Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations

Facettes et histoire de l’essai espagnol (1939-1975) : temporalité et modernité

Aspects & history of Spanish essay (1939-1975): temporality & modernity
Facetas e historia del ensayo español (1939-1975) : temporalidad y modernidad
Ricardo Tejada

Notes de l’auteur

Dossier d'habilitation à diriger des recherches garanti par Madame le Professeur Manuelle Peloille (Université d'Angers), et présenté le 11 décembre 2017 à l'Université d'Angers devant un jury composé de MM. les Professeurs Manuel Aznar Soler (Université Autonome de Barcelone) ; Fernando Copello (Le Mans Université) ; Raphaël Estève (Université Bordeaux Montaigne) ; Manuel Reyes Mate Rupérez (CSIC, Madrid) ; Manuelle Peloille (Université d'Angers) et Dolores Thion Soriano-Mollá (Université de Pau Pays de l'Adour). Ceci est la présentation lue lors de la soutenance.

Texte intégral

1Je vais, dans un premier temps, essayer d’approfondir quelques questions sur la genèse de mon inédit et sur la signification de mes recherches. Dans un deuxième temps, je voudrais exposer plus clairement mes présupposés méthodologiques et la signification humaine, éthique, peut-être, de mon travail. Dans un troisième temps, mon idée, c’est de réviser quelques questions globales sur l’essai, sur l’exil et sur l’essai cultivé par les exilés et l’essai cultivé par les Espagnols habitant dans leur pays. Enfin, dans un quatrième temps, je voudrais soulever quelques aspects laissés de côté par l'inédit.

2J’ai dit dans la synthèse qu’autour de 2008 se produit la jonction entre la thématique de l’essai et celle de l’exil. J’aurais pu, en effet, circonscrire mon travail uniquement à l’essai de l’exil d’autant plus que le nombre d’essayistes non exilés sur lesquels j’ai travaillé est inférieur au nombre d’essayistes exilés. Cela dit, j’ai travaillé sur des auteurs comme Ortega, Ferlosio, Gómez de la Serna, et sur bien d’autres dans le cadre de cours, séminaires ou communications (García Calvo, Aranguren, Savater) qui ont presque toujours habité en Espagne. Je me suis dit que cela aurait été bien dommage de restreindre mon corpus à l’exil puisque le défi était justement de comparer, d’analyser ensemble les deux collectifs. Je voulais me poser la question épistémologique et historiographique de l’unité de l’essai espagnol. Le fait de prendre une de deux branches aurait enlevé toute portée à mes recherches. J’aurais pu aussi me concentrer sur un seul auteur, par exemple sur María Zambrano ou sur Ortega y Gasset, mais j’avais l’impression que cela n’aurait pas été intéressant, intellectuellement parlant. Tout d’abord, ce sont deux auteurs importants autour desquels existe déjà en Espagne une littérature critique assez abondante. J’aurais dû alors trouver un fil conducteur ou une idée absolument originale sur l’auteur. Ce n’était pas le cas. La présence de Zambrano à l’intérieur de l’anthologie d’articles et, certes, importante (5 articles parmi les 18 articles choisis et deux éditions), mais elle n’est pas déterminante. Le risque de travailler sur un seul auteur, c’est de devenir un chercheur aveugle à tout ce qui entoure cette œuvre, ou, pire, un adorateur. En fait, il s'agissait d'interroger l’histoire de l’Espagne, l’exil républicain espagnol et l’essai. Et puis c’est vrai que j’avais envie de faire connaître aux Français tout un champ culturel de l’Espagne qui est absolument méconnu ici, même au sein des hispanistes. Hélas, on constate qu’à chaque fois qu’un grand hispaniste (« civilisationiste ») français publie une synthèse sur le Siècle d’Or il fait référence, assez souvent, aux grands artistes et écrivains de la période. Ce n’est pas le cas quand on parle du xxe siècle. Je pense notamment à un ouvrage important, récemment paru sur le franquisme, en France, mais aussi à l’ensemble de travaux historiographiques sur l’Espagne du siècle dernier. Une grande motivation pour moi était de montrer le rôle primordial de l’essai dans le champ culturel espagnol et de sa portée bien au-delà d’une simple modalité littéraire.

3L’histoire n’est pas uniquement constituée d’actes, d’événements ; elle est tissée aussi d’idées, de problèmes posés, de réflexions et de méditations. Est-ce qu’il est judicieux de penser que le franquisme aurait pu exister sans Maeztu, Donoso Cortés ou Menéndez Pelayo ? Oserions-nous dire que la Seconde République est compréhensible sans l’Institution Libre d’Enseignement et toute la mouvance qui s’en déduit ? Comme on peut le lire dans la synthèse : mon point de départ est la recherche en philosophie, en histoire des idées, mais aussi je suis bien –jusqu’à nouvel ordre, si je puis dire– un véritable « civilisationniste », passionné de l’histoire de son pays. Par ailleurs, il faudrait souligner que pour maints historiens de la philosophie espagnole le sujet « pensée », ou « idées », reste cantonné dans les murs des Facultés de Philosophie. C’est comme si on voulait étudier les animaux à quatre pattes en se concentrant exclusivement sur les mammifères, alors que les reptiles et les amphibies peuvent aussi marcher de cette manière et alors qu’il y a des mammifères qui volent ou qui nagent uniquement. Imaginer qu’on pourrait faire une histoire de la pensée pendant le franquisme à partir des travaux de professeurs de philosophie est, à mes yeux, une chose insensée. Même en France, ni Sartre ni Camus n'ont eu un rapport apaisé avec l’Université ; pourtant leur œuvre est décisive pour comprendre la France des années 1940 et 1950.

4Je voulais également procéder à une cartographie de l’essai, notamment espagnol. Ce genre m’interpellait. Dans mes cours de Master la définition en est extrêmement difficile, lorsque les étudiants n’ont pas beaucoup de repères ni de lectures. Lors d’un cours de Master, je leur avais montré une dizaine de fragments de textes (littéraires, philosophiques, autobiographiques, etc.), dans la plupart des cas, des extraits de la première page et, grâce à des consignes et orientations conceptuelles, ils arrivaient à bien repérer les fragments qu’on pourrait identifier comme étant un essai. Certes, tous les essais ne donnent pas des citations, certes, ni ne font des digressions, etc., mais la convergence de tous ces facteurs leur permettait de ne pas se tromper.

5Mircea Cartarescu, un grand écrivain roumain, mentionnait, hier 10 décembre, à Barcelone, que « la littérature actuelle a dépassé les genres traditionnels ». Elle faisait justement allusion à l’œuvre remarquable de Svetlana Aleksiévitch qui est à mi-chemin entre le journalisme et l’autobiographie, et proche de l’essai. L’essai n’est pas un genre, à certains égards, car il puise dans une source philosophique, même archaïque, bien avant l’existence de la philosophie. C‘est ce que j’appelle l’exercice sapientiel. Il est un genre, à certains égards, puisqu’il est assez bien identifié par rapport au roman et à la poésie. Mais aussi, il est un entre-deux puisqu’il est plus ou moins littéraire et plus ou moins philosophique. Or, en réalité, je voulais rompre avec la logique aristotélicienne ou, bien plus, avec l’arbre de Porphyre et sa logique de genre et espèce. Je voulais cartographier l’essai, bien repérer ses limites par rapport à la rhétorique, à la littérature, à la philosophie, à la science, à la politique et à la religion. Montrer, aussi, son fonctionnement interne, se rouages, et sa signification globale. Bien entendu, c’est par moments une logique fractale, comme le littoral, et parfois il y a des zones de transitions ou des territoires qui se chevauchent, mais l’essai est bien là ! C’est un peu comme les mangroves. Jadis on le considérait comme un territoire chaotique, dangereux et insalubre. De nos jours, ce sont des zones écologiques très riches qu’on protège et qu’on considère essentiels pour l’équilibre des écosystèmes, et surtout qui ont une identité, plurielle, à part. L’essai est incompréhensible sans une expérience en amont, mais, en aval, il est essentiellement une forme d’écriture, même de discours, d’une certaine manière. Il est une sorte d’agencement discursif dans l’interface, dans l’interstice, entre plusieurs savoirs et plusieurs dimensions artistiques, un moteur dont le combustible essentiel serait l’exercice sapientiel de la vie. J’ai dit aussi qu’il était une sorte de monument dématérialisé où les personnages (parfois presque invisibles), le paysage (mental) et la temporalité (non chronologique) esquisserait un monde à part. Enfin, c'est une loupe privilégie de la modernité, de l’histoire, de la vie, de la politique, de la beauté. Toutes ces définitions s’approchent de la vérité, mais jamais ne songerais à les considérer définitives. Cette première partie de l’inédit est un socle important qui donne tout son sens aux parties ultérieures puisque tout le monde aurait pu me reprocher pourquoi j’introduisais dans mon corpus un texte de Gaya ou de García Calvo et pas un texte de critique littéraire ou un cours de Zubiri. Les limites de l’essai sont par moments floues, mais je ne soutiendrais jamais que les études philologiques de Dámaso Alonso ou les articles de Cela font partie de cette entité. L’essai est autonome, mais en même temps il serait capricieux de l’isoler. Je voulais montrer – ce qui apparaît souvent dans mes notes – qu’il a des liens importants avec le cinéma, le documentaire, le roman, la peinture et même la photographie. Je voulais aussi souligner les liens profonds de l’essai espagnol avec l’essai européen, mais aussi les divergences les plus évidentes.

6L’ambition de mon travail consistait aussi à ouvrir un champ d’études, un champ d’études pour mes étudiants futurs. Rester cantonné à Zambrano, cela permet-il de diriger convenablement des thèses de doctorat sur Ayala ou sur d’autres questions concernant les intellectuels de l’exil ou sur les essayistes restés sur place après 1939 ? Je ne crois pas. Il y a un côté offrande ou, mieux, don aux étudiants à venir. Aux doctorants et aux étudiants de Master de planter des espèces différentes, d’en apporter d’autres. Le terrain était en jachère et il y a maintenant déjà quelques semis. Lesquels ? Et bien tout d’abord une manière de poser les problèmes, de souligner l’importance de la problématique de la modernité et de la temporalité dans l’évolution de l’essai espagnol. Une manière aussi d’établir bien clairement quelques périodes puisqu’une partie importante du travail d’un historien est de définir à partir de quel moment tout change ou, seulement, certaines choses changent. Le seuil entre 1961 et 1962 me paraît crucial, en Espagne, aussi bien au niveau de l’histoire de l’essai qu’au niveau des changements produits dans la société, dans l’économie et dans la culture. Cela ne tient pas uniquement ni exactement à un changement de génération, même s’il ne faut pas négliger le fait que la naissance de personnes n’ayant pas vécu la Guerre Civile change beaucoup la donne. En revanche, 1939 et 1976, elles, ne sont pas deux dates qui produisent une transformation en profondeur de l’essai, bien que les conditions de vie et de travail changent considérablement dans la vie des essayistes et bien que la situation politique avant et après soit très ou assez différente.

7Mon intention était de proposer toute une série de concepts permettant de mieux comprendre, de mieux expliquer l’essai espagnol durant cette période, entre 1939 et 1976. J’attache une grande importance au concept de « scène » qui permet d’expliquer un pivot génétique de l’essai, surtout d’un certain type d’essai, celui qu’on considère l’essai lyrique ou méditatif. Je considère qu’une caractéristique singulière de l’essai, notamment dans le processus de lecture, est la façon dont il enveloppe le lecteur, de problèmes, d’idées. La complicité de l’essai avec le scepticisme et la décodification de la grande institution rhétorique occidentale sont aussi deux idées importantes dans mon travail. Je soulignerais aussi l’élargissement de la catégorie de Hartog de « régime d’historicité » en deux grands blocs : l’appréhension et la saisie individuelle du temps et celle qui est collective. Un régime de saisie du temps, médiatisé part l’espace, un régime de temporalité, médiatisé par les affects, un cadre de temporalité historique, organisé par les États, les partis politiques, les institutions, et les bulles d’historicité, diffusées souvent par les événements et se ressemblant dans un régime d’historicité. Si, en plus, l’on interprète la Guerre Civile comme une grande déflagration temporelle, le terrain est bien dégagé pour bien comprendre toute la problématique associée à la temporalité et les projets éthiques et politiques qui sont associés à ces lectures du temps. J’ai montré dans cette troisième partie l’importance de quelques concepts stratégiques, comme « anachronisme », « contretemps », « inactuel », « synchronique », qui sont des couteaux à double tranchant. Parfois, ce sont des idées-force, qui véhiculent un rapport de pouvoir ou un différend profond, philosophique ou politique, parfois ce sont des idées heuristiques qui aident l’essai à explorer des nouveaux territoires du vaste paysage temporel. Quant à la quatrième partie, elle montre jusqu’à quel point c’est inutile de parler uniquement de projets de modernité sans préciser préalablement les patrons de modernité qui servent à l’actualiser d’une certaine manière dans une œuvre et les moules de modernité qui permettent de reproduire certains schémas de pensées, sans oublier les grands cartographes de la modernité qui sont, en Espagne, à mon sens, Unamuno, Ortega y Gasset, et, à certains égards, D’Ors.

8La dimension « trans-moderne » de la plupart des essayistes exilés est aussi une contribution de mon travail. Quel est la part d’exil, d’héritage critique des anti-modernes, et de crise occidentale, suite à la Deuxième Guerre Mondiale, dans cette dimension trans-moderne ? Il est très difficile de l’affirmer. Si la République avait gagné la Guerre, est-ce que tous ces intellectuels favorables à ce régime auraient eu une approche trans-moderne ? En partie, oui, peut-être, mais il est évident que la situation d’exil, d’être à l’écart de l’histoire, de la citoyenneté, des origines, etc, accentue considérablement ces accents trans-modernes qu’on pouvait déceler ici et là chez les essayistes d’avant 1939. Enfin, l’humanisme est un concept d'une importance fondamentale dans la pensée de l’exil et son lien étroit avec le projet de modernité, le plus modéré, de la Seconde République. La perte violente de ce courant humaniste, associé au pacifisme, à la fraternité, aux valeurs universelles, à une vision tolérante de la diversité espagnole, est, à mes yeux, une des clés explicatives et de l’histoire des idées en Espagne et des problèmes récurrents de légitimité de l’État espagnol jusqu’à nos jours. Lorsque j’ai lu le livre de Machado, Juan de Mairena, je ne l’ai pas beaucoup apprécié. J’ai changé d’avis. Je crois qu’il est très riche et qu’il est décisif non seulement pour comprendre la pensée de l’exil, mais aussi pour comprendre certains auteurs de l’intérieur, comme on dit : Fernández-Santos, Goytisolo, Ferlosio et García Calvo. Mais je ne voudrais pas oublier quelques concepts qui sont déjà dans mes articles et que j’ai développés et approfondis dans mon inédit. Je parle de l’idée d’élan utopique, que je découvre pour la première fois chez Ímaz, mais qu’on peut trouver sous d’autres formes chez Joaquín Xirau, chez María Zambrano, chez Larrea, etc. Cette idée est une sorte d’élément chimique qui produit des réactions différentes selon les éléments qu’il rencontre si bien qu’il est aussi intéressant de bien détecter là où l’utopie est affirmée que là où elle est niée ou critiquée. C’est le cas aussi de l’idée de réel, qui est une notion récurrente de l’essai et de la philosophie espagnole et que j’ai exploré dans l’œuvre de Gaya, et partiellement, dans l’œuvre d’Ortega, de Zubiri, de García Calvo, et même chez certains auteurs français actuels, dans d’autres articles. La question de la modernité, elle-même, gravite autour de l’article consacré à Vázquez Montalbán, de l’article portant sur le lien entre Unamuno et Zambrano. La question de l’exil est déjà très présente dès l’article sur Chacel. L’idée de méditation dont le rôle au sein de l’essai a été étudié dans l’inédit avait été traité dans mon article sur Méditations du Quichotte d’Ortega. Les thèses d’Adorno, de Lukács, d’Obaldia et de Salinas sur l’essai sont analysées déjà dans de nombreux articles, avant d’avoir un traitement beaucoup plus fin et nuancé dans la première partie de mon inédit. C’est le cas aussi de la singulière universalité de l’essai en langue espagnole et de son rapport à un moule rhétorique bien précis.

9D’autres idées développées dans les articles, comme l’importance des transferts rhétoriques, par exemple, de la métaphore du naufrage, ou de la pensée baroque dans l’essai espagnol, et hispanique, n’ont pas été suffisamment développées dans l’inédit, probablement parce qu’elles n’ont pas de liens directs avec la question du temps, ou bien parce que certaines thématiques n’ont pas trouvé leur place à l’intérieur de 631 pages de l’inédit.

10Deuxièmement, il convient d'insister sur un pari méthodologique. Je défends sans complexes le pluralisme. Tout d’abord un pluralisme disciplinaire puisque l’essai est analysé par le biais de la critique littéraire, de la philosophie, de l’histoire, essentiellement. Mais aussi pluralisme cela veut dire, tout d’abord, que les voies de la modernité et de l’essai sont plurielles, qu’il y a plusieurs sentiers, qu’il y a des activations et des réactivations, qu’il n’y a jamais une étape finale qu’on pourrait qualifier de « happy end ». L’erreur rétrospective, dénoncée par Bergson, nous dit qu’il ne faut jamais penser que le passé se définit uniquement par ses actualisations aujourd’hui, que rien n’était pas prévu à l’avance. Pour le dire d’une manière plus concrète : il est tout aussi stérile de devenir un iconoclaste de la Transition politique espagnole qu’un adorateur zélé de ses réussites. Ce qui est vrai, c’est que pour de multiples raisons les patrons de modernité de l’exil républicain espagnol ne nourrissent pas directement la sève du processus politique qui mène de la dictature à la monarchie républicaine. Les essayistes, qu’ils soient en exil ou sur place, n’ont pas eu comme objectif final d'œuvrer à la construction du régime politique tel que nous le connaissons actuellement, mais il est évident qu’ils fournissent, surtout les derniers, les bases d’une raison démocratique. Le paradoxe dans tout cela, c’est le fait que l’essai de la Transition politique est plus en décalage par rapport au régime politique que les essais de la période républicaine qui sont plus en consonance.

11Mais le pluralisme méthodologique ici défendu serait insuffisant s’il n’y avait pas un pluralisme ontologique, métaphysique. Je prône l’idée de multiplicité du temps, de multiplicité de saisies du temps, par conséquent. Elle vient de Bergson, mais elle est aussi développée par Deleuze. Mais en histoire, en anthropologie, on a aussi des visions plurielles du temps avec lesquels je m’identifie pleinement. Je pense à l’œuvre de Braudel, de Clastres, de Koselleck et même, à son insu, de Compagnon. Une des affirmations clé est mise en exergue dans l’inédit, au début, avec d’autres citations : « L’expérience sous la pression de laquelle les hommes vivent et agissent demeure structurée dans le temps selon une profondeur variable ». Elle est de Reinhart Koselleck. Mais attention, ce pluralisme n’a rien à voit avoir avec un relativisme parce que, premièrement, il y a toujours des cadres d’historicité plus dominants que d’autres, et deuxièmement, parce que les formes de saisie du temps ne sont pas, chacune, un bloc fermé de certitudes. Elles interagissent constamment. Le danger contre lequel je lutte plus fermement, c’est considérer que, compte tenu d’une bulle d’historicité ou d’un cadre d’historicité, toutes les formes de saisie du temps ou des régimes de temporalité doivent se conformer absolument avec ces bulles ou cadres. Cela ne marche pas comme ça, malgré le fait qu’il y ait parfois, ou même souvent des harmonies entre la dimension individuelle et la dimension collective.

12Mon intention était de mettre à l'épreuve une méthodologie et une conviction philosophique, mais la signification intellectuelle et humaine de tout ce que j’ai fait va bien au-delà. Je voulais aussi sauver de l’oubli ou du mépris quelques auteurs, quelques ouvrages, que je trouve importants à plusieurs titres. Le Quousque tandem… ! d’Oteiza, les Cartas a las nuevas generaciones españolas de José Ramón Arana, El hidalgo y el honor de García Valdecasas, España y Europa de Ferrater Mora, Presencia del hombre de Civera, Una filosofía del instante d’Abad Carretero, etc, sont des livres importants qui trouvent pleinement leur place dans l’histoire de l’essai espagnol pour différentes raisons. Même Nature, histoire et Dieu, de Zubiri, je le situe pleinement dans l’histoire de l’essai (philosophique) et il a une importance considérable. Et je n’oublie pas El sentimiento de la pintura, de Gaya, et La gallina ciega d’Aub, un essai que je qualifierais volontiers de polyphonique, dans le sens de Bakhtine. Tous ces livres ont des qualités indéniables, esthétiques, philosophiques ; parfois elles éclairent des pans entiers de l’histoire des idées, de l’histoire du franquisme ou de l’histoire de l’exil. Je ne me sens pas identifié avec tous ces ouvrages. Parfois, ils sont un peu rebutants, mais j’essaie d’avoir la sérénité d’esprit pour les estimer, historiquement, intellectuellement, à leur juste valeur. Je pense qu’il y a certains auteurs sous-estimés ou carrément oubliés qu’il faut revendiquer, qu’on s’identifie politiquement, philosophiquement, ou non, à leurs orientations : García Bacca, García Calvo, Manuel Granell, Civera, Abad Carretero, Fernández-Santos (que j’ai eu le plaisir de connaître), Imaz, Fuster, Larrea, le premier Ferrater Mora. C’est ma manière à moi de rompre certains canons établis pendant notre système démocratique actuelle. C’est aussi ma manière de sillonner cet espace d’une manière globale, transversale, sans aucune prétention encyclopédique. En revanche, l’érudition je la revendique, bien entendu, si elle est véhiculée par des concepts et des idées fortes.

13Troisièmement, je voudrais ici m’attarder un peu sur la distinction entre l’essai de l’exil et l’essai cultivé par les Espagnols qui ne partent pas en 1939. Je dirais que globalement la tendance est la suivante, en dépit de quelques exceptions : l’essai cultivé par les exilés et plus proche de ce que les anglo-saxons définissent par le terme d’informel essay, il est plus proche de l’expérience, il est parfois lyrique ou méditatif, il a le goût des paradoxes, comme moteurs de l’intrigue, en quelque sorte, et comme révélateurs des paradoxes du temps lui-même, il situe très souvent au milieu ou à la fin une scène révélatrice, ils sont installés dans le contre-temps et ne s’intéressent pas au caractère anachronique des ouvrages écrits en Espagne, ils recherchent fréquemment une présence, un estar rempli de plénitude, ils s’orientent vers des dimensions utopiques, voire post-messianiques ; l’humanisme, comme programme ou comme problème, y est présent ; il est sensible au Machado du Juan de Mairena, à un certain romantisme, il défend des idées ou fédéralistes ou romantiques de l’Espagne. L’exception est, peut-être, l’œuvre de Francisco Ayala (même si j’ai montré l’intérêt de son petit essai « Fiesta escolar », très proche de l’informel essay) et, celle de Ferrater Mora, même si sa première époque n’est pas si éloignée de celle de ses compatriotes au Mexique. Pourquoi ces exceptions ? Peut-être parce qu’ils ne vivent pas d’une manière dramatique leur exil. Peut-être par leur orientation politique, plus modérée. Peut-être parce qu’ils habitent en Argentine et aux Etats-Unis, deux pays moins perméables que le Mexique, surtout le dernier, à tout esprit utopique ou révolutionnaire. Ces explications sont vraisemblables mais pas entièrement satisfaisantes. Ce sont des problèmes qu’il faudrait explorer ultérieurement.

14L’essai cultivé par les Espagnols qui habitent l’Espagne est, en revanche, un essai, plus souvent, plus proche de ce que les spécialistes de l’air anglophone qualifient de formal essay, plus argumentatifs, où la scène est tacite ou moins visible, ils ne s’installent pas dans un contretemps et parfois accusent les essayistes exilés d’habiter l’anachronisme, ils s’intéressent à un présent élargi, évolutif, à partir de la fin des années 1950, ils sont plus « sociologues » en herbe, si je puis dire, enfin, soit ils ne sont pas du tout humanistes, mais catholiques intégristes ou phalangistes, soit, plus tard, ils sont antihumanistes, de par leur défense d’une technocratie ou d’une vision structuraliste. Parfois ils revendiquent un humanisme démocratique, mais plus existentiel et individualiste qu’historique ou collectif.

15Mais ni les formal essays ni les informal essays n’en épuisent la richesse. Ils ne sont pas deux espèces d’un genre puisqu’on a aussi des essais pamphlétaires, des essais épistolaires, des essais proches de l’écriture fragmentaire, des essais difficiles à être classés ou à être situés sur un de ces deux « types », avec toutes les précautions du terme.

16Mais c’est vrai qu’il y a des carrefours importants, des problématiques communes, entre les deux communautés, entre les deux ensembles d’essais : l’historicisme, la figure d’Unamuno et d’Ortega, la question autour de l’Espagne. Certes, à partir des années soixante, ces carrefours disparaissent progressivement et l’on peut entrevoir quelques rapprochements ponctuels : Aranguren et son intérêt pour Zambrano, le courant de jeunes défenseurs de la philosophie analytique et leur revendication de Ferrater Mora, l’intérêt profond de Tomás Segovia pour le structuralisme et le post-structuralisme, ou de Vázquez Montalbán pour certaines manifestations culturelles de l’exil, etc., mais le constat, c’est bel et bien l’existence d’un éloignement réciproque. Les essais tardifs de Chacel, de Zambrano, de Nicol, de García Bacca, des essais hors pair, sont comme des plaques continentales à la dérive qui seront vraiment explorées par les jeunes générations, quelques décennies plus tard.

17Enfin, quatrièmement, j’ai quelques regrets, logiques, parce que la perfection est inatteignable. Je n’ai pas eu le temps ni l’espace d’analyser en détail la question de l’Europe, si importante. Je voulais le faire, mais je me suis rendu compte que le volume aurait augmenté d’une bonne trentaine de pages, voire plus. J’aurais bien voulu travailler plus en détail Nosotros los valencianos, de Fuster, et Vasconia, de Krutwig, deux essais importants pour les nationalismes périphériques « à vocation expansionniste », si je puis dire. J’aurais bien voulu aussi travailler plus en détail l’essai catholique démocratique, notamment celui de El Ciervo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ricardo Tejada, « Facettes et histoire de l’essai espagnol (1939-1975) : temporalité et modernité », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 20 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccec/6899 ; DOI : 10.4000/ccec.6899

Haut de page

Auteur

Ricardo Tejada

3L.AM EA 4335, Le Mans Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals