Navigation – Plan du site

Matériaux d'écriture

p. non paginé

Le 24e Marine 1902-1980 – Historique du régiment de Louis Simon

Image 10000000000001F4000001A645C7971B.jpg

Cérémonie de remise au régiment de la Croix de la Légion d’Honneur, le 22 octobre 1914 (Le 24e de Marine, p. 15 ; voir rubrique « Archives », p. 183)
Avec l’aimable autorisation de la Bibliothèque littéraire Jacques-Doucet

CARTES POSTALES – Envoyées d’Aden par Suzanne à sa mère au début de mai 1912, ces deux cartes postales (« Busogas » et « Camp. Camel Market ») portent au verso un seul texte qui se poursuit de l’une à l’autre :

Image 10000000000001F400000303D072FD24.jpg

« Ma chère maman Louis t’a écrit une grande lettre, mais nous l’avons laissée à bord et je ne sais si elle te parviendra. Nous sommes à terre depuis 6 heures du matin et visitons Aden qui m’enthousiasme. La promenade aux citernes et dans la ville indigène vaut la traversée. Que de couleur que de soleil »

Image 10000000000001F40000014DC5A498AA.jpg

elle descendait la passerelle, allait flâner aux escales (ou plutôt mollement flotter, comme dans un état second, somnambulique) le long des étalages de souks ou de marchés indigènes, percevant comme dans un permanent orgasme ces ports, ces villes, ces pyramides, ces chameaux, ces foules barbares et loqueteuses dont elle écrivait à la vieille dame : « … on se demande si ce sont des créatures humaines comme nous ; nous sommes à terre depuis 6 heures ce matin, il est 9 heures et l’Adour repart à 10, nous sommes au café en train de consommer des boissons glacées. Je t’embrasse », la carte postale représentant trois Noirs, trois squelettes plutôt (ou échalas, ou épouvantails), trois choses hybrides, à mi-chemin entre le végétal et l’humain, c’est-à-dire où l’on ne distinguait pas très bien ce qui appartenait à l’un ou l’autre règne, ni l’endroit où l’un ou l’autre

Image 10000000000001F400000150AF39ED22.jpg

« et quelle vue, si différente de tout ce qu’on a vu. On se demande si ce sont des créatures humaines comme nous. Il est 9 heures et à dix, l’Adour repart. Nous sommes au café en train de consommer des boissons glacées. Je t’embrasse. Suzanne »

Image 10000000000001F400000150E1ECA4ED.jpg

règne se séparaient, ou plutôt ce qui distinguait les membres semblables à du bois sec des fibres pendantes qui les recouvraient à demi, laissant voir les ventres ballonnés, les nombrils saillants, en forme de cônes, les côtes saillantes (l’un d’eux cachant – ou soutenant ? – d’une main ses parties génitales), chacun des trois échalas surmonté par une tête au crâne rasé, aux yeux mi-clos en grains de café, aux énormes lèvres boudinées, une longue plaie aux lèvres éclatées ouverte sur l’un des tibias, comme une cicatrice dans une écorce d’arbre, desséchée sans s’être refermée, ou encore ces ouvertures ménagées dans les membres de ces statues de saints, de martyrs, laissant voir derrière une vitre un fragment d’os : « Burogas » – le timbre rose, toujours orné de l’inévitable profil chauve et couronné mais au-dessus cette fois de l’inscription « India Postage & Revenue » (L’Acacia, Œ II, p. 1089-1090).

Image 10000000000001F400000145D68BC091.jpg

Suzanne et Louis Simon devant leur maison à Madagascar avec leurs domestiques et l’ordonnance. Destinée à dépeindre aux proches restés en France les charmes de la vie malgache, la photographie a été tirée à plusieurs exemplaires sous forme de carte postale (droits réservés).

transportée dans un primitif Éden, un primitif état de nature, au côté de l’homme à la barbe sauvage, entourée de serpents et de sauvages également domestiqués : en plus de l’ordonnance, elle possédait trois de ces derniers, deux mâles et une femelle, dont les noirs visages luisaient dans l’ombre de la galerie où ils posaient debout derrière elle assise dans un fauteuil de rotin, sa main sur l’échine du chien familier, souriante, comme si le photographe avait saisi ce fugace instant d’immobilité, d’équilibre, où parvenue à l’apogée de sa trajectoire et avant d’être de nouveau happée par les lois de la gravitation la trapéziste se trouve en quelque sorte dans un état d’apesanteur, libérée des contraintes de la matière, pouvant croire le temps d’un éblouissement qu’elle ne retombera jamais, qu’elle restera ainsi à jamais suspendue dans l’aveuglante lumière des projecteurs au-dessus du vide, du noir. (L’Acacia, p. 1097-1098)

Image 10000000000001F4000002CBF013FF2A.jpg

Page manuscrite datée du 28 novembre 1982 et titrée « Complément d’information », titre provisoire de ce qui sera L’Acacia. On en retrouve des éléments aux pages 1226 et suivantes du roman. Fonds Simon de la Bibliothèque littéraire Jacques-Doucet, Ms 16(3) 51; remerciements à Wolfram Nitsch.
Avec l’aimable autorisation de Réa Simon

In memoriam (v. p. 299)

Mario Dondero (1928–2015)

Image 10000000000001F4000001506F827F8B.jpg

De g. à dr., Claude Simon, Alain Robbe-Grillet, Robert Pinget, Jérôme Lindon, Samuel Beckett et Nathalie Sarraute devant le siège des Éditions de Minuit, rue Bernard Palissy à Paris en 1959 (©Dondero/Leemage).

Denis Roche (1937–2015)

Image 10000000000001F4000001490B0C9AAE.jpg

Claude Simon (© Denis Roche/Galerie Le Réverbère, Lyon. Publiée avec l’aimable autorisation de Françoise Peyrot-Roche).

  • Logo Association des Lecteurs de Claude Simon
  • Logo Presses Universitaires de Perpignan
  • OpenEdition Journals