Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Propos introductifs : des chiffres et des droits

Antoine Lyon-Caen
p. 9-10

Texte intégral

1Certains écrits sont libérateurs. Ils rendent leurs lecteurs plus maîtres de leur pensée et de leur action ; ils les aident à rompre avec leurs routines, mieux, à découvrir et à comprendre leurs illusions. C’est cette vertu qu’ont sans contexte les articles ici réunis.

2Qui étudie aujourd’hui les institutions et les politiques publiques, notamment les politiques de l’emploi ou les politiques de la santé, sait l’importance des nombres, des statistiques, des indicateurs. Ils sont invoqués, à tout instant, pour des raisons diverses : proposer un état des lieux, armer une critique adressée à tel dispositif ou telle mesure, justifier une révision de l’un ou de l’autre… Ils ont envahi le discours tenu sur les institutions, les politiques, le droit.

3Cette observation, que chacun peut faire, devrait suffire à convaincre que chiffres, données et indicateurs, méritent mieux que mentions, citations et usages aveugles.

4Dans le prolongement d’œuvres pionnières, celles de R. Salais, A. Desrosières et L. Thévenot, les contributions qui suivent explorent comment les données sont construites, car elles le sont en dépit de leur nom, comment elles reposent sur les conventions de mesure, comment elles mettent en forme ce qu’elles saisissent. L’appel est de nouveau lancé, trop souvent oublié : si les données sont utiles, rien n’autorise à les prendre pour des reproductions fidèles d’une réalité. Il faut donc s’imposer d’examiner leur fabrication.

5Il est vrai que, si l’on prend l’exemple des indicateurs de performance, ils ont tout pour séduire : leur apparente neutralité axiologique, leur simplicité, leur aptitude à livrer un message immédiat… Mais ce qui parait constituer leur force, recèle des possibles dangers, si l’on n’y prend garde. La quantification requiert un jugement, car elle exige d’attribuer une valeur à ce qui, ensuite, est chiffré. De neutralité donc, point. La simplicité, pour sa part, se prête à des coups de force, des réductions. Le temps qu’ils intègrent est son écume, la conjoncture.

6Cessons-là, car par les exemples choisis, par les regards qu’ils portent sur la construction des données, et sur leurs usages dans certaines politiques publiques, les contributions ici regroupées sont plus que des mises en garde contre la tyrannie ou le fétichisme du chiffre. Elles ouvrent aussi un dialogue fructueux entre disciplines.

7Les réflexions sur l’élaboration et l’usage des nombres et des statistiques dans l’action publique sont devenues d’intérêt général.

8Dans l’Europe d’aujourd’hui, deux langages semblent, en effet, s’opposer, le langage des nombres et le langage des droits. Le premier paraît avoir une efficacité que le second peine à se voir reconnaître. Les faiblesses du langage des droits sont à elles seules une bonne raison pour s’interroger sur la réussite du premier. Et pour trouver, qui sait, comment en cantonner l’empire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Lyon-Caen, « Propos introductifs : des chiffres et des droits », Cahiers Droit, Sciences & Technologies, 4 | 2014, 9-10.

Référence électronique

Antoine Lyon-Caen, « Propos introductifs : des chiffres et des droits », Cahiers Droit, Sciences & Technologies [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 17 septembre 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/cdst/296

Haut de page

Auteur

Antoine Lyon-Caen

Professeur à l’université de Paris Ouest-Nanterre La Défense, directeur d’études à l’école des Hautes Études en Sciences sociales

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Réseau Droit, Scences et techniques
  • Logo CNRS
  • Logo AMU
  • OpenEdition Journals