Navigation – Plan du site
Réception

Claude Simon et le latin  : état des recherches

Ian De Toffoli
p. 261-264

Texte intégral

  • 1 Ouvrage un peu daté qui traite exclusivement de l’émergence du mythe et du mythique chez Simon  : K (...)

1Si les monographies qui analysent la présence du latin (ou de la latinité, voire de l’Antiquité classique ou de la mythologie) dans l’œuvre de Claude Simon sont tout à fait rares – jusqu’à ce jour, il n’y a que le livre de Karen L. Gould1–, les articles ou chapitres d’ouvrage qui abordent cette question sont plutôt nombreux.

  • 2 L. Jenny, «  La Stratégie de la forme  », Poétique, n°  27, 1976, p. 257-281 et J. A. E. Loubère, « (...)
  • 3 M. Bertrand, Langue romanesque et parole scripturale. Essai sur Claude Simon, PUF, 1987.
  • 4 R. Sarkonak, Claude Simon  : les carrefours du texte, Toronto, Paratexte, 1986.
  • 5 A. B. Duncan, «  Notice sur La Bataille de Pharsale  », dans C. Simon, Œuvres I, Gallimard, «  La P (...)
  • 6 P. Galand, «  Génériques maniéristes dans les romans d’Achille Tatius et Claude Simon  », La Licorn (...)
  • 7 J.-Y. Laurichesse, «  La guerre en latin. Claude Simon et la bataille de Pharsale  » dans C. Bonnet (...)
  • 8 A.-Y. Julien, «  Claude Simon, le retour aux choses latines mêmes  », Cahiers Claude Simon, n°  9, (...)
  • 9 J. Kaempfer, «  Le latin des nouveaux romanciers  », Poétique, n°  113, fév. 1998, p. 45-59 et Poét (...)
  • 10 M. Orr, «  Literature in Literature in Claude Simon’s La Bataille de Pharsale  », Romance Studies, (...)
  • 11 C. Hoffer Gosselin, «  Voices of the Past in Claude Simon’s La Bataille de Pharsale  », dans J. Par (...)
  • 12 Simon l’évoque dans plusieurs entretiens ou discours  ; voir «  Il n’y a pas d’art réaliste  », ent (...)

2À l’époque où la recherche simonienne prend de l’ampleur, après les colloques de Cerisy sur le Nouveau roman (1971), puis sur Claude Simon lui-même (1974), quelques travaux abordent le jeu intertextuel latin dans les romans simoniens, c’est-à-dire les mots et les citations latines de César, d’Apulée et de Lucain que l’on retrouve éparpillés dans Histoire ou La Bataille de Pharsale. Notamment Laurent Jenny et, quelques années plus tard, J. A. E. Loubère, dans leurs articles respectifs2, donnent à l’intertexte latin une fonction métonymique, métaphorique, métalinguistique ou simplement productrice, c’est-à-dire de stimulus. Michel Bertrand3 et Ralph Sarkonak4, reprennent et développent ces concepts dans certains chapitres de leurs ouvrages. Pour ce dernier, ainsi que pour des critiques comme Alastair B. Duncan5, Perrine Galand6 ou, plus récemment, Jean-Yves Laurichesse7 et Anne-Yvonne Julien8, l’enjeu de l’intertexte latin est plus important que ne le laisse supposer un simple collage citationnel  : Simon reprend et adapte des structures narratives antiques, par exemple par procédés réflexifs qui brouillent les niveaux diégétiques, et fait de l’expérience livresque (l’approche charnelle de la langue latine) le sédiment de son écriture. D’autres critiques, comme Jean Kaempfer9 qui analyse la présence plus large du latin chez certains écrivains du nouveau roman tels que Simon, Pinget ou Butor, ou encore, avant lui, Mary Orr10 ou encore Claudia Hoffer Gosselin11, considèrent que le latin, et plus précisément le texte latin lu et appris pendant sa scolarité12, a imprégné l’écrivain qu’est devenu Claude Simon, au point de constituer dans plusieurs romans une pièce clé du dispositif narratif simonien.

  • 13 J.-P. Roelens, «  Antiquité et Histoire chez Claude Simon  », Cahiers de l’Université de Perpignan, (...)
  • 14 M. Orr, Claude Simon  : the intertextual dimension, Glasgow, University of Glasgow, French and Germ (...)
  • 15 A. B. Duncan, «  Claude Simon’s Les Géorgiques  : an intertextual adventure  », Romance Studies, n° (...)
  • 16 C. Guizard, Claude Simon, la répétition à l’œuvre  : Bis repetita, L’Harmattan, 2005  ; M. Miguet, (...)

3D’un autre côté, la critique a remarqué le discrédit infligé à la culture humaniste mis en avant dans certains romans simoniens13  : Mary Orr14 notamment, dans sa monographie (qui ne traite pas que du latin), voit dans l’arrangement citationnel latin – tout comme dans les Géorgiques, de façon plus diffuse – une mise à mort des pères littéraires. D’ailleurs, la critique simonienne reste divisée sur ce dernier roman, les uns insistant sur une vague réécriture ironique ou effacée du poème latin15, les autres sur de multiples rapprochements et – comme l’a récemment fait Claire Guizard – une transposition sérieuse de l’hypotexte virgilien16.

  • 17 H. Béhar, «  La Culture de l’auteur et la compétence du lecteur dans La Route des Flandres  », Litt (...)
  • 18 D. Viart, «  Mythes et imaginaire des signes  : Butor, Robbe-Grillet, Simon  », dans P. Cazier (dir (...)
  • 19 M. Zupančič, Lectures de Claude Simon  : la polyphonie de la structure et du mythe, Toronto, Éd. du (...)

4Un dernier point qu’il faut envisager est celui de la mythocritique. Quoique diffus et fragmenté, le mythe est présent dans l’œuvre simonienne et certains critiques lui ont consacré des articles ou des chapitres de leurs ouvrages, se penchant avant tout sur des cas isolés d’émergence mythique dans La Route des Flandres et le mythe d’Orphée dans Les Géorgiques17. Plus rares sont les auteurs, comme Karen L. Gould déjà citée, qui offrent une vue globale de la reprise du mythe par Claude Simon, par affleurement thématique (comme l’écrit Dominique Viart18), ou par mythonymie (terme forgé par Metka Zupančič19).

  • 20 M. Calle-Gruber, Claude Simon. Une vie à écrire, Le Seuil, 2011.
  • 21 F. Waquet, Le Latin ou l’empire d’un signe, (xvie-xxe siècle), Albin Michel, 1998.

5Certains chercheurs abordent également la question de la latinité à travers une approche plus socio-littéraire, comme Mireille Calle-Gruber dans sa biographie de Claude Simon20 ou Françoise Waquet21, qui explique dans son livre la fascination sexuelle des adolescents pour la langue opaque qu’est le latin grâce à des citations tirées d’Histoire.

6On voit donc que la présence du latin dans l’œuvre simonienne est loin d’être inexplorée, mais elle ne constitue le plus souvent qu’une perspective secondaire, au sein d’un cadre de réflexion plus large et tout autre, par exemple l’intertextualité, l’étude d’un roman particulier, la représentation d’une période historique ou, tout simplement, un trait stylistique précis.

Haut de page

Notes

1 Ouvrage un peu daté qui traite exclusivement de l’émergence du mythe et du mythique chez Simon  : K. L. Gould, Claude Simon’s mythic muse, Columbia, French Literature Publications, 1979.

2 L. Jenny, «  La Stratégie de la forme  », Poétique, n°  27, 1976, p. 257-281 et J. A. E. Loubère, «  The generative function of translation in the novels of Claude Simon  », dans R. Birn et K. L. Gould (dir.), Orion Blinded  : Essays on Claude Simon, Lewisburg, Londres et Toronto, Bucknell University Press et Associated University Press, 1981, p. 184-199.

3 M. Bertrand, Langue romanesque et parole scripturale. Essai sur Claude Simon, PUF, 1987.

4 R. Sarkonak, Claude Simon  : les carrefours du texte, Toronto, Paratexte, 1986.

5 A. B. Duncan, «  Notice sur La Bataille de Pharsale  », dans C. Simon, Œuvres I, Gallimard, «  La Pléiade  », 2006, p. 13.

6 P. Galand, «  Génériques maniéristes dans les romans d’Achille Tatius et Claude Simon  », La Licorne, n°  35, 1995, p. 247-259.

7 J.-Y. Laurichesse, «  La guerre en latin. Claude Simon et la bataille de Pharsale  » dans C. Bonnet et F. Bouchet (dir.), Translatio  : traduire et adapter les Anciens, Classiques Garnier, 2013, p. 285-303.

8 A.-Y. Julien, «  Claude Simon, le retour aux choses latines mêmes  », Cahiers Claude Simon, n°  9, PUR, 2014 , p. 97-111.

9 J. Kaempfer, «  Le latin des nouveaux romanciers  », Poétique, n°  113, fév. 1998, p. 45-59 et Poétique du récit de guerre, Corti, 1998.

10 M. Orr, «  Literature in Literature in Claude Simon’s La Bataille de Pharsale  », Romance Studies, n°  12, 1988, p. 65-76.

11 C. Hoffer Gosselin, «  Voices of the Past in Claude Simon’s La Bataille de Pharsale  », dans J. Parisier Plottel and H. Charney (dir.), Intertextuality. New Perspectives in Criticism, New York Literary Forum, vol.  2, 1978, p. 23-33.

12 Simon l’évoque dans plusieurs entretiens ou discours  ; voir «  Il n’y a pas d’art réaliste  », entretien avec M. Chapsal, La Quinzaine littéraire, n°  41, 15-30 déc. 1967, p. 4-5, et «  Roman et mémoire  », Revue des Sciences humaines, n°  220, oct.-déc. 1990, p. 191-192.

13 J.-P. Roelens, «  Antiquité et Histoire chez Claude Simon  », Cahiers de l’Université de Perpignan, n°  1 («  Claude Simon  »), 1986, p. 101-118  ; F. Dugast-Portes, «  Vestiges et fragments  : l’Antiquité selon Claude Simon  », dans Au miroir de la culture antique. Mélanges offerts au Président René Marache, PUR, 1992, p. 113-134.

14 M. Orr, Claude Simon  : the intertextual dimension, Glasgow, University of Glasgow, French and German publications, 1993.

15 A. B. Duncan, «  Claude Simon’s Les Géorgiques  : an intertextual adventure  », Romance Studies, n°  2, 1983, p. 90-107  ; C. Reitsma-La Brujeere, Passé et présent dans Les Géorgiques de Claude Simon. Étude intertextuelle et narratologique d’une reconstruction de l’Histoire, Amsterdam, Rodopi, 1992  ; A.-M. Monluçon, «  Le fantôme des Géorgiques dans Les Géorgiques de Claude Simon  », dans Frontières et passages, PU de Rouen, 1999, p. 331-337, et «  L’Orphée de Virgile, ou la face cachée des Géorgiques de Claude Simon  », Cahiers de l’Association internationale des études françaises, 2001, n°  53, p. 271-285.

16 C. Guizard, Claude Simon, la répétition à l’œuvre  : Bis repetita, L’Harmattan, 2005  ; M. Miguet, «  Lecture mythique des Géorgiques de Claude Simon  », dans G. Freyburger (dir.), De Virgile à Jacob Blade. Hommage à Mme Andrée Thill, Bulletin de la Faculté de lettres de Mulhouse, n°  15, 1987, p. 273-284  ; N. Piégay-Gros, Claude Simon, Les Géorgiques, PUF, 1996  ; P. Schoentjes, Claude Simon par correspondance. Les Géorgiques et le regard des livres, Genève, Droz, 1995.

17 H. Béhar, «  La Culture de l’auteur et la compétence du lecteur dans La Route des Flandres  », Littératures contemporaines, n°  3, 1997, p. 207-227  ; M. J. Evans «  The Orpheus myth in Les Géorgiques and Homage to Catalonia  », dans A. B. Duncan (dir.), Claude Simon  : New Directions, Edimbourg, Scottish Academic Press, 1985, p. 89-99  ; N. Piégay-Gros, «  Légende et affabulation dans La Route des Flandres  », Littératures contemporaines, n°  3, 1997, p. 119-131  ; C. Rannoux, L’Écriture du labyrinthe  : Claude Simon, La Route des Flandres, Orléans, Paradigme, 1997, p. 131-142  ; M. Zupančič, «  Érotisme et mythisation dans Triptyque et Les Géorgiques  », La Revue des Lettres modernes, série Claude Simon, n°  2 («  L’écriture du féminin-masculin  »), 1997, p. 35-54.

18 D. Viart, «  Mythes et imaginaire des signes  : Butor, Robbe-Grillet, Simon  », dans P. Cazier (dir.), Mythe et Création, PU de Lille, 1994, p. 267-285.

19 M. Zupančič, Lectures de Claude Simon  : la polyphonie de la structure et du mythe, Toronto, Éd. du Gref, 2001 et «  De la (dé)nomination à la mythisation chez Claude Simon  », Paragraphes, n°  10 (Les noms du roman), Montréal, Département d’Études Françaises, 1994, p. 103-115.

20 M. Calle-Gruber, Claude Simon. Une vie à écrire, Le Seuil, 2011.

21 F. Waquet, Le Latin ou l’empire d’un signe, (xvie-xxe siècle), Albin Michel, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ian De Toffoli, « Claude Simon et le latin  : état des recherches », Cahiers Claude Simon, 11 | 2016, 261-264.

Référence électronique

Ian De Toffoli, « Claude Simon et le latin  : état des recherches », Cahiers Claude Simon [En ligne], 11 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2017, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccs/389 ; DOI : 10.4000/ccs.389

Haut de page

Droits d’auteur

Cahiers Claude Simon

Haut de page
  • Logo Association des Lecteurs de Claude Simon
  • Logo Presses Universitaires de Perpignan
  • OpenEdition Journals