Navigation – Plan du site
Carnets de lectures

« L’homme pressé : impacts et paradoxes socio-spatiaux » : compte-rendu du douzième colloque de l’association Doc’Géo

9 et 10 octobre 2014, Université Bordeaux Montaigne
Pierre-Louis Ballot et Roman Rollin

Entrées d’index

Rubriques :

Carnets de lectures
Haut de page

Texte intégral

1Ce compte-rendu présente une synthèse des communications réalisées lors du douzième colloque de l’association DOC’GEO, dont le thème portait sur « L’homme pressé : impacts et paradoxes socio-spatiaux ». Le colloque a eu lieu les 9 et 10 octobre 2014 à la Maison des Suds située sur le site de l’Université Bordeaux Montaigne.

2Pour rappel, l’association bordelaise des doctorants et masters en sciences de l’espace et du territoire (association DOC’GEO) organise chaque année depuis 2003 un colloque pluridisciplinaire, dont le but est de permettre aux étudiants de master, aux doctorants et aux jeunes docteurs de présenter leurs travaux et d’échanger autour d’un thème émergent dans le champ des sciences de l’espace.

3L’objectif du colloque organisé en 2014 est de questionner le couple rapidité/lenteur. Il s’agit d’analyser comment ces deux rythmes, traditionnellement opposés, peuvent s’articuler dans la société actuelle. La thématique du slow et du fast suscite depuis une dizaine d’années de nombreuses interrogations, à la fois au sein de la société mais également dans le domaine scientifique. Le colloque s’inscrit dans le contexte de cette actualité sociale et scientifique.

4Afin d’illustrer la richesse et l’actualité de cette thématique, et de mobiliser plus largement étudiants et chercheurs, des manifestations scientifiques et culturelles ont également été organisées en parallèle du colloque. Parmi ces manifestations, figuraient la visite à Ambarès et Lagrave (Gironde) du recyclorium, une association dont l’objectif est de collecter et de valoriser les objets dont les citoyens souhaitent se débarrasser ; une conférence autour du slow food animée par Paul Le Mens, ingénieur en science des aliments, qui a donné lieu à une dégustation autour du pain ; une exposition de photographies portant sur le thème du colloque ou encore la tenue de trois siestes musicales animées par Guillaume Laidain, artiste plasticien sonore. Un café géographique sur le thème du Chercheur pressé a également été organisé, avec pour invité Mathieu Van Criekingen, enseignant-chercheur au Laboratoire de géographie humaine de l’université libre de Bruxelles et membre de l’Atelier des Chercheurs (LAC) de Bruxelles. Celui-ci a expliqué pourquoi, face aux pressions institutionnelles, il souhaite prôner une désexcellence des universités.

5Le colloque s’est décliné en trois ateliers d’une demi-journée. Le programme détaillé du colloque est disponible en annexe du compte-rendu.

Ouverture du colloque

6Après un discours d’ouverture de l’ancien président de l’association, Pierre-Amiel Giraud, l’invitée d’honneur, Sandra Mallet, maître de conférences en urbanisme, ouvre le débat. S’interrogeant sur les recherches portant sur la vitesse et les temporalités en sciences humaines et sociales, elle met en lumière l’enjeu de ce colloque ainsi que l’état des recherches dans ce domaine. Mireille Diestchy, doctorante en sociologie, propose ensuite une première lecture du couple vitesse/lenteur à travers la question des mouvements slow.

7Sandra Mallet commence par pointer que, si le temps est un sujet d’actualité autour duquel s’anime un réel débat, notamment au sein de la société civile (travail le dimanche, articulation entre temporalités personnelles et professionnelles), il n’existe pas de discipline universitaire qui aurait érigé le temps en objet central, contrairement à l’espace. Cependant, elle note une évolution des études sur les temporalités. Dès les années 1970, le sociologue William Grossin fonde sa pensée sur l’importance de l’étude des interactions temporelles. L’urbaniste et philosophe Paul Virilio s’inquiète des dangers de la dictature de la vitesse et prône une étude des effets de la vitesse appelée dromologie. Le sociologue et philosophe allemand Hartmut Rosa construit une théorie de référence sur l’accélération du temps. Parallèlement à ces travaux, des recherches fondatrices sur les liens entre temps et espace sont élaborées. Dans les années 1970, des géographes suédois posent les principes fondateurs de la time geography, qui s’intéresse notamment à la spatialisation des budgets-temps. Plus tard, sous l’impulsion des sociologues Henri Lefebvre et Catherine Régulier, se développe une approche plus sensible, nommée rythmanalyse, s’intéressant moins au temps chronométrique et aux analyses quantitatives qu’aux dynamiques rythmiques, successions, temps forts et temps creux. Enfin, le constat d’une reconfiguration des temporalités traditionnelles par les transformations des modes de vie, l’éclatement de la ville traditionnelle et la généralisation de l’urbain a notamment amené la création de politiques urbaines spécifiques : les politiques temporelles. Ces politiques ont émergé en particulier sous l’impulsion des recherches italiennes amorcées dans les années 1980 au Politecnico di Milano. Des théories sur les temps urbains y ont été développées, afin d’améliorer la gestion des temps des citadins. Elles ne présentent aucun lien explicite ni avec la time geography suédoise, ni avec la rythmanalyse développée par Henri Lefebvre et Catherine Régulier.

8Mireille Diestchy interroge les mouvements slow à partir de l’œuvre de Michel Foucault et de sa conception du pouvoir. Elle montre comment la gestion du temps devient centrale dans nos sociétés. Selon elle, il faut concevoir le pouvoir non pas comme répressif, mais comme relationnel, tel que le suggérait le philosophe. Les individus ne sont pas seulement les jouets d’un pouvoir qui serait répressif, ils en sont aussi les relais. Elle opère un recentrage de l’individu au cœur des relations de pouvoir et permet ainsi de concevoir des points de résistance face à un certain régime de vérité qui régule les pratiques et les normes. Les mouvements slow peuvent alors être conçus comme un point de résistance face à une certaine norme de vécu et d’usage du temps, en proposant une autre manière d’organiser les temps quotidiens. Elle fait également appel à la notion foucaldienne de dispositif. Celle-ci est conçue comme un certain régime de vérité historiquement et socialement situé, s’imposant tant aux dominants qu’aux dominés. Considérer cette notion de dispositif permet de replacer l’individu au centre des analyses. Mireille Diestchy parle d’un dispositif rythmique non seulement répressif, mais aussi producteur, créateur de pratiques et de normes. Dans cette optique, le slow est une éthique de résistance face à un certain dispositif de pouvoir. Ce décalage avec la norme temporelle peut être conçu comme une aspiration à une prise de pouvoir, à maîtriser son propre temps et à fixer ses propres rythmes. Cette prise de conscience des dégâts de l’accélération des temporalités a aussi mené, à un niveau individuel, à l’émergence de plusieurs points de résistance au sein des mouvements slow. Selon Mireille Dietschy, l’éthique slow rejette la norme temporelle d’optimisation de la gestion du temps. Une manifestation possible de cette éthique slow se donne à voir dans l’adoption de rythmes décalés, voire à contre-courant des temps collectifs contemporains. Elle consiste à s’extraire des flux temporels, pour redonner plus de place au temps de la réflexion. Que ce soit au niveau des recherches, de la gestion des villes, ou au niveau individuel, la question temporelle prend une place toujours plus centrale.

9Les intervenantes se retrouvent ainsi sur deux points. D’une part, elles portent l’idée que la question temporelle est fondamentale dans nos sociétés. D’autre part, elles soulignent le souci actuel de mieux gérer les temps quotidiens. Deux principales pistes de réflexion ressortent de l’ouverture de ce colloque. D’une part, Sandra Mallet conclut sur l’inextricable relation pouvant exister entre l’espace et le temps. Dans les théories sur le passage de la ville à l’urbain, la question du temps est omniprésente. L’éclatement des villes entraîne un développement des flux à l’origine d’un nouvel ordre spatial mais aussi temporel où les limites traditionnelles sont brouillées. Cette nouvelle donne implique de revoir nos conceptions des villes et d’intégrer la dimension temporelle dans les études sur l’espace. Pour Mireille Diestchy, si l’éthique slow permet de s’extraire de certaines normes d’usage du temps et de maîtriser des temps autodéterminés, elle s’inscrit dans un autre jeu de pouvoir. Ces nouvelles relations de pouvoir prennent deux formes : le gouvernement de soi, non plus par les rythmes mais par la modération des besoins, et la responsabilisation par une incorporation des enjeux de durabilité et de souci de l’environnement dans ce nouveau gouvernement de soi. Une norme temporelle ne s’instaure pas sans résistance et sans l’adoption de normes à contre-courant de la norme dominante. Bien loin d’être antinomiques, les notions de vitesse et de lenteur sont articulées par des logiques de conflits.

Atelier 1 : Rien ne sert de rouler, il faut partir à pied ?

10Le premier atelier du colloque, animé par André-Frédéric Hoyaux, maître de conférences en géographie, interroge le couple vitesse/lenteur en lien avec l’usage des différents modes de transport.

11Dans sa communication intitulée « La vitesse n’est que lenteur : l’exemple de l’automobilisme », l’historien Etienne Faugier rappelle que vitesse et lenteur ne sont pas forcément en constante opposition, mais peuvent s’articuler de manière parfois complexe. Si l’automobile s’est imposée au fil des décennies comme un mode de transport rapide, c’est grâce notamment au « long développement systémique » qui l’a accompagnée,