Navigation – Plan du site
Les recherches en cours au CRH

Le dictionnaire des constituants : de la recherche historique à un outil de travail pour les chercheurs

Edna-H. Lemay

Texte intégral

1Commencé à l'automne 1984 sous l'égide de François Furet qui, il y a plusieurs années, nous avait proposé de l'intituler « Séminaire de prosopographie », le séminaire « d'histoire culturelle à travers la prosopographie » travaille aujourd'hui activement à l'élaboration d'un dictionnaire des députés de la Constituante, 1789-1791.

2L'idée initiale était de rassembler des chercheurs travaillant soit sur une biographie individuelle soit sur un ensemble de biographies. Pendant deux années, divers membres du CRH ou des personnalités extérieures sont venus parler de leurs travaux. Avec le temps un groupe régulier de chercheurs s'est constitué, comprenant Christine Favre-Lejeune, Maria Flandrin, Marie-Laurence Netter et Jean-Louis Ormières, ce qui a permis de recentrer les interventions sur un sujet et une période : les hommes et la politique au xviiie siècle. Dans un troisième temps et sur la suggestion de François Furet, on s'est orienté vers la constitution d'un dictionnaire à partir des recherches entreprises, depuis quinze ans dans le cas des députés du tiers-état (Edna Lemay), à une date plus récente dans le cas des ordres privilégiés (C. Favre-Lejeune venait de terminer un dictionnaire des secrétaires du roi). J-L. Ormières a collaboré à la recherche sur le tiers-état, et sur certaines questions particulières comme celle des colonies. M-L. Netter, dont l'intérêt principal résidait dans l'approche du politique par le biais du théâtre, travaille sur le clergé (avec la collaboration de Y. Fauchois). Un autre collaborateur, J. Félix, étudiant de doctorat à l'E.H.E.S.S., est responsable de la grande majorité des députés nobles, qui posent probablement le plus de problèmes. Il est aidé par M. Flandrin en ce qui concerne les députés parisiens.

3C. Favre-Lejeune et E. Lemay ont élaboré un questionnaire pour chacun des 1300 députés, qui a été envoyé à toutes les archives départementales, à certaines archives municipales et aux généalogistes de France ; ce questionnaire comportait les renseignements déjà existants et les informations recueillies à l'aide des votes ou des listes d'affiliation de l'époque de la Constituante. Grâce à Mme Olga Ilovaïsky, ancienne collaboratrice de Georges Lefebvre, nous avons pu retrouver les fichiers constitués il y a plusieurs années en vue d'un dictionnaire, ce qui nous permet d'avoir une bibliographie aussi complète que possible.

4En 1988, nous nous sommes mis en quête d'un éditeur. La Voltaire Foundation à Oxford nous a donné une réponse favorable. Nous espérons assurer la publication de ce travail d'ici 1991, pour le Bicentenaire de la première Constitution française. Il devrait d'autre part nous donner les moyens de produire un livre d'accompagnement du dictionnaire dont le titre pourrait être : « La machinerie politique de l'Assemblée Constituante ». En sept ou huit chapitres, chacun des collaborateurs pourrait s'exprimer sur l'un des aspects du fonctionnement de la vie politique de l'Assemblée nationale de 1789 à 1791. Quand ces deux projets auront été menés à terme et publiés, la raison d'être du séminaire/groupe de travail aura révélé sa validité : il aura permis l'élaboration d'un outil de recherche, utile à tous les historiens de la Révolution française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edna-H. Lemay, « Le dictionnaire des constituants : de la recherche historique à un outil de travail pour les chercheurs », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques [En ligne], 3 | 1989, mis en ligne le 13 avril 2009, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ccrh/2923 ; DOI : 10.4000/ccrh.2923

Haut de page

Auteur

Edna-H. Lemay

Edna H. LEMAY est maître de conférences à l'E.H.E.S.S.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • OpenEdition Journals