Navigation – Plan du site

La réception de Werner Sombart en France

Jacques Wolff

Texte intégral

1Dire que la pensée de Sombart a été connue en France est une banalité. Plus intéressant est de poser des questions précises et s'efforcer d'y répondre comme par exemple : quels ouvrages ont été traduits en français ? Ont-ils été lus ? Ont-ils fait l'objet de commentaires et, dans l'affirmative, de quelle sorte ? Ainsi sera-t-on à même de décrire, de comprendre et d'apprécier la diffusion de la pensée de Sombart. Après un recensement des oeuvres disponibles de Sombart, on présentera les commentaires qui ont été portés sur elles.

Les ouvrages disponibles

2La recherche des ouvrages disponibles a été menée à la bibliothèque Cujas, 13 rue Cujas, anciennement bibliothèque de la Faculté de droit de Paris, et à la salle d'études économiques et statistiques de l'ancienne Faculté de droit et des sciences économiques de Paris (12, place du Panthéon). Les résultats se présentent comme suit :

3– pour les oeuvres proposées au colloque :

4Enfin, à la Bibliothèque Cujas figurent les ouvrages ci-après :

5– Der proletarische Sozialismus (Marxismus) (1924)

6– Prinzipielle Eigenart des modernen Kapitalismus (1925)

7– Die Ordnung des Wirtschaftslebens (1927)

8– Nationalökonomie und Soziologie (1930)

9– Einführung in Begriffe und Wesen der Wirtschaftssysteme (1930)

10– Entfaltung des modernen Kapitalismus (1930)

11– Die Zukunft des Kapitalismus (1932)

12– S.O.S Open Letter to all the Rulers, all the industrial Leaders and all the People of the World (1932)

13– Festgabe für W. Sombart (1933)

14– Correnti sociali della Germania di Oggi (1934).

15Si tous ces ouvrages figurent au catalogue, cela ne signifie pas pour autant qu'ils ont été lus. En fait, il en est ainsi pour un petit nombre d'entre eux, les plus importants. Die Juden a été volé. Das Lebenswerk, Die drei Nationalökonomien, Le socialisme allemand, Socialisme et mouvement social sont abondamment soulignés. Kultur und Kapitalismus ne porte que quelques traits soulignés. Enfin, on peut remarquer que la quasi-totalité de ces ouvrages sont antérieurs à la Seconde Guerre mondiale et que les rééditions ont été peu nombreuses depuis, parce qu'elles ont concerné seulement Le bourgeois et que l'ouvrage nouveau est Allgemeine Nationalökonomie.

Les commentaires

  • 1  Ainsi ont été laissés volontairement de côté les articles de Simiand dans l'Année Sociologique de (...)

16Seuls ont été retenus ici les commentaires effectués par des économistes ou des historiens et figurant dans deux revues : la Revue d'économie politique et les Annales.1

La Revue d'économie politique

17Avant la Première Guerre mondiale figure un commentaire sur l'ouvrage relatif à la vie de Marx. L'auteur (M. Bellom en 1909) résume l'oeuvre de Sombart : celui-ci définit la place occupée par Marx à sa mort et aujourd'hui, soit après un quart de siècle, ainsi que son rôle dans le mouvement social et sa contribution à la science sociale.

18Pour Sombart, Marx a été peu lu et peu connu de son vivant ainsi que peu compris, même de Lassalle. On ne voyait en lui que le théoricien moral de la valeur. Après sa mort, sa réputation s'accrut du fait du développement du parti socialiste, du rôle de Kautsky et des progrès de l'économie allemande. C'est en 1894 qu'on reprend l'étude de Marx et qu'on le découvre comme théoricien. Son action politique n'est réelle qu'après sa mort, surtout dans les pays autres que l'Allemagne, ce qui peut s'expliquer par le fait qu'il n'y a jamais de mouvement politique qui ne soit en même temps social. L'absence de programme social précis a amené à Marx des adeptes des solutions les plus diverses. La genèse théorique satisfait ceux demandant une précision scientifique. En conclusion, on peut parler du talent de Sombart, disciple devenu apôtre.

19Les juifs et la vie économique fait l'objet d'une brève note en 1925 (par J. Bourdon). L'auteur de la revue annonce que certaines assertions mettent le lecteur en défiance (par exemple, les Etats-Unis seront dans 50 ou 100 ans habités par des Slaves, des nègres et des juifs). De même la détermination des aptitudes particulières du peuple juif et leurs origines : le procédé abrégé qui consiste à examiner les points de vue d'hommes de génie est une chose mais on peut se demander quelle est la preuve d'une identité présumée entre les imaginations des écrivains et le résultat des abstractions scientifiques. Enfin, le résumé de la théorie de Huarte est la meilleure caricature que l'on puisse tracer des thèses de Sombart. Le bourgeois n'a droit qu'à une courte critique (1927). Pour J. Bourdon, mieux vaudrait parler de l'entreprise capitaliste : l'érudition est inégale ; les raisonnements sont tantôt subtils, tantôt illogiques.

20Pour L'apogée du capitalisme, l'exposé (en 1927) se fait plus sérieux, plus circonstancié et plus long. Cet ouvrage est vu (par H. Laufenburger) comme conciliant l'analyse et la synthèse. Il fait penser à Bucher. Il veut éviter en fait le piège de l'empirisme historique. D'ailleurs, Sombart se défend d'être historien. L'idée principale est celle du changement des buts et des moyens de l'activité économique, du besoin vers le profit, du traditionalisme vers le rationalisme. Sombarl est constructif, ce qui est son mérite. Il prétend continuer et parfaire Marx (la plus-value est l'expression de la puissance économique), mais il est plus réaliste que lui. En outre, Sombart se rapproche de Cassel pour qui l'épargne est dégagée de l'accumulation préalable, de la conception de l'investissement automatique de l'épargne, l'épargne investie étant différente de l'épargne pour les besoins d'usage. De son côté, l'esprit capitaliste se développe. Il faut voir l'adaptation des ouvriers à l'esprit capitaliste, leur éducation capitaliste, l'esprit du gain. La rationalisation du marché, son extension par les besoins de la technique et de la mode sont étudiées de même que les cycles économiques et les guerres. Le capitalisme, enfin, est vu comme une catégorie historique. Il a cessé aujourd'hui d'être un type prédominant et l'économie de plan est appelée à lui succéder. Au total, si le second volume paraît inférieur au premier, on trouve de solides exposées doctrinaux et il convient de féliciter Sombart de s'y opposer à Marx sur certains points.

21Ce qu'écrit Sombart dans l'ouvrage collectif La crise du capitalisme est qualifié (M. Byé en 1935) de la manière suivante : la thèse pluraliste de Sombart est un contrôle corporatif.

22Enfin, en 1936, H. Laufenburger pense que, dans Der deutsche Sozialismus, on peut parler de chef-d'oeuvre pour Le bourgeois, Les juifs, Le socialisme prolétaire ainsi que pour L'économie allemande au xixème siècle. Pour cet auteur, la thèse de ces ouvrages est que le capitalisme serait mort en Allemagne. Le socialisme ne se conçoit plus que comme une doctrine, une réalité nationale. Le socialisme allemand ne comprend pas le national-socialisme. Sombart déclare qu'il ne veut pas plaire au régime et qu'il va à l'encontre des conceptions officielles, qu'il critique. Il ajoute qu'il nie l'existence d'une race germanique et que l'esprit juif reste, même si on l'expulse. Cependant, dit encore l'auteur du compte rendu, les conclusions de Sombart sont proches de l'idéologie national-socialiste. Sombart attaque le marxisme et ses critiques sont plus fortes que par le passé. Le socialisme allemand est une réaction contre le siècle économique. Sombart adopte le système des corporations, se rallie au principe du chef, pense qu'il faut discipliner les besoins et l'économie et que l'économie planifiée est destinée à s'étendre. On peut penser que Sombart donne une image assez fidèle des tendances actuelles mais il faut bien voir qu'il est en contradiction avec le capitalisme moderne.

Les Annales

23Ecrivant sur les origines de la grande industrie, G. Lefèvre (1931) expose incidemment les thèses de Sombart. Les mêmes critiques ont été faites par Barbagello. L'intérêt de ces critiques est qu'elles attirent l'attention sur des thèses négligées de Sombart et montrent qu'il n'est pas accordé suffisamment d'importance aux causes proprement historiques.

24Die drei Nationalökonomien fait aussi l'objet d'une revue par M. Halbwachs en 1932, qui présente l'ouvrage comme un tableau des grands courants de la recherche économique depuis les origines : l'économie nationale normative, l'économie scientifique qui s'inspire des sciences et de la nature, l'économie historique. L'économie nationale explicative est une science de l'esprit ; elle affranchit les faits du principe de causalité. Le but est de comprendre pour comprendre.

25L. Febvre (1932) rend compte de l'article de A. Sayous sur Sombart, qui s'intitule Gênes et le capitalisme moderne. Pour lui, Sombart est un remueur d'idées pas toujours justes, plus ingénieuses que solides ; il est un entraîneur d'hommes et secoue les préjugés. Mais la bibliographie utilisée est arriérée et il y a un fatras inutile de livres sans portée.

26Der deutsche Sozialismus est analysé par M. Halbwachs également (1937), pour qui Sombart écarte tous les systèmes anciens de Platon à nos jours. Ainsi, le socialisme allemand est un socialisme concernant essentiellement l'Allemagne d'aujourd'hui : c'est un Etat, une Kultur qui doit remplacer la situation actuelle. Il n'y a pas de déclin pour un peuple qui prend ses précautions contre la dégénération de la race. Par ailleurs, le socialisme allemand est anti-capitaliste (Planwirtschaft), prône l'autarcie et est contre le luxe et l'individualisme. Il est social-prolétarien. Il affirme les valeurs morales du monde civilisé dans lequel nous vivons. Sombart n'examine pas le point de vue du régime actuel. Ce sont là les réflexions d'un économiste qui célébrait le capitalisme peu de temps auparavant. L'ouvrage est aussi examiné par P. Leuilliot (1937) qui indique que Sombart est un économiste national-socialiste et qu'il s'agit là d'un acte de foi dans l'économie hitlérienne.

Une revue générale

27Dans une série intitulée « L'œuvre scientifique de quelques économistes étrangers », paraissant dans la Revue d'économie politique, H. Hauser présente ainsi W. Sombart (1935) : La première impression est celle du respect devant un prodigieux labeur, notamment avec le Capitalisme moderne (1ère édition en 1902), des Juifs et la vie économique (1911) et du Bourgeois (1913). La seconde constatation est celle d'un réel talent : ces ouvrages sont vivants. Puis vient la biographie détaillée reprise de A. Sayous : Hauser fait remarquer que Sombart était suspect de marxisme et ne viendra à l'université de Berlin qu'en 1918.

28Cependant, la 2e édition remaniée du Capitalisme moderne présente des inconvénients : utilisation de documents de seconde main, dédain du travail critique, synthèses dangereuses, bibliographies trop abondantes et insuffisantes parce que négligeant des auteurs importants, affirmations contestables. Plus grave encore est pour lui la conception même de l'évolution historique et l'absence totale du sens de la relativité (application de la statistique moderne au Moyen Age, réduction de l'aspect qualitatif, hausse des bénéfices commerciaux par le commerce lointain et non par la rente urbaine). Bref, le schéma de Sombart (économie individuelle –paysanne, domaniale–, artisanat, capitalisme) s'écroule. Il est reproché à Sombart de refuser de voir les transformations introduites aux xvème et xviiième siècles. La place faite aux règles de la comptabilité, à la banque et aux organisations commerciales, est insuffisante, alors que le rôle des juifs est surestimé. Autrement dit, le capitalisme n'est pas un livre d'histoire, mais un livre issu « des rêves de W. S. sur l'histoire » (p. 1247).

29De la philosophie de l'histoire sort la doctrine. Sombart s'est toujours présenté comme l'élève de Marx, mais pour nier le maître ; le socialisme allemand est un socialisme où « le comportement de l'individu sera déterminé par des normes contraignantes… ». Il s'exprime ici un pessimisme anti-moderne sur l'évolution. Il s'agit là d'un socialisme à marque nationaliste.

30Ces quelques commentaires semblent montrer que l'oeuvre de Sombart n'a apparemment pas été appréciée à sa juste valeur en France. Nombreux sont les reproches, les uns « politiques » : Sombart est accusé d'avoir été le disciple de Marx puis le chantre du national-socialisme. Certains regrettent qu'il soit si difficile de le ranger dans une catégorie donnée : est-il économiste ou historien, alors qu'il se veut être le premier et ne peut devenir le second ? Qui est-il alors ? D'autres critiquent sa méthode de travail : pourquoi avancer tant d'idées hardies si elles ne doivent jamais être vérifiées ?

31Après un demi-siècle de quasi-silence, le temps du purgatoire devrait bientôt prendre fin. Werner Sombart : une pensée à redécouvrir.

Haut de page

Notes

1  Ainsi ont été laissés volontairement de côté les articles de Simiand dans l'Année Sociologique de 1900 (1-2), de A. Sayous dans la Revue d'histoire économique et sociale (1930) sur Le capitalisme moderne et dans la Revue économique internationale (1932) sur Les juifs, de même que la préface de A. Sayous à la traduction française de L'apogée du capitalisme (1932). Voir Fritsch dans ce volume.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/ccrh/docannexe/image/2987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Wolff, « La réception de Werner Sombart en France », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques [En ligne], 00 | 1988, mis en ligne le 13 avril 2009, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ccrh/2987 ; DOI : 10.4000/ccrh.2987

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • OpenEdition Journals