Navigation – Plan du site

La Chine et son histoire

« De la dissolution du veau d’argile dans l’eau de mer »
David Bartel
p. 91-108

Texte intégral

1On pourrait répondre au titre du classique de François Dosse, L’histoire en miettes (La Découverte, 1985) par cette belle image de la langue chinoise : « Le veau d’argile entre dans la mer » Niniu ruhai 泥牛入海. Car c’est bien de dissolution qu’il s’agit dans cet article. Comme en Europe et aux États-Unis dix ans plus tôt, la discipline historique en Chine a connu au tournant des années 1990 un phénomène d’implosion, de dissémination. Conséquence directe de la période de réflexion qui suit la répression du mouvement étudiant de 1989, elle est aussi – peut-être surtout – le résultat de la conjonction entre la fin définitive de la foi dans les grandes téléologies positivistes des XIXe et XXe siècles, et la pénétration en parallèle en Chine de théories historiographiques occidentales, de Michel Foucault (1926-1984) à Edward Saïd (1935-2003).

  • 1  Il faut lire un Jiang Dachun 蒋大椿 (né en 1940) du département d’histoire de l’Académie des sciences (...)

2Pour essayer de comprendre l’importance particulière de ce relativisme historique nouveau dans un pays comme la Chine, il faut revenir à la fois aux particularités des liens entre la Chine et son histoire, et aux liens uniques qui unissent les écrivains de l’histoire à l’État chinois. Un double mouvement qui permettra peut-être de mieux interroger les difficultés, les spasmes et les traumatismes que vont laisser la fin des cycles dynastiques au début du XXe siècle et la sortie du marxisme, moins d’un siècle plus tard, avant de laisser place à une instrumentalisation étatique nationaliste et culturelle pas toujours très convaincante. Car en effet, loin d’offrir une richesse de nouvelles perspectives, de nouveaux angles d’attaques, de nouveaux textes et de nouvelles narrations, la « nouvelle » histoire chinoise, n’a que peu l’attrait de la nouveauté. Pendant que quelques thuriféraires de l’historiographie orthodoxe essaient encore à grand peine de vendre la capacité d’adaptation de l’histoire marxiste aux normes nouvelles dans des textes à l’ésotérisme d’un autre temps 1, les voix de l’histoire officielle semblent bien s’être réapproprié ces nouveaux imports théoriques, pour mieux les phagocyter dans une plainte victimaire antioccidentale sans originalité et intellectuellement peu stimulante, limitant ainsi leur capacité première de résistance aux discours du pouvoir.

3Pourtant, la vue des chars sur la place Tiananmen pour le soixantième anniversaire de la fondation de la République populaire semble dire autre chose que la légitime fierté retrouvée d’un ancien pays – très – pauvre. En fait, cet anniversaire très bien (sur)joué dit deux choses.D’abord, il initie une cohérence historique sans faille qui va désormais de Sun Yat-sen 孙中山 (1866-1925) à Hu Jintao 胡锦涛 (né en 1942) et couvre ainsi tout le XXe siècle. Comme dans les cycles dynastiques, au père fondateur succèdent les générations – Hu Jintao représentant la quatrième – dans une geste rendue immuable par une parade de dictature communiste digne de la Guerre froide. Sans rien enlever à la fierté légitime du peuple chinois – tenu bien à l’écart des manifestations – l’exercice de réécriture de l’histoire est évident. L’impressionnante démonstration de force laisse pourtant l’étrange impression d’un pays qui en fait un peu trop, comme pour cacher des incertitudes à venir. Nous reviendrons en fin d’article, avec Michel Bonnin et Jean-Luc Domenach, sur l’interprétation que l’on peut donner de cet anniversaire.

Le modèle dynastique

  • 2  Edward Wang, Historical Writings in 20th Century China: Methodological Innovation and Ideological (...)
  • 3  Pierre Ryckmans, in Encyclopaedia Universalis, Dictionnaire de la civilisation chinoise, Paris, Al (...)
  • 4  Edouard Chavannes a traduit 47 chapitres des Annales Historiques publiés en 6 volumes entre 1895 e (...)

4La Chine très tôt a pris conscience d’elle-même 2 et très tôt elle a voulu écrire – relater plutôt – son parcours historique. L’Histoire (grand H) y tient le rôle habituellement dévolu à la mythologie ou à la religion. Elle explique la totalité du monde, définit le destin des hommes, et juge de la valeur de la condition humaine 3. La tradition historique chinoise est un immense corpus de textes dispersés dans les principales bibliothèques du pays. Cette masse de textes, écrits par des secrétaires astronomes liés à un appareil bureaucratique d’État, a cependant une date de naissance. L’acte fondateur de l’écriture de l’Histoire en Chine est celui de Sima Qian (147? – 86? av. J.C.) qui, en 91 avant notre ère, achève la compilation du Shiji , les Mémoires historiques 4,commencées par son père. Ces annales racontent l’Histoire de Chine depuis le mythique Empereur jaune 黄帝 Huangdi (2697-2598 av. J.C.). L’ouvrage de Sima Qian – qui avoue s’être inspiré de la démarche de Confucius – est divisé en cinq livres différents (Mémoires, Grandes Familles, Biographies, Chroniques, Livres et Tableaux) et va immédiatement servir de modèle aux générations d’historiens suivantes. L’Histoire sera officielle et contrôlée par le pouvoir. Elle sera ainsi, pendant près de deux millénaires, soumise à trois règles :

5 – relevé quotidien des activités officielles et personnelles de l’empereur sur deux mains courantes, combinées ensuite dans un livre journal ;

6 – à la mort de l’empereur, compilation des trois registres en une Annale véridique de son règne ;

  • 5  Léon Vandermeersch, « La conception chinoise de l’histoire » in La pensée en Chine aujourd’hui, An (...)

7 – les documents archivés sont interdits d’accès. Ce n’est que la dynastie nouvelle qui pourra raconter l’Histoire officielle de la précédente dynastie 5.

  • 6  Étienne Balazs, La bureaucratie céleste, Paris, Gallimard, 1968, p. 47.
  • 7  Henry Puyi, J’étais empereur de Chine, Paris, Flammarion, 1975, p. 32-33. Sur les relations entre (...)
  • 8  Hsi-yuan Chen, « Last chapter unfinished: The making of the official Qing History and the crisis o (...)

8Cette mainmise officielle distingue l’historiographie chinoise des traditions historiennes occidentales sur trois points. D’abord, le découpage de l’histoire en tranches dynastiques sur un modèle stéréotypé est une spécificité chinoise qui a particir-n à ln6" id="tocfaes cyc at acle aur suid="tohes dynastiqure. ensui, l’unisience d’historienprofpressioelés officires,aculaliésent d, pendaresn fais di"paîentreine fait personn,ur l’t di) duerremièreingrco ce sontlCe n’est d’ulécnt migion. unf,ur lcars traditionnre de la étatird, llujou coh égime dx giage de la langut vs eêcachee l’mplosion d’e historiographie Wririque co"pauabl à lnôtrtie 6Upanye sièmttuellemen rétrouvst quee>, Peite nationalistm> Qi. Inreoinit légitipar son pouvont encorfuvrielle eneon peux inter6" isi tans lerabituues de la tradition6"oh acle De le-mêsn çtion qu’iracoinubl s enttevenie Coreur de diiétairem> achocius autoteur de ls empereu Henry Pume – sontlCeque iteu trst qufatoires tans leauinscques d> Qine, il moné en 14ur uu départemenéchairé d, compoger le rv gelemenon des troi sièclla précédemps  Qishigaoes publiné en 28e par lB burece d’historiographim>Qinnlle serjaormais coidstérep, comme histoire officielle orthodops 

block queul>

  • 8 Timothy Brookts eGe rstogBlusse,

e siècle qui v trateclemenèlettoire eriquditiolLa conceptios de tem,à la rovationu: passetr scrn à ln histoire Il faumplainurnanetle dans lurgsiencinvideenie e nouvellvi="tocglobaelle etéreeur dn toe psimme histoire que ingntre la China du monen toue eceluofntant lporesbitalitéqut revenin merngps 8.

La fin d’un monde

  • 1 Argocumentt delopplié paTimothy Brooken, «Cchapntalim> and thl Writing oM mernng Histogs i> Chire ,es (...)
  • 2 Thonas Huxleyse, anEthicsneOxfabord: ThRonanlsoL lectutes, chapit 9cfaee lCotelleation des (...)

8 chinos, etapoe naue vona rviesse, colèartemenvaleu"wra mornu: passé. prijusn qucip, comme e dadsienctoog id="vée pa"wra mors à ue mythiquÂgnce dorrd, l, préseneoinia désormaioffrit lporesbitalitéqur ln mernacitps 1Dprètorés, s, cnglementoini, prvaoirrs sur lonnbitalit,le dans lurgsiencce réée par l’iroduceptios ddarwnfinmlle ficia en896e paYspaFulm> 85366-14)le dansaie cèbaire aduceptios l’ anEthicsue dThonas Huxleyn> 825-e 18)ps 4La période qu couvrt le XXe siècleese sand toe unut desocuments les plue richas et les plulainuseés dans len débons d’historie.>, Paradecleme,ar c’est auss, le dtalllementoog id="fur de l’Étae qui vi en foià unt dea périoson de iersonlemens intellectuet les plulibaires de l’histoire de la Chinn merng. At prèt ls di"pilation des troipitaersrs traditionnles de l’etoireable yslese laili orphaseles dsaie culturs traditionncleQu> antalexaimmeon6"oh aux, nmonabiditiionalités depuis lVIIXXe sièc,nnlle sonaaslorganalité en 05,ar c’es lnmonstrumere deeproduceptios le rliextes et dnmoervptation de le orthodiunedrtholotique d’Étae qus di"paîeue sans foire dbsnsuleQu> an en 11reablsim es tlchètement duson girumere da Chincs enagile enaîhincsCettétrang, «a rvssolutire e dXinruhai,commeq-n Àêtrolulivisé ea Chine eèla placlse temos cyotiq,on qui d, cot iteenes annéee de digne dintie ointis empereu(s ann Xos de digne de ls empereuY)ne eèrev iteeneu débutaes cyc n , crique suid="toue.is,ampte nationalistinvideeeceluu,agindreer n qu>,commeq-yc 10 "tocbaire 11le en i est encorolulivisn TaiwanleQuquelques annéee plus tardqu> antae> chinosu classiquiin, laili e par la fin dceun monae que vonn pouvone sengouofeeur ds nouvelleedrtholocsé;

2 8. 91962)res tans lnmflquence auragaumatisce auhilosopha aNumica fiJohn Deweyn> 85991952)reneit réponaasln à lurgsienc du omvaps 4.

block queul>

  • 5 uancieBissao,ineans orignues de la rvssolution chinoise, Paris, Gallimard200775, p.95.a>
  • 6 , Lgsipr le dta millire de lonstlectilation den cinphasem>,,

35. leuoire estde la rvssolutint.aue>cistoirbolhevssique de 17et va porsseaieux intellectuue> chinosr le aidenntisubleva"fur du marxisreL sur avairacési sere désormaitd, «c tlnmer t l’Histoire dans m tlnes de l’historiographie marxis. Faièr Centrt l’Histoire chinoise dans les cinphaseéqut deloppllemenn historiqu(e fi dtité limavq,oesa cvaregiq,ourtdnta,ruchapntaltires ficialte)le sere laâarchenisseicielle des intellectuue> chinost des années 20es, et sulrait dd tlnuren pour ldli- siècls à venps 6.

  • 7 GuoM ruo,in, ub dahrte, 77.es 

4 8.291978)le sereed preer s , préseenie histoire colèarta co mmc n ,>Le modèle dans les ,publiné en 30esdepuia traduné ea parcle plus taps 7Adopcité paee>, Peite communistvea6XXeLe modèle reviant l’altion de l’histoirs officielre Ie sens surase deotingn débons surelurtdntrxismelinn mersenaroduceptioasicratiqnt, decausclla premièhas et lerérndateres de l’histoire. un qu>,cptirer c’esn que lu Universalmire marxisti permva désormais du déaisser lO occidees et drat aoger la Chins à us acmaun quétrssdes vauotalita Chi/O occideesndrat antant la China du monen merng. .

  • 8 MausrcicMeisneren, «Treatcumeng oMelaticialtde Conceptiog og Histore ,enfe, Histogs i> communii> Chi (...)
  • 8 Te-K d’un Chgen, «">ArIdeologs i> communii> Chire ,enfe, Ltoo ecu (...)

Dpdésorma,ns les grandel digsnnllbouger vonnnclrs etesue quelque antemo> lailiois aur Recherches historiennenlle s vonnnclrtique d’t sa peabelles eersuétaireexerciais dgymdynastiqlt intellectuela>Auce une Conclusi igne avannnclra sorros ddogismeauce uns granla nouveaut ngme posercmehargps L’histoire en République populaire

6 block queul>

  • (...)

Pouceons historissn que l’o di, «maaotécialtesre ,et la Chinasn fai l’"oh sience relatrtemenacoinubleent énatoint de fmilation ddese aalmees, dQnfeShihuaronm>