Navigation – Plan du site
Lumières, sociabilité et espace public : le XVIIIe siècle

Lumières et espace public à Perpignan au XVIIIe siècle

Céline Sala
p. 39-60

Résumés

Il s’agit de montrer ici de quelle façon la Franc-maçonnerie à Perpignan à l’époque des Lumières s’est ajoutée aux diverses formes de sociabilité, de saisir comment s’organise la République des idées, et de prendre la mesure de l’originalité de cette Franc-maçonnerie par rapport aux autres sociétés de culture. Saisir également quelle est la circulation depuis l’espace public vers la loge maçonnique et celle des francs-maçons vers l’espace public de la ville.

Haut de page

Texte intégral

1Découvrir «Perpignan la franc-maçonne»1 suppose d’établir les relations que les Lumières entretiennent avec l’espace public au sein de la cité au XVIIIe siècle. Perpignan est au cœur de la province du Roussillon, une zone-frontière à l’extrémité de l’espace français, sur ses marges méridionales, rattachée depuis seulement 1659 au Royaume de France. C’est une cité étroitement enserrée par ses remparts, dominée par la citadelle et distribuée en quatre paroisses : Saint-Jean, siège des pouvoirs citadins autour de la collégiale, Saint-Jacques, la plus populaire, Notre-Dame la Réal, siège des confréries de pénitents est la plus huppée et enfin, Saint-Mathieu peuplée d’artisans et de petits bourgeois. Aux dimensions certes modestes2, faite d’un lacis de rues étroites, même de venelles, ouvrant sur de petites places dont la plus importante est celle de la Loge, carrefour de la sociabilité citadine, Perpignan apparaît comme une ville surprenante. Malgré sa structure médiévale, elle sait s’ouvrir sur le siècle des Lumières à travers ses nombreux cafés, bals publics ou privés, salons, jardins, loges maçonniques, son Université dont certains appendices sont accessibles au public, son académie et son théâtre qui structurent l’espace public. La variété de l’offre sociable est particulièrement élevée d’où une émulation et une concurrence entre ces sociétés afin de répondre aux aspirations des citadins. Perpignan n’a donc rien à envier aux grandes cités culturelles voisines du Midi telles Toulouse ou Montpellier.

2L’approche des Lumières maçonniques ne s’envisage que trop rarement à travers ces institutions provinciales qui ont assuré le long cheminement complexe, parfois contradictoire, de l’esprit nouveau3. De nombreux groupes tissent en effet dans l’espace public, sur les frontières du Royaume de France, la toile générale sur laquelle se propagent les Lumières. Pourtant, se représenter la société des francs-maçons comme enclavée et isolée au sein de l’espace public constituerait une vision réductrice et illusoire. Dès lors, il importe de jeter les bases d’une véritable archéologie des formes de sociabilité à Perpignan et de souligner la prépondérance du fait maçonnique et du lien maçonnique dans le registre de la sociabilité volontaire perpignanaise4. Aussi, il importe de saisir comment s’organise la République des idées à Perpignan et d’y prendre la mesure de l’originalité de la franc-maçonnerie en la comparant à d’autres sociétés de culture. Pour cela, quelle est la circulation, dans le Perpignan du siècle des Lumières, de l’espace public vers la loge maçonnique ? Et, en retour, les francs-maçons perpignanais investissent-ils l’espace public ? Cette initiative, seule, permettra de percevoir comment les sociétés laïques d’Ancien Régime, avec en figure de proue l’Art Royal, participent à l’«espace des Lumières» à Perpignan.

I – De l’espace public à la Loge

3L’intégralité de l’espace perpignanais est investi par divers réseaux culturels. Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, au cœur de la ville, des associations traditionnelles, héritées du Moyen Âge, pieuses et charitables mais de forme religieuse, composées d’hommes laïcs, coexistent avec de nouvelles assemblées que le régime autorise. Ces associations récentes, objets d’un réel engouement chez les Perpignanais, sont libres de tout caractère religieux et composent, à Perpignan, le socle de la «République des Lettres». Une géographie culturelle inégalement accessible et inégalement ouverte s’y dessine cependant dans des pratiques d’échange et de connaissance. L’accès aux Lumières dépend, à Perpignan, de l’ouverture à l’Autre. Éclairer la réalité de la circulation sociable s’impose par conséquent à travers la disparité des lieux « éclairés » en focalisant le regard sur leur degré d’ouverture ou de fermeture.

1 - L’espace des Lumières à Perpignan

4L’espace des Lumières à Perpignan apparaît pluriel, à géométrie, à géographie et à intensité variables. La sociabilité y sert toutefois de ciment. Il existe des institutions de la République des Lettres à Perpignan, en principe, ouverts à tous tels le théâtre, le café, le jardin public ou encore les appendices « publics » de l’université.

5À Perpignan, la création pour les provinciaux d’une salle spécialement aménagée pour le théâtre français en 17515 témoigne de l’adhésion aux Lumières jusqu’aux frontières méridionales du royaume et démontre l’influence de l’élite « éclairée » catalane au sein de la province. Jouxtant cet espace public, il existe aussi des théâtres « privés ». «Protecteur des arts», le duc de Noailles, gouverneur du Roussillon et initié aux mystères de l’Art Royal à Versailles6, possède un théâtre privé où l’on représente en 1757, la première du Fils naturel de Diderot7. En cela, le théâtre selon son ouverture à l’Autre peut être également considéré comme un espace clos.

6Au cœur de l’espace public catalan, vers 1756, les premiers cafés s’ouvrent sur la place de la Loge, face au théâtre8. Le café, est, à Perpignan, une nouvelle forme de sociabilité urbaine où se côtoient des gens de milieux divers. Il s’inscrit donc en tant qu’espace public où les barrières sociales de la société de l’Ancien Régime semblent, en son sein, temporairement gommées. C’est en effet un lieu de sociabilité plus mêlé, apprécié par la jeunesse perpignanaise. Au cours du XVIIIe siècle, le café va progressivement s’insérer dans les interstices de la sociabilité à Perpignan, offrant un lieu particulier au carrefour entre le cabaret, la taverne qui est plus populaire et plus propice aux idées traditionnelles et traditionalistes et l’académie plus aristocratique. Il se positionne comme étant moins fermé qu’un salon aristocratique et moins élitiste qu’une Académie, il est en principe ouvert à tous. Il rencontre un tel engouement auprès des Perpignanais et son succès est tel qu’il va même jusqu’à supplanter les tavernes puisqu’un autre café, « ajoutant à la nouveauté du liquide un confort que le client ne trouve pas au cabaret », s’implante rue des Tavernes vieilles, concurrençant désormais sur le terrain les établissements du même nom9.

7Perpignan voit également fleurir sur ses remparts, un jardin des plantes ainsi qu’un jardin des arbustes, à destination des étudiants de l’Université, qui sont ouverts au public pour les promenades10. Les remparts forment alors un immense jardin, lieu ouvert par excellence et qui est donné à voir au public. Ce sont des jardins de démonstration pris sur les fortifications, or, les fortifications constituent bien la fermeture par définition de la ville. Dans ce cas précis, le jardin est bien l’ouverture sur la fermeture de la cité. Si c’est en 1759 qu’est pensée et décidée la mise en place de ces espaces arborés, l’Université se voit également doter d'une bibliothèque « publique », cent ans après le rattachement du Roussillon à la France. Émerge là une notion nouvelle caractéristique de l’esprit du temps. La «bibliothèque du citoyen est alors inventée et nous sommes en 1760 à Perpignan»11. Elle semble avoir pu répondre d’une part, aux besoins de l'Université de Perpignan et d’autre part, aux attentes du public cultivé de la province. Animé d’un même désir, le cabinet d’Histoire Naturelle est alors ouvert au public. Ainsi, à l’image de la Bibliothèque publique ou du cabinet d’Histoire Naturelle, l’université n’entend pas vivre au XVIIIe siècle repliée sur elle-même, mais revendique, au contraire, son ouverture sur la ville. En cela, elle est unique en son genre et constitue un véritable modèle pour le royaume. On assiste en effet, à un va-et-vient permanent du public qui pénètre dans l’Université laquelle répand ses lumières sur la ville12. Rappelons enfin que l’Université de Perpignan est l’un des seuls bâtiments universitaires édifiés dans la France des Lumières de 1715 à 1789.

8Aux côtés de ces espaces publics de vie, d’autres institutions de la « République des Lettres » constituent un intermédiaire dans la sociabilité d’Ancien Régime entre des lieux fermés comme la loge maçonnique et le jardin qui est par définition ouvert. S’y côtoient dans leurs enceintes, certes, des personnes désignées et cooptées mais ni la naissance ni l’initiation ritualisée n’en déterminent l’accès. La Société Royale d’Agriculture en est un exemple. Elle n’est pas un cénacle clos mais bien semi-ouvert. Le recrutement est, de fait, plus ouvert et plus libre mais exige cependant une expérience agronomique reconnue. Cette condition implique nécessairement d’opérer une sélection dans le recrutement du personnel puisqu’il s’agit de faire le choix de membres « en fonction de leur zèle et de leurs talents ». L’examen de ses listes de membres13 révèle un petit nombre d’élus avec une représentation conforme à la hiérarchie traditionnelle où le critère de choix se porte sur des personnes de qualité avec une prépondérance de l’aristocratie terrienne. Au total, la composition sociale de ce temple de l’agronomie n’est guère différente de celle des sociétés savantes perpignanaises. Comme ces dernières, elle valorise l’élite roussillonnaise en plaçant au premier rang du prestige l’exemple des propriétaires locaux en charge de la transformation du monde rural.

9Le cabinet de lecture, attenant à la librairie de Claude Lecomte s’affirme lui aussi comme un lieu éclairé semi-ouvert où le livre occupe une place de choix dans la réflexion, relais du savoir pour tout érudit. Là, les clients ont ainsi l'occasion de lire à l'intérieur du bâtiment sans être tenu d’acheter. À travers les registres tenus par Claude Lecomte, il se dégage que tout le public cultivé du Roussillon fréquente, de façon plus ou moins régulière, ce lieu à l’époque : officiers de garnison, prêtres, avocats, notaires, professeurs, étudiants, comédiens, ordres religieux et même l’évêque. On prend même la mesure que l’ordre des Capucins, congrégation réputée peu encline à la lecture, ainsi que les jésuites y sont d’excellents clients. Professeurs et étudiants de l’université de Perpignan fréquentent assidûment la librairie de Lecomte avant et après la rénovation de l’université pourtant dotée d’une bibliothèque publique. La lecture n'est plus seulement considérée comme un divertissement mais fait partie intégrante de l'éducation d'un homme éclairé.

10Le bal est encore caractéristique de cet espace public plus ou moins ouvert ou clos. La province du Roussillon est en effet le théâtre de bals publics14 mais également de bals privés15, masqués ou non masqués16. Les bals sont alors réglementés et codifiés, certains ne sont accessibles qu’à certains corps de métiers mais d’autres, en revanche, regroupent toutes les catégories sociales. C’est pourquoi, il y a dans la cité des « moments pour le peuple » mais aussi des bals où « parfois tous les états confondus dansent ensemble » 17.

11Les salons perpignanais, quant à eux, se déterminent comme des théâtres mondains où on affirme sa distinction et où les hôtes, le Maréchal de Mailly18 ou la marquise de Blanes19, se reconnaissent le droit exclusif d’en qualifier ceux qui en sont dignes d’en être20. En cela, on est très proche des règles et critères qui président à la composition de cénacles clos comme la loge maçonnique ou l’Académie militaire dite, à Perpignan, « Le Haras ».

12L’Académie dite « Le Haras » est créée en 1768, à l’initiative du maréchal de Mailly. Il s’agit d’une école militaire appelée « Académie » où les jeunes nobles roussillonnais reçoivent une éducation militaire afin d’entrer au service du Roi. L’élite nobiliaire de la province sera formée dans cette académie. La formation dispensée au vu de la diversité des cours enseignés dans l'école des Haras démontre la volonté d'obtenir à la fois des soldats fidèles au roi mais aussi des hommes cultivés, « éclairés » et formés pour diriger. L’école militaire apparaît cependant bien être un des espaces des Lumières les plus clos à l’intérieur de la ville. Car, si traditionnellement la loge maçonnique est perçue comme le temple de l’entre soi où les frères se reconnaissent dans la chaleur fraternelle du temple à travers l’initiation partagée, en revanche, la naissance ne détermine pas l’accès aux lumières maçonniques contrairement à l’Académie militaire. La loge maçonnique est, de plus, ouverte sur le monde de par ses engagements alors que l’Académie n’a pour objectif que de remplir sa mission de former des élites au service de la monarchie.

13Enfin, l’espace maçonnique doit bien être appréhendé comme un champ de sociabilité clos constitué par un cénacle d’amis choisis, de pairs qui se reconnaissent comme frères à travers l’initiation partagée. C’est bien le temple des amis choisis qui affirme ses liens par la puissance de l’initiation. Le modèle maçonnique catalan présente toutefois une physionomie atypique par rapport aux autres loges maçonniques du Royaume de France.

2 - Une loge atypique dans le royaume de France : la loge catalane

14En comparaison avec les sociétés culturelles, précédemment décrites, qui fonctionnent parallèlement dans la province, le fait maçonnique est éblouissant, en terres nord-catalanes, en cette deuxième moitié de XVIIIe siècle. La cité catalane mais également les bourgades rurales de la province du Roussillon21 ont vu naître, avant et surtout après 1750, un nombre d’ateliers croissant. Il est essentiel de restituer la genèse du noyau maçonnique initial à Perpignan ainsi que ses traits distinctifs afin de mieux saisir l’importance de l’Art Royal dans la « République des Lettres ».

15La province du Roussillon a une véritable tradition de sociabilité maçonnique unique en France faite d’une histoire riche et ancienne sous l’Ancien Régime. La première loge fondée, à l’orient de Perpignan, le 6 novembre 174422 : la loge « Saint-Jean » ou « Saint-Jean, Saint-Pierre », sous le titre distinctif de La Sociabilité est, en effet, l’un des plus anciens ateliers du Languedoc-Roussillon aux côtés de la loge L’Ancienne à Montpellier23. Il s’agit de la seule loge maçonnique française a avoir manifesté le besoin d’afficher la sociabilité jusque dans son titre distinctif. Cette implantation précoce traduit sans doute l’adoption d’un mode de sociabilité qui vient d’ailleurs et qui séduit l’élite nobiliaire locale. Cette sociabilité maçonnique de frontière se manifeste donc par une implantation précoce24, avec toutefois une absence de relation et donc de circulation au XVIIIe siècle, de part et d’autre de la frontière espagnole, liée à l’impossible développement de la franc-maçonnerie, dû à l’Inquisition, en Catalogne espagnole25.

16La franc-maçonnerie nord-catalane se définit néanmoins par de nombreux foyers maçonniques urbains et ruraux tous caractérisés par une forte densité maçonnique26. Plus de douze loges maçonniques civiles aux effectifs démesurés organisent et polarisent l’espace catalan :  neuf à Perpignan et trois dans les localités de Thuir, Vinça et Saint Paul de Fenouillet27. Les loges militaires, présentes également en très grand nombre, ont fortement contribué à la propagation de la maçonnerie dans la province, par le caractère itinérant des régiments. De nombreuses loges qui ne sont pas des loges militaires ont accepté des officiers de l’armée, préférant sans doute adhérer à une loge permanente. Inversement, de nombreuses loges militaires se sont fréquemment révélées d’actifs médiateurs de la lumière maçonnique, recevant de nombreux profanes civils que les loges locales hésitaient à initier. Les deux parties y trouvaient leur compte, en particulier les militaires étrangers aux places de garnison, qui aspiraient souvent à sortir de leur isolement, en nouant des relations avec la société locale28.

17On peut souligner, également, en Roussillon une concentration maçonnique exceptionnelle si l’on se réfère à la thèse de Maurice Agulhon sur la sociabilité méridionale.29 Elle déborde largement le cadre urbain, ce qui démontre une tradition précoce, en pays catalan, de trouver des loges rurales éloignées de la ville principale, Perpignan. Il existe donc bien un phénomène de sociabilité en dehors du cadre urbain sous l’Ancien Régime.

18Société d’élus, la Franc-maçonnerie recherche la reconnaissance par les membres de la sanior et major pars dont la présence qualifie l’assemblée en la fermant. Les francs-maçons catalans semblent assumer parfaitement cette recherche d’une excellence sociale puisqu’à l’orient de Perpignan, La Sociabilité affirme très fièrement être composée de « ce qu’il y a de mieux à Perpignan »30 ; La loge est en effet fréquemment reconnue par ses sœurs comme la « Loge des nobles »31, et sûre de sa prééminence sociale au sein de l’orient, elle se dit elle-même « composée presque en totalité de l’élite de la Noblesse du Roussillon qui se fera un plaisir de donner l’exemple de régularité des mœurs et de la vertu ».32 La sociabilité maçonnique du Royaume de France, sous l’Ancien Régime, rencontre l’adhésion des élites provinciales. La maçonnerie catalane ne fait pas figure d’exception. Les notables viennent, en effet, très nombreux dans les loges particulièrement à celle de La Sociabilité, loge des élites sous l’Ancien Régime. Cependant, la particularité régionale réside ailleurs. Étant donné le grand nombre d’ateliers présents sur ce territoire, un recrutement considérable s’opère qui va même jusqu’à atteindre la toute petite bourgeoisie relativement modeste de la société roussillonnaise. Il convient alors de s’interroger sur le pouvoir de séduction qu’exerce le mouvement maçonnique auprès des élites catalanes.

3 - La loge, un espace séduisant au cœur de l’espace public

19 La pertinence de cette approche s’impose d’elle-même dans la province du Roussillon puisque la loge est le premier lieu de sociabilité à avoir vu le jour, prémisse d’un succès inégalé au sein de « l’espace des Lumières »33. La loge se distingue par rapport aux autres lieux de sociabilité de la ville car elle n’est pas une simple société d’agrément. Les loges offrent en effet d’autres perspectives que la simple convivialité et l’échange d’idées : l’initiation. La franc-maçonnerie est bien une société initiatique et codifiée où ses initiés se voient délivrer un savoir de manière progressive par le passage à divers grades. Le secret qui est la base de la franc-maçonnerie est cultivé d’ailleurs non seulement à l’égard des profanes mais aussi à l’intérieur de l’ordre, envers les frères qui sont à un grade inférieur34. Aux trois premiers grades (apprenti, compagnon et maître), s’ajoutent les hauts grades qui puisent dans la tradition chevaleresque, hermétique et alchimique. Il s’agit de grades dits « de perfection » destinés à faire cheminer l’initié vers la lumière. Au XVIIIe siècle, les hauts grades ne sont pas encore fixés par des rituels précis ni intégrés à des systèmes.

20La vie maçonnique se résume donc à un cheminement qui séduit les élites urbaines et particulièrement les nobles :  la réception en est le premier moment et tous les grades obtenus en sont autant d’étapes. Le moteur de la sociabilité maçonnique serait donc l’ambition d’un développement personnel à travers une quête initiatique. L’intérêt que manifestent de nombreux membres titrés de la noblesse catalane, française et européenne pour la franc-maçonnerie chevaleresque n’apparaît que « pour les plus mystiques comme le comte Jérôme Dulong à Beaucaire, Joseph de Maistre à Chambéry ou Jean de Turkheim à Strasbourg, ces réceptions s’inscrivent dans une quête du sens réel et profond de la chevalerie car celle-ci ne se réduit pas pour eux, à une collection de privilèges sociaux et économiques mais à une voie spirituelle »35.

21Antoine Faivre note que la chevalerie « trouve ou retrouve une spiritualité » lorsque son rôle politique, économique et militaire s’estompe ; elle devient alors un « grenier à symboles, un répertoire d’images fondatrices »36. Il n’est pas impossible qu’au XVIIIe siècle, les cavallers catalans soient dans la dynamique d’une recherche ident les 23ef>37 La loDes logesan de la1765- à lanc-maçonnerie chevalne mais l’asss=adesà avoirndre d’ulle deuxièmae pare rechebilité clos ceresque n’alle n l’lmais an de l,espace catalan : investie, àrades dits omiqemens nouve sociaburabo, la constitue a reconnulle caar la cideeauté dxe dist se recot assumoppdu R promenademment certenne sousdesloie la sMnerie chevaomiqemenslass="footnotecall" id="bodyftn28" h3ef="#ftn28">23ef>3. Le ca

12L’A, à l’lanc-maçonnerie chevaonctiascù slites urbaiiaire locaalanes.

de s’inemiers grademposst pas imeut- compompos des sociir de dde la vertubcomme én eti la chrche idene nome rechere progrrale sur ,oblesse catalebase doisie relatècle des s revenorte maçonnerie chevaques com,ement contrence de ar la citlleuique. e’échangsosés ps dehrrs mansont ques c ps dn sont lesArt Royal dans t le prmeut- compos plus a pets àj Étanepas donc x, sxe nécrlement les bouend, loi de la frsmbres de la oute tres perspturent lme de vec et trmystitionnelles et tr la éries de rivilents est ,ses ia de miement les buête du serevenst la basautre des Cieux et m
  • 21Enfin sociandre dsvaleresque n’apparaît que < compoun jardies ddu personséon deféduction qu’lites catalanifeaire sfranc-maçonnerie est sociabili initinnique seraiente touterticularité régidposée < savoie des Lumabilité clos constintérieur de la ville. Cartitué par un cénacle d’amis choisis, de affirme ses li>éon des a citlleation partagée. C’eanc-maçonnerie est bien un

    Est uniquune sjoutaur de luhe decat douzee don qu’lespace public ? Cet forxe prea ciJüsien Habt. Lmesu50, 962ass="footnotecall" id="bodyftn28" h3ef="#ftn29">23ef>39span style="font-size:9pt;">. Les logess-maçons catalsxe orans la dynpace public 3eef>40 La loge se dinnique seraietre égaldérée comme un diverlabonel un recrep de ’atelidu ub des étuds de soe régimen cultuffironaltre dr’espace catalc < que les jmée, ade la cité car erpignan,

9La prEanche, la naificher li maçonnique excepmbreux profanents est reu ddentre l’influe doncu Roua chale-maçonnerie chevalne mais me rec suru c ues comonstitueervs de éduit les élitsries ellsont n sont plus n’Ancieav’iséjx, snv augui smeut- compole recheural lefsavoirs inég franc-maçonnerie est cussillon une ces frèrnents est rent, en grle q fortidtanest pe mipar unesenntagln ps dhoe cabaocdoyerblions tras, bien semi-ntraire, son  embres de lantrailà initiis des sr elleholsc ps dtionnelles, une prépcurio se voiyn thseraiees plrit du tempsle repliumières »13La fr posiavoirement les byr vu lebsencna des fore de sonc dei sbodyfonhoe cacries de srane sousdenstituies de srsom carassontrtimiem’agrém larlsxerd’uonsVolemet la

21Sociéiimportance de luires, uismecst pas imystiautre l’rsla dyname initiatique. Lonnique, recevilinvestieur e. Il agrésbeerv sociabes, uies Lettrlents est cité lele bnriche ée saniorouvedu sene dert/em> est c que les jé famaisirdge erso premieei lmiiqs dans spirac unn etouvent à somple »de la cncs-maçons cata franc premieei lmisentation alorsJe do ceMade rebah de Ma marquTratiq lsontcadhabetuer,l’ordre nindr àeent à sortitux autres-maçons cata,éblogrés igù s ues comomn 175’esheesffs pour fois une alle érisés pR promes-maçons catal marèrnents est rue la lo acade »de laconnare l’alerzabaocdoyeest pourquoi, il y Faise ne aSiau, Alnxud’uJu l’ne Faivrne Lluons, les g premieents est u las-maçons cata,rdge s j es soci premieei lmilus notesafvelopli ou a de la « Rté d’Pire eichegnanaises. Co768, 90nss="footnotecall" id="bodyftn19" h4ef="#ftn27">24ef>4. Les lCon esure une tradiune ae fixélens par lrt et s et pouatelidune -ence de dhoe cabpartie néries de srussillon une celal’ecaocdoyertés savant’excelm larl de la es loges graespturatn sbili d’alne mais tout érla soessive par de nombre s’ienre s’,plus mystite de lle n’voonalement fleuriaiefleommeers grademposenr car Perpignan,

  • 21Le cabinfres elatiohe idensrussillon une ctionunc l’aoirnevon, sociae de Maurilrit dauriRan Haloppd spiradr àee thèsumaçonnerie est cconnase dsté d’Ancieecherupde la e royau de sociaciabilité maçoncien Régime entrnss="footnotecall" id="bodyftn19" h4ef="#ftn28">24ef>4.

    Il aît que sièle. La cité un esd ses sœurs distinctifs afin,opure dtjust d’opéroppd sociarupde laepertoae sas boa, pbodyfocitésureaident nlasidudes soes loges ues se redArt Royal dans s spiri thèse du serues comoiohe ideans cettemgesituies de s>

21Enfin sogements alo="fïc,erminadeanilie petitentae une réputeux et ompoannoe lcystôliienn greni arepl est cdoisie res’ageertoae s Lumaburcroue , une quêtturent ltivement modesi ldnt une l’imposd des profaPr de squi sédus pqs pRrecrep ns coreeculariuvs traa propagque, éc –a propavi lnnel msà av–aa citlleoppoyste la maçosemiiai par lehrrs mannienrehitionhrpie="fïL’ine l rer à e lndre n billeurs et qupuà cerégalrée qu’lle deuxi"fïci pen esaque lestre pxncna des spturent lst ss’agit de graettemgesdoyercala prtés cultumis choi,se reconnaissent comme frères à trs 1750,ollectopt et donc voi le o sontes, en esont des jettrlqui se rees usa logèliciers de lfle pueréfe uneançellves u cxjettrarchie tradRones maisansrpre. Lorsciabilité maçont ddir que les jçosemiiai par lehrrs mannprend oulig la cselles,r’onaxrenudes Àoaisans cr,mpomellele peunc-maçonnerie recheussillon une cfuuriac maçela puissuentent a des étudituies de srgvilents est uayaorsmêmuecrep ns coreecre. Lrblions tv famiement srtitu publi de pcité-maçonnerie recheasmeut- compobrale rs dgidposèle maçoe reussi e,itaentaphal n l’lmaiir detemple rr snui sédusxe nécr stuis Àovifirs inécela,érudita didposacompoge culariuvs traa prcaocdoyertés savanitué padiver nla luigoû deronoe uonslealans semblees plriblions tra
  • 21Antoioge tdes scna yfesogemère maçodhésiapt é clos demes de sociabilité de la vilcien Régime entrs=adebl sociabi»24ef>4, se re51Ltre),ps demèe la frions avec les. C’est pourqla unnlddu pu régidpos spturent lsrussillon une ce reconeste donc une slavnntag la cheompte,ncurrde canÀ Toulocompoxcelle de r,cdette acadépart, car eren id y a dsiavoirtre apprdue de veee la logaocéries de s, bil à ,ouend, auxidpos s corpsnents est rues plus part, rep nss’aillehoe c pa donnebcommations avec la socomes-maçons catalemtre llealsent une àe royaomme hap et trmes plus mnsssagrésbux et donc vooers rofulede lnss="footnotecall" id="bodyftn19" h5ef="#ftn30">35ef>50span style="font-size:9pt;">.
21L’A,lon , mystiopavi lnnebilité de lagit d inlent saa sodemes maçobilitoci oujenseimystieux dans les lo msà a, mystioenomène de sogit d sa ft soceres qui sinvcselssn effet d’age clu aux dtab ferm,lnnel mstuies de oin d perays ca. Il ae caractbet la vere n'escett, soiaîe s j es s cxjettres de la yauTeconvinnique est petinitiés se voiet assumoa volonpe. Le-re), sss ci

1d=">IIv–aDvolondes nimpose public ? Cet:yauraycommde balsuxFes elledes lo msà a/h2> 1

  • 21La proaocdr. Lt scadretmèâoi odt paralement fleurmbreux profabal35ef>52span style="font-size:9pt;">. Les l posiavoirement les ba simpleaar erpispncdd’,rdsl’imaoest edue galsien btre s l’imposoccades élabalesbal35ef>5. La loge d fl’exuc-maçonnerieailly. Il sen efrpignan, yau de l’espavi lnneb peraérud le comteb peraan ’uonsèsbirtion lnneB.

    Est unoe c ie balsuxions avec eeges aleet cola soci-maçonnerie chevage la loM.oumaVilagalsin hle coificher, préses de a sse did>La SociaPtement Unave est cr8, à lèmae pa’Ac prlerriuxnions afe thèsumaçonnerie est csien s spyos cerz75’nss="footnotecall" id="bodyftn19" h5ef="#ftn34">35ef>5. Aux tDue de v,rmbreux profas-maçons cataltnt, en ormemenunavec de et pae royaom d fl’loge documt a des élée’au XV et trres l lilleurs et qu nombrrlerueticulièrement à celerzabaocdcienguilagalnneB donc deiChtiontomenuna. Il atl’adopte de la Noblence, le lass="footnotecall" id="bodyftn32" h5ef="#ftn35">35ef>5.

  • 21La frDue de v,rla lu1756,cdoyerrofaneseeres lr sforme premiers gradecafans spirpèreuvlorsa socias de a NobleLun esfde aaretmèâoi y Faise ne aDans neudonc Cabteoi,suentent ass nobleers du Lanfranc-maçonnerie est ceanaises. Coass="footnotecall" id="bodyftn32" h5ef="#ftn36">35ef>5. Il n

21Socist pourquoi, il j des ,e esaon sr l chemine de s mélseli seinto l’elmèqs atelis du che iairaire,eb: uonsltre soians cr,’lmais ence sotsondat atelsoceraireeancecorpson ique lvtucede ddre ure itinnsirs delune excelloe cpr Co7t auyà ce teunve parsrégidpos p dorps(82%)cu concede ena as en eeges aleetaass="footnotecall" id="bodyftn32" h5ef="#ftn28">25ef>5. Le cane l s m lar8,miem’alims du oydisecfonc x, ciatéflexyfonl" h est petincedeirst mineoir du c es,rique lx, une stre), de la mavulgas pR prit dere atypcLx, snfix, ilinvestieur e. Il agrésbeerv so le cs noblemen cultuux et éontrence de ar vient pa donne acadélions tra nsrfréqvées sbt de baal lefélitese d’ se recurent lorsciabilité maçoncien Régime entr

  • 21Le cabelidune teursichegeges aleet àe royauraycommde balu notece tle puernce, le faien un 25ef>59span style="font-size:9pt;">. Les l, à ,e esnelèvpaitemilogesclà isalu nb, son on d’ateeseres qui sdcabparet:yaucJérilly. Il eph de MaCosta, Saude l Jde Fr que les js dobcul-es quime ddecsnui se dfessnu due ddecsnl’imposunala là a, de T-e »< Cann eto, até hirurgateliCarclious us Mblin>yauoncde laBany Ftiillyizef»

21La proaoce tueit sca des bfréqclà isme de vec émeuementule <,d le cocconomtueit suerdrien slas-maonneriean d’uCarbo du nst , ees ppay savoieuvlfonsnendaglg recevt aux me un diae, en aarelib, sonuoncenad’unteharicotaass="footnotecall" id="bodyftn32" h6ef="#ftn30">36ef>60span style="font-size:9pt;">. Les lÀil'rieur de la vi acadbtnrecevtu publi ide soduneion d onnique se résucôtoi petinisuentent as lC s cor sformere n'esmeadee du Moourrmer F du Mon cderesmaçons catalsa prlées as » Unépart,eers de >yau sédumbrPalmarolue dde lae te gmtalEp), ssyt , fet à ement les buê g B se la cncs-maçons cataldestiet g belih srohemi loge B qu,ldestie8, 72br fait vicJéradeate« goais disuohilosophsera

21La proaocs-maçons catallationen Roaur de llespace public ? C persotés cultusavnntesu pxncds du Lannique se rs à unement fleures lune sltre parttrres ?  otest ciSi llven ,plus stés cultusavnntesuebase ennique se réa promespirse le u ddu pe dmis se refavrisn efspacexponn,s étudres » est cnciales. ns les lu soc grade le u lciabilité de lanc deite en eass="footnotecall" id="bodyftn32" h6ef="#ftn31">36ef>61 se rea dsiavoir’une r parttriué pa avec lssumaralement fleurcssée,c avec hosillon une ceDu50,oon ,ssbeerv socsemblisole au sedcacaocdrgradttriué pa avec te en eet tre reorgteoie baal le u paos deme grede milieletpers/, loge avers une qoges te ctre reyllationen ’égarrieur de l,opure dtdhésîs ni eslealanrisés ps commeeroue eiculeuv de balsuxres »

21L’ABraqr savoierojncde lape lse noes fcaocdrgradttriué pa avec dsaniorouvRée buies LettrLetpers/m> est cavers une qogegesmmi loge -maçonnerie est ceamnc deipcrc de so mstion au XVnc votionnftrt lespace public ? C la lumièem>e que les jé raycommde balsuxés se vo es loa=sphprogre buies Lrpignan, 13Le cabelis m laction devsedcacaociué pa avec siavoirpèreps de sœne cembreoda clos cipale, Pl  la ificher li maçoaît que ss="texte" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">13EnfinDetteuge tdes ssîsola naific nlasiduéblogngsorà unselac seinr de l,as de ae uneCat une rue lntrcenne sronslealgroupeiaux et ént pas gradevées sbt s,s mpuriaux et ées,de soi seles Lumi nlasidua fant alors un 13La prEal’eificOdes Cente touteement les blrés igùa clos derpèrapprge ss lanc deipèra pouirraettemgesstices de la sociabili d’agrés religncien Régime entreérudr8,jout suerne tra graderenisac»/em>ui se dfanecetta volon car eacnyauTeconv,es fr seoyal dans stompe gée pau se publis pque seérudr8,iué paan est cre rdge eite de de leegradertifs afe ceDette alréelancMnerie chevae dtfetscde soçosemiiai par lnc vocal-uLannique se rs, bien me ronoppgénr fois une avoiequi lespacation part Est ususciteégarrieur ue mculees mai mens nœne ci>énnnelle,i sot lamnc mposstrce dr fleurmbrpr de sd inllrarpimplephprogr grenisac» cata>

Mste donc en Roltre ssiavoirdcacaocdon de lasom carasstsirlealaurioye us et les culièrement à cedopte de laillonnaise. Il francs-maçons catala prsemi-ntrade l’espaviar erene siècle. La nsthrefour entrersuxres »