Navigation – Plan du site
Compte-rendu

Anna Pouradier Duteil-Loizidou (édit.), Consulat de France à Larnaca, documents inédits pour servir à l’histoire de Chypre

Faruk Bilici
Référence(s) :

Anna Pouradier Duteil-Loizidou (édit.), Consulat de France à Larnaca, documents inédits pour servir à l’histoire de Chypre, (tomes I-VI /1660-1710), Centre de recherche scientifique, sources et études de l’histoire de Chypre, Nicosie, 1991-2009

Texte intégral

1L’ouvrage important entrepris depuis 1991 par Anna Pouradier Duteil-Loizidou, actuellement directrice du Centre de recherche scientifique de Chypre, consiste à publier des documents issus des archives françaises, documents judicieusement choisis nous permettant d’étudier de près l’histoire de Chypre.

2Publiés par le Centre de recherche scientifique, les six volumes parus jusqu’à aujourd’hui couvrent respectivement les périodes allant de 1660 à 1669 (t. I, 307 p.), de 1696 à 1699 (t. II, 372 p.), de 1700 à 1702 (t. III, 449 p.), de 1703 à 1705 (t. IV, 432 p.), de 1706 à 1708 (t. V, 539 p.), de 1709 à 1710 (t. VI, 381 p.). L’intérêt de cet ouvrage pour l’histoire de Chypre, comme pour l’histoire du commerce et plus généralement pour la présence française en Méditerranée orientale est évident. En l’absence d’une documentation similaire dans les archives locales et à défaut de pouvoir réaliser une étude similaire à partir des archives turques existantes à Istanbul aux Archives de la Présidence du Conseil, ces documents revêtent une importance primordiale. L’idéal, c’est de pouvoir les compléter avec les archives ottomanes ainsi qu’avec les archives britanniques.

3La documentation abondante publiée dans cet ouvrage provient essentiellement des Archives nationales de France, des Archives du ministère des Affaires étrangères (Paris et Nantes), des Archives de la Chambre de commerce de Marseille, de la Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits occidentaux.

4Publiés systématiquement et dans une continuité chronologique, les documents présentés dans cet ouvrage sont d’une richesse exceptionnelle dans la mesure où, à notre connaissance, c’est la première fois que l’on entreprend un travail de ce genre pour un consulat de France dans une ville portuaire de l’Empire ottoman. Entourés de nombreux commentaires, notes, glossaires, index et bibliographie, ces documents font l’objet d’un soin particulier dans leur présentation.

5Les introductions conséquentes qui accompagnent chaque volume procèdent à des analyses globales en plusieurs parties. Elles suivent un découpage plus régulier à partir du troisième tome.

6Examinons précisément l’introduction du troisième tome (p. 15-40). La première partie concerne le consul, la nation française et les députés. Dans cette partie, nous découvrons des éléments biographiques des fonctionnaires (secrétaire, drogman), le consul en tête, mais aussi le quotidien, les querelles. La seconde partie est réservée à la navigation, au pavillon français, à la peste et aux problèmes de la santé etc, la troisième partie de l’introduction traite du commerce, des produits locaux précieux comme la soie, ainsi que des difficultés de l’exportation des céréales, du coton et s’achève par le commerce des armes. C’est dans cette partie qu’est traitée également la question qui revient systématiquement dans chaque volume, des objets archéologiques et culturels généralement achetés pour le roi ou les ministres collectionneurs. La quatrième partie concerne le consulat de France et les droits de consulat que payent les Ragusains et les Vénitiens. La cinquième partie évoque les Français et le Levant en général. L’administration ottomane locale et les pachas, gouverneurs de Chypre font l’objet de la sixième partie. La révolte déclenchée à Nicosie en février 1701 contre Ahmed Pacha et qui durera jusqu’au mois de juin constitue la septième partie. Comme dans toutes les périodes, les affaires religieuses (8e partie) font partie des préoccupations principales des consuls : des persécutions des catholiques, des pèlerins qui voyageaient vers les Lieux saints en passant par Chypre, ou encore des Chrétiens qui « voulaient se faire turcs » (se convertir à l’islam), ou enfin les relations des français avec la population orthodoxe etc. Enfin la question de la piraterie et des corsaires sont le lot quotidien des consuls et pour cette raison, une partie y est consacrée.

7Ces documents reflètent naturellement les démarches diplomatiques auprès des autorités ottomanes, les querelles des ressortissants français entre eux, mais aussi avec la population locale. La vie des négociants, artisans, médecins, aventuriers dans ces pays lointains fait l’objet de développements, même si tous les volumes ne suivent pas le même ordre. Par exemple l’introduction du VIe volume commence par une première partie indiquant la situation de la Sublime Porte à cette période du règne d’Ahmed III, une seconde partie sur la situation générale de Chypre où l’instabilité des gouverneurs marque la vie politique locale. La troisième partie est réservée à « la situation en France, ses représentants à la Sublime Porte et ses intérêts commerciaux au Levant ». Une quatrième partie est consacrée « à la situation en Méditerranée », tandis que « la situation au sein de la nation française à Chypre » traite les différentes questions internes à la communauté française dans l’échelle. Naturellement les affaires religieuses à la fois à Larnaca, sur l’île mais aussi les différentes missions et pèlerins transitant par Chypre pour se rendre aux Lieux saints ont droit à une partie, la sixième. L’introduction de ce volume se termine par la mort en août 1710 du consul de France, et les questions de sa succession.

8Naturellement la saveur à la fois du style et du contenu des milliers de documents publiés avec un soin particulier nous offre des tableaux extrêmement vivants de Larnaca. Mais ce qu’Anna Pouradier Duteil-Loizidou publie sous forme d’annexes est aussi intéressant que la partie « documents », puisque ces annexes couvrent généralement les dépenses et comptes de la nation française à Chypre, les inventaires après décès des négociants, capitaines, religieux, médecins et autres français à Chypre ; ces documents sont précieux pour évaluer la situation sociale et financière des ressortissants français. De la même manière, les ordonnances royales, les conventions et délibérations de la Chambre de commerce de Marseille relatives à l’île de Chypre font l’objet de publications.

9Nous savons qu’Anna Pouradier Duteil-Loizidou est en train de préparer les volumes suivants. Nous formulons le souhait que ce travail immense puisse un jour aboutir afin que la communauté scientifique trouve à sa disposition un outil précieux de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Faruk Bilici, « Anna Pouradier Duteil-Loizidou (édit.), Consulat de France à Larnaca, documents inédits pour servir à l’histoire de Chypre », Cahiers balkaniques [En ligne], 41 | 2013, mis en ligne le 20 mai 2013, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ceb/4463

Haut de page

Auteur

Faruk Bilici

Articles du même auteur

Haut de page