Navigation – Plan du site
Evliyâ Çelebi et l'Europe
Langues, langages et sciences

La langue européenne nommée Tâlyân chez Evliyâ Çelebi et ailleurs

The European language called Tâlyân in Evliyâ Çelebi and elsewhere
Claudia Römer
p. 117-128

Résumés

Que désigne le terme Tâlyân chez Evliyâ ? Les imprécisions géographiques et historiques nous laissent quelques hésitations, italien, latin, slovène ? Et le Lâtîn désigne-t-il le grec, une langue slave en général, le slavon d’église ou/et le latin ? Ce texte apporte quelques éclaircissements.

Haut de page

Texte intégral

1Dans ce qui suit, nous proposons de discuter l’usage de la désignation Tâlyân surtout chez Evliyâ, désignation qui, comme nous le verrons, paraît avoir de multiples combinaisons et interprétations possibles.

Tâlyân chez Evliyâ comme « italien »

  • 1 Dankoff R. (2004, 29) “The Romance languages .... come under the rubric ‘Italian’”.
  • 2 Zenker J. Th, (1866, 592c).

2 En se basant sur Dankoff qui maintient que les langues romanes sont présentées par Evliyâ sous la rubrique de « l’italien »1, on pourrait croire que la notion du terme Tâlyân est limitée à ce groupe de langues, ou plutôt à l’italien propre. C’est d’ailleurs ce que suggèrent également les dictionnaires ottomans, par exemple Zenker2. Mais comme on va le montrer par la suite, le problème ne s’arrête pas là.

  • 3 Pour les exemples extraits du Seyahatnâme dont par la suite l’abréviation sera SN, nous avons utili (...)
  • 4 Lisân-ı Freng‑i Talyanca bu limanın ismine Porto Çunkor derler. Nous ne nous arrêterons pas sur l’é (...)

3L’expression Tâlyân se trouve bien dans le sens d’« italien » dans le Seyahatnâme, par exemple : « Dans la langue des Francs, Talyan, on appelle ce port “Porto Çunkor”... » (SN VIII, 267a3 ; description de Modon/Methoni et en particulier Avarin/Navarino/Pylos en Morée)4.

  • 5 Boeschoten H., (1990, 140).

4La situation de l’exemple suivant est déjà un peu plus compliquée5 :

  • 6 Venedik körfezinin nihâyetine varıldı kim vilâyet-i Dodoşka kal’asıdır kim bu vilâyetin nısfı Nemse (...)

On arriva au bout du golfe de Venise qui est la forteresse du pays Dodoşka. Une moitié de ce pays est sous la domination de l’empereur des Allemands et l’autre est dans la main des infidèles de Venise. Pour la plupart, son peuple appartient à la tribu des Talyan qui parlent les langues talyan et allemande (SN V 116a)6.

  • 7 Dankoff R. 2004, 29, note 63, en citant Turková H., 1950.
  • 8 Turková H., 1950, 311, 319.
  • 9 Spaho, 1932, voir Turková H., ibidem, 318.
  • 10 Une province de la Slovénie à la frontière autrichienne porte ce nom (voir par exemple http://www.c (...)
  • 11 http://ec.europa.eu/languages/euromosaic/slov2_de.htm janvier 2013.

5Or, Dodoşka est souvent expliqué comme une déformation de (la région) Koruška en Slovénie7. Mais en réalité, Turková suppose que Dodoşka est une déformation de Koruška ou Koroško, noms croate et slovène de la Carinthie8, province d’Autriche qui comprend une minorité slovène. Elle discute et réfute aussi une interprétation antérieure selon laquelle il s’agirait d’une déformation du mot italien « tedesco » pour l’allemand. Se basant sur ces suppositions, Spaho avait voulu voir en Dodoşka la Slovénie et l’Istrie9 d’autant qu’une province de la Slovénie à la frontière autrichienne porte également ce nom10. Si donc les Tâlyân parlent soit le tâlyân, soit l’allemand, le tâlyân désigne peut-être vraiment l’italien. Ce fait semble être corroboré par la remarque d’Evliyâ qu’une partie de Dodoşka est dominée par les Vénitiens. En outre, jusqu’à aujourd’hui une partie de la Slovénie, surtout quelques villes côtières de l’Istrie septentrionale (Koper/Capodistria, Izola/Isola, Piran/Pirano), – l’Istrie méridionale faisant partie de la Croatie –, est une contrée bilingue italienne et slovène11. Si par contre, Dodoşka doit être compris en tant qu’une province partiellement slavophone, nous perdons cet exemple pour l’équation Tâlyân = italien, mais nous en gagnons un pour une nouvelle équation de Tâlyân = slovène.

Lisânı Tâlyânı Fireng désignant « italien » chez Evliyâ

6 Evliyâ, amateur d’étymologie, nous donne une assez vive explication de l’origine du nom de Candie, tout en mettant l’accent sur son interprétation des croyances absurdes des infidèles chrétiens :

  • 12 Der-beyân‑ı esmâ‑i kal’a‑i Kandiye. Evvelâ lisân‑ı Talyan‑ı Freng’de Kanye demek köpek hâne demekdi (...)

 Description des noms de la forteresse de Candie. D’abord Kanye dans la langue tâlyân des Freng désigne la maison au chien, parce que les Freng de Venise adorent un chien à deux ailes appelé San Marko. Comme ils ont établi cette forteresse comme fondation pour le chien San Marko, ils la nomment Kanye (SN VIII 309b)12.

Tâlyân selon le manuscrit ÖNB A.F. 437

  • 13 Flügel G., 1867, 535-537, no 2006.
  • 14 Römer C., 1998.
  • 15 Kraelitz F von, 1911, Mittwoch E., Mordtmann J.H.,1927, Mittwoch E., 1927, Ivušić B., 2012, eadem s (...)
  • 16 Malheureusement nous n’avons eu connaissance des travaux du début du xxe siècle sur ce manuscrit qu (...)

7Dans le cas du manuscrit de la Bibliothèque nationale d’Autriche avec la cote A.F. 43713, une mecmu’a qui fut en la possession du libraire de la librairie impériale de Vienne, Sebastian Tengnagel (1603-1636),14 on a une autre interprétation. Le manuscrit fut probablement compilé du temps de Murâd III (1574-1585) par un renégat né protestant luthérien ou unitarien. Plusieurs théories ont été formulées sur ses origines15. Ce qui semble probable après un siècle de recherches sur ce manuscrit, c’est que son auteur avait été élevé dans un milieu trilingue hongrois-croate-allemand en Hongrie occidentale, et qu’il avait appris le latin. Son nouveau nom musulman était peut-être Şükrî Mehemmed16.

8Les folios 29a-53a contiennent des prières protestantes et les dix commandements en cinq langues (en turc, croate, hongrois, allemand et latin), ainsi qu’un nombre de chants religieux et profanes en allemand et dans d’autres langues.

  • 17 Ve ol emirler nicedir beş dil üzerine şerh eyledüm bu uslûb üzre ki zikr olunur evvel türkî dilince (...)

Et j’ai expliqué en cinq langues la nature de ces commandements, de la façon suivante : d’abord en langue turque, 2) en langue croate, 3) en langue hongroise, 4) en langue allemande, et 5) en langue Tâlyân (29a-29b)17.

  • 18 Ve tâlyânca non okçîdes.
  • 19 Tâlyânca pâter noster kvî es în çelîs.

9Mais, chaque fois que l’auteur met le terme tâlyân comme titre d’un commandement, ou plus tard, d’un verset du Pater noster ou du Credo, c’est bien la version latine et non celle en italien qui suit, par exemple « Et en tâlyân non okçides ( = non occides “tu ne commettras pas de meurtre”) » (31a)18, ou bien « Et en tâlyân pâter noster kvî es în çelîs (Pater noster qui es in caelis = “Notre père qui es aux cieux”) » (33a)19.

  • 20 Dankoff R., 2004, 112.
  • 21 Redhouse J., 1986, 270.

10La différence orthographique entre tâlyân avec un te dans ÖNB A.F. 437 et avec un chez Evliyâ et dans les dictionnaires ne semble pas être grave. La forme dalyan qui désigne une sorte de fusil ancien20 est aussi écrite avec un , et en même temps comme une variante du mot italyan21.

11Par conséquent, la question se pose de savoir si, en recherchant systématiquement dans le Seyahatnâme, on ne trouvera pas le terme tâlyân pour désigner non pas l’italien, mais le latin.

Tâlyân comme « latin » chez Evliyâ ?

  • 22 Dankoff R., 1990, 29, Boeschoten H., 1989, 140.
    Der-beyân‑ı lisân‑ı Fireng‑i pür-ceng: Bunların lisâ (...)

12Un passage notamment a attiré l’attention de plusieurs chercheurs qui, pour la plupart, n’ont pas su expliquer le texte d’une façon satisfaisante. Ce passage fut traduit et par Dankoff et par Boeschoten22.

  • 23 “Language of the war-like Franks. Their language is called Italian (Talyan); but Spain, France, Gen (...)

13D’abord nous regarderons la traduction de Dankoff, bien qu’il n’en rende qu’une partie23 :

La langue des Francs belligérants : Leur langue se nomme Italien (Talyan) ; mais l’Espagne, la France, Gênes, Livourne, le Portugal, Anvers, le Danemark, l’Hollande et l’Angleterre – tous ces royaumes sont des Francs... Leur langue est l’Italien ; mais chacun d’entre eux a son propre dialecte spécial et sa terminologie, et ils ne s’entretiennent entre eux qu’avec l’aide d’interprètes.... La langue la plus éloquente est celle des Vénitiens francs. 

  • 24Description of the language of the quarrelsome Europeans. Their language is called ‘Italian’. Now (...)

14Par contre, Boeschoten traduit tout le paragraphe, dans lequel se trouvent encore quelques remarques que nous pourrions interpréter en faveur de l’hypothèse tâlyân = Latin24.

 Description de la langue des Européens querelleurs. Leur langue se nomme « Italien ». Les rois d’Espagne, de France, de Gênes, du grand-duché de Livourne, du Portugal, de Dunkerque, des Flandres et de l’Angleterre, tous leurs sujets sont des Européens. Mais quelques-uns appartiennent à la religion papiste, d’autres à celle des luthériens, et d’autres à la religion « italienne » ; ils font tous partie de la communauté chrétienne à l’exception des Suisses, des Tchèques, les Karéliens et du peuple des Sol ( ?) qui appartiennent à des sectes de Zoroastriens. Et ils ont des langues terribles comme l’Allemand, l’Hongrois, le Polonais, le Roumain et le Moldave qui sont toutes différentes les unes des autres. Mais la langue des Européens que nous sommes en train de discuter ici est l’Italien. Chacune de ces langues ont différents dialectes, chacun ayant ses expressions et phrases propres, pour se comprendre mutuellement ils ont souvent besoin d’un interprète. La langue la plus éloquente est celle des Vénitiens francs.

15Laissons à part le problème des religions papiste et tâlyân qui pourraient être la même chose, vu que, au début du paragraphe, Evliyâ parle bien des pays de l’Europe occidentale et centrale exclusivement. Il semble qu’il ait eu une notion assez vague des dénominations religieuses, en faisant des peuples de l’Europe centrale et d’autres des Zoroastriens.

16Le fil de la pensée dans la suite du paragraphe revient apparemment à l’Europe occidentale, dont la langue commune serait le Tâlyân et dont les peuples différents se serviraient souvent de l’intermédiaire de drogmans.

17Par conséquent, nous proposons une troisième traduction de ce passage intéressant :

Sur la langue des Fireng pleins d’agressivité. Leur langue se dit le Latin. Mais les peuples des rois d’Espagne, de France, de Gènes, du grand-duché de Livourne, du Portugal, de Dunkerque, de Hollande, d’Angleterre sont tous des Fireng. Quelques-uns d’entre eux sont des papistes, d’autres des Luthériens, et d’autres des Tâlyân ( ?). Mais tous sont des chrétiens. Sauf les Suédois ( ?), les Tchèques, les Caréliens et les Sol ( ?) qui sont des Zoroastriens. Ils ont des langues négligeables ( ?) très diverses. Mais la langue [commune ?] des susdits Fireng est le Latin. Mais chaque [peuple] d’entre eux a un dialecte spécial et des expressions [caractéristiques]. Leurs drogmans interprètent quelques-uns de leurs propos. Et la langue la plus belle est le Fireng vénitien.

18D’après les propos d’Evliyâ, le mot Esfâç doit désigner plutôt les Suédois et non les Suisses :

  • 25 Kavm‑i İsfaç dahi kavm‑i Mesîh'dir, ammâ Luturyan mezhebinde olup başka sikke sâhibi kral‑ı dâldir (...)

Le peuple des İsfaç est également chrétien, mais ils sont dans l’Église luthérienne. C’est un roi égaré avec un droit de battre sa propre monnaie. Depuis le temps de Süleymân Hân il est un grand ennemi des infidèles allemands, et il a pris soixante-dix-sept forteresses allemandes en rompant la trêve avec le mécréant allemand (VI, 126b-127a)25.

On a donc vu jusqu’ici pour tâlyân
l’église Tâlyan
Tâlyân
et Tâlyân‑ı Fireng = italien
Tâlyân = slovène ?
Tâlyân = latin

Lâtîn

  • 26 Dankoff, R., 1989, 29.
  • 27 Der-ayân‑ı lisân‑ı kefere‑i Latin‑i Mesîh-dîn

19Cependant, il faut tenir compte d’une autre expression qui se trouve très souvent dans le Seyahatnâme par laquelle la situation se complique davantage, à savoir Lâtîn. Selon Dankoff26, le latin est confondu par Evliyâ avec les langues slaves. Tout comme Tâlyân, Lâtîn désigne également une quantité de langues pour la plupart Slaves. Étant donné que parfois, dans le Seyahatnâme, il y a des lacunes qu’Evliyâ comptait compléter plus tard, tout justement là où on en aurait eu besoin, il manque, après un titre prometteur, l’explication qui aurait peut-être aidé à résoudre la question du sens du mot Lâtîn : « Sur l’explication de la langue des mécréants Latin chrétiens : ................. …………… » (SN VI 153b)27.

Bosniaque

  • 28 ammâ lisân‑ı Boşnak’da, ya‘nî Latin lisânınca.
  • 29 lisân‑ı Boşnak‑ı Latin’de Novigrad (‑‑‑) (‑‑‑) demekdir. Ici, Evliyâ a laissé une lacune à compléte (...)

20Evliyâ écrit que la langue bosniaque équivaut à la langue latine en disant « Mais dans la langue Boşnak, c’est à dire dans la langue Latin » (SN V 146a)28 ; ou bien « en langue Boşnak-ı Latin Novigrad veut dire (---) (---) » (SN VI, 134a)29.

Croate

  • 30 Hakkâ ki lisân‑ı Hırvad ve lisân‑ı Latin lisân‑ı kadîmdir. Evvelâ lisân‑ı Hırvat lisân‑ı Latin’dir.

21Evliyâ définit, bien que ce soit un peu vague, la langue nommée Lâtîn par le Croate : « Il est vrai que la langue Hırvad et la langue Latin sont des langues anciennes. D’abord la langue Hırvat est la langue Latin »30 (SN V 147b).

22L’exemple suivant qui décrit la religion et la langue de Dubrovnik, nom de lieu rendu en forme pseudo-étymologique par Dobra-Venedik, nous paraît exceptionnellement intéressant.

  • 31 Le sens concessif de la phrase n’est pas bien clair.
  • 32 Ammâ buna Dobra-Venedik derler, başka bir millet‑i kadîmdir. Gerçi millet‑i Nasârâ’dan olup kavm‑i (...)

Mais ils l’appellent Dobra-Venedik, et c’est une autre communauté ancienne. Bien qu’ils appartiennent à la communauté des chrétiens et soient un peuple du Messie31, ils traduisent et lisent/récitent l’Évangile en langue Latin. Leur religion fausse est aussi comme la communauté du Messie, et selon leur croyance fautive, ils se vantent en disant que l’Évangile fut révélé à Sa Sainteté Îsâ dans leur langue Latin. Ce qui est d’ailleurs vrai, c’est que parmi les langues différentes de tous les peuples chrétiens, l’ancienne langue qui, par sa rhétorique et son éloquence ainsi que par les règles de la déclinaison, ressemble à la science de la grammaire et à la langue persane en tant que plaisante et fine, c’est bien cette langue Latin (SN VI 151a)32.

23On peut en effet se demander si dans ce passage le terme Lâtîn, ainsi que le texte l’accompagnant, ne se rapporteraient pas à la traduction croate de la Bible par Bartol Kašić (1575-1650), œuvre non imprimée datant de l’année 1625 (voir l’édition de Rothe 1999-2000).

Lâtîn malentendu pour le Grec ?

24Lors de la description d’Ağrıboz/Eubée/Makri[nisos] Evliyâ donne une étymologie du nom de cette île, qui n’est compréhensible que partiellement, mais qui contient l’identification de makri « grande » par uzun « long » et de diyo par « deux » :

  • 33 ya’nî lisân‑ı Rûm’da „balık ağı yeri“ demekdir, ammâ bundan evvel bu cezîre yerine „Makri[di]yo“ de (...)

Ça veut dire dans la langue des Rums (Grecs) « lieu au filet de pêcheur », mais, avant, on nommait cette île « Makri[di]yo ». En langue Latin Makridiyo se dit pour un endroit allongé. Et vraiment, on appelle cette île « makri », parce qu’elle est longue du côté de Rûmeli. Mais dans la langue des Rums « Makridiyo » veut dire « deux golfes ». Et vraiment, il s’agit d’une île oblongue dans une mer à deux golfes (SN VIII 249b)33.

Une langue slave parmi les autres

25Le nom de la forteresse İstolnî Belgrâd est analysé par une étymologie presque correcte, bien qu’Evliyâ ne sache rien de la dérivation des adjectifs slaves ni du fait que le toponyme Belgrade est un mot composé, par exemple :

  • 34 Lisân‑ı Latin’de ve lisân‑ı Hırvad ve Sırf ve Bulgar ve Boşnak ve Leh ve Rus’da ustolni iskemleye d (...)

En langue Latin, et en Hırvad, Sırf (Serbe), Bulgare, Boşnak, Leh (Polonais) et en Rus on nomme le tabouret ustolni, et blanc bograd, ainsi on dit « la forteresse blanche au tabouret » (SN VII 12b)34.

Le slavon d’Église ( ?)

26Regardons la suite de l’exemple cité plus haut (Croate) :

  • 35 Hakkâ ki lisân‑ı Hırvad ve lisân‑ı Latin lisân‑ı kadîmdir. Evvelâ lisân‑ı Hırvat lisân‑ı Latin’dir (...)

Il est vrai que la langue Hırvad et la langue Latin sont des langues anciennes. D’abord la langue Hırvat est la langue Latin. Mais les langues Hırvat, Boşnak, Sırf, Bulkar, Voynuk, Islovin, Dodoşka, Korol, Leh, Çeh, Libka, Rus, Maskov, les musulmans Heşdek, tous ces susdits peuples parlent la langue Latin, à l’exception des Heşdek et des Lipka, ce sont des chrétiens, ils parlent tous la langue Latin, mais chaque [peuple] d’entre eux a d’autres expressions et dialectes (SN V 147b)35

27Ici aussi, les peuples énumérés par Evliyâ ont une langue commune, cette fois dite « Lâtîn » et qu’il y a de grandes différences entre les langues [parlées ?], tout comme on l’avait vu pour Tâlyân. Dans le cas des Slaves, le terme peut donc s’interpréter comme le slavon d’église, langue commune liturgique des Slaves ayant plusieurs formes différentes selon les peuples divers.

28Cette idée est corroborée par une comparaison qu’Evliyâ donne dans la partie du Seyahatnâme sur l’Afrique :

  • 36 Bu cümle akvâmın lisânların yine kavm‑i Bânyân anlayup Habeş paşası ve kâ’immakâmların yanında terc (...)

Les langues de tous ces peuples se comprennent par le peuple des Bânyân, qui servent de drogmans auprès du pacha de Habeş (Éthiopie) et ses représentants. Car la langue des Bânyân zoroastriens est proche de toutes les langues. Par exemple, dans le pays des chrétiens, en Rûm, celui qui sait la langue Latin, comprend également les autres langues. La langue Bânyân est une langue tout justement pareille (SN X Q 339b)36.

Latin

  • 37 Venedik keferesi târîhleri dahi cümle lisân‑ı Latin’dir.
  • 38 Bu deyre etdikleri hayrâtlarının târîhleri kıble kapusu üzre hatt‑ı Latince tahrîr olunmuşdur. La p (...)

29Enfin, le Seyahatnâme contient une quantité non négligeable de passages où on ne peut pas interpréter l’expression Lâtîn autrement que comme désignant le latin, par exemple : « Les livres d’histoire des infidèles de Venise sont tous en langue Latin » (SN V 140a)37. Aussi n’y a-t-il pas de doute que la langue Lâtîn d’une inscription à Bude soit du latin : « Les dates des dons qu’ils ont faits à ce monastère ont été inscrites en langue Latin au-dessus de la porte de la kıble » (SN VI, 162)38. De même, il ne peut s’agir que du latin quand Evliyâ dit en parlant des cartographes :

  • 39 Le datif n’est pas très compréhensible ici.
  • 40 Bir kaç lisâna mâliklerdir, cümleden lisân‑ı Latin‑i Eflâtîn’e mâliklerdir kim selef hukemâlarına i (...)

Ils savent plusieurs langues. Surtout ils savent la langue Latin d’Eflâtîn [Platon], puisqu’ils ont lu chez ( ?)39 les anciens savants dans les ouvrages astronomiques des livres comme Kitâb‑ı Atlas ve Minor, la géographie et Papamonta (SN I 163a)40.

30Il reste à se demander pourquoi le nom de Platon est combiné avec Lâtîn, mais on a vu supra que ce terme peut s’appliquer aussi au grec. Par ailleurs, il ne faut pas oublier qu’Evliyâ aime beaucoup les jeux de mots et cette combinaison lui donne l’occasion de placer une rime dans son texte, comme il le fait souvent en énumérant des noms. On a vu ce phénomène dans un exemple cité plus haut : Bunların lisânına Talyan lisânı derler, ammâ İşpaniye ve Fransa ve Ciniviz ve Alagorona‑i Grandüka ve lisân‑ı Portakal ve Donkarkız ve Danimarka ve Filimenk ve İngilis .... (voir supra, note 22)

Conclusion

31Dans notre présente contribution, nous sommes loin de pouvoir présenter des résultats sûrs. Mais il nous semble acceptable de suggérer que :

  • Tâlyân signifie et l’Italien et le Latin et peut-être le Slovène,

  • Tâlyân-i Fireng signifie l’Italien

  • Lâtîn signifie le Grec, une langue slave quelconque, le Slave d’église, et le Latin.

Haut de page

Bibliographie

Boeschoten, Hendrik, (1995), »Bosnische Metrik« In: M. Erdal – S. Tezcan (dir.). Beläk Bitig : Sprachstudien für Gerhard Doerfer zum 75. Geburtstag. Wiesbaden : Harrassowitz.

Boeschoten, Hendrik, (1990) “A Short Sample of Seventeenth-Century Venetian Italian in Evliyâ Çelebi’s Seyahat-name”. Journal of Turkish Studies, vol. 14.

Brinkoff, Thomas, « Slovenia : Koroška » [en ligne], mis en ligne le 8 avril 2012, consulté le 8 janvier 2013, http://www.citypopulation.de/php/slovenia-koroska.php.

Commission européenne. « L’italien en Slovénie », L’étude euromosaic. [en ligne], mis en ligne le 27 juin 2012, consulté le 6 janvier 2013, http://ec.europa.eu/languages/index_en.htm.

Dankoff, Robert, Yücel Dağlı, Ali Kahraman, (1999-2007), Evliyâ Çelebi Seyahatnamesi, vol. 1-10. İstanbul: Yapı Kredi Yayınları.

Dankoff, Robert, (2004), Evliyâ Çelebi Seyahatnamesi Okuma Sözlüğü. Katkılarla İngilizceden Çeviren Semih Tezcan. Türk Dilleri Araştırmaları Dizisi : 37. İstanbul: Simurg.

Dankoff, Robert, (1989), “The Languages of the World according to Evliyâ Çelebi”, Journal of Turkish Studies, vol. 13 [Festschrift Gerhard Doerfer], 89-102.

Flügel Gustav, (1867), Die arabischen, persischen und türkischen Handschriften der kaiserlich-königlichen Hofbibliothek zu Wien, vol. 3. Vienne : K.K. Hof-und Staatsdruckerei.

Kahane Henri, Renée Kahane, Andréas Tietze (1958), The Lingua Franca in the Levant, Urbana : University of Illinois Press.

Ivušić, Branka, Harald Bichlmeier (sous presse). »Zur dialektologischen Einordnung deutscher Texte in einer osmanischen Sammelhandschrift vom Ende des 16. Jhs«. In: Tagungsband zur 11. bayerisch-österreichischen Dialektologentagung.

Ivušić, Branka, (2012), »Die südslavischen Aljamiado-Texte der Wiener Sammelhandschrift Flügel 2006«, Die Welt der Slaven, vol. 57 : 380-398.

Kraelitz, Friedrich von (1911), »Ein kroatisches Lied in türkischer Transkription aus dem Ende des XVI. Jahrhunderts«. Archiv für slavische Philologie vol. 32: 613-615.

Mittwoch, Eugen, Johannes Heinrich Mordtmann, (1927), »Die Wiener Sammelhandschrift«. In: Babinger, F. et al. (dir.). Literaturdenkmäler aus Ungarns Türkenzeit – nach Handschriften in Oxford und Wien. Berlin -Leipzig : de Gruyter, p. 70-87.

Mittwoch, Eugen, (1927). »Die deutschen, magyarischen, kroatischen und lateinischen Texte der Wiener Sammelhandschrift«. In: Babinger, F. et al. (dir.) Literaturdenkmäler aus Ungarns Türkenzeit – nach Handschriften in Oxford und Wien. De Gruyter : Berlin – Leipzig, p. 88-130.

Redhouse, James, (1986), Redhouse Yeni Türkçe-İngilizce Sözlük. İstanbul: Redhouse Press.

Römer, Claudia, (sous presse), “Cultural Assimilation of a 16th-Century New Muslim – the mecmua ÖNB A.F. 437”. In: Şahin, İ. (dir.), Actes du 19e colloque du CIÉPO, Van 2010.

Römer, Claudia, (2009), “16.yy Arap Harfleriyle Yazılmış Almanca Dinî ve Dünyevi Metinler ile Evliyâ Çelebi’nin Seyahatname’sindeki Almanca Örnekler-Bir Karşılaştırma”. In: Tezcan, N. (dir.). Çağının Sıradışı Yazarı Evliyâ Çelebi. İstanbul: Yapı Kredi Yayınları, pp. 365-72.

Römer, Claudia, (1998), “An Ottoman Copyist Working for Sebastian Tengnagel, Librarian at the Vienna Hofbibliothek, 1608-1636”. In: Proceedings of the xiith congress of CIEPO, Archív orientální, Supplementa VIII. Prague, p. 330-349.

Rothe, Hermann, (1999-2000), Biblia sacra: versio Illyrica selecta, seu declaratio vulgatae editionis Latinae, Bartholomaei Cassij curictensis e Societate Iesu Professi, ac sacerdotis theologi. Ex mandato Sacrae Congregationis de propag: Fide, Anno 1625. (Biblia Slavica: Ser. 4, Südslavische Bibeln; 2). Paderborn Vienne: Schöningh.

Turková, Helena, (1965), Die Reisen und Streifzüge Evliyā Čelebīs in Dalmatien und Bosnien in den Jahren 1659/61. Prague: Orientalisches Institut in dem Verlagshaus der Tschechoslowakischen Akademie der Wissenschaften.

Turková, Helena, (1950). »Mutmassliche Erklärung des Wortes dudušqa im Seyáhatnáme des Evlijá Čelebí«, Archív Orientální, vol. 18, no. 4, pp. 317-20.

Zenker, Jules Théodore, (1866). Türkisch-arabisch-persisches Handwörterbuch. Leipzig : Engelmann.

Haut de page

Notes

1 Dankoff R. (2004, 29) “The Romance languages .... come under the rubric ‘Italian’”.

2 Zenker J. Th, (1866, 592c).

3 Pour les exemples extraits du Seyahatnâme dont par la suite l’abréviation sera SN, nous avons utilisé l’édition complète réalisée par Dankoff – Dağlı – Kahraman (1999-2007), en laissant la translittération telle quelle. Pour les citations d’autres textes ottomans nous adopterons le même système – c’est à dire ne pas indiquant les diacritiques, mais les voyelles longues. En plus, le vocalisme des suffixes du moyen osmanli sera rendu fidèlement dans ces citations.

4 Lisân-ı Freng‑i Talyanca bu limanın ismine Porto Çunkor derler. Nous ne nous arrêterons pas sur l’étymologie de ce nom de lieu donnée par Evliyâ ensuite, l’important ici étant le mot porto, qui est bien de l’italien.

5 Boeschoten H., (1990, 140).

6 Venedik körfezinin nihâyetine varıldı kim vilâyet-i Dodoşka kal’asıdır kim bu vilâyetin nısfı Nemse çâsârı hükmündedir ve nısfı Venedik küffârı destindedir. Ekseriyyâ halkı kavmi Talyan’dır kim lisânı Talyanca ve Nemsece kelimât ederler.

7 Dankoff R. 2004, 29, note 63, en citant Turková H., 1950.

8 Turková H., 1950, 311, 319.

9 Spaho, 1932, voir Turková H., ibidem, 318.

10 Une province de la Slovénie à la frontière autrichienne porte ce nom (voir par exemple http://www.citypopulation.de/php/slovenia-koroska.php (8 janvier 2013).

11 http://ec.europa.eu/languages/euromosaic/slov2_de.htm janvier 2013.

12 Der-beyân‑ı esmâ‑i kal’a‑i Kandiye. Evvelâ lisân‑ı Talyan‑ı Freng’de Kanye demek köpek hâne demekdir, zîrâ Venedik Frengi San Marko nâm iki kanatlı köpeğe tapup bu kal’ayı San Marko köpeğe vakf etdiklerinden Kanye derler.

13 Flügel G., 1867, 535-537, no 2006.

14 Römer C., 1998.

15 Kraelitz F von, 1911, Mittwoch E., Mordtmann J.H.,1927, Mittwoch E., 1927, Ivušić B., 2012, eadem sous presse.

16 Malheureusement nous n’avons eu connaissance des travaux du début du xxe siècle sur ce manuscrit qu’assez récemment par le contact établi avec Mme Branka Ivušić (Hamburg) et par la gentillesse de M Nedim Zahirović (Leipzig), dont nous le remercions vivement.

17 Ve ol emirler nicedir beş dil üzerine şerh eyledüm bu uslûb üzre ki zikr olunur evvel türkî dilince 2 ikincisi hırvât dilince 3 ücüncisi macâr dilince 4 ve dördüncisin âlâmân dilince 5 beşincisin tâlyân dilince.

18 Ve tâlyânca non okçîdes.

19 Tâlyânca pâter noster kvî es în çelîs.

20 Dankoff R., 2004, 112.

21 Redhouse J., 1986, 270.

22 Dankoff R., 1990, 29, Boeschoten H., 1989, 140.
Der-beyân‑ı lisân‑ı Fireng‑i pür-ceng: Bunların lisânına Talyan lisânı derler, ammâ İşpaniye ve Fransa ve Ciniviz ve Alagorona‑i Grandüka ve lisân‑ı Portakal ve Donkarkız ve Danimarka ve Filimenk ve İngilis bu kralların cümle kavimleri cümle Fireng’dir, ammâ kimi Papişta mezhebinde ve kimi Luteryan mezhebinde ve kimi Talyan mezhebinde olup, ammâ cümlesi millet‑i Mesîhiyye (müsehîye)dendirler. [150a] İllâ İsfaçir ve Çeh ve Korol ve kavm‑i Sol Mecûsî mezheblerdir. Ve lisânları Nemse ve Macar ve Leh ve Eflâk ve Boğdan gibi başka başka lisân‑ı elfâz‑ı mühmele (mehîleleri) vardır, ammâ mezkûr Firenglerin lisânları lisân‑ı Talyan’dır, ammâ her birinin birer gûne lehce‑i mahsûsaları olup bir gûne ıstılâhât [u] ibârâtları vardır. Niçe kelimâtların birbirleriyle tercümânları anladır. Cümleden fasîh Venedik Firengi lisânıdır (SN V 149b-150a). Nous mettons les translittérations en question effectuées par Boeschoten entre crochets.

23 “Language of the war-like Franks. Their language is called Italian (Talyan); but Spain, France, Genoa, Livorno, Portugal, Antwerp, Denmak, Holland and England – all of these kingdoms are Franks… Their language is Italian; but each one has its own special dialect and terminology, and they communicate with one another only with interpreters … The most eloquent is the language of the Frankish Venetians”.

24Description of the language of the quarrelsome Europeans. Their language is called ‘Italian’. Now the kings of Spain, France, Genova, and the grand-duchy of Livorno, Portugal, Dunkirk, Flanders and England, all subjects of all of them are Europeans. But some belong to the Papist, some to the Lutheran and others to the ‘Italian’ (!) religion; however, all of them are part of the Christian community except for the Swiss, the Czechs, the Karelians and the people of Sol (?); they belong to sects of fire-worshippers. And they have terrible languages and tongues, such as German, Hungarian, Polish, Rumanian and Moldavian, which are all different from one another. But the language of the Europeans we are discussing is Italian. Each of these languages again has various dialects, each with its own expressions and sayings, to understand each other they often need an interpreter. Most eloquent of all is the language of the Venetians”.

25 Kavm‑i İsfaç dahi kavm‑i Mesîh'dir, ammâ Luturyan mezhebinde olup başka sikke sâhibi kral‑ı dâldir kim Süleymân Hân zamânından berü Nemse küffârına hasm‑ı kavî olup yetmiş altı pâre Nemse kal‘ası alup Alaman kâfirinin amânın kesmişlerdir.

26 Dankoff, R., 1989, 29.

27 Der-ayân‑ı lisân‑ı kefere‑i Latin‑i Mesîh-dîn

28 ammâ lisân‑ı Boşnak’da, ya‘nî Latin lisânınca.

29 lisân‑ı Boşnak‑ı Latin’de Novigrad (‑‑‑) (‑‑‑) demekdir. Ici, Evliyâ a laissé une lacune à compléter à une date postérieure.

30 Hakkâ ki lisân‑ı Hırvad ve lisân‑ı Latin lisân‑ı kadîmdir. Evvelâ lisân‑ı Hırvat lisân‑ı Latin’dir.

31 Le sens concessif de la phrase n’est pas bien clair.

32 Ammâ buna Dobra-Venedik derler, başka bir millet‑i kadîmdir. Gerçi millet‑i Nasârâ’dan olup kavm‑i Mesîh’dirler, ammâ kitâb‑ı İncîl’i Latin lisânı üzre tercüme edüp kırâ’at ederler. Âyîn‑i bâtılaları yine millet‑i Mesîh gibidir ve zu’m‑ı bâtıllarınca „İncîl kıbel‑i Hak’dan Hazret‑i Îsâ’ya bizim Latin lisânı üzre nâzil olmuşdur“ deyü tefâhür kisb ederler. Hakîkatü’l-hâl cemî’i millet‑i Nasârâ’nın elsine‑i muhtelifelerinin fasîh u belîğ ve kavâid‑i i’râb ile ilm‑i nahv gibi ve lisân‑ı Acem gibi zarîf ü latîf lisân‑ı kadîm bu Latin lisânıdır.

33 ya’nî lisân‑ı Rûm’da „balık ağı yeri“ demekdir, ammâ bundan evvel bu cezîre yerine „Makri[di]yo“ derler imiş. Ve lisân‑ı Latin’de „Makridiyo“ uzun yere derler. Hakkâ bu cezîre dahi Rûmeli tarafına uzun vâki’ olduğiyçün „makri“ derler. Ammâ lisân‑ı Rûm’da „Makridiyo“ „iki boğaz“ demekdir. Hakkâ ki hâlâ iki boğaz deryâsı içinde bir cezîre‑i tûlânîdir.

34 Lisân‑ı Latin’de ve lisân‑ı Hırvad ve Sırf ve Bulgar ve Boşnak ve Leh ve Rus’da ustolni iskemleye derler, bograd beyâza derler, ya’nî Beyâz İskemle kal’ası derler.

35 Hakkâ ki lisân‑ı Hırvad ve lisân‑ı Latin lisân‑ı kadîmdir. Evvelâ lisân‑ı Hırvat lisân‑ı Latin’dir ammâ Hırvad’ın başka lehce‑i mahsûsa ıstılâh [u] ibârâtları vardır, lâkin lisân‑ı Hırvat ve Boşnak ve Sırf ve Bulkar ve Voynuk ve Islovin ve Dodoşka ve Korol ve Leh ve Çeh ve Libka ve Rus ve Maskov ve Heşdek müslimleri bu cümle mezkûr milel cümle lisân‑ı Latince kelimâtlar edüp Heşdek’den ve Lipka’dan mâ’adâsı millet‑i Mesîhiyye’den olup cümle lisân‑ı Latince kelimât ederler, ammâ her birinin birer gûne ıstılâhları ve lehceleri vardır. – Voynuk désigne des soldats frontaliers, Korol est identifié au Frioul, Lipka à Licca à la frontière dalmatienne-croate, tandis que les Rus doivent être interprétés comme Ukrainiens, les Maskov comme Russes, et les Heşdek comme Başkurt/Bachkires (Dankoff 1989, 29, et note 63 en citant Turková 1965, 130). Pour la traduction anglaise de ce passage, voir Dankoff 1989, 29.

36 Bu cümle akvâmın lisânların yine kavm‑i Bânyân anlayup Habeş paşası ve kâ’immakâmların yanında tercümânlık ederler. Zîrâ âteş-perest Bânyân lisânları cümle lisâna karîbdir. Meselâ Rûm’da mülk‑i Nasârâ’da lisân‑ı Latin bilen gayrı lisânları anladığı gibi Bânyân lisânı dahi eyle bir lisândır. Les Bânyân sont des Indiens qui habitent la côte de la mer Rouge, cf. Dankoff 1989, 25.

37 Venedik keferesi târîhleri dahi cümle lisân‑ı Latin’dir.

38 Bu deyre etdikleri hayrâtlarının târîhleri kıble kapusu üzre hatt‑ı Latince tahrîr olunmuşdur. La porte de la kıble, de la direction vers La Mecque, doit être à peu près celle du midi.

39 Le datif n’est pas très compréhensible ici.

40 Bir kaç lisâna mâliklerdir, cümleden lisân‑ı Latin‑i Eflâtîn’e mâliklerdir kim selef hukemâlarına ilm‑i hey’et üzre te’lîfâtlarında Kitâb‑ı Atlas ve Minor ve Coğrâfiyye ve Papamonta misilli kitâbları okuyup. Il s’agit évidemment de l’Atlas Minor de Mercator, paru en 1631, dont Evliyâ a corrompu le titre. Papamonta est dérivé de mappa mundi « mappemonde », cf. Kahane-Kahane-Tietze 1958, 290-291, no 394.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudia Römer, « La langue européenne nommée Tâlyân chez Evliyâ Çelebi et ailleurs  », Cahiers balkaniques, 41 | -1, 117-128.

Référence électronique

Claudia Römer, « La langue européenne nommée Tâlyân chez Evliyâ Çelebi et ailleurs  », Cahiers balkaniques [En ligne], 41 | 2013, mis en ligne le 19 mai 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ceb/3977 ; DOI : 10.4000/ceb.3977

Haut de page

Auteur

Claudia Römer

Professeur

Université de Vienne

Haut de page