Navigation – Plan du site
Corps et matière

Points aveugles et images différées : les optiques narratives dans Triptyque de Claude Simon

Andrea Goulet
Traduction de Annelise Koskas et David Zemmour
p. 79-102

Résumés

Publié en 2000 en anglais, l’article interroge la relation de Simon aux organes perceptifs à la lumière des savoirs scientifiques sur l’optique et des antinomies historiques qui les traversent. L’auteur propose de lire Triptyque, à la différence de la lecture critique la plus courante, comme un roman charnière entre la période dite « formaliste » et le retour au matériau mémoriel et familial des Géorgiques, articulant, à travers le point aveugle qu’est le récit absent de la noyade de la fillette, les registres de l’objectivité et de la subjectivité.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article originellement publié en anglais sous le titre "Blind spots and afterimages : the narrative optics of Claude Simon’s Triptyque" dans Romanic Review, n° 91, mai 2000, p. 289-311. Trad. Annelise Koskas et David Zemmour, revue par l’auteure. Dans la suite, l’astérisque signale les termes et expressions employés en français dans le texte.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

Orion aveugle
L’œil du lapin (I)
Triptyque
L’œil du lapin (II)
Punctum caecum

Aperçu du texte

Orion aveugle

« Tu sembles privilégier de plus en plus l’image, la description. […] Il y aurait donc une sorte de coïncidence entre percevoir et écrire ? » À cette question de Lucien Dällenbach, Claude Simon répond par l’affirmative, laissant entendre que le processus d’écriture a pour lui autant à voir avec la perception visuelle qu’avec son absence, le « tâtonnement […] à l’aveugle » d’un Orion aveugle. De fait, Simon termine Orion Aveugle par une évocation saisissante de la perception visuelle : le dessin d’un œil associé à la description d’images glissant sur la membrane rétinienne. On pourrait considérer que cette vision tend à constituer l’immédiateté de la perception en horizon vers lequel tend le texte simonien. Mais cette représentation très particulière de l’organe de la vue justifie également qu’on y regarde de plus près, en s’appuyant sur les apports de la science optique, car aucune définition simple de la perception visuelle – comme immédiate, subjective ou non narrativ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrea Goulet, « Points aveugles et images différées : les optiques narratives dans Triptyque de Claude Simon », Cahiers Claude Simon, 12 | 2017, 79-102.

Référence électronique

Andrea Goulet, « Points aveugles et images différées : les optiques narratives dans Triptyque de Claude Simon », Cahiers Claude Simon [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 07 décembre 2018, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccs/1014 ; DOI : 10.4000/ccs.1014

Haut de page

Auteur

Andrea Goulet

University of Pennsylvania

Haut de page

Droits d’auteur

Cahiers Claude Simon

Haut de page
  • Logo Association des Lecteurs de Claude Simon
  • Logo Presses Universitaires de Perpignan
  • OpenEdition Journals