Navigation – Plan du site
Études
Dossier : « Anarchistes espagnols en France: de la Guerre Civile à la fin du franquisme »

Réflexions et témoignage sur le Mouvement Libertaire Espagnol (mle) des années soixante et l’organisme « Défense Intérieure » (di)

Reflexiones y testimonio sobre el Mouvement Libertaire Espagnol (mle) de los años sesenta y el organismo Défense intérieure (di)
Octavio Alberola

Texte intégral

Avant-propos

1L’objectif du texte qui suit est d’apporter, au dossier « Españoles libertarios en Francia : de la guerra civil al final del franquismo », des informations et quelques réflexions sur le Mouvement Libertaire espagnol (mle) des années soixante et sur l’organisme « Défense Intérieure » (di) ; car la fin de cette tentative de réactivation de la lutte armée contre le régime franquiste, dans le contexte de l’Espagne et du monde des années soixante, fut assez décisive pour mettre les libertaires hors jeu et que la transition du franquisme à la « démocratie » se fasse dans la continuité (« atado y bien atado ») institutionnelle, la restauration monarchique et l’impunité des crimes franquistes.

2Je tiens à préciser que j’apporte ces informations et réflexions en tant que témoin et protagoniste direct de cette tentative de lutte armée contre le régime franquiste et que je continue mon engagement militant dans la mouvance anarchiste actuelle ; mais, que malgré cela, je tente d’être – comme n’importe quel autre historien – le plus objectif possible. Car, je suis conscient que aujourd’hui ces faits font partie de l’histoire et qu’ils doivent être approchés avec l’intention de comprendre ce qu’il s’est passé à ce moment-là, plus que pour juger ou désigner des responsables du sabotage de l’activisme et du retour de la cnt à l’immobilisme bureaucratique.

3Cela dit, je pense que l’arrêt de l’action activiste du di a eu des conséquences néfastes pour que la « transition de la Dictature à la Démocratie » ait été si décevante. Surtout pour les espagnols qui avaient subi cette dictature pendant trente-cinq ans et qui ont dû accepter la continuité des Institutions franquistes dans la « Démocratie retrouvée ». Une transition/transaction qui permit aux anciens franquistes (fascistes) de devenir – du jour au lendemain – des démocrates comme tous les autres citoyens et obligea les victimes d’accepter – après tant d’années de crimes et de souffrances – d’être amnistiées au même titre que leurs bourreaux !

4Bien sûr, c’est ma conviction ; chacun et chacune peu en avoir une autre. Mais, même si les historiens, dans leur travail de recherche, ne doivent pas tenir compte de leurs opinions, car seuls doivent compter les faits, peut-on oublier ce qu’a été cette « transition » pour les victimes de la répression franquiste ? Peut-on oublier qu’après trente-cinq années de dictature et quarante années de « Démocratie », elles continuent à attendre que justice leur soit rendue ?

5Et comment l’oublier ? Comment ne pas chercher pour quelles raisons cette indécente injustice a été possible et l’est encore ?

6C’est donc pour des raisons historiques et éthiques que j’ai cru opportun et comme un devoir d’apporter ici mon témoignage et mes réflexions sur ce qui a permis l’existence du di et a provoqué sa fin ; car, je crois que tant mon témoignage que mes réflexions peuvent être utiles pour mieux comprendre ce qu’a été réellement cette expérience de résistance armée et ce que sa fin a représenté pour les libertaires et les antifascistes espagnols. Surtout pour ceux qui attendaient une sortie, de la longue nuit franquiste, moins honteuse et plus prometteuse.

L’état de l’opposition antifranquiste au début des années soixante

7Pour avoir une idée réelle de l’état de l’opposition antifranquiste au début des années soixante du siècle dernier et du contexte dans lequel durent agir les libertaires espagnols qui tentèrent de relancer à ce moment-là la lutte armée contre le régime franquiste, il faut remonter au moins à la fin de la guerre civile en 1939. Car la déroute de l’armée républicaine ne marqua pas seulement la fin des hostilités et l'occupation totale du territoire espagnol par les forces du général Franco, mais aussi le commencement d’une période de souffrances et d’amères déceptions pour les antifascistes espagnols : tant pour ceux qui purent s’exiler que pour ceux qui durent rester en Espagne. Surtout pendant les cinq premières années à cause des aléas de la guerre mondiale qui pendant longtemps semblèrent aller dans le sens de la consolidation de la domination nazi-fasciste en Europe et dans d’autres régions du monde.

8C’est pourquoi l'acceptation – de facto – du régime fasciste de Franco par les puissances « alliées » victorieuses fut, à la fin de la guerre mondiale, une immense déception pour l'antifascisme espagnol. Et cela, même si pour les anarchistes ce ne fut pas une surprise mais la continuité des positions et intérêts contre-révolutionnaires du capitalisme international, plus ou moins épaulés ou tolérés par les puissances qui se disaient révolutionnaires et démocratiques. Car, pour les puissances alliées – puissances capitalistes – il était normal de préférer Franco plutôt que de risquer le recommencement en Espagne d’expériences révolutionnaires qui pourraient contaminer le prolétariat du « monde libre ». De même que, pour l'Union soviétique, il y avait la peur de ne pas pouvoir contrôler une éventuelle révolution en Espagne qui mettrait la sienne en évidence, puisque le Mouvement Libertaire gardait encore une grande influence et assez de forces pour retrouver – tout en ayant subi une saignée énorme de militants – l'élan révolutionnaire et la popularité de jadis.

9En fait, ni les puissances capitalistes, ni la puissance « socialiste » ne firent rien de concret contre Franco et pour les antifascistes espagnols commença alors – malgré la victoire des « alliées » – une période de luttes intestines, de divisions et désillusions.

10Ces luttes intestines finirent par diviser les libertaires et la cnt resta scindée, dès son premier congrès célébré en 1945, en deux tendances : l’une, apolitique et majoritaire en France, mais minoritaire en Espagne, et l'autre, collaborationniste, majoritaire à l'intérieur. Cette dernière fut, par la suite, l'âme de l'Alliance nationale des forces démocratiques et aussi de ses pactes et accords successifs.

11Dès lors et jusqu'en 1960 il y a eu deux cnt, tant en Espagne qu'en exil : celle des libertaires apolitiques, prônant le retour de cette organisation à ses « principes, tactiques et finalités » de l’avant-guerre, et celle des libertaires politiques, prônant la collaboration avec les autres forces antifascistes et la participation de la cnt au gouvernement de la République en exil. Une collaboration et participation commencées pendant la guerre d'Espagne et qui, en septembre 1945, leur fit désigner Horacio Martinez Prieto et José Leiva pour représenter la cnt dans le gouvernement de la République en exil présidée par José Giral.

12En vérité, ayant vu dans les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale les Deus ex machina de la situation espagnole, les partis et groupes exilés s’enfermèrent dans une totale dépendance à l'égard des puissances victorieuses. Cette dépendance les amena à abandonner à leur sort les noyaux de guérilleros, qui restaient encore dans la péninsule, face à la répression franquiste, et, embourbés dans les manœuvres et les contre manœuvres, à poursuivre les pactes et les défections, les crises et les reconstitutions du gouvernement républicain en exil.

13C’est pourquoi en 1947, après l’unique tentative des communistes pour libérer l'Espagne, en 1944, et l'abandon progressif des actions de harcèlement armé contre les forces franquistes par les guérillas du Parti Communiste et des ex miliciens et officiers républicains groupés dans l'afare, ne restèrent en action que quelques groupes armés libertaires en Catalogne et en Aragon. Or, même si aucune des deux cnt n'appuyait ouvertement ces groupes, les deux furent très réprimées et eurent tous ses comités clandestins démantelés, provoquant une véritable hémorragie de militants libertaires.

14Pendant ce temps et bien que le régime franquiste ne cesse de réprimer les grèves et les mouvements de protestation des ouvriers et des étudiants, les franquistes continuèrent à remporter des victoires diplomatiques qui les permirent de s’affirmer sur le plan international. La première fut en 1950, quand ils réussirent à faire annuler la résolution de l’onu, de 1946, recommandant à ses membres le retrait de leurs ambassadeurs en Espagne. Puis, en 1951, le régime franquiste fut admis à la fao, en 1953 à l’unesco, en 1955 à l’onu, en 1956 à l’oit, en 1957 à l’oiea et en 1958 au fmi. Une succession de victoires qui donnèrent à Franco et à son régime une indiscutable reconnaissance internationale, montrant la puérile ingénuité de l’opposition antifranquiste d’avoir attendu l’aide des Grandes Puissances « antifascistes » pour libérer l’Espagne du fascisme franquiste. Une illusion que la succession des victoires franquistes transforma en une amère désillusion que l’anti-franquisme institutionnel ne put jamais remonter.

15Il est vrai, cependant, qu’à la suite des luttes de libération nationale, menées par les mouvements anticolonialistes dans le monde et du triomphe des « barbudos » à Cuba en 1959, montrant qu'il était possible de mettre fin aux dictatures, les antifranquistes recommencèrent à avoir de l’espoir et certains décidèrent même se remobiliser… Surtout à partir de janvier de l'année suivante, quand dans le voisinage de Bagnolas (Gerone) se produisit un combat entre les forces de la Guardia Civil et un commando d'anarchistes qui avaient passé la frontière depuis six jours. Dans ce combat, quatre membres du commando ainsi que l'officier qui commandait les gardes civils moururent, et l’organisateur du groupe, Francisco Sabater Llopart, qui avait été blessé et avait pu s'échapper, fut tué le jour suivant à San Celoni, près de Barcelone.

16Ces événements eurent un grand impact sur l’état d’esprit des libertaires. Dès lors, et tout en sachant qu’ils continuaient à être l’objet privilégié de la répression franquiste et ne pourraient pas compter sur des aides extérieures comme les autres secteurs antifranquistes, la majorité des libertaires se sentit obligée à réagir et plus motivée pour accélérer le processus de réunification de la cnt et tenter de relancer la lutte active contre le régime franquiste. Car en Espagne, l'opposition antifranquiste s'agitait aussi à nouveau provocant des transformations significatives en son sein. Au point que, s’apercevant du phénomène, les organisations de l'exil se décidèrent à essayer d’enterrer les vieilles querelles et à mettre fin aux scissions internes.

17Ce fut ainsi que l'anarchisme espagnol, sous la pression d'une base consciente du processus d'extinction auquel l'immobilisme l'avait conduite, retrouva l’enthousiasme et accéléra le processus organique de réunification confédérale ; car, après la mort de Francisco Sabater Llopart et la fin héroïque de son groupe, s’étaient constitués, dans les deux factions de la cnt, de nombreux groupes marginaux exigeant l'unité confédérale et la radicalisation de la lutte contre Franco.

18L’enthousiasme était tel que, ces exigences d’unité et d’action se produisant aussi dans les autres secteurs de l’anti-franquisme, l’alliance syndicale (cnt-ugt-stv) et l’alliance des forces démocratiques commencèrent à devenir possibles, contribuant à renforcer le courant en faveur de l'unité des deux fractions de la cnt. Ce courant devenant majoritaire à l’intérieur de chaque tendance, poussa les comités à intensifier les rapprochements et les contacts, ainsi qu’à proposer des solutions aux conflits internes.

La prise de conscience du temps perdu

19Les libertaires, désormais conscients que le espoir des « politiques », dans les solutions diplomatiques, tout autant que le pragmatisme révolutionnaire des « antipolitiques » conduisaient à la même passivité face au franquisme, l’étaient aussi du temps qu’ils avaient perdu en divisions qui n’avaient pas de sens et qui montraient le caractère anachronique de la division de la cnt en deux : l’une, « politique », et l‘autre, « apolitique ». Une division sans justification idéologique valable, puisque, l'action de l’organisation étant réduite à des réunions de routine pour des questions de gestion, la division entre « politiques » et « apolitiques » n’avait aucun sens.

  • 1 Les cinq postes du si, plus celui de directeur du journal cnt, étaient rétribués à hauteur du salai (...)

20Dès lors, les véritables causes de la scission confédérale ne pouvaient être que la lutte pour les postes de direction rémunérés1 de l’organisation et les rivalités personnelles ou claniques. Tenons-en pour preuve que ces postes étaient toujours occupés par la même minorité. Car, même s’il est vrai qu’il était difficile de leur trouver des candidats, l’excuse était bonne pour justifier la main mise sur ces postes par cette minorité, qui avait pris – pour toutes sortes de raisons – goût à son maintien dans les organes de direction.

21Les libertaires avaient donc pris conscience des méfaits commis par la division et la bureaucratisation sur leurs organisations, ainsi que de l'appauvrissement en militants causés par la prolongation de l’exil. Car, même si la cnt était encore l'organisation exilée numériquement la plus forte, elle subissait les terribles ravages de cette érosion inexorable produite par le temps et le manque de perspectives... Ils s’apercevaient maintenant de l’urgence de régir face à un panorama si désolant. Mais, ils n’étaient pas les seuls à s’en rendre compte… Le même panorama désolant se levant aussi devant l'anti-franquisme classique, les antifranquistes prirent également conscience de ces ravages… C’est pourquoi, face au défaitisme de l'anti-franquisme officiel, au Mexique surgirent le Mouvement Espagnol 59 et l'ale (Action de Libération Espagnole). Le premier groupant des jeunes exilés de tous horizons (communistes, libertaires, républicains, socialistes, etc.) et le second groupant des cénétistes des deux fractions, des socialistes de différentes tendances et des républicains de toutes nuances, incluant même des membres du gouvernement en exil.

  • 2 Extrait d’un texte du flp : « Nous considérons qu'il existe en Espagne une situation objectivement (...)

22En France aussi, cette manière d’agir marginale avait commencé à faire son chemin avec le MPR (Mouvement Populaire de Résistance), qui voulait rassembler des libertaires mais aussi des antifascistes de tous horizons. De même, en Espagne, depuis un certain temps déjà, étaient apparus de nouveaux groupes d'opposition, essentiellement de jeunes gens, comme le FLP (Front de Libération Populaire), qui s'affirmait non seulement comme un « front » antifranquiste, mais également comme une organisation révolutionnaire2.

23Citons également le Directoire Révolutionnaire Ibérique de Libération (dril), fondé par des exilés espagnols et portugais dès 1959, qui eut un de ses membres exécuté au garrot, en mars 1960 à Madrid, pour un fait qui avait montré la capacité de cette organisation à passer à l’action, tant en Europe qu'en Amérique :

Le dril se définit lui-même comme une organisation de lutte antifasciste et, par conséquent, d’origine, de nature et de marque démocratiques, comprenant des hommes et des femmes de différentes idéologies politiques et religieuses qui, comprenant l'urgente nécessité de renverser les tyrannies ibériques se sont unis pour obtenir la liberté de leur patrie et le droit de gouverner le produit de leur travail. 

24Ce qu’il fit de manière éclatante au début de l'année 1961, en s'emparant du transatlantique portugais « Santa Maria », pour annoncer au monde l'existence d'une résistance active contre les dictatures d'Espagne et du Portugal. Cet exploit souleva une immense vague d'enthousiasme et eut un profond impact sur la conscience de l’anti-franquisme, particulièrement dans le mle, le commando du dril comptant plusieurs libertaires parmi ses membres.

25De fait, cette prise de conscience et la volonté de lutte qu’elle éveilla poussèrent à l’action beaucoup d’hommes et de femmes au sein de l’anti-franquisme ; mais, la vérité est que les libertaires furent les seuls à tenter d’être conséquents et à la hauteur de ce qu’exigeait alors la situation, tant pour faire taire leurs divisions et aboutir à la réunification, que pour essayer de constituer, avec tous les secteurs de l’antifranquiste en exil, des accords de lutte armée pour lutter ensemble contre le franquisme.

26Voici donc comment ils tentèrent de mener à bien cet objectif.

La « réunification » de la cnt et les accords de « lutte armée »

  • 3 Ces camarades étaient R. Santamaria, J. Pintado y J. Olaya. 

27Les militants partisans de la « réunification » étant devenus majoritaires à l’intérieur des deux cnt, ils purent pousser les comités à intensifier leurs rapprochements et leurs contacts, ainsi qu’à proposer des solutions aux conflits internes. La première des deux cnt à le faire fut la cnt « collaborationniste », qui, réunie en congrès à Clermont-Ferrand en mai 1960, se déclara favorable à la réunification et, par la suite, établira des négociations officielles avec l’autre cnt. Trois mois plus tard, à son tour, la cnt « apolitique », réunie en congrès à Limoges, adopta une motion renvoyant la réunification aux décisions des fédérations locales et, pour s’engager encore plus sur la voie de l’unité, nomma trois militants, connus pour leurs positions unionistes3, aux postes les plus importants du Secrétariat intercontinental (si).

28La motion de ce congrès, sur le problème de la réunification confédérale, donnant « l'autonomie de procédés pour sa liquidation à chaque fédération locale », fut un pas décisif vers la solution au schisme interne ; car, cette « autonomie de procédés » permit aux partisans de l'unité de hâter sa réalisation et facilita la réintégration, l'intégration ou la fusion des militants de la cnt « collaborationniste ». Et cela malgré le boycottage, par les militants « puristes », des accords d'unité, au nom des sacro-saints « principes, tactiques et finalités », et les erreurs ou intransigeances de certains scissionnistes, qui firent tout leur possible pour faciliter le travail anti-unionniste des « ultras » de la fai dévoués à Esgleas et Federica.

29En outre, après sa nomination et pendant que la réunification avançait dans les Fédérations Locales de la cnt exilée, le nouveau si entreprit la réorganisation des cadres organiques clandestins en Espagne, ce qui permit d’aboutir à la constitution d'un comité national représentatif des militants des deux fractions. Car, même si l’unité de la cnt se faisait sur la base de la « réaffirmation des principes, tactiques et finalités, consubstantiels à l'anarcho-syndicalisme », et la nécessité de préparer un « fait insurrectionnel », elle se faisait également en fonction d'accords concrets pour la création de l'Alliance syndicale et d’un Front antifasciste…

30Or, même si l'Alliance syndicale (cnt-ugt-stv) put être réalisée très rapidement, l'Union des Forces Démocratiques ne fut composée finalement que par la gauche démocrate chrétienne, le groupement républicain démocratique espagnol, le parti socialiste ouvrier espagnol, l’union générale des travailleurs, le parti nationaliste basque, l’action nationaliste basque et la solidarité des travailleurs basques, la cnt et le poum en étant exclus…

31De ce fait, ces alliances ne s’annonçaient pas très mobilisatrices ; mais, par contre, elles servaient de prétexte aux antiunitaires pour semer le doute, accuser les membres du si d'être les instruments du réformisme confédéral et entraver avec ces accusations le processus de réunification de la cnt qui n'arrivait pas à se consolider.

32Bien au contraire, en prévision de l'imminent congrès confédéral, qui devait se célébrer fin août 1961 à Limoges, les positions opposées continuèrent d'alimenter les discordes par leurs intransigeances réciproques. C’était à ce point, que ce congrès se présentait dans un climat moral de division plus fort que celui d’avant le congrès de 1960. Et cela, alors même qu’il devait proposer des solutions à toute une série de points d'un ordre du jour considéré comme fondamental pour l’avenir de la cnt.

  • 4 Cette délégation était composée par Ismael Rodríguez et Fidel Gorrón.

33De fait, dès les premiers débats, la méfiance et les antagonismes se manifestèrent de façon plus ou moins violente. Néanmoins le congrès, commencé le 26 août, se termina sans scission apparente le 3 septembre, en présence d'une délégation directe du comité national de la cnt de l'intérieur, déjà réunifiée4.

34Or, la présence de cette délégation de l’Intérieur et la majorité des délégations présentes au congrès se prononçant pour l’unité, permirent au congrès de sortir de l'impasse des délégations « doubles » après le retrait des délégations les plus opposées à l'unité, et d’adopter, sans grande difficulté, des accords concrets sur l'alliance syndicale et le chimérique Front antifasciste. De même qu’il put aboutir aussi, en séance réservée, à l'approbation, à l'unanimité, d’un « rapport » pour constituer un organisme (secret) appelé Défense Intérieure (di) et chargé de préparer le « fait insurrectionnel ».

35La ratification de ce « rapport » fut un « étrange » aboutissement ; car, paradoxalement, il avait été rédigé par une commission composée par trois militants connus (Germinal Esgleas, Miguel Celma et Vicente Llansola) du secteur opposé à la réunification, qui s’étaient, eux-mêmes, proposés pour le rédiger…

36Quoi qu’il en soit, le fait de l’avoir approuvé à l’unanimité montra que la majorité du congrès s’était prononcée pour l’activation de la lutte, contre le régime franquiste, avec ou sans les autres secteurs de l’anti-franquisme démocratique, et que le climat qui régnait à la fin du congrès pouvait être considéré plus positif que celui du début.

37En principe, ce « rapport » représentait donc un pas décisif pour le renforcement du mouvement libertaire : tant parce qu'il était le corollaire des attentes de refondation unitaire et de réactivation de la lutte contre le régime franquiste, exprimées par la majorité des militants libertaires, que parce qu'il formait, avec les accords d'alliance syndicale et du Front antifasciste, un tout stratégique cohérent pour sortir de l’immobilisme.

38Pour les jeunes libertaires, cette prise de conscience et cette volonté de leurs ainés de sortir la cnt de l’immobilisme les prédisposa à collaborer de nouveau avec eux ; car ils approuvaient les accords pris par la cnt pour réactiver les tâches conspiratives. Il faut rappeler que, dégoûtés par l'immobilisme des deux autres branches du mle, les jeunes libertaires avaient abandonné la Commission de Défense (cded) du mle et que la fijl n’en faisait plus partie depuis plusieurs années. Rien de plus normal, donc, qu’à l'Assemblée plénière de la fijl, qui eut lieu au mois de septembre, quelques jours après la fin du congrès de la cnt à Limoges, les jeunes libertaires aient décidé de réintégrer la cded, tout en prévenant que la fijl recouvrerait sa liberté d’action « dans le cas où la ligne d'action commune serait transgressée ou sabotée par l’une des autres branches. »

  • 5 Parmi les libertaires arrêtés à Madrid se trouvaient Ismael Rodríguez et Fidel Gorrón.

39Rien de plus « normal » non plus que, réagissant aux accords pris par les libertaires espagnols, la police française ait procédé à l'arrestation d'une dizaine de militants de la Fédération locale de la cnt de Paris pour une subite « vérification d'identité » et à l’interdiction des journaux cnt, Solidarité ouvrière et Espagne libre. Il en allait de même en Espagne, où la police franquiste arrêta5 de nombreux militants libertaires dans plusieurs provinces, désarticulant une fois de plus le Comité national de la cnt et anéantissant les liens organiques qu'il avait établis avec la base confédérale après un long et difficile travail de réorganisation.

40À cause de ces arrestations, plusieurs délégués des Jeunesses de l'intérieur durent rester en France, leurs noms ayant été cités par la police franquiste en liaison avec l'arrestation du Comité national de la cnt. De plus, la chute de ce comité fut un rude coup pour la constitution immédiate de l'organisme conspiratif (di) ; puisque ce comité devait nommer un délégué permanent dans cet organisme.

41En dépit de ces contretemps, les libertaires espagnols ne renoncèrent à leur décision de mener à terme les accords pour relancer la lutte antifranquiste et avancer sur le chemin de leur propre renaissance comme mouvement révolutionnaire.

La création du di et sa mise en route

42En effet, même si les immobilistes ne cessèrent d’alimenter, dans la propre presse confédérale, les craintes et les rancunes contre ceux qui tentaient de sortir le mouvement libertaire de son marasme, des commissions de recouvrement de fonds pour le di et des groupes de défense confédéraux commencèrent à se créer à la fin de l’année 1961 dans la plupart des grandes fédérations locales de l'exil.

43Avec cet objectif et après une série de consultations et de réunions, la cded put se réunir au début de l'année 1962 et nommer enfin les sept camarades qui devaient intégrer et mettre en marche le di. Or, même si les noms des membres du di ne devaient être connus que par les secrétaires des trois branches et le secrétaire de coordination de la cnt, le fait est que leurs noms commencèrent à être divulgués parmi les militants ; car, la situation interne du mouvement étant celle qu’elle était et les désignations étant faites en fonction d’un critère de représentativité militante maximal, ces fuites, pour certains, permettaient de montrer l'unité interne du mouvement et d’accréditer le choix des camarades nommés en fonction d’un critère d’expérience conspirative, même si ce critère, après les vingt et quelques années d'exil, ne servait plus à grand-chose...

44Quoi qu’il en soit, les camarades nommés représentaient bien les tendances les plus importantes du mouvement, de même que, par leur passé révolutionnaire, ils étaient une solide garantie du sérieux des tâches spécifiques que le di devait entreprendre.

  • 6 Au cours d’une réunion de militants et que j’ai reproduit dans le livre El anarquismo español y la (...)

45Le di fut donc composé de sept militants : trois exilés en France (Germinal Esgleas, Vicente Llansola et Cipriano Mera), un en Angleterre (Acracio Ruiz), un au Maroc (Juan Jimeno) et deux au Mexique (Juan García Oliver et moi). La première réunion du di eut lieu au début du mois de mars dans une maison près de Toulouse. À cette réunion assistèrent, en plus des quatre membres de la cded du mle, tous les membres du di, sauf García Oliver, qui, avant que je parte du Mexique, m’avait donné son point de vue par écrit sur la situation de l’opposition à la dictature franquiste et sur la stratégie qui devait guider, selon lui, l'action conspirative du di. J’ai donc lu cette lettre à cette réunion et après quelques interventions et mises au point, ce texte a été adopté à l'unanimité comme analyse stratégique et ligne d’action du di. Voici le résumé que j’en ai fait quelques années plus tard6 :

1° Considérant que, tout en posant un problème de conscience pour certains États démocratiques ou « socialistes », le régime franquiste avait incontestablement réussi à être reconnu internationalement, ce qui écartait toute possibilité de changement par des pressions extérieures,
2° Considérant que le franquisme ne comptait sur aucune base populaire et que le potentiel révolutionnaire de la classe ouvrière s'était manifesté par des mouvements de grèves successives, secondés par une grande partie de la jeunesse,
3° Considérant que l’Église, qui était un des supports du régime, se trouvait dans une position incommode et contradictoire en Espagne après l’ « aggiornamento » du Vatican, et que pour cela l'on pouvait la faire basculer dans une position d'opposition,
4° Considérant que le mle, étant donné sa position révolutionnaire anti-étatiste, ne pouvait compter que sur ses propres forces et sur le concours limité du mouvement anarchiste international,
5° Considérant, finalement, que c'était seulement en radicalisant les protestations populaires et les luttes ouvrières que l'on pouvait mettre le régime en sérieuse difficulté, tant à l'intérieur du pays que sur le plan international, en l'obligeant à montrer plus ouvertement son aspect dictatorial [...],
6° Le di doit servir d’instrument dynamiseur de cette radicalisation et, parallèlement, il doit organiser une solidarité active pour répondre aux excès répressifs du régime franquiste.
7° Sa mission doit donc être de faire du “problème espagnol” un problème de permanente actualité dont les répercussions internationales obligeront de nombreux pays à prendre parti et à chercher une autre solution que celle du statu quo, qui n’est favorable qu’à la poursuite de la Dictature. Elle doit aussi servir à renforcer l’influence libertaire et celle de toutes les courants révolutionnaires non alignés à la politique de Moscou.

  • 7 Cette collecte avait commencé dès la fin du congrès et s’était fixé pour but d’atteindre un montant (...)
  • 8 Sur un total espéré de dix millions d’anciens francs, la collecte n’avait permis de réunir qu’un pe (...)

46À quelques considérations près, tant sur la situation en Espagne que sur les actions à réaliser, tous les assistants à cette réunion semblaient d’accord pour réactualiser le « problème espagnol » au travers d’actions symboliques et pour organiser une « solidarité active » afin de « répondre aux excès répressifs » du franquisme. Une « solidarité active » qui ne devait pas oublier que le premier responsable de la répression était Franco et que sa disparition était donc une condition préalable à toute possibilité de changement politique en Espagne. Mais, après que Santamaría nous eut informé du résultat de la campagne de collecte de fonds7 pour l’action du di, nous, les membres du di, dûmes prendre conscience que nous ne disposerions pas des moyens que les actions à mener exigeaient, et que, le mle ne semblant pas encore en condition de nous les offrir8, il faudrait commencer avec les « moyens de bord ».

47À cette réunion, il fut décidé aussi de nous retrouver, quelques jours plus tard, les six membres du di avec Carballeira, secrétaire de coordination de la cnt et aussi de la cded, afin de commencer à structurer le di en différentes sections, en fonction de l’exposé stratégique approuvé, et aussi pour nous répartir les tâches à réaliser.

  • 9 En effet, dès ma nomination, je m’étais proposé et arrangé pour être totalement disponible pendant (...)

48Le résultat de cette nouvelle réunion fut le suivant : Germinal Esgleas se proposa de prendre en charge la section « propagande », Vicente Llansola, la préparation de l’attentat contre Franco, Cipriano Mera et moi-même, la constitution de groupes pour mener des actions symboliques contre le régime franquiste en Espagne et à l’extérieur. Juan Jimeno et Acracio Ruiz devaient nous aider à cette tâche et Juan García Oliver nous rejoindrait quand les circonstances le permettraient. De plus, comme j’étais l’unique des membres du di qui pouvait se déplacer à tout moment9, on m’a chargé d’assurer la coordination entre les différentes sections du di.

Le di et la réactualisation de l’activisme anarchiste

  • 10 Cette réunion eut lieu à Porto.
  • 11 Cet entretien avait été arrangé par un avocat espagnol réfugié au Maroc qui était en rapport avec J (...)

49En principe, tout semblait aller par le mieux entre nous… Même, fin avril, la cded m’envoya, en « mission déléguée », au Portugal et au Maroc, où j’ai voyagé avec des faux papiers… Au Portugal, pour établir des contacts avec des membres10 de l’opposition à Salazar liés au général Delgado, et au Maroc, pour avoir un « entretien »11 avec un des conseillers d’Hassan II, au moment où ce pays revendiquait les enclaves de Ceuta et Melilla et qu’en Espagne les travailleurs faisaient preuve – une fois de plus – d'une combativité exemplaire, face aux forces répressives de la dictature, et que les représentants des forces de la bourgeoisie libérale commençaient à établir des contacts avec l’opposition modérée en l’exil…

  • 12 Avec les opposants portugais, nous avions décidé de revendiquer nos actions communes au nom d’un Co (...)

50De retour de ce voyage, après avoir informé la cded des résultats obtenus12, je suis allé à Paris pour rencontrer Mera et García Oliver, qui venait d’arriver du Mexique, ainsi que les camarades chargés de la préparation des groupes d’action, pour faire le point tant sur la préparation des actions symboliques contre le régime franquiste que sur l’attentat contre Franco à San Sebastián.

51Les actions symboliques commencèrent le 5 juin 1962 à Madrid, deux jours avant que commence à Munich le ive Congrès du Mouvement Européen, au cours duquel se produisit la rencontre de l’opposition modérée de l’intérieur et celle de l’exil. Une rencontre où les monarchistes libéraux, les républicains, les démocrates-chrétiens, les sociaux-démocrates et les nationalistes basques et catalans mirent en scène une parodie de « réconciliation nationale ». Il s’agissait de « garantir la paix civile des Espagnols par un accord de coexistence » avec les forces de droite – qui, jusqu’alors, avaient soutenu le régime franquiste – afin que

cette évolution se produise en accord avec les normes de la prudence politique, avec le rythme le plus rapide que les circonstances permettraient, avec sincérité de la part de tous et avec le compromis de renoncer à toute violence active ou passive avant, durant et après le processus évolutif.

52En condamnant la violence, les congressistes de Munich pensaient assurément aux libertaires ; car, ils n’ignoraient pas que la cnt, en plus d’avoir approuvé sa participation à l'Alliance syndicale, avait aussi approuvé des accords de lutte armée pour combattre la dictature franquiste, et que le di, qui était déjà constitué, avait commencé ses actions quelques jours auparavant.

53En fait, le régime franquiste, qui qualifia cette rencontre de « contubernio », ne fit aucune ouverture dans le sens de la « réconciliation nationale ». Au contraire, en plus de déporter quelques-uns des « délégués » à leur retour en Espagne, le Régime intensifia la répression initiée avec l’État d’exception instauré depuis le 5 mai dans les provinces d’Asturies, Biscaye et Guipuzcoa. Ainsi, le 10 juin furent arrêtées de nombreux militants du flp dans plusieurs villes, accusés des explosions produites à Madrid les jours précédents, et quelques jours plus tard fut arrêté un groupe de communistes dans la province de Biscaye, parmi lesquels se trouvait Ramon Ormozábal, membre du Comité central du Parti Communiste d’Espagne.

  • 13 Pour plus d’informations sur ces actions, voir le livre déjà cité.
  • 14 Nous avons dû prendre décision, García Oliver, Mera et moi, à cause du retard sur l’arrivée prévue (...)

54Le di continua donc les actions symboliques préparées13 et le 19 août prit la décision14 de faire exploser les 20 kilos de plastic, qu’un de ses groupes avait enterré au bord de la route qui va du port de San Sebastián au Palais d’Ayete, où Franco devait séjourner… Or, même si cette action ne put atteindre son principal objectif, elle confirmait la réactualisation de l’activisme anarchiste, lequel avait repris – à la surprise générale – la place d'avant-garde qu'il avait toujours occupée, dans la lutte contre la dictature fasciste de Franco.

55Le fait est qu’à la Réunion Plénière de la cnt en exil, qui se tint à Toulouse le 25 août dans une ambiance de relative euphorie, furent ratifiés les accords de lutte active contre le franquisme et Boticario fut nommé pour remplacer à Carballeira au poste de secrétaire de coordination de la cnt. Ce qui signifiait qu’à partir de là le di pourrait compter avec les moyens que Carballeira, suivant les consignes des immobilistes, lui refusait...

  • 15 Ces arrestations eurent lieu à Madrid, Barcelone, Saragosse, Valladolid et autres villes espagnoles
  • 16 Afin de leur attribuer faussement la perpétration des actions, car le di menait leur action exclusi (...)
  • 17 Même le cardinal Montini se vit obligé d’intervenir en faveur du jeune libertaire catalan Jordi Con (...)

56À la suite de l’action de San Sebastián, qui montra la disposition du di d’aller au-delà des actions symboliques, et du résultat de la Réunion Plénière de la cnt, le régime franquiste réagit par l’arrestation, au cours du mois d’octobre, de nombreux jeunes libertaires15 dans plusieurs villes espagnoles. Leurs détentions montrèrent la brutale détermination du Régime à recourir aux moyens les plus fourbes16 pour empêcher la poursuite des actions entreprises par le di, par crainte, non seulement de la réactualisation de l’activisme anarchiste mais aussi de la radicalisation des mouvements grévistes dans un contexte d’agitation sociale qui menaçait de devenir explosive. Rappelons qu’à la suite de ces arrestations et pour apporter une solidarité active aux jeunes libertaires arrêtés, le vice-consul espagnol à Milan fut séquestré. Cette action souleva une vague indignation17 au sein de la communauté internationale contre le régime franquiste et cette vague s’amplifia encore plus avec l’arrestation à Madrid de Julian Grimau, le 8 novembre 1963.

  • 18 Début décembre 1963, le di réalisa des actions simultanées dans plusieurs villes espagnoles ainsi q (...)
  • 19 Les exécutions du communiste Julián Grimau, puis des libertaires Francisco Granado et Joaquín Delga (...)
  • 20 Non seulement répressives contre les activistes mais aussi politiques en faveur des immobilistes.

57C’est dans ce contexte que l’Espagne franquiste et la France gaullienne décidèrent l’activation de « l’axe » policier Paris-Madrid, notamment contre le di qui poursuivait ses actions18, Dès lors, en plus de la répression franquiste qui continuait à s’exercer tous azimuts19, vont se produire une série d’interventions20 de diverses natures mais avec des intérêts objectivement convergentes, tant pour mettre fin au di que pour maintenir le statu quo politique et social en Espagne et éviter que la radicalisation révolutionnaire de la jeunesse d’Espagne puisse se propager à la jeunesse d’Europe…

  • 21 Les accusant d’« association de malfaiteurs », accusation qui sera levée quelques mois plus tard.
  • 22 Outre le fait qu’aucun immobiliste ne fut inquiété, le gouvernement français autorisa que le congrè (...)

58De ces « interventions », celle qui sera la plus efficace pour mettre fin au di et placer définitivement hors jeu le mle, fut « l’axe répressif Madrid/Paris », qui avait été officiellement formalisé lors de la visite en Espagne du ministre de l’Intérieur français, Roger Frey, à la fin du mois de janvier 1963. Car, cette collaboration policière se traduisit, à peine quelques semaines après l’exécution à Madrid de Francisco Granado et Joaquín Delgado, par une razzia contre la fijl en France. Cette razzia se solda le 11 septembre par l’arrestation21 de plusieurs dizaines de jeunes libertaires et des cénétistes Cipriano Mera et José Pascual. Le corollaire de cette action répressive fut, non sans arrières pensées, l’autorisation des autorités françaises de convoquer le mois suivant à Toulouse22 un congrès de la cnt, dans le seul but de voir les immobilistes revenir aux postes de direction et refermer la parenthèse activiste de cette organisation.

La fin du di et le mle à nouveau divisé et hors jeu

  • 23 En effet, Esgleas, ayant fait venir au congrès de nombreuses délégations ne représentant que quelqu (...)

59Ces deux interventions des autorités françaises furent donc décisives pour que le si de la cnt passe aux mains des immobilistes23 et que le di ne puisse plus continuer son action, malgré l’approbation par le congrès de la gestion du di et la ratification de sa continuation.

  • 24 Le prétexte étant qu’ils rendraient des comptes lors d’un prochain congrès.

60En effet, dans ce contexte d’hostilité des immobilistes au di, les nominations d’Esgleas et Llansola au si bloquèrent définitivement l’aide de la cnt à l’organisme conspiratif, même si les accords du dernier congrès les obligeaient à assurer la continuité de cet organisme. C’est pourquoi la fijl exigea une réunion de la cded afin de traiter la question de la démission d’Esgleas et Llansola du di et de l’incompatibilité entre leurs nominations au si et les accords de ce congrès. Naturellement, ils se refusaient à la tenue d’une telle réunion24.

  • 25 Même si beaucoup d’entre eux furent laissés en liberté rapidement, les plus connus restèrent en pri (...)
  • 26 Son nom figurant dans la liste de jeunes libertaires à arrêter établie par les Renseignements Génér (...)
  • 27 Arrêtés au mois d’avril, les jeunes français Alain Pecunia, Guy Batoux et Bernard Ferry furent juge (...)

61En attendant la réunion de la cded et à cause des complications crées par les arrestations de jeunes libertaires25, j’ai été obligé de me consacrer avec Mera à la restructuration du di en même temps que la fijl se restructurait dans une nouvelle clandestinité, tant en France qu’en Belgique ; car le jeune libertaire Francisco Abarca fut arrêté26 le 11 octobre à Bruxelles, où il s’était exilé après la razzia de la police française. Dès lors et ne pouvant plus compter sur la cnt pour faire face à cette situation, j’ai dû – avec l’aide d’un certain nombre de militants de la cnt et de la fijl – m’occuper également de la défense juridique de nos camarades emprisonnés en France et en Belgique, et collaborer à l’organisation – dans ces deux pays – de campagnes de solidarité lancées en leur faveur, ainsi qu’en faveur de nos camarades arrêtés en Espagne27.

  • 28 Dès le début des arrestations, cette Commission entra en fonction et dut faire face aux problèmes l (...)

62Dans de telles conditions, le di dut se résigner à attendre que la Commission de relations « provisoire »28 de la fijl soit en mesure de convoquer une réunion plénière « extraordinaire » pour fixer sa position définitive face à l’attitude irresponsable des deux membres du nouveau si (démissionnaires du di), leurs nominations étant incompatibles avec les accords du dernier congrès de la cnt célébré à Toulouse.

  • 29 À cause des arrestations, la cded ne s’était pas réuni pour entériner les changements dans le si.

63La réunion plénière « extraordinaire » de la fijl eut lieu au début du mois de décembre 1963 et chargea la nouvelle Commission des relations d’exiger une réunion urgente de la cded, toujours en place29, afin de résoudre le problème de l’incompatibilité qui l’empêchait, ainsi que le di, de continuer à appliquer les accords de lutte en vigueur dans les trois « branches » du mle. La fijl exigeait aussi que cette réunion se fasse en présence des deux démissionnaires du di et des membres du di non démissionnaires qui en avaient assuré jusqu’alors son fonctionnement.

  • 30 Ce congrès devait normalement avoir lieu au cours du deuxième semestre de 1964.

64Le fait est que non seulement Esgleas et Llansola s’y refusèrent mais que même Santamaría préféra, finalement, laisser la solution de ce grave problème à un prochain congrès30 de la cnt. Dès lors et bien que la fijl continuât d’exiger cette réunion de la cded, le di dut se résigner à attendre la tenue de ce congrès et son action resta en suspens.

  • 31 Esgleas avait conseillé à ses fidèles de se retirer des ffll de grande taille et de constituer plus (...)

65Ce congrès, qui devait se tenir au plus tard fin 1964, ne fut convoqué par le si que pour la fin du mois de juillet 1965, presque deux ans après celui de Toulouse, et seulement quand Esgleas, après avoir réussi à envenimer à nouveau les rapports entre les militants libertaires, fut certain de disposer d’une majorité de délégations qui lui étaient toutes dévouées31, tant pour lui permettre de garder la haute main sur la cnt et les postes rémunérés de cette organisation que pour mettre fin définitivement au di et aux accords de lutte armée contre le franquisme.

  • 32 Provoqués intentionnellement par les immobilistes afin de justifier la division de l’Organisation e (...)

66Ce fut donc à ce congrès, qui commença le 31 juillet 1965 à Montpellier et s’acheva quelques jours après dans un climat de menaces et d’affrontements violents32, que les immobilistes purent enfin enterrer officiellement (organiquement) le di et s’approprier les organes de direction de la cnt, en la réduisant aux petits cercles des fidèles à l’immobilisme, après en avoir exclu tous les infidèles.

67Devant ces procédés et cette issue catastrophique, convaincue de l’inutilité de chercher à mobiliser la gérontocratie libertaire exilée contre le franquisme, la fijl abandonna la cded et décida continuer la lutte contre le régime franquiste, seule en tant qu’organisation libertaire – bien qu’avec l’appui de tous les vrais « dissidents » de l’immobilisme libertaire.

68C’est une autre étape de la lutte contre le franquisme qui commença alors ; mais, avec cet « enterrement » du di, il faudra attendre encore dix ans pour qu’avec la mort de Franco – dans son lit – puisse commencer la transition (les transactions, plutôt) de la Dictature à la Démocratie, que le Dictateur avait préparée pour que la Démocratie arrive sans rupture institutionnelle avec la Dictature, « atada y bien atada » (« ficelée et bien ficelée »), selon ses propres mots.

Conclusions

69Plus on examine les oppositions à l'unité et le maintien de l’immobilisme dans les milieux libertaires espagnols, plus on a la conviction qu’il y avait beaucoup d’intérêts à l’œuvre pour empêcher la cnt et l'anarchisme de se redresser et permettre au régime franquiste de continuer...

70Ce n’est donc pas illogique de penser que l’immobilisme de l'anti-franquisme a été sciemment désiré et manipulé par ces « intérêts » afin de ne pas gêner l'équilibre mondial imposé par les grandes puissances : c’est plus que logique, c’est évident ! De même qu’il est logique de penser que l’intégration des exilées, aux environnements socio-culturels des pays où la diaspora antifranquiste les avait conduits, poussés à un certain immobilisme...

71Par contre, ce qui n’était ni logique ni acceptable, c’était l’opposition aux tentatives de réactivation de la lutte antifranquiste par ceux qui se prétendaient « révolutionnaires » ; leur sabotage étant une incohérence avec ce qu’ils prétendaient être idéologiquement, et, humainement, une absence d’éthique. Il faut donc s’interroger sur le pourquoi de cette contradiction et de cet ignoble comportement.

72C’est vrai que les polices européennes se mobilisèrent aussi contre la subversion révolutionnaire anarchiste et que cette solidarité répressive avec la police franquiste mettait en relief la crainte des autres États européens de voir la lutte contre le fascisme en Espagne provoquer une contagion révolutionnaire au reste de l'Europe. Car, la conjonction des mouvements de grève avec l'action violente antifranquiste avait créé une émulation révolutionnaire qui commençait à devenir explosive en Espagne. Et cette émulation, non seulement se manifestait dans les déclarations et les programmes de lutte des organisations comme le flp et l'eta mais aussi par la politisation et la radicalisation des mouvements grévistes.

73C’était donc ce péril qui avait réveillé et mis de nouveau en mouvement des hommes comme Gil Roblès et tous ceux qui, comme lui, craignaient et ne voulaient pas voir l’ordre bourgeois menacé de nouveau en Espagne, tous ceux qui, par leur attitude passive face au régime franquiste, lui permettaient de perpétrer impunément ses crimes et de se perpétuer.

74Les sentences et les assassinats à Madrid, les arrestations de libertaires en France, les pressions et les ingérences pour obliger le Mouvement libertaire à paralyser ses actions subversives, ne furent que des aspects différents d'une seule intention : maintenir le statu quo en Espagne, en Europe et dans le monde. Comme en 1945, par peur de la révolution, le monde dit démocratique préféra l'Espagne fasciste à l'Espagne antifasciste. C’est pourquoi, l'ordre totalitaire de Franco eut – jusqu’à la fin – son soutien et ces prétendus « démocrates » préférèrent sacrifier les aspirations démocratiques du peuple espagnol, craignant que, dans sa lutte pour reconquérir la liberté, ce peuple soit tenté d'aller de nouveau trop loin...

  • 33 Jordi Conill étant passé au pce en prison, les communistes donnèrent une énorme publicité à une let (...)

75C'est donc dans ce contexte historique que les efforts du pce, pour contrecarrer33 l'influence croissante de l'activisme anarchiste parmi la jeunesse espagnole la plus révoltée, prennent toute sa signification et que l’on doit s’interroger sur l’étrange affinité entre les gérontocrates esgleistes et les communistes du pce dans cet objectif.

76À propos de la fin du di et de ce que cette fin signifia pour le mle, García Oliver écrit, dans son livre de mémoires El eco de los pasos, publié en 1978, ce qui suit :

Le di, qui avait su rassembler de vieux militants révolutionnaires avec les jeunes de la fijl, réalisa une action de six mois […] Car, en tout, et pour tout, l’action du di, le bras armé de l’Organisation, ne dura que six mois. Il aurait fallu, au moins, une année de plus pour pouvoir finir l’œuvre entreprise, qui n’était autre que de mettre fin à la dictature en Espagne. Malheureusement, c’était une lutte qui exigeait des d’abondants moyens économiques. Nous, les libertaires, toujours riches en lutteurs, toujours pauvres en moyens économiques, il nous a fallu suspendre la lutte de libération d’Espagne. Néanmoins, ce fut l’unique fois qu’une Organisation espagnole, avant l’ETA, entreprit une lutte collective contre le franquisme […] On avait fait l’unité, le di avait été créé, on avait commencé à lutter et au moment où on devait accomplir le dépassement logique de cette première étape d’essai, tout prit fin ; même l’unité, parce qu’une fois de plus apparurent les dissensions, les divergences et les incompatibilités.

77Pour ma part, en tant que protagoniste de cette lutte « collective contre le franquisme » et témoin lucide de l’histoire qui accoucha, depuis, de l’Espagne d’aujourd’hui, je me sens dans le devoir de préciser ici que l’affrontement des jeunes avec les immobilistes ne fut pas un conflit générationnel mais un vrai conflit de valeurs, fruit de deux conceptions antagonistes de l’éthique libertaire et du militantisme révolutionnaire. Rien à avoir avec l’âge… Car, Juan García Oliver et Cipriano Mera, de même que Juan Jimeno et Acracio Ruiz, qui étaient plus âgés que nous, se comportèrent, pendant ses six mois, de façon parfaitement égalitaire avec nous, les jeunes, sans la moindre prétention de « transmission générationnelle ». Et cela non seulement parce qu’ils étaient pleinement conscients de l’importance de l’appui moral qu’ils nous apportaient et de la nécessité de nous laisser l’initiative de l’action, mais aussi parce qu’ils étaient des militants libertaires cohérents : un comportement lucide, objectif et libertaire, aux antipodes des comportements d’Esgleas, Llansola et autres immobilistes, uniquement intéressés à maintenir et contrôler le fonctionnement bureaucratique de la cnt exilée.

  • 34 À ce propos, je dois témoigner ici du courageux et lucide engagement dont firent preuve tant de jeu (...)

78C’est pourquoi je crois que les historiens, qui vont s’occuper d’étudier ce que firent les libertaires espagnols dans l’exil, doivent aller, dans leurs approches, au-delà des discours et prendre en compte les comportements et les actes, afin de ne pas se faire piéger par les mots et les apparences et bien distinguer entre l’authenticité de l’engagement34 des uns et la démagogie des autres. Car, le métier des historiens doit répondre au souci permanent de vérité et d’objectivité.

Haut de page

Notes

1 Les cinq postes du si, plus celui de directeur du journal cnt, étaient rétribués à hauteur du salaire minimun professionnel, avec tous les droits de la Sécurité Sociale, de la retraite, etc.

2 Extrait d’un texte du flp : « Nous considérons qu'il existe en Espagne une situation objectivement révolutionnaire et que les partis classiques ne veulent ou ne peuvent l'utiliser. Notre mission est de prendre la relève et de fixer dès aujourd'hui notre but, depuis la clandestinité imposée par le franquisme : la révolution socialiste. »

3 Ces camarades étaient R. Santamaria, J. Pintado y J. Olaya. 

4 Cette délégation était composée par Ismael Rodríguez et Fidel Gorrón.

5 Parmi les libertaires arrêtés à Madrid se trouvaient Ismael Rodríguez et Fidel Gorrón.

6 Au cours d’une réunion de militants et que j’ai reproduit dans le livre El anarquismo español y la acción revolucionaria, 1961-1974, Paris, Ruedo Ibérico, 1975.

7 Cette collecte avait commencé dès la fin du congrès et s’était fixé pour but d’atteindre un montant de dix millions d’anciens francs.

8 Sur un total espéré de dix millions d’anciens francs, la collecte n’avait permis de réunir qu’un peu plus du tiers.

9 En effet, dès ma nomination, je m’étais proposé et arrangé pour être totalement disponible pendant un an pour le di.

10 Cette réunion eut lieu à Porto.

11 Cet entretien avait été arrangé par un avocat espagnol réfugié au Maroc qui était en rapport avec Juan Jimeno.

12 Avec les opposants portugais, nous avions décidé de revendiquer nos actions communes au nom d’un Conseil Ibérique de Libération. L’entretien avec le conseiller d’Hassan ii, à Rabat, il se solda par des vagues promesses de permettre aux réfugiés espagnols d’introduire en Espagne la propagande antifranquiste depuis le Maroc.

13 Pour plus d’informations sur ces actions, voir le livre déjà cité.

14 Nous avons dû prendre décision, García Oliver, Mera et moi, à cause du retard sur l’arrivée prévue de Franco et du risque de perdre les 20 kilos de plastic, la pile ne durant que 7 jours.

15 Ces arrestations eurent lieu à Madrid, Barcelone, Saragosse, Valladolid et autres villes espagnoles.

16 Afin de leur attribuer faussement la perpétration des actions, car le di menait leur action exclusivement avec des militants résidant à l’étranger.

17 Même le cardinal Montini se vit obligé d’intervenir en faveur du jeune libertaire catalan Jordi Conill que le franquisme voulait condamner à mort.

18 Début décembre 1963, le di réalisa des actions simultanées dans plusieurs villes espagnoles ainsi qu’à Lisboa, et à Amsterdam, contre le consulat espagnol, et les revendiqua au nom du CIL (Conseil Ibérique de Libération). Elles sont décrites dans le livre cité auparavant.

19 Les exécutions du communiste Julián Grimau, puis des libertaires Francisco Granado et Joaquín Delgado, tous deux « garrottés », à peine quinze jours après leur arrestation.

20 Non seulement répressives contre les activistes mais aussi politiques en faveur des immobilistes.

21 Les accusant d’« association de malfaiteurs », accusation qui sera levée quelques mois plus tard.

22 Outre le fait qu’aucun immobiliste ne fut inquiété, le gouvernement français autorisa que le congrès de la cnt se tienne à Toulouse, où Esgleas pouvait espérer mobiliser plus de « délégations » qui lui soient dévouées.

23 En effet, Esgleas, ayant fait venir au congrès de nombreuses délégations ne représentant que quelques affiliés, réussit à faire gagner sa candidature au si et celle de Llansola, même si l’autre candidature, celle d’Acracio Ruiz, était majoritaire en affiliés.

24 Le prétexte étant qu’ils rendraient des comptes lors d’un prochain congrès.

25 Même si beaucoup d’entre eux furent laissés en liberté rapidement, les plus connus restèrent en prison sans la moindre justification juridique.

26 Son nom figurant dans la liste de jeunes libertaires à arrêter établie par les Renseignements Généraux français.

27 Arrêtés au mois d’avril, les jeunes français Alain Pecunia, Guy Batoux et Bernard Ferry furent juges en octobre par un Conseil de Guerre.

28 Dès le début des arrestations, cette Commission entra en fonction et dut faire face aux problèmes liés à la clandestinité.

29 À cause des arrestations, la cded ne s’était pas réuni pour entériner les changements dans le si.

30 Ce congrès devait normalement avoir lieu au cours du deuxième semestre de 1964.

31 Esgleas avait conseillé à ses fidèles de se retirer des ffll de grande taille et de constituer plusieurs ffll de seulement quelques membres, afin d’avoir un plus grand nombre de délégués et de voix pour « triompher» dans les congrès.

32 Provoqués intentionnellement par les immobilistes afin de justifier la division de l’Organisation et la manière autoritaire de la garder entre leurs mains.

33 Jordi Conill étant passé au pce en prison, les communistes donnèrent une énorme publicité à une lettre qu’il avait adressée « aux jeunes libertaires » pour justifier son nouveau militantisme.

34 À ce propos, je dois témoigner ici du courageux et lucide engagement dont firent preuve tant de jeunes comme de vieux libertaires dans cette lutte « collective contre le franquisme » pendant tout le temps qui dura l’action du di.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Octavio Alberola, « Réflexions et témoignage sur le Mouvement Libertaire Espagnol (mle) des années soixante et l’organisme « Défense Intérieure » (di) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 28 décembre 2017, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccec/6799 ; DOI : 10.4000/ccec.6799

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals