Navigation – Plan du site
Dossier Thématique
I. La recherche translationnelle comme politique de recherche globale

Le point de vue du sociologue sur la recherche translationnelle à partir du cas de la cancérologie

Audrey Vézian
p. 45-60

Résumés

Cette contribution propose une analyse sociologique du phénomène de recherche translationnelle à partir des dispositifs d’action publique mis en œuvre dans le secteur de la cancérologie française. Loin de renvoyer à une forme unique et stabilisée d’organisations, cette contribution démontre que l’avènement de la recherche translationnelle s’inscrit dans une action continue et ancienne des pouvoirs publics pour favoriser les échanges entre soins et recherche afin d’accroître le développement économique

Haut de page

Notes de l’auteur

La réflexion et le contenu de cette contribution ont été réalisés en collaboration avec Patrick Castel

Texte intégral

Introduction

1La recherche translationnelle (RT) s’est imposée comme un objectif central des réformes des politiques biomédicales dans plusieurs pays (Vignola-Gagné et al., 2013). Après avoir été initialement élaboré aux États-Unis à partir des années 1990, pays faisant figure de modèle de référence dans le domaine de la recherche médicale contemporaine, ce concept est repris de manière progressive au-delà des frontières de la communauté scientifique américaine et se diffuse au sein des instances gouvernementales des pays occidentaux en charge de l’innovation biomédicale. Basé sur un constat unanimement partagé d’une interface insuffisante entre les mondes du soin et de la recherche, ce terme n’en renvoie pas moins à une réalité multiple (Van der Laan & Boenink, 2012). Ce phénomène de RT suscite un intérêt croissant de la part des chercheurs en sciences humaines et sociales, au premier rang desquels les sociologues des sciences et de la médecine. Appréhendée comme un nouvel avatar de ce que d’aucuns dénomment la biomédecine – à savoir un ensemble de techniques et des pratiques cliniques élaborées sur la base des recherches médicales et biologiques –, la RT est principalement explorée par les sociologues selon trois voies distinctes qui recoupent les approches classiques de cette discipline. La première d’entre elles consiste à analyser les nouvelles modalités de coopération entre clinique et biologie à partir des pratiques scientifiques concrètes. Dans le cas présent, la RT n’est pas questionnée en tant que telle, elle constitue simplement le point de départ d’une observation des interactions réelles entre acteurs cliniciens et chercheurs des sciences expérimentales autour d’un projet scientifique clairement circonscrit (parmi d’autres, on peut citer Löwy, 1996 ; Keating & Cambrosio, 2003 ; Wainwright et al., 2006). Une seconde voie privilégie une focale d’observation plus large en appréhendant la RT comme un phénomène social de vaste envergure dans la mesure où elle s’impose comme une priorité sur l’agenda des politiques biomédicales de nombreux pays. Dans cette perspective, il s’agit à partir de données agrégées, de comparaisons et de compilation de documents et d’entretiens, d’analyser les formes revêtues par les politiques de RT (Vignola-Gagné et al., 2013), les pratiques argumentatives justifiant les initiatives nationales (Vignola-Gagné, 2014). Ces études mettent en évidence un processus mimétique à partir du modèle de référence états-unien. Cette réappropriation par d’autres pays traduit alors moins une logique d’efficacité de la part des acteurs qui s’en font les promoteurs qu’une volonté de se mettre en conformité par rapport à un modèle qui est présenté comme le plus efficace. Ainsi les politiques biomédicales fondées sur ce modèle états-unien constituent davantage la traduction de pratiques normatives qui vont être déclinées selon les caractéristiques du pays dans le domaine plutôt qu’un modèle uniforme repris tel quel. Enfin, une approche intermédiaire s’intéresse précisément à l’élaboration et à la mise en œuvre de chacune de ces initiatives étatiques visant à promouvoir la RT. Dans cette optique, il s’agit alors principalement d’identifier les facteurs externes à la science et à la médecine qui influencent la dynamique de changement, soit les dimensions plus proprement liées à l’environnement institutionnel et organisationnel au sein duquel se déploient ces réformes des systèmes d’innovation biomédicale (Vézian, 2013). Malgré la diversité des approches exposées précédemment, celles-ci partagent le souhait de rompre avec une vision endogène du développement de la biomédecine renvoyant à l’idée d’une évolution inexorable vers la recherche de la vérité et de la rationalité dans la pratique médicale (Löwy, 2011). Il va alors de soi que cette exposition succincte ne saurait en aucune manière refléter les enjeux et la richesse des recherches dans ce domaine, lesquelles marient fréquemment les angles d’approche.

  • 1 . On pense notamment à la création des centres de lutte contre le cancer (CLCC) en 1923, lesquels e (...)
  • 2 . Il va de soi qu’on ne saurait en conclure sur un désengagement de l’État dans le domaine de la re (...)

2Dans le cadre de cette contribution, nous souhaitons aborder le problème de coopération entre sciences – notamment sciences biologiques – et soins sous l’angle des différents dispositifs d’action publique censés y remédier. Pour cela, nous proposons d’exposer notre propos à partir du cas de la cancérologie. En effet, la cancérologie est communément présentée au sein du monde de la recherche scientifique comme le modèle paradigmatique du développement de la biomédecine, et plus particulièrement de la RT. Elle est une des premières pathologies à avoir introduit un « tournant collectif » dans la lutte contre la maladie (Cambrosio et al., 2007), à avoir bouleversé les formes d’objectivité sous-tendant l’élaboration du diagnostic et de la décision de prise en charge, et à questionner la rationalité des moyens à mettre en œuvre pour atteindre cet objectif1 (Visier, 2007). Dans cette perspective, il n’y a alors rien d’étonnant à ce que les premières initiatives visant à réorienter les politiques biomédicales autour du développement de la RT soient issues du secteur de la cancérologie pour ensuite, dans un second temps, essaimer dans d’autres secteurs (Van der Laan & Boenink, 2012). Au début des années 1990, le National Cancer Institute lance en effet le programme SPORE (Specialized Program Of Research Excellence) consistant à soutenir les équipes de recherche qui combinent approche clinique et recherche en laboratoire pour l’élaboration à court terme de dispositifs contribuant à une meilleure prise en charge. La politique française en ce domaine se caractérise durant de nombreuses années par une relégation du volet recherche au sein de la stratégie nationale de lutte contre la maladie dont le pilotage relève essentiellement des associations caritatives (Ligue nationale contre le cancer et Association pour la recherche sur le cancer)2. Il faut attendre l’initiative de Jacques Chirac au lendemain de sa réélection en 2002 pour qu’un programme national accorde une place prépondérante au soutien à la recherche en cancérologie (Vézian, 2013).

3Dès lors, afin d’éclairer les orientations prises par les différents Plans cancer qui se sont succédé depuis 2003 et de donner des clés de compréhension à la naissance de leurs mesures phare que sont les Cancéropôles puis les Sites de recherche intégrée sur le cancer (Siric) (II), il apparaît nécessaire de resituer ces tentatives de coordination et de coopération entre acteurs de la santé et de la recherche en cancérologie dans une perspective sociohistorique plus large du développement de la biomédecine afin de mieux saisir les ruptures et continuités dont est porteur le concept de RT mis en œuvre par l’intermédiaire de ces dispositifs organisationnels (I).

I. La recherche translationnelle dans une perspective sociohistorique : l’avènement de la biomédecine

4La RT s’inscrit dans la lignée du développement de la biomédecine qui est fondé sur « la conviction que les progrès de la recherche médicale et biologique constituent une condition préliminaire indispensable à la résolution des problèmes majeurs de santé » (Löwy, 1996 [2002]). Bien que ses origines soient anciennes, le phénomène biomédical s’est accéléré de manière significative dans un contexte de soutien massif des États à la recherche (A). À partir des années 1970, la dégradation du contexte économique et sociale contribue à remettre en cause les fondements des politiques biomédicales. Concrètement, ce mouvement se traduit par une exigence accrue quant aux retombées tant en termes d’amélioration du niveau général de la santé des populations qu’en termes de développement économique. Au tournant du siècle, la RT s’impose alors comme un moyen de réactiver l’injonction ancienne à davantage de coordination entre soins et recherche, mais dans un cadre renouvelé où le retour sur investissement constitue un impératif (B).

A. Un engagement décisif des États dans le développement de la biomédecine

  • 3 . Bien que s’accordant sur l’idée d’une interaction accrue entre les deux domaines, les auteurs s’i (...)

5La définition de ce que recouvre le terme biomédecine n’est pas parfaitement stabilisée et fait l’objet de débats entre spécialistes de l’histoire et de la sociologie des sciences et de la médecine3. Dans le cadre de cette contribution, il s’agit moins de nous positionner sur la nature des intrications entre biologie et médecine que de souligner le rôle de l’État dans l’avènement de la biomédecine (1). Une telle démarche permet de mettre en évidence que la RT s’inscrit dans un mouvement plus large et continu d’injonction à l’accroissement des coopérations et des interactions entre clinique et sciences expérimentales (2).

1. Un fort soutien aux activités de recherche

  • 4 . La sociologue des sciences, Rabeharisoa (2009) parle de « scientifisation » pour désigner deux ph (...)

6La médecine s’avère être un terreau propice au développement de l’hégémonie de l’activité scientifique d’autant plus que ses relations avec les sciences sont étroitement intriquées dès les origines de la médecine elle-même (Quirke et Gaudillière, 2008). Mais ce n’est qu’à partir du xixe siècle qu’on constate les prémices d’une « scientifisation »4 de la recherche médicale avec les tournants amorcés par les révolutions bernardienne puis pastorienne. Toutefois si les premiers rapprochements entre les laboratoires d’expérimentation en biologie et les lieux de traitement et autres services de santé publique datent de cette époque, ils s’accroissent de manière significative au lendemain de la Seconde Guerre mondiale consécutivement aux découvertes scientifiques. Le terme de biomédecine devenu proéminent à partir de 1945 ne traduit pas seulement un niveau d’investigation de plus en plus fondamental de la médecine, les sciences biologiques et leurs modèles ayant modifié la compréhension des processus pathologiques et pathogéniques. Il souligne également le rôle central de l’État en tant qu’entrepreneur scientifique. Cela s’inscrit dans une tendance plus générale qui voit l’établissement à la sortie de la guerre d’un « contrat social » liant l’État, la science et la société (Vavakova, 1998 ; Guston, 2000). Cette idée de contrat traduit la place désormais centrale occupée par la science dans l’essor des pays industrialisés. Plus précisément, le soutien aux activités scientifiques est appréhendé comme un facteur d’investissement de premier ordre par les autorités politiques. En d’autres termes, « les gouvernements de par le monde en sont venus à considérer que leurs responsabilités en matière de santé publique incluaient le financement de la recherche médicale fondamentale » (Keating & Cambrosio, 2014). Ceci a eu pour conséquence un investissement considérable tant en moyens financiers que moyens matériels. Ainsi, pour ce qui concerne les USA, entre 1945 et 1970, les National Institutes of Health voient une augmentation des fonds publics fédéraux pour la recherche médicale : 27 millions de dollars en 1945 versus 1,7 milliard en 1970 (Quirke & Gaudillière, 2008). À ce titre, le domaine de la cancérologie est tout à fait exemplaire des changements d’échelle dans les investissements de recherche. En décembre 1971, le président Richard Nixon lance la « guerre contre le cancer » par la signature du National Cancer Act. Ce décret visait à renforcer la lutte contre le cancer en donnant notamment une impulsion financière considérable aux programmes biomédicaux de telle sorte qu’au début des années 1980 le budget du NCI atteint un milliard de dollars (Gaudillière et Löwy, 1998).

2. Une volonté constante de regroupement

7Au-delà de cet engagement financier décisif, l’accumulation des découvertes faites au cours du « siècle de la biologie » n’a eu de cesse de conduire les pouvoirs publics à endosser un rôle central pour accélérer la diffusion de celles-ci auprès des malades. Il s’est agi essentiellement de cadrer les interventions dans la « zone grise reliant, et séparant en même temps, les sciences biologiques et la médecine » (Keating & Cambrosio, 2003), par la promotion de nouvelles formes coopératives afin de surmonter les divergences entre les communautés d’acteurs. Ces divergences s’expriment aussi bien dans la forme des connaissances produites que dans les critères de reconnaissance professionnels qui leur sont associés (Löwy, 1996 [2002]). Face à ces problèmes, l’idée s’est imposée dans de nombreux pays que la solution résidait dans une réorganisation des liens entre tous les acteurs et toutes les institutions, qu’ils relèvent plutôt du monde de la clinique ou de celui de la recherche. Ainsi, en plus des problématiques éthiques que suscite la recherche biomédicale, la question de l’organisation des coopérations entre médecine et sciences constitue donc un enjeu de premier ordre pour les gouvernements. La réforme Debré sur la mise en place des centres hospitaliers universitaires en 1958 (Jamous, 1969), puis la création de l’Institut national de la santé et de la recherche médical (INSERM) en 1964 (Picard, 1992 et 1996) témoignent bien de ce souci constant des autorités publiques françaises à mettre en place des formes organisationnelles susceptibles de favoriser les interactions entre les deux. Plus récemment, on peut citer également la création de l’Agence nationale de recherche sur le SIDA en 1989, qui a eu pour objectif affiché de mobiliser, par des financements incitatifs, laboratoires de recherche et équipes hospitalo-universitaires (Pinell, 2002). On constate par ailleurs que la constitution de pôles de recherche médicale régionaux figure déjà comme une des modalités privilégiées par les pouvoirs publics pour tenter d’institutionnaliser l’articulation entre connaissances biologiques et savoirs médicaux (Gaudillière, 2002).

B. La recherche translationnelle, révélateur d’un recentrage de l’action de l’État dans le domaine biomédical

8La fin des Trente Glorieuses conduit à une remise en cause des modalités d’intervention de l’État dans le secteur de la recherche. L’intervention publique se concentre alors principalement sur la création de conditions favorables aux collaborations entre science et marché (A). Malgré des conceptions divergentes, la RT s’impose alors comme la solution idéale pour relancer les politiques biomédicales (B).

1. Une recherche médicale soumise à de nouveaux impératifs sociétaux et économiques

9Avec la fin des Trente Glorieuses et la remise en cause du régime fordiste, la conception linéaire de l’innovation selon laquelle l’émergence de celle-ci exigerait seulement un soutien fort des pouvoirs publics à la recherche fondamentale tend à s’éroder. Cela conduit à une redéfinition de l’action de l’État dans le domaine de la recherche et de l’innovation. Progressivement, on assiste à la réorientation de l’appareil productif vers ce qu’on appelle communément « l’économie du savoir » (Foray, 2009). Il s’agit d’une part d’inciter les acteurs de la recherche à davantage intégrer les attentes et les besoins de la société, et d’autre part à accélérer la diffusion des innovations. Dans le domaine biomédical, ces enjeux se traduisent par la définition d’une nouvelle priorité des politiques biomédicales : la fameuse « recherche translationnelle ». À partir du début des années 2000, l’organisation de la recherche biomédicale va en effet susciter un nombre croissant de discussions d’abord au sein des communautés professionnelles concernées (parmi d’autres, Nathan, 2002 ; Bréchot, 2004), s’élargissant ensuite au cercle des décideurs politiques. Loin d’avoir accéléré la réappropriation des découvertes en génomique par les acteurs de la clinique, les diverses configurations organisationnelles de la ­biomédecine contemporaine n’ont pas fait, selon ces protagonistes, la preuve de leur efficacité d’un point de vue économique (Adams, 2012). Elles n’ont pas permis de constituer un réservoir suffisant de produits innovants pour les industries pharmaceutiques qui voient progressivement leur chiffre d’affaires diminuer consécutivement à l’arrivée à échéance des brevets de nombreux blockbusters (Pisano, 2006). Dès lors, la diffusion du concept de RT est une remise en cause par les pouvoirs publics de la conception linéaire du transfert des connaissances scientifiques en termes de pratiques cliniques, d’innovation thérapeutique ou diagnostic. Aussi la nouvelle orientation des politiques publiques centrées autour du soutien à la RT va consister en toute une série de mesures visant à remédier à cette situation en cherchant à faciliter et à accroître les interactions entre cliniciens, chercheurs et représentants des industries pharmaceutiques, des biotechs. Au final, pour un certain nombre de chercheurs en SHS (Maienschein et al., 2008 ; Van der Laan & Boenink, 2012), ce concept traduit donc un changement du contrat social liant l’État, la science et la société puisque dorénavant les investissements effectués en biomédecine doivent désormais impérativement conduire à des résultats concrets en termes de prise en charge et de développement économique, et non plus se contenter de contribuer à la production de biens généraux (par exemple, en termes de productions de connaissances scientifiques). Une analyse des articles scientifiques traitant de la biomédecine entre 1993 et 2011 confirme la primauté grandissante accordée à ce principe de retour sur investissement au sein même de la communauté scientifique (Van der Laan & Boenink, 2012). Les premières initiatives autour de la RT ont été lancées explicitement dans le but d’obtenir de meilleurs traitements pour lutter contre la maladie cancéreuse. Les initiatives les plus récentes s’étendent à l’ensemble des pathologies et elles partent davantage du constat selon lequel les progrès en matière de santé sont insuffisamment connectés à l’accélération des découvertes scientifiques réalisées notamment dans le domaine de la génomique et de la biologie moléculaire. Les plaidoyers actuels en faveur de la RT déplorent la faiblesse des retombées non seulement en termes de pratiques cliniques, mais plus largement en termes économiques.

2. Une définition de la recherche translationnelle à géométrie variable

10Cette nouvelle exigence formulée à l’égard de la recherche médicale s’accompagne de l’identification des causes de l’échec des politiques précédentes dans les formes de coopération entre acteurs. Mais l’analyse des articles scientifiques reprenant ce concept de RT révèle que sa forme est loin d’être univoque et une description neutre d’activités diverses (par exemple, développement de biomarqueurs, réalisation d’essais cliniques de phase précoce etc.). Van der Laan & Boenink (2012) constatent que, au contraire, la RT revêt des sens différents selon le point de vue adopté, lequel point de vue renvoie à une combinaison de dimensions spécifiques. En d’autres termes, il existe différentes visions de la RT. Afin de saisir ces différentes visions, les auteurs distinguent trois grandes dimensions lesquelles articulées les unes aux autres vont déterminer une vision de la RT. Ces trois grandes dimensions sont :

  • l’étendue et la localisation du fossé séparant clinique et sciences expérimentales. Concrètement cela signifie que si tout le monde s’accorde à identifier les « découvertes scientifiques » par l’ensemble des connaissances produites à la paillasse (études précliniques, modèles animaux etc.), de l’autre côté à savoir la clinique, les auteurs constatent que cela renvoie à différentes variantes. Les produits d’un point de vue clinique peuvent être de nouvelles méthodes ou nouvelles pratiques thérapeutiques, des connaissances fines du développement de la maladie, de ses processus biologiques, une amélioration de la qualité de vie du patient, ou bien encore une amélioration globale au niveau populationnelle mesurée par des indicateurs globaux de santé publique ;

  • le processus directionnel du transfert entre clinique et laboratoire de recherche (processus linéaire allant du laboratoire à la clinique, processus bidirectionnel entre clinique et laboratoire, ou enfin processus complexe impliquant des acteurs au-delà du lit du patient et de la paillasse, par exemple législateur etc.) ;

  • les causes à l’origine du fossé. Elles peuvent relever de facteurs externes (problèmes éthiques, économiques etc.) et/ou de facteurs liés à la science elle-même (méthodes scientifiques différentes qui se révèlent peu compatibles).

11En conséquence, la promotion de la RT ne s’appuie pas sur un modèle précis et stabilisé. Elle renvoie à un ensemble de recommandations hétéroclites en termes de pratiques de recherche, de formation professionnelle et de modes de coordination (Vignola-Gagné et al., 2013). D’un point de vue organisationnel, cette volonté largement partagée d’accroître les échanges entre laboratoire et clinique se décline différemment tant du point de vue de la forme prise (création de consortiums d’équipes de recherche et clinique versus création de lieux spécialisés au sein desquels les patients, les biologistes, les cliniciens, les acteurs économiques sont physiquement regroupés) que des modes d’intervention qui en sont à l’origine (au côté de l’État, possibilité d’engagement des industries pharmaceutiques et/ou des collectivités locales et/ou des autorités européennes).

II. Un concept rassembleur faiblement opératoire

12Le cas de la cancérologie française est à ce titre tout à fait emblématique. En effet, sur une courte période allant de 2003 à 2010, ce secteur a été l’objet de mesures d’action publique précises consistant en la création de dispositifs organisationnels visant à promouvoir la RT : les Cancéropôles et les Siric. Si d’autres mesures ont été prises par l’Institut national du cancer (INCa), agence nationale de lutte contre le cancer
– par exemple l’appel d’offres intitulé « Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie » destiné à de jeunes médecins, pharmaciens, odontologistes et vétérinaires –, le moyen d’action privilégié par les autorités françaises demeure principalement la mise en place de nouvelles structures de coopération censées faciliter la mise en œuvre de projets de RT (I). Cependant loin de constituer une solution miracle, la portée de ces dispositifs est questionnée par l’existence de conceptions divergentes de la RT au sein du paysage français de la recherche en cancérologie (II).

A. La recherche translationnelle, comme solution miracle au problème de coopération

13Le choix en faveur de la création de nouvelles organisations apparaît pour le moins paradoxal lorsqu’on le met en perspective avec les constats et critiques récurrents qui sont formulés à l’égard de la structuration de la recherche en cancérologie (1). Toutefois une analyse attentive permet de démontrer les apports et spécificités de chacun de ces dispositifs (2).

1. Le choix paradoxal en faveur de nouvelles formes organisationnelles

  • 5 . Il est notamment souligné le rôle prépondérant des deux principales associations caritatives du s (...)

14Le soutien à la recherche en cancérologie a longtemps constitué le parent pauvre des plans nationaux de lutte contre le cancer (Vézian, 2013). Aussi lorsqu’à la suite de sa réélection en 2002, le président de la République Jacques Chirac confie à une commission d’experts la charge d’établir un état des lieux et de formuler des pistes d’action, le constat effectué est sévère (Abenhaïm, 2003). La remise en cause de l’action de l’État dans le domaine de la recherche publique en cancérologie ne prend pas uniquement les traits d’une défaillance en termes de soutiens financiers5. Elle implique également une critique de son organisation. Parmi les griefs exprimés, on relève une représentation cloisonnée des forces de recherche non seulement entre organismes de recherche (INSERM, CNRS, département sciences de la vie du Commissariat à l’énergie atomique) mais également entre laboratoires et établissements de soins. Depuis la création des CHU en 1958, de nombreux rapports publics se sont accumulés pour souligner la faible présence de la recherche à l’hôpital (entre autres, Ducassou et al., 2003). Ce constat s’explique notamment par des relations institutionnelles difficiles entre les ministères et les administrations de la santé et de la recherche. Il en découle une absence de pilotage et d’orientation claire des priorités dans le domaine du cancer. La complexité de l’accès aux financements dans un paysage français éclaté entre différentes structures est également pointée. Cet aspect apparaît d’autant plus problématique dans un contexte où les coûts liés à l’achat et à l’entretien des plates-formes technologiques croient de façon exponentielle. Le paysage ainsi dessiné est considéré comme un handicap dans la compétition internationale en matière de recherche biomédicale. En conclusion de ce rapport est donc proposée la création de nouvelles entités en charge de mettre en œuvre une restructuration de la recherche française en cancérologie : les Cancéropôles. Au-delà de l’engagement financier affiché à plus de 45 millions d’euros dans le cadre du Plan cancer 2003-2007, le choix des pouvoirs publics s’est donc au final orienté vers la création d’un appareil organisationnel à part entière. Les Cancéropôles identifiés dès juin 2003 seront suivis par la création d’une agence d’objectif et de moyens (INCa) en charge entre autres du pilotage national de la recherche biomédicale en cancérologie, qui sera elle-même à l’origine de la mise en place des Siric à partir de 2011. Ces initiatives successives ont contribué in fine, pour reprendre l’expression du Pr Jean-Paul Vernant, à la formation d’un « mille-feuille organisationnel ».

2. Entre constance et évolution des dispositifs organisationnels de soutien à la recherche translationnelle : l’exemple des Cancéropôles et des Siric

15Au-delà de ce constat, ce qui interpelle à l’issue d’une comparaison rapide entre les deux principaux dispositifs que sont les Cancéropôles et les Siric, c’est leur apparente redondance. Dans les deux cas, ce sont des organisations visant à promouvoir la RT dans le domaine de la cancérologie et ayant vocation à devenir des « centres d’excellence » au niveau européen de la recherche en cancérologie. Selon ses promoteurs, les Cancéropôles doivent contribuer d’une part, à « fédérer l’ensemble des acteurs impliqués dans la recherche fondamentale et clinique » situés sur un territoire régional ou interrégional et d’autre part, à constituer des « lieux privilégiés des interfaces recherche-clinique-industrie ». Il existe sept Cancéropôles, régionaux ou interrégionaux : Nord-Ouest (Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Haute-Normandie, Basse-Normandie), Grand-Ouest (Bretagne, Pays-de-Loire, Poitou-Charentes, Centre), Grand-Sud-Ouest (Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Aquitaine, Limousin), Grand-Est (Alsace, Lorraine, Champagne-Ardenne, Franche Comté, Bourgogne), Île-de-France, CLARA (Auvergne-Rhône-Alpes), PACA. Plus récemment, l’INCa a lancé les Siric qui sont conçus comme une mesure-clé du Plan cancer 2009-2013, relevant de la mesure 1 qui vise à développer les moyens de la recherche pluridisciplinaire, y compris ceux des sciences humaines et sociales. À ce jour, huit sites ont été labellisés (Siric de Curie, Siric de Lyon dit Lyric, Siric de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris dit Carpem, Siric de Bordeaux dit Brio, Siric de l’Institut Gustave Roussy dit Socrate, Siric de Lille dit Oncolille, Siric de Marseille, Siric de Montpellier).

16Ainsi que ce soit les Cancéropôles ou bien les Siric, chacun répond à un triple enjeu :

  • premièrement, il s’agit de donner plus de visibilité à un paysage de la recherche éclaté entre différentes entités ;

  • deuxièmement, cela traduit le souhait d’imposer le patient au cœur de l’activité de recherche. En d’autres termes, les chercheurs seront plus à même de mettre leurs compétences au service des patients qu’ils se trouveront à proximité de ces derniers ;

  • troisièmement, ces structures sont porteuses d’un enjeu en matière de développement économique. Il s’agit de mettre en place des nouvelles scènes d’action pour favoriser les échanges entre les acteurs de la recherche publique et les représentants du secteur privé de manière à assurer des retombées économiques.

  • 6 . L’engagement financier est en effet sans commune mesure avec celui accordé aux Cancéropôles lors (...)

17Or, c’est précisément dans le cadre de ce dernier enjeu que réside la principale différence. Dans le cas des Cancéropôles, la forme adoptée à savoir le plus souvent un regroupement d’entités régionales politico-administratives traduit le souhait d’associer les collectivités territoriales aux activités de ces pôles. Le recours aux collectivités territoriales paraît légitime et pertinent dans la mesure où, suite aux assises de la recherche de 1982 et aux lois de décentralisation, conseil régional, communauté urbaine, communauté d’agglomération ont en charge le développement économique et/ou l’aménagement du territoire (Crespy, 2006). Par ailleurs, cette inclinaison à solliciter l’engagement des collectivités locales puise également sa raison d’être dans la situation financière de l’État. En effet, dans un contexte de forte contrainte budgétaire (Siné, 2006), les capacités d’investissement des collectivités territoriales se présentent comme un subterfuge pour pallier celles plus limitées de l’État. Or les Siric, contrairement aux Cancéropôles, ne couvrent pas tout le territoire français et représentent quelques institutions de pointe sur des sites localisés. La perspective ici défendue par l’INCa rompt donc avec le critère de proximité censé accélérer la diffusion des innovations vers la sphère marchande par le développement du réseau local. Il s’agit davantage de concentrer des moyens conséquents autour de projets scientifiques clairement circonscrits sur un site6 en faisant le pari que c’est le caractère innovant du produit qui sera le plus à même de susciter un engagement des industriels pharmaceutiques.

  • 7 . Les Cancéropôles ont fait l’objet d’un renouvellement constant par l’INCa depuis leur création en (...)

18Au-delà des différences sur le processus d’innovation dont sont porteuses ces structures, l’origine de la création des Siric trouve sa source dans une forme de relatif échec des Cancéropôles (Vézian, 2014b). On constate effectivement un glissement des objectifs assignés à ces organisations qui loin de s’imposer parmi les centres de référence européens dans le domaine de la cancérologie se concentrent, in fine, sur l’animation scientifique locale7.

B. Des conceptions divergentes de la recherche translationnelle

  • 8 . Cette étude est dirigée par Patrick Castel « Analyse qualitative du développement de la biomédeci (...)

19Sans préjuger de l’action des Siric qui viennent d’être mis en œuvre (les deux premiers Siric ont été labellisés en 2011, puis les six autres l’année suivante), les premiers résultats de notre étude en cours8 confirment l’existence de dynamiques identiques à celles qui sont à l’origine de l’évidement des Cancéropôles. On constate en effet la persistance de plusieurs conceptions de la RT lesquelles coexistent voire s’affrontent (1) au sein d’un environnement institutionnel peu favorable à ce type de recherche (2).

1. De la coexistence à l’affrontement

20Dans le cas des Cancéropôles, notre analyse a mis en évidence que malgré la volonté affichée par les autorités étatiques de mettre en œuvre une véritable politique de RT, celle-ci se heurte à des représentations divergentes au sein de la communauté professionnelle ainsi que des ministères et administrations de la Santé et de la Recherche (Vézian, 2014a). Cet affrontement entre deux visions de la RT lors de la phase de réflexion des mesures du Plan cancer 2003-2007 est à l’origine d’une conception minimaliste des Cancéropôles remettant ainsi en cause leur portée réformatrice. Chaque camp a développé une représentation de la RT reposant sur des valeurs qui lui sont propres et qu’il est difficile de changer. D’un côté, les représentants du ministère de la Santé, cliniciens de formation, défendent une organisation centrée sur les besoins du patient et une spécificité de la pratique clinique et de sa recherche, à côté d’une recherche en génomique et post-génomique soupçonnée de vouloir détourner les ressources cliniques au profit de travaux purement académiques ; de l’autre, les représentants nommés par le ministère délégué à la Recherche expriment leur volonté de perpétuer une configuration sur la base de modèles préexistants (Génopôle et Agence nationale de recherche sur le SIDA) qui privilégie une concentration des moyens sur quelques sites et/ou sur des thématiques de recherche clairement identifiées et délimitées, pour lesquelles la recherche fondamentale occupe une place à part entière. Dans le cas des Siric, si cette dernière conception semble avoir été privilégiée, l’INCa en imposant que ce soit des établissements de soins qui soient les structures dépositaires du projet semble avoir voulu ménager la légitimité de la première conception. Il en ressort que la nature du processus directionnel du transfert entre clinique et laboratoire de recherche est loin de faire l’unanimité parmi les porteurs de projet au sein des Siric.

2. La persistance d’un contexte institutionnel peu favorable

21Plus généralement, le rôle central accordé aux structures hospitalières dans la gestion des Siric ne va pas sans susciter des difficultés similaires à celles éprouvées par les Cancéropôles lors de leur mise en œuvre. Dans un contexte de pénurie relative de moyens et de temps et face à un nombre élevé et grandissant de patients, l’activité de soin s’impose prioritairement face à celle de la recherche. L’évolution du financement des établissements renforce cette orientation. En établissant l’activité de soins comme source directe de revenus, le principe de tarification à l’activité dit T2A introduit par la réforme Hôpital 2007 instaure de fait une mise en concurrence entre activités de soins et de recherche. Les activités de recherche, au vu de la faiblesse des bénéfices espérés, sont alors essentiellement appréhendées par les directions des établissements comme une source potentielle de dégradation de l’équilibre budgétaire (Bras et Duhamel, 2009). Les médecins sont donc incités à produire du soin plutôt que de participer à la recherche. L’attribution des enveloppes dites MERRI (« mission enseignement, recherche, recours et innovation ») en fonction de l’activité scientifique mesurée ne permet pas de contrebalancer cette tendance dans la mesure où sa dotation étant fixe, elle introduit une concurrence forte entre établissements au détriment d’une coopération plus active.

  • 9 . Notamment se pose la question de l’articulation entre les Cancéropôles et les Siric.

22Parallèlement, le manque d’intégration des actions entre les deux ministères de tutelle est à l’origine d’une seconde dynamique susceptible de limiter la portée réformatrice des dispositifs organisationnels de soutien à la RT : l’empilement d’instruments d’action publique. Prenant soit la forme d’incitation financière (EquipEx, Labex), soit les traits de nouvelles organisations (Réseau thématique de recherche avancée/Réseau thématique de recherche et de soins, pôles de compétitivité, Instituts Hospitalo-universitaires), ces dispositifs contribuent à opacifier et à densifier le paysage de la recherche, diluant l’action de ces pôles au sein du mille-feuille organisationnel ainsi créé9. Ils s’imposent en outre comme des ressources importantes aux mains de certains acteurs historiques du champ pour maintenir et renforcer la structuration dichotomique institutionnelle préexistante.

Conclusion

23À l’issue de cette présentation, il apparaît clairement que la RT constitue un élément central de la politique biomédicale française. Le cas de la cancérologie démontre que celle-ci semble davantage relever de la croyance que de l’expérimentation réussie au regard de la mise en œuvre contrastée des Cancéropôles. Au-delà de ce constat, l’apport d’un regard sociologique permet de mettre en évidence que la valeur positive associée à la RT n’est pas simplement rhétorique. Elle a non seulement une dimension morale forte (Van der Laan & Boenink, 2012) puisque la valeur de la RT semble incontestable et s’impose comme l’activité à accomplir pour tout professionnel investi en biomédecine, mais elle est également performative dans la mesure où elle met à disposition de nouveaux moyens d’action. Dès lors, l’analyse approfondie des Siric constituera sans nul doute un élément décisif d’observation de cette nouvelle dynamique biomédicale. Notamment, elle constituera un révélateur de la capacité de l’action de l’État à instituer la RT au sein d’un environnement jusqu’alors peu favorable.

Haut de page

Bibliographie

Abenhaïm (L.), Commission d’Orientation sur le Cancer. Rapport ministère de la Santé, de la Famille et des Personnes handicapées et ministère de la Recherche et des Nouvelles technologies. Paris, janvier 2003. 336 p.

Adams (D.), “The Valley of Death in anticancer drug development: a reassessment”, Trends in Pharmacological Sciences, 33 (4), 173-180.

Bras (P.-L.), Duhamel (G.), Le financement de la recherche, de l’enseignement et des missions d’intérêt général dans les établissements de santé. Rapport de l’Inspection générale des affaires sociales, 2009, Paris.

Bréchot (C.), « La recherche translationnelle en santé, un nouveau paradigme ». M/S : médecine/sciences, 40 (10), 2004, 939-940.

Cambrosio (A.), Keating (P.), Bourret (P.), « Objectivité régulatoire et systèmes de preuves en médecine : le cas de la cancérologie », in Tournay, Virginie (éd.). La Gouvernance des innovations médicales, Paris, PUF, 2007, p(P.) 155-175.

Crespy (C.) (2006). Une action publique hybride. Permanences et transformations de la politique de recherche dans une région. Le cas de Provence Alpes Côte d’Azur (1982-2004). Thèse de doctorat : sociologie : Aix-Marseille : Université Aix-Marseille (I.) 448 p.

Ducassou (D.), Jaeck (D.) et Leclercq (B.) (2003). Restaurer l’attractivité des CHU et leur partenariat avec le monde de la santé et l’université. Plan Hôpital 2007 : Mission relative aux spécificités des CHU. Ministère de la Santé, de la Famille et des Personnes handicapées : Paris, avril 2003. 49 p.

Foray (D.), L’Économie de la connaissance, La Découverte, collection Repères, Paris, 2009, 125 p.

Fujimura (J.H.), Crafting Science: a Sociohistory of the Quest for the Genetics of Cancer. Harvard University Press, Cambridge (MA), 1996.

Gaudillière (J.-P.), Inventer la biomédecine, La Découverte, Paris, 2002.

Gaudillière (J.-P.), Löwy (I.), « Dans vingt ans nous aurons vaincu le cancer ! » La Recherche, 1998, no 315, pp. 72-75.

Guston (D.), Between Politics and Science: Assuring the Integrity and Productivity of Research. Cambridge : Cambridge University Press, 2000.

Jamous (H.), Sociologie de la décision. La réforme des études médicales et des structures hospitalières, Éditions du CNRS, Paris, 1969.

Keating (P.), Cambrosio (A.), « Biomédecine, science et technologie : avancées et nouvelles approches conceptuelles », in Fantini Bernardino, Lambrichs Louise (L.) (dir.), Histoire de la pensée médicale contemporaine : Évolutions, découvertes, controverses, Paris, Seuil, 2014, p. 139-155.

Keating (P.), Cambrosio (A.), Realigning the Normal and the Pathological in Late-Twentieth-Century Medicine. MIT Press, Cambridge (MA), 2003.

Löwy (I.), “Historiography of Biomedicine. “Bio”, “Medicine”, and In Between”. The History of Science Society, 2011, 102, 116-122.

Löwy (I.), Cancer de chercheurs, cancer de cliniciens. Trajectoire d’une innovation thérapeutique. Éditions des archives contemporaines, Paris. [traduction française de : Between Bench and Bedside. Science, Healing and Interleukine-2 in a Cancer Ward. Harvard University Press, Cambridge (MA), London], 2002 [1996].

Maienschein (J.), Sunderland (M.), Ankeny (R.), Robert (J.), “The ethos and ethics of translation” American Journal of Bioethics, 2008, 8, 43–51.

Nathan (D.), “Careers in translational clinical research–historical perspectives, future challenges”, Journal of American Medical Association, 2002, 287, 2424–2427.

Picard (J.-F.), « Poussée scientifique ou demande des médecins ? La recherche médicale en France de l’Institut national d’hygiène à l’INSERM », Sciences sociales et santé, 1992, 10, 47-106.

Picard (J.-F.), « Naissance de la biomédecine, le point de vue d’un historien ». M/S : médecine sciences, 1996, 12 (1), 97-102.

Pinell (P.), Naissance d’un fléau : Histoire de la lutte contre le cancer en France (1890-1940). Paris, Métailié, 1992, 366 p.

Pinell (P.), Une épidémie politique : la lutte contre le SIDA en France (1981-1996). Paris, Presses Universitaires de France, 2002, 415 p.

Pisano(G.), Science Business: The Promise, the Reality and the Future of Biotech, Boston, Harvard Business School Press, 200,. 237 (P.)

Quirke (V.), Gaudillière (J.-P.), « The Era of Biomedicine : Science, Medicine, and Public Health in Britain and France after the Second World War », Medical History, 2008, 52 (4), 441-452.

Rabeharisoa (V.), « De la médecine à la biomédecine : les multiples figures du patient ». Mines Revue des Ingénieurs, 2009, mai/juin, 47-49.

Sinding (C.), Le Clinicien et le Chercheur. Des grandes maladies de carence à la médecine moléculaire 1880-1980, PUF, Paris, 1991.

Siné (A.), L’ordre budgétaire, l’économie politique des dépenses de l’État, Paris, 2006, Economica, Collection Études politiques. 405 p.

Van der Laan (A.), Boenink (M.), « Beyond bench and bedside : disentangling the concept of translational research », Health Care Analysis, 2012, EPub DOI 10.1007/s10728-012-0236-x.

Vavakova (B.), “The New Social Contract between Governments, Universities and Society : Has the old one failed ?”. Minerva, 1998, 36 (3), 209-228.

Vézian (A.), « À la recherche d’une politique biomédicale en France : chronique d’une réforme inaboutie en cancérologie » Sociologie du travail, 2014, 57 (2), 204-224.

Vézian (A.), « L’action mitigée des Cancéropôles : les raisons de l’abandon d’une politique biomédicale ambitieuse » M/S 30 (8-9), 2014, août-septembre.

Vézian (A.), Genèse et institutionnalisation d’une organisation biomédicale : l’exemple des Cancéropôles (2002-2010). L’organisation comme instrument d’action publique, Thèse de doctorat : sociologie, Sciences Po Paris, 2013, 468 p.

Vignola-Gagné (E.), « Argumentative practices in science, technology and innovation policy : the case of clinician-scientists and translational research ». Science and Public Policy 2014, 41 (1) : 94-106.

Vignola-Gagné (E.), Rantanen (E.), Lehner (D.), Hüsing (B.), “Translational research policies : disruptions and continuities in biomedical innovation systems in Austria, Finland and Germany”. Journal of Community Genetics, 2013, 4 (2), 189-201.

(L.) Visier (dir.), Médecine, Maladie, Société : Le cancer. Montpellier : Sauramps Médical, 2007, 245 p.

Wainwright (S.), Williams (C.), Michael (M.), Farsides (B.), Cribba (A.), “From bench to bedside ? Biomedical scientists” expectations of stem cell science as a future therapy for diabetes”, Social Science & Medicine, 2006, 63, 2052–2064.

Haut de page

Notes

1 . On pense notamment à la création des centres de lutte contre le cancer (CLCC) en 1923, lesquels en réunissant sur un même site les soins et la recherche préfigurent la réforme hospitalière de 1958 (Visier, 2007). Ou encore à la place accordée aux technologies de pointe telles que la radiothérapie puis la génomique qui conduit très tôt les directions de ces établissements ainsi que leurs financeurs à appréhender les enjeux économiques attachés à de tels investissements (Pinell, 1992), « marquant ainsi l’entrée des questions économiques dans le monde de la santé » (Visier, 2007).

2 . Il va de soi qu’on ne saurait en conclure sur un désengagement de l’État dans le domaine de la recherche puisque si les associations caritatives citées constituent les principaux pourvoyeurs de fonds pour les projets de recherche ciblés en cancérologie, l’État par le soutien apporté au financement des équipes de recherche des principaux organismes de recherche y contribuent également. Nous souhaitons simplement attirer l’attention du lecteur sur l’absence de stratégie de l’appareil d’État dans ce domaine. À ce titre, le Plan cancer 2000-2005 lancé par le gouvernement Jospin est tout à fait emblématique. Pour plus de précisions, nous renvoyons à A. Vézian, 2013.

3 . Bien que s’accordant sur l’idée d’une interaction accrue entre les deux domaines, les auteurs s’intéressant à la biomédecine affichent en effet des points de vue différenciés quant au positionnement des savoirs biologiques vis-à-vis des pratiques cliniques. Certains auteurs, à l’instar de Fujimura (1996) et de Gaudillière (2002), envisagent le rapport entre biologie et médecine depuis 1945 sous l’angle d’une reconfiguration des savoirs médicaux sous l’autorité de la biologie. D’autres à l’instar de Sinding (1991), Löwy (1996 [2002]), Keating et Cambrosio (2003) et, plus récemment, Rabeharisoa (2009) critiquent cette vision. Ces derniers partagent l’idée que l’intrication accrue au cours du xxe siècle entre les deux activités ne conduit pas à assimiler la médecine à une simple science appliquée de la biologie.

4 . La sociologue des sciences, Rabeharisoa (2009) parle de « scientifisation » pour désigner deux phénomènes concomitants caractéristiques des sociétés actuelles : le développement de la médecine des preuves au sein de la profession médicale et la nouvelle articulation entre biologie et médecine depuis 1945.

5 . Il est notamment souligné le rôle prépondérant des deux principales associations caritatives du secteur (Ligue nationale contre le cancer et ARC) au détriment d’un engagement plus fort de l’État.

6 . L’engagement financier est en effet sans commune mesure avec celui accordé aux Cancéropôles lors de leur première labellisation. Les Cancéropôles ont bénéficié pour les quatre années du premier Plan cancer une dotation de 16.5 millions d’euros (Source : Communiqué du ministère de la Santé intitulé « Le plan Cancer a 6 mois », publié le 24 septembre 2003). Les Siric ont quant à eux reçu une dotation globale de 64 millions d’euros répartis sur cinq ans (Source : http://www.e-cancer.fr/recherche/recherche-translationnelle/les-siric consulté le 15 juillet 2014).

7 . Les Cancéropôles ont fait l’objet d’un renouvellement constant par l’INCa depuis leur création en 2003. Toutefois les objectifs initiaux ambitieux du Plan cancer 2003-2007 ont été éludés depuis. Les Cancéropôles sont essentiellement évalués sur leur capacité à animer le réseau scientifique local.

8 . Cette étude est dirigée par Patrick Castel « Analyse qualitative du développement de la biomédecine : le cas des Siric », Contrat de recherche Centre de sociologie des organisations, financé par l’Institut national du cancer.

9 . Notamment se pose la question de l’articulation entre les Cancéropôles et les Siric.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Audrey Vézian, « Le point de vue du sociologue sur la recherche translationnelle à partir du cas de la cancérologie », Cahiers Droit, Sciences & Technologies, 5 | 2015, 45-60.

Référence électronique

Audrey Vézian, « Le point de vue du sociologue sur la recherche translationnelle à partir du cas de la cancérologie », Cahiers Droit, Sciences & Technologies [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2016, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/cdst/395 ; DOI : 10.4000/cdst.395

Haut de page

Auteur

Audrey Vézian

Post-doctorante au CNRS Centre de Sociologie des Organisations UMR 7116 (CNRS/SciencesPo Paris)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Réseau Droit, Scences et techniques
  • Logo CNRS
  • Logo AMU
  • OpenEdition Journals