Navigation – Plan du site
Études
Dossier : « Anarchistes espagnols en France: de la Guerre Civile à la fin du franquisme »

Anarchisme et Catalanisme en exil en France, 1939-1977

Anarquismo y catalanismo en exilio en Francia, 1939-1977
Phryné Pigenet

Résumés

En l’absence de véritable réflexion doctrinale sur le fait national, les libertaires de Catalogne, en dépit de leur antiétatisme et de leur internationalisme, partagèrent selon les périodes une certaine proximité culturelle avec les catalanistes. Malgré la répression franquiste, l’héritage proche de la Guerre d’Espagne conduisit en exil à un raidissement doctrinal anti catalaniste qui fit osciller les libertaires catalans entre orthodoxie acrate et nostalgie de la mère patrie comme en témoigne la seule publication de l’exil en langue catalane, Terra Lliure. Néanmoins sa faible audience ne fut qu’un reflet imparfait des pratiques des militants exilés de France.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Terra Lliure connaîtra trois époques et deux lieux de publication. En 1950, la revue est d’abord pu (...)

1À leur arrivée en France en février 1939, les anarchistes catalans sont rendus responsables de la défaite de la République. Cet opprobre, étendu à tout le spectre politique catalan, aurait pu favoriser un rapprochement avec les catalanistes. Malgré le faible intérêt du mouvement libertaire pour le fait national catalan, celui-ci n’a cessé de peser sur leurs tactiques et leur stratégie. L’étude du périodique Terra Lliure1 unique publication anarchiste d’exil en langue catalane, apporte un précieux éclairage, à défaut de représenter les multiples variantes de la mouvance libertaire catalane et, plus encore, d’être en mesure d’ouvrir sur les pratiques d’une communauté accaparée par d’autres soucis que la doctrine, au demeurant menacée de stérilité dans les conditions précaires de l’exil.

L’orthodoxie anti-catalaniste

Un manque d’intérêt et de réflexion sur le concept de minorité nationale

  • 2 Le foisonnement de l’historiographie catalane sur le thème du catalanisme tranche avec la rareté de (...)
  • 3 Parti catalaniste conservateur qui dirigera la première expérience autonomiste en Catalogne, la Man (...)
  • 4 Josep Termes, Historia del Moviment anarquista a Espanya (1870-1980), Barcelone, L’Avenç, 2011, p.1 (...)
  • 5 Cité par Genis Barnosell, « Josep Termes : a la recerca del catalanisme popular », L’Avenç, n° 359, (...)

2La définition du catalanisme reste très discutée dans l’historiographie catalane2. Josep Termes en donne le sens très large de « mouvement de défense de l’identité et de lutte pour obtenir un gouvernement autonome pour la Catalogne, éloigné du centralisme et de l’uniformité ». Pour le pire, les anarchistes, l’associent au régionalisme bourgeois incarné par la Lliga3. Au mieux, sous sa version de gauche, ils l’assimilent à un État en devenir qu’aucun courant libertaire ne revendique. Ainsi, face au catalanisme, les anarchistes opposent une  doctrine éclectique  dont le dénominateur commun repose sur le crédo de la négation de l’État, la critique de tout pouvoir, l’apolitisme, l’idéal d’une société égalitaire, libre et sans classes4 dans laquelle l’aspiration nationale n’a pas sa place. Comme le résumait Solidaridad Obrera en 1932, après la conquête du Statut : « la Catalogne libre c’est bien, la Catalogne-nation absurde et impossible »5.

  • 6 Jordi Sabater, Anarquisme i catalanisme: la cnt i el fet nacional catala durant la guerra civil, Ba (...)
  • 7 L’instant, 28 septembre 1936 cité in Jordi Sabater, Anarquisme i catalanisme op. cit., p. 43. Tout (...)

3Les lacunes de la doctrine viennent, d’une part, de l’absence de différenciation entre le nationalisme attribué à « la grande Nation  hispanique » et celui des petites minorités opprimées et, d’autre part, d’une confusion entre nation et État6. Le fédéralisme apparait ainsi comme le moyen de surmonter ces contradictions tout en restant fidèle aux principes libertaires et de concilier les aspirations simultanément locales et régionales sans renoncer à l’internationalisme. Reste que le fédéralisme, partagé au-delà des rangs anarchistes, laisse entières les questions d’une spécificité catalane et de son droit à l’autodétermination. En 1936, le dirigeant libertaire catalan Jacint Toryho réclamait ainsi, devant les jeunes libertaires : « Nous voulons l’autonomie pour la Catalogne, la Castille, l’Andalousie… pour toutes les régions sans exceptions »7.

  • 8 Notion entendue ici sur un plan culturel sur laquelle nous reviendrons plus loin.

4S’ils revendiquent volontiers leur catalanité8, les anarchistes catalans le font toujours sur un mode défensif, supposé leur épargner le qualificatif de « séparatistes », dont beaucoup usent et abusent. La conjoncture de guerre les entraîne toutefois, à partir de 1937, à d’amples révisions tactiques et doctrinales. Peiró, non content d’abandonner l’option fédéraliste, accuse la Généralité et la Régionale libertaire catalane de faire obstacle à la centralisation comme si

  • 9 Jordi Sabater, Anarquisme i catalanismeop. cit., p. 170.

la Catalogne eusse été un canton séparatiste de la République et le gouvernement, un gouvernement étranger qui aurait réagi énergiquement et aurait été excédé, car comme on le sait : « l’avarice rompt la bourse » et celle qui est maintenant rompue est celle de la Généralité9.

5Sans aller aussi loin, plus sensibles aux thèses fédéralistes réitérées dans les éditoriaux de Catalunya, unique quotidien anarchiste en langue catalane publié pendant la Guerre d’Espagne, les libertaires de la province, bousculés par les événements, épousent tant bien que mal le virage engagé par la direction nationale à partir de 1937. Celui-ci conduit à la centralisation politique grosse d’une dérive qui, précipitée par la conjoncture militaire, se prolonge dans l’exil.

6Aussi n’est-il pas surprenant de trouver dans le même numéro de Terra Lliure, deux points de vue totalement antinomiques. Sous le titre « La Catalogne meurt, adieu à l’espérance », D. Llers, attentif à souligner la singularité catalane, propice à l’enracinement libertaire, rejette l’option centraliste, justifiée pour le passé, mais inadaptée au présent, et condamne sévèrement les adversaires de la lutte de libération nationale :

  • 10 Terra Lliure, n°19, 1975, p. 2.

Si dans certaines circonstances, on avait pu penser au sein du mouvement confédéral qu’il était nécessaire et utile de fixer une séparation nette entre lutte syndicale et combat pour la préservation de la personnalité catalane, cette période est révolue face à l’ingérence exterminatrice de l’État central [...] Ignorer volontairement le drame de notre peuple agonisant sous l’engrenage d’une violence qui le broie, serait plus qu’un renoncement, ce serait une complicité. Ce serait fuir le terrain d’un combat ingrat et concret pour se réfugier confortablement « dans les eaux tranquilles des révolutions imaginaires10.

7Cependant, un autre article intitulé « Sur le chemin de la liberté » et rédigé par J. Balius développe un point de vue opposé, notamment à propos de la revendication d’un statut particulier pour la Catalogne :

  • 11 Idem, p.3

Aujourd’hui comme demain, la libération des groupes ethniques ne peut s’entendre que par la libération de tout le peuple espagnol. Il est impossible de dissocier la tâche commune qui incombe à tous les peuples frères de la Péninsule, y compris le Portugal [...] Comme toujours, nous les anarchistes, nous serons du côté du peuple sur le chemin de la liberté, mais main dans la main avec tous les travailleurs opprimés, catalans, basques, galiciens…11

8Incapables d’adopter une position commune, les libertaires catalans cherchent une issue du côté culturel, passerelle vers de possibles convergences avec le catalanisme culturel, point d’appui du catalanisme politique.

Les frontières poreuses du catalanisme populaire et de l’anarchie

9Certains penseurs acrates ont saisi l’importance d’un catalanisme populaire dont la sphère d’influence recouvre celle du mouvement anarchiste et qu’il ne saurait être question de traiter en ennemi. Dès 1906, Urales dans la Revista Blanca l’affirme :

  • 12 Cité par J. Termes, Historia del moviment anarquistaop. cit., p.253.

Parmi les multiples tendances, aspirations et idéaux qui composent l’actuel mouvement catalaniste, l’affirmation de la personnalité catalane s’impose comme noyau à partir du quel peut découler la proclamation par tous les peuples disposant d’une personnalité bien attestée du droit à disposer d’eux-mêmes. Cette affirmation fondamentale du catalanisme constitue une valeur non négligeable pour le développement des idéaux libertaires [...]12.

10Outre le fédéralisme et l’autogestion, libertaires et catalanistes partagent le même rejet du militarisme, l’autodidactisme et le projet pédagogique incarné par Ferrer i Guardia, l’associationnisme et l’exaltation du travail commune au monde ouvrier et à la petite bourgeoisie rurale et urbaine. Tous se réclament d’un modernisme porté au plus haut en Catalogne.

11Concrètement, les publicistes anarchistes s’approprient volontiers l’héritage culturel de la province, qu’ils estiment d’essence libertaire, position non dénuée de cette arrogance dont beaucoup s’irritent jusque dans leurs rangs. En 1956, dans un article intitulé « Catalogne, foyer de l’acratisme », Joan del Pi ne craint pas d’affirmer :

  • 13 Terra Lliure, n°16, février 1955, p.1.

On trouve des valeurs libertaires dans toute la péninsule ibérique, mais la Catalogne est à l’avant-garde. [...] Elle est un terrain propice aux expériences hardies : la culture libertaire est bien installée, les esprits sont ouverts, la soif d’apprendre et de croître dans tous les domaines est manifeste et sans le frein des terres attardées, la Catalogne serait à la pointe du monde en matière de réalisations audacieuses tandis qu’en l’absence de la Catalogne idéaliste, la personnalité espagnole perd toute chance de spiritualité et d’expérience sociale et révolutionnaire13.

12En 1972, un nouvel éditorial sous la signature de E.C. y revient sous un titre d’un naturalisme éloquent : « Le sentiment libertaire : caractère atavique de la Catalogne ».

  • 14 Terra Lliure, n°8, 4e trimestre 1972, p.1. Ce point de vue n’est pas très éloigné de celui du catal (...)

Ce qui est sûr c’est que dans les profondeurs du caractère catalan on trouve à l’état naturel un sentiment d’essence libertaire qui lui vient du fond des siècles. Grattez un Catalan, vous trouverez presque toujours un libertaire [...] On ne peut séparer ce trait naturel de ses composantes : la culture, la tradition populaire et la langue catalane14.

13L’essence libertaire du caractère catalan ainsi reconnue, il est facile ensuite par syllogisme de conclure à une hégémonie cénétiste en Catalogne.

  • 15 « Pels que creuen que el poble catalá s’ha descartat de l’anarquisme », éditorial, Terra Lliure, n° (...)

L’extraordinaire phénomène catalan tient au fait que depuis toujours, tout ce qui est généreux et progressiste va d’instinct à la cnt, comme un poisson va d’instinct vers l’eau [...] Ajoutons que ce qu’il y a eu de plus respectable et de plus honnête au sein de la gauche catalane et du marxisme catalan est souvent issu du berceau confédéral15.

  • 16 Plébiscitée en Catalogne même par des manifestations imposantes.

14Si l’assertion n’est pas complètement fausse pour le passé, elle n’a qu’un lointain rapport avec la réalité des années 1970. Les exilés s’arc-boutent à un passé révolu, conséquence du contact perdu avec le pays d’origine. L’affaire se complique après la mort de Franco, à l’heure d’un éventuel rétablissement de la Généralité et d’une restauration du statut de 193216. La ligne possibiliste d’accord tactique avec les partis catalanistes, un temps envisagée avant la disparition du dictateur, s’efface devant le rappel au dogme, au risque d’un dangereux isolement libertaire :

  • 17 Indikes « L’estatut de 1932 es una mistificació del capital », Terra Lliure, n°28, avril 1976, p.2.

« L’État Catalan » ne viendra jamais de la bourgeoisie catalane, ni des partis politiques (psan, fnc, ec..) et comme l’indépendance catalane n’est possible que dans une fédération de communes libres, que cette fédération est impensable sans une révolution sociale du prolétariat, sans une fédération des peuples ibériques libres et socialistes, le dénommé « État Catalan » n’a aucune raison d’être car le socialisme pur n’a pas d’idéal étatique [...] Il ne faut pas lutter pour le statut de 1932, mais pour une Catalogne libre dans un monde libre fondé sur l’idéal socialiste et libertaire de tous les peuples17.

15Faute de solides références doctrinales, le périodique oscille, un quart de siècle durant, entre orthodoxie acrate et nostalgie catalaniste.

Terra Lliure, une double identité, catalane et anarchiste

16La publication d’un périodique en catalan obéit à des choix tactiques. Il ne faut pas laisser aux forces politiques concurrentes l’exclusivité d’une propagande en langue vernaculaire :

  • 18 Cri d’alerte de la direction du journal, Terra Lliure, n°34, octobre 1976.

Sans la présence durable de notre bulletin régional, la propagande cénétiste et libertaire ne se serait faite qu’en castillan et aurait donné un caractère déplaisant aux efforts confédéraux de l’exil18.

  • 19 C. Parra, « La propaganda libertaria en catalá », Terra Liure, n°14, juillet août 1953, p.1.

17Un autre article insiste surtout sur l’avenir qu’il s’agit de préparer, « car ce sera en Catalogne que la pensée et les propos des animateurs de Terra Lliure trouveront l’ambiance désirée ». La prédiction se double d’une autocritique pour le présent où, tandis que les autres partis utilisent le catalan, « nous avons été les seuls à ne pas vouloir ou savoir profiter de cette arme formidable »19. Néanmoins, au-delà des choix tactiques, le bulletin reflète aussi l’intérêt des rédacteurs de la publication pour le fait national catalan.

Un attachement au fait national catalan, non exempt de dérives

  • 20 « Cops al bulto », éditorial, Terra Lliure, n°20, mars 1956, p.1 et n°3, octobre 1963 p. 1.
  • 21 Colinca, « L’imperialisme catalá », Terra Lliure, n°6, octobre 1951, p. 4.

18Si la langue catalane est un instrument de propagande, elle est aussi un des attributs identitaires que les colonnes du bulletin mettent souvent en avant au nom même du fait national catalan. Les différentes contributions jouent sur des registres variés. Le plus courant insiste sur la neutralité de la langue, moyen de communication par excellence pour faire de la bonne propagande anarchiste auprès des natifs de la province20 dont elle reste la langue maternelle au sens premier du terme : « Si on parle en catalan c’est la faute de notre mère et on s’exprime mieux en catalan qu’en castillan ou en français. »21 Très vite, elle devient aussi l’arme de défense d’une identité propre :

  • 22 « La nostra dita, resposta als castellanistes », éditorial, Terra Lliure, n°9, avril 1952, p.1.

Il y en a encore qui ne comprennent pas. Pour eux Catalan est synonyme de catalanisme [...] Je regrette que des compagnons qui sont imprégnés d’internationalisme, tombent sans le vouloir dans la partialité. Si le castillan est majoritaire en Espagne, cela ne lui donne pas le droit d’asphyxier les autres moyens d’expression régionaux –ce qui ne signifie pas régionalistes22.

  • 23 Roc Llop fut instituteur, poète et anarchiste. Durant la guerre d’Espagne, il fut inspecteur dans l (...)

19Dans une contribution intitulée « Propagande et problème linguistique », Roc Llop23 reprend l’argument en faveur d’une expression en langue vernaculaire et remet en cause les soupçons qui pèsent sur son usage :

  • 24  Terra Liure, n°5, octobre 1964, p.3. L’auteur évoque longuement les facilités d’apprentissage scol (...)

Je n’ai jamais pu comprendre l’absence d’intérêt et le peu d’importance que l’organisation confédérale a accordé et continue à accorder aux langues maternelles pour développer la propagande ou comme instrument de relations sociales.
Ne voulant pas être régionaliste [...], mais fédéraliste dans la plus large acception du terme [...], je ne comprends pas le souci de vouloir centraliser les langues vernaculaires [...], de leur nier vigueur, valeur et personnalité en faveur d’une autre langue [qui] [...] fut imposée par la force sur toutes les terres ibériques au détriment des autres.
Je tiens à préciser que je ne fais pas ces considérations au nom d’un catalanisme de bas étage, ni par ressentiment [...], pas même en raison de la persécution continue servie par la mauvaise foi officielle et officieuse que subit la langue catalane. Quand bien même je n’aurais mille arguments pour défendre les langues maternelles, il suffirait d’en rappeler un seul : fédéralisme et plus encore pédagogisme24.

  • 25 Joan Ferrer, « Conversa amb el secretari de Terra Lliure a Tolosa i un ex catalanista », Terra Lliu (...)
  • 26 Né à Igualada en 1896, dès l’âge de 15 ans, Joan Ferrer participe aux luttes syndicales libertaires (...)

20Un autre contributeur s’enorgueillit de ne pas classer le catalan parmi les patois et rappelle qu’il s’agit d’une langue de culture qui peut se mesurer au castillan. À l’occasion d’un dialogue de fiction entre un catalaniste et le directeur de Terra Lliure à Toulouse, l’auteur de l’article donne la parole à ce dernier qui affirme : « Le catalan, comme le castillan, est une langue codifiée que nous serions idiots d’ignorer ». Position que nuance, plus loin, la concession selon laquelle pour chaque parole « maragallienne », il en écrit mille de « cervantesques »25. Pour sa part, Joan Ferrer26 note :

  • 27 Joan Ferrer cité par Ferran Aisa, La cultura anarquiste a Catalunya, Barcelone, Edicions de 1984, 2 (...)

Dans notre mouvement, les compagnons originaires de Castille ou d’une autre région non catalanophone… ont pris l’habitude de considérer que le castillan représente la totalité du pays et pour que l’on se comprenne tous il faut parler « espagnol », comme ils disent. Mais nous, groupe nombreux d’anarchistes natifs de Catalogne, sans cesser d’aimer la littérature et la pensée castillanes, avons œuvré pour notre langue et culture. Si le cénétisme intellectuel s’est exprimé majoritairement en castillan, c’est parce que sont arrivés chez nous des personnes issues de toute la péninsule et d’Amérique27.

21Le journal doit en permanence se prémunir contre l’accusation de catalanisme. Il n’est pas trop difficile dans le cas de la langue de lever les soupçons. Cela l’est davantage au sujet d’autres traits identitaires.

22Les odes à la Catalogne abondent dans la revue. Conçue comme un tout dans la plus pure tradition romantique de la nation, ces déclarations ne sont jamais atténuées par des considérations de classe :

  • 28 Nous rejoignons ce que dit Jordi Sabater pour la période antérieure, in Anarquisme i Catalanisme o (...)

La Catalogne n’est pas seulement une définition géographique. Elle est beaucoup plus que cela. Il s’agit d’une famille humaine façonnée par des siècles d’histoire et de travail sur une même terre, d’une civilisation créatrice, d’une manière de vivre et d’une langue qui s’est formée et transmise de génération en génération, reflet de ses vertus et de ses défauts28.

23Sur la lancée, l’auteur fait sien un certain traditionalisme, gage, à ses yeux, de l’ancrage cénétiste dans le mouvement ouvrier :

  • 29 D. Llers, « Catalunya mor, adéu a l’esperança », Terra Lliure, n°19, premier semestre 1975, p. 2.

Les effets de la disparition de la mentalité traditionnelle catalane seraient mortels pour le mouvement ouvrier cénétiste en Catalogne dont l’esprit particulier se nourrit surtout des racines qui s’enfoncent dans les couches les plus profondes du tempérament spécifique de notre peuple29.

24Loin d’être isolé, ce point de vue se retrouve dans les articles de Joan Ferrer qui en donne la clef de lecture :

  • 30 Joan Ferrer, « Cel tancat o obert », Terra Lliure, n°13, mars 1953, p. 3.

L’anarchie a une issue aux champs, tandis qu’en ville, la proximité de la révolution peut effrayer les anarchistes eux-mêmes, non par mauvaise volonté, mais par la difficulté d’organiser, en marge de toute idée d’autorité, la vie de 2,3 ou 5 millions de personnes bêtement amoncelées dans un même réduit, tandis que la terre est si ample, si féconde, si riante et si propice à la liberté de l’homme30.

25Ferrer, militant confédéral de longue date, a participé aux succès et aux échecs libertaires en Catalogne. Son analyse mêle l’expérience passée, la nostalgie d’un temps révolu, les effets du vieillissement et de l’exil, loin d’un pays dont il comprend mal l’évolution. Faute de réflexion théorique, comme les autres libertaires catalans il s’en tire par une pirouette doctrinale : l’adhésion au fédéralisme auquel il associe tout le peuple catalan :

  • 31 « Separatisme o incomprensió », Terra Lliure, n°18, juillet 1955, p. 4.

Contrairement à ce que l’on raconte, la Catalogne est totalement fédéraliste et autonomiste. [...] Assimiler le séparatisme à un amour fervent pour la terre, la région, les coutumes, le folklore, l’idiome c’est critiquer par médisance31.

26Si certains souhaitent conserver la région dans la tradition, d’autres valorisent à l’inverse le progrès et le modernisme en leur qualité d’attributs supposés et spécifiques de la Catalogne, qu’ils opposent à l’archaïsme de leurs adversaires castillanistes. Ces contradictions suscitent de curieuses analyses sous la plume de militants qui s’affichent révolutionnaires. Dans un article intitulé « Les limites du catalanisme de la bourgeoisie », le rédacteur qui signe des initiales E.C. se livre à une critique du catalanisme politique de la bourgeoisie coupable de n’avoir jamais été indépendantiste car,

  • 32 Terra Lliure, n°6, 2e trimestre 1972, p. 2.

bien qu’elle soit majoritairement libérale et démocrate, la bourgeoisie catalane doit tenir compte de ses intérêts de classe. Or, Barcelone et sa région s’étant transformées en un complexe industriel démesuré en comparaison des nécessités locales, les mécanismes de l’économie catalane, au nom de l’unité du marché espagnol, sont détournés de leur fonctionnement normal en raison de la tutelle exercée par le pouvoir central et se retrouvent en marge, quand ce n’est pas à contre-courant de l’économie mondiale32.

27À défaut d’examen serré de la construction européenne et des enjeux d’une intégration de l’économie espagnole, il ajoute :

L’entrée de l’Espagne dans le Marché Commun pourrait changer la donne, malgré cela il serait difficile à la bourgeoisie catalane de devenir indépendantiste.

28La conclusion, tout aussi peu argumentée, relève plus de la foi que de la raison, ce que trahit l’emploi du conditionnel :

Dans une Catalogne transformée en nation souveraine, délivrée de la pression politique, militaire et policière de l’État espagnol, la défense des structures capitalistes deviendrait rapidement très difficile.

29Peu convaincante, la démonstration confirme le sentiment de supériorité régionale, commun aux anarchistes de la province et aux catalanistes, attitude dont ils récusent le caractère hégémoniste.

L’anarchisme catalan : entre domination et assujettissement

30Le mouvement libertaire, en général, et catalan en particulier, a été profondément marqué par les quelques mois où la révolution anarchiste fut à portée de main. Le rappel de cette période et du rôle joué par le peuple catalan sous influence anarchiste est une constante dans les colonnes du périodique. Il s’agit d’entretenir la mémoire du passé libertaire de la province, du poids de la cnt face aux autres organisations républicaines, mais tout autant d’évoquer la place de la composante catalane au sein de la Confédération, y compris à l’adresse des compagnons d’autres régions tentés de la banaliser ou de l’étouffer. Tandis que des meetings-anniversaires célèbrent le 19 juillet 1936, les colonnes du périodique ne manquent pas de souligner combien la Catalogne en fut l’héroïne principale. Pour l’occasion, ses acteurs toujours en vie, comme Joan Ferrer, prennent la plume afin de décrire l’enchaînement des faits et en tirer des leçons pour le futur. À l’adresse de l’ensemble de la Confédération, Felipe Alaiz plaide en faveur de la cause catalane. Contre les griefs souvent faits à la province, le rédacteur conteste le particularisme supposé des Catalans, dont il brosse le portrait d’un peuple authentiquement universaliste, acquis à l’associationnisme cher à Proudhon et qui, loin d’étouffer les minorités nationales, s’est toujours montré accueillant en intégrateur.

  • 33 Felipe Alaiz, « Un poble es lliure pels seus homes lliures », Terra Lliure, n° 14, juillet-août 195 (...)

Celui qui était nouveau venu s’acclimatait vite à cette ambiance de liberté et d’activité. Quand il retournait au traditionalisme, il était devenu un subversif. Ceci est la preuve de la vitalité catalane, preuve plus forte que n’importe quel nationalisme33.

31Par quoi, l’argumentaire puise dans la rhétorique nationaliste, prompt à décrire une Catalogne monolithique dans les comportements et aspirations de son peuple, tendance sous laquelle il est aisé de reconnaître sous la prose avant-gardiste la permanence d’un sentiment de supériorité étranger aux principes libertaires.

  • 34 Joan del Pi, « Catalunya, llar de l’acratisme », Terra Lliure, n°16, février 1955, p. 1.

On trouve des valeurs libertaires dans toute la Péninsule Ibérique, mais la Catalogne est à l’avant-garde. Très clairement, l’organisation millionnaire en adhérents à laquelle fait référence l’organe fasciste sans la nommer est la cnt dont la régionale la plus puissante, le fer de lance de la lutte, fut et continue à être la Catalogne34.

32On comprend que pour les besoins de la propagande, le trait soit un peu forcé, mais rien, dans la réalité du moment, n’autorise des propos dont l’outrance confine à la cécité.

33D’autres publicistes prennent parfois quelque liberté avec l’histoire de la cnt catalane. Ainsi en va-t-il de la relation établie entre la période, de juillet 1936 à mai 1937, d’influence cénétiste maximale, et celle où le pouvoir central concéda à la Généralité le plus de prérogatives politiques. De là à en déduire que la première fut l’acteur principal de ces changements, il n’y a qu’un pas, volontiers franchi, quitte à s’approprier au passage la paternité des réalisations culturelles de la province.

  • 35 E.C., « Catalanitat de la revoluciò del 1936 », Terra Lliure, n°11, 3ème trimestre 1973, p. 3.

Quoi qu’il en soit, la cnt catalane, nourrie de pensée libertaire, internationaliste, non inféodée à une puissance étrangère ni soumise à aucun « politburo », démontra alors sa profonde catalanité35.

34Sous la propagande, par bribes, d’autres faits transparaissent, cependant, au fil des bulletins, qui trahissent les difficultés rencontrées par la régionale catalane, tenue de justifier le maintien de son existence dans l’organisation confédérale et face au Secrétariat de celle-ci.

  • 36 À. Tarrago, « La nostra Catalunya », Terra Lliure, n°7, août 1965, p. 4.

Si le Secrétariat doit s’occuper de tout qu’il le fasse s’il le peut ; mais un accompagnement, une coopération, un coup de main de l’organe régional nous ne pensons pas que cela soit une gêne, au contraire. L’existence d'instances régionales bien coordonnées au Secrétariat ne multiplie pas le travail en direction de l’intérieur. Que celui qui n’est pas d’accord, évite de s’en mêler et ne crée pas d’obstructions36.

35De là, aussi, la nécessité dans laquelle se trouve la revue de solliciter ses lecteurs pour garantir sa parution.

Une audience limitée

  • 37 Jordi Sabater, Anarquisme i catalanismeop. cit., p.29 traite des problèmes rencontrés pendant la (...)

36À l’origine, le journal a de grandes ambitions, dont témoignent ses trois objectifs : toucher un lectorat englobant toute la sphère libertaire catalane, familiariser de futurs journalistes37 à la rédaction en catalan dans la perspective du retour, devenir un magazine culturel de référence.

  • 38 « Lo que volem que sigui Terra Lliure », profession de foi de la redaction, Terra Lliure, n°13, mar (...)

37Nous voulons que Terra Lliure soit une assemblée de Catalans aux sentiments universalistes, une école de catalan en vue de la formation de rédacteurs pour la presse vernaculaire qui se publiera en Catalogne, une association d’amis aux origines régionales diverses avec le propos d’enrichir la communauté libertaire tant sur le plan de la pensée, de l’art, de la solidarité comme de la bonhomie38.

38Aucun de ces objectifs ne sera atteint. Malgré l’acceptation du principe d’une diffusion gratuite, le périodique, tiré d’abord à 500 exemplaires, atteint un pic de 1200 quand il envisage de toucher les militants réfugiés hors de l’Hexagone, avant de retomber à 500 dans son ultime période d’existence. Les problèmes rencontrés sont de divers ordres. Le lectorat ne répond guère plus aux demandes de financement qu’aux invitations à collaborer lancées par la rédaction. Malgré les associations éponymes dispersées aux quatre coins de la France, celles de Toulouse et de Paris participent tant bien que mal à sa diffusion. Dans la capitale, le groupe « Terra Lliure » ne compte que 25 adhérents, qui peinent à se rencontrer. Seule celle de Clermont-Ferrand alimente la revue en rares brèves. En l’absence de mention, on peut supposer que les autres sont en sommeil.

  • 39 Il signe de son patronyme officiel, mais aussi Joan del Pi ou Jo Han.
  • 40 Les signatures qui reviennent de manière récurrente sous leurs vrais noms, en pseudos ou en simples (...)

39Dans ces conditions, qu’aggrave le statut de publication d’exil, la survie du journal de 1950 à 1980 relève de l’exploit. Au vrai, tout repose sur un nombre restreint de collaborateurs. Ainsi n’est-il pas rare que Joan Ferrer, riche de l’expérience acquise à la tête de l’unique journal libertaire catalan des années de guerre, Catalunya, signe sous trois pseudonymes différents plusieurs articles d’un même numéro39. Pour le reste, trois ou quatre noms40 semblent former l’essentiel de la rédaction en 30 ans d’existence. La situation financière n’est pas meilleure. Par deux fois, les rédacteurs alertent les lecteurs du risque de disparition. Ils sont une petite soixantaine à consentir un geste en faveur du journal distribué à 500 exemplaires.

  • 41 La comparaison avec Foc Nou, publication de la section des jeunes du Casal de Paris est significati (...)

40Le deuxième objectif n’est pas davantage atteint. La publication vieillit avec ses collaborateurs. Joan Ferrer approche 80 ans au milieu des années 1970. La rédaction échoue à attirer vers elle des jeunes, tant parmi les exilés que parmi leurs camarades de l’intérieur. Enfin, les contributions culturelles se réduisent à la publication de poèmes, souvent ceux des rédacteurs et à l’écho donné au groupe scénique toulousain fondé par Joan Ferrer. Nul romancier, artiste ou plasticien catalan -pourtant nombreux en exil, notamment dans les rangs libertaires- ne participe à un numéro du bulletin41.

41Reflet partiel de la pensée libertaire catalane, le périodique n’exerce qu’une influence limitée sur les militants. Aussi bien est-ce du côté des pratiques qu’il convient maintenant d’aborder les rapports des anarchistes au catalanisme.

Écarts de la doctrine aux pratiques

42Certaines proclamations très critiques, telle celle de Felipe Alaiz, par ailleurs collaborateur occasionnel de Terra Lliure, suggèrent des liens très distendus avec les catalanistes:

  • 42 Felipe Alaiz, Hacia una federación de autonomías ibéricas, País vasco y Cataluña, s. l., Ediciones (...)

La nostalgie du Catalan exilé est ennuyeuse. Il semble toujours rechercher les jupons maternels [...]. La Catalogne s’obstine à avoir une histoire alors que les peuples heureux comme les femmes heureuses n’ont pas d’histoire [...] La patrie vous mènera à la ruine comme elle a été la ruine des Polonais, des Français, des Italiens, des Hongrois [...] Catalans, ne vous laissez pas attacher à un cadavre. La patrie en est un et la démocratie son linceul42.

43Néanmoins, en dépit du refus constant de la cnt de participer à tout gouvernement en exil – fût-il espagnol ou catalan –, les rapports entre la Confédération et quelques personnalités catalanistes ne furent jamais rompus en exil.

Les rapprochements tactiques avec la mouvance catalaniste

44Ainsi en tournée au Mexique, octobre 1956, Frederica Montseny anime-t-elle, à l’Aténeo espagnol, une conférence en présence de plusieurs dirigeants catalanistes, dont Peypoch, avec lesquels l’échange est très cordial :

  • 43 Compte rendu de la tournée de F. Montseny au Mexique, Terra Lliure, octobre 1956, p. 1.

La Conférence de Federica fut très libertaire, très catalane et très universaliste. Les sectaires ont fait la grimace de dégoût qui les caractérise lorsque, pour des raisons de circonstances, on parle en catalan, grimace qui leur passera quand ils abandonneront leurs préjugés espagnolistes. [...] De telles rencontres rapprochent les points de vue et libèrent la propagande menacée d’asphyxie quand elle reste en vase clos43.

45À plusieurs reprises, Terra Lliure publie des portraits très élogieux de responsables catalanistes, intellectuels ou artistes de renom – Bosch Guimpera, Pompeu Fabra ou Pablo Casals. Plutôt avare en notices nécrologiques autres que celles consacrées à ses adhérents, il mentionne le décès de la veuve de Companys. Des socialistes du msc, par exemple Pallach, ou l’indépendantiste du Front Nacional de Catalunya, Manuel Cruells, ont également les honneurs de la revue, laquelle se fait l’écho, en outre, du contenu de ses homologues catalanes reçues en service de presse. Plusieurs d’entre elles sont dirigées par des personnalités d’obédience catalaniste ou socialistes, à l’exemple de Vincle du Casal de Paris, Mai no Morirem, organe du Casal d’Angoulême, Cartes d’Europa, Endavant, Vida Nova qu’anime le catalaniste Miquel Guinart…

46À contrario de l’opinion majoritaire au sommet de la cnt, Abad de Santillan, l’un des responsables confédéraux, considère que la lutte nationale de la Catalogne doit être intégrée aux objectifs anarchistes.

  • 44 ARUS, Fonds Abad de Santillan, C5/3, Rapport de novembre 1961 : « La Confederacion Regional del Tra (...)

L’indépendance d’action doit prévoir la défense des revendications soutenues par les Catalans. Leurs revendications ont été réanimées par les tentatives de dénationalisation de la dictature ; c’est un élément que nous ne pouvons ignorer à moins de tourner le dos à la réalité et accepter notre suicide. La restauration des Institutions catalanes qui caractérisent la nation, et tout particulièrement la Généralité, sera la preuve manifeste de la chute de Franco [...] On ne peut pas ignorer la nécessité de donner la plus large autonomie à nos régionales quand il s’agit d’avancer sur le chemin de la liberté et nous estimons qu’en Catalogne la question se pose avec une particulière acuité [...]44.

  • 45 Ces rapports cordiaux furent tissés avec Tarradellas du temps du Comité des Milices Antifascistes. (...)

47À la veille du retour de Tarradellas et compte tenu de leur opposition commune à l’Assemblée de Catalogne et de liens noués de longue date entre les libertaires et le Président de la Généralité en exil45, des militants estiment possible et souhaitable une entente avec les forces catalanistes et socialistes catalanes traditionnelles afin de contrer les positions des antifranquistes de l’Intérieur. Projet que déjouera le rétablissement de la Généralité auquel consentiront les héritiers du franquisme et qui replongera les cénétistes de l’exil dans une solitude sans perspective. La déception sera grande parmi les rédacteurs du bulletin et sonnera le glas des rapprochements esquissés.

La participation à la culture catalane

48Si les libertaires furent de bons propagateurs culturels à l’apogée du mouvement ouvrier catalan, leur ouvriérisme a toujours freiné la collaboration d’intellectuels d’envergure. Les choses ne s’améliorent pas à l’heure de l’exil. Propagandistes et pédagogues, ils ne renoncent pas, cependant, à toute ambition culturelle, ainsi qu’en rend compte l’activité du groupe scénique « Terra Lliure ».

Le succès du groupe théâtral « Terra Lliure »

  • 46 Carole Redi, Educación y cultura en el exilio anarquista español de los años 50 en Toulouse: de la (...)

49C’est à Toulouse, dans les baraques du Cours Dillon, que se mène, au sortir du conflit mondial, l’expérience artistique la plus aboutie des libertaires catalans, fidèles dans l’exil à la tradition héritée des athénées populaires qu’entretiennent également les casals de Toulouse, Paris et Marseille. À Toulouse, l’audience de la troupe de « Terra Lliure » déborde celle de la mouvance libertaire. Plusieurs facteurs expliquent cette réussite. Le premier, très matériel, tient à la disposition d’un local pour les répétitions et les représentations. Lorsque les cabanes du Cours Dillon disparaitront, la troupe se repliera, en 1952, avec l’ensemble de la communauté républicaine, dans une ancienne usine réaménagée, qui deviendra le Théâtre de la République du quartier Saint Cyprien46. Mais deux salles sont, en outre, régulièrement louées pour les représentations : la salle Sainte Anne et celle de l’Espoir, prêtée chaque fois que nécessaire par la sfio toulousaine.

  • 47 « La Llar » était un des centres catalans de Toulouse. Née de la scission du Casal, elle était diri (...)
  • 48 Troupe théâtrale amateur en langue espagnole, également dans la mouvance anarchiste.
  • 49 C’est le cas, par exemple, de Gente Bien de Santiago Rusinyol, jouée dans les deux langues avec la (...)
  • 50 cnt, 9 janvier 1953, cité par Marlène Archet, Le Théâtre à Toulouse dans les milieux de l’émigratio (...)

50Le second facteur de succès tient à l’ouverture du groupe à tous les amateurs, indépendamment des sympathies partisanes ou de l’origine catalane. Ainsi accueille-t-il des animateurs qualifiés. Mme Galcéran, par ailleurs membre d’une association catalaniste -la Llar47- et musicienne de talent dirige sa chorale et son corps de ballet ainsi que sa section juvénile, cependant que Juan Montiel également à la tête du groupe « Iberia »48 occupe longtemps le poste de directeur. Le fait vaut pour nombre d’acteurs, danseurs et chanteurs liés à d’autres associations catalanes de Toulouse. L’inspiration libertaire ne s’efface pas pour autant. Les recettes sont versées au sia, organisation anarchiste de solidarité, et le groupe se produit très souvent à l’occasion des matinées récréatives qui précédent les grands meetings de la cnt. On notera encore que certaines pièces catalanes du répertoire de « Terra Lliure » sont traduites et jouées en castillan49. Les préférences du groupe le portent toutefois vers les activités musicales et la chorégraphie, spectacles qui lui permettent d’atteindre un large public à la plus grande satisfaction de l’organe cnt : « L’art libertaire de "Terra Lliure" tend à être par son ampleur une pure jouissance et n’accentue pas les différences entre peuples »50.

51Malgré les tournées réussies dans les principales villes du sud-ouest, la qualité artistique de ses représentations et l’inclusion dans son programme de chants et de danses empruntés au folklore d’autres régions, Terra Lliure, victime de tiraillements internes et de l’évolution des pratiques culturelles, amorcera un déclin inéluctable à compter des années soixante que ne suffira pas à inverser la légère reprise au début des années soixante-dix.

La participation active d’une minorité anarchiste à la culture catalane d’exil

  • 51 Joan Manent i Pesas, Records d’un sindicalista llibertari català 1916 1943, Paris, Edicions Catalan (...)
  • 52 Phryné Pigenet, Le casal de Paris… op. cit.

52Les anarchistes catalans ne dédaignent pas se mêler aux autres composantes de l’exil. Si les casals ne sont pas leurs foyers par excellence sur lesquels pèse parfois le soupçon d’influence communiste, il arrive qu’ils les fréquentent. À Paris, ils participent, durant la guerre froide, aux coalitions formées pour empêcher les communistes de s’emparer de la direction. Dans les années soixante, ce casal offre une tribune aux anciens libertaires désireux de cultiver, à l’adresse des nouvelles générations, le souvenir des principales figures de l’anarchisme catalan (Peiró, Pestaña, Seguí51) et les grandes dates de son éphéméride: « Setmana Tràgica », 19 juillet 193652

  • 53 Archives privées Jaume Mir, série de cahiers de procès verbaux sur les Fêtes du Livre Catalan qui s (...)
  • 54 Josep Marimon i Cairol, Les Classes socials a Catalunya en el decurs de l’era industrial, Paris, Ed (...)
  • 55 Les Éditions Catalanes de Paris furent créées depuis Barcelone par Josep Benet, Albert Manent et Jo (...)

53Par-delà l’évocation du passé, ils contribuent aussi à la création culturelle catalane d’exil. Roc Llop obtient ainsi la plus haute distinction aux Jeux Floraux de la Langue Catalane tenus à Paris en 1965 pour « Poemas de Llum i Tenebra », que Terra Lliure publie en partie. Sans compter que plusieurs auteurs libertaires collaborent à l’organisation de la Fête du Livre Catalan53, qui prime Josep Marimon i Cairol54, dont l’ouvrage paraît aux Editions Catalanes de Paris55.

L’échec de la transmission de la langue

54On l’a vu, les libertaires catalans sont attachés à leur langue. Encore faut-il pouvoir en entretenir l’usage parmi les exilés et en transmettre les rudiments à la seconde génération comme aux immigrés. En la matière, les anarchistes ne réussissent pas mieux que les casals, qui doivent bientôt renoncer aux cours de catalan un temps dispensés par leurs soins. Il faut se faire une raison, les fils d’exilés s’en désintéressent. Sarah Berenguer, femme de lettres libertaire, l’explique ainsi :

  • 56 Témoignage de Sarah Berenguer in Exilio, refugiados españoles en el medio dia de Francia, Madrid, U (...)

Quand nos enfants eurent 7, 12 et 13 ans, nous décidâmes de nous naturaliser car on ne voyait plus aucun espoir de retourner en Espagne. Nous nous sommes dit alors : « Notre vie s’est arrêtée ici [...]  » et nous avons pensé : « au moins que nos enfants puissent s’en sortir et faire leur chemin ». On s’est décidé à parler français entre nous car, comme nous parlions beaucoup le catalan à la maison, cela pouvait créer des confusions à l’école entre le catalan et le français »56.

  • 57 Correspondance privée Jaume Mir. Ce dernier nous a confié toute la correspondance entretenue avec s (...)
  • 58 Jo Han, « Un crit, un bram a Paris », Terra Lliure, 1er semestre 1972, p. 3.

55Chez les nouveaux émigrés économiques, le succès des cours de catalan n’est pas davantage au rendez-vous. La plupart se soucient d’abord d’apprendre le français dont l’apprentissage conditionne leur insertion en France. Cet échec donne la mesure des difficultés rencontrées pour la génération postérieure à la guerre d’Espagne. De ce point de vue, l’itinéraire de Jaume Mir57 retient l’attention. Ouvrier du livre, cénétiste par tradition familiale, il s’installe en France à la fin des années 1950. Pendant dix ans, la correspondance entretenue avec son père se fait en castillan, mais c’est en catalan, langue du foyer et de l’intimité, qu’il rédige les passages plus spécialement adressés à sa mère. Au bout de plusieurs années, Jaume se décide à fréquenter les cours du Centre d’Etudes Catalanes de la Sorbonne, grâce auxquels il réussit bientôt à rédiger toute sa correspondance en catalan. Alors que ses lettres traitent d’événements culturels, sociaux et politiques, l’unique allusion à l’identité catalane procède de l’anecdote et renvoie à l’irritation suscitée par les remarques d’un militant qui lui reprochait de s’exprimer en catalan. De fait, avant de contribuer au succès de la Journée du livre catalan et aux activités du casal de Paris, le jeune ouvrier ne semble guère s’être soucié de la question nationale catalane. Sans doute l’intérêt manifesté pour la vie culturelle catalane n’est-il pas venu de but en blanc, mais pour l’essentiel cet attrait doit peu de choses à la cnt. À l’instar de Jaume Mir, nombre de militants confédéraux sont imprégnés d’une identité catalane dont la remise en cause, vécue comme un manque de solidarité, suscite leur indignation. Un incident, relaté par Terra Lliure, en témoigne. Lors d’un gala où se produisent Lény Escudero et une chanteuse catalane, celle-ci est apostrophée par un spectateur exigeant qu’elle chante en castillan. La salle s’indigne, à la plus grande satisfaction du périodique, qui note que le perturbateur n’avait pas reproché à Lény Escudero de s’exprimer en français plutôt qu’en castillan58.

56Sans surprise, l’exil, loin de combler les carences doctrinales du mouvement anarchiste vis-à-vis du fait national catalan, les aggrave. Le contenu de Terra Lliure en apporte la preuve au fil de numéros qui peinent autant à proposer des analyses de fond sur le sujet qu’à rendre compte des évolutions à l’œuvre parmi les exilés et outre-Pyrénées. Tiraillés entre la nostalgie et l’impératif d’orthodoxie libertaire, les collaborateurs du périodique, sans véritable relève, se rabattent sur le compromis boiteux d’une reprise affective de thèmes calqués d’un catalanisme passéiste, littéralement réactionnaire, et la réitération d’une « doxa » ignorante des réalités vécues par les militants de l’Intérieur. On sait ce qu’il en résulta pour la diffusion de la revue qui, relais de la Régionale cénétiste, aurait pu aider à l’élaboration et au rayonnement d’une ligne politique claire. À défaut, elle favorisa l’expression d’opinions les plus contradictoires, variables au gré des personnalités. Du moins était-elle fidèle en cela à une tradition individualiste d’essence libertaire.

Haut de page

Notes

1 Terra Lliure connaîtra trois époques et deux lieux de publication. En 1950, la revue est d’abord publiée à Toulouse. À partir de 1963, elle est éditée à Paris sous le titre de Butlleti dels llibertaris catalans. D’une périodicité incertaine, tour à tour trimestrielle, bitrimestrielle ou mensuelle, elle reparait en 1971 comme Butlleti de la Régional Catalana. La première série, jusqu’en 1964, est conservée à la Biblioteca ARUS de Barcelone. Nous avons consulté la seconde série, postérieure à 1965, à la BDIC de Nanterre.

2 Le foisonnement de l’historiographie catalane sur le thème du catalanisme tranche avec la rareté des études sur les rapports entre catalanisme et anarchisme. D’où l’importance accordée à Josep Termes pour ses travaux sur le catalanisme populaire très fortement influencé par l’anarchisme et à Jordi Sabater, qui a étudié leur relation pendant la période de la Guerre d’Espagne.

3 Parti catalaniste conservateur qui dirigera la première expérience autonomiste en Catalogne, la Mancommunitat.

4 Josep Termes, Historia del Moviment anarquista a Espanya (1870-1980), Barcelone, L’Avenç, 2011, p.172.

5 Cité par Genis Barnosell, « Josep Termes : a la recerca del catalanisme popular », L’Avenç, n° 359, juillet août 2010, p.62

6 Jordi Sabater, Anarquisme i catalanisme: la cnt i el fet nacional catala durant la guerra civil, Barcelona, Edicions 62, 1986, p. 25. Ce défaut d’analyse est souligné par les jeunes activistes libertaires actuels, partisans de l’indépendantisme qui reprochent à leurs aînés la confusion permanente entre Nation et État: Anarquisme i Alliberament nacional, Bilbao, 2017, Catarko, La Ciutat Invisible, Col·lectiu Negres Tempestes i Virus editorial, p. 22-24 et 39.

7 L’instant, 28 septembre 1936 cité in Jordi Sabater, Anarquisme i catalanisme op. cit., p. 43. Toutes les traductions de cette contribution sont de l’auteure de l’article.

8 Notion entendue ici sur un plan culturel sur laquelle nous reviendrons plus loin.

9 Jordi Sabater, Anarquisme i catalanismeop. cit., p. 170.

10 Terra Lliure, n°19, 1975, p. 2.

11 Idem, p.3

12 Cité par J. Termes, Historia del moviment anarquistaop. cit., p.253.

13 Terra Lliure, n°16, février 1955, p.1.

14 Terra Lliure, n°8, 4e trimestre 1972, p.1. Ce point de vue n’est pas très éloigné de celui du catalanisme si l’on suit les conclusions de l’historien Ucelay Da Cal, qui affirme que la formule politique prédominante du catalanisme n’a pas été l’indépendantisme, mais la défense de l’identité collective face à l’État. Compte rendu de l’ouvrage d'Enric Ucelay-Da Cal par Eduardo Gonzalez Calleja, « El catalanismo en la hora del imperialismo. Un estudio excepcional sobre la proyección hispánica del nacionalismo Lligaire », Studia Historica. Historia Contemporánea, n°23, 2005, p. 297-312.

15 « Pels que creuen que el poble catalá s’ha descartat de l’anarquisme », éditorial, Terra Lliure, n°9, 1er trimestre 1973, p.1.

16 Plébiscitée en Catalogne même par des manifestations imposantes.

17 Indikes « L’estatut de 1932 es una mistificació del capital », Terra Lliure, n°28, avril 1976, p.2.

18 Cri d’alerte de la direction du journal, Terra Lliure, n°34, octobre 1976.

19 C. Parra, « La propaganda libertaria en catalá », Terra Liure, n°14, juillet août 1953, p.1.

20 « Cops al bulto », éditorial, Terra Lliure, n°20, mars 1956, p.1 et n°3, octobre 1963 p. 1.

21 Colinca, « L’imperialisme catalá », Terra Lliure, n°6, octobre 1951, p. 4.

22 « La nostra dita, resposta als castellanistes », éditorial, Terra Lliure, n°9, avril 1952, p.1.

23 Roc Llop fut instituteur, poète et anarchiste. Durant la guerre d’Espagne, il fut inspecteur dans l’enseignement primaire et consacra de nombreux articles à la rénovation de la pédagogie dans les écoles de la République. Exilé en 1939, il fit partie des Espagnols enrôlés dans les compagnies de travail, puis envoyés sur la ligne Maginot où ils furent capturés par les Allemands et internés à Mauthausen. Libéré en 1945, il reprit son activité au sein de la Confédération et fut un des initiateurs et des rédacteurs de Terra Lliure. Il milita activement à la Fédération des Déportés et Internés. Ces tâches ne l’empêchèrent pas de poursuivre son œuvre poétique qui fut récompensée par l’obtention de la Fleur Naturelle aux Jeux Floraux de 1965 et d’un accessit aux Jeux Floraux d’Amsterdam

24  Terra Liure, n°5, octobre 1964, p.3. L’auteur évoque longuement les facilités d’apprentissage scolaire offertes par les langues maternelles. Actuellement des études de l’UNICEF menées dans des pays d’Afrique ou d’Asie ont révélé que les apprentissages sont plus rapides et plus efficaces quand ils passent par le dialecte de préférence à la langue officielle nationale. Rendons hommage à la perspicacité de l’auteur un demi-siècle avant ces enquêtes.

25 Joan Ferrer, « Conversa amb el secretari de Terra Lliure a Tolosa i un ex catalanista », Terra Lliure, n°12, décembre 1952, p. 2. Maragall est un poète moderniste catalan qui a fortement marqué le catalanisme culturel.

26 Né à Igualada en 1896, dès l’âge de 15 ans, Joan Ferrer participe aux luttes syndicales libertaires dont il devient un ardent propagandiste. Il collabore aux grandes revues et journaux anarchistes et sera le dernier rédacteur en chef de Catalunya, seul périodique en catalan durant la guerre d’Espagne. Exilé en France, il participe à toutes les grandes publications anarchistes de l’exil de la tendance orthodoxe majoritaire. Il est un des fondateurs de Terra Lliure où il écrit sous des pseudonymes aussi divers que Farriol, Joan del Pi, Jo Han etc. Il est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages : essais, mémoires, poèmes, récits. Après la fin du franquisme, il retourne à Igualada pour réorganiser le mouvement libertaire, mais c’est à Montreuil, dans la banlieue parisienne, qu’il finira sa vie en 1978.

27 Joan Ferrer cité par Ferran Aisa, La cultura anarquiste a Catalunya, Barcelone, Edicions de 1984, 2006, p. 57.

28 Nous rejoignons ce que dit Jordi Sabater pour la période antérieure, in Anarquisme i Catalanisme op. cit., p. 29 : « Presque toujours on constate que les critiques contre le catalanisme se justifient à partir d’un point de vue de classe, alors que celles qui s’en rapprochent se présentent comme des explosions sentimentales d’amour au terroir chargées des lieux communs d’une conception interclassiste, romantique et idéaliste du pays et de son histoire ».

29 D. Llers, « Catalunya mor, adéu a l’esperança », Terra Lliure, n°19, premier semestre 1975, p. 2.

30 Joan Ferrer, « Cel tancat o obert », Terra Lliure, n°13, mars 1953, p. 3.

31 « Separatisme o incomprensió », Terra Lliure, n°18, juillet 1955, p. 4.

32 Terra Lliure, n°6, 2e trimestre 1972, p. 2.

33 Felipe Alaiz, « Un poble es lliure pels seus homes lliures », Terra Lliure, n° 14, juillet-août 1953, p. 4.

34 Joan del Pi, « Catalunya, llar de l’acratisme », Terra Lliure, n°16, février 1955, p. 1.

35 E.C., « Catalanitat de la revoluciò del 1936 », Terra Lliure, n°11, 3ème trimestre 1973, p. 3.

36 À. Tarrago, « La nostra Catalunya », Terra Lliure, n°7, août 1965, p. 4.

37 Jordi Sabater, Anarquisme i catalanismeop. cit., p.29 traite des problèmes rencontrés pendant la Guerre d’Espagne par la presse régionale pour disposer de journalistes sachant écrire en catalan et le recours consécutif à des personnalités non libertaires pour alimenter les colonnes de Catalunya.

38 « Lo que volem que sigui Terra Lliure », profession de foi de la redaction, Terra Lliure, n°13, mars 1953, p. 2.

39 Il signe de son patronyme officiel, mais aussi Joan del Pi ou Jo Han.

40 Les signatures qui reviennent de manière récurrente sous leurs vrais noms, en pseudos ou en simples initiales sont celles de Joan Ferrer, de Bailus, de E C, de Roc Llop. On trouve également plusieurs fois mention d’un dénommé Rovellat qui doit être le surnom de l’un d’entre eux car le terme en catalan signifie « rouillé », clin d’œil à l’âge déjà avancé des rédacteurs.

41 La comparaison avec Foc Nou, publication de la section des jeunes du Casal de Paris est significative. Alors que ces derniers ne représentent qu’une fraction de l’association parisienne, ils sont capables de proposer des comptes rendus littéraires, de faire appel à des artistes connus pour l’illustrer, de publier des entretiens avec des personnalités de l’intérieur et de traiter de sujets de fonds. Cf. Phryné Pigenet, Le casal de Paris: première approche de l’exil catalan, IEP Paris, mémoire de DEA sous la direction de Pierre Milza, 1993.

42 Felipe Alaiz, Hacia una federación de autonomías ibéricas, País vasco y Cataluña, s. l., Ediciones Tierra y Libertad, n°37, 1948, cité in Jordi Sabater, Anarquisme i catalanismeop. cit., p. 163

43 Compte rendu de la tournée de F. Montseny au Mexique, Terra Lliure, octobre 1956, p. 1.

44 ARUS, Fonds Abad de Santillan, C5/3, Rapport de novembre 1961 : « La Confederacion Regional del Trabajo ante la realidad catalana ».

45 Ces rapports cordiaux furent tissés avec Tarradellas du temps du Comité des Milices Antifascistes. Il fut aussi un des rares dirigeants d’erc à accepter la cohabitation et tenta sans succès de faire entrer les libertaires dans le gouvernement catalan de l’exil.

46 Carole Redi, Educación y cultura en el exilio anarquista español de los años 50 en Toulouse: de la teoría a la práctica, mémoire Université de Toulouse le Mirail, 1997, p. 48.

47 « La Llar » était un des centres catalans de Toulouse. Née de la scission du Casal, elle était dirigée par des adhérents d’ERC.

48 Troupe théâtrale amateur en langue espagnole, également dans la mouvance anarchiste.

49 C’est le cas, par exemple, de Gente Bien de Santiago Rusinyol, jouée dans les deux langues avec la volonté de donner à connaître le théâtre catalan à un public non catalanophone sans indisposer un public libertaire méfiant sur la question catalane.

50 cnt, 9 janvier 1953, cité par Marlène Archet, Le Théâtre à Toulouse dans les milieux de l’émigration espagnole, Mémoire de l’Université de Toulouse le Mirail, 1985.

51 Joan Manent i Pesas, Records d’un sindicalista llibertari català 1916 1943, Paris, Edicions Catalanes de París, 1976, p. 263. Dans cet ouvrage, l’auteur incorpore un extrait de la conférence assurée en 1973 au Casal de Paris, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort de Salvador Seguí.

52 Phryné Pigenet, Le casal de Paris… op. cit.

53 Archives privées Jaume Mir, série de cahiers de procès verbaux sur les Fêtes du Livre Catalan qui se déroulent à Paris de 1968 à 1974.

54 Josep Marimon i Cairol, Les Classes socials a Catalunya en el decurs de l’era industrial, Paris, Edicions Catalanes de Paris, 1971.

55 Les Éditions Catalanes de Paris furent créées depuis Barcelone par Josep Benet, Albert Manent et Jordi Pujol, lequel apporta les capitaux nécessaires à leur lancement. Elles étaient relayées à Paris par Roma Planas et Angeli Castanyer, deux animateurs de la section jeunes du Casal de Paris, qui furent aussi à l’initiative de la Fête du Livre Catalan. Ces Editions se voulaient le pendant en langue catalane de Ruedo Ibérico.

56 Témoignage de Sarah Berenguer in Exilio, refugiados españoles en el medio dia de Francia, Madrid, UNED, 1994, p. 100.

57 Correspondance privée Jaume Mir. Ce dernier nous a confié toute la correspondance entretenue avec son père et conservée depuis son arrivée en France, en 1959, jusqu’au début des années 1970. Les lettres de ce modèle d’ouvrier autodidacte libertaire permettent d’appréhender sa vision de l’organisation anarchiste en exil et de la société française. À Paris, il multiplie ses centres d’intérêt : impliqué dans le Centre d’Études Économiques et Sociales libertaire de la rue Sainte-Marthe, il donne des cours de français aux nouveaux arrivants en parallèle à sa propre formation en français. Devenu l’un des animateurs de la Journée du livre catalan, il accepte le poste de secrétaire du Casal de Paris, sans négliger les responsabilités qu’il exerce au sein du syndicat CGT du Livre.

58 Jo Han, « Un crit, un bram a Paris », Terra Lliure, 1er semestre 1972, p. 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Phryné Pigenet, « Anarchisme et Catalanisme en exil en France, 1939-1977 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 28 décembre 2017, consulté le 18 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccec/6754 ; DOI : 10.4000/ccec.6754

Haut de page

Auteur

Phryné Pigenet

IDHES, Université de Paris Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals