Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christian Jouvenot, Claude Simon. L’identification au père inconnu, L’Harmattan, coll. « Espaces théoriques », 2015, 264 p.

Alastair B. Duncan
p. 223-224
Référence(s) :

Christian Jouvenot, Claude Simon. L’identification au père inconnu, L’Harmattan, coll. « Espaces théoriques », 2015, 264 p.

Texte intégral

1Christian Jouvenot est psychanalyste et psychiatre d’obédience freudienne. Épris de littérature, il a déjà publié un livre sur Duras. Originaire du Jura, il est le fils d’un ami d’enfance de Claude Simon. Comme l’annonce le sous-titre de son livre, c’est surtout en psychanalyste qu’il approche l’œuvre simonienne. Celle-ci montre, dit-il, « une invention littéraire et une invention identitaire. C’est ici la seconde invention qui nous retient » (p. 27). Jouvenot utilise romans, informations biographiques et citations tirées d’entretiens pour construire sa thèse. La mort du frère aîné au berceau, celle du père au combat, celle de la mère qui, préoccupée par la santé de Claude, ne s’est pas fait soigner en temps utile, auraient laissé au jeune Simon de profonds sentiments d’abandon et de culpabilité. Blessé par ces « deuils gelés », et s’identifiant à sa mère, il s’est voué à attendre, à « ne rien faire ». Mais la guerre a été libératrice : « Le fils renaît de vivre le trauma dont le père est mort » (p. 101). « Le travail de deuil est réactivé » (p. 213). Et même si le père reste un inconnu, une énigme, la guerre ouvre la possibilité pour le fils de s’identifier à lui. Pour le lecteur qui interprète ainsi la vie de Simon, l’œuvre prend une dimension nouvelle. Le retour constant à l’expérience de guerre en mai 1940 n’est en rien un retour incontrôlé du refoulé. Il s’agit bien plutôt « de réinscription du vécu, de réengendrement. Autrement dit de tentative de traitement du trauma, des traumas » (p. 43).

2L’essentiel de cette thèse n’est pas neuf. Simon a ouvert la voie à une telle interprétation de sa vie et de son œuvre, entre autres par la forme même de L’Acacia et par ce qu’il a dit dans Le Jardin des Plantes du « seul véritable traumatisme qu’il est conscient d’avoir subi » (Œ I, p. 1064) en suivant son colonel sur la route de Sorles-le-Château à Avesnes, le 17 mai 1940. D’autres éléments factuels ont été fournis dans la biographie de Mireille Calle-Gruber, à laquelle Jouvenot rend hommage. Mais le livre de Jouvenot se signale par les prolongements que l’auteur a su donner à sa thèse et les rapprochements parfois inattendus qu’elle lui a permis de faire. Par exemple, il rattache l’image du cœur d’or serti de rubis qui, dans La Bataille de Pharsale, surgit dans l’esprit du cavalier au plus fort de la bataille (p. 85-89) à la quête d’une union primitive avec la mère. Il montre comment l’image du père désidéalisé se construit sur la base d’une expérience collective et sur fond d’une « attention tournée vers l’ordinaire, le commun des mortels » (p. 120). Il analyse avec finesse la métaphore de la mère décrite comme « donjon, rempart, fossé » (p. 148). La vieille danseuse de L’Invitation se révèle comme un avatar de la mère (p. 192-3) et Crastinus, frappé par le glaive en plein visage devient une image du père recevant la balle en plein front (p. 235). À la place des références habituelles à Proust et Faulkner, Jouvenot introduit des comparaisons ponctuelles avec Gracq, Primo Levi, Robert Antelme et Camus.

3Sans doute, le lecteur intéressé surtout par l’œuvre de Simon en tant que littérature reste un peu sur sa faim. Jouvenot a une très bonne connaissance de l’œuvre, y compris des premiers romans (on aurait aimé qu’il donne les sources exactes de toutes les citations). Et il fait preuve d’une remarquable connaissance de la critique. Mais, à l’exception de Dällenbach, il ne cite pas les critiques qui se sont le plus aventurés sur le même terrain que lui, même les francophones : Cécile Yapaudjian-Labat sur le deuil, Pascal Mougin sur la figure de la mère1. Et il n’analyse aucun roman de façon systématique pour montrer comment dans le détail se fait le « traitement du trauma, des traumas » – à l’instar, par exemple, de Celia Britton2. Mais nous ne saurions le lui reprocher : là n’était pas son propos. Ce livre ne se revendique pas comme une thèse académique. Tout au début, l’auteur prévient : « ma lecture est l’occasion d’une aventure dans la compagnie de l’homme écrivant. Avec lui, nous pouvons, sans grand risque, circuler librement » (p. 15). Le livre avance, de façon bien simonienne, en spirale. Repassant par les mêmes points, en psychanalyste professionnel et en lecteur amateur, Jouvenot communique son amour pour l’œuvre de Simon. Mais on note que cet amour fut conquis de haute lutte : jeune, Jouvenot avait subi une rebuffade sévère en envoyant le texte d’un livre sur Camus à cet ami de son père. Serait-ce trop osé d’avancer que derrière l’acharnement de Jouvenot à rechercher les traces laissées par un père en littérature se cache la recherche du père dont des lettres échangées avec Simon enrichissent son livre ?

Haut de page

Notes

1 C. Yapaudjian-Labat, Écriture, deuil et mélancolie. Les derniers textes de Samuel Beckett, Robert Pinget et Claude Simon <http://associationclaudesimon.org/ressources-critiques/livres/article/yapaudjian-labat-cecile-ecriture>, Classiques Garnier, coll. « Études de littérature des xxe et xxie siècles, 2010 ; Pascal Mougin, « La mère, la mère toujours recommencée », dans J.-Y. Laurichesse (dir.), Claude Simon : Allées et venues, actes du colloque international de Perpignan (14 et 15 mars 2003), Cahiers de l’Université de Perpignan, Perpignan, PUP, 34, 2004, p. 183-96 (v. aussi Lecture de L’Acacia de Claude Simon. L’imaginaire biographique, Lettres modernes, coll. « Archives des lettres modernes », 1996).

2 C. Britton, « Instant Replays : The Reintegration of Traumatic Experience Le Jardin des Plantes », dans J. H. Duffy et A. B. Duncan (dir.), Claude Simon : A Retrospective, Liverpool, Liverpool University Press, 2002, p. 61-76.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alastair B. Duncan, « Christian Jouvenot, Claude Simon. L’identification au père inconnu, L’Harmattan, coll. « Espaces théoriques », 2015, 264 p. », Cahiers Claude Simon, 12 | 2017, 223-224.

Référence électronique

Alastair B. Duncan, « Christian Jouvenot, Claude Simon. L’identification au père inconnu, L’Harmattan, coll. « Espaces théoriques », 2015, 264 p. », Cahiers Claude Simon [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 07 décembre 2017, consulté le 16 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccs/1085

Haut de page

Droits d’auteur

Cahiers Claude Simon

Haut de page
  • Logo Association des Lecteurs de Claude Simon
  • Logo Presses Universitaires de Perpignan
  • OpenEdition Journals