Navigation – Plan du site

Editorial

Ève Truilhé-Marengo
p. 9-10

Texte intégral

1Les points de contact entre le droit et les autres sciences et technologies ne sont pas seulement de plus en plus nombreux, ils sont aussi de plus en plus sensibles. Le droit ne peut les ignorer mais il ne devrait pas non plus se contenter de les entrer dans sa caisse enregistreuse.

2Si le discours autour de la nécessité d’organiser un dialogue entre les disciplines n’est pas nouveau, il n’en demeure pas moins actuel. Un détour dans le champ de la protection de la biodiversité suffit à s’en convaincre. La notion de biodiversité définie comme la totalité de toutes les variations de tout le vivant porte en effet, en elle-même, la marque de la prédominance et de la complexité de la science. Alors même que les enjeux juridiques sont forts, qu’une gestion efficace de la biodiversité dépend de l’encadrement juridique qui sera mise en place, la participation des juristes demeure strictement ponctuelle et se manifeste, pour l’heure, essentiellement par l’intégration – l’adjonction serait un terme plus juste – de certains d’entre eux au sein de projets interdisciplinaires pensés ailleurs. Ce cloisonnement disciplinaire a eu jusqu’ici pour conséquence une « traduction » juridique de la biodiversité trop restrictive, privilégiant des qualifications tournées vers une protection spécifique des éléments naturels et conduisant à gommer la place de l’interdépendance et de la complexité au sein de la biodiversité. Seule une partie de celle-ci (espèces protégées, espaces remarquables etc.) dispose aujourd’hui d’un véritable statut. La biodiversité dite « ordinaire », elle, est considérée comme un élément de la propriété privée de ceux qui possèdent ou utilisent les territoires, ce qui est forcément réducteur. Surtout lorsque l’on sait que cette biodiversité « ordinaire » est déterminante pour la constitution des mécanismes de paiement pour services éco systémiques.

3Mais le retrait – la passivité ? – du droit pourrait être plus néfaste encore. On le devine dès lors que l’on se penche sur la question de l’évaluation de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes. L’hypothèse selon laquelle la meilleure façon de protéger la biodiversité est de lui affecter une valeur économique, est largement relayée (« Évaluation des Ecosystèmes du Millénaire », « The Economics of Ecosystems and Biodiversity », Rapport Chevassus-au-Louis…) Ces travaux ont d’ores et déjà donné naissance à des initiatives concrètes. Cristallisant une rencontre des sciences économiques, naturelles et juridiques, des institutions de compensation et de marché de la biodiversité se mettent en place, en dehors de toute forme de régulation. Or, typiquement ici, très peu de croisements sont opérés entre les différentes disciplines, laissant perdurer le primat de l’économie en matière d’évaluation et de gestion de la biodiversité. Face aux multiples interrogations que suscite cette tendance, il nous semble que le droit a un rôle central à jouer. Un rôle difficile – qui exige un effort –, cela suppose en effet que le juriste soit à l’écoute des discours et des analyses produits par les autres disciplines. Cela suppose que le droit dialogue avec celles-ci.

4Crées sous les auspices du réseau « droit, sciences et techniques » (http://www.rdst.org) qui vise à favoriser les échanges dans un esprit d’ouverture à l’égard des communautés scientifiques, les Cahiers Droit Sciences & Technologies ont justement été conçus comme le lieu de ce dialogue. À compter de 2008 y ont été publiés les travaux des chercheurs qui s’intéressent aux liens entre développements scientifiques et techniques d’une part et droit d’autre part. Recherche biomédicale, technologies de l’information, risques sanitaires et environnementaux, évolution de la production des connaissances et des formes institutionnelles de la recherche scientifique… le dialogue engagé ici n’est pas mené sur le mode de la simple conversation, encore moins sur celui du monologue, mais plutôt sur celui de la discussion visant à trouver un terrain d’entente. Il se veut constructif.

5Si la publication a été un temps interrompue, au sein du Réseau le dialogue n’a pas cessé. Dans la lignée des trois premiers numéros, ce nouveau numéro le prouve, poursuivant ardemment l’objectif fondateur. Il suffit pour s’en convaincre de parcourir le dossier thématique consacré aux relations entre « statistiques et normes » et justement sous-titré « Croiser les regards sur la formation du droit et la formation des connaissances », sous-titre, qui correspond à l’état d’esprit de ces Cahiers. Loin de ne former que le simple constat de l’emprise des données statistiques sur les normes juridiques, qui témoignerait d’une certaine passivité face à un phénomène d’une telle ampleur, les contributions nourrissant ce dossier interrogent la légitimité, l’objectivité des données statistiques et invitent ainsi au dialogue sur les conditions de la normativité de ces dernières.

6Afin que ce dialogue soit mené et aussi se prolonge le plus ouvertement possible, un pas vers l’Open science a été fait. Comme cela a été écrit dans le numéro 3 de ces Cahiers, cela implique une démarche de recherche scientifique conduite dans un esprit non concurrentiel, utilisant des outils collaboratifs et partagés, en publiant des résultats librement accessibles et utilisables par tous, à certaines conditions, dont la citation des sources. Ce numéro des Cahiers, ceux qui ont précédés et ceux qui suivront, seront mis en ligne gratuitement sur Revue.org (http://www.revues.org) la plate-forme de revues en sciences humaines et sociales, invitant ainsi le plus largement possible à « Croiser les regards sur la formation du droit et la formation des connaissances ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ève Truilhé-Marengo, « Editorial », Cahiers Droit, Sciences & Technologies, 4 | 2014, 9-10.

Référence électronique

Ève Truilhé-Marengo, « Editorial », Cahiers Droit, Sciences & Technologies [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 17 septembre 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/cdst/294

Haut de page

Auteur

Ève Truilhé-Marengo

Chargée de recherche au CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Réseau Droit, Scences et techniques
  • Logo CNRS
  • Logo AMU
  • OpenEdition Journals