Navigation – Plan du site

Les officiers moyens dans une ville portuaire de l’ouest atlantique au xvie siècle

Le cas de Nantes
Dominique Le Page
p. 17-40

Texte intégral

Introduction

  • 1  Il y avait à Nantes une administration pour le sel, en lien avec la prévôté, qui contrôlait les ve (...)
  • 2  Les trésoriers de France, les trésoriers et receveurs généraux et les contrôleurs généraux ne sont (...)

1Au XVIe siècle, Nantes, avec l’union de la Bretagne à la France, perd sa fonction de capitale ducale. Si elle récupère la Chambre des comptes et conserve de ce fait un rôle administratif non négligeable, elle doit désormais l’essentiel de son développement à sa fonction portuaire et à son intégration dans le commerce atlantique. Des marchands italiens, espagnols puis portugais viennent s’y installer et concluent des alliances avec les familles locales. Non originaires et autochtones ne limitent pas leur activité au négoce. Ils prêtent de l’argent à la ville, aux États provinciaux – dont le rôle financier va en s’accroissant au temps des guerres de Religion – et au roi. Selon un schéma classique, nombre d’entre eux passent de la marchandise à l’office et intègrent le monde des « nobles hommes ». Après le transfert du parlement à Rennes, l’une des voies pour connaître une ascension sociale est celle de l’office moyen qui à Nantes, en l’absence de grenier à sel1 ou d’élection est représenté par le présidial et les charges de finances, principalement les recettes du fouage2. Pour apprécier les possibilités offertes par ces professions, il faut d’abord présenter la conjoncture de l’office en Bretagne puis se demander quelle part ont occupé les Nantais dans le marché ainsi créé. L’idée générale