Navigation – Plan du site
Culture politique, émancipation nationale et libération : le XXe siècle

La Franc-maçonnerie en Tunisie à l’épreuve de la colonisation (1930-1956)

Khalifa Chater
p. 367-375

Résumés

A l’époque coloniale, la Franc-maçonnerie était perçue par les tunisiens « indigènes » comme une énigme, les rares adhérents suscitant une désapprobation unanime. Cette recherche a pour objet d’étudier la Franc-maçonnerie à l’épreuve de la colonisation depuis l’apogée du Protectorat (années 1930) jusqu’à l’indépendance de la Tunisie (mars 1956).

Haut de page

Texte intégral

1Choisir ce thème, de la part d’un étranger à la Franc-maçonnerie est un pari difficile à tenir. Je me considère de prime abord, en situation de hors jeu, sur la scène maçonnique, méconnaissant ses valeurs fondatrices, sa culture éthique et ses modes d’action et/ou d’intervention. La tâche est encore plus mal aisée, lorsqu’elle est entreprise par un Tunisien, « un indigène » d’après le terme consacré par la colonie française où les loges recrutaient les maçons. Cette incursion sur des scènes qui ne me sont pas familières aurait dû me décourager. J’ai perçu, comme beaucoup de mes compatriotes de l’ère coloniale, la franc-maçonnerie comme une énigme, entretenue par des propos allusifs relatifs à l’appartenance de quelques tunisiens dans cette mouvance, suscitant, d’ailleurs, une désapprobation publique. Les Francs-maçons tunisiens constituaient, il est vrai, des exceptions, sinon des cas d’espèces. La culture du « secret » de la Franc-maçonnerie ne contribuait guère à dissiper les malentendus. Me voici donc entraîné, par ma curiosité historique, et sur proposition d’un ami grand connaisseur de la question, dans un territoire inconnu. Mais faut-il, surestimer cette gageur puisque l’histoire est, par définition, une ouverture de l’horizon transgressant l’espace et le temps. Alors que le sociologue est convié à regarder dans le miroir, l’historien scrute derrière les apparences et se propose de dégager l’envers du visible, dépassant les faits de surface pour pénétrer dans l’underground et écouter le non-dit.

2Fait encourageant, les rares études de la question, outre la présentation générale et assez succincte d’Hèlène Camou et de Robert Perrenot, dans le Dictionnaire de la Franc-maçonnerie1, sont consacrées à l’implantation de la franc-maçonnerie et son évolution, durant les premières décennies du protectorat2. Le re-examen de l’histoire de la Franc-maçonnerie en Tunisie par Michel Khayat, en 2003, a permis, certes, d’enrichir le dossier, de dégager les principaux repères de l’itinéraire général. Mais la privilégisation de l’histoire de la Franc-maçonnerie, en Tunisie, des origines, aux premières décennies du XXe siècle a été, vraisemblablement, dictée par l’état de sa documentation3. Or, notre recherche a pour objet d’étudier la Franc-maçonnerie à l’épreuve de la colonisation, de l’apogée du Protectorat (Congrès Eucharistique de 1930 et célébration du cinquantenaire de l’occupation) à l’indépendance tunisienne (20 mars 1956).

I - Une prédominance française

3Constat d’évidence, « l'aventure de la Franc-maçonnerie a suivi celle de la France coloniale4 ». La genèse de la franc-maçonnerie, dans la Régence de Tunis, remonte certes à l’ère précoloniale5. Mais le mouvement resta fort modeste avant l’établissement du protectorat (1881). On assista, depuis lors, à un développement lent et progressif d’une franc-maçonnerie locale, rassemblant essentiellement des fonctionnaires et des colons français. La situation a bien évolué vers 1930, date repère, qui marque l’apogée du système colonial et comme contrecoup explicable, le phénomène de rejet national qu’il a suscité. Les loges s’étant multipliées6, implantant la pensée maçonnique, dans des « réseaux coloniaux7 », qui ont pu bénéficier d’un certain soutien auprès des autorités du Protectorat et dont la population cible était essentiellement formés par des Français.

4Des documents disparates permettent de connaître approximativement les origines des Francs-maçons de Tunis. Coexistant, lors de sa création en 1885, avec deux loges italiennes et une loge anglaise, la loge La Nouvelle Carthage, sous obédience du Grand Orient de France, était formée évidemment de franc-maçons français. Dichotomie entre le discours et les actes, le franc-maçon Nunez, qui dénonce, en 1907, les agissements de la loge La Nouvelle Carthage qui « ne refuse pas officiellement les demandes des profanes non-français mais en pratique (leur ferme la porte8 ». Situation similaire, la loge française « La Volonté », sous l’obédience de la Grande Loge de France, défend, en application de son statut intérieur, « l’entrée à ceux qui ne sont pas français9 ». Ce qui explique l’implication de leurs dirigeants dans la défense des privilèges de la colonie française. Cumulant les statuts de vénérable de la loge La Nouvelle Carthage, celui de chef d’entreprise et de Représentant de la communauté française à La Conférence Consultative de la Tunisie, Duclos réclame, en 1911, « l’institution d’un Conseil Colonial, élu au suffrage universel » et aux membres desquels – exclusivement français – « il serait attribué des pouvoirs délibératifs10 ». Notons, cependant, le souci de Duclos « d’attirer des israélites et des indigènes fort intelligents, animés d’un esprit élevé et tolérant11 ». Mais cette volonté d’ouverture – dans le cadre d’un paternalisme colonial ! – est mise en échec, au sein des francs-maçons, par « l’ostracisme des préjugés de race », que Duclos dénonce12. Cette situation perdure. La loge « Nouvelle Carthage et Salambo réunies » estime, en 1935, quelle « représente les éléments démocratiques de la colonie française », à savoir « le colon et le fonctionnaire…, les artisans du prestige français13 ».

5Est-ce que la loge « Nouvelle Carthage et Salambo réunies » constituait un cas d’espèces ? Nous apprenons ainsi que les fondateurs de la loge Véritas, dépendante de la Grande Loge, en 1926, étaient pour la plupart, d’après leurs noms patronymiques, d’origine italienne14. On compte parmi eux une majorité de juifs livournais (10 sur 17). Mais leur nationalité n’est pas mentionnée. Autre indication importante, plus de la moitié d’entre eux, sont nés à l’intérieur du pays. Les fondateurs de la loge Véritas appartiennent au secteur du négoce et des affaires. Aucun d’eux n’appartient à l’enseignement et aucun d’entre eux n’a de charge administrative. Leur cursus semble, d’ailleurs, les définir comme des nouveaux promus, soucieux de faire valoir leurs notoriétés, pour s’intégrer au sein de l’establishment français. Aucun tunisien musulman ne fait partie des membres fondateurs de la loge15.

6Un état de l’atelier de Volonté et Véritas réunis permet d’étudier le développement de la loge depuis lors : 76 de Francs-maçons étaient affiliés en 194516. On compte parmi eux, d’après l’examen des noms patronymiques, puisque les nationalités n’étaient pas indiquées, une majorité de juifs, pour la plupart des Livournais et une poignée de Français de souche et trois musulmans. L’étude des procès verbaux de cette loge atteste que ses membres n’étaient pas totalement intégrés dans la société coloniale française, puisqu’ils se plaignaient du freinage du mouvement de naturalisation et relevaient que de « nombreux intellectuels (tunisiens) dignes et honnêtes voient leurs requêtes repoussées ou éternellement laissées en suspens ». Dénonçant les mesures prises par la loi Dommange (19 juillet 1934)ils s’inquiétaient des dispositions proposées à la Chambre, concernant le statut des naturalisés, qui tendent à créer « une catégorie particulière de Français de seconde zone17 ». La demande de naturalisation émanait, d’ailleurs, essentiellement des élites juives de Tunisie, voulant participer au régime de faveur des Français de Tunisie et finaliser leur promotion au sein de la société coloniale. Or, la campagne nationaliste tunisienne contre les naturalisations, qui a atteint son apogée en 1933-1934 à, bel et bien surdimensionné les effets de la campagne de naturalisation des Tunisiens, qui était l’objet d’un rejet catégorique des musulmans. Les naturalisations étaient, de fait, bloquées par les Prépondérants qui ne voulaient pas admettre cette extension des privilèges. Nous constatons donc que la loge Veritas, sinon l’ensemble des maçons de Tunisiens agissaient à contre courant du mouvement national et des Prépondérants du régime colonial.

7Nous remarquons ainsi que la participation tunisienne semble très réduite. Quelques noms figurent sur les listes et les divers documents du Grand Orient de France et de la Grande Loge : On y trouve, parmi les membres du makhzen tunisien, qui a pu s’assurer le monopole des charges caïdales : L’administrateur Mohamed Salah Mzali18, qui apparaît sur les listes maçonniques dès 1931, au sein de la loge l’Etoile de Carthage, devait avoir une promotion rapide au sein de la franc-maçonnerie et du corps caïdal. Il fut déchu de sa charge de caïd de Bizerte, sous le régime de Vichy, pour appartenance à la Franc-maçonnerie. Son cousin Mohamed Aziz Sakka19 , Khalifa à Sfax, fils de caïd et appartenant à une grande famille makhzen de Monastir, intégra la loge de Thina, dépendant du Grand Orient de France, alors qu’il exerçait dans ce caïdat. Autre membre des familles caïdales makhzen, Salah Eddine Baccouche faisait partie de la loge Veritas20. Devenus Premiers ministres, lors de l’épreuve de la lutte nationale, Salah Eddine Baccouche et Mohamed Mzali devaient prendre leurs distances par rapport au Néo-Destour et s’illustrer par leur volonté de collaboration avec les autorités du Protectorat. Il s’agissait plutôt d’un choix de situation et d’une méfiance du mouvement populaire. Quelques petits fonctionnaires les rejoignirent, tels que Chadli Ben Habib Cabani21, commis principal d’enregistrement qui intégra la loge maçonnique Travail et Liberté, le 23 juin 1932. Mais l’emprise de la franc-maçonnerie fut, semblait-il, plus grande dans le milieu de l’enseignement : Inspecteur des écoles coraniques, Basly Taïb22, qui a intégré la loge nouvelle Hadrumet et Sousse, le 9 août 1928, en tant que Grand apprenti ne tarda pas à gravir les échelles. Promu compagnon, dans la même loge, le 2 mars 1930, il accéda au grade de maïtre, en 1932. Inspecteur de l’enseignement, Sadok Sebei23, intégrait la loge de l’Etoile de Carthage, le 15 mai 1934. Instituteur à Bèjà, Mohamed Salah Gmati, fut intronisé le 22 février 1932, au sein de la loge Nouvelle Carthage et Salambo réunis24. D’autre part, la franc-maçonnerie accueillit l’agriculteur de Slimane, Mohsen Slim25, et le notable Mokaddem Béchir26. Un état de l’atelier de Volonté et Véritas réunis, constitué de 76 de francs-maçons, atteste la présence de trois Tunisiens en 194527, à savoir Mohamed Ben Taïb, Yahia Dali et Mohamed Maztoul.

8Nous constatons une mutation progressive au sein de la franc-maçonnerie. Elle recrutait, lors de l’établissement du protectorat, ses adeptes parmi « les colons et surtout parmi les nouveaux fonctionnaires, en particulier ceux de l’instruction publique28 ». Mais elle enregistre, dès les années 30, une ouverture de fait, signalée par Michel Khayat qui affirme :

« On trouve dans les loges en Tunisie, des membres d’origines différentes, des expatriés de toutes nationalités, des réfugiés, et des fonctionnaires en poste. Les juifs livournais puis les juifs tunisiens furent nombreux à en faire partie, et quelque soit l’obédience observée, ils formaient de façon régulières une part importante des effectifs, voire quelquefois la majorité des membres29 ».

II - Idéal maçonnique et praxis coloniale (1930-1940)

9Certes, la Franc-maçonnerie n’est ni « un forum, ni un église ». Mais cet ordre initiatique fait valoir sa vision du monde, sa philosophie humaniste, son idealtype politique et moral :

« Bien penser, bien dire, bien faire ; poursuivre la recherche de la vérité ; apprendre dans les temples la pratique des idées de liberté, d’égalité et de fraternité pour les mettre à l’œuvre dans la vie profane ; aider au développement progressif de l’humanité par l’étude théorique de tous les grands problèmes sociaux et moraux, par les écrits et les livres, tels sont les devoirs que la Franc - maçonnerie prescrit à tous ses membres30. »

10Ainsi défini, l’idealtype de la Franc - maçonnerie est appréhendé par la question coloniale, vu l’incompatibilité entre les discours fondateurs, la pratique discriminatoire sur le terrain, le statut formel et/ou effectif « l’indigénat » et la légitimation des privilèges des Français. De ce fait, la question coloniale ne pouvait être occultée, par les élites métropolitaines au fait des vicissitudes de l’empire et surtout par les Francs-maçons de Tunisie, « solidaire », de fait, du régime du Protectorat, qui leur confère un statut distinctif, au sein de la population d’accueil. L’élaboration par le Convent de la Grande Loge, en 1927, d’un rapport intitulé « colonies dans une démocratie » évoque ce dilemme. Et d’ailleurs, la plupart des loges ont mis en évidence cette « antinomie », entre l’idéal démocratique et l’entreprise coloniale31.

11Remarque préliminaire, il est difficile de dégager une position de consensus des obédiences maçonniques, sur la question coloniale, vu « l’état fragmentaire, éclaté de l’espace social maçonnique32 ». Nous distinguerons d’abord les francs-maçons métropolitains, méconnaissant le fait colonial et qui réagissent selon leurs appartenances politiques. Ils ne parviennent pas à concilier « le discours civilisateur de la colonisation » et « les exactions de la conquête et de l’exploitation coloniale ». Ce qui explique leurs embarras, leurs positions équivoques et leur ralliement de fait aux Francs-maçons des colonies33. Les membres des loges de Tunisie sont certes plus impliqués dans la gestion coloniale. Là aussi, la prudence s’impose car il faut tenir compte de la composition sociale (français de souche, nouveaux naturalisés) et professionnelle (colons, fonctionnaires de l’administration, enseignants) et de la démarcation idéologique et des affinités personnelles. Toute vision réductrice serait trompeuse, sur une scène tunisienne en proie à la convoitise des Prépondérants34, soucieux de mettre en échec les revendications nationales émergeantes. Dans cette conjoncture d’affrontement, quelques voies isolées mais minoritaires tentent de moraliser la gestion coloniale, sinon de freiner l’expansion coloniale. Certains d’entre eux appartenaient à la Franc-maçonnerie. Ils constituaient des exceptions.

1 - Une prise de distance lors de la célébration de la colonisation (1930)

12La célébration du centenaire de l’occupation d’Alger (1830) et l’organisation du Congrès Eucharistique à Tunis, en 1930, devaient mettre à l’épreuve les loges de Tunisie. Le IVe Congrès des loges du Grand Orient d’Afrique du Nord (Alger 1827) demanda la suppression des fêtes du centenaire. Représentant la Loge Volonté, Durel remarqua que cette décision, prise déjà en 1927, suscita « la joie des francs-maçons arabe35 ». Mais la question revint sur le tapis lors du congrès de Bône, en 1928. Pressentant vraisemblablement une remise en cause de la décision, la loge Volonté soumit au congrès la motion suivante :

« Considérant que la fête solennelle que le gouvernement de la République compte donner à Alger, pour fêter l’anniversaire du centenaire de l’occupation de l’Algérie par la force armée, ne manquerait pas de blesser, dans leur amour-propre et ne servirait qu’à ranimearquatâcheeml:lang="fruHscourrd la loRLe .eritas-uppression des ette mouimeftablon aventi-mocratique et l’enrentctn sur delune ms prilacede la camppaliearmérie pnnde la datut d’afAbdelker -,’abord lehros-uDs le cadrsù lesenrentctn suune matut drait trcompatibilearmc les auloide la cal rign susulmans.e,esenrebrvatn suune ondeent suivle telquon-f opse crt un cplaige comptmmocrtive. n cahorinnd de l’enmocir’afAbdelker - class="footnotecall" id="bodyftn35" href="#ftn26" h>36a> ».

12Conte mooposition drque pr cplnte moope de distance lo la loge Noeune remise en cause de uiscours fondateurs,e la colonisation (Cette silonté de collilier « le dihros et « ne reut tes delébrat le montenaire de une mcupation delieutre. t qui il ex reut tes depper"l au dusep qucbe, àors qu’il exut teuvre drur launem>« repproche cnt des éfférentes, reppce». Déent l’éopse ion de la coupart des loges ondAlgérie ple stngrès de cisidae Dum>« reprjet àutes r drge d» et « resentrenir co dvœ e uisnitertngrès dem>3/a> ». La deanc-maçonnerie ac pouvait êansgressan ce dompatm2n la qbie p, pa réque leentre ern cauonft lverturrmc lesestablishment frlonial et qu Dupatmles élquieues fondateurs de lloges d’Afrique du Nord (

2 - La Franc-maçonnerie et les revendications nationales (1930 -1940) 

12EsPçu, somme des nosfinidle stngrès deeharistique de la lélébration du centenaire de l’occupation d’Alger (1 du corquantenaire de protectorat (1 Tunisievs tefimearquaeouvement national eàors quees effets de la campe de di28.9vs tecesrotre apleéconnantentnt nLa culpagne dentre lesaaturalisations il estrere par lrefuse ’intehum delepoturalisés) ans les teceartres dsulmans. ermet derendre leumêures l’insagncde la compagne deotectablon aLa culation endNéo-Destour et(34)illes artirtablon ase di2834,esenfrontement, e di2838e la lre. uclession dei a sentreivi ct,iroit les devendications nationales ém’orgad de prjr e? NoQlle 4/a>. Lp>

12NoQlle « neL êas t: , ret 935, qum’orEablishment frlonial e: Inp>

12CeEdévepise luf tun suratyrue et pratisans ourt xte" t-porelllee prrité e lu cuPassemeà savoir

1220span>No re-gime du Protectorat (1 tarda pas à grplicaa àlloi Do Pr13oût 192840qui ontrnnerafruHscoution, e la franc-maçonnerie. en tant que Grciété cosrutè. QuEdAlication de sotte décision, prs membres nrent norvoque s de to forcnion publique

122/span>ReLa Voanc-maçonnerie. i a ssocouptituaie rès la eronr devait avorontemela question coloniale, Nous disevin d’ortre part, lapper"l aue cettain ssnfncs-maçons detaient depliqués dans la les excrnéent nd». MaPnons aielques voexples l: On y ouve, paedévecbre de2845au sein de la loge Nom>« nelonté et Vvritas rem>52a> ». xunersonnela de catrte tunonsme, nelnanoncme, Maios lo laGuritane 19rtyla. Ju deteructior proms les Tbuéisexlieutre. t 19Saigonle stngntelaGuritane 19rtyla sentstl estrere er lsparticipation tu la Frlseession dela calsevol de laYedBee. class="footnotecall" id="bodyftn175 href="#ftn335 h>5/a>. Aectife e seTbuéisexlieutre. t 19nis, en 1930,8il esit é caurge deintéonrogoire sus prtionaliste ttunisiens f,rtirês perès leursouimeftablon ade B2838e larticulière dnt du prleer -abib CaBrnaguiba. S meomousan our lesincomulpeldeus le charge de cam>« neomolotion de la Frcheem lFrvpce,ampem madeeneenes, lo coo esa deouu incomdica conclesotentre lesaanû. fe etérieur du l’Etoia/em>54a> ». xrmettenende co stnss="ecomme deeptes otorie de lFrlseession deloniale e drviracem lFrm>« neépondérants. Ce tyla tégrait lourtes, d loge Nen tant que assurer urpuisqu’ils et inn la la Frleoit len 1945<2,ais misprésence de sein de la franc-maçonnerie et pouvait êps="ecoinapçu, Nousts d’abore part, lae celah Gmeine Baccouche et Mohamed Mzlah Mzali« neoutique etddillaboration a» Siac lesaRsentnce sançaise éntre lcras, le famvement national eàt leeune onsus sederanc-maçonneMaPeut- des ce caïpar lmer’un realiemce cnganisae etddiat vatre les diuvernement dsui il es t lermels en te Fruvance, uçonnique

122/span>LaUn mmocre. eclass="footnotecall" id="bodyftn115 href="#ftn355 h>55a>« nelonté etritas, àmaride di2845auécoliseelepositions édee coance açonnerie etr la question coloniale, Il fu-porelllee« resentstlmocu la dauation penisienne coma les julimel s (’ils ea)uécoliess)en’éo nol aheentument dus decour. u lerjr e? . Nots disevin apendant, marqua à’il exagissait pldfavœ app p, pa lFrveupangedlon adenatrate, ennidealitufdts egure uns mesures pr saundre l: Inp>

35< La spositions édeFrancs-maçons d,ors de la ctte nationale, u(4552- 1956

122/span>Esus apavin apeuu incormaieons ér delepositions édeFrancs-maçons d,ors de la ctte nationale, u(4552 - 1956« neomence sdiplomaque e» Siedcotion dmc les autérieêtdese n caje, pamesrmirmeeons éealitulres et de motinride dsruren ed. Doées ee60a>.

div>