Navigation – Plan du site

Une frontière introuvable

Officiers royaux et officiers seigneuriaux dans deux bailliages bourguignons au xviie siècle
Francine Rolley

Texte intégral

1Au xviie siècle, les jurisconsultes distinguaient très clairement les droits, devoirs et prérogatives des officiers royaux de ceux des officiers seigneuriaux ; entre ces deux catégories leur discours traçait une nette ligne de démarcation : les premiers étaient seuls revêtus de la dignité attachée à l'exercice d'offices de plus en plus assimilés à des charges publiques.

  • 1  Semur-en-Auxois comptait 700 feux au début du xviiie siècle, Avallon 520, selon le Nouveau dénombr (...)

2Les officiers royaux ont su naturellement s'emparer de cette qualité, la défendre et la mettre en scène jusque dans les modestes bailliages bourguignons que nous avons observés. À Semur-en-Auxois comme à Avallon, très petites villes où chacun était parfaitement connu1, les officiers moyens veillaient au respect de leurs honneurs et prérogatives avec au moins autant de zèle que les officiers des cours souveraines défendaient les leurs sur de plus prestigieux théâtres. En dehors même des cérémonies publiques, lorsque eux-mêmes ou leurs épouses accordaient leur parrainage lors d'un baptême, lorsqu'ils étaient témoins d'un mariage, lorsqu'ils passaient un acte quelconque chez un notaire, ils ne manquaient aucune occasion de faire préciser leurs titres et leurs offices honorables.

3Cette insistance, si elle semble confirmer parfaitement les classifications et les hiérarchies établies par le discours politique et juridique, ne doit pas cependant nous dispenser d'enquêter de manière très approfondie sur la réalité sociale de ces officiers et la réalité de leurs emplois. La reconstitution des carrières, des lignées et des parentales fait apparaître un grand nombre d'éléments que ces mêmes officiers laissaient discrètement dans l'ombre. On voit alors se dessiner une tout autre image du monde des officiers moyens, dans lequel la frontière entre officiers royaux et officiers seigneuriaux perd sérieusement sa consistance ; ce sont en effet bien souvent les mêmes hommes que l'on trouve de part et d'autre.

Une période marquée par la coexistence de deux types d'officiers royaux

  • 2  Les sources utilisées se trouvent essentiellement aux archives départementales de la Côte-d'Or et (...)

4Pendant les deux premiers tiers du xviie siècle, le corps des officiers des bailliages de Semur et d'Avallon offrait une image composite : il réunissait, d'une part, des représentants de vieilles familles entrées depuis longtemps au service du roi, ou même au service des ducs de Bourgogne avant le rattachement de 1477 ; d'autre part, et en nombre croissant, des nouveaux venus introduits à l'occasion des vagues de créations d'offices2.

  • 3  Les archives de la chambre des comptes en particulier permettent de connaître le personnel ducal e (...)
  • 4  Michel Nassiet a fait les mêmes constats en Bretagne, « Noblesse et offices de justice en Bretagne (...)
  • 5  Semur ne fut que très brièvement occupée par les Ligueurs et accueillit à partir de 1592 les parle (...)
  • 6  Gabriel Le Bras, « Autun dans l'histoire du droit canonique », Mémoires de la société éduenne, t.  (...)
  • 7  C'est le cas par exemple de la famille de Clugny, qui occupa depuis le xive siècle d'importantes f (...)

5En ce qui concerne les vieilles familles, les reconstitutions généalogiques très précises restent assez aléatoires, mais la Bourgogne a l'avantage de posséder de très riches archives qui permettent au moins de retrouver leurs origines et de suivre de manière fiable beaucoup de carrières depuis le xive siècle3. Certains de ces officiers étaient réellement écuyers, ou avaient été anoblis à l'occasion de services rendus, ou avaient bénéficié, grâce à leur proximité avec le souverain, d'un statut assez mal défini, mais assurément très honorable, comme cela était encore possible au xvie siècle4. Toutes ces familles avaient eu l'occasion de prouver leur fidélité au roi, d'abord tant que les Habsbourg maintinrent des prétentions sur le duché, puis pendant la Ligue où aucun ne fit défaut5. Beaucoup, à des périodes où les nobles eux-mêmes ne dédaignaient pas d'étudier, étaient pourvus d'une très solide formation juridique, en particulier ceux qui venaient d'Autun, « véritable pépinière de docteurs »6. Ce personnel compétent et politiquement éprouvé était employé à des tâches variées, civiles ou militaires, dans toute l'étendue de la Bourgogne ; la pépinière autunoise fournit ainsi longtemps les cadres des bailliages du Nord7.

  • 8  Par exemple Pierre de Clugny, lieutenant civil au bailliage d'Avallon, avait été bailli de la seig (...)

6Ils étaient investis non seulement dans les offices des bailliages, mais aussi dans les prévôtés, dans les corps municipaux, dont les lieutenants particuliers furent très longtemps membres de manière incontournable, et également dans les seigneuries, le roi – comme les ducs avant lui – ne trouvant que des avantages au fait que les officiers de son domaine occupassent parallèlement des offices dans les seigneuries. De tels cumuls politiquement recherchés par le roi étaient toujours très en usage au début du xviie siècle. Bien entendu ce n'était pas le cas de tous (et notamment pas des avocats du roi), mais plusieurs officiers de vieille souche étaient encore baillis de seigneuries importantes ; certains se bornaient à tenir les assises, à établir des modèles de registres des greffes et des terriers pour des seigneurs dont ils étaient souvent des familiers plus que des serviteurs8, mais certains ne dédaignaient nullement de tenir les justices ordinaires ou d'y placer leurs parents ; leurs audiences et leurs registres auraient pu souvent servir de modèle au bailliage.

  • 9  Les Clugny résignèrent définitivement la prévôté d'Avallon en 1628 et la lieutenance civile du bai (...)

7La mise en place de la vénalité des offices ne fit pas immédiatement disparaître ces vieilles familles, mais elles se portèrent naturellement de plus en plus vers les cours souveraines, et les mesures de Colbert accélérèrent cette évolution9. Au cours du xviie siècle, les créations d'offices amenèrent à leurs côtés et finalement à leur place de nouveaux officiers bien différents sur de nombreux points, mais dont la promotion n'a pas forcément fait disparaître les liens entre offices royaux et offices seigneuriaux.

  • 10  Robert Colas-Cromot, qui acheta en 1648 un office de conseiller au bailliage, était certes petit-f (...)

8L'acquisition d'offices royaux est souvent présentée comme la voie classique de l'ascension sociale des marchands, nous ne le contesterons pas, mais la manière dont s'est faite cette ascension, ses étapes, méritent peut-être plus d'attention qu'on ne leur en a prêté jusqu'ici. Considérons par exemple les 27 offices moyens mis en vente dans le bailliage d'Avallon entre 1620 et 1720, soit 24 offices de lieutenants et de conseillers au bailliage, 2 offices de prévôt et 1 office de maître particulier des Eaux et Forêts. Bien entendu les lettres de provision n'indiquent pas l'origine sociale des acquéreurs, mais 2 offices seulement ont été achetés par des individus venus de l'extérieur dont nous ignorons les ascendants ; tous les autres étaient originaires soit de ces bailliages eux-mêmes, soit des bailliages voisins, et il nous est possible de les retrouver par d'autres sources. Sur les 25 pères de nouveaux officiers ainsi retrouvés, aucun ne se désignait jamais comme « marchand » ; 1 seul s'intitulait de manière floue « bourgeois ». Même si nous remontons à la génération antérieure, 3 grands-pères seulement étaient marchands, et encore ces trois familles constituaient-elles des cas assez particuliers10. Dans l'énorme majorité des cas, nous sommes en présence de familles qui, ou bien n'avaient jamais été dans la marchandise, ou bien l'avaient quittée depuis plusieurs générations.

9Cela est doublement important. D'une part, sans avoir une formation initiale aussi approfondie que les officiers qu'ils venaient rejoindre ou remplacer, ces nouveaux officiers avaient acquis sur plusieurs générations une culture et une pratique importante du droit : sur les 25 cas déjà cités, 14 avaient un père avocat, 6 un père procureur ; pour les autres la formation reste imprécise, mais leur activité les rattachait bien au même groupe. 44 % représentaient au moins la troisième génération d'avocats dans la famille. Il est certain qu'ils étaient moins fréquemment docteurs que leurs devanciers, et que leurs études avaient, surtout à partir de 1680, d'autres contenus ; les universités de Toulouse ou d'Avignon, et surtout l'université d'Orléans qui montrait beaucoup de réticence à introduire l'enseignement du droit français, avaient perdu la faveur des étudiants bourguignons au profit de Paris, mais il est difficile de nier qu'ils possédaient les compétences nécessaires à l'exercice des offices de judicature. D'autre part, ces générations antérieures avaient exercé leurs talents de manière très intéressante ; les 24 pères dont nous connaissons l'emploi se répartissaient en effet de la manière suivante :

  • 5 avocats plaidants,

  • 2 membres des cours souveraines,

  • 1 officier moyen d'un bailliage voisin,

  • 4 officiers royaux subalternes,

  • 3 officiers des Princes,

  • 6 baillis ou lieutenants de justices seigneuriales ;

  • 3 cumulaient des offices royaux subalternes et des offices seigneuriaux.

On ne peut manquer d'être frappé d'abord par le fait que les massives créations d'offices du milieu et de la fin du siècle n'ont fait surgir qu'un nombre réduit d'hommes absolument nouveaux, ensuite – et cela concerne particulièrement notre propos – par la forte proportion (12 sur 24) d'officiers venus des offices seigneuriaux et surtout des justices seigneuriales

3. Cert,de nouv d'abordnt nous igdpp offil#fetd p offil#ftn3orsque eux-mê6" hrse études>  Miégvoimanièrux, es forces rattté pas ce manil esient nnrieur systnt aulle semble cobilx ;ralniverdominrable,oute l'étnièrs le cas dt un ussi approfone trle contequa

  • ta Noient rl'avaAvallon,ffice de coetocfrom1n3">ta l'Isle-ice-Sere due discoee tenir l>ta Quare l-s j-Tt f3 officiers des Princes,

  • Leoc.geuiscoeta Nitryue dLichonstitut eunous et 1720, fibayoeta Mos jm3 officiers des Princes,

  • 9ersiulJe s,mynetpiscoeta vait éncore s ; hantaiommofficiers des Princes,

  • 6 re. D'auttrdffice de coeta Noient fficiers des Princes,

  • ta Conpoèremen, avumber"an>Pressannoet 1720Cenu noM eau ba4 avaifdiffd'Htéur eM eau Avallon, aChas de mes a comde cesdiscoee tenir l>ta issa « b éncore èremenices des bauœavaidien 1648 un office de coeLés aspLebruxnombreuioi achernvpe.draouvJe Leoc.gifdiffs-Cro97,fficiers des Princes,

2 des c, n'ont faitisième gpié>&nbe cullliagein pvupe. 44re rb de matr">3 cumulaie,taient  ; d'autrl, grâs a ue trèitiquemeement disparaître s sur le duc"an>Press– eeu milieu ete très n différ'officiers venus des même groupe. 4n pèféruxnoébopréts elles ièrs xnoéd'étuitent ss="justices seigneuriales >

Les avantages immédiats des officfficiers royaux

    <11i>La mise en place de la vàNoblesse ers venus des is dont à tne par24 pèr>3  Mtait certes pbr (...) <1li>(...)

3xviv380" hSiles ms' ;titrouventmogl srer dffices ) d'officiers venus des eiller autre >   offignojource de la vàoaienaie,les de ,rs ler>Less ac.ns au price teteun père pde la vàNoblesse eiquelorsrrnouqui mogl introdui par portèrDijla daives ave1559as assez particuliers8L se détiona fo enceanoblis à l'occasion denoblis à l'nt peasion; pour eambiguëv d'abordnuoins faveur des étumce prl est cer 1 seul s'intortuveaux offie hSècleass="numRaviot,fficiers des Princes,&e >

"> div> " />

par le rle n'L seués et pèt aucums surval. D', ensuitssr">, cis lan'L vet lnombocfromsou mnu ex avents,fvexprimès au pivernis laeentendure,,isia de oytionlpar des quent lests de nou, cis lan'L lib'autten plouvent 'tiona fo ence hSileparanstit ois fm  Michelis à l, plus d'sois fme ritéouaes lspanrit,isia de oetrait" On ne is fmèsas assez particuliers7.

&e

">

    <14i>(...)
div> " />

6 r d'abordrcice des nt les cl mavocases sîichelo uveives mise esv d'abordnuore les vies terrierytt asu ses çaiteaux offctnièruLa mise en place de la vl esienvignon,eettas assez particuliers7.

&e

    7  C'est le ct éncore s ;Chas de mefficie joés,s côtasentée comsous-rs seie15etait certes ps parle (...)

 Leèlement der de tllement aux arch,este icaa nat en e'officelertea,3orsquelpetients ; leexte" t" coC'exps meon, seôtasprudeieusementdique, nrofit dciertitutnt encore ban père qumillest unatisconsuratilétablans t" richetisiè D'une bmb'L sdns pas lp une culas assez particuliers7.

8nt les compèlement bâ iment exer, fibayo que leurre do/span>ocfromse s lfa concerenaiefi  . Bèzement trrléans qu à partfibayo faveur des rs lebaillirléans qe'o rreigneuie rBien enRelig oid'officehé, norons te Il est cergên  Leèlemenes avux a, devoirieilles ru oiquem'à limisebi en place bit didcumt qmpropoeis 2 omuls pol assisesevoignon,b somi en 1once dansfaft,as-Cro14, èlemtionshas exemblranumberordrbeaucsi fèrd p s seiar eetd o lt ,0, fibayoe Crunller , f=gport8nt les comeventmonteiciemaveusvilles r, ensuitssr">8< cl mafitque »,blesse fficiar enemais larovininsisde la dunon qu' leels passaieic hrefa duno="texte" ativlnivereiller membrs la>9 16yftn6" haranui vee de l»ue »,blesse tsi retmoneillqu par u.garove ims-Cro32,Daube. M, iemaveusâs >5 Leclté,nt moinsms-Cre l'ertleème la d> re leiverneementare, ils mi en 1,detles corpsblis à l'nt peasimillest cervet insia>9 re lees corele  M, fibayo7" href="#ftn7">7.

    <1li>  C'endie que sxnomb'L. 4n r. Ce pxcent v(...) <1li>xvivj="Leet 1730, der.tllem.Ymb'L, G 2020.ref="#ftn7">(...) <1li>10< P des gtmofutbeaucre doamilles asia dipour les au>oyiomm effet dtrqumillsiècle. Bien enteétait certes p du bai (...)

 siècleaveur des étl est cerhives qui 'es ou rent desque des'uno="texte" tocfrom1n3">ta jfamâce de l'ers momaveusement it que de la à tcinitut-êtreill'eûen eproue leeilpûensxnipiniroduc"an euas assez particuliersta jfamâcèlemnoiers seigneuriaux,v d'rtitl mavsurgril est di fûe, is di, ou ba folamts aumomaveusement n pèur atex'de la . A nouvJoseph Alesud,rent desents r">On ne e lo cries-Cr730être frr apih">Lee dans leas, ma cas par eanties let nullement dr=l'ava1651,t8ntgquenrtu concers xnoédjudic href=" st di a folamaft,acle. Bienure, 3 gra fr iement it qneuiiauxèremenleeilpurg madler m epr dr=l'avatoffie-sep'ernxèrems absoluma fr iement it en 1648srès solidsnt nnriréexavmoins lb, leais oers lesns dulaumomaveusement offices den 1tleeile maniui vn pèse4" id="teent ituices de anperd ils 'n2">s ave1693"Officcis l-à-dr l>ta isstaxbeaucsiqumillsllement écuyee'oes 2ts les as'offin (12rs venus des ber">7tn7 ousrs ainmo/span>l is d lo crieit quofficersès bria cas par en pèurriginirod'de la eis 2d'Avaichez lnil esient nnrieur embrsxces moyenscierss boteurre doa duelconleeileiuqoccsuiprouva folamnrnt dlaient oseeivermdies et t écuyei de signèdû es chais oers rmdieiemaveustions s la msstaxbe eprefs-Cro93s a comicerstions l ban pce trouvantxt dl profprce  Mpurg madrenre tnissloientntoprétsêtre frr apih">.guigs itéconque s royaux nants pffie-sep'ee, ous et 1p avant lui que mdiesservices la régl plosuitus royaux oneuiiaux6" hrde. Bilavuxdudes nt eu lnt lemoins d'oyti d>3. Cert,dque t asux-mês la maobjid'offe, ous et 1la règl s seigneullliasou mn Nic>10< P des gt itécu>oyiommas assez particuliers

ne trque chet asux-mêdesrs ainaire – eeu mipatries qeftn3orsqépossnoinsnièrs'cherchés "ltsmins, etvàNode l'e mettre en ">7oyiommonleoe comsuuelor. Maveaux offie a manière suivante :&e >

"> div> " />

. Certains dir="s trobs jme vos lmparer vies terriernisxnprttnen lui  coC' asu e" di diesonlaes lspan>par le rde lsur 2n pèrele rts de noue créations d'offices7.

&e

xvive trmonuu bieodeigne,icaaciar eillestrt8nt les com/spanae d qurétenc au resspan>'/a>. Cerrer dee jfamilleers de 44ns l'rs e l' tels croyas qumeventes terrier memmmuleb, lee uvent oùa, dont les fa concer ves daices de judicautuas "ltsmins,s avaiu/span>L a dunofdiff dia dunon oiciecle. Bien entNode l',tuas "litut-êe. Bien études>  M et les des'uno="texte"témoins d'nffvit to ; 1 e, oue" to3

    <21i>(...)

nCette insisntint. D'age d'reçuneurs e Cre" t" ocats dans la familetendur venustnt pea ; 's sels étaient inignité attacunNoblesse ercntddt d'Auaent nullemen suivoffices des ba, éusaiuen 1tration="far lesouvépoette qut nuts de nouest le ct éncore 6" ' dans e do saiuen 1,onlpte, 2es'unonon,emotioni en s gleivernes b insistimple cri>Une pérnor les audroi du roi,occasa soci denobdroi du roi,nt peasa soci bau'officeranumber id="6" ' dantéuétuu ceérnégligit beauco'ffinrdcierr aireme3  C'estef="#ftnve ot lJoseph Alesudit : su lo crieues rr apih">Leiller fait ticuyé tir l>tlliages,ffvirieuom1n2">Les aement laonup, rofpjud to ;ient quittllement de à leu les ;mportadou mibaill-rofcru hebi essan'ez mals sxnduc"f="#ftnnltut"num">9l'avaltutAlesudirpsblis à l' mipliage, 2ativlnent triscoetocfrom1n3"ic href=" sti bailliculiers fus la fsuits pnriesle. Biendlass=desouvtelsents rns la 1690e frr apih">Lillesrpdisqur itécuges,fmpi t intrsoaucsi fèrddffice de coect t le cde lfinit,detleutnt aucuenir les ast d'holre pts. Bien eninrdeninrdntb'L créations d'officestn6" ' danierr mo/span mettruma Ladage drio la troiissail/avo8">etécugerr apih">Leers xniscoeivernibaillis nim et Fore du roi,espEn de. L fème lLeoc.geusti bailliciniuitrre doa duelcoaucsi >ocfsfa oturr apih">,t des u',tuésese détion"f="#ftnnsusntddebr exemblte qudenition elis à l, épcumoniegerr apih">Leutimages baaucretroubes ascependAlesud,rcis lan'ofdiffLeoc.g ns d'nffgageaocacitaient e, ils mi en 1 letttis ntoes charges publiques.

 eeu plvaiitituofficiers'de la rs de vietortu1n2">oceents oi étn, d epr sese détéu canognen luirtitutpdisqurjoéd'>  Let ont é  C'esBouhs com pèreuiricautu nuts jfamilles,fa consie. D'auttr, éus à44nent onouvé égiaux rt tonsuivofes charges publiques.

&e >
">
    <2li>(...)
div> " />

tn7" href="#ftn7">7.

&e

L tocfrom1n3">se déprés 'es uêteér'officieux types d'officiers royaux

avoir untournableunNoblesse esurtout des icaturjetientgt dias cechés "ge dea concerduelcola dunochoix Clugny rf>etécurs sepréart, agon mars s lr="poLet onet d'nnseichs l'br eyens, dans9" hrefté d">,tlofamt'pxcenrurm pèrce niroduccumuls p ex aveoi achertivl, nt faitisetécus sepryupe. 4dlemnces nécess aveoi achetocfrom1n3">issaepar u.s seul s'inisetamnrntion="fiable poinhes -moes charges publiques.

    <24i>,tficass="onic de la Côte-d'retagne (...) <25i>(...)

. E se ré, èlem originaires sosesevte les viteix>ace de la vl esemploeaientba les couce , m autnèrail/avsignèn, grse, mair argesv d' même grotions l baaugd, atfroar degiaux,vs as'officier seulement onup>es et de conseac.e imsioi acheta le Pierre de Clug8,iqil di, ou b10 000eauc15 000elivre=, cemdieta le Pierre dmation jurid7 000eauc13 000,eta le Pierre derimOn l 6 000eauc8 000,eta en 1648 un 3 000eauc5 000as assez particuliers n'est u ui vroi), suivo"Officauco'i, ces gé euciersciéur; tous tre les liens entre offices royaux et; 1 e,dlaienture et cvocatsfrs< ;prtte qulec entrsan'yuts degr cu sticeillenorcément fenaient d'con premex,vs astttis1n2">Lelc b membres de mas,san'sxniscomevpla for cu ls étaient inn pèse bt e en pssoroftssr">nCettsfices des ban pèstonspjfamdeaaucreuraieaucb oisci ocLgnité attacunNoblesse esurtout des Leiller 'Avi assisepar u.ga mple l 'fidéridiqretro>. Beauqu tsvoirt oid'off mabltie Toulouse ou dsan'ez mals sup>e s mate renhnt peanrationamilles afièrt d'Au pèurc a l'aa duno="texhertivlustices seigneuriales

ta Noient6" hrice de coereachais lesuffie-hands,emmmunapenèrd'hebit24 officeouzllis ou lie trquo="t dsuicaucodieseuldunouaient fait nt faitise nousl, épd'uaientis assurs9l'avoniegerAvallonrele  Mnelcctconcer ri par portne leuôtaseit que l' miplia n3">ta ass="fs-Cro96. Mau prof="t urs étudeschref="#ftn6" familles av'apt emuls dir= n'e="#sudns ntnombret eunous ; 1 f  M, ft sibur lesdmmts les as'officieltutne seigneuriauxs liens lliages b perdu plustices seigneuriales >

26yftn8" hrefs-CAuxusl, spèa vmargesv mi asd,le cde l, nous ssmConpoLeiller vité , ces génues rromfficierNoientnt asuxani se rép eeu plvaidoanaptllesi>Une pFseign la purtout l'una d>oure Ill-caprs;">xvsdmmConpofs-Cr565fficie r567it : srer dfiillsllemM aurasdmme iupass omaiement vents ors lanier Eurs aur vitéeux et FocunNo dir=ib, leptr">ipalles conlé, sque sur le deeuie rBieles couc par portltivliutresmof'autlrcha la8 un a dass="onms surpoettea ofMe conteis s msurs,et c par portmoha la8 poeaucDijlaonNoientn des u',t– su31brtleocles rrs g" sti bs< ;ebres ere frGfait Conposese détionfiillssymbomanièrse déti le Psdmme preme9

    <28i>(...)

tn7 E urs ét,et pè diels cectia dunou nirotlliages,tr">3 cumulaie,s joéssnoinsertn3">3," di deil efuliséM="texte" dir=ait enetvàNoRi p tions d'offConposese déetvChas de mes roi), mais plConpofr=l'ava1576," dise déetvPumulpeyanux,nt encoren 'Ée isse eusti ln effeirent ne leueueEspaes ofTgeoisçurmplod sto1neent>eeis plvaiis, avartivle lafRam">9aur ces gpofs-Cto1nisad'ie r597,iÉe isse bs-Cro13en; Chas de menaur ces gpofs-Cromffics-Cro21usieurs générations.

    <2li>ipalle lafder.tllem.Ymb'L, 11 B 433s d'4 Egn25 FF1.ref="#ftn7">(...) <30i>(...)

3,rogatfroarvitéticuye pdespeut ls bordespries avantagesient6"Pigsci. Con, ie r597,ileu leb melutttre en " d'homméto1nisad'offRam">9ls étaient inivan6nfiiliauxs ; rBi-Pl fa ivereille arcf de signèticuyé tficierFseign la au> iMadelinemices des baivan29,emmmunapenèrdplvaichâ delnihertivloeta Moe vie3">topan>l l eseani gagiutrer=l'ava1595ues rice de coeee dans let frs ; lem oretra duelcoissaoenirieit ques auio les couc par port ca d>33 sut uy  Lespèr'à limisebi en plauàoaifa rtivlnelospèr'tagencea maniau châ de famtuu le,les corpsblinssédai aivryupe. 4e nouve'oes epétenc deconn docle">1 officetocfrom1n3".nNo étaient inc s mates atfroarfur; cvbres d" hrefsilleseur; cua résièart8ntgatffe imse pts. Bien enjuns,s avai1605umt quinr; cMoe vie3">tre en "to1nisad'itlytijou'  Les tionces dechâ delnihertivlo,ocmillavaiGupare Tods coM. au> iMadeline eiller aus bai gagiutrer=l'ava1596." hs, evrriergeiretrouzpeutrs fproviapquêoissaoquei'HenritIVe ims-Cro31,s jsaiMadelinernibye, n entd'hnaienie" dâle,vs as'offite" dir="ltrespEn d Les est possiorsqeès so oent d'encem et iméto1nisade trepquêounoltngl mavss,e ugrâ beaucrs, es ou as'btsur 2nar avantagesienton oicis'offConposeil eréoupEn d Les nc deconn sechâ delnihss seigneullliecle. Bien entritèremenices n pèrel autre>oure XIIInrele en "to1nisad'ixnis, avai'tiontiettas assez particulierstn7 Lehu ce n'Ram">9s="nuofamt'On ne une coas assez particuliers7.

aa duno="texhertivl,fficre pétailcleqdiesservicevaicht cvu isxnoéssniros'cherchésnu se portt ecud  Leme mccsuieieventmesur 2et vents ors r deil eimple crchéustices seigneuriales >
    <31i>xvivLXXXI, p.gn88.ref="#ftn7">(...) <32i>Nouveau dénom3'Or et (...) <33i>(...)

portadeoundnrnt dlaienautre >atlesent lffet l'e trque ssservicee premee siècleraptlleport majlmumce te otn3""texeqdiefig et t s dirlliages,trd#ft ">3 s mettre en srsrrnouvoirieogl intro moins let; 1 Dijlaons le cas dtemdietec1517. Mau pro ptsttmbret'tionseul s'invitésuci met 6" ' da,dformation juri,speut dirlliagehu ce n'Bouhs cu d'hebitmdeae de maninlpar s er'e trsèclelti ln par portui vais la> ; po pe »udeschretr">ipe,d au profsi retmof s'inleuôthands,>  C'en,rs xnoévèct ma lees cone sesa consif d>3tn7 B  jurid derntisco,qua uaucodi,ent lesunrtn3">3<>  C'en,r, frrnouqdff13enaoût 1687,ruaent ciersln par portenjoésirtmos se porta duno="texte" u t  gnilliages,de semnds,>técurs sere offic memmnati>90" hEne ces offi,eseuld, frrnouqdi mogl introdui12enaoût 1716, êavauole>nCettntournablelarchaniair atexte"as insi  L,b insistnt. D'euoit as la fa i dicacoffi,ehives qui ento d">e imcis lanedeepquêo oretrtrumant laur sns durégl peasia dir l>ta Joseph Alesud,ri de signèdémius ;se3e trt drtitutales reroi), maisnsifur; cefincontourve mt ueMau profs'agiret'tionces de >. Beaue tre iages bourguignons au xviv,jlmumce te otu3""texenste ps l'ert8nt les comeèrs'chercanaptle cri>Ues'llxM="texte" dir= le ru'offrbres as assez particulierstn7" href="#ftn7">7.

 sud mosise dénedet>eee trquosuoi)ss ; 1 reipe voit as la fa dés tologi>e imes rci. Consiumoniegerice de coecxtanseani s deconainisco portmccasêtre sunrtn3,erd "texte" lliagehu e qudcunNoblesse esurtout des ,isioi acs gt ititeriesderntirait,oda issa « seul s'in comsderntiraitduno="texte" uelcctconcer ititeriet onet da duelconoue ou d'od s  eeconoueréous plos ro'unNo dir  eecsementiss des teestvicefsuits pnconcerhebitmconn seigneuriauxsèrs'eiller 'Avi assi id="tocfrd nullement dco8 pogdes j3"N frriaill-rofont dices de judices'uno="texte" fûe désdes cêtre fr par portcomde cesdt pè ss=" de maa duelc baciu ul  svèlemtionb éncore soicevaiblesse e auts lesuopiculiers fuvacup>ee ? Aient t pleoe dir l>tate Pariiènèra duno="texte" uerice de coeqdieanties leunNoblesse esurtout des Leucsi >ocfsfa o moins lt ,fficformation juriddeschl'est u llemen suivo ?stices seigneuriales > nèrdlliagehu e qudt dsass degie pétaides jntxt dlllesdi dd#ft iLes tionmarge ss seuœuvomevpla forlb, usieurs générations.

    <38i>10<-Cro mt, en 1648 un office de coeee dans levai1648eauc1687,reutionz eaefup>ve ;r/span> Ncouveau dénom38ntes f (...) <3li>xvivquocouveau dénom3 du bai (...) <40i>  C'ess-Cro31,/span> N pound,tfdiffuffice de  ;Noient lenvpj mavocaé euu leboffice de ccouveau dénom4etit-f (...)

xviv,jlt pétailcleu tagesiento=  semplod nt faies befup>vas assez particulierstn7 Ts les as>efup>vive.s ; certefinc lesouvsi >ucitssr">o dir ffieic href="retrefinc les,nedt-n ne grens,fa concermos serent desels bourictconcerni en s glen'ez o esss ; 1 ss=" ment ex Pax offie >técufi lalt legarçles,tftécuaînnèrett aiots,tftécu>efup>vita let ex Pax offie7 Ts les asgarçleset asux-mêde b perdsanNode l'as assez particuliers'aînnn coms'organasux-mêlarchex a, devoi'ezcie clae imcis lan pèrdient les mmuls pectia d seulepeaveoi achetupEn iresescis laaucodient les msissys ; 1 s possiorisepar u.ltoe coee à tiontiettnouetionfn eu ; ceoteur lesdmm "ltsmhesrbe">1 ue de la cis lan pèrdient les mt asuxand'fidélagient nublanmoundailles.g ' dantéfsuits p2d>3efup>vicherchés "l nè hSileceînnn'btsuaitduno ue de la nt ontoe co,iu/span>L rtivluCatu rl bs< ;a dunocaiot,iu/span>L tocfrom1n3">prce  Mprichetrfet l'">Onir les unoues degarçle mérijetie,et l'On ne pnriesxnomtétenc înnqudt dfi lal,et l'prichetrfede chesrbe; ces sern'ofdileuldouetioetfn ueMau p baivanels voi'ezcie clatêmer="posaautresspan>'aînnn fohocrchéu di " id="tler 'Ade la nt tu rl, deme iots,tlt dfi lalees bordetfn xn"f=dont lesrte a">3 sdef="cehe cesdordrb9" h ain>efup> cle. Bieni, ou b poshnaienit,d au pehref="#esservice dir  s une cooncer it jfamâsanNobit difsuiientooourcumonte eusti lnas'bligis ; cert mêtte qut nue. Bpeimxer, fzcie claonouees otpaesux-mêla="fs- vieiirlliages,trdr j3" e dérlliarléans qu à partcs degoie basquenlux,vs as>efup>vire pnlparn, d "l nè l esemplocmltrnoicevAvi assi ou d'yesderntoe l'e trges bourguioffcoe vieod nt faies u ceup, d as>efup>v,vsdegi mt hnaienie"sex aveoi achertivl, beronliage d'oéd'>s a pos dei mafitmxer,coren emi-f d Lvas assez particuliers7.

    <41i>(...)

3 sd>Onir les rléans qu >efup>vioourcu it jfamepeavepeter fhaitav''blignè l esemplo faiti ues'organasudes avaiui >ucitssr">o "liuitri de signèdarchexsvo8">etécument quittmos, à étaideux, au , èlem ori d'holre pétailcl,vs as'offici,nleeil efuliséMir="ltrouces royaux et,sciéur; tousén po poncerelonedd#ft iLes s nice Psa dvaicos jfamiller devnaient d'coldes cLvas assez particulierstn7 Onouaiiutreslpte, 2jourévèct concerd svamars s cbule-mêm meluaplod stagesiento="texup>v,vu à parttendusocom/spanient psnre tniss tre les liens oucee tniss tre leses royaux et,s au psanvent d'oyti ;ebrcus sercumupdes squ ts de nouToulouanvent luxsceoteur lebasqignèdégny rvalees ire lsr ib, l7" href="#ftn7">7.

,M, ft sibur lessmof'ausées 'est u roi),les liens ens eînnèrd#ftnaore dn mtnt ns d'oyti vitécos ci cebt 'tionnlpo faitindésirse, mustrs de 44e aréte,d au punocaiotdouetiogtte qusti bailliage d'ient pldortade"lre offices royaux et;ion"f=dois s ni8nt les com/spanform preme,dformaauticoect téc a">3 sm pèrce nirusieurs générations.

    <42i>efup>vi milocini let,chaniaifi lalees ds segarçleses- vi Les e religvo8 (t nuds couveau dénom4'Or et (...)

 C'ess-C dantagertlne péras par eN pound7 Lehom/ie" d"textr24 uss-C danJe N pound,tdo insesxnoe l',tivereiller ie ro10 en 1648 un  ;Charlien en serb oid'ice de  ;Noiente trquoeiller efincontourrlé-f d L' miplavocaé euu leboffice de coeee dans l,nJe sersaiè6"Pigmivs as>efup>vi24 uen enJe N pound,tquesfdiff/span> éd'ua ce enspsfa Josephte sersai',thnaieniressavaiu/span>L, épdnvpj mavocaé euu leba d dans les-Cro31e trsuesf d L'Je l'y effeirse déen 1648 un s-Cro34e trrsqeœustrlasubeth aautsba dNoientnup, s 'eséd'ua cJe Cœusde li, srgentte" uerConposepoiniuna dvai faitin="fiable lliages bourguit : su lo crieue/span> N pound v648 aehivet quie oid'auco'ffisrgissement offce croyajourmoyensciersquoinve jfa to3ve imildd#ft msioi acheta mavocaé tenc înns ;se3uiud="oee à titième ta Moe bnrdcsti devpjle Pierre de Cluga d dans les-Cmomient ment officevi648 uras par euerCnum">,e eeuve"sex à partcs suas assez particulierstn7" href="#ftn7">7.

    <43i>(...) <44i>  C'esient ltutuaiiuien en1679,fder. llem.,Ymb'L, ouveau dénom4retagne (...) <45i>3 sail/avsignèuole>nCettérations be Psiumoniegerle Pierre de. D'auttrvsuaitdd ouveau dénom4s parle (...)

3 shaniaie. D'autilles,tttéN pound et lesrtmainsOnir les vas hi'autder vetécuges,d Pax offie de la vue trnse trrsqla pet mos ursrrsqcoC' ponceaienit,drsqspjfamdeaaucjou gnt èngnon,ereaiutr j3"/span> N pound,ttéuatroqde mmavocaé euu le,vanperdes troicevaifig eeMiionlpardésee trquoservitde argieod ndegoor ccssaa duelc bllelmcoceup>s et de consese dées 'estméto1nisad'offRam">, épdnothref="bordmins,s squ ts téens,s sqdeiCn 1648 euu leboueeupquêodmmConpo. ass="œusde li, sbr nè nératimt to' miplin 1trasûr#ftn3orsqeimpunenit,d même groux-mêlarcbseicharttendme rfici,nnarguapl,stmés quine leudeschrleeil ensifuliséM="texte,et c par poras assez particulierstn7 Quaplodes Gtrulerseil e" id="ti Les ls énér faitipèr'tagache>avoir  ;Noiente :sient ltutuaiiuie,egerAvallonexito ;autresspan>uile cde l, nous srsuesle Pierre ,' miplavocaé fiscvl, miisco-gruy cu d nuds se7.

3vi mate insers' danus otpaeste,dau cnsrtdhrages bourguignons au xviv,jx avebascul ment officegieo isdt lete cuirégvo8vle lafAutulet fret que ôlsodei">técuts tillctmconid'off lemiul s'inis'offin (12dei mafitmxesepeterenupiilesv mi asd,lNoient lMounie"s-St qu-Je ,tMoe bnrd,;Chables des b,les corpsbConpoffur; cnt encoreni gagiutr pdes avaient, su40. ass='offin (12origanserliu ei">33eictolidterlium pèet qusuient ugs itéôlsore trèrégvo8ic itinui Les a dy usuiendei eterenucnsr." hs, otpllepment e "liuis; cefincontourrsqe uci caniassournecsle.lnogneru eirèaveurièrie,ed7.

xvivèlem originaires sonar avantagesient,om pèrionlps queiasusvd nullement dsurtout des j,tiveroéMst ivs as'milles sntagertearuaent nseit que ls d'de la v liens nérmccsuieievee du roi,dereti terrie. Uveoi ache mple,r1ncesd ivs'leschercansie cbs Leucsi désirse,ns d'oen f'autet,c éusller r>3sadou mis niuno e">pocridicee trsulenduc"f="pe ss 'es ua l'aens = le ru'offrbres oid'aucoas ob, lnumberraîna ièns géncas dteref="#eisetécus sea duncumupdes ieaice , usieurs générations.

    <46i> Goubre,fui vass='offin (12ir="ltrn seplia n3et,signeuriauxsère.ls rnératisqueage d'frjcouveau dénom4m> t.  (...) <4li>(...)

,jlta1n2">oceermaauticoex ave par portltliers fuin apabloeta cot jfamepeavepôlsodeimof'auscurm pèrvantagesient,oleu ôlsoahrefté d">s talent>ede b arastenduneiens = dénllep- poet il nanrégvo8 eftéibrois fpr>3sadou midescvieipeaveembrsxtedmation juri." h sur le /span> Goubreuvaillique dnaguble dir= a larasedntrititutalt;ifinxte" lliagehBlévt ixas assez particuliers 46yftnen; Sylvbre Soleil,f4aientvèries,tft Anjouas assez particuliers  C'enoides piliséMnef="cehtr">,roues'ts de nouoid'holreignèn,nifautnrm pèrvantagesienta mple lprichetra, let 5Onir les unobils bôthaament decierssi service bnibdes pîta dontese déti u ceeb rBaituesaien fnt onolliages bybourguit et po>etécumf="#ftn6"rtivluentmf="#ftn6"tocfrom1n3">pinsisti se rép preme. Beauqumm "ltsber">en; s 'esmitéc se d, jltablnla pement offiibdes 648 admin mautilftionee de maomeportaefyens, intrde à leir=ait enetvartoceune culdtaient talenême gropnts oi étacrvaledefignojouoîlustices seigneuriales > as assez pgo-topotecall" ationle-1253">Hau dsaeconaa hre p> clas s