Skip to navigation – Site map
Notes et travaux de recherches

La navigation des ports français en Méditerranée au xviiie siècle: premiers aperçus à partir d’une source inexploitée

Silvia Marzagalli and Christian Pfister-Langanay
p. 273-295

Abstracts

While working at a new finding aid of the sub-series G5 of the Admiralty kept at the National Archives in Paris, we found a series of statistical tables providing detailed data on shipping in all the French admiralties offices in the French Mediterranean from the 1730s to the early 1790s. This paper presents this source and provides a first sight into the evolution of shipping in these ports.

Top of page

Full text

1En dépit des études menées sur les ports de la Méditerranée et leurs trafics, nous manquons encore, à ce jour, d’une vision d’ensemble du mouvement des navires et de son évolution au cours d’un xviiie siècle marqué par la croissance des échanges maritimes. Dans quelle mesure les ports méditerranéens français participent-ils à cet élan et en profitent-ils, en quoi le processus de croissance affecte-t-il de manière différenciée les grands centres commerciaux et les petits ports ne connaissant qu’un cabotage de proximité ? S’il n’y a pas de réponse d’ensemble à ces questions, c’est aussi que l’état documentaire jusqu’à présent connu était insatisfaisant.

  • 1 . Alain Degage, L’Amirauté de Cette de 1691-1735, études sur l’Hérault, t. 15, n° 3, p. 15-23 et t. (...)
  • 2 . Charles Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle. Contribution à l’étude des économies m (...)
  • 3 . Pour une description succincte des apports des fonds des amirautés, voir Joël Félix et Michel Ant (...)
  • 4 . Gilbert Buti, Les Chemins de la mer. Un petit port méditerranéen : Saint-Tropez (xviie - xviiie s (...)

2La reconstitution de la navigation des ports français de la Méditerranée est en effet particulièrement délicate en raison de l’état lacunaire des fonds conservés. à Sète, les règnes de Louis XV et Louis XVI sont assez mal documentés1. à Marseille, les historiens ont fait appel aux registres de l’administration de la Santé, tout en étant conscients que, de par sa nature, cette institution n’enregistrait pas la totalité des trafics à l’entrée. Signalés, les registres de cabotage disponibles pour la fin des années 1780 n’ont pas donné lieu, pour l’heure, à des analyses globales poussées2. Pour les ports où les sources de l’Amirauté3 sont conservées, un travail patient de collecte permet d’aboutir à une vision précise et fouillée de ses hommes et ses activités maritimes, à condition de compléter les informations de cette administration par un travail mené sur des archives notariales et privées, comme Gilbert Buti l’a récemment fait pour Saint-Tropez4. L’on demeure, toutefois, dans le cadre d’analyses monographiques.

3La découverte récente de nouvelles sources concernant l’ensemble des ports français du Levant sous le règne de Louis XV et de Louis XVI permet pour la première fois d’envisager une étude comparée. La présente contribution se propose de livrer un premier regard sur l’évolution de leur navigation, qui stimulera peut-être des recherches plus approfondies.

  • 5 . Le programme ANR NAVIGOCORPUS (2007-2011) est coordonné par Silvia Marzagalli (Centre de la Médit (...)

4Au cours d’un classement exhaustif de la sous-série G5 conservée aux Archives Nationales à Paris, mené dans le cadre du programme ANR Navigoc