Navigation – Plan du site
1. Le ThEMA

L'édition électronique de sources historiques

De nouvelles approches de l'indexation ?
Gautier Poupeau

Texte intégral

1Dans le cadre de cette journée d'études consacrée à l'indexation du récit, il m’a semblé intéressant de présenter l'édition électronique de sources et ses conséquences sur les pratiques d'indexation. En effet, éditer et indexer une source constituent deux étapes étroitement liées dans le processus de mise à disposition des textes, l'indexation représentant une partie non négligeable du travail de l'éditeur scientifique.

2Conçue à l'origine comme la mise à disposition d'un ouvrage sur le support numérique, l'édition électronique de sources est apparue il y a une quinzaine d'années avec la mise sur le marché de cédéroms rassemblant des corpus de sources. À cet égard, les plus connus des médiévistes sont le Cetedoc édité par Brepols et la Patrologie latine par Chadwick-Healey. Dans la plupart des cas, ces projets consistaient à mettre en place des bases de données textuelles interrogeables, sans réelle intention d'édition scientifique, et constituent de ce point de vue des rééditions. L'invention du Web au début des années 1990 a modifié l'intérêt pour l'édition électronique. En effet, alors que le cédérom présente les mêmes défauts que le papier pour la diffusion et la gestion des stocks, le Web permet de s'affranchir de ces problèmes et donne une nouvelle visibilité aux résultats de la recherche. Dans un premier temps, de la même façon que les cédéroms, l'édition électronique sur le Web s'est limitée à la mise à disposition de documents issus de la recherche sans réelle valeur ajoutée pour le chercheur, si ce n'est la disponibilité des textes. Cette phase correspond à une période d'adaptation et de compréhension de ce nouveau média. Avec la multiplication des informations présentes sur le Web et l'expérience acquise, nous assistons aujourd'hui à une réflexion sur « l'art d'éditer » en ligne. Les enjeux ne se limitent plus aujourd'hui à la simple publication d'un ouvrage en ligne, mais à mieux publier en ligne, améliorant le traitement et l'exploitation des informations mises en lignes sur différents sites. Ainsi, un effort particulier est fait pour l'adoption de langages communs, ou standards, et la recherche et l'échange d'informations, induisant une réflexion sur la structuration des textes. La pratique de l'indexation mise de côté par la recherche en texte intégral retrouve alors une nouvelle jeunesse. Vu le peu de recul que nous avons sur ces questions, je pense ne pouvoir vous donner que des éléments de réflexion. Mais, avant cela, je vais m'efforcer de vous présenter rapidement, en évitant autant que faire se peut le jargon technique propre à cette discipline, l'édition électronique de sources, les raisons du choix de ce support, les apports, les conséquences et les problèmes posés.

L'édition électronique

3Dans le cadre de cette présentation, je voudrais vous faire partager l'expérience menée depuis maintenant trois ans à l'École nationale des chartes et les étapes de la réflexion qui l'ont accompagnée. Cette expérience est partie d'un constat initial qui, soyons honnêtes, n'avait rien de scientifique, mais plutôt d'ordre économique et logistique. Depuis dix ans, l'École des chartes a décidé de dynamiser ses publications et la mise à disposition des résultats de ses recherches. Or, une de ses spécialités est, depuis sa création, au début du XIXe siècle, l'étude et l'édition des sources historiques. Cette politique a donc naturellement abouti à la publication de plusieurs éditions de sources dans sa collection « Mémoires et documents de l'École des chartes », comme l'édition des chartriers de l'abbaye prémontrée de Saint-Yved-de-Braine et de l'Abbaye-aux-Bois, mais aussi d'ouvrages méthodologiques, comme la série des Conseils pour l'édition de textes parue aux éditions du CTHS.

4Or, il n'est un secret pour personne que l'édition universitaire en sciences humaines et sociales doit supporter, comme tous les autres types d’édition, les coûts d'impression des ouvrages, de gestion des stocks et de diffusion. De plus, elle connaît une crise importante qui se traduit par une diminution de plus en plus importante des tirages d’ouvrages, ce qui entraîne une relative confidentialité des parutions. Enfin, les entreprises d'édition de sources sont souvent des projets longs et fastidieux et leur publication sur papier doit attendre l'établissement définitif du texte. Toutes ces raisons ont fait de l'édition de sources historiques un type de publication de plus en plus difficile à éditer.

L'édition électronique : une solution aux problèmes de l'édition de sources historiques

5Ces constats et la mise en place du site Web de l'École des hautes études en sciences sociales en juin 2001 ont alors été le point de départ de la présente réflexion. En effet, l'édition électronique présente plusieurs avantages intéressants.

6Tout d'abord, les coûts de l'édition électronique sont différents de ceux du support papier. En dehors des coûts inhérents à la préparation de l'ouvrage qui sont en gros identiques, la principale différence tient à la rationalisation des dépenses. Alors que dans le cadre de l'édition électronique l'investissement est important pour l'achat de matériel et les développements informatiques, les coûts de production y sont réduits, puisqu'il n'existe pas de frais d'impression, de diffusion ou de gestion des stocks pour chaque ouvrage comme le support papier. En outre, la mise en place de chaînes éditoriales permet la réutilisation des développements informatiques ultérieurs. Enfin, les coûts ne sont pas proportionnels au nombre de pages mis en ligne, ce qui permet de proposer en plus du texte édité des documents annexes qui donnent un éclairage différent. Il faut toutefois modérer cette remarque avec le coût éventuel des droits de reproductions d'images en ligne, souvent exponentiel.

7L’édition électronique offre également une certaine souplesse éditoriale. Au contraire d’une édition sur le support-papier qui est figée au moment de sa publication, l’édition électronique peut être mise à jour à n’importe quel moment. Une erreur peut être corrigée facilement sans répercussion économique. De plus, de vastes entreprises de publication, comme le sont les éditions de sources, peuvent avec le support électronique être mises à disposition au fur et à mesure de leur réalisation. Ainsi, le Cartulaire blanc de l’abbaye de Saint-Denis qui proposera à terme la transcription intégrale des 2600 actes contenus dans ce document est mis en ligne au fur et à mesure, au rythme d’un chapitre par an. Avec le seul support « papier », il aurait fallu attendre de disposer d’un corpus plus significatif, voire de sa réalisation complète, pour en publier l’édition.

8Enfin, le Web offre une disponibilité accrue des résultats de la recherche et donc une meilleure visibilité potentielle des ouvrages. Ainsi, le chercheur peut disposer à n'importe quel moment depuis n'importe quel ordinateur relié au Web d'une masse critique d'informations auxquelles il est souvent difficile d'accéder dans toutes les bibliothèques. L'audience potentielle du Web est mondiale et sans rapport avec la distribution d'un ouvrage papier. Ainsi, le site du Cartulaire blanc de l'abbaye de Saint-Denis est consulté en moyenne par 80 visiteurs par jour. Il est inutile de poursuivre la démonstration : vous avez sans doute déjà tous fait cette expérience sur le Web. Malgré tout, il existe un revers à cet attrait apparent : le chercheur doit pouvoir retrouver l'information souhaitée au milieu des huit milliards de pages Web référencés par un moteur de recherche comme Google. Pour mener à bien ce référencement, il faut alors comprendre les mécanismes du Web.

Expériences et premiers constats

9À partir de cette réflexion, une première expérience a été menée en 2002. Elle a abouti à la mise en ligne de la première version du Cartulaire blanc de l'abbaye de Saint-Denis en janvier 2003. Elle nous a permis de mieux appréhender ce nouveau média et de dresser une première série de constats, même si elle consistait en une adaptation simple et fidèle d'un type de publication issu du papier.

10Ainsi, l'accès à l'information a été la première spécificité de ce support qui nous est apparue. Dans un ouvrage papier, le support est déterminé par la structure physique du livre, tandis qu'en édition électronique, il dépend de la structure logique déterminne par'éditeur . Le Web estfmonné sur la techrologie de lhyopertext,t dots le princice est de rblier des page-pétrans entr uelles par' inte médioire deblines. Cette techrologie permet de multiplxer les poinse d'accus d rets à l'informatios. C la ouvre de nouvellesspoisibilites dans ' appréhestion d'ude sourcn, par elle permet la mise en place de pacpoure de lucture différents enfmocation de l'intérêt de chiqueutilisaur . C lasposs aussi la questiox du ptaurt de la sourcn, puisqde chiqueelectsur «d éco stritr » la sourc 'origiiale et la reco strits enfmocation de soe pacpoureeauseins du texte éditn.

1Or,jue quelà, lboutls informatiqu 'avait représenié une résolution dans le traitement des données au moment de la recherche.Iil nousssembet donc important de centrrs aujourd'hui une partie denotrne réflexion sur es rassembtement dscles deuxfa cettsn de l'outls informatiqu dans deux d rettiont : 'aiiay se lexciographique et les apportx de l'indexatior.

>2cette proccuptation un rjpoint deux autres qui sont en fait dus praleablet : asspoisibilite d'interrogrn eflicctement des corpush étrroènens de sourceseprésenes sur différents site ‑, ce q'ion pp elle' inteoxpéaibilite‑, et la conervtation à rong terme des textee édites. Cu travail nousoccupe depuisun an.Ppour le mener à bies, nous nousscommes apuytes sur ses recherche menéus dans ceslectsur depuisune quinzaine d'annéesets sur les travuxn de l'rgcanisme denoormilisation des langagesutilites sur le Wen, le 3C. Le princicefmonaemenalt en'est lasréparation dns mises ennforne et des contenu. Nnous avons donc d'un côté la structuration logique du texte mise en uemière au myien debmiliues. Csebmiliuei permesment dscatracpérsier des portioreeauseins d'un text,tcen que les informatscieus nmument par unabsus de langagt lasrmtantisation du texte.Cn'est de langagtXML (eXthestmbetMarkup Llanguag)s. La présecen d'udebmiliu, ingique que as portion de texty a unecatracpérsthique et ls nmt de labmiliu, ingiquedte quel type decatracpérsthiqueails'agite. De 'autre côt,e nous avons la mise ennforne du text,tcn'es-à- d r lles intefa cus denNavigatioe. Dansrce co text,t il est importantique tous les site utiliment une mêmeogrommairn debmilirage qui détermiet ls nmt dsebmiliuei et leuus rg les 'utilisatior. Il est alorsspoisiile defmairn des rqunêtes sur lesbmiliuei dans plusieurs site,tcn'es-à- d r defmairn des recherche dans plusieurs texteegrâcue aux différents types decatracpérsthiquts, même silles intefa cus denNavigatioe proprrs à chique site sont différenets.

Cesogrommaires sont ap>lnées/DTD( définition de type de documen)-

cettesrecodte phasedCu travail a abouti à la mise en ligne de la deuilème version du Cartulaire blanc de l’abbaye de Saint-Denis entoctmbre2004 quivae êtrersuiine bieutôt par la oartie d autreséditions. Uneefoisnotrne chaîne éditoriala mise en placs, même si elletrette ncorle peflucsiil,e nous poerrnus nousblander dans une nouvelle étapa compossedCu tfois partiet .

uln class=ilitleuve1WW8Num21 ">
  • <

  • <

  • <

  • 5n'est évdmmument à cette partie que je vais maintenantm' intéresier,mrais vousaturza compisl que nous ne sommes qu au début denotrne réflexios.

    L'indexation

    6Conseils pour l'édition de textes consacrr aux actes et document, lanforne etl' importacue de l'indel dépeneont souvent des rg les delsa collection quiaAccueilue l'édition et desbuts de l'éditeur scientifique. Cu travail est souvent ron,t fastidieux et peuv alolite, pourtantails'avière sstenties et sunabsience est consodésse comme unegtrane erreur scientifique.Laa composition des'indel présente donc souvent des disarditer,mrais nous pouvans sbayredm'n broesser le prttraitsodrar..

    Dans le css d'un'indelonomanus,ilt comprte .

    uln class=ilitleuve1WW8Num21 ">
  • <

  • <

  • <

  • 8exempv)s.D'aeprs cette descriptio,t il est onnnieableique l'indel constitur une premièrecourche inteepriiativ. C la est ' autant plusvtran dans le css d'un dots l'établissement estientièrementecodsitioiné par la problrmatiqu de l'éditeur scientifiqubent ànce tntr nue peutmprttendre à lexhaunstvditn. Mais, l'exploitation de tles'indelsne rédèlelde plus souvent fastidiesne. Leur présentatios sur le-papierrpend difficile unaaccès rapide à une'information préise. Cette complexuts te remarque asszn bien dans le cssoùe unelectsurnle connaît qu unenforne particulièredus nmtrechercte, puisqu'il doit asoser en@revus toutes leseontréesspoisiiles o,utiliserldes rovfois ingiqcés par l'éditeur scientifique.

    Or, l'indexation'est une partie intégrenee du travail de l'éditeur scientifique.Lla questiox du support de rnitre pse en ligne de comtue, maiscne sont plutôt les conventioes o, leshabitudes qui codsitioivent la mise en place des'indee.

    18Ainsi, dans le cadre dsn uln class=ilitleuve1WW8Num21 ">

  • <

  • <

  • 2Or, dsn peuvent réonadr,e mêmeioma fraitemen,t àncebespoie.

    Ainsi,grâcue à la techrologiehyopertexu'elln, d'indel asosn d'un otail de repéagme souvent difficile à utiliser d'un point de vue pratique à un outls denNavigatioe à l'iltérieul de la sourcs.D'uon simplecbli,r leelectsur attoint d rettement 'tenddoit'indets par leontrésets su tout, constitue facilementuoe pacpoure de lucture en suivan,lest différenes poinse un texte indetes pour une'ontrés. L'accès à l'information est plus rapid ique sur le support papiesetssunaassisue à unchangument d'ordrecoginitifsqu'il estiecorle difficile e mesurrs, mais qui est onnnieable.

    46 dots l'établissementvae êtrempisleunchrges atormatiquument par l'outls informatique. De la même façon, d'indel invrise, pratiquument n'exisaene sur le support papie,e peut à aussi êtregdésà atormatiquumene.

    58Enfin, une techrologie Weblémrgeente peutmpermes r defoormiliiesets l'exploiserldes relations induns par la ipéaArchue de l'indee.Cn'est de cn"epnt de Web rmtantique. Il estfmonné sur la mise en place de en que les informatscieus pp ellentdlesdotrologie,tcn'es-à- d r des hesauruns. L'dréseestie sutre deblire leotesaurune à ees documentsoeu des partiee de documenmsmet Ainsa ingiquur le eoes o, aenottio 'aborrés. la mise en place eu ihilos leotesaurune constitue la partie la plus ronule et la plus fastidiesnr de cette techrologie.>Or, la mise en place d'un'indel peut simptifie, de travai,: puisqdeio vla constritme leotesaurune à partir dns mose'indetes. Ainsi, l'éditeur scientifiqub dresse ion'inde,> il fbrique donc unelsisue denomse proprrsetu denottions qui sont déjà relise à uu text. LCu travail consisetie sutrejà relserldes différeneteeontrées de d'indel entr uellet, en ingiqrant le type 'lassociatioe.>atormatiquumenteestie sutregénméié u ographique représentantldes différeneteeontrées reliens entr uelles avec les rovfoiseverslees documenty. Dans le cadre dsn >

  • pour oiser cet articll

    h3>Rréférencn électronique

    > p"> Gautier Poupeau >L'édition électronique de sources historique> », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques[Een lign], 35> | 200,t mis en ligneble24, ma 2011,t consultéble15a déemmbre2017. URL| : "http://journals.openedition.org/ccrh/302|  DOI| : 10.4000g/ccr./302.

    Haut de page

    Auteur

    h3>>Gautier Poupeau> pn class= description">

    Haut de page

    p>©. Toes droits résrvré>

    Haut de page
    h1a class="hidden">Navigation
    Inde> ul> >
  • Auteusn
  • >
    pn class=foret">ISSNn électronique1760-79060 pi> lae du sit>&160;– >Cotactn&160;– >Cpr dtsu&160; – > pn class=iaet">>Édité avecLodeln&160;– > >