la Résistance creusoise.

32Après la Libération, il a quitté la région pour travailler à Montluçon, à l’usine Dunlop, puis à Marseille, dans le charbon. Le marché noir ne convenant pas à ses idéaux, puis apprenant la mort de sa mère, il a décidé de rentrer en Espagne, le mari de sa cousine, entrepreneur et partisan du régime franquiste, lui assurant sa protection. C’est alors qu’il a rencontré celle qui est devenue sa femme et la mère de son fils. A Saragosse, Antonio Altarriba a beaucoup travaillé pour subvenir aux besoins de sa famille et payer les factures. Pour combler cette absence dans l’éducation de son fils, il a décidé de l’envoyer dès l’âge de onze ans dans le sud de la France. Sous prétexte de séjours linguistiques, il proposait ainsi à son fils une alternative aux valeurs prônées par le régime franquiste et le clergé espagnol.

  • 13 Antonio Altarriba et Kim, El arte de volar…, op.cit.

33Antonio Altarriba et sa femme se sont séparés peu après le départ de leur fils du domicile familial. Des années plus tard, il est entré dans un établissement pour personnes âgées où il a sombré dans une grave dépression. C’est là que son fils lui a conseillé d’écrire sur son passé, après avoir eu de longues conversations au sujet de sa vie. Après avoir noirci une quarantaine de feuillets décrivant une vie parsemée d’échecs et après avoir épuisé son dernier souffle d’envie de vivre, Antonio Altarriba, à l’âge de 90 ans, a sauté par la fenêtre du quatrième étage de sa maison de retraite. C’est ainsi que commence le roman graphique de son fils L’art de voler13.

34J’ai redécouvert l’univers de la bande dessinée à travers le roman graphique d’Antonio Altarriba et Kim : El arte de volar. J’ai été profondément touchée par la démarche d’Antonio Altarriba de puiser dans ses racines la force de dépasser le deuil et de livrer un récit sincère, imagé et poétique de l’histoire de son père. A partir d’un témoignage paternel assez fataliste – son père était gravement dépressif au moment de lui raconter son histoire –, Antonio Altarriba recrée une épopée où il oriente le parcours de son père vers un objectif bien précis, celui d’une quête relativement universelle de liberté. J’ai interrogé Antonio Altarriba Ordoñez, le fils, le 27 mai 2012 à Vitoria-Gasteiz.

35Via la mémoire orale raccrochée à ces parcours d’exils, on peut donc reconstituer des portraits qui, malgré leur caractère synthétique, contribuent à faire rejaillir les singularités des trajectoires de chacun d’entre eux dont les espoirs déchus en Espagne se sont déplacés vers d’autres formes de résistances tout au long de leur vie.

36Ces parcours reflètent un militantisme éclaté qui constitue une spécificité dans la région Limousin où les exilés étaient peu nombreux, plus dispersés, et où il était difficile de reconstituer des groupements politiques.

37De ces récits, recueillis sur le tard, émanent des convictions exprimées dans un discours fatigué pour des hommes de plus de 90 ans, des paroles teintées d’amertume face à une société peu conforme aux idéaux poursuivis dans leur jeunesse et par la suite. Ils ont été néanmoins porteurs d’un espoir jusque dans la mort : autour des progrès de la science pour Marcelino Ferrer en donnant son corps ; la diffusion d’une parole engagée avec la personnalité de José Fortuny qui plane encore sur le Plateau de Millevaches ; la transmission au fils, puis à travers le roman graphique d’une série de valeurs héritées de l’anarchisme pour Antonio Altarriba.

  • 14 Notice concernant Tomás Cañizares publiée le 14 décembre 2007 sur : https://militants-anarchistes.i (...)
  • 15 Témoignage de Máximo Pastor Mullor recueilli le 16 septembre 2013 à Alicante. Ce témoignage fera l’ (...)

38On pourrait citer encore bien d’autres parcours, celui de Tomás Cañizares14, le premier anarchiste catalan/creusois que j’ai rencontré alors que j’étais enfant, ou encore Máximo Pastor Pastor – proche des idées anarchistes selon son fils15 –, supplicié dans la ville de Tulle au cours du massacre du 9 juin 1944 perpétré par la Division Das Reich ; en regrettant de ne pas avoir pu à ce jour retracer les trajectoires de femmes anarchistes exilées dans le Limousin.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment : Federica Montseny, Mis primeros cuarenta años, Barcelona, Plaza & Janés, 1987 ; et sa biographie réalisée par Irene Lozano, Federica Montseny : una anarquista en el poder, Madrid, Ed. Espasa, 2004.

2 Eva Léger, L’exil républicain espagnol en Limousin. Cartographie des mémoires, des identités et des appartenances, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Paris, 2014.

3 Exilés, enfants d’exilés nés en Espagne, enfants d’exilés nés en France, petits-enfants d’exilés nés en France. Sur la question des générations, voir : Karl Mannheim, Le problème des générations, traduit par Gérard Mauger et Nia Perivolaropoulou, Paris, Armand Colin, 2005.

4 Marcelino Ferrer, le 24 septembre 2009, à Limoges en collaboration avec Paloma León, filmé par Maxime Jouy ; le 17 août 2010 ; José Fortuny, le 6 février 2010 à Tarnac, en collaboration avec Paloma León, filmé par Maxime Jouy. Les sources orales et audiovisuelles collectées dans le cadre de cette recherche de doctorat feront prochainement l’objet d’un dépôt aux archives départementales de la Haute-Vienne.

5 Tous deux étaient militants des Jeunesses Libertaires en Espagne, puis de la cnt en exil.

6 12 avril 2007, 24 septembre 2009, 17 août 2010 pour les entretiens enregistrés.

7 Antonio Altarriba et Kim, El arte de volar, Alicante, Edicions de Ponent, 2009.

8 Idem, p. 213.

9 Odette Martinez Maler, Témoignages oraux et transmissions des mémoires, La guérilla antifranquiste de León-Galice (1936-1951), Paris Ouest Nanterre La Défense, 2012, p. 25.

10 Marcelino Ferrer, Michel Valière et Sylvie Coindeau, Camino: itinéraire d’un réfugié politique espagnol, Limoges, CIPA, coll. « Cahiers mémoire du CIPA », n˚ 1, 1994.

11 Paul Estrade (dir.), Les forçats espagnols des G.T.E. de la Corrèze (1940-1944): [actes du colloque tenu les 8 et 9 août 2003 à Saint-Hilaire-les-Courbes, Corrèze], Treignac, Ed. Les Monédières, 2004, p. 318.

12 Les Giménologues: https://gimenologues.org/spip.php?article506 (consulté le 2 février 2017).

13 Antonio Altarriba et Kim, El arte de volar…, op.cit.

14 Notice concernant Tomás Cañizares publiée le 14 décembre 2007 sur : https://militants-anarchistes.info/spip.php?article2767 (consultée le 2 février 2017).

15 Témoignage de Máximo Pastor Mullor recueilli le 16 septembre 2013 à Alicante. Ce témoignage fera l’objet prochainement d’un documentaire sonore intitulé D’Alicante à Tulle : une mémoire en exil, réalisé en collaboration avec Julien Varigault.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva Léger, « Des anarchistes espagnols dans le Limousin. Portraits croisés », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 28 décembre 2017, consulté le 23 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccec/6740 ; DOI : 10.4000/ccec.6740

Haut de page

Auteur

Eva Léger

CRIIA EA 369-Université Paris Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals