Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Histoire de la violence et perspectives quantitatives : Cifras Cruentas

Romain Bonnet
Référence(s) :

Eduardo González Calleja, Cifras cruentas: las víctimas mortales de la violencia sociopolítica en la Segunda República española (1931-1936), Grenade, Comares, 2015, 488 p.

Texte intégral

Le livre, son objectif et ses limites

1Dans son ouvrage, Eduardo González Calleja, qui a déjà beaucoup publié sur l’histoire de la violence politique en Espagne, s’intéresse dans une perspective quantitative aux victimes tombées sous la violence socio-politique sous la Deuxième République espagnole dont le bornage est réduit de 1931 à 1936, ainsi que l’indiquent le titre et le sous-titre.

2L’ouvrage de près de cinq cent pages est ponctué de cent tableaux de chiffres. Il s’articule en cinq chapitres organisés selon un plan d’exposition chrono-thématique. Premièrement, un état des lieux de l’historiographie sur la violence politique sous la Deuxième République espagnole. Deuxièmement, une présentation des caractéristiques des victimes pendant cette période. Troisièmement, un retour sur cette violence lors du premier bienio (1931-1933) puis, quatrièmement, lors du second (1933-1936) et, cinquièmement, sous le Front Populaire. Ces chapitres reviennent notamment sur la géographie de la violence ainsi que sur les appartenances professionnelles et politiques des acteurs liés à celle-ci. S’ensuit sur plus d’une centaine de pages, une utile chronologie événementielle de la violence par province. L’ouvrage constitue un bon outil, un catalogue que l’auteur s’est efforcé de composer et d’actualiser aussi rigoureusement que possible.

3« Mon premier objectif a été d’intervenir dans une polémique qui s’installa de manière très intense dès la Seconde République, et qui persiste à se faire sentir dans l’actualité : le nombre, l’identité et les circonstances des morts de la violence d’origine sociale ou politique » expose l’auteur, tout en précisant les limites de cette approche : « aborder d’autres formes de violence réclamerait un cadre théorique plus ample et une méthode d’analyse plus complexe » (p. 2). Car toutes les morts violentes ne furent pas nécessairement répertoriées dans les journaux nationaux et/ou à grands tirages (ABC, La Vanguardia, etc.) systématiquement consultés.

4« Point de départ indispensable pour effectuer d’autres analyses plus ambitieuses » (p. 3), ainsi Eduardo González Calleja transmet-il habilement son travail à l’adresse des jeunes générations dynamiques d’aujourd’hui, de demain. Saluons encore l’effort d’interdisciplinarité dans sa recherche qui a su dépasser les cadres convenus tant nationaux que corporatifs. Charles Tilly est, par exemple, convoqué dès la première ligne de la première page par l’auteur qui annonce étudier « les événements violents comme ‘épisodes politiques’ (political events) », reprenant ainsi le vocabulaire anglophone de ce que l’on nomme la sociologie des mouvements sociaux. « La quantification est seulement le premier pas » précise encore l’auteur, qui, sans se départir du catalogue annoncé, de son point de vue surplombant, constate forcément que « les sources ne sont jamais neutres » (p. 5). Plutôt que d’ « élaborer de grandes hypothèses » pouvant mener à des « conclusions marquantes », ce travail s’en tient ouvertement à la « réalisation d’une analyse quantitative » (p. 6).

Perspectives historiographiques et méthodologiques sur la violence (deux premiers chapitres)

5On l’oublie trop souvent, mais la violence constitue, ainsi que le démontre premier chapitre, la « base légitimatrice du franquisme » (p. 20). Et la violence de cette idéologie nationaliste précède le régime que dans une certaine mesure elle allait perpétuer. L’auteur signale donc les persistances des confusions entre « équidistance », « impartialité » et « objectivité » (p. 29), savamment entretenues dans une perspective déshistoricisante. « Négationismes, révisionismes et autres débats polémiques actuels » (p. 43) ont partie liée avec la nature de ces biais du franquisme et de sa durée. Les développements que l’auteur consacre (pp. 43-55) à l’actualité de cette idéologie invitent à analyser ces révisionnismes, particulièrement en fin de XXe siècle, dans une approche historique comparée dans la dimension européenne. Car tous (en Espagne, en Italie, en France, en Allemagne) renvoient, en effet, à la violence et à l’entre-deux-guerres. L’auteur conclut justement ce premier chapitre en rappelant que la Deuxième République doit être « évaluée et comprise dans l’ensemble des succès et erreurs de son projet réformiste » (p. 55). Là encore, l’historien concrètement soucieux de cet ensemble cherchera à le situer dans son contexte européen de l’entre-deux-guerres. Il observera, à partir de la violence, les points de contigüité entre les dimensions réformistes et révolutionnaires, ainsi que leurs pendants opposés.

6Le premier point du second chapitre, « Les chiffres généraux de la violence létale en perspective comparée » (pp. 57-82) évoque notamment la recrudescence exponentielle de la violence, en Espagne, en Italie, en Allemagne, au lendemain de la Grande Guerre. De futures comparaisons par cas reconstruisant, par en bas, la réalité sociale de la violence pourraient compléter le point de vue quantitatif du bilan global. Le deuxième point, « La responsabilité des institutions d’État » (pp. 82-92), plus court que le précédent, ajoute d’emblée le surplomb conceptuel (« structure d’opportunité politique » p. 84, etc.) à l’inventaire. Il gagnerait sans doute à approcher davantage des pratiques des acteurs. Car celles-ci participent de la réalité des institutions d’État et de la construction des « structures d’opportunités politiques » (Sidney Tarrow et Charles Tilly). La typologie des actes violents qui s’ensuit, dans le troisième point (pp. 92-106), et que recouvrent des catégories discutables dans leurs conceptions et frontières (« altercation spontanée et non organisée », « attentats et représailles d’origine politique », « attentats et représailles d’origine sociale et professionnelle, etc., p. 95), pourrait en être relationnellement complétée. Le quatrième point, « La géographie de la violence » (pp. 106-), insiste sur la répartition de la violence à parité entre les villes et les villages (p. 107), tout en notant l’importance du « conflit agraire » (p. 108) en Espagne. Le cinquième point, « Victimes et bourreaux : affectation politique et professionnelle » (pp. 112-121) révèle que plus de 95 % des morts furent des hommes (p. 112), la plupart considérés comme liés à des institutions de gauche et victimes de la violence organisée et légitimée de l’État (p. 115).

7Le sixième et dernier point, « L’évolution chronologique : les grands événements violents » (pp. 122-126), le plus bref de ce second chapitre fondamental et synthèse du développement par périodes, en est peut-être le moins convaincant. Du moins est-il celui qui le plus appelle à des développements futurs. L’auteur semble du reste le pressentir, lorsqu’il évoque, quelques pages plus haut : « on peut conclure qu’il y eut plusieurs modèles de révolutions qui se déplacèrent dans la rue dans une dynamique violente qui dépassa les frontières traditionnelles gauche-droite », et de nuancer, en soulignant l’importante existence d’un front et en évoquant « presque un unique dessein contre-révolutionnaire » (p. 116). Là encore, une violence politique si massive appelle des études de cas, à même d'en reconstruire empiriquement la dynamique et les différentes échelles, en Espagne comme en Europe. Dans ce même sens, des formules comme « dans une société en crise comme la société espagnole des années trente » (p. 122) gagneraient sans doute à s’élargir, dans le temps et dans l’espace. « Dans une société en crise comme la société européenne de l’entre-deux-guerres » en dirait peut-être davantage encore sur le cas espagnol ainsi mis en perspective, notamment grâce aux écrits de Hobsbawm et Traverso.

La violence dans les deux bienio et sous le Front Populaire (trois derniers chapitres)

8C’est toujours dans cette perspective européenne que pourrait être utilement approfondi le point fondamental du troisième chapitre consacré au premier bienio (1931-1933). En effet, en lien direct avec la violence est relevée « la prédominance du milieu rural » (p. 137) ainsi que le fait que « les incidents dans les petits villages eurent à voir avec les conflits du travail » (p. 141). Séville, Cadiz, Grenade, Tolède, ces provinces méridionales (à l’échelle de l’Europe) ou centro-méridionales (à l’échelle de l’Espagne) furent parmi les plus violentes de ces années (p. 141). Or, toutes étaient traversées par la prédominance de la concentration de la grande propriété agraire, par le caciquisme, qui marquait non seulement l’Espagne mais également, dans une assez large mesure les États d’Europe qui avaient conservé leurs structures de propriétés agraires sans réformes redistributives. « Seule une minorité des affrontements mortels [...] eut à voir directement avec le contrôle de la propriété » affirme cependant l’auteur, qui présente « l’application de la législation sociale du travail républicaine » dont « les maires se convertirent en têtes visibles » etc. (p. 137). Tel est certes ce que l’historiographie locale et/ou nationale a jusqu’alors dit et redit, conformément à sa perspective dominante et souvent par en haut1.

9Le quatrième chapitre revient sur le deuxième bienio (1933-1936), sur « la deuxième phase de l’histoire de la République » et « sans aucun doute la plus conflictuelle » (p. 175), celle qui coïncide avec la prise de pouvoir des « gouvernements de centre droit » (p. 176). « La garde civile recommença à fonctionner comme elle le faisait avant la proclamation de la Deuxième République, c’est-à-dire un corps militarisé remplissant des fonctions en grande autonomie vis-à-vis du pouvoir civil » (p. 177). 1934 apparaît comme l’année la plus violente de la République, avec « ce qu’il faudrait définir comme le trou noir des événements d’Asturies d’octobre 1934 », que « seule une recherche systématique dans les archives de la justice militaire pourrait aider à démêler » (p. 176), pour compléter cette perspective, indispensable à comprendre la « prédominance absolue de la région des Asturies » dans « la géographie de la violence » (p. 188). Mobiliser une recherche « systématique », par exemple à partir d’une singularité événementielle et/ou archivistique, conformément aux avancées permises par la pensée par cas, serait peut-être probant à un développement.

10Le cinquième et dernier chapitre revient sur la dernière phase de la légalité républicaine, avant que les forces nationalistes qui avaient déjà propagé la violence à échelle industrielle ne lui donnent ouvertement l’assaut, en plongeant l’Espagne dans la guerre civile. L’auteur évoque une « détérioration imparable de l’ordre public » au printemps 1936, à travers une violence étant au moins autant symbolique que physique, puisque cette dernière fut savamment instrumentalisée par les nationalistes en un « argument pour remettre en question [...] la légitimité du régime » (p. 261). On pourrait ajouter qu'une partie de l'historiographie a repris ces thèses, comme dans le cas de Stanley Payne. Les discours d’ « extrême-droite » de José Calvo Sotelo ou de José María Gil Roblès se gonflèrent de leurs chiffres biaisés à des fins idéologiques, mettant à profit l’institution parlementaire comme une lourde caisse de résonnance au sein de l’État (p. 263, 266, 267). La presse britannique se fit l’écho de la violence de ces discours tendancieux (p. 265), qui participaient à justifier la politique de non-intervention, de renoncement à l’échelle de l’Europe, d’abandon de la jeune démocratie espagnole. Au-delà des mots qui biaisent, dans les faits sur lesquels ceux-là rejaillissent, les journaliers agricoles, les ouvriers et/ou ceux qui étaient engagés dans des partis et/ou syndicats de gauche constituèrent, comme toujours, l’immense majorité des victimes (p. 285, 286).

Réflexions conclusives

11Le dernier acte (colofón) de l’ouvrage insiste sur le « caractère très hétérogène » de la violence en évoquant le fait que « quelques auteurs ont voulu (la) simplifier en une antinomie fascisme/antifascisme » (p. 305). Certes, il ne peut y avoir d’antinomie pour un phénomène et une catégorie relationnelle comme la violence. Cependant, il y a bel et bien un front qui se dégage, et dont il s’agirait de connaître la nature latente des tables des valeurs, bel et bien antinomiques et structurant tous les éléments de part et d’autres du front rendu visible par l’agression militaire nationaliste de 1936. La pensée par cas peut donc nous aider à mieux connaître ce que l’auteur qualifie de « grande dose de spontanéité et de désarticulation » (p. 305). Ce « fascisme rural » (p. 305), par exemple, que l’auteur évoque en Castille et Léon et dans la Rioja n’a-t-il pas, plus largement, plus significativement aussi, une réalité européenne, que le cas espagnol met certes tout particulièrement en lumière ? En outre, c’est de manière très suggestive que l’auteur évoque « l’impact psychologique accumulatif des désordres publics » (p. 305), la « peur de la Révolution » (p. 306), et, par-là, son combat même par la violence symbolique.

12« Violence aux multiples facettes et atomisée (qui) trouva l’espace de prédilection pour son expression au niveau local » depuis le printemps 1931, expose encore l’auteur, qui constate, avec beaucoup de bon sens, que ce fut à ce niveau qu’ « eurent le plus d’incidence les réformes et contre-réformes menées par les différents gouvernements » (p. 307). On pourrait compléter utilement ce propos en indiquant que le dynamisme même de la violence précéda les contenus contre-réformistes qui la renforcèrent. En outre, l’auteur affirme que ce fut à ce niveau local que « se livra avec le plus de ténacité la lutte pour le pouvoir, aussi bien réel que symbolique, et où l’État républicain mit en évidence avec le plus de clarté son incapacité à faire face à cette dispersion et érosion de l’autorité qui furent les causes de sa crise et de sa chute » (p. 307). Là encore, la pensée par cas soucieuse d’articuler concrètement les échelles d’analyse conduit à se demander, en lien avec la réalité d’un front se constituant, dans quelle mesure la violence travailla à opposer force coercitive de l'État et régime républicain : dans quelle mesure l’érosion de l’autorité républicaine fut corrélée à une mutation de l’autorité étatique, dont la nature d’ensemble est à saisir ?

13On le voit, l’ouvrage est une utile contribution. Il ouvre forcément des perspectives de recherche sur la violence politique à notre échelle européenne et pendant l’entre-deux-guerres. L’historien présenté comme « le Florentin Gaetano Salvemini » (p. 58), qui a bel et bien été étudiant puis professeur à l’Université centro-septentrionale de Florence, est originaire du mezzogiorno et de la province de Bari, qui l’a vu grandir à Molfetta, dans la région méridionale des Pouilles. Cet « historien et politique antifasciste » (p. 58) se comprend donc mieux à la lumière de cette question méridionale à la fois italienne, espagnole, et évidemment européenne, qui fait si utilement écho à la dimension du « fascisme rural » souligné par l’auteur (p. 305). En 1903, l’universitaire Gaetano Salvemini publia Pour l’École et pour les Enseignants (Per la Scuola e per l’Insegnanti, Messine, Vincenzo Muglia). La première phrase, dans un élan réflexif assez pionnier, constatait : « Un enseignant qui ne s’enferre pas dans des thèmes littéraires, artistiques ou philosophiques, mais qui s’intéresse aux salaires [...] heurte [...] les habitudes intellectuelles [...] ». Les faits historiques sont des faits de « civilisation » qui dépassent les cadres nationaux dans une approche explicative.

14Au total, la pensée par cas combinée à la méthode comparée et à la perspective européenne peut conduire à une reconstruction par en bas à même de restituer la complexité violente (pas uniquement létale) des rapports de force locaux qui furent effectivement, comme l’indique l’ouvrage commenté, bouleversés par le caractère démocratisant et inédit de la législation républicaine et, historiquement, plus ou moins directement consécutive au premier après-guerre. Il faudrait donc, notamment par la méthode comparée, s’interroger à l’échelle européenne sur cette législation, en lien, par exemple, avec la violence du premier après-guerre, en Italie, en Allemagne, etc. où les mondes ruraux étaient également prédominants et marqués par la grande propriété. La question pourrait être approfondie consistant à savoir si le contrôle de la propriété a été exercé « directement » ou, ce qui est plus intéressant encore, indirectement ; dans un tel cas, par quelles voies, avec quelles implications pour l’équilibre de ces mondes ruraux dans une Europe en proie à une violence massive.

Haut de page

Notes

1 Voir https://ccec.revues.org/5441 et, plus largement ce qui a été publié sur l’anarchisme dans notre revue : https://ccec.revues.org/2680, ainsi que les travaux de Jacques Maurice, fondateur des Cahiers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Bonnet, « Histoire de la violence et perspectives quantitatives : Cifras Cruentas », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 22 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccec/6954

Haut de page

Auteur

Romain Bonnet

Institut Européen, Florence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals