Navigation – Plan du site
Études
Dossier : « Anarchistes espagnols en France: de la Guerre Civile à la fin du franquisme »

De Charybde en Scylla. La réunification manquée de la cnt espagnole en exil dans les années 1960

De Charibdis en Scylla. La reunificación frustrada de la cnt española en el exilio en los años sesenta
François Guinchard

Résumés

Divisé en deux organisations depuis 1945, l'anarcho-syndicalisme espagnol en exil se réunifie en 1961, mais seulement pour un bref laps de temps, puisque bientôt la Confédération Nationale du Travail se divise à nouveau. Ce processus trouve ses causes, en même temps qu'il produit ses effets, au sein du mouvement libertaire clandestin en Espagne même. On peut dire qu'il s'agit de l'ultime tentative anarchiste d'en finir avec la dictature franquiste, et son échec ne peut conduire à un rétablissement de la situation antérieure.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Miguel Íñiguez, Enciclopedia histórica del anarquismo español, 3 vol., Vitoria, Asociación Isaac Pu (...)

1Une caractéristique fondamentale de l'anarchisme espagnol exilé en France est l'état de division dans lequel il se trouve, qui se traduit entre 1945 et 1961 par l'existence de deux organisations revendiquant le sigle Confédération Nationale du Travail. La réunification survenue au début des années 1960 est un échec, mais ne peut se solder par un retour à la situation initiale, tant elle a perturbé les tendances et affinités antérieurement établies. Ce processus a été alimenté et a, à son tour, produit des effets sur l'évolution de l'anarcho-syndicalisme clandestin en Espagne même. Il s'agit également de l'ultime tentative du mouvement libertaire pour en finir avec la dictature franquiste. Le présent article vise à établir son déroulement et ses principaux acteurs. Le manque d'espace proscrivant ici l'ajout de toutes les données biographiques nécessaires à la compréhension du parcours antérieur des militants cités, on se référera pour cela aux notices de la Enciclopedia histórica del anarquismo español1.

  • 2 Les anarchistes espagnols assimilent aisément politique et parlementarisme – le mot espagnol "polít (...)

2La cnt a toujours été composée d'un courant plutôt anarchiste et d'un courant plutôt syndicaliste, dont l'opposition a plusieurs fois mené au conflit interne, que ce soit à propos de l'adhésion à l'Internationale Syndicale Rouge ou du Parti Syndicaliste d'Angel Pestaña. Les deux courants ont plus souvent réussi à coexister plus ou moins pacifiquement dans la même organisation qu'à faire émerger une synthèse anarcho-syndicaliste équilibrée. La Révolution espagnole ayant révélé crûment cette fracture, c'est surtout après la déroute de 1939, avec la désillusion et la perte de repères, que différentes interprétations de l'anarcho-syndicalisme et des leçons de la Révolution espagnole émergent et deviennent incompatibles. Ceux qui soutenaient le gouvernement de la République souhaitent persister dans cette voie, tandis que d'autres adoptent une posture autocritique de retour aux principes (syndicalisme révolutionnaire), tactiques (action directe) et finalités (communisme libertaire) traditionnels du mouvement. La divergence idéologique sera de plus en plus tranchée entre la tendance plus anarchiste, dite « orthodoxe », « apolitique/antipolitique »2, « anti-collaborationniste » (au sens de collaboration politique antifranquiste) ; et une tendance dite « possibiliste » (visant ce qu'il est possible d'obtenir), « collaborationniste » ou « politique », qui souhaite maintenir une intervention politique antifranquiste unitaire.

  • 3 Ángel Herrerín López, dans La cnt durante el franquismo : clandestinidad y exilio (1939-1975), Madr (...)
  • 4 Voir Jesús Luis Pérez, «Fundamentos ideolólogicos del posibilismo libertario bajo la II República», (...)
  • 5 Ces termes apparaîtront en italique car il s'agit d'une utilisation spécifique aux tendances de l'a (...)

3Les termes habituellement utilisés pour décrire cette scission peuvent déformer sensiblement son sens et ses enjeux. La distinction politique/apolitique paraît peu opérante pour qualifier les cnt en exil, organisations plus politiques que syndicales ; pour des raisons similaires la distinction anarchiste/syndicaliste correspond surtout à la cnt d'avant 1936, les deux revendiquant le même attachement à leurs racines anti-autoritaires. Une distinction modérés/radicaux paraît trop générale et imprécise ; quant à la distinction orthodoxe/collaborationniste elle est chargée d'un sens extrêmement péjoratif, à fortiori pour des libertaires, qui ne peut que caricaturer l'analyse3. La distinction révolutionnaire/réformiste correspond au parti pris opposé dans sa version la plus simpliste. La notion de possibilisme paraît convenable : en français elle désigne un courant socialiste de la fin du xixe siècle inspiré par Paul Brousse, ancien militant anarchiste convaincu de la possibilité de construire le socialisme sans révolution, par réformes successives, en s'appuyant notamment sur les municipalités. En espagnol on qualifie plus particulièrement de possibilistes les membres de la cnt qui désirent la doter d'un parti politique dans une sorte de travaillisme libertaire, plusieurs tentatives ayant lieu avant et après la Guerre Civile4. Cette orientation surgit principalement du sein de la cnt dite « réformiste » sans être pour autant majoritaire, néanmoins cette branche de la cnt assume de manière constante, dans la clandestinité comme dans l'exil, les fonctions d'un parti politique social-républicain, de sensibilité syndicaliste et libertaire. C'est en ce sens que l'on parlera d'une cnt possibiliste, opposée à la cnt maximaliste. Dans l'histoire des mouvements politiques le maximalisme désigne en général la posture intransigeante de l'anarchisme révolutionnaire (russe notamment) ou de l'aile gauche des partis socialistes (attachés au « programme maximum », tels les partisans de Gramsci et Bordiga en Italie) puis communistes (« gauchistes » et « ultra-gauchistes »). La cnt dite « orthodoxe » peut ainsi de par son discours et ses actes être qualifiée de maximaliste5 – quoique ses dirigeants soient fréquemment taxés d'immobilisme.

4La scission se produit en 1945, prenant pour prétexte l'envoi par le Comité National (cn) clandestin de la cnt, fixé à Barcelone, de deux ministres au sein du gouvernement républicain en exil, alors que les exilés en France y sont majoritairement opposés. La minorité fidèle aux décisions de l'Intérieur forme alors un Subcomité National (SubCN), tandis que la plupart des fédérations locales fait bloc derrière leur Secrétariat intercontinental (si, dit de la rue de Belfort), où prédominent les époux Germinal Esgleas et Federica Montseny. Chacun des deux organes, installés à Toulouse, revendique la représentation légitime du mouvement et désigne l'autre comme responsable de la division.

Bases de la réunification de l'exil confédéral

Le long chemin vers l'unité

  • 6 Archives départementales de Haute-Garonne (AD 31), 2692 W 169, Note des Renseignements généraux (RG (...)

5Ce n'est pas en France mais au Mexique qu'apparaissent les premières initiatives visant à réunifier la cnt en exil. On se doit de mentionner le journal successivement intitulé Unidad, Unidad Confederal et Unificación, animé par des ex-cénétistes (Angel Gil Roldan, Manuel Rivas et Gregorio Jover), exclus en raison de leurs liens avec le Parti Communiste d'Espagne6. S'il est exclu que cette publication, en raison de sa provenance, ait pu influencer sérieusement les membres de l'une ou l'autre branche de la cnt, sa diffusion massive a pu contribuer à faire progresser l'idée unitaire dans leur esprit. D'ailleurs c'est aussi à Mexico qu'est lancé un an plus tard le Boletín por la unidad de la cnt (Juan Zafón Bayo, José Prego Veira), où l'on apprend (n° 6, automne 1955) que là-bas les deux fractions ont mutuellement autorisé leurs membres à participer à leurs réunions respectives. Le premier pas est franchi.

  • 7 Llamamiento por la unidad de la cnt de España en Francia, septembre 1954, correspondance d'Helmuth (...)
  • 8 Geneviève Dreyfus-Armand, L'exil des républicains espagnols en France, Paris, Albin Michel, 1999, p (...)
  • 9 Boletín Interno cnt, n°1, mai 1959, mis en ligne par l'Université autonome de Barcelone, URL : http (...)
  • 10 Voir par exemple Institut International d'Histoire Sociale (IISG) d'Amsterdam, José Ester Borras pa (...)

6En France, en septembre 1954 circule un appel à l'unité lancé par Manuel Buenacasa7, autour duquel se forme bientôt un Groupe pro-Unité Drôme-Isère qui édite le bulletin Uno. À Paris la Fédération locale (fl) possibiliste défend la même position depuis son bulletin Antena Confederal, tandis que des militants en marge des deux fractions convoquent en juin 1956 une « assemblée d'unité confédérale »8. D'autres groupes ou comités unitaires existent, la plupart du temps initiés par des possibilistes, mais rencontrant un écho certain chez les maximalistes, malgré les efforts contraires de membres des deux fractions. José Peirats signe dans le Bulletin interne maximaliste de mai 1959 une tribune appelant au dialogue pour réaliser l'unité, sur la base des accords du congrès de Saragosse en 19369, provoquant un débat animé dans les numéros suivants. La perspective d'un rapprochement favorise aussi le retour de militants que le conflit avait fait fuir10.

  • 11 AD 31, 2692 W 169, notes RG des 28 novembre et 17 décembre 1955, et des 24 janvier, 23 et 27 mars 1 (...)
  • 12 Internationale anarcho-syndicaliste fondée en 1922, au sein de laquelle la cnt en exil occupe une p (...)
  • 13 Llamamiento por la unidad... op.cit. ; El Libertario, n°1, novembre 1959 (organe du mle réunifié au (...)

7Parallèlement aux initiatives individuelles ou locales, la cnt possibiliste en exil a nommé (novembre 1955) une Commission d'unité et contacté l'autre secteur, qui lui répond – comme il l'a déjà fait par le passé – que les militants sont libres de demander individuellement leur réintégration11. Le plénum maximaliste de 1957 reconduit les accords antérieurs concernant la scission et les relations restent mauvaises. Un an plus tard Germinal Esgleas quitte le secrétariat de la cnt, qu'il occupe depuis 1945, pour celui de l'Association Internationale des Travailleurs12, laissant la place à Roque Santamaría, plus ouvert au dialogue. L'unification proprement dite, de même que les premières velléités, se produit d'abord en Amérique latine. Elle est effective en Bolivie dès 1954, au Venezuela en 1959 après plusieurs mois d'un processus laborieux13.

  • 14 Circulaire du SubComité Nacional, 31 mars 1960, citée par Ángel Herrerín López, La cnt durante... o (...)

8Au printemps 1960 le plénum national possibiliste de Clermont-Ferrand décide de franchir un pas décisif. Il propose comme base de compromis que l'on approuve l'action de la cnt durant la Guerre Civile, que l'on reconnaisse et accepte l'existence de divergences idéologiques jusqu'à la tenue d'un congrès régulier en Espagne, que l'on participe à la création d'un front antifranquiste plus large, et surtout que l'on soutienne sans réserve le Comité National de l'Intérieur14. Des discussions officielles s'engagent, quoique difficilement, avec la rue de Belfort.

  • 15 CIRA-L, Fonds Movimiento libertario español en el exilio, Actes du congrès intercontinental de la c (...)
  • 16 Boletín Interno cnt, n°5, décembre 1960, UAB, URL : https://ddd.uab.cat/pub/ppc/bolintCNTEE/bolintC (...)

9En août 1960 la tendance maximaliste tient un congrès, qui coïncide avec le cinquantenaire de l'organisation, à Limoges. Ce n'est qu'à la septième session qu'est abordé le sujet de la « récupération organique et réintégration militante », dont la discussion est longue et houleuse. Le si se voit reprocher son attitude trop conciliante envers la scission. Trois de ses membres (Roque Santamaría, José Borrás et Marcelino Boticario, ces deux derniers sont issus des Jeunesses Libertaires) et la Fédération Locale (fl) de Toulouse ont particulièrement œuvré à faire accepter l'unité. Plutôt que la fusion des deux entités sur un pied d'égalité, il apparaît nettement que la minorité possibiliste est absorbée. La modalité retenue est la réintégration des « scissionnistes » dans les fédérations existantes, au moyen d'assemblées de réunification qui se tiennent durant l'automne15. Le congrès réaffirme solennellement les principes, tactiques et finalités anarcho-syndicalistes et réclame que lesdites assemblées locales et régionales fassent de même. Après de vives discussions et l'amendement de la motion, celle-ci est approuvée à l'unanimité. Pourtant au fil des semaines suivantes plusieurs fl (Marseille, Castres, Bordeaux, Labastide Rouairoux, Carmaux, Meyreuil, La Grand Combe) expriment leur mécontentement quant à la façon dont le processus est mis en œuvre par le si, et font déjà planer la menace d'une nouvelle scission16.

  • 17 Fondation Anselmo Lorenzo (FAL) de Madrid, Fonds Exilio Londres, cote provisoire 10, Rapport de ges (...)

10À peine le congrès clôturé une lettre-circulaire, puis une délégation directe, sont envoyées en Espagne pour faire part aux cénétistes de l'intérieur des décisions prises, accueillies semble-t-il avec enthousiasme17. Les secrétaires des deux fractions, Roque Santamaría et Ginés Alonso, signent en novembre une déclaration commune, s'ensuit un meeting unitaire à Paris, où en janvier 1961 est aussi créé en commun le Centre d'Études Sociales et Économiques, dans l'esprit des anciens athénées libertaires.

11Les possibilistes acceptent leur réintégration par désir d'unité à tout prix et pour les perspectives d'action antifranquiste que cela laisse supposer, mais également car leur organisation est moribonde et ne peut plus se prévaloir du soutien d'une cnt active et structurée en Espagne. Ils obtiennent que les groupes par région d'origine soient réactivés, ceux-ci servent de lien mi-organique, mi-affinitaire, entre l'intérieur et l'exil, et éditent leurs propres bulletins. Les maximalistes conservent l'essentiel du contrôle sur l'organisation. Le si convoque alors un nouveau congrès à Limoges du 26 août au 3 septembre 1961, où 79 fédérations locales sont représentées directement, 111 indirectement. La cnt est enfin unie.

12Deux décisions particulièrement importantes sont prises quant à l'activité future : la mise en place, sur l'insistance de la Fédération Ibérique des Jeunesses Libertaires (fijl), lors d'une session à huis clos, d'un organe secret d'action conspirative nommé Defensa Interior (di) ; et la constitution d'une alliance syndicale antifranquiste.

  • 18 Miguel Íñiguez, Enciclopedia..., op.cit., p.925

13La composition du si est à peine modifiée : Santamaría reste secrétaire général, Angel Carballeira, J. Borrás et M. Boticario restent membres, Miguel Celma et Juan Pintado font leur entrée, tous viennent du camp maximaliste, les quatre derniers cités sont de la « vieille garde » des Jeunesses Libertaires ; José Juan Domenech intègre l'équipe un an plus tard. L'effectif officiel se porte alors à 7 135 membres, soit plus d'un millier de plus que la somme des deux fractions en 196018.

  • 19 Boletín Interno cnt, n°8, août 1961, UAB, URL : https://ddd.uab.cat/pub/ppc/bolintCNTEE/bolintCNTEE (...)

14L'euphorie de la concorde ne doit pas masquer les inimitiés qui demeurent, ni les conflits existant au sein de chaque tendance. Ainsi au congrès de Limoges l'on entend encore à l'encontre du si les accusations d'immobilisme de la part des Jeunes Libertaires et, chose nouvelle, de collaborationnisme de la part des groupes les plus proches de la Fédération anarchiste ibérique (fai). Ces derniers n'acceptent l'unité qu'à reculons mais c'est aussi le cas de certaines fl possibilistes (Paris, Gap). Ailleurs, comme à Castres, Marseille et La Ciotat, l'on ne parvient pas à se mettre d'accord et deux fédérations distinctes subsistent dans la même localité19.

  • 20 Archives nationales (AN), Ministère de l'intérieur, Direction générale de la sûreté nationale, 1986 (...)
  • 21 AN 19860581/6, note des RG concernant Espoir et Le Combat Syndicaliste, 29 mars 1963.
  • 22 AN 19860581/6, lettre du ministère de l'Intérieur au préfet de Haute-Garonne, 3 novembre1963.
  • 23 Juan José Alcalde, Los Servicios Secretos en España. La represión contra el movimiento libertario e (...)

15Un autre sujet litigieux concerne la continuité du journal España Libre, organe de l'ancien SubCN, les autorités françaises règlent involontairement la question en interdisant plusieurs publications espagnoles, dont celles des libertaires, par arrêté du ministère de l'intérieur du 2 novembre 196120. La cnt française ouvre alors les colonnes de son Combat Syndicaliste – qu'elle peine à remplir – aux Espagnols de la région parisienne, et crée à Toulouse Espoir, dirigé en pratique par Federica Montseny et administré par José Borrás, presque entièrement rédigé par la cnt en exil et principalement distribué aux 5000 anciens abonnés de l'organe confédéral cnt21. Ces deux hebdomadaires sont surveillés de près par la police, leurs responsables font l'objet de pressions concernant le caractère conditionnel de « l'hospitalité » que la France leur accorde22, pressions qu'ils répercutent sur les secteurs libertaires les plus remuants. L'attention juridico-policière envers le Mouvement Libertaire Espagnol (mle, sigle désignant conjointement les organisations cnt, fai et fijl) est le résultat d'un échange de service entre les autorités françaises et espagnoles, ces dernières acceptant de réprimer pour le compte de la France le Front de Libération Nationale algérien et l'Organisation Armée Secrète23.

Activité de la cnt en exil unie

16La période qui suit directement le congrès de Limoges est caractérisée par une activité intense et enthousiaste de la cnt, mais les difficultés ne tardent pas à resurgir. Les deux pôles de cette activité sont Defensa Interior et l'Alliance syndicale. Déjà en 1959 des signes indiquent une volonté de reprendre l'action armée contre Franco, qui se traduit par la convergence de libertaires et de militants d'autres courants en Amérique latine (Movimiento Español 59, Directorio Revolucionario Ibérico de Liberación), et en Espagne (Frente de Liberación Popular). Liberto Sarrau, sorti de prison l'année précédente, fonde le Movimiento Popular de Resistencia (mpr), doublé à l'extérieur du Comité d'aide à la résistance espagnole (care), mais l'initiative n'obtient pas le succès escompté. Le guérillero Quico Sabaté convainc les Jeunesses Libertaires, qui à leur tour convainquent la cnt maximaliste (plénum de Vierzon) de monter une nouvelle opération en Espagne, mais Sabaté et son groupe sont tués dans une embuscade de la Garde civile à la frontière en janvier 1960.

17Defensa Interior se situe dans la continuité de ces expériences. Il semble que l'ébauche de cette structure ait été dessinée antérieurement au congrès de 1961, notamment lors de rencontres à Caracas entre Juan Pintado, Octavio Alberola (jeune militant exilé au Mexique) et Juan García Oliver. Elle doit son existence à la volonté de rupture d'une nouvelle génération de militants anarchistes exaltés par la vision d'un passé glorieux qu'ils n'ont pas connu, et convaincus par la preuve cubaine que l'action armée d'une minorité peut abattre une dictature.

  • 24 Parmi les autres personnalités impliquées dans di il convient d'ajouter le nom de Jacinto Angel Gue (...)
  • 25 Salvador Gurucharri et Tomás Ibáñez, Insurgencia libertaria. Las Juventudes Libertarias en la lucha (...)
  • 26 La sac est jusqu'en 1958 la section suédoise de l'AIT, la seule qui soit restée une confédération s (...)
  • 27 Salvador Gurucharri et Tomás Ibáñez, Insurgencia libertaria... op.cit., p. 94-98 ; selon Britta Grö (...)
  • 28 Salvador Gurucharri et Tomás Ibáñez, Insurgencia libertaria... op.cit., p. 72-73, 85, 88-90 ; en pl (...)

18Selon la résolution secrète de Limoges les membres de di sont nommés par la Commission de défense du mle, composée des secrétaires de chaque organisation et du secrétaire de coordination de la cnt en exil (A. Carballeira). Celle-ci désigne Vincente Llansola, Germinal Esgleas et Cipriano Mera, qui résident en France, Octavio Alberola et Juan García Oliver venus du Mexique, Acracio Ruiz pour la délégation de Grande-Bretagne et Juan Jimeno pour celle d'Afrique du Nord, afin d'équilibrer à la fois les tendances et les zones de résidence24. Trois axes d'intervention ont été fixés : nuire au tourisme vers la Péninsule ibérique, alors en plein essor ; s'attaquer à l'Église catholique, pilier du régime en Espagne et dans le monde ; et abattre le tyran. La première réunion se tient en mars 1962, Esgleas est chargé du volet propagande, Llansola de la préparation d'un attentat contre Franco, les autres membres de la constitution de groupes d'action25. Des militants sont envoyés prendre des contacts au Maroc, au Portugal et au Venezuela. García Oliver se rend à Stockholm puis à Berlin demander – en vain – l'aide financière de la Confédération Internationale des Syndicats Libres (cisl) et de l'Organisation Centrale des Travailleurs Suédois (sac)26, puis repart au Mexique, découragé par ces échecs27. On réactive les réseaux, on recontacte d'anciens miliciens, chaque sympathisant fiable est sollicité pour ses compétences techniques, pour fournir une planque ou un véhicule, on rouvre les caches d'armes datant de la résistance28.

19Les préparatifs sont achevés en juin 1962, une série d'attentats et de sabotages sont réalisés en Espagne durant l'été, ciblant principalement des intérêts et représentations de la Phalange et de l'Opus Dei à Madrid et Barcelone, les grands quotidiens espagnols et la résidence basque du dictateur à Saint-Sébastien (en relation avec l'eta naissante), ainsi qu'une action au Vatican en juillet. L'action armée ne fait pas de victimes et s'accompagne de campagnes de propagande ciblant particulièrement le secteur du tourisme d'une part, et d'autre part les émigrés espagnols récents. Des militants sont arrêtés et lourdement condamnés.

  • 29 Actes de la réunion plénière du si de la cnt, 23 février 1964, cité par Angel Herrerín López, La cn (...)
  • 30 Pour davantage de détails sur Defensa Interior et l'activisme des Jeunes libertaires voir Salvador (...)

20di ne fonctionne que jusqu'en 1963, faute d'un financement suffisant et à cause du conflit interne qui resurgit. En mai Esgleas et Llansola démissionnent sans avoir accompli ce à quoi ils s'étaient engagés, ni rendre compte de leur mandat. Près d'un an plus tard ils fourniront le prétexte selon lequel les autres membres de di introduiraient en Espagne de la propagande hors de la ligne officielle et du contrôle de la cnt29. La parenthèse d'action armée au nom de l'ensemble du mouvement est refermée, ceux qui persistent dans cette voie le font à nouveau en marge de la cnt (mpr-care, Consejo Ibérico de Liberación, Grupo Primero de Mayo, Groupes d'Action Révolutionnaire Internationaliste, Movimiento Ibérico de Liberación), le plus souvent en rapport avec les Jeunesses Libertaires30.

  • 31 Carlos Fonseca, Garrote vil para dos inocentes. El caso Delgado-Granado, Madrid, Temas de Hoy, 1998 (...)
  • 32 Salvador Gurucharri et Tomás Ibáñez, Insurgencia libertaria... op.cit., p. 123, 136-152.
  • 33 Circulaire du si de la cnt, 19 octobre 1964, mise en ligne par l'UAB, URL : https://ddd.uab.cat/pub (...)

21Pour soutenir les prisonniers le mle en exil organise des campagnes solidaires, tandis que des anarchistes italiens et le réseau de la fijl se livrent à des actions spectaculaires : enlèvement du diplomate espagnol Isu Elías à Milan, attentats à la bombe à New York, Amsterdam, Rome, Lisbonne et en Espagne. C'est ainsi que Jorge Conill, jeune libertaire condamné pour avoir posé une bombe, échappe à la peine de mort. En juillet-août 1963 le manque de coordination et l'infiltration policière conduisent à l'exécution de Granado et Delgado pour deux attentats qu'ils n'ont pas commis, sans que les libertaires aient le temps de réagir31. Comme pour leur répondre sur leur propre terrain une bombe explose au siège du 4 rue de Belfort, attribuée aux services secrets espagnols. C'est dans ce contexte que sont arrêtées en France une trentaine de libertaires espagnols, principalement des jeunes, et une dizaine de militants français et italiens32. Peu après, en octobre, la fijl en exil est interdite, son comité est transféré à Londres – officiellement, en fait une commission clandestine fonctionne à Paris – puis à Bruxelles. La répression renforce l'opposition ou les réserves de la vieille garde à l'égard de di, tandis que les meilleurs contacts avec l'intérieur permettent momentanément une aide plus régulière aux prisonniers33.

  • 34 Amnistie, restitution des biens saisis, épuration administrative, rétablissement des libertés, pléb (...)
  • 35 Voir Miguel Íñiguez, Enciclopedia... op.cit., p. 55.

22Les libertaires espagnols sachant pertinemment qu'ils ne renverseront pas seuls le régime franquiste, reste à résoudre la question des alliés et des bases sur lesquelles établir l'alliance. Les grèves reprenant de la vigueur en Espagne, c'est entre les organisations ouvrières exilées (cnt, Union générale des travailleurs, socialiste, et Solidarité des travailleurs basques, stv) que l'Alianza Sindical Española (ase) s'établit dès 1960, grâce aux contacts entretenus depuis plusieurs années par le SubCN. Son pendant politique est l'Unión de Fuerzas Democráticas, mais la cnt ne s'y investit pas. L'accord sur lequel repose l'ase prévoit un corps de revendications minimales pour le retour à la démocratie34, et une collaboration en matière d'action syndicale et de propagande jusqu'à la fin de la dictature. La porte reste théoriquement ouverte pour l'adhésion éventuelle d'autres syndicats, mais en pratique il s'agit d'une union du syndicalisme républicain historique (celui qui a lutté contre Franco dès 1936) qui entend endiguer les nouvelles formes du syndicalisme espagnol (communiste et catholique). Une partie de la cnt conteste même la présence du stv, chrétien et nationaliste. Des comités locaux sont créés en France et dans d'autres pays, ils organisent des collectes, diffusent leur propagande, maintiennent une pression diplomatique. En France cette dynamique est contrariée par des conditions politiques difficiles, du fait de la collaboration entre polices française et espagnole plusieurs événement publics sont interdits. L'ase s'implante de manière très inégale en Espagne, essentiellement en Catalogne, au Pays Basque et dans les Asturies35.

23On pourrait croire que Defensa Interior est principalement l’œuvre des maximalistes, favorables à l'action violente, et que l'Alliance syndicale est due aux seuls possibilistes, plus enclins aux alliances, mais ce serait une simplification excessive. On compte en effet parmi les membres de di des militants liés au SubCN (Mera) ou neutres (García Oliver), appuyés par ce qu'il convient d'appeler l'opposition interne du secteur maximaliste incarnée par les Jeunes libertaires. Les « orthodoxes » qui y ont participé (Esgleas et Llansola) sont d'ailleurs accusés de l'avoir sabotée. De même les mandatés de la cnt à la Commission de coordination de l'ase sont d'abord Santamaría et Borrás, deux maximalistes, puis Ramón Liarte et Marciano Sigüenza Cama, de l'autre tendance. Cela dit le contact entre les deux courants lors de ces brèves retrouvailles contribue à brouiller les lignes de fracture : Peirats et Santamaría (entre autres) semblent se rapprocher de la minorité, tandis que Liarte et quelques autres se réconcilient avec le couple Esgleas-Montseny.

  • 36 FAL, Fonds Exilio Londres, cote provisoire 17, circulaire du secrétariat de Mujeres Libres, décembr (...)
  • 37 Lettre de la Fédération Mujeres Libres en Angleterre au Mouvement Libertaire, 26 juin 1964, Fonds E (...)

24Il convient également de mentionner la relance en 1963 de l'organisation anarcho-féministe Mujeres Libres en exil, partie d'un groupe de militantes en Grande-Bretagne dont la secrétaire est María Suceso Portales Casamar, autour de la revue du même nom36. Parmi les membres de son comité figure un groupe parisien composé de Mercedes Comaposada Guillén, Soledad Estorach Esterri, Josefa Estruch Pons et Luz Continente (secrétaire), ainsi que Sara Berenguer Laosa et María Guillén Bertolín dans le Sud de la France. Le groupe se plaint du manque d'enthousiasme que montre le reste du mouvement à son égard37.

La cnt clandestine et l'Alliance syndicale en Espagne

  • 38 Olegario Pachón, Recuerdos y consideraciones de los tiempos heroicos. Testimonio de un extremeño, B (...)
  • 39 Entretien avec Honorato Martínez, 2000, cité par Angel Herrerín López, La cnt durante... op.cit., p (...)

25À l'automne 1957 Olegario Pachón, envoyé en Espagne par le SubCN pour évaluer la situation, enregistre la démission du secrétaire Juan José Gimeno, qui de fait n'est plus en relation avec les noyaux confédéraux subsistants, et ne trouve personne pour le remplacer38. Cette situation perdure jusqu'en 1960, quand est formé le 16e cn clandestin, également à Madrid, dont le secrétaire est Ismael Rodríguez. Le nombre de militants est alors évalué à 50039. Fidel Gorrón, membre de ce cn, assiste comme délégué de l'intérieur au congrès de Limoges de 1961.

26Grâce notamment à l'argent provenant de l'exil réunifié l'activité confédérale reprend : le cn renoue des relations rompues depuis sept ans avec la plupart des groupes et syndicats clandestins, et une imprimerie est mise en route place Puerta del Sol dans la capitale. Mais le Comité tombe en octobre 1961, en même temps qu'une quarantaine de responsables régionaux, la cnt s'en trouve une fois de plus affaiblie à la veille d'une importante vague de luttes sociales et d'un renouveau des mouvements d'opposition.

  • 40 IISG, F. Gómez Peláez papers, 806, rapport du si pour le plénum de la cnt de 1962, daté du mois de (...)
  • 41 Voir notamment le bulletin aso dont le premier numéro paraît en mars 1963.
  • 42 Boletín Interno cnt, janvier 1966, UAB, URL : https://ddd.uab.cat/pub/ppc/bolintCNTEE/bolintCNTEE_a (...)

27Elle est en outre à son tour divisée entre possibilistes et maximalistes, la réunification de l'exil ayant permis au Secrétariat intercontinental d'étendre son influence parmi les groupes clandestins40. Un plénum se tient à Madrid pour nommer un 17ecn clandestin, sous les auspices de Francisco Calle. C'est là qu'est approuvée la constitution en Catalogne de l'Alianza Sindical Obrera (aso), comprenant cnt, ugt et Solidaritat d'Obrers de Catalunya, fondée clandestinement en 1958, liée au parti chrétien et nationaliste Unió Democrática de Catalunya. À la différence de l'ase, l'aso ne rejette pas les syndicats chrétiens ou de création récente ; surtout, elle s'inscrit dans la perspective de création d'une centrale unique, qui a priori deviendrait la section espagnole de la cisl41. Cela implique donc la disparition à terme de la cnt, chose que de nombreux militants, particulièrement en exil, ne peuvent en aucun cas concevoir. À cela s'ajoute l'aide directe apportée à l'aso, court-circuitant l'exil, par les Internationales Syndicales Sociale-Démocrate (cisl) et chrétienne (cisc), et particulièrement par la Fédération Internationale des Organisations de Travailleurs des Métaux. Après l'arrestation début 1964 du comité de Francisco Calle, le si de Toulouse coupe par conséquent toute relation avec le nouveau cn dirigé par Cipriano Damiano, tandis qu'au contraire des groupes de cénétistes exilés se forment en France (animés par Hermes Piquer, délégué du cn à l'extérieur), en Grande-Bretagne, au Vénézuela et à New York pour appuyer l'aso42. Les deux alliances soutiennent les grèves et manifestent pour la liberté syndicale.

  • 43 Boletín de Información fijl, n°9, janvier 1965.

28L'aso se développe avec l'adhésion de groupements régionaux socialistes et chrétiens, mais hors de Catalogne elle n'est soutenue que par des éléments minoritaires de la cnt et de l'ugt. Elle subit en outre bientôt la répression, la concurrence des Commissions Ouvrières (ccoo) influencées par le Parti Communiste, les prétentions hégémoniques de l'ugt et l'hostilité des libertaires maximalistes. Ainsi la fijl renvoie-t-elle ase et aso dos à dos, estimant que toutes deux ont renoncé à l'anticapitalisme révolutionnaire, ce qui équivaut à une prise de distance supplémentaire des Jeunesses vis-à-vis de la cnt elle-même43. Il apparaît enfin que les deux alliances sont dans une large mesure animées hors d'Espagne, et qu'elles ne s'implantent presque exclusivement que dans les régions frontalières. Si les secrétaires confédéraux F. Calle puis C. Damiano sont partisans de l'aso, ce n'est en revanche pas le cas de certains comités régionaux de la cnt, et c'est autour de ce désaccord que celle-ci éclate à nouveau.

Crise du cincopuntismo et nouvelle scission

La négociation des cinq points

  • 44 Lettre du 30 mai 1964, F. Gómez Peláez papers, citée par Ángel Herrerín López, La cnt durante... op (...)
  • 45 IISG, D. Abad de Santillán papers, 184, lettre de J. M. Molina à D. Abad de Santillán, 27 février 1 (...)

29Face d'une part au « miracle » économique espagnol des années 1960, et d'autre part au succès des communistes infiltrés dans les syndicats verticaux, des cénétistes vont envisager un changement radical de stratégie. Dès 1964 les vétérans Pedro Herrera, Diego Abad de Santillán et Manuel Villar, depuis leur exil argentin, proposent dans une lettre l'entrée dans la Centrale National-Syndicaliste (cns, dite syndicat vertical) pour se rapprocher des travailleurs44. Juan Manuel Molina et Ramón Alvarez se chargent de faire parvenir cet écrit en Espagne, à la recherche de partisans de l'option envisagée45. Signalons d'ailleurs que d'anciens membres de la cnt effectuent de longue date un travail syndical plus ou moins oppositionnel dans cette centrale à laquelle l'affiliation est quoi qu'il en soit obligatoire, et que le régime a plusieurs fois tenté d'attirer des anarcho-syndicalistes pour renforcer son organisation corporatiste.

  • 46 IISG, D. Abad de Santillán papers, 184, lettre de D. Abad de Santillán à J. M. Molina,14 mars1965 ; (...)
  • 47 Circulaire du cn (Damiano), août 1965, reproduite dans le Boletín Interno, novembre 1965.
  • 48 Francisco Gago Vaquero, «El cincopuntismo durante los años sesenta y setenta», Tiempo y Sociedad, n (...)
  • 49 Voir notamment IISG, D. Abad de Santillán papers, 160, correspondance Santillán-Lizcano ; et Ramón (...)

30En janvier 1965 ce sont Lorenzo Iñigo et Francisco Royano, pour le Comité régional du Centre, qui critiquent la stratégie d'alliance syndicale du Comité national et en appellent à la « réconciliation nationale », notant que le régime évolue vers la démocratie46. Le cn tombe justement en avril et Damiano, qui parvient à s'évader et à passer en France, accuse le groupe de Madrid d'être à l'origine de cette répression47. Royano prétend de son côté constituer un nouveau cn, qui lance un appel à la convergence intitulé Ante la problemática sindical Española. Celui-ci reçoit le soutien d'une vingtaine de libertaires de diverses régions, mais surtout de plusieurs dirigeants syndicaux franquistes, particulièrement Adolfo Muñoz Alonso, directeur de l'Institut d'études syndicales et l'un des principaux idéologues de la Phalange48. À l'initiative de ce dernier se tient une première rencontre le 25 juillet, entre 12 dirigeants de la cns et 12 cénétistes, avec l'appel d'avril pour base de discussion. La mise en relation s'est faite par l'entremise de Manuel Lizcano, militant chrétien employé à l'Institut d'études syndicales et ancien membre du Frente de Liberación Popular, qui a conservé ses contacts avec les milieux libertaires, y compris en exil49. Deux autres réunions aboutissent à l'adoption d'un accord provisoire portant sur cinq points, qui vont donner à cette affaire son nom de cincopuntismo : 1) centrale syndicale unique, affiliation automatique ; 2) indépendance syndicale, séparation d'avec les organisations patronales ; 3) mise en place de mutuelles, participation syndicale à la planification et à l'application de la politique économique ; 4) reconnaissance du droit de grève du moment que celle-ci est convoquée par le syndicat officiel ; 5) développement du coopérativisme. La conclusion d'un tel pacte est surprenante et peut sembler contradictoire de la part de ces « ennemis jurés ». Pour les cadres syndicaux du régime il s'agit de consolider leur position politique au sein du franquisme, notamment contre les néolibéraux de l'Opus Dei. Pour les cénétistes concernés il s'agit d'une part de la prise de conscience que le changement ne peut pas venir d'une nouvelle guerre civile, et d'autre part de leur souhait de reprendre à tout prix une activité syndicale et de transmettre leur expérience dans ce domaine.

  • 50 cnt, n°8 et 9, janvier et mai 1966 ; Solidaridad Obrera (Barcelone), décembre 1965, juin et septemb (...)

31Les leaders du groupe de Madrid sillonnent le pays et organisent un plénum en décembre, qui approuve – exceptée la délégation des Asturies – la gestion de Royano et le reconduit à la tête de l'organisation. Au même moment Damiano prétend pourtant conserver le soutien de l'essentiel de la cnt et être son secrétaire légitime. On a donc bien affaire à une scission, sachant que d'autres syndicats et groupes, dans la plupart des régions, n'ont de rapports qu'entre eux ou avec l'exil ; ainsi les journaux clandestins cnt et Solidaridad Obrera condamnent fermement le groupe de Madrid et l'aso50.

Rôle de l'exil et conséquences

  • 51 Voir les numéros 2 et 3 de GNervio (bulletin interne du groupe Nervio de la fai), janvier et juille (...)
  • 52 Salvador Gurucharri et Tomás Ibáñez, Insurgencia libertaria...,op.cit., p. 153-155.
  • 53 Ángel Herrerín López, La cnt durante... op.cit., p. 248-251.
  • 54 Brochure de la fijl en Angleterre, Información sobre el problema interno de la C. de D., mars 1964 (...)
  • 55 FAL, Fonds Exilio Londres, cote provisoire 11, fl cnt de Paris, Résolution proposant la tenue d'un (...)

32Déjà avant que n'éclate l'affaire du cincopuntismo la fragile unité commence à se fissurer. Santamaría, Borrás, Boticario, et avec eux tous les groupes parisiens, sont exclus de la fai au nom d'une résolution sur la « responsabilité du militant » adoptée en 1961, visant à ce que les faïstes titulaires d'un mandat dans la cnt appliquent la ligne définie par l'organisation spécifique51. Autrement dit, ils sont exclus pour s'être montrés trop unitaires. Le congrès de Toulouse en octobre 1963 est le théâtre d'une dispute triangulaire entre les deux tendances habituelles et une fijl extrêmement remontée contre la vieille garde après le désastre de di52. Le secrétaire général Santamaría, qui n'a certes pas saboté activement di mais n'y a contribué qu'à contrecœur, reste neutre dans ce conflit. Esgleas parvient à reprendre son mandat de secrétaire et à s'entourer de fidèles (V. Llansola, M. Celma, Floreal Samitier et Francisco Subirats). Le secrétariat sortant soupçonne alors le clan Esgleas-Montseny d'avoir manipulé les votes ; Mera, Alberola, Fernando Gómez Peláez et les Jeunesses libertaires ajoutent les accusations de sabotage des accords de congrès, d'irresponsabilité, de détournement de fonds et de censure de la presse confédérale53. Le retour d'Esgleas et Llansola au si pose une difficulté supplémentaire car il les met en position, comme membres de la Commission de défense, de prendre part à Defensa Interior alors que c'est leur démission un an plus tôt qui a paralysé ses activités. Les fédérations locales ignorent ce fait puisque ce qui concerne di est tenu secret, jusqu'à ce que les Jeunesses libertaires décident d'en informer l'ensemble de l'organisation. Le conflit s'aggrave malgré la tenue d'une série de réunions houleuses entre décembre 1963 et août 1964, et plus le temps passe, plus le ton des échanges se fait acerbe54. Concernant l'aide à la cnt de l'intérieur, la fl de Paris accuse l'organisation, et particulièrement le si, de ne pas faire le nécessaire et surtout d'attiser, d'exporter les conflits internes, en montant les comités régionaux les uns contre les autres55.

  • 56 Lettre de "Romero" (F. Royano), destinataires inconnus, 21 août 1965, reproduite dans le Boletín In (...)
  • 57 IISG, D. Abad de Santillán papers, 184, correspondance de D. Abad de Santillán avec J. M. Molina et (...)
  • 58 Voir particulièrement IISG, J. Berruezo papers, 83, correspondance entre ces quatre militants, 1965

33C'est dans ce contexte de division que le groupe de Madrid adresse individuellement des demandes de soutien à certains militants historiques de la tendance possibiliste56. Horacio Prieto refuse ; Abad de Santillán, Villar, Herrera à Buenos Aires, Fidel Miró et Juan López, qui vivent au Mexique, acceptent, et ce dernier rentre en Espagne occuper un poste de direction à la Coopérative des transports urbains de Valence57. En France Ginés Alonso, Ramón Alvarez, Juan Manuel Molina, José Berruezo et quelques autres, sans approuver pleinement l'initiative et la méthode employée, conservent toute leur estime pour ces camarades qu'ils connaissent de longue date, comprennent leurs motivations, saluent même leur courage et s'indignent du procès en trahison que leur intente bientôt la cnt en exil, mais s'inquiètent des conséquences de leur démarche58.

  • 59 Voir notamment IISG, J. M. Molina papers, 85, circulaire de la fijl, 28 août 1965.
  • 60 Voir le rapport du délégué indirect du Vénézuela – José Peirats, délégué direct de Cugnaux (Haute-G (...)

34Au congrès cénétiste d'août 1965, à Montpellier, se présentent au moins quatre tendances distinctes : les tenants de la ligne possibiliste qui se tiennent à l'écart de la vie confédérale, le groupe faïste dominé par Esgleas et Montseny – qui ont réussi à faire repousser le congrès d'un an et à se réunir au préalable59 –, les anciens responsables maximalistes entrés en conflit avec ces derniers, et enfin les Jeunesses libertaires. Dès l'ouverture, dans une ambiance électrique, la présence de certains délégués est contestée, et l'on procède irrégulièrement à des votes par acclamation60. Les insultes et menaces pleuvent, les incidents se multiplient, l'ordre du jour piétine, le si mène les séances de bout en bout et les fractions se réunissent la nuit pour coordonner leurs interventions. Lors de la discussion sur l'existence de deux fl dans certaines localités une bagarre éclate entre congressistes.

  • 61 Ramón Alvarez, déclaration du 15 octobre 1966, dans Elementos para la comprensión correcta..., op.c (...)
  • 62 Rapport de J. Peirats, août 1965, dans Elementos para la comprensión correcta... op.cit., p. 146.
  • 63 Idem.

35Par ailleurs arrive en cours de congrès Francisco Royano, secrétaire et délégué du Comité de Madrid venu sur l'initiative de Luis Andrés Edo, avec l'intention d'informer l'exil des négociations menées avec le syndicat vertical61. Royano a d'abord une entrevue avec José Peirats et José Torremocha et leur expose les discussions qu'il mène avec plusieurs leaders verticalistes. Peirats et Torremocha se montrent catégoriquement hostiles et cherchent durant deux heures à le convaincre de « ne pas [lâcher] une telle bombe dans le congrès »62. Royano s'entretient ensuite avec le si qui, lui aussi, veut éviter qu'il n'intervienne en séance, mais Royano insiste. C. Mera, A. Ruiz, L. Andrés Edo, M. Boticario, O. Alberola, R. Alvarez, et J. Peirats passent alors le restant de la nuit à tenter de l'en dissuader63. Ce groupe et le si s'accusent plus tard mutuellement d'avoir eu vent de l'affaire sans en avoir informé l'organisation, et par suite d'être dans une certaine mesure les complices du cincopuntismo.

  • 64 Idem, p. 149-154.

36Concernant di les principaux protagonistes s'expriment à huis clos pour déterminer les responsabilités dans cet échec, Esgleas conservant la parole sept heures durant. Lui et Llansola nient tout ce qu'on leur reproche et répondent par d'autres accusations (détournement de fonds, volonté de les écarter, rupture du secret), principalement à l'encontre de Mera et Alberola. Le congrès adopte en pleine confusion la motion présentée par José Muñoz Congost au nom de la fl de Casablanca, qui condamne moralement Mera et Alberola sans prévoir de sanction, et met définitivement terme à l'expérience. Une douzaine de délégations (Paris, Toulouse, Londres, etc.) quitte alors la séance en signe d'opposition, tandis que d'autres sont carrément mises à la porte à mesure qu'elles protestent. Ce n'est qu'après cela que Francisco Royano est autorisé à lire son rapport à ce qu'il reste de congressistes, entièrement acquis au Secrétariat intercontinental, sans qu'il ne leur soit permis de poser la moindre question64.

  • 65 Boletin Interno, numéros spéciaux de novembre 1965 et janvier 1966, une partie des documents du dos (...)

37Un mois plus tard le si diffuse un rapport – puis en novembre un dossier de documents internes reçus de l'intérieur, et encore un autre en janvier 1966 – concernant les négociations de Madrid, et il ressort des réunions locales qui s'ensuivent que les fédérations sont très majoritairement et catégoriquement opposées au cincopuntismo65. Pour autant le conflit interne de l'exil empire, puisque cette opposition est mise à profit pour organiser une véritable purge des militants soupçonnés de soutenir le groupe de Madrid ou l'aso, et en général de toute voix discordante.

  • 66 Voir IISG, D. Abad de Santillán papers, 316, lettre à D. Abad de Santillán (expéditeur inconnu memb (...)

38En avril 1966 L. Andrés Edo, alors secrétaire de la fl de Paris, est envoyé à Madrid par les Jeunesses libertaires et les partisans de l'aso – dans une sorte d'alliance de circonstance dirigée à la fois contre le groupe de Madrid et l'immobilisme du si – pour donner une conférence de presse rendant publiques et dénonçant les négociations en cours66. Quand la presse l'annonce le cas est mis à l'ordre du jour du conseil des ministres du 6 mai et Franco ordonne la fin des discussions, en dépit de l'avis de José Solís Ruiz, délégué national des syndicats et ministre-secrétaire du parti unique. Quelques cénétistes entrent tout de même à la CNS sur la base des cinq points, se présentent aux élections syndicales et en feront partie jusqu'à la Transition.

Décomposition de la cnt

  • 67 Voir la correspondance entre la Comarcal Montañesa/Commission nationale de relations de la cnt et l (...)
  • 68 En Espagne et dans certains pays d'Amérique la comarca désigne un ensemble de communes comparable a (...)
  • 69 IISG, José Berruezo papers, 83, circulaire de la Commission nationale de relations de la cnt, 1er f (...)
  • 70 Les actes du plénum sont reproduits dans Elementos para la comprensión correcta... op.cit., p. 221- (...)

39À l'été 1966 la cnt de Cantabrie, en lien avec le si et des membres d'un ancien Comité national, tente de susciter une réorganisation sur des bases anarcho-syndicalistes – elle appelle à l'abstention lors des élections syndicales – et se constitue en Commission nationale de relations, multiplie les déplacements vers les autres régions et en France en vue de restructurer l'organisation67. Elle établit des relations régulières avec les groupes organisés de Catalogne, d'Andalousie, du Levant, du Centre, des Asturies et du Nord, mais ne parvient pas à réunir un plénum ; par conséquent la Comarcal Montañesa68 démissionne en février 1967 des responsabilités nationales qu'elle s'était elle-même attribuée69. Un « Plénum de l'Intérieur » est alors convoqué en juin... à Toulouse, lors duquel quatre délégations représentant le Centre, la Catalogne, le Levant, l'Andalousie et l'Extrémadure (mais aucune de Cantabrie), en présence des membres du si au titre d'observateurs, forment un nouveau Comité National70.

  • 71 Pablo César Carmona Pascual, Libertarias y contraculturales : el asalto a la sociedad disciplinaria (...)
  • 72 Circulaire des Amigos de la cnt, 25 septembre 1966, Fonds Antonio Barranco, Fondation Salvador Segu (...)

40Mais c'est en dehors de la (ou des) cnt qu'un renouveau de l'anarcho-syndicalisme s'amorce, par l'effort de militants pour se saisir des réalités sociales modernes d'un point de vue libertaire, atteindre les jeunes générations et développer une activité syndicale concrète. On peut citer comme exemples les plus significatifs le Groupe Anselmo Lorenzo de Madrid, la coordination Solidaridad, la plate-forme Comunas Revolucionarias de Acción Socialista des Asturies, les groupes ouvriers autonomes issus des Commissions ouvrières et plus ou moins inspirés par l'anarchisme, appelés à jouer un rôle important dans la renaissance de la cnt durant la Transition71. Pendant ce temps en exil les partisans de Royano fondent Los Amigos de la cnt et se dotent d'une Commission de coordination basée à Toulouse puis Paris, dont les principaux responsables sont Felix Carrasquer, José Dominguez et Antonio Barranco. En tout, les Amigos comptent 21 groupes et environ 150 adhérents72.

  • 73 Miguel Iñiguez, Encilopedia... op.cit., p. 412 ; Compte-rendu du plénum intercontinental de Bordeau (...)

41Au sein de la cnt esgléïste les expulsions continuent, une « Commission des affaires conflictuelles » – véritable tribunal interne – est créée, et entre les plénums de Marseille (1967) et de Bordeaux (1969) ce sont plusieurs fédérations locales entières (Toulouse, Paris, Angleterre, etc.) et nombre de militants de premier plan qui sont poussés dehors, parmi lesquels J. Borrás, F. Gómez Peláez, M. Boticario, J. Peirats, C. Mera, R. Santamaría, F. Miró, etc.73 Pour chacun d'eux un motif précis est invoqué, mais la purge vise à l'évidence le marginalisme, soit le fait d'évoquer les affaires et problèmes de la cnt en dehors des réunions et publications contrôlées par le si, et le manquement à la responsabilité militante, autrement dit la remise en question des accords de l'organisation au lieu de leur application zélée.

  • 74 IISG, Ramón Alvarez papers, 241, rapport de la Commission de relations des Groupes de présence conf (...)
  • 75 Fernando Gómez Peláez, «De Soli a Frente Libertario. Publicaciones libertarias en el exilio», Cuade (...)

42L'opposition au Secrétariat intercontinental se structure autour des fl de Paris et Toulouse, du journal Presencia, des Centres d'études sociales initiés par Gómez Peláez. À la suite d'une réunion tenue à Narbonne en septembre 1968 elle prend le nom de Grupos de Presencia Confederal y Libertaria, rassemblant trois à quatre cent exclus décidés à consacrer leurs efforts au soutien à la cnt en Espagne et à son rassemblement74. Borrás, Gómez Peláez, Boticario et Santamaría, issus de la cnt maximaliste, en sont les secrétaires, ce qui n'empêche pas des possibilistes de la première heure (Alvarez, Mera) d'y participer. Sans être leur organe officiel le journal Frente Libertario remplit cette fonction ; tiré à 2000 puis 5000 exemplaires, dont la moitié sont introduits clandestinement en Espagne, il laisse une large place aux articles écrits par des militants de l'intérieur, au débat entre les diverses sensibilités anarchistes et à l'analyse des nouvelles formes de lutte ouvrière, dans l'optique d'une rénovation du mle75. À partir de 1970 les Grupos s'organisent à travers une conférence annuelle tenue à Narbonne.

  • 76 Rapport d'août 1965, dans Elementos para la comprensión correcta..., op.cit., p.154.

43Cette crise laisse la cnt démembrée et déboussolée, au sens ou coupée du milieu social qui l'a vue naître, et de la pratique syndicale qui constitue sa raison d'être, elle finit par perdre le nord de ses principes, tant en Espagne qu'en exil. José Peirats tire de cet épisode la conclusion suivante : « tout le travail de réunification du mouvement monté pierre par pierre durant plus de 15 ans vient d'être abattu »76. Dès janvier 1965, le bulletin Estudios Confederales de Paris publie dans son numéro 2 les réponses à un questionnaire concernant le bilan de cette tentative, dont la lecture permet de mesurer la déception qui règne au sein de la militancia de l'exil. L'état de division des anarcho-syndicalistes persiste jusqu'à la mort de Franco, pour constituer un élément déterminant du contexte de la réorganisation de la cnt au cours de la Transition espagnole, dont l'unité – là encore – ne dure que quatre ans.

Haut de page

Notes

1 Miguel Íñiguez, Enciclopedia histórica del anarquismo español, 3 vol., Vitoria, Asociación Isaac Puente, 2008.

2 Les anarchistes espagnols assimilent aisément politique et parlementarisme – le mot espagnol "político" signifiant à la fois "politique" et "politicien" – et se conçoivent surtout comme un mouvement social.

3 Ángel Herrerín López, dans La cnt durante el franquismo : clandestinidad y exilio (1939-1975), Madrid, Siglo XXI,, 2004, est encore plus caricatural puisqu'il oppose une fraction "orthodoxe", "puriste", "sectaire", "intégriste" et "fondamentaliste" à une fraction "possibiliste", "pragmatique", "rénovatrice", assumant un parti pris unilatéral en faveur de cette dernière.

4 Voir Jesús Luis Pérez, «Fundamentos ideolólogicos del posibilismo libertario bajo la II República», in Brocar Cuadernos de Investigación Histórica, Logroño, Universidad de La Rioja, n°25, 2001, p.163-178.

5 Ces termes apparaîtront en italique car il s'agit d'une utilisation spécifique aux tendances de l'anarcho-syndicalisme, sans oublier qu'en leur temps ce ne sont pas ceux qu'utilisent les militants.

6 Archives départementales de Haute-Garonne (AD 31), 2692 W 169, Note des Renseignements généraux (RG), 24 avril 1954 ; voir aussi le Boletín interno de la cnt en el exilio n°1, mai-juin 1954 ; España Libre n°331, 24 janvier 1954 ; et bien sûr le journal en question, consultable au Centre international de recherches sur l'anarchisme de Lausanne (CIRA-L). La brochure intitulée ¿Qué pretenden y adónde van los dirigentes de la cnt de Mexico?, sans date et signée El Grupo Unidad de la cnt, est limpide quant aux intentions de ces transfuges : alliance privilégiée avec le Parti Communiste, dissolution dans les syndicats verticaux espagnols pour les prendre aux franquistes.

7 Llamamiento por la unidad de la cnt de España en Francia, septembre 1954, correspondance d'Helmuth Rüdiger vol.8, Archives du mouvement ouvrier, Stockholm.

8 Geneviève Dreyfus-Armand, L'exil des républicains espagnols en France, Paris, Albin Michel, 1999, p. 305.

9 Boletín Interno cnt, n°1, mai 1959, mis en ligne par l'Université autonome de Barcelone, URL : https://ddd.uab.cat/pub/ppc/bolintCNTEE/bolintCNTEE_a1959m5n1.pdf

10 Voir par exemple Institut International d'Histoire Sociale (IISG) d'Amsterdam, José Ester Borras papers, 91, lettre collective à la fl de Paris (maximaliste), expéditeurs inconnus, 16 novembre 1958.

11 AD 31, 2692 W 169, notes RG des 28 novembre et 17 décembre 1955, et des 24 janvier, 23 et 27 mars 1956 ; reproduisant la correspondance échangée entre les responsables des deux fractions.

12 Internationale anarcho-syndicaliste fondée en 1922, au sein de laquelle la cnt en exil occupe une place prépondérante depuis 1939.

13 Llamamiento por la unidad... op.cit. ; El Libertario, n°1, novembre 1959 (organe du mle réunifié au Venezuela).

14 Circulaire du SubComité Nacional, 31 mars 1960, citée par Ángel Herrerín López, La cnt durante... op. cit., p. 222.

15 CIRA-L, Fonds Movimiento libertario español en el exilio, Actes du congrès intercontinental de la cnt, août 1960 ; voir aussi Miguel Íñiguez, Enciclopedia... op.cit., p. 924.

16 Boletín Interno cnt, n°5, décembre 1960, UAB, URL : https://ddd.uab.cat/pub/ppc/bolintCNTEE/bolintCNTEE_a1960m12n5.pdf

17 Fondation Anselmo Lorenzo (FAL) de Madrid, Fonds Exilio Londres, cote provisoire 10, Rapport de gestion du Secrétariat intercontinental, juin 1961 ; Boletín Interno cnt, n°7, juillet 1961, UAB, URL : https://ddd.uab.cat/pub/ppc/bolintCNTEE/bolintCNTEE_a1961m7n7.pdf

18 Miguel Íñiguez, Enciclopedia..., op.cit., p.925

19 Boletín Interno cnt, n°8, août 1961, UAB, URL : https://ddd.uab.cat/pub/ppc/bolintCNTEE/bolintCNTEE_a1961m8n8.pdf ; et n°9, avril 1962, URL : https://ddd.uab.cat/pub/ppc/bolintCNTEE/bolintCNTEE_a1962m4n9.pdf

20 Archives nationales (AN), Ministère de l'intérieur, Direction générale de la sûreté nationale, 19860581/6, lettre du ministère de l'intérieur au préfet de Haute-Garonne, 19 décembre 1961, et réponse du 12 janvier 1962 ; note des RG concernant Nueva Senda du 15 mars 1963 ;.

21 AN 19860581/6, note des RG concernant Espoir et Le Combat Syndicaliste, 29 mars 1963.

22 AN 19860581/6, lettre du ministère de l'Intérieur au préfet de Haute-Garonne, 3 novembre1963.

23 Juan José Alcalde, Los Servicios Secretos en España. La represión contra el movimiento libertario español (1936-1995), Madrid, Universidad Complutense, 2008, livre numérique, seconde partie, chapitre 2, URL : http://pendientedemigracion.ucm.es/info/eurotheo/e_books/jjalcalde/servicios_secretos/capitulo_2_II.pdf

24 Parmi les autres personnalités impliquées dans di il convient d'ajouter le nom de Jacinto Angel Guerrero Lucas, probablement infiltré par la police franquiste et tenu pour responsable de la plupart des arrestations à venir, introduit au congrès de Limoges comme délégué des Jeunes libertaires de Madrid, qui devient le "bras droit" d'Alberola. Salvador Gurucharri est un des rares protagonistes à refuser de le considérer autrement que comme un authentique camarade.

25 Salvador Gurucharri et Tomás Ibáñez, Insurgencia libertaria. Las Juventudes Libertarias en la lucha contra el franquismo, Barcelone, Virus Editorial, 2010, p. 82-84.

26 La sac est jusqu'en 1958 la section suédoise de l'AIT, la seule qui soit restée une confédération syndicale, et qui pour s'adapter entreprend une remise en cause possibiliste de l'anarcho-syndicalisme classique. C'est ce qui provoque sa rupture avec l'AIT, mais elle reste très liée à la cnt espagnole, principalement à travers les contacts qu'entretient son délégué international Helmut Rüdiger.

27 Salvador Gurucharri et Tomás Ibáñez, Insurgencia libertaria... op.cit., p. 94-98 ; selon Britta Gröndahl la sac lui remet à contrecœur la somme de 5000 couronnes, Äventyrens år: minnen från tre årtionden som syndikalist, Stockholm, Federativs, 1994, p.78.

28 Salvador Gurucharri et Tomás Ibáñez, Insurgencia libertaria... op.cit., p. 72-73, 85, 88-90 ; en plus des militants espagnols, d'anciens soutiens français du FLN et quelques anarchistes français, italiens et britanniques contribuent à di.

29 Actes de la réunion plénière du si de la cnt, 23 février 1964, cité par Angel Herrerín López, La cnt durante... op.cit., p. 246.

30 Pour davantage de détails sur Defensa Interior et l'activisme des Jeunes libertaires voir Salvador Gurucharri et Tomás Ibáñez, Insurgencia libertaria..., op.cit. ; Octavio Alberola, Ariane Gransac, L’Anarchisme espagnol et l’action révolutionnaire internationale, 1961-1975, Paris, Christian Bourgeois, 1975.

31 Carlos Fonseca, Garrote vil para dos inocentes. El caso Delgado-Granado, Madrid, Temas de Hoy, 1998 ; selon plusieurs protagonistes Guerrero Lucas et Inocencio Martínez étaient des infiltrés, il faut y ajouter José Luis Espinosa Pardo, agent franquiste au sein des Jeunesses libertaires en Afrique du Nord ; et un certain Fernando, liaison du si à Barcelone, tenu pour indicateur par la cnt catalane et les Jeunesses libertaires.

32 Salvador Gurucharri et Tomás Ibáñez, Insurgencia libertaria... op.cit., p. 123, 136-152.

33 Circulaire du si de la cnt, 19 octobre 1964, mise en ligne par l'UAB, URL : https://ddd.uab.cat/pub/ppc/circularCNT/circularCNT_a1964m10d19n22.pdf ; divers opposants au si l'accusent de ne pas faire parvenir en Espagne une partie des sommes collectées, il n'existe évidemment aucune preuve matérielle tendant à confirmer ou infirmer cette accusation.

34 Amnistie, restitution des biens saisis, épuration administrative, rétablissement des libertés, plébiscite concernant le régime politique à instaurer, voir Elementos para la comprensión correcta de 40 años de exilio confederal, compilation de textes internes éditée à Paris en 1978, p. 79-89.

35 Voir Miguel Íñiguez, Enciclopedia... op.cit., p. 55.

36 FAL, Fonds Exilio Londres, cote provisoire 17, circulaire du secrétariat de Mujeres Libres, décembre 1963 ; lettre du secrétariat de MMLL à la Commission de relations de la cnt-E en Grande-Bretagne, 20 décembre 1963.

37 Lettre de la Fédération Mujeres Libres en Angleterre au Mouvement Libertaire, 26 juin 1964, Fonds Exilio Londres, cote provisoire 17, FAL Madrid.

38 Olegario Pachón, Recuerdos y consideraciones de los tiempos heroicos. Testimonio de un extremeño, Barcelone, publié à compte d'auteur, cité par Angel Herrerín López, La cnt durante... op.cit., p. 173.

39 Entretien avec Honorato Martínez, 2000, cité par Angel Herrerín López, La cnt durante... op.cit., p. 180.

40 IISG, F. Gómez Peláez papers, 806, rapport du si pour le plénum de la cnt de 1962, daté du mois de juin ; voir aussi les documents, dont un rapport de police du 2 février 1963, cités par Ángel Herrerín López, La cnt durante... op.cit., p. 260-261.

41 Voir notamment le bulletin aso dont le premier numéro paraît en mars 1963.

42 Boletín Interno cnt, janvier 1966, UAB, URL : https://ddd.uab.cat/pub/ppc/bolintCNTEE/bolintCNTEE_a1966m1.pdf

43 Boletín de Información fijl, n°9, janvier 1965.

44 Lettre du 30 mai 1964, F. Gómez Peláez papers, citée par Ángel Herrerín López, La cnt durante... op.cit., p. 266.

45 IISG, D. Abad de Santillán papers, 184, lettre de J. M. Molina à D. Abad de Santillán, 27 février 1965, et réponse du 14 mars.

46 IISG, D. Abad de Santillán papers, 184, lettre de D. Abad de Santillán à J. M. Molina,14 mars1965 ; voir aussi Ángel Herrerín López, La cnt durante... op.cit., p. 267.

47 Circulaire du cn (Damiano), août 1965, reproduite dans le Boletín Interno, novembre 1965.

48 Francisco Gago Vaquero, «El cincopuntismo durante los años sesenta y setenta», Tiempo y Sociedad, n°12, 2013, p. 81-137 ; voir aussi Abdón Mateos, «La era Solís y la Organización Internacional del Trabajo», Espacio, Tiempo y Forma, vol. V, t. 8, 1995, p. 295-379.

49 Voir notamment IISG, D. Abad de Santillán papers, 160, correspondance Santillán-Lizcano ; et Ramón Álvarez, déclaration lue à l'assemblée de la fl de Paris le 15 octobre 1966, reproduite dans Elementos para la comprensión correcta... op.cit., p. 155-158.

50 cnt, n°8 et 9, janvier et mai 1966 ; Solidaridad Obrera (Barcelone), décembre 1965, juin et septembre 1966.

51 Voir les numéros 2 et 3 de GNervio (bulletin interne du groupe Nervio de la fai), janvier et juillet 1965, mis en ligne par l'UAB, URL : https://ddd.uab.cat/pub/ppc/gnervio/ ; IISG, cnt 2eUR archive, 66, adresse de la 11e région (Paris) de la fai aux anarchistes français, février 1967 ; IISG, J. M. Molina papers, 96, lettres A la militancia anarquista des groupes Liberta, Espartacus et Voluntad, février 1964 ; IISG, Sarah Berenger papers, 35, lettre de la Fédération locale des groupes anarchistes (espagnols) de Paris, 1er mai 1965.

52 Salvador Gurucharri et Tomás Ibáñez, Insurgencia libertaria...,op.cit., p. 153-155.

53 Ángel Herrerín López, La cnt durante... op.cit., p. 248-251.

54 Brochure de la fijl en Angleterre, Información sobre el problema interno de la C. de D., mars 1964 ; Circulaire du si de la cnt, 20 août 1964, UAB, URL : https://ddd.uab.cat/pub/ppc/circularCNT/circularCNT_a1964m8d20.pdf ; voir aussi le Boletín Interno cnt d'avril 1965, UAB, URL : https://ddd.uab.cat/pub/ppc/bolintCNTEE/bolintCNTEE_a1965m4.pdf ; ainsi que les polémiques publiées auxquelles il fait référence.

55 FAL, Fonds Exilio Londres, cote provisoire 11, fl cnt de Paris, Résolution proposant la tenue d'un congrès extraordinaire, mai 1964.

56 Lettre de "Romero" (F. Royano), destinataires inconnus, 21 août 1965, reproduite dans le Boletín Interno, novembre 1965.

57 IISG, D. Abad de Santillán papers, 184, correspondance de D. Abad de Santillán avec J. M. Molina et F. Miró, 1964-1967 ; Archives générales de la région de Murcia, JLS, 237 et 997, correspondance de Juan López avec Santillán, Villar, Royano et Rüdiger ; voir aussi Ángel Herrerín López, La cnt durante... op.cit., p. 272.

58 Voir particulièrement IISG, J. Berruezo papers, 83, correspondance entre ces quatre militants, 1965.

59 Voir notamment IISG, J. M. Molina papers, 85, circulaire de la fijl, 28 août 1965.

60 Voir le rapport du délégué indirect du Vénézuela – José Peirats, délégué direct de Cugnaux (Haute-Garonne) –, août 1965, reproduit dans Elementos para la comprensión correcta..., op.cit., p. 135-154. Renacer Soler Vincente, délégué de Banyuls (Pyrénées orientales) auparavant exclu de la fl de Perpignan, est expulsé du congrès ; Vincente Cañizares, délégué de St Jean de la Ruelle (Loiret) et dénoncé comme patron, est admis à rester après avoir volontairement fait don de son entreprise de construction à la fl d'Orléans afin qu'elle soit collectivisée.

61 Ramón Alvarez, déclaration du 15 octobre 1966, dans Elementos para la comprensión correcta..., op.cit., p. 155-158 ; un doute subsiste sur le fait que L. Andrés Edo était au courant des négociations, voir sa déclaration écrite à l'assemblée de la fl de Paris le 23 octobre 1966, reproduite dans Elementos para la comprensión correcta..., op.cit., p. 160-162 ; ainsi que Luis Andrés Edo, La cnt en la encrucijada. Aventuras de un heterodoxo, Barcelone, Flor del Viento, 2006, p. 174.

62 Rapport de J. Peirats, août 1965, dans Elementos para la comprensión correcta... op.cit., p. 146.

63 Idem.

64 Idem, p. 149-154.

65 Boletin Interno, numéros spéciaux de novembre 1965 et janvier 1966, une partie des documents du dossier ont été transmis au si par la fl de Montréal.

66 Voir IISG, D. Abad de Santillán papers, 316, lettre à D. Abad de Santillán (expéditeur inconnu membre de la fl de Paris), 25 mai 1966 ; et D. Abad de Santillán papers, 370, rapport du cn (Royano) de juin 1966. Selon ce dernier document Edo avait pour première intention d'enlever et séquestrer Royano et Iñigo.

67 Voir la correspondance entre la Comarcal Montañesa/Commission nationale de relations de la cnt et le si, juin 1966 à janvier 1967, reproduite dans Elementos para la comprensión correcta... op.cit., p. 169-215.

68 En Espagne et dans certains pays d'Amérique la comarca désigne un ensemble de communes comparable au canton ou à la sous-préfecture française, mais qui ne correspond pas nécessairement à une entité administrative. Ici la Comarcal est la Fédération cénétiste de Cantabrie, le terme Montañés/a désignant les habitants de cette région.

69 IISG, José Berruezo papers, 83, circulaire de la Commission nationale de relations de la cnt, 1er février 1967.

70 Les actes du plénum sont reproduits dans Elementos para la comprensión correcta... op.cit., p. 221-252, ils mentionnent onze délégués de l'intérieur ; Á. Herrerín López cite une correspondance entre Ángel Marcos et Mariano Ocaña du 31 octobre 1967, faisant état seulement de "quatre compagnons", La cnt durante... op.cit., p. 296-297.

71 Pablo César Carmona Pascual, Libertarias y contraculturales : el asalto a la sociedad disciplinaria : entre Barcelona y Madrid 1965-1979, thèse de doctorat, Universidad Complutense de Madrid, 2012, p. 99-117.

72 Circulaire des Amigos de la cnt, 25 septembre 1966, Fonds Antonio Barranco, Fondation Salvador Seguí, Madrid, citée par Angel Herrerín López, La cnt durante... op.cit., p. 295-296.

73 Miguel Iñiguez, Encilopedia... op.cit., p. 412 ; Compte-rendu du plénum intercontinental de Bordeaux, août 1969, reproduit dans Elementos para la comprensión correcta... op.cit., p. 253-270 ; voir aussi IISG, F. Gómez Peláez papers, 610, lettre de José Borrás à Germinal Esgleas, 11 novembre 1969.

74 IISG, Ramón Alvarez papers, 241, rapport de la Commission de relations des Groupes de présence confédérale, 8 août 1968 ; actes de la réunion de Narbonne, septembre 1968.

75 Fernando Gómez Peláez, «De Soli a Frente Libertario. Publicaciones libertarias en el exilio», Cuadernos de Ruedo Ibérico, supplément El movimiento libertario español. Pasado, presente y futuro, 1974, p. 129-133.

76 Rapport d'août 1965, dans Elementos para la comprensión correcta..., op.cit., p.154.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Guinchard, « De Charybde en Scylla. La réunification manquée de la cnt espagnole en exil dans les années 1960 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 28 décembre 2017, consulté le 23 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccec/6774 ; DOI : 10.4000/ccec.6774

Haut de page

Auteur

François Guinchard

Centre Georges Chevrier, Université de Bourgogne

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals