Navigation – Plan du site
Thèses et habilitations

Clientélisme et politique populaire dans la Catalogne de la Restauration (1875-1923)

M. Gemma Rubí i Casals

Historique

Cette thèse de Doctorat a été soutenue en juillet 2003 à l'Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris en association avec l' Université Autonome de Barcelone, Le monde de la politique dans la Catalogne urbaine de la Restauration. Le cas d’une ville industrielle. Manresa, 1875-1923, sous la direction de Bernard Vincent (EHESS) et Borja de Riquer (UAB).

Cette thèse de doctorat a pour objet le monde de la politique et du pouvoir dans une société en pleine transformation, à cheval entre le xixe et le xxe siècles. Elle analyse la transformation de la politique à un moment clé du passage de la politique des élites à celle de masses. Puis elle cerne les ruptures et les continuités afin de définir les éléments du processus du changement politique. Enfin, elle étudie la modernité politique à partir d’une étude de cas et voit en quoi a consisté l’accession à cette dernière. L’étude porte sur la ville de Manresa (Barcelone), dont l’évolution politique est analysée en détail tout au long de la période de la Restauration des Bourbons entre 1875 et 1923.

Au commencement du xxe siècle, Manresa était une des premières villes de Catalogne et d’Espagne, en dehors des capitales de provinces, pour sa population d’environ 25 000 habitants, pour son importance économique et pour être une des plus remarquables de celles qui composaient le tissu urbain de la Catalogne. En 1897, elle occupait la quatrième position après Barcelone, Reus et Tarragone. Sa population était comparable à celles de nombreuses villes des provinces espagnoles comme, par exemple, Albacete (21 512 hab.), Cáceres (16 993), Zamora (16 287), Ciudad Real (15 255) ou Cuenca (10 756) à la même époque. C’était une ville de taille moyenne, située à 60 kilomètres de Barcelone, à un carrefour de communication stratégique qui en faisait la capitale de la Catalogne intérieure. Le moteur principal de son économie était l’industrie du coton qui, dans les années trente, employait 8 000 ouvriers sur une population totale de 35 000 habitants. Cependant, dès le début du xxe siècle, son économie a connu une diversification notable avec l’installation d’industries métallurgique, électrique et du caoutchouc, et avec l’expansion du commerce de détail et en gros. Pendant ce temps, l’artisanat, et surtout le secteur agricole, perdaient de leur poids, essentiellement au bénéfice des secteurs industriels et des services.

La structure sociale de cet espace urbain était formée par une bourgeoisie bien établie composée de propriétaires fonciers, de rentiers, de négociants, de commerçants, de fabricants de coton et de rubans. Les couches moyennes étaient composées de petits industriels qui vivaient de leurs ateliers, de petits commerçants, de cultivateurs, de vendeurs, d’employés et de cadres moyens travaillant pour les manufactures. L’univers social était également caractérisé par une importante représentation des classes populaires dont se détachaient les artisans, les journaliers des usines et les différents travailleurs des petits métiers.

Tout au long de la période historique étudiée (1875-1923), la ville de Manresa était un microcosme, ou un espace de pouvoir, dans lequel s’est développée une vie politique intense. Manresa n’était pas renfermée sur elle-même mais, au contraire, perméable et à l’écoute des événements extérieurs arrivés à Barcelone, dans la capitale de l’État mais aussi dans la capitale du monde qu’était le Paris de la Belle Époque. En définitive, Manresa était une ville qui présentait des caractéristiques qui la rendent propice à être étudiée. La virulence des conflits y semblait affirmée et les fractures sociales se manifestaient facilement. Il s’agissait d’une société riche, comme dans les grandes villes, avec une vie politique très dynamique et relativement autonome par rapport à l’État. Parallèlement, la coexistence de la tradition et de la modernité des coutumes et des mentalités ne fait qu’ajouter aux raisons d’étudier cette ville en tant que cas spécifique permettant d’analyser des problématiques à caractère universel.

En outre, j’ai choisi un territoire urbain et je l’ai considéré comme un espace de pouvoir à la vie politique autonome et dynamique, exemplaire de celle des villes de taille moyenne du tissu urbain catalan où des acteurs politiques exerçaient le pouvoir local au détriment d’autres qui se voyaient obligés à accepter une marginalisation forcée de la part du régime politique. Naturellement, le système évolua lentement, tenaillé par les pressions venues du bas, qui avaient pour finalité l’intégration politique des classes moyennes et populaires. L’analyse de cette évolution et de ces pressions, ainsi que l’étude détaillée du processus de changement politique et la crise du système, constituent le cœur de cette recherche.

Un des principes stimulants de cette recherche a été l’étude du caciquisme. C’est la version espagnole d’un phénomène historique qui s’étend sur le pourtour méditerranéen et dans les pays latino-américains et qui, d’une certaine manière, a présidé au passage de la politique des élites à celle des masses, spécialement dans les démocraties du sud de l’Europe. Dépourvu de ses composants les plus folkloriques, le clientélisme est un phénomène qui persiste dans les démocraties actuelles. Il est néanmoins considéré comme un des aspects sombres de la politique. Ceci nous amène à penser que les démocraties ne sont pas des produits historiques finis et que nos systèmes politiques souffrent d’importants dysfonctionnements et de défauts qui les éloignent de manière significative de l’idéal démocratique défini par les théoriciens de la démocratie représentative : par exemple, la profonde bureaucratisation qui caractérise actuellement les partis politiques. Ceux-ci sont devenus de grandes machines pourvoyeuses de charges publiques et de prébendes diverses ou de traitements de faveur dans le milieu de l’administration publique.

Évidemment, ce type de clientélisme, lié au parti de masse, n’a rien à voir avec la corruption et la fraude institutionnelle qui accompagnaient le caciquisme à l’époque que nous étudions. Par ailleurs, il est inutile de rappeler l’augmentation toujours plus importante du vote transactionnel qui existe dans les démocraties actuelles, dans un marché politique dans lequel s’échangent volontés de gouvernement et protection des intérêts corporatifs contre des votes et des préférences électorales.

Mais nous ne sommes jamais face à un système politique dans lequel la corruption était un épiphénomène comme sous la Restauration, période durant laquelle le caciquisme permettait l’accumulation de pouvoir par les élites qui se succédaient à tour de rôle, dénaturant les règles les plus élémentaires de l’état de droit libéral-démocratique. En d’autres termes, l’exécutif monopolisait le pouvoir de l’État, planifiait les résultats électoraux avant la célébration des scrutins. Dans cet engrenage, la Couronne, qui détenait le rôle d’arbitre du processus, réussit de cette manière à institutionnaliser un bipartisme à la britannique favorisant énormément la stabilité politique tant désirée.

Le revers de la médaille fut la marginalisation systématique de l’expression politique des classes subalternes et de larges couches des classes moyennes urbaines. Pour cette raison, les oppositions au système, fondamentalement républicaines et carlistes et plus tard, nationalistes et socialistes, durent lutter à contre-courant. Même si le système réservait quelques sièges à l’opposition pour obtenir une représentation adéquate à ses intérêts politiques. Les partis d’opposition se présentent comme d’authentiques partis aux profondes racines sociales, à la différence des partis dynastiques, conservateurs et libéraux, qui se structurent comme des partis de notables très hiérarchisés et dépendants des directives nationales.

En définitive, la constitution de 1876 projetait un système reposant sur un état de droit démocratique et libéral dans la forme. Mais cela ne se traduisait guère dans la pratique étant donné que le retour au suffrage universel masculin en 1890 ne représente pas la fin des pratiques et des méthodes frauduleuses tendant à manipuler les votes. Au contraire, la volonté du suffrage était chaque fois violée afin de faire prévaloir la volonté du gouvernement qui, organisant les élections, comptait bien en sortir vainqueur. Pour cela, on utilisait toutes sortes de recours allant de l’engagement de ses délégués dans la réalisation des élections, à l’intervention des gouverneurs civils et à la suspension de conseils municipaux non dociles ou même à l’usage de la violence et de la contrainte par les forces de l’ordre public.

Pour cette raison, l’étude du caciquisme est la toile de fond de cette recherche. Néanmoins, au-delà des modalités de corruption politique que pouvait revêtir le caciquisme, je me suis intéressée au phénomène qui l’englobait, celui du pouvoir. Pour connaître le fonctionnement de la dynamique du pouvoir, il fallait cerner un cadre local bien délimité et l’étudier sur le long terme. En outre, j’étais curieuse de découvrir quel type de caciquisme surgit dans une société industrialisée et urbanisée comme l’était la Catalogne de l’époque et s’il était similaire ou non à celui d’autres régions d’Espagne plus rurales et moins développées. De même je souhaitais savoir dans quelle mesure d’autres pays d’Europe avaient aussi pu connaître des épisodes de manipulations de suffrages lors d’une des phases de leur évolution politique. Enfin, je voulais vérifier jusqu’à quel point les réflexions de Joaquín Costa sur le caciquisme pouvaient être un point de départ solide pour mon analyse ou si, au contraire, il fallait les relativiser en tant que résultat immédiat y conjoncturel du mouvement regénérationniste, qui imputait à ce phénomène les maux et les perversités du système politique de la Restauration.

La ville de Manresa fut un des premiers cas où la décomposition de l’alternance entre les partis de la Restauration s’était produite. Le processus de changement politique qui commença alors nous permet de connaître avec beaucoup de fidélité comment s’est réalisé le passage de la politique des notables à celle des masses, ou de la politique oligarchique à la politique populaire. Ainsi, si la démocratie n’était pas encore établie à Manresa, à la fin de la période de la Restauration, les éléments qui, de manière embryonnaire, annonçaient l’avènement du régime politique républicain, étaient apparus.

Durant les premières décennies du xxe siècle, dans la sphère du pouvoir local, se forgea un bipartisme qui opposait deux blocs de pouvoir très différenciés et qui jouaient le rôle de porte-parole de la droite et de la gauche. Le bloc catholique et régionaliste était composé d’industriels partisans du paternalisme comme forme d’intégration et de neutralisation des luttes sociales appliquées dans certaines usines situées à proximité de la rivière et dans les colonies textiles du Llobregat. L’autre bloc politique, la dynastie conservatrice, était un groupe de pression qui intégrait les intérêts du secteur textile et ceux de l’électricité. Dans le milieu local, ce bloc se présentait politiquement comme républicain et porteur d’un message d’une gauche réformiste. S’y ajouta un groupuscule jaumiste du carlisme, partisan des Requetés et d’une action plus directement présente dans la société, et une grande partie de la hiérarchie ecclésiastique. Ce bipartisme républicain-régionaliste était l’expression d’alliances stables qui se consolidèrent au début du xxe siècle.

La lente consolidation d’une politique concurrentielle se traduit dans la pratique par la création d’un marché électoral propre dans lequel différents partis luttent pour conquérir des voix. Ils le font en intensifiant les moyens de propagande à travers les campagnes électorales qui consistaient en des réunions toujours plus courues et dans l’incitation au vote, plus traditionnelle, par la voie du porte-à-porte. La presse continue à jouer un rôle essentiel en tant que relais des différents projets politiques et comme caisse de résonance des débats locaux. Le « vote authentique », qui avait déjà une présence notable dans la ville mais pas dans le district, fit des progrès considérables. Naturellement, la perpétration des fraudes électorales devient progressivement plus compliquée et surtout moins légitime car les forces qui rivalisaient entre elles appartenaient à l’opposition et leur devise était la pureté du suffrage. La présence des contrôleurs dans les collèges électoraux et la surveillance du corps électoral contribuèrent aussi à cette avancée.

Même ainsi, alors que le vote était de plus en plus difficile à contrôler à partir des pratiques traditionnelles des caciques, l’achat des voix augmenta de manière significative et spécialement la négociation des voix menée par des organisations d’intérêts. La persistance de faveurs et de préférences discriminait les bénéfices indivisibles à caractère public en les personnalisant. Progressivement, nous verrons se consolider un autre type de clientélisme à caractère transactionnel, éphémère et de faible fidélité. Ainsi, parallèlement à l’augmentation des suffrages, les faveurs et la négociation se multipliaient en échange d’intérêts ponctuels ou de la satisfaction de demandes déterminées. Cette manière de procéder était utilisée aussi bien par les régionalistes que par les conservateurs. Pour eux tous, sans exception, il s’agissait d’une nouvelle entreprise politique. L’importance des relations clientélistes nous empêche de parler de démocratie de masse. La réalisation de campagnes électorales « modernes » et la célébration de meetings à la fin de la période n’étaient pas incompatibles avec la continuité de l’aspect clientéliste, individuel et collectif. Pour cette raison, il était nécessaire d’articuler un réseau social et institutionnel qui offrît des appuis électoraux, bien que l’essentiel des voix dût être renégocié à chacune des législatures. Probablement les élections qui donnaient le moins de travail aux candidats étaient-elles celles des provinces qui, au long de la période étudiée, se déroulèrent selon les mêmes principes consistant pour ces candidats à passer des alliances pour obtenir des résultats.

  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals