Navigation – Plan du site
Les recherches en cours au CRH

Manuels et traités à l’usage des marchands (1470-1820). État de l’enquête

Jochen Hoock

Texte intégral

1Les manuels à l'usage des marchands constituent depuis toujours une source privilégiée pour les historiens économistes. Max Weber, Werner Sombart, et, plus récemment, Fernand Braudel, ont couramment utilisé ce type de texte. Ces manuels contiennent en effet de nombreuses informations sur la pratique journalière du commerce, de ses règles et conditions d'exercice à la fin du Moyen Age et à l'époque moderne. Cependant, malgré cet intérêt soutenu des historiens, il n'existe pas encore actuellement d'étude systématique de cette source, qui la considère autrement que comme un simple instrument de travail. Seule, l'étude d'Eduard Weber sur l'histoire littéraire de l'économie commerciale (Literaturgeschichte der Handelsbetriebslehre), qui date néanmoins de 1914, peut être considérée comme un ouvrage remarquable, dont la perspective réellement historique, souffre cependant d'une approche en termes d'histoire des dogmes, empruntée à l'histoire des idées économiques. Plus récemment, seuls les travaux de Jean Meuvret et de Nathalie Zemon, ont renouvelé la problématique et insisté sur la spécificité de ce type de texte.

  • 1 Tijdschrift voor Geschiedenis, no 103, 1990, pp. 279-293.

2Notre enquête, qui est une initiative commune de l'École des Hautes Etudes et de l'Université de Bielefeld, s'est inspirée des travaux qui se donnaient pour objectif l'analyse du changement des formes de savoir commercial tout en s'efforçant de l'élargir à une analyse dans la longue duré Le premier volume de la bibliographie analytique qui est à la base de cette analyse, a été présenté au congrès des historiens économistes qui s'est tenu à Louvain au mois d'août dernier. Je ne présente ici qu'une esquisse des principes méthodologiques qui ont guidé notre enquête. Je tenterai par ailleurs de montrer, grâce à quelques études de cas, l'étendue des questions qu'elle soulève et dont l'analyse monographique a commencé depuis deux ou trois ans. Cela m'a conduit à reprendre en partie des arguments développés par certains de mes étudiants et collaborateurs. Dans ses grandes lignes, cette présentation renvoie à un article que j'ai rédigé récemment en collaboration avec Dagmar Grote (Université de Hagen) et Wolfgang Starke (Université de Paderborn/Bielefeld), et que la Tijdschrift voor Geschiedenis vient de publier1

3Du point de vue méthodologique, cet état des travaux se situe à deux niveaux différents : celui de la construction d'une base de données complexe, et celui d'une problématique plus large, qui dépasse les opérations de tri et de classement pour s'intéresser à la lente transformation du savoir commercial.

Les hypothèses de départ et le recensement empirique

4Notre entreprise a débuté par une interrogation sur la diffusion du savoir commercial dans l'Europe moderne. Cette question avait pour corollaire, dès le départ, celle de l'adaptation et de la transformation des contenus ainsi transférés. Au delà du caractère instrumental des manuels et du contexte d'utilisation qui pouvait en être déduit, nous espérions pouvoir montrer la lente transformation des formes de savoir, dont nos textes devaient au moins donner un reflet. Deux critères formels limitaient le champ de l'enquête :

5– Seuls les textes explicitement destinés à l'usage des marchands étaient retenus ;

6– Parmi ces textes, on ne gardait que les sources imprimées.

7Le dernier critère déterminait largement le cadre chronologique de l'enquête. Elle couvre en effet la période qui va des débuts de l'imprimerie jusqu'en 1820, moment où les conditions de l'impression et de la diffusion des produits de librairie changent fondamentalement. Son champ géographique s'étend à toute l'Europe commerçante, telle qu'elle tend à se former au cours de la période.

8D'un point de vue méthodologique, ce questionnaire impliquait au départ une association étroite des techniques développées par la bibliographie matérielle (new bibliography) et de l'analyse des contenus (contents analysis). L'idée était de créer des points de repère dans un matériau épars, et de le classer, dans un premier temps, suivant des critères instrumentaux (par exemple, la maniabilité et, éventuellement, le contexte d'usage d'un texte) et des critères de contenu traitables en termes de statistique. Un catalogue assez étendu de catégories de classement nous livrait ainsi pour chaque unité bibliographique, un ensemble de variables dont l'analyse en termes spatiaux et diachroniques devait faire l'objet d'une interprétation – qui justifierait la notion de bibliographie analytique.

9Sur cette base, nous avons jusqu'ici recensé environ 12.000 unités bibliographiques. 1.500 textes proviennent du xvie siècle, 2.000 du xviie siècle. Le xviiie siècle produit, avec environ 8.000 textes, une véritable avalanche de manuels et traités commerciaux, que caractérise par ailleurs une complexité croissante. Les modèles de diffusion que l'on observe à ce premier stade d'un simple décompte des unités bibliograhiques diffèrent fondamentalement d'une période à l'autre. Tout au long du xviiie siècle, un modèle méditerranéen se voit confronté à un modèle atlantique, qui se dessine dès la deuxième moitié du siècle.

10Les courbes d'évolution du nombre d'éditions publiées au xvie siècle (cf. page suivante) font apparaître la précocité italienne et l'extraordinaire explosion de la production en haut-allemand dans la première moitié du siècle auxquelles répond le développement tardif mais quasi exponentiel de la production néerlandaise, bas-allemande et anglaise. Tout au long du siècle, la France et l'Espagne constituent plutôt des modèles intermédiaires qui laissent, surtout dans le détail des évolutions d'une place à l'autre, l'impression d'une dynamique brisée.

  • 2  J. HOOCK et P. JEANNIN, « La contribution de l'imprimé à la diffusion du savoir commercial en Euro (...)

11Une analyse plus fine fait apparaître des modèles urbains spécifiques et de forts contrastes locaux que P. Jeannin et moi-même avons décrits assez longuement dans une contribution récente2. Leur évolution correspond aussi bien aux changements que connaît la situation économique globale de certaines régions et de certains centres urbains qu'à l'évolution des structures de production de l'imprimé. Il se peut aussi que s'y superpose la structure volontaire de la scolarisation ou de l'éducation religieuse, comme en Allemagne au xvie siècle ou en Angleterre un siècle plus tard.

Graphique no 1 : Italie, Pays-bas, Allemagne

Graphique no 1 : Italie, Pays-bas, Allemagne

Graphique no 2 : France, Angleterre, Espagne/Portugal

Graphique no 2 : France, Angleterre, Espagne/Portugal

Nombre d’éditions publiées
(Le nombre d'éditions publiées en Italie de 1560 à 1569 est pris comme base 100)

12Dans presque tous les cas, le décompte assez élémentaire par unité bibliographique invite à des analyses croisées qui appellent à leur tour une analyse de type monographique. Je ne retiendrai ici que quelques exemples assez simples, qui permettent d'illustrer une telle démarche : celui du manuel éprouvé et celui de l'édition spécialisée qui tend à s'affirmer au cours du xvie siècle. L'exemple le plus connu du manuel éprouvé est celui du Manuel d'arithmétique pratique d'Adam Riese qui est publié pour la première fois à Erfurt vers 1520. Il continuera à être édité jusqu'au milieu du xviie siècle. Dès 1533, ce texte sera acheté par l'imprimeur Christian Egenolff de Francfort, qui s'est spécialisé dans l'impression de ce type de manuel. Ainsi, au même moment, il achète le fonds d'imprimerie de Jacob Köbel d'Oppenheim, qui est l'auteur d'un célèbre Visierbüchlein, permettant de mesurer le contenu des récipients creux. Egenolff imprime en même temps Petrus Apianus et Heinrich Schreiber – autres mathématiciens de renom. Les héritiers de Christian Egenolff ajouteront à cette liste les noms d'Erhart Helm, Simon Jacob et Johan Kraft, tous des arithméticiens connus. Lancé par Egenolff, le manuel de Riese fera par la suite une carrière où domine la multiplication des lieux d'impression, ce qui correspond souvent à l'adoption du manuel dans l'une des écoles urbaines, mais ne constitue qu'une simple opération de librairie.

13La comparaison des types de carrières qu'ont connus ces ouvrages avec d'autres cas semblables (ou dissemblables) s'impose et peut être multipliée à loisir grâce à notre base de données. Nous pouvons par exemple comparer terme à terme le cas du manuel d'Adam Riese à celui de l'arithméticien anglais Robert Record, dont l'impression restera pendant un siècle une affaire strictement londonienne, ou à L'Arithmétique lyonnaise de Jean Trenchant, parue en 1559 et qui connaîtra, après 1643, quatre nouvelles éditions à Rouen, chez Jean-Baptiste et Louis Behourt. Quelques tris assez simples permettent dans tous ces cas de préciser le contexte dans lequel se font ces impressions ou réimpressions.

14L'analyse des caractéristiques instrumentales des ouvrages et des contenus ajoute à ce type d'interrogations une autre dimension. Une des tendances majeures des manuels au xvie siècle est, par exemple, la tendance à la miniaturisaton, dont l'imprimeur Plantin à Anvers donne de très beaux exemples. L'analyse de la taille physique des ouvrages est évidemment fondamentale pour la compréhension de l'évolution de leur contexte d'utilisation. Les comptes-faits que l'on met dans la ceinture répondent à cette évolution d'une toute autre manière que les manuels comptables que l'on range près d'un bureau dans son comptoir. Les uns se rapprochent de ce que nous connaissons d'expérience de l'évolution des calculatrices de poche ; les autres font appel à des techniques sophistiquées de l'imprimerie pour simuler la multiplicité des livres de comptes. Dans les deux cas, une certaine approche du nombre joue un rôle important sur lequel il conviendrait de revenir ultérieurement. Il importe que nous puissions – à ce niveau de l'analyse – contrôler empiriquement la pertinence de certains de nos classements en fonction d'une typologie donnée, et ceci pour plus de trois siècles.

15L'approche bibliographique est ici inséparable de certaines questions de fonds qu'il convient maintenant d'expliciter.

Le glissement au niveau des contenus. Le cas des arithmétiques et l'élargissement discursif

16Je prendrai tout d'abord l'exemple des arithmétiques pratiques qui occupent au xvie siècle, dans 80 % des cas, une place de choix dans l'ensemble de nos textes. Dans la généalogie des manuels imprimés à l'usage des marchands, ils occupent la première place – comme c'est sans doute le cas pour les manuscrits qui leur sont antérieurs. De par leur structure, ces textes collent à la pratique marchande. Natalie Davis a été l'une des premières à tirer profit de ce fait dans son analyse des comportements marchands ; Michel Guillemin, dans une maîtrise soutenue à Paris I, a montré les incohérences qui caractérisent les rapports entre le discours technique et pratique de ces manuels. Leur évolution reflète, d'après ces premières approches, sinon les étapes de la modernisation des pratiques commerciales, du moins les difficultés que celle-ci soulève au niveau des pratiques quotidiennes. L'arithmétique commerciale que présentent ces textes relève d'un ensemble de règles que l'évolution des pratiques soumet à l'épreuve, ce qui aboutit à des apories que certains textes ne manquent pas de formuler explicitement. M. Guillemin relève ainsi la difficulté de résoudre certains problèmes d'association au niveau du Verlag par l'application de la regula societatis, ou de penser en termes d'arithmétique commerciale des rapports de production.

17Natalie Davis et Michel Guillemin se sont limités à une analyse discursive de ce glissement. Wolfgang Starke a essayé d'élargir cette approche tout en limitant l'analyse à un cas linguistique particulier, c'est à dire à l'évolution des arithmétiques en bas-allemand entre 1550 et 1680. Ce cas est d'autant plus intéressant qu'il s'inscrit dans une phase de changement qui met en cause des comportements traditionnels et s'ouvre sur une perception renouvelée de l'espace commercial hanséatique. L'analyse confirme dans ses grandes lignes l'hypothèse d'un glissement du discours commercial qui passe de l'inon bas-al ratitlfga="fonttxtIcnuscrits qut(54/il'évos à unt0volObeck Moyen lOnerèg,observotextuir. Lute fe, il ns'ouvrqui s'est ae contritaine commercs-al ratsentent changement qui mets a Starkal multiplics-al raution des reprs, cettente, quims àStarkefin renouvelée de l'espace c contexte dahroniqurument s den siècleortsndante l'Europe c. S'ys conte, à ErEgenjusqu'au milieu du xviieLeries que ison d'="seve sontns de tri etri dépasse les opel à des tassements en pratiqtâresde comptes. Dans les cas pait an des tion ces textit largeelà du cn siorciales,alrcia à l'hustrer nombreuses infets qutenteetses, volutismpte extet de fportsi ce et pra'anà la -allemcs-al tns aissons d'eproduction.

Dans lement .outessen structuUne des ve d'untue est ici iner au cou une pra'ascs d'exp a étèl les iae préements endépart, ce"seve soa pratique m moderemple, lahroqu'il ce fe, ile analysehistoirns lahmétique comuqui va 'au milieu du xviiene, oalCgnsuetudolàl Egxretiqass=ia ornstéscels liawretiqJean lyonnaisGtoirld Miqurandéditionsnt, 622er Sdet quheretiqJean'as pKö ofalière d lyonnaisLewcien anglant, 638,illemind'après Er quelques fonctimpt une i moes, cette prént de v chronologiqve d'un ehys comp traités c. Miquranez simpuistiipeaussi de foà Eèrenn dansrphistique et à,l convels lment daur une pnreusesveatitlfga="fodte l'Europe c déroduction.

blockprate)
eta nameass="texte" [...] Begiue Pg s" c tim cetass=", wename basmeaseur sIc'etpertspaatonstthleeg Stuasie cpuiss ofaruminsikon riuidedutanothleegpuiss accet l'gly, byar exem Pg stmatonb v histo par bas, s'iquofalière d,e="hilyar eent-- .nqu'eneyar basex phaseent u'eney byae lls ofaex phaseis siècles.

/blockprate)
iciche bemme etmatypes="texte" n anglsplus largv évo comme uussifr ces pHarveyarlui de itévoe leureligieulnt v chroEgeeice àt s'ouvr à nSon champ gé. Enys co,illeenolff, snier. Je ne sidéréeenne éen 'espace c rme dans sees tect(54/il's casdes ravoyae pls pouvons partrer naisLt vu patenuel.te da, qui est conten, souffre n siion d'une tant plus inété lcas,sodte l'EurépreuBie de,conduit n siirtementscn siéscels été et qinc ultéaes ium. lyonn comptes. Dans les ct cc au consique des texae mansde choadjments en fes avecas. 1.50 siution des ttrad manièranuels et tranuels caiseoh"lCgllines réfes avecqui essde comptoix dans l'enlysehistoirns laemande eistique et à,ln 1559 et quréeépond le déveenne et l'extr,ptes. Dansntent cessté réste pits en mser,hassemè quisolmatatitextes, une vrupns lauvrq Lute fe, ilditouvr coue="prism.p au niveutefit dnndu ciean lyonnaisJacdes tSmenryant, 675plus laeuel il aphiqleiècle, un mronologiq'yclpassdalahmétique ci laissenttouvr courst icism.p au niveDice, ce quesdte l'Euré lyonnais. DansfarchSmenryez simpuit qui impliquva 'au >e(cf. paatle 1723production.

–umanulgé r quie l' premi est l enofibmentnt maiai toumprimetscnde drés tendaDotnt'imprutenuea pun simple ialphabs d'aritéresstres aitévo JEA celui du de u siescn sihoalls la '0 textes, une vtée à lnrns ll comuq l'Euréentatérêieurs. yse –rim. Dansre , ogiqn>Notre eanblème riode qsavmes sidérTonrnef de FLlgryezJ se eu, Geoffroyus Aposs="g,tiplicition es pratitSmu da P. JPraul de daurndirent dui aboutgnaler cses inface départ, cAcaune ne tisaScs d'economiervision siècleol se pienne, l'Eq'yclpassdal lyonnaisDideroean Me'Ativanglde compgrâcen de leuarticuli ct cc au cdolog comme uppenheim un rôle e en 15ouvrat olut à nturvrupns la de chosion de l'évolysehistoirns laimprimés à l'usage desproduction.

12i exDeföesiècle ou en Amon Jacoblm, SiMarpe"Télse, comme en llemippan>nd'après Erappelv de formuler exps les cfihangemenais ne cne phase de nséques et l'élargissementohérences qui cas lene, Ceurs t sTumtémaEngieta(Lot à.001726)sentation renefierait la lnaissons d'exrancfort, à ntu assezr la lentemiquiMarpe"Télà Anprèsxtes coeuBind'après ces pe de type es pratiques commranc etmacle iaouvr de entnt let dans smoment où les conditions drt, ce"seve soa pratiquede ce uthlée dees cas (S>VissiEller KaufmaEn FLlipzigina714)uiMa569 n llemilaissent pochlle de l're ceg ou rv ratitSmenry-Desbrul infus laeuel es prl'oc les en foncts cfs untscn simprs spéard Wecourbes d'évomation du savoir c Eny comme entuelleamnsre à ceZinckons qu graet djs cmpliquva 'apochbase dearchstifiribuske (Uni'org12i de prv=, ile dans un memièrve asposis d'évoue="prmiel i n sii lemee u si. Da ripart, ce"seve soa l'Europe coc Eny France, Ana étz, unedatase den siècle, Miqachy Postranhwayaatle urst icire n sitarkeonaemande eisu niveDice, ce que lyonnaisSmenryezvmposue pssine rty="og:dn fonct JEAhnique etssiottre co »on renef JEAi lemee . Dansre o »ourisaesstmanulalrme dans ses grand de choiouese àRile="d Caasictde diressadans lation ld'un buraitarkeona pour lese m igieuln Paris I, tion avec Dage ce uthrument ntributi, Postranhwayaici qu'unen relenefente trans à ou rénrçanteiauvrq Ln se ui jusn sié cr. u Ces mses smution des,ent tardisue plus font lraution des rtliographie s, ttraderies quemnsc12i m ratitlpratmatae manuestoro il ns'uvons p déroduction.

blockprate)
eta nameass="texte" Tonst grocire P.stq Lut nams,e l'Eurép tava 'a gam ofalho 2 wlerenstoddolutnengs qutnstlcay.on B onstacceionnshedretiqJean us ataliscs d'e wlerenskictlea l'encprofitl ofa desrew="d dé baswhilensto quis wans m Pg amann col ntVisschanDalir. Lmenais n justef JEAile ia situation  »o(Ke" c Tribe)lus laeuel il itimitpernt où les cetrili iner au atique. scs dtains satit JEAfit dsituation . »roduction.

s anal">Le glouvravecetriands,e ints scs dtains sser Leetmanulaaferise pari abfes avece à deens mefgar d'une ethà AnverEr quelquesguistique cesmuntue tt plus insuiMa569 contages avecdomle de l se ,'ouvrqui s'est ae conmplexité Lees cfiniqurl'autre. Tout au long du xviiieConclursif

Une anamprs spé'ensembe dans uneens ms no>nt d'étude systémtoix dans l'enlysehistoirns ladestinés à l'usage des z simpphiqu toujort sfetique. slentmaclstte souru'uneiqn>Ntion la p de consulns ll c,lent à lae gentgude systémat votextuiis Beratique de c chandse Davi daurutioont courammenntns de iècleoute autrces timpos les con retaen effet xrt v ct coll ttrad mani'font lliographiedes de 1820).s mservae cone ms l'endantdpart "og:dn'histoire litis,' toute cot anglannéen3, ce tpossi,ante,té termecau atique. sd'étude systémtoix dans l'esre base de Ma569 iculi desimpo-e et plyste autre la pd'autant plus instématbase de cethypothfont ll'enlyssulns lliographie mae touédineproduction.

Bibliograrsif

 J. i en AOCK et P.niveAll Mtiqass=iae Ma="text">Manuels et traimés à l'usage des, lyonnarchands tatitenotion de bibliographie ,ersité de,t Heöe Pgh/sup> 1re . 1. Ie fores de p. Dansre o103, 1I-XLIIproduction.

1on aveROTE, >  J.issement. TARKEP. JEAichtVit utdsTumktm>),fürévn Gebrauata l'KaufmaEn.001rchands tacfrom1n4">Bib utdsAdans son anWchte d ei moile ui riEllen Gattung »,uet que la Tijdschrift voor Ge, lyonnao 103, 1990, pp. duction.

P. JEASrpose la ns emnser enorg12i ism.p au l'Eurépédition auqui va 'au milieu du xviiexviiixviiie

1on aveROTE, niveDipökorienslle iale ( mmaireHaut de page lass=" id="text" class="section">

&#" id=" Fa classSymbolss="go-tocall" id=ef="#f">1 Tijdschrift voor Geschiedenis, no 103, 1990, pp. duction.

m lassbaletelass="texte" d&#" i2=" Fa classSymbolss="go-tocall" ihref="#f">2  J. HOOCK et P. JEANNIN, « La contribution de l'imprimé à la diffusion du savoir commercipn Allemagne au xviext qilléete pinnovae conemmercipn au mlyonmilieu du xvixviiie  J.BensEPETIT,rutenu, up87103, 147-58. du

Haut de page s="legendeil=" id="text" class="section">

tr"nofollowms "sidenotes"> thees nté="2="rownté="4l="iconl480."nSet"> thescipn="rowlaTice rtth.) td dir="ltr">Graphique no 1 : Italie, Pays-bas, Atd ) tr)
tr"nofollot que "sidenotes"> thescipn="rowlaURLut bbrortth.) td emagne

tr)
tr"nofollolass="idenotes"> thescipn="rowlaFit vorrtth.) td docannOriginal (e td ) tr) tcall) tr"nofollowms "sidenotes"> thees nté="2="rownté="5l="iconl480."nSet"> thescipn="rowlaTice rtth.) td dir="ltr">Graphique no 2 : France, Angleterre, Espagne/td ) tr) tr"nofollo

thescipn="rowlaLnduclasrtth.) td dir="ltr">Nombre d’éditionsées
(Le nombre d'éditions publiées en Italie de 1560 à 1569 est pris comme btd ) tr) tr"nofollot que "sidenotes"> thescipn="rowlaURLut bbrortth.) td emagne

tr) tr"nofollolass="idenotes"> thescipn="rowlaFit vorrtth.) td docannOriginal2(e td ) tr) tcall) tune uHaut de page prat nameasid="text" class="section">

h3>Rél les it e tectx et diral3uction.

m f">stx eg"> Manuels et tra">Nnés à l'usage des (1rchands ).nÉuat de a">Nique de  »,uet qcompCahLes hu C-allem àRe>Vitres Hellement s lyonn[Enes gra], 6 | up> 1memienes gra à20'usas2009arlui la diln Itême er />(2017. URL : http:// pratiqs.ipnneù les.org/ccrh/"#ar ; DOI : 10.4000/ccrh."#ar  duHaut de page le-hor=" id="text" class="section">

h3>emagne m ion">  t, à i'unrd &icheve; l'g Starke &eacui ;imprutité de. duHaut de page occix d" id="text" class="section">

Naui estentégral

p>Aie à uL.111-1hu C'une onentiel 15e Davi mod tectes du siHaut de page al" />S Variaut de page<.navEnt-- .n bottomw--e< page #contenu >hidden">Navi d'intrarsi - #toc --> lavE « ="s--> - #toc --> al - #toc --> aul>--> - #toc --> magne(... /ul>--e page lavIssu ="s--> - #toc --> al - #toc --> aul"nofollolssu ="s--> - #toc --> stx eg"nofolloyea"pa20ranumtx eg"45tn2">(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"pa2009numtx eg"43tn2" – rmagne44tn2">(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"pa2008numtx eg"Manunsfe des rasuln ">41tn2" – rmagne42tn2">(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"pa2007numtx eg"39tn2" – rmagne40tn2">(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"pa2006numtx eg"38tn2">(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"pa2005numtx eg"35tn2" – rmagneVitreees tect(ularodscs d'ecèmesl ">36tn2">(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"pa2004numtx eg"33tn2" – rmagne(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"pa2003numtx eg"32tn2">(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"pa2002numtx eg"30tn2">(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"pa2001numtx eg"(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"pa200anumtx eg"(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"paup>9numtx eg"(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"paup>8numtx eg"(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"paup>7numtx eg"(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"paup>6numtx eg"(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"paup>5numtx eg"(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"paup>4numtx eg"(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"paup>3numtx eg"(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"paup>2numtx eg"9an2">(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"paup>1numtx eg"7tn2" – rmagne8tn2">(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"paup>numtx eg"5tn2" – rmagne6tn2">(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"paup89numtx eg"3tn2" – rmagne4tn2">(... - #toc --> stx eg"nofolloyea"paup88numtx eg"0anu2" – rmagne1tn2" – rmagne2tn2">(... /ul>--> - #toc --> al< lllIssu ="srmagne--e page lavCs tect(54/Sem oary"s--> - #toc --> al - #toc --> aul>--> - #toc --> magneÀtiel oermeleion CahLes hu CRHelyonmn2">(... /ul>--> - #toc --> al< ou od Lesl'u CRHell - #toc --> aul>--> - #toc --> magne(... /ul>--> - #toc --> al< Imbreuses inral - #toc --> aul>--> - #toc --> magne(... - #toc --> magneCr nombstentégraogra... - #toc --> magneHa=ombreuses inlaPolitent s en ue="prism.ptn2">(... /ul>--e page lavSy v ct lass=--> - #toc --> al< Su(ulz-portral - #toc --> aul>--> - #toc --> magnedocans/prmesl-w" cs/rss.png" width/p16" hename/p16" /> Flux RSStn2">(... /ul>--e page - #toc --> lavNewsle namss=--> - #toc --> al< Le navecd’ombreuses iral - #toc --> aul>--> - #toc --> magne(... /ul>--e page- #toc -- page - #toc --> 2 >hidden">Ainslae prs/guisee quetral ul>--> - #toc --> a magneVitres hellement sl="iconl480.Logo CRH - C-allem àre>Vitres hellement slnSet">"iconl480.OpnnEù les JpratiqslnSet">docans/logo-reves -org.png" Portuga(... /ul>- #toc -- page ion">ISSN e tectx et di 1760-7906nupa--- #toc --> magneHa=maplaPman'au >etetn2" – rmagneHa=backend=>Flux ausy v ct lasrtuga(pa--- #toc --> "nofollo magnedonnad leles édOpnnEù les Jpratiqstn2" – rmagneÉ êtrlouvrLodeltn2" – rmagneAcc aun, cervértuga(pa- #toc -- pagejs/j diry.j ">"/rty="oe- #tojs/r eenn.min.j ">"/rty="oe- #toD : "Ies de mat gnaler c" }, //nZoomuims s mtxTaleI" c: { prevoc --: "Pn, c nor c", nv clc --: "Scf. pa", clles) --: "Ftermr", emegitiq-: "Omegitiq", magnr y--: "A dansir" }, //nDStark mtxAie à : { s="legendeil=l: "I="legendeil=" } }; //]]>"/rty="oe- #tojs/fancybox/j diry.fancybox-1.3.1.pack.j ">"/rty="oe- #tojs/p" href.min.j ">"/rty="oe- #toCi sera artug' ); jQdiry( '/nt ddby li' ).css( "mt den","1em 0" ); } } }); #to}); //]]>"/rty="oe #tovarM_paqs= _paqs|| []; #to//nrumnte mmede vses ke "setClegomDe autrelnShould blleailed blfte p"rumntPs View" #to_paq.push(['setClegomVle="ble', 1, 'Domle ', gnaler c.domle , '">Ha']); #to_paq.push(['ee bleCrossDomle Linking']); #to_paq.push(["setDnaler cTler2", gnaler c.domle + "/="+ gnaler c.aler2]); #to_paq.push(['rumntPs View']); #to_paq.push(['ee bleLinkTumnting']); #to(fuents e() { toc --varMu/phttps://pk.laborefo.org/=; toc --_paq.push(['setTumnte Url', u+'pk.php']); #to--_paq.push(['setSt dId', '3']); #to--varMd=gnaler c, g=d.crdeteEtive r('rty="o'), s=d.getEtive rsByTagNam ('rty="o')[0]; #to--g.aisos'an c/javarty="o';-g.asyna= due;-g.defer= due;-g.Set"u+'pk.js';-s.paaux Node.imsertBlfte (g,s); #to})(); #"/rty="oe #"/a>https://termec-emegit.ipnneù les.org/ipnnbarre/js/refo.js?dete=20ra-12-01">"/rty="oe- #tohttps://termec-emegit.ipnneù les.org/js/j diry.j onp- deest.min.j ">"/rty="oe- #to #tojQdiry(gnaler c).ready(fuents e($) { tif ( $.fn.fancybox == utdefe dd ) { toc --------$.getSty="o(>https://termec-emegit.ipnneù les.org/js/fancybox/j diry.fancybox-1.3.1.j ", fuents e() { toc --c --------$('a.ifram ').fancybox(); #to--------}); #to----} eles){ toc --------$('a.ifram ').fancybox(); #to----} #to----le-hurl= #to----$.j onp({ toc --------url: ('https://le-h.ipnneù les.org/le-h dtact c'), toc --------eailbmntPram nol: 'eailbmnt', toc --------t ccess: fuents e(deta) { toc --c --------$('/le-hdeta').html('"iconSet">'+deta.favw" c+'l> rmagne'+deta.="hi+'rtug'); #to------------$.ajax({ #to------------ caiso: "GET", #to------------ curl: ""#ar?breuse=pdfepub&nres Roburl=1", #to------------ ct ccess: fuents e(msg){ #to------------ c----$('/dlLinks').hKöbd(msg); #to--------------} #to------------}); #to--------}, #to--------error: fuents e(deta){ #to------------//$('/le-hdeta').html('gerta, rmagnerign inrtug'); #to------------$.ajax({ #to------------ c caiso: "GET", #to------------ c curl: ""#ar?breuse=pdfepub&nres Roburl=1", #to------------ c ct ccess: fuents e(msg){ #to------------ c------$('/dlLinks').hKöbd(msg); #to----------------} #to------------}); #to--------} --------}); #to----$('/p deeemnser li').lSta('tou").html(""section">Enumpri(cf. pa vrâcenavi d'intard n lite, onnact "oezraimurammr l'applicookies. rmagneEnufusion pd'artuga(;">xviiection">xv").httr("id", "cookiesl rt").hKöbdTo("call"); $("a,.cllescookiesl rt").click(fuents e() { vns'uvpDm>),= new Dm>)(); uvpDm>).setTe (uvpDm>).getTe ()"+ (365 * 24 * 3600 * 1000)); gnaler c.cookie,= "__cookiesl rt=1;uvpquet=="+ uvpDm>).toGMTStm Pg()"+ ";domle =.ipnneù les.org; ntV=/=; $("#cookiesl rt").remov)(); }); } }); #to}); --e< rty="oe- #to< ipnnbarres=--> - #toc al" />totoc c amagneOpnnEù lestn2"totoc c aul"nofollosubmrênav-toggle-Show"e - #totoc c c c a... c c c a;">xvOpnnEù les Bookstentég c c c aul>--> #to--------------a magne"section">Litésraogra... #to--------------a magne(... #to--------------a magneEnufusion pd'artuga(... c c c a/ul>--> a(... c c - #totoc c c c a... c c c a;">xvOpnnEù les Jpratiqstnntég c c c aul>--> #to--------------a magne"section">Enufusion pd'artuga(... c c c a/ul>--> a(... c c - #totoc c c c a... c c c a;">xvCalclaatnntég c c c aul>--> #to--------------a magne"section">Acc&eacui ;deré cranse desraogra... #to--------------a magneEnufusion pd'artuga(... c c c a/ul>--> a(... c c - #totoc c c c a... c c c c c antégHligne&echeve;sestnntég c c c c c aul>--> #to--------------a magne"section">Vitreraogra... #to--------------a magne--> a(... c a/ul>--> e page #to------al" /> aul"nofollosubmr"e - #totoc c c c a... c c c a;">xvLe navc& sl rtestnntég c c c aul>--> #to--------------a magne(... #to--------------a magne--> a(... c c - #totoc c c c a... c c c amagne--> c c - #totoc c c al" />e analysrevesa(.abel>

ainputeaisosprtemotocfroipnneù lesrtemoto="hi="ul" valuc/p" /> a.abel emnroipnneù lesrtemot>e anaOpnnEù lestn.abel> a page #to----------------Vitrertentégrabutts e a page a page a page a page a page - #toc al" /> ul"nofollosubmr"e - #totoc c c a.."nofollobg-lav"> to----------------Vitres hellement sa p> a pde a ple ra... - #totoc c c c c a... - #totoc c c c c -- le - #totoc c c c c ---- taEù es :a pt. - #totoc c c c c ---- d>C-allem àre>Vitres hellement s - EHESStn d> - #totoc c c c c ---- taSupp de :a pt. - #totoc c c c c ---- d>Papide itie tectx et dira d> - #totoc c c c c ---- taE ISSN :a pt. - #totoc c c c c ---- d>1760-7906nu d> - #totoc c c c c ---- taISSN tion d&eacui ;i:a pt. - #totoc c c c c ---- d>0990-9141tn d> a ple ra... - #totoc c c c c a... - #totoc c c c c -- le - #totoc c c c c ---- taAcc&echeve;si:a pt. - #totoc c c c c ---- d>Opnnact ssa pde a ple ra... - #totoc c c c c a...amagne

Vion la ieracech surtouc17(... raule ra... - #totoc c c a.."nofollobg-lav rmber">OI / R&eacui ;f&eacui ;es itstnntég c c c c c rule - #totoc c c c c a... - #totoc c c c c -- le - #totoc c c c c ---- ta>OI :a pt. - #totoc c c c c ---- d>10.4000/ccrh."#arnu d> a ple ra... - #totoc c c c c a...amaon">(... #totoc c c c c aaule c c c c aa...a/a>OI / Rél les itse--e - #totoc c c a.."nofollobg-lav (... #totoc c c c c aaule - #toc --> ul"nofolloshare"e - #toc --> c a.."nofollol" cs l" c-twittdepaamagnea page a page a page - #toc abutts tnofollol" cs l" c-lav">rabutts e a/a>[if l LIE 9]. c c - #totoa..nk rellosdu