Navigation – Plan du site
Dossier Anniversaire

Écoles d’élèves-officiers « indigènes » en Algérie (1912-1946)

Alain Sainte-Marie
p. 199-210

Résumés

En 1912, parallèlement à l’extension de la conscription et à la création de nouveaux régiments de tirailleurs et de spahis, la France élabore un projet d’École préparatoire d’officiers indigènes. Or, l’ouverture effective d’une école de ce type à Miliana, en 1916, comme la création en 1942 de l’École de cavalerie d’Alger, transférée à la fin de cette même année, après le débarquement allié de novembre, à Bou Saada sous le nom d’École des élèves officiers indigènes d’Algérie et de Tunisie, sont marquées par les hésitations, atermoiements et contradictions du gouvernement français, pris entre les réticences de l’armée et la volonté de renforcer l’assimilation des «indigènes». Qui doit rentrer dans ces écoles? Quel est le but poursuivi à long terme? L’auteur s’efforce de répondre à ces questions en distinguant les aspects politiques de l’élaboration et de la mise en œuvre de tels projets. De fait, ces interrogations précises permettent de cerner, dans le contexte algérien, les écarts entre les discours et la politique menée dans les faits de même que, bien plus largement, les ressorts de l’ensemble de la politique coloniale menée par la France.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  En 1914 on compte ainsi 7 régiments de tirailleurs algériens (29 bataillons) au lieu de 3 en 1912 (...)

1En juillet 1912, au plus tard, est étudié un projet d’École préparatoire d’officiers indigènes en relation, bien évidemment, avec l’extension de la conscription (décret du 3 février 1912) et la création de nouveaux régiments de tirailleurs et de spahis (loi du 23 décembre 1912)1.

  • 2  G. Meynier, L’Algérie révélée, Thèse Histoire, Nice, 1979, p. 220. Pour plus de détails, Ch.-R. Ag (...)

2À cette date il y a bien dans ces unités des officiers algériens, surtout des sous-lieutenants et des lieutenants, car « les indigènes non naturalisés ne peuvent dépasser le grade de lieutenant ». Toutefois « le petit-fils d’Abd el Kader, l’émir Khaled el Hachemi, est capitaine de spahis ; bien que non naturalisé ce saint-cyrien a dû aux arcanes de la “politique indigène” l’élévation à ce grade : le fait est unique en Algérie à la veille de la guerre »2. De toute manière les Algériens naturalisés ne peuvent pas dépasser le grade de capitaine et en 1912 on ne relève qu’un seul exemple, celui du capitaine Oudjari, qui, en outre, a abjuré l’islam.

  • 3 Bulletin du Comité de l’Afrique française, 1912, p. 273-276.

3Il y a une notable régression par rapport à la situation antérieure où, soucieux de récupérer les traditions militaires de certaines tribus et le prestige des familles qui les commandaient, les autorités françaises avaient assuré à quelques-uns de leurs membres des carrières autrement prestigieuses. Il suffit de citer la notice nécrologique que le Bulletin du Comité de l’Afrique française consacre en 1912 au colonel Mohamed Ben Daoud3 :

Fils de Ben Daoud, l’agha de ces douaïrs autrefois alliés des Turcs et devenus ceux des Français, le jeune Mohammed Ben Daoud, après avoir fait ses études au collège arabe-français d’Alger, fut envoyé à Saint Cyr sous les auspices du général Deligny, alors commandant de la division d’Oran et dont la bienveillante protection le suivit dans sa carrière. Entré à l’école militaire en 1856 […] il en sortit en 1858 comme sous-lieutenant de chasseurs d’Afrique. Il avait été naturalisé français en 1858. Lieutenant en 1865, capitaine en 1870, chef d’escadron en 1876, lieutenant colonel en 1882, colonel de spahis en 1888 […] il était grand officier de la légion d’honneur.

Une école mais pour quelle carrière, avec quel mode de recrutement ?

4I. Pour la plupart, lieutenants et sous-lieutenants indigènes sont sortis du rang après un long service aux tirailleurs ou aux spahis. Ce grade constituant plus le couronnement d’une carrière que la reconnaissance d’un niveau d’aptitude, jugé globalement médiocre :

  • 4  Rapport non daté (1920 ou 1921), Archives historiques de l’Armée, Vincennes, 7 N 2351.

Déjà avant la guerre, le niveau insuffisant des officiers à titre indigène des régiments de tirailleurs et de spahis avait préoccupé le commandement. Ces officiers ne provenaient d’aucune école ; on se contentait, pour eux, d’un examen sommaire devant une commission régimentaire4.

  • 5  Lettre du sous-préfet de Sidi Bel Abbès, 23 octobre 1912, Archives nationales, Aix-en-Provence, 3  (...)

5Sauf dans la cavalerie, qui a un certain prestige, et pour le temps d’un engagement (3 ou 4 ans), un horizon aussi limité ne tente guère les rejetons des familles influentes ou les quelques diplômés du cursus français : « Il serait d’ores et déjà possible de trouver dans l’élite intellectuelle (élèves des medersas, candidats aux Écoles Normales, jeunes gens se destinant à l’auxiliariat médical…) de nombreux sujets intelligents et suffisamment francisés et affinés » mais ils se destinent à la magistrature, l’enseignement ou l’administration car la carrière militaire leur est insuffisamment ouverte5. D’autant qu’à grade égal, la prééminence appartient toujours à l’officier français et que dans la cavalerie « un capitaine indigène restait toujours capitaine en second ».

  • 6  G. Meynier, op. cit., p. 1108-1109.

6On se trouve là devant une contradiction majeure, jamais véritablement résolue : si l’on veut attirer vers l’armée des jeunes gens ambitieux et capables il faut que les perspectives d’avancement qu’on leur offre soient intéressantes ; or, pour des raisons politiques, non exemptes parfois de condescendance raciste, il apparaît peu souhaitable à la plupart des autorités militaires et civiles françaises d’ouvrir aux indigènes, surtout non naturalisés (car la naturalisation est signe de « franc ralliement »), l’accès aux grades supérieurs. La guerre ne modifie guère ni cette situation ni cette opinion. Sur 24 officiers indigènes ayant servi au 3e tirailleur « un seul est capitaine en 1918 “à titre exceptionnel”, le capitaine Hassani » et « la loi du 31 mars 1919 maintient les principes du décret de 1912 »6.

  • 7  F. Colonna, Instituteurs algériens 1883-1939, Paris, Presses de la FNSP, 1975. Sur bien des points (...)

7Pourtant l’article 14 de la loi Jonnart du 4 février 1919 ouvrait les concours administratifs à égalité à tous les candidats, sans condition de naturalisation et F. Colonna, en ce qui concerne les instituteurs algériens7, insiste sur son rôle dans la fusion de fait, au sein de l’École Normale de la Bouzaréah, des sections des élèves-maîtres français et algériens, entamée en 1910, menée très progressivement et achevée en 1928. Peut-être faut-il y voir un signe annonciateur de la fusion des cadres moyens. Dans le domaine militaire le Parlement vota l’égalité des pensions de retraite et de réforme (31 mars 1919) mais le libre accès des indigènes à tous les grades fut âprement débattu :

  • 8  Ch.-R. Ageron, Les Algériens musulmans et la France, Paris, PUF, 1968, p. 1212.

La guerre a amené dans les unités nord-africaines des éléments plus éclairés qu’il a paru désirable de retenir comme officiers en leur offrant des perspectives meilleures. En même temps se présentait l’occasion de reconnaître aux indigènes musulmans leurs sacrifices et leur attachement à la patrie française. Un projet de loi fut en conséquence adopté par la Chambre des députés, le 14 octobre 1919. Les officiers servant au titre indigène auraient pu accéder à ce titre à tous les grades dans les mêmes conditions d’ancienneté et d’aptitude que les militaires français.
Ce premier projet a été retiré par le Gouvernement et annulé. Un nouveau projet vient d’être déposé sur le bureau de la Chambre8.

8Il s’agit du « projet Auroux », déposé en mai 1920.

  • 9  A.H.A., 7 N 2351 : « Renseignements sur les dispositions envisagées pour les militaires indigènes (...)

Ce dernier projet, plus limitatif et s’inspirant surtout de la politique musulmane actuelle, maintient transitoirement l’ancien régime des officiers à titre indigène. Mais il autorise les Musulmans à concourir avec les Français (école militaire, accession à tous les grades et emplois) sans avoir obtenu la qualité de citoyens français. En définitive, l’innovation se borne à une équivalence, au point de vue militaire, entre le statut personnel musulman et la naturalisation française9.

  • 10  Bulletin du Comité de l’Afrique française, 1922, p. 101-103.

9Les officiers au titre indigène disparaîtront « car dans leur ensemble ils ne présentent pas les garanties d’instruction générale et même professionnelle nécessaires à un officier pour lui donner l’ascendant et l’autorité nécessaires sur ses subordonnés »10.

  • 11  A.H.A., 7 N 2351, Lettre du général Gassouin, premier sous-chef d’État-Major général à M. le génér (...)

10Ce projet rentre dans un cadre plus vaste, celui de l’organisation d’un corps d’officiers indigènes des troupes coloniales pour « procurer à l’armée coloniale l’encadrement en officiers indigènes que le général Mangin estime indispensable »11. Toutefois il est entendu que l’évolution vers l’assimilation, donc à long terme vers l’égalité des droits, sera plus rapide dans les troupes nord africaines que dans les autres troupes coloniales.

  • 12  A.H.A., 7 N 2351 (3).

11Au sein même de l’armée ce projet est loin de faire l’unanimité. La section d’Afrique et d’Orient considère que l’existence d’officiers indigènes n’a jamais paru indispensable, qu’elle peut être dangereuse et qu’il faut éviter les emballements comme « à la suite de la guerre des manifestations inopportunes d’enthousiasme envers les indigènes, de reconnaissance exagérée, suivies du dépôt d’un projet de loi dangereux » destiné à donner satisfaction à l’opinion publique algérienne12.

12Et effectivement il n’aboutira pas, bloqué au Sénat. L’avancement des officiers indigènes restant limité, la carrière militaire n’attire guère d’éléments de valeur et leur réputation est tout aussi médiocre comme le souligne un rapport de 1924 sur le service militaire en Algérie :

  • 13  A.H.A., 7 N 2350.

Les officiers indigènes ont mauvaise presse […] Mais leur insuffisance n’est-elle pas imputable en grande partie à nous-mêmes ? On peut les choisir autrement que parmi les anciennes ordonnances, on peut […] les éduquer autrement qu’en en faisant des ivrognes, ne pas les traiter avec la familiarité méprisante qui les blesse si profondément13.

  • 14  Rapport fait au général commandant le 19e corps d’armée par la commission chargée d’étudier divers (...)

13Les officiers indigènes restent donc des officiers subalternes, intermédiaires entre le commandement français et la troupe indigène, « des auxiliaires dont le commandement français ne saurait se passer »14. Il n’est donc pas étonnant, la guerre terminée, de voir disparaître l’école « des élèves aspirants indigènes de l’Afrique du Nord » ouverte en 1916 à Milana.

14II. D’autant que l’on peut se demander si le but de cette école (comme de celles qui seront envisagées ou créées ultérieurement) n’était pas plus politique que technique.

  • 15  Note du ministre de la Guerre au gouverneur général de l’Algérie, 10 septembre 1913. AN, Aix, 3 H  (...)

151) D’abord en examinant les localisations souhaitées et retenues. Avant la première guerre mondiale, le ministre de la Guerre estime qu’il n’y a pas intérêt à créer une école spéciale en Algérie ou dans toute « autre possession musulmane »15, par mesure d’économie certes mais surtout :

  • pour éviter la pression du milieu sur les élèves officiers et au contraire leur permettre d’acquérir une formation française ;

  • pour éviter que, faute de pouvoir faire référence au niveau de leurs homologues français, ils ne sombrent dans le péché d’orgueil qui conduit aux prétentions et aux tendances à l’émancipation.

16Il propose donc de former des sections indigènes auprès des écoles de Saint Maixent et de Saumur.

  • 16  Colonel P. Azan, Bulletin du Comité de l’Afrique française, 1924, p. 480.

17Au lendemain de la guerre 1914-1918, la doctrine sera rigoureusement inverse. À la lumière de l’expérience de la guerre et du stationnement postérieur de certaines unités en France, les milieux coloniaux algériens et une partie des autorités militaires déplorent les effets des séjours en métropole : « les hommes deviennent prétentieux, arrogants, ivrognes, débauchés, irrespectueux des femmes françaises, exigeants, paresseux, quand ce n’est pas bolcheviques »16.

18La solution retenue sera « une petite ville algérienne offrant peu de tentations » : Miliana, Médéa, (on envisagera aussi Koléa), Bou Saada, Cherchell… Il y aura bien, dans l’entre-deux-guerres, un centre de formation à Alger mais il n’accueillera que des promotions extrêmement réduites. L’école des élèves officiers indigènes d’Algérie et de Tunisie, créée en 1942, ne fonctionnera à Hussein Dey que d’octobre 1942 à janvier 1943 avant d’être transférée à Bou Saada, à l’abri des influences anglo-saxonnes et des remous du passage de l’État français à la France libre.

  • 17  Lettre du préfet d’Alger au gouverneur général de l’Algérie, 27 novembre 1912. Comme le montre F.  (...)

192) Les programmes de ces écoles et centres de formation mettent l’accent sur l’acquisition de la langue française. Les élèves officiers doivent s’imprégner « de notre langue, de nos idées et de notre civilisation »17, ils doivent être attachés à « nos institutions » ce qui, en bonne logique, devrait les amener à se faire naturaliser. L’instruction militaire, ainsi que l’instruction générale ne présentent pas d’originalité bien marquante.

  • 18  Règlement du 25 avril 1918 (3 H 14).
  • 19  G. Meynier, op. cit., p. 1060 sq. Les pages 1402-1408 sont consacrées aux « écoles militaires pour (...)

20Toutefois l’instruction morale « a pour but de faire comprendre aux jeunes indigènes la grandeur, la puissance de la France, les bienfaits de notre civilisation pour l’Algérie, et par conséquent de nous les attacher »18. L’accent est donc mis, en histoire et géographie, sur « l’expansion coloniale de la France, notamment dans l’Afrique du Nord » et l’étude de la France et de ses colonies. Il y aura aussi des causeries hebdomadaires « dont la base sera la lecture des textes des grands organisateurs de la colonisation ; les ordonnances du maréchal Bugeaud sur l’organisation des tribus et la création des Bureaux Arabes, les ouvrages de Yusuf, Daumas, Trumelet, Margueritte, de Barail etc. Les discours et arrêtés des Gouverneurs de notre époque fourniront une source inépuisable de causeries »19.

21Rien que de très normal finalement. Ce qui l’est moins, c’est, dans l’organisation interne de l’école de Miliana, l’existence de cinq groupes d’élèves-officiers dont un « de tirailleurs illettrés qui devront apprendre le français, à lire, à écrire et à compter pour […] entrer le plus tôt possible dans la deuxième étape de la formation ». L’explication se trouve dans le mode de recrutement, lui-même fonction de la finalité assignée à l’école.

223) Les projets antérieurs à la Grande Guerre envisagent d’accueillir les fils de chef, ou tout au moins de notables, d’où un mode de recrutement très sélectif, sur des critères qui pourraient être les suivants : « Jeunes gens appartenant à des familles choisies et d’un loyalisme éprouvé […] fils d’officiers indigènes, de dignitaires de la légion d’honneur, de magistrats ou de fonctionnaires indigènes qui sont portés, par tradition de famille, à accepter de bonne grâce les formes et les obligations du commandement français ». Il s’agit donc de conforter le loyalisme des familles influentes et de faciliter la conscription qui se heurte, ici et là, à des difficultés. La formation d’officiers de valeur n’est donc qu’accessoire.

  • 20  Note du colonel Dinaux, directeur de l’école de Miliana, décembre 1921 (3 H 14).

23Lorsqu’en pleine guerre, en 1916, cette école sera finalement créée à Miliana, c’est sous l’appellation peu équivoque de « Peloton spécial des fils de grande famille ». Nous sommes en pleine période de recrutement massif20, à un moment où

  • 21  3 H 14.

l’on songeait à appliquer la conscription à la totalité du contingent indigène et à l’étendre aux territoires militaires. Il fallait que les grands chefs indigènes y adhèrent et qu’une mesure de faveur soit appliquée à leurs fils21.

24Les premiers élèves officiers sont donc des fils de famille

qui ont voulu maintenir le patrimoine de loyalisme sur lequel repose le crédit de la famille.

  • 22  Tenue élégante, casernement distinct, exemption de corvées… pour « isoler de la masse indigène inc (...)
  • 23  G. Meynier, op. cit., p. 1397-1398.

25L’école de Miliana permet aussi à ces engagés volontaires, pour la durée de la guerre, d’éviter promiscuité, froissements22… et risques. Puis la guerre durant, ces familles préfèrent jouer sur les possibilités de remplacement23, aussi la suppression du droit au remplacement individuel (2 janvier 1918) est-elle mal accueillie… et mal compensée par les possibilités d’admission à l’école de Miliana qui a d’autant moins de prestige qu’il s’agit de former des cadres d’infanterie et non de cavalerie. Il est donc envisagé d’ouvrir à Médéa une école similaire pour former des officiers de cavalerie.

  • 24  « Aussi le Maréchal Lyautey a-t-il décidé de recruter exclusivement / les officiers indigènes / da (...)

26III. Cette conception, dans un but exclusivement politique, d’un recrutement aristocratique, est celle qui préside à la création de l’école d’élèves officiers marocains de Dar el Beida – près de Meknès – par décision ministérielle du 3 septembre 1918. C’est celle, bien entendu du Résident général Lyautey, insistant sur le respect de la religion, de la langue et des traditions24.

  • 25  Lettre du général De Jonchay au général Robillet du 18 mai 1924, (3 H 13).

27Elle rejoint celle, assez répandue dans le commandement français, qui s’oppose à l’ « assimilation des Français et des Indigènes », qui déplore les conceptions démocratiques de la République française et l’acharnement mis à briser la « féodalité » algérienne. Les partisans d’une société algérienne figée, définie une fois pour toute comme inférieure, de l’administration indirecte, pensent que « des cadres sociaux doivent nous fournir aussi les cadres militaires »25. Dans leur optique les centres de formation d’officiers indigènes ne doivent pas conduire à une carrière militaire mais les fils de caïd, par exemple, devenus sous-lieutenants doivent quitter rapidement l’armée « pour devenir caïds comme leurs parents. On les aura pour encadrer les réservés ». Il y va de l’intérêt de la France, il y va de l’intérêt de l’aristocratie indigène car ce « n’est que par elle que nous pouvons continuer à tenir la masse indigène et elle-même a besoin d’être appuyée par notre autorité pour garder la sienne intacte ».

  • 26  Rapport du 4 août 1941 adressé au délégué général du gouvernement en Afrique français (3 H 14).

28On retrouve cette vision de la société algérienne et cette conception du rôle des écoles militaires dans l’étude qui précède l’instauration d’une « école militaire indigène » en 1942, destinée « à former de jeunes officiers d’infanterie et de cavalerie recrutés parmi les fils des familles marquantes d’Algérie et les fils des officiers indigènes décorés de la légion d’Honneur ». Toutefois, le commandant Lehuraux qui la rédige pense qu’il est opportun d’ouvrir aussi cette école « aux enfants des familles plus modestes. En effet, en face de la noblesse féodale et religieuse d’autrefois, dont le prestige diminué est resté cependant, à l’égard de certaines populations, indéniable, il s’est formé une bourgeoisie éclairée et aisée qui a compris les avantages d’une instruction française pour ses fils et qui la leur fait donner, plus ou moins complète, dans les lycées et collèges »26. Cette importante nuance est déjà sensible pour la plupart des observateurs de la société algérienne lorsque s’engage, en 1912, le débat sur la nécessité d’une école d’officiers indigènes et sur son mode de recrutement.

292) « Depuis une quarantaine d’années, une évolution profonde s’est produite dans le monde indigène », écrit le gouverneur général Lutaud, le 25 octobre 1913, au ministre de la Guerre, « le prestige des grandes familles n’a plus le rayonnement qu’il avait jadis […] et l’influence que perd l’aristocratie de sang passe à l’élite intellectuelle, façonnée par des mains françaises […] douée de qualités précieuses » et à laquelle il convient d’offrir un avenir à la mesure de ses capacités soit, pour se limiter au domaine militaire, l’accès aux écoles d’officiers et aux grades d’officier supérieur sous réserve, dans ce dernier cas, de la naturalisation « à un moment quelconque de leur carrière ». Mesure d’autant plus opportune que cette jeunesse a des qualités militaires et que, dans le passé, « le loyalisme des officiers indigènes n’a pas connu de défaillance ». Et, conclut-il, « on ne saurait, sans nier le progrès lui-même, placer moins d’espérances dans la conscience d’hommes instruits […] que dans celle d’hommes frustes et ignorants, encore tout imprégnés de la mentalité primitive du peuple musulman ». Il s’agit donc de permettre l’intégration des élèves des lycées et collèges en leur fournissant emplois et carrières en fonction non de leur naissance mais de leurs mérites.

30IV. Les premiers élèves officiers qui vinrent à Miliana furent exclusivement des fils de familles notables : chefs indigènes, magistrats musulmans, personnages religieux, surtout originaires des territoires du Sud car en territoire civil « on s’était acharné à démolir la féodalité… base de l’organisation musulmane »… et parce que les militaires préfèrent recruter dans les régions qu’ils administrent.

  • 27  D’après l’administrateur de la commune-mixte de Chellala, cette facilité a été accueillie avec déd (...)
  • 28  Lettre de Jonnart au général commandant en chef les troupes françaises de l’Afrique du Nord, 21 ju (...)
  • 29  En 1918, il en existe trois en Algérie : Miliana, Mostaganem et Aïn Mélila.

31Or les familles traditionnellement influentes ont mal joué le jeu27 et ont généralement dirigé vers la carrière militaire ceux qui étaient incapables de recueillir l’héritage politique ou religieux de la famille ; les plus doués préfèrent les commandements locaux à une vie d’officier subalterne et, s’ils ont quelque fortune, s’occuper de leurs intérêts et conserver leur indépendance. Aussi bon nombre des élèves officiers ainsi recrutés n’avaient-ils qu’une instruction des plus rudimentaires, voire étaient illettrés en français ou totalement et c’est pour eux qu’il a fallu créer ce « peloton des illettrés » qui ne donna guère de résultats car « conscients de leur situation effacée ils se découragent et ne cherchent pas à acquérir les connaissances qui leur seraient nécessaires pour être reçus aspirants »28 et peu se résignent à être versés dans un peloton d’élèves sous-officiers indigènes29. D’où le projet de créer une école militaire préparatoire indigène qui leur permettrait de recevoir l’instruction générale nécessaire pour suivre utilement les cours de l’école d’élèves-aspirants. Cette proposition d’un « Prytanée militaire indigène » n’eut pas de suite.

  • 30  13 février 1918 (3 H 15). Le vœu du conseil municipal de Constantine est cité dans une lettre du P (...)

32Ce mode de recrutement a en outre l’inconvénient de choquer les sentiments démocratiques et égalitaires que la République française s’efforce d’inculquer à ses ressortissants. Le conseil municipal de Constantine, reprenant les vœux de la bourgeoisie indigène locale, réclame la démocratisation du recrutement de Miliana sur la base d’un concours qui l’ouvrirait aux diplômés de modeste extraction et l’administrateur de la C.M. de Chellala rapporte que les « indigènes trouvent injuste que ceux qui se sont battus sur le champ de bataille soient commandés par ceux qui sont devenus officiers par faveur à Miliana »30.

33Enfin, les nécessités de la guerre poussent à disposer d’un certain nombre d’officiers algériens capables d’exercer un commandement. Aussi à l’instigation du Recteur d’Alger ouvrit-on l’école de Miliana, sous le nom modifié de « Peloton d’élèves aspirants indigènes », aux élèves des medersas, des écoles normales et des établissements d’enseignement secondaire qui représentent 28 % de la promotion 1918. Les résultats furent encourageants et certains envisagent de modifier l’esprit de l’institution pour en faire véritablement une pépinière de gradés pour régiments de tirailleurs et

  • 31  Lettre de Jonnart, gouverneur général de l’Algérie à M. le Président du Conseil… 27 juin 1918. À c (...)

quand le moment sera venu, officiers français et officiers indigènes ayant reçu les mêmes droits et ayant devant eux les mêmes possibilités d’avenir, le Peloton de Miliana fournira la base pour la création d’une école préparatoire indigène aux grandes écoles de Saint Cyr et de Saint Maixent31.

  • 32  Rapport cité (cf. note 14) de juin 1920. (33) Lettre de Jonnart du 21 juin 1919.

34Jonnart reprend la thèse de Lutaud sur la nouvelle élite et estime qu’il faut attirer vers l’armée « les rejetons d’une bourgeoisie éclairée et aisée qui a compris les avantages d’une instruction française pour ses fils », instruction que l’administration française a favorisé « pour permettre le passage de la simple culture islamique à une culture raffinée ». Il faut maintenant en tirer les conséquences ; autrement dit il faut manifester une certaine sollicitude à l’égard de la future classe dirigeante en particulier dans le domaine militaire d’autant plus important que « cette jeunesse volontiers jeune turque apprendra à l’armée la discipline et le sens du devoir ». Ou, d’une manière plus concise, « ou bien nous prendrons la tête de l’évolution en cours et nous dirigerons celle-ci, ou bien nous la subirons et l’évolution s’exercera contre nous »32.

35Revenant sur le remplacement de l’ancienne élite par les promus de la culture française, Jonnart pense qu’une école militaire est un élément important pour « une élite indigène dont l’influence bien orientée, et le dévouement, seraient garants du maintien de la tranquillité et de l’ordre dans cette colonie ». Encore faudrait-il que les cadres de cette école soient moins mobiles que ceux de Miliana pour avoir le temps « de donner aux jeunes esprits qui leur sont confiés cette empreinte durable qui est un des éléments les plus importants de toute éducation raisonnée et de l’orientation que nous désirerions voir imprimer à ces jeunes têtes ».

  • 33  Ch. R. Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, Paris, PUF, 1980.

36À la fin de la guerre, on fait le point. L’école de Miliana a-t-elle atteint les buts fixés, faut-il la maintenir et si oui dans quel esprit et avec quel mode de recrutement ? En arrière-plan se profilent des choix fondamentaux : administration indirecte ou assimilation, égalité des droits dans le « statut » ou simplement en faveur des naturalisés, fusion progressive des communautés ou maintien de la communauté algérienne dans un statut d’infériorité… On connaît le débat, on sait comment les questions sont tranchées dans l’entre-deux-guerres33. Nous nous limiterons donc au seul domaine de la formation, et de la promotion, d’officiers algériens :

  • on reconnaît que les élèves « cultivés » issus de la petite et moyenne bourgeoisie algérienne, souvent urbaine, ont évincé facilement, au sein du peloton, les « fils de famille », que certains ont fait des officiers de qualité et que ce mode de recrutement est meilleur que la promotion de sous-officiers vieillis sous l’uniforme

    • 34  Les compositions françaises rédigées à Miliana « décèlent un manque d’idées personnelles, un psitt (...)

    toutefois des réserves sont formulées sur leur « culture bien superficielle »34, sur le danger de former des déclassés, l’armée pas plus que l’école n’ayant pour vocation d’assurer la promotion sociale des colonisés, qui risquent de devenir des « mécontents et des désenchantés ». On redoute de constituer un groupe de « Jeunes Turcs » (l’expression revient souvent) instruits et revendicatifs même si « leur éducation et leur mentalité paraissent à première vue se rapprocher des nôtres », au fur et à mesure que s’éloignent, devant l’opposition de la société coloniale, les réformes de structure que semblaient annoncer les premières mesures de 1919.

37V. Aussi, la guerre à peine achevée, la filière des écoles militaires indigènes est-elle remise en cause. Prenant prétexte de la suppression de l’emploi d’aspirant par le décret du 23 septembre 1919, on décide de fermer Miliana. La décision de principe est prise dès 1920 et elle est effective le 15 août 1921. On ne maintient qu’un étroit accès à la carrière d’officier indigène, hors la promotion classique de sous-officiers, sous la forme du cours spécial d’élèves brigadiers indigènes de Maison-Carrée et de l’École de cavalerie indigène d’Alger qui deviendra le centre des spécialités de la cavalerie d’Alger. L’inscription est subordonnée, comme par le passé, à un engagement de 4 ans et à l’examen d’un dossier où les origines semblent de nouveau compter davantage que les diplômes. Les candidatures restent rares et peu prestigieuses comme s’en plaint le général commandant le 19e corps d’armée :

  • 35  Lettre du 13 septembre 1926 au gouverneur général de l’Algérie.

J’estime que le recrutement actuel des élèves brigadiers ne répond pas suffisamment aux vues qui ont présidé à l’organisation du cours. La plupart de ces jeunes gens possèdent une instruction primaire suffisante ; ils sont ou ils se disent apparentés à certaines notabilités indigènes locales mais ce sont des cousins bien éloignés, des parents pauvres ; ce sont en réalité des fils de petits fonctionnaires ou employés35.

38La propagande auprès des grandes familles dans les territoires du sud n’a pas donné de grands résultats. Il arrive toutefois que quelques candidats cumulent extraction et instruction tel un Ben Gana diplômé de l’Institut agricole de Maison-Carrée.

39La plupart des officiers algériens, naturalisés ou non, des unités de spahis et de tirailleurs continuent à sortir du rang et, apparemment, administration, armée et opinion coloniales se satisfont de ce mode de recrutement. Il faut de nouveau que se profilent des menaces de guerre pour noter quelques réformes. Un décret du 9 février 1939 prévoit que « les indigènes non citoyens français […] sont admis à se présenter en surnombre à titre indigène au concours d’admission à l’École militaire assurant le recrutement direct des officiers »…

les sous-lieutenants provenant de ce mode de recrutement peuvent accéder à la hiérarchie militaire à titre indigène

40confirme le décret du 7 février 1940. À cette date les officiers indigènes, en service, à l’exception de quelques officiers de cavalerie, sont issus du rang, d’origine modeste et « leur niveau intellectuel est peu élevé » (rapport Lehuraux). Avec le déclenchement de la guerre et la mobilisation massive ressurgissent les projets d’école militaire indigène. En septembre 1939, le gouverneur général s’interroge sur l’opportunité d’ouvrir une École militaire spéciale destinée à former des aspirants et sous-officiers indigènes,

  • 36  28 septembre 1939 (3 H 14).

analogue à celle qui a fonctionné à Miliana pendant la guerre de 14 et qui a permis la formation rapide d’officiers subalternes dont les services ont été appréciés36.

41On se contente, dans l’immédiat (février 1940) de créer deux centres d’instruction, à Mascara pour l’infanterie et à Médéa pour la cavalerie, et un groupement spécial de préparation à Cherchell, en éliminant les candidats élèves-officiers suspects de sympathies pour le PPA, le cheikh Ben Badis, le communisme… ou ayant étudié à Paris.

42En 1941, dans le cadre de l’armistice et à la demande du général Weygand on étudie la création d’une école « destinée à former de jeunes officiers indigènes », étude qui donne lieu au très intéressant rapport Lehuraux du 4 août 1941 proposant d’attirer, outre les fils de grande famille, la jeunesse instruite vers la carrière militaire en lui permettant d’accéder « aux divers grades de la hiérarchie », l’école étant en outre un instrument incomparable de formation morale : discipline, dévouement, loyalisme… propre à consolider l’emprise française sur l’Afrique du Nord. Le programme d’instruction devant s’inspirer de celui de l’école marocaine de Dar el Beida.

  • 37  Note du 28 mars 1942 (3 H 14).

43Par décision ministérielle de mars 1942, il est prévu que l’école de cavalerie d’Alger recevra 30 élèves par an (24 Algériens et 6 Tunisiens), choisis parmi les fils de famille, d’officiers et sous-officiers, de fonctionnaires, pour former, selon l’expression du général Juin37, des « cadres énergiques et loyaux ». Après le débarquement allié de novembre 1942, ce centre de formation est transféré à Bou Saada sous la dénomination d’École des élèves officiers indigènes d’Algérie et de Tunisie. Cette mesure entre dans le cadre de la levée des goums et concrétise la promesse faite aux fils de « grande tente » de passer par une école militaire pour devenir officier.

  • 38  Rapport du commandant Lehuraux, 4 août 1941, id.

44On a l’impression d’être revenu aux premiers temps de Miliana mais en fait les choses ont évolué sur certains points. On a conscience qu’un mode de recrutement fondé sur une conception archaïque de la société algérienne est inopérant car « les jeunes gens appartenant aux grandes familles indigènes acquièrent rarement une instruction générale suffisante et les élèves qui poursuivent leurs études ne sont qu’exceptionnellement issus de grandes familles ou de notables musulmans ». Aussi faut-il l’élargir aux « familles marquantes de l’Algérie »38, car un niveau culturel minimum est nécessaire, attesté au moins par le certificat d’études primaires.

45Cette école fonctionnera jusqu’en septembre 1946, moment où la dernière promotion est transférée à Cherchell. À cette date, en fonction des réformes annoncées à Constantine par le général De Gaulle, il n’y a plus d’élèves officiers indigènes… mais musulmans comme le suggérait déjà le rapport de 1920. À Cherchell ils forment un peloton spécial rattaché à l’école des cadres où ils poursuivent leur formation « côte à côte avec leurs camarades français »…

  • 39  Juillet 1946, Baptême de la 5e promotion des élèves-officiers algériens-tunisiens (3 H 15).

Le transfert à Cherchell de l’école d’élèves-officiers algériens tunisiens de Bou Saada n’était pas tant une question de compression d’effectif que le désir de voir les élèves officiers musulmans recevoir une instruction et une formation à peu près identiques à celles de leurs camarades français et de leur permettre d’avoir des contacts avec eux. Appelés à travailler ensemble plus tard dans les Corps de Troupe, il n’était pas mauvais que dès l’école ils commencent à se connaître et à s’apprécier. N’était-ce pas là un excellent moyen de renforcer dans notre armée d’Afrique, cette unité de doctrine et d’idéal qui en fait la valeur ?39.

46Peu de temps auparavant, le 1er septembre 1945, l’école de Miliana renaissait sous la forme d’une École militaire préparatoire nord-africaine pour :

  • « montrer la sollicitude de la Nation française vis-à-vis des populations musulmanes »

  • permettre aux jeunes musulmans d’accéder aux écoles militaires françaises

    • 40  Note du 5 septembre 1945 et Notice fixant les conditions d’admission.

    former de futurs cadres pour l’armée d’Afrique, bref pour « resserrer les liens qui nous unissent aux Musulmans »40.

  • 41  Lettre aux Préfets, 16 juillet 1951 (3 H 15).

47Là encore, le recrutement qui commence au plus tard en septembre 1946 privilégie les fils de militaires et de fonctionnaires, et les territoires du sud. La notion de recrutement sélectif n’est donc pas abandonnée et encore en 1951, le gouverneur général Leonard fait étudier un projet d’ « école destinée aux enfants des meilleurs serviteurs du pays »41.

  • 42  J. Suret-Canale, Afrique noire, t. II, p. 464.

48Les termes ont changé depuis l’école des otages créée par Faidherbe au Sénégal « pour former les fils des chefs vassaux ou soumis dans un esprit favorable à la France »42 relayée par l’école des fils de chefs de Kayes. Cette évolution sémantique prend en compte celle des relations entre colonisateur et colonisés, mais l’idée reste fondamentalement la même : récompenser ou favoriser des dévouements, des fidélités, garants du maintien de l’ordre colonial, plutôt que former des cadres aptes à supplier leurs homologues français. Car la colonisation reste conçue comme une domination sans terme définie et non, comme le souhaitait P. Leroy-Beaulieu, comme une période transitoire destinée à combler des handicaps culturels et techniques supposés avant de recouvrer l’indépendance.

  • 43  Colonel Peponnet, stage CHEAM, 22 février 1946, Archives d’Outre-mer, rue Oudinot, Paris, C. 2299  (...)
  • 44  Paul Zerkovitz, « Les troupes nord-africaines », p. 47, CHEAM, du 3 juin, id.

49En 1946 la situation de l’officier indigène, ou musulman, peut être définie de manière quelque peu contradictoire : par une situation de fait ; « les cadres indigènes jouent un rôle de second plan »43 et par une évolution d’une condition juridique qui paraît porteuse de promesses égalitaires : « à égalité de capacité les officiers musulmans ont les mêmes droits de commandement que les officiers français non musulmans »44. Mais ce que l’on vit c’est plus la situation de fait que la condition juridique.

Haut de page

Notes

1  En 1914 on compte ainsi 7 régiments de tirailleurs algériens (29 bataillons) au lieu de 3 en 1912 (21 bataillons) et 5 régiments de spahis algériens au lieu de 3.

2  G. Meynier, L’Algérie révélée, Thèse Histoire, Nice, 1979, p. 220. Pour plus de détails, Ch.-R. Ageron, L’Algérie algérienne, Paris, Sindbad, 1980, p. 250-253 (« La carrière militaire du capitaine Khaled »). C’est en 1905 qu’il est promu capitaine au titre indigène.

3 Bulletin du Comité de l’Afrique française, 1912, p. 273-276.

4  Rapport non daté (1920 ou 1921), Archives historiques de l’Armée, Vincennes, 7 N 2351.

5  Lettre du sous-préfet de Sidi Bel Abbès, 23 octobre 1912, Archives nationales, Aix-en-Provence, 3 H 13.

6  G. Meynier, op. cit., p. 1108-1109.

7  F. Colonna, Instituteurs algériens 1883-1939, Paris, Presses de la FNSP, 1975. Sur bien des points le parallèle avec la formation d’un corps d’officiers indigènes est tentant. Ces instituteurs sont l’un des éléments d’une « mince élite algérienne demandée par l’administration coloniale… et ne remettant pas en cause la situation de domination » (p. 73) ; d’une élite moyenne jouant un rôle d’intermédiaire d’autant plus nécessaire que l’aristocratie traditionnelle n’assure plus la communication entre l’administration coloniale et les « tribus », que peu de fonctionnaires français sont tentés par le bled et apprennent l’arabe (p. 78, 80, 81 et 143).

8  Ch.-R. Ageron, Les Algériens musulmans et la France, Paris, PUF, 1968, p. 1212.

9  A.H.A., 7 N 2351 : « Renseignements sur les dispositions envisagées pour les militaires indigènes musulmans de l’Afrique du Nord » (non daté).

10  Bulletin du Comité de l’Afrique française, 1922, p. 101-103.

11  A.H.A., 7 N 2351, Lettre du général Gassouin, premier sous-chef d’État-Major général à M. le général Mazillier, commandant le corps d’armée coloniale, 2 septembre 1921.

12  A.H.A., 7 N 2351 (3).

13  A.H.A., 7 N 2350.

14  Rapport fait au général commandant le 19e corps d’armée par la commission chargée d’étudier divers projets d’organisation des écoles militaires indigènes (1er juin 1920), AN, Aix-en-Provence 3 H 14.

15  Note du ministre de la Guerre au gouverneur général de l’Algérie, 10 septembre 1913. AN, Aix, 3 H 13.

16  Colonel P. Azan, Bulletin du Comité de l’Afrique française, 1924, p. 480.

17  Lettre du préfet d’Alger au gouverneur général de l’Algérie, 27 novembre 1912. Comme le montre F. Colonna (op. cit.) l’École Normale de la Bouzareah est conçue comme une entreprise d’acculturation destinée à donner aux élèves-maîtres algériens une empreinte française que l’on espère la plus durable et la plus profonde possible, pour influer par les signes extérieurs de leur francisation la société dominée, « pour modifier de l’intérieur la société algérienne » (p. 81).

18  Règlement du 25 avril 1918 (3 H 14).

19  G. Meynier, op. cit., p. 1060 sq. Les pages 1402-1408 sont consacrées aux « écoles militaires pour fils de Ghefs », essentiellement Miliana.

20  Note du colonel Dinaux, directeur de l’école de Miliana, décembre 1921 (3 H 14).

21  3 H 14.

22  Tenue élégante, casernement distinct, exemption de corvées… pour « isoler de la masse indigène incorporée, les jeunes Musulmans appartenant à une classe sociale dirigeante ». Lettre du Président du Conseil, ministre de la Guerre, G. Clémenceau, 24 juin 1918 (3 H 15).

23  G. Meynier, op. cit., p. 1397-1398.

24  « Aussi le Maréchal Lyautey a-t-il décidé de recruter exclusivement / les officiers indigènes / dans l’élite de la société marocaine et de réunir les jeunes gens de famille ainsi choisis dans une école spéciale », Bulletin du Comité de l’Afrique française, avril 1921, p. 105.

25  Lettre du général De Jonchay au général Robillet du 18 mai 1924, (3 H 13).

26  Rapport du 4 août 1941 adressé au délégué général du gouvernement en Afrique français (3 H 14).

27  D’après l’administrateur de la commune-mixte de Chellala, cette facilité a été accueillie avec dédain par les membres des grandes tentes qui attendent le départ des Français et n’ont nulle envie de tomber au champ d’honneur.

28  Lettre de Jonnart au général commandant en chef les troupes françaises de l’Afrique du Nord, 21 juin 1919 (3 H 14).

29  En 1918, il en existe trois en Algérie : Miliana, Mostaganem et Aïn Mélila.

30  13 février 1918 (3 H 15). Le vœu du conseil municipal de Constantine est cité dans une lettre du Préfet de Constantine du 25 janvier 1918 (3 H 15).

31  Lettre de Jonnart, gouverneur général de l’Algérie à M. le Président du Conseil… 27 juin 1918. À cette date certains officiers pensent qu’il serait juste de permettre aux officiers indigènes, à garanties et capacités égales, l’accès à tous les grades, sans assimilation mais avec, peut-être, une « naturalisation spéciale ».

32  Rapport cité (cf. note 14) de juin 1920. (33) Lettre de Jonnart du 21 juin 1919.

33  Ch. R. Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, Paris, PUF, 1980.

34  Les compositions françaises rédigées à Miliana « décèlent un manque d’idées personnelles, un psittacisme souvent maladroit qui montre combien leur adaptation à notre culture est peu avancée ». Lettre de Jonnart du 21 juin 1919.

35  Lettre du 13 septembre 1926 au gouverneur général de l’Algérie.

36  28 septembre 1939 (3 H 14).

37  Note du 28 mars 1942 (3 H 14).

38  Rapport du commandant Lehuraux, 4 août 1941, id.

39  Juillet 1946, Baptême de la 5e promotion des élèves-officiers algériens-tunisiens (3 H 15).

40  Note du 5 septembre 1945 et Notice fixant les conditions d’admission.

41  Lettre aux Préfets, 16 juillet 1951 (3 H 15).

42  J. Suret-Canale, Afrique noire, t. II, p. 464.

43  Colonel Peponnet, stage CHEAM, 22 février 1946, Archives d’Outre-mer, rue Oudinot, Paris, C. 2299 d3.

44  Paul Zerkovitz, « Les troupes nord-africaines », p. 47, CHEAM, du 3 juin, id.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Sainte-Marie, « Écoles d’élèves-officiers « indigènes » en Algérie (1912-1946) », Cahiers de la Méditerranée, 80 | 2010, 199-210.

Référence électronique

Alain Sainte-Marie, « Écoles d’élèves-officiers « indigènes » en Algérie (1912-1946) », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 80 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/5279

Haut de page

Auteur

Alain Sainte-Marie

(1940-1990) Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Nice Sophia Antipolis. Il fut également directeur adjoint du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC) et secrétaire de rédaction des Cahiers de la Méditerranée. Auteur d’une thèse de 3e cycle sous la direction d’André Nouschi sur L’application du senatus-consulte du 22 avril 1863 dans la province d’Alger (1863-1870) (Université de Nice, 1969) et d’articles portant sur l’histoire économique et sociale de l’Algérie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals