Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations

Le journal satirique El Papus (1973-1987) : expressions de la contre-culture dans la bande dessinée de la Transition espagnole

The Spanish satiric journal El Papus (1973-1987): expressions of counterculture in the Spanish comic of Democratic Transition
El periódico satírico El Papus (1973-1987): expresiones de la contracultura en el cómic de la Transición española
Marine Lopata

Notes de l’auteur

Thèse préparée sous la direction de Madame le Professeur Marie Franco, soutenue le 19 décembre 2017 en l'Université Sorbonne Nouvelle Paris-iii, devant un jury constitué de MM les Professeurs Viviane Alary, Professeur, Université Clermont Auvergne ; Robert Coale, Professeur, Université de Rouen Normandie ; Josep M. Figueres, Profesor titular, Université Autonome de Barcelone ; Marie Franco, Professeur, Université Sorbonne Nouvelle Paris-iii ; Mme Evelyne Ricci, Professeur, Université Sorbonne Nouvelle Paris-iii.

Texte intégral

1Au cours des années soixante et soixante-dix, des mouvements de contestation sociale, politique et culturelle voient le jour dans différents pays occidentaux. Les nombreuses similitudes que présentent ces mouvements, en dépit de leur éloignement géographique, ont conduit certains chercheurs à s’interroger sur la circulation de pratiques et d’idées contre-culturelles.

2La contre-culture émerge en Espagne au début des années soixante-dix sous différentes formes, du mouvement hippie à l’apparition des premiers comics underground, dans le même espace-temps que la création de l’hebdomadaire « satirique et neurasthénique » El Papus, qui voit le jour le 20 octobre 1973. Durant cette période, l’ouverture économique de l’Espagne depuis les années soixante crée un climat favorable à la diffusion de courants de pensées et d’esthétiques en provenance de l’international. L’Espagne de la fin du Franquisme est, en effet, déjà bien insérée dans les réseaux internationaux, culturels et idéologiques. Cette insertion est une clé pour comprendre la richesse culturelle qui émerge avec la Transition démocratique, et plus particulièrement le boom de la presse et de la bande dessinée pour adultes.

3El Papus, périodique à grande diffusion et succès commercial dans les années 1974-1977, est une revue économiquement intégrée et dont la publication hebdomadaire s’est prolongée pendant douze ans, de septembre 1973 à mars 1985 avec un total de 559 numéros. C’est probablement une des raisons pour lesquelles la dimension contre-culturelle de la revue n’a pas été approfondie. Le parti pris dans cette étude est de considérer que la contre-culture ne se manifeste pas uniquement dans sa dimension underground et que des formes d’expression empruntent les circuits de production et de diffusion classiques.

4Il nous semble que El Papus présente une spécificité par rapport à d’autres revues de presse satirique espagnole du milieu des années soixante-dix. La bande dessinée y occupe une place très importante et devient un moyen d’expression de plus en plus prépondérant dans le projet du journal. Elle devient à cette époque un média de contestation et un espace de créativité. Nous avons fait le choix de consacrer notre analyse à l’étude de la partie graphique de la revue en raison de l’immédiateté de réception du dessin, plus séduisant probablement pour un plus grand nombre de lecteurs, et parce qu’elle véhicule un discours homogène avec celui de la partie textuelle, dans le même esprit critique, humoristique et de « mauvais goût ».

5Le premier chapitre expose le cadre conceptuel de la contre-culture. L’inscription du phénomène dans un espace-temps qui coïncide avec la création de El Papus est privilégiée. Nous envisageons la contre-culture comme un mouvement transnational créatif et contestataire qui s’affranchit de l’ordre établi pour proposer une alternative de civilisation, et qui se traduit par une multiplicité de formes artistiques et culturelles. Nous mettons également en évidence le rôle central, au sein de ce mouvement, de la presse parallèle créant un nouvel espace d’expression et devenant un vecteur majeur de diffusion de la contre-culture. Elle constitue un terrain d’observation privilégié pour des études comparatives visant à mettre en lumière les analogies entre les différentes formes de contestation de l’époque. Une nette séparation du politique, du culturel et du social passerait à côté de l’essentiel de ce que représente la contre-culture dont les manifestations irriguent les nouveaux mouvements sociaux, et dont certains acteurs combattent à la fois sur la scène politique et sur la scène culturelle. Nous soulignons également l’importance d’envisager chaque manifestation contre-culturelle dans une perspective à la fois nationale et transnationale. Le dernier aspect examiné dans ce chapitre explorant le cadre conceptuel concerne l’intégration commerciale de la contreculture. Nous retenons une approche qui montre la nécessité de repenser l’articulation entre dimension underground et insertion mainstream.

6Le deuxième chapitre concerne l’émergence de la contre-culture en Espagne. Nous y formulons plusieurs hypothèses permettant de comprendre comment les membres de la rédaction de El Papus peuvent se familiariser avec les idées et les esthétiques contre-culturelles. En premier lieu, nous évoquons le contexte socio-économique propice aux contacts de la population espagnole avec des étrangers, localement par le biais du développement du tourisme en Espagne, et par la fréquence accrue des déplacements des Espagnols vers l’étranger. Le journal étant publié à Barcelone, nous soulignons que la Catalogne et les Baléares sont des destinations alternatives recherchées par les hippies. Nous constatons combien la proximité de Barcelone avec la France facilite les échanges culturels entre ces deux pays. Cela explique en grande partie que les Espagnols puissent, dans un premier temps, découvrir la contre-culture, et notamment la presse contre-culturelle dont nous considérons que Hara-Kiri fait partie. Les connexions de l’Espagne avec les pays anglo-saxons et les Pays-Bas sont également évoquées.

7Une autre voie de diffusion de la contre-culture liée à l’évolution du contexte journalistique en Espagne est envisagée, notamment à la suite de la promulgation d’une nouvelle Loi de Presse en 1966. Nous mettons en avant que les revues Triunfo et Boccacio jouent un rôle de passeur de contre-culture, et signalons, à partir de 1969, la publication d’ouvrages faisant partie du répertoire contre-culturel.

8Le deuxième volet de ce chapitre retrace quelques exemples de premières manifestations d’une contre-culture espagnole. En Espagne, les groupes underground créent le néologisme « el rollo » pour désigner leur propre mouvement alternatif. Nous donnons un aperçu de différentes manifestations contre-culturelles, notamment dans le domaine musical, de la bande dessinée et de la presse, et nous nous attachons principalement à l’émergence de la bande dessinée underground, afin de montrer que ces publications se développent à la même époque que la parution de El Papus. À travers l’exemple de la revue Butifarra!, nous mettons en évidence la porosité du mouvement underground et des différentes formes de dissidence avec les nouveaux mouvements sociaux, et des connexions entre El Papus et certaines de ces manifestations alternatives espagnoles. Il apparaît également un rôle ambivalent de la dictature franquiste qui facilite les ouvertures sur l’extérieur et tolère la diffusion de la contre-culture en Espagne, mais suscite probablement, en parallèle, une forme d’autocensure chez les auteurs pour adoucir les aspects les plus subversifs.

9L’analyse que nous proposons dans la deuxième partie repose sur un double objectif : montrer dans quelle mesure El Papus présente les caractéristiques esthétiques de la contre-culture (transgression, laideur et « mauvais goût »), et mettre en lumière la façon dont les collaborateurs de El Papus s’approprient trois sources d’inspiration esthétique : la revue satirique française Hara-Kiri, le magazine américain Mad, et la bande dessinée underground américaine également. Nous nous intéressons spécifiquement à la partie graphique de la revue, en particulier à la bande dessinée qui prend une nouvelle dimension avec la contre-culture. Le contexte de création de El Papus met en évidence une crise de la presse humoristique et de la bande dessinée au début des années soixante-dix qui se manifeste dans les deux cas par un monopole éditorial appauvrissant. L’influence de la bande dessinée contre-culturelle insuffle un renouvellement aussi bien dans la presse satirique que dans la bande dessinée, et promeut cette dernière au rang non plus d’un produit de sous-culture destiné à divertir la jeunesse, mais à celui d’une production artistique à part entière. La bande dessinée devient « neuvième art ». El Papus est ainsi la première revue satirique espagnole dans laquelle la bande dessinée occupe une place prépondérante.

10Dans le quatrième chapitre, nous proposons une analyse de contenu des bandes dessinées où se marquent les influences stylistiques des dessinateurs de Hara-Kiri, en particulier Reiser, et de Robert Crumb et des dessinateurs ayant ouvert le champ de l’expérimentation graphique dans l’underground américain.

11Le chapitre 5 examine trois registres de contenu : la violence, le sexe et la scatologie au travers desquels nous constatons à nouveau une similarité esthétique avec Hara-Kiri et la bande dessinée underground américaine. L’étude du sexe nous permet de voir les conditions et les contraintes exacerbées par le contexte non démocratique des premières années de publication, qui se traduisent notamment par les démêlées du journal avec la censure. Ce registre est très contributif pour envisager la revue dans une perspective chronologique et évolutive, et saisir les enjeux de ces représentations de la sexualité, qui pour certaines peuvent sembler aujourd’hui banales, et pour d’autres touchent les limites du représentable. Le registre du sexe dans El Papus reflète ce grand écart que fait la société espagnole entre la fin de la dictature et le début des années quatre-vingt.

12Dans l’analyse du chapitre 6 nous examinons comment la transgression des tabous s’opère également par des choix qui privilégient le langage de la rue et la crudité des mots grossiers.

13Nous nous intéressons dans le chapitre suivant au rire de la transgression qui transparait dans la dimension satirique et humoristique de El Papus, et la façon dont la revue, à l’instar de Hara-Kiri, privilégie l’humour noir et la satire politique, créant sa propre esthétique du monstre. La créativité des auteurs se déploie particulièrement dans la parodie inspirée de Mad en faisant exister un rire de dérision, jubilatoire, qui inclut également l’autodérision et recherche la connivence avec le lecteur.

14Le chapitre 8 se penche sur l’analyse des discours. Il montre la proximité de contenu avec les courants critiques de la contre-culture, que nous illustrons particulièrement dans ses liens avec les théories développées par le sociologue Herbert Marcuse. Ce qui nous permet d’avancer l’idée que El Papus est bien un passeur de la contre-culture, et qu’il connecte dans ses trois dimensions, politique, sociale et culturelle, la critique nationale et transnationale.

15Réfléchir sur la contre-culture face à l’objet El Papus nous conduit finalement à considérer un certain nombre de paradoxes concernant les enjeux commerciaux. Le travail d’analyse sur la revue serait inachevé sans prendre en compte la question de l’intégration de la contre-culture au système commercial. Nous considérons que ces revues commercialement insérées représentent un objet privilégié pour l’étude des rapports complexes et ambivalents entre la contre-culture et les structures qu’elle remet en cause. De plus, les manifestations commercialement intégrées conduisent à interroger l’évolution de la contre-culture en deux phases : celle de son rayonnement que l’historiographie associe bien souvent à son développement underground, et celle de son déclin, souvent interprété en lien avec une « récupération » commerciale. El Papus étant commercialement intégré dès sa parution, nous considérons qu’il introduit une complexité dans la question du déclin de la contre-culture. La disparition du journal au milieu des années quatre-vingt nous semble en effet très en lien avec le changement de conjoncture dû au retour de la démocratie en Espagne. L’ambivalence de la revue, publication à la fois commerciale et contre-culturelle, est représentative des contradictions propres aux mouvements de contre-culture qui se déploient dans le monde occidental au cours des années soixante-dix. Nous considérons en effet que El Papus n’est pas un phénomène isolé, mais, bien au contraire, l’expression d’un renouveau culturel qui s’inspire d’influences nationales et transnationales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Lopata, « Le journal satirique El Papus (1973-1987) : expressions de la contre-culture dans la bande dessinée de la Transition espagnole », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccec/6893 ; DOI : 10.4000/ccec.6893

Haut de page

Auteur

Marine Lopata

CREC, Université Sorbonne Nouvelle Paris-iii

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals