Navigation – Plan du site
Grèce-Roumanie : héritages communs, regards croisés

Regards croisés sur les transferts culturels gréco-roumains : bilan d’un siècle (xxe siècle)

A Cross-study in Greco-Romanian Cultural Exchanges: Taking Stock of the 20th Century
Anna Tabaki

Résumés

Dans cette approche, je vais essayer d’esquisser, à travers le travail d’une pléiade de savants grecs et roumains, les intérêts réciproques, les similitudes thématiques ainsi que quelques grandes pistes de recherche concernant les transferts culturels gréco-roumains dans la diachronie et dans la synchronie cultivées des deux côtés tout au long du xxe siècle. Nous retrouvons maintes attitudes convergentes concernant l’étude de la tradition byzantine et post-byzantine (tant sur le plan idéologique que littéraire), la réception des idées des Lumières et la formation de l’esprit moderne, le comparatisme littéraire, le système d’éducation et la place tenue par la langue grecque, les mouvances idéologiques de l’historiographie au cours du xxe siècle (histoire des idées, histoire des mentalités, histoire économique et sociale). Certes, à l’épicentre demeurent toujours et pour cause quelques phénomènes majeurs et polyvalents, tels le phanariotisme et la diaspora grecque en Roumanie.

Haut de page

Texte intégral

1En guise de préambule, j’aimerais souligner que cette présentation n’est qu’une ébauche. Il ne s’agit que d’une toute première tentative de regrouper quelques thèmes majeurs et des domaines d’intérêt scientifique commun qui ont préoccupé les savants des deux pays au cours du xxsiècle, tâche dont j’admets les limites naturelles, les difficultés et les inévitables et nombreuses lacunes. Certes, le sujet demeure séduisant, étant donné que ce colloque qui a eu lieu à Paris s’harmonise à merveille avec l’instrument linguistique prépondérant, utilisé réciproquement par les chercheurs roumains et grecs, le français, une langue hégémonique de culture dans le Sud-Est de l’Europe, notamment au cours du xixe et du xxe siècle1. Cette tradition, quoique persistante, semble avoir désormais reculé, comme le canon du langage scientifique qui se soumet de plus en plus à la norme anglo-saxonne.

2Ce que je propose comme « regards croisés » s’appuie sur une longue tradition de coexistence intellectuelle dont le grand historien roumain Nicolae Iorga a offert une analyse qui demeure dans ses grandes lignes toujours valable ; je me réfère évidemment à sa synthèse emblématique Byzance après Byzance (1935). Quelques décennies plus tard, Ariadna Camariano-Cioran, de souche grecque, dans son ouvrage fondamental sur les Académies princières de Bucarest et de Jassy (1974) a démontré, par le biais de sa méthode déductive, celle d’une archiviste de grande envergure, l’osmose survenue dans le domaine de l’éducation et des lettres, après avoir présenté et interprété dans son introduction les facteurs idéologiques majeurs. Suivant la riche filière intellectuelle de quelques personnalités de renom, à savoir des « précurseurs téméraires », comme C. Erbiceanu, N. Iorga, A. D. Xenopol, qui ont modifié les conceptions figées, héritées du xixe siècle, concernant l’époque phanariote et le rôle assumé par la culture grecque à l’émergence de la modernité roumaine, ayant également bénéficié au cours de sa formation, auprès de son oncle Démosthène Russo, de tous les avantages d’un apprentissage hautement scientifique, Ariadna Camariano-Cioran a intégré dans sa thématique, dès sa thèse de doctorat2 une vaste période allant de Byzance au xxsiècle. Nous y relevons quelques axes pertinents : a) la réception des œuvres de l’Aufklärung française et allemande dans le Sud-Est européen ; b) la circulation des éditions grecques et roumaines ; c) la diffusion des idées révolutionnaires et la réaction du Patriarcat ; d) des questions se rapportant à l’éducation grecque en Roumanie. Procédant à son investigation par étapes, et arrivant à ses conclusions après une approche exhaustive et globale du problème traité, elle réussit à dépasser les contours d’une historiographie traditionnelle, débouchant, dirais-je, tant par tempérament que par formation, sur le domaine exigeant de l’histoire des idées. Son optique d’ailleurs ne pouvait qu’être influencée par l’esprit critique des savants dont la pensée lui était proche, comme Alexandru Elian, Victor Papacostea ou N. Cartojan3.

  • 4 Voir Yorgos Kehagioglou, H παλαιότερη πεζογραφία µας [Notre littérature en prose plus ancienne], vo (...)
  • 5 A. Duţu, « Survivances byzantines et attrait de l’immédiat : Le témoignage des livres populaires su (...)
  • 6 A. Duţu, Les livres de sagesse dans la culture roumaine. Introduction à l’histoire des mentalités s (...)

3Parlant de littérature, dans le sens large du terme correspondant aux réalités culturelles de toute la période qui précéda le xixsiècle4, admettons qu’un point de repère d’homogénéité culturelle de caractère « post-byzantin » soit offert par les divers recueils de sentences et de maximes, les miroirs des princes, les chroniques, les romans médiévaux (µυθιστορίες) et les livres populaires (comme Le Roman d’Alexandre, Le Roman de Troie, Imbérios et Margarona, Syndipas, Stephanitès et Ichnilatès, etc.), où peuvent se ranger également au fur et à mesure les produits savants de la Renaissance crétoise, victimes d’une dévalorisation graduelle et intégrés désormais dans le circuit des lectures populaires. Dans les cours princières aussi bien qu’au Phanar, on avait cultivé les formes narratives traditionnelles tout au long des xve-xviiisiècles5. L’un des domaines les plus fortement influencés par l’apport de la tradition sophiologique byzantine, qui caractérise la période de la Frühaufklärung dans le Sud-Est de l’Europe, couvrant les premières décennies du xviiisiècle, fut celui des « livres de sagesse » et des « miroirs des princes »6. Ces genres combinent un certain nombre d’éléments venant de traditions antérieures, remontant aux stoïciens gréco-romains, à l’éthique théologique des premiers siècles chrétiens jusqu’à ce qu’on appelle speculum principis, c’est-à-dire les textes parénétiques servant à l’éducation du futur souverain.

4Cette vaste piste de recherche, allant des textes post-byzantins jusqu’au xixe siècle, a préoccupé une pléiade de chercheurs ; je cite à titre d’exemple N. Cartojan, B. Munteano, les frères Camariano, Dan Simonescu, et Alexandru Duţu qui proposa dans sa synthèse exemplaire Les livres de sagesse dans la culture roumaine. Introduction à l’histoire des mentalités sud-est européennes (1971), une évolution typologique du genre, parfaitement pertinente dans nos deux cultures (grecque et roumaine).

  • 7 Traitant la réception de Shakespeare, de Tchekhov, les échos en Roumanie de la littérature ibérique (...)
  • 8 À la suite des événements de 1989, marquant l’aube d’une ère nouvelle, il médita intensément sur l’ (...)

5Je me permettrai de m’attarder un peu sur Alexandru Duţu qui fut un comparatiste de dimension internationale. Au cours de sa vie intellectuelle, il quitta la démarche comparatiste traditionnelle, centrée sur la « réception » et les échanges culturels, démarche visible dans ses premiers travaux7, s’orientant progressivement vers l’histoire des idées et l’histoire des mentalités. Il ne s’agissait point d’une rupture totale avec le comparatisme littéraire, mais plutôt d’une osmose fructueuse de ses centres d’intérêt, comme le démontra sa synthèse Literatura comparată şi istoria mentalităţilor (1982). Les domaines qui l’ont séduit de façon durable furent l’histoire culturelle, les mouvements esthétiques et les interactions des idées (Humanisme, Baroque, Lumières), l’imaginaire symbolique, l’éthique, à laquelle il s’intéressa de bonne heure. Parmi les autres pistes qui lui étaient chères, de concert avec les influences reçues en Grèce dans les années 1980, retenons : le regard de l’autre, le commun et le différent, l’émergence des constantes et des ruptures dans la société sud-est européenne ainsi que son processus de modernisation8.

6En ce qui concerne sa pérégrination intellectuelle, j’aurais la tentation de discerner, toutes proportions gardées, les paramètres d’une trajectoire quasi similaire avec celle d’un de ses prédécesseurs les plus illustres dans le Sud-Est de l’Europe, C. Dimaras, comparatiste et historien des idées qui fit école en Grèce. Malgré le fait que ce dernier – renonçant de bonne heure (dans les années 1930), de son propre aveu, à la critique idéaliste et à l’esthétisme, et se tournant vers le renouvellement lancé par l’histoire des idées – n’a jamais adhéré à l’histoire des mentalités, de nombreuses affinités éclectiques visant les instruments de travail et la place accordée à l’« outillage mental » l’associent à Alexandru Duţu. Certes, il est étonnant que tous les deux, quoique d’un naturel un peu distant et, dirais-je, entièrement dévoués à la méditation et à la recherche (de façon tant physique qu’institutionnelle), aient exercé une influence considérable sur leur entourage, mais surtout sur la postérité, en produisant un grand nombre d’élèves, de manière directe ou même indirecte9.

7Il est notoire que dans nos deux cultures c’est dans les années 1940 qu’émerge un intérêt pour l’étude systématique des Lumières ; en Grèce, nous devons l’impact du terme à C. Th. Dimaras, tout d’abord en 1945 dans un article publié dans Dimokratika Chronika (« La Révolution française et les Lumières grecques ») et sa consolidation dans son Histoire de la littérature néohellénique (Athènes, 1948, 1949)10 ; en Roumanie, nous avons la synthèse de Dimitrie Popovici, La littérature roumaine à l’époque des Lumières (Sibiu, 1945).

  • 11 R. Theodorescu a élaboré le schème des « corridors culturels » ; voir de cet auteur « Au sujet des (...)

8Incontestablement, le processus d’interpénétrations, d’influences et d’échanges mutuels, retrouvé en permanence dans les relations intellectuelles au cours de cette période critique, constitue l’un des chapitres les plus riches et les plus intéressants quant à la diffusion des idées dans le cadre socioculturel et géopolitique du Sud-Est européen11.

9Lors de l’unification assurée par la pax ottomanica, la culture grecque a assumé, on l’a évoqué à maintes reprises, un rôle interbalkanique. Elle a servi de chaînon à la survivance de la tradition classique et à la continuité de la culture post-byzantine, surtout à travers les codes éducatifs et le système d’enseignement, présentant également à travers ce dernier un anneau unificateur pour les groupes ethniques composant le Sud-Est de l’Europe ; elle a été, en même temps, un intermédiaire très actif, qui a facilité les contacts avec les autres civilisations, notamment avec l’Occident. Il s’agit ici d’un schème éloquent de polyvalence des intermédiaires culturels. Pour que les produits culturels de l’Europe puissent arriver jusqu’à l’aire géographique du Sud-Est, le rôle d’intermédiaire a été assumé à tour de rôle par les langues italienne, française ou allemande – véhicules, elles aussi, à double portée, tout d’abord nationale, et en second lieu, étrangère, c’est-à-dire des lettres anglaises ou espagnoles. Ce phénomène de transfert culturel, qui n’a pas été absent au cours des siècles précédents, atteint sa densité maximale pendant l’ère des Lumières. Or, la langue grecque, assimilant les connaissances nouvelles par la filière européenne, tout en obéissant aux normes de chaque époque donnée, transmettra à son tour, et pendant une longue durée, les acquisitions d’un savoir chaque fois renouvelé aux cultures sud-est européennes, notamment roumaine.

10Nous disposons d’une longue et très fertile filière de textes traduits (je me réfère tant aux textes édités qu’aux manuscrits) qui ont réciproquement fécondé nos deux cultures, appartenant à maintes sphères du savoir. La coexistence du manuscrit et de l’imprimé est toujours un cas à retenir, car tous deux ont pu satisfaire les besoins d’un circuit de lettrés déterminé, presque à titre égal. D’autre part, parlant du xviiie et du xixsiècle, la familiarité avec des genres et des textes nouveaux et l’alignement sur les visages renouvelés de la culture occidentale s’élaborèrent à travers le processus parallèle : manuscrit/imprimé. L’impact de certains mouvements esthétiques, tels le baroque, le préromantisme, ou plus précisément de certains genres, tels le roman sentimental, le picaresque, etc., survient presque exclusivement par le biais de traductions. Je ne voudrais pas insister ici davantage sur cet aspect très riche des transferts culturels, car je l’ai exhaustivement traité ailleurs12.

  • 13 Cornelia Papacostea-Danielopolu a étudié dans sa thèse de doctorat le milieu culturel gréco-roumain (...)
  • 14 Outre de nombreuses études rédigées en français, retenons sa thèse de doctorat sur Benjamin de Lesb (...)
  • 15 Le premier journal grec a été récemment étudié sous une perspective méthodologique renouvelée par A (...)
  • 16 Je cite son approche exhaustive sur la formation de la prose narrative grecque moderne : Stessi Ath (...)

11Beaucoup de chercheurs ont prêté leur attention à ce phénomène : les frères Camariano, Ariadna et Nestor, Cornelia Papacostea-Danielopolu13. Un exemple culminant de souci comparatiste dans le processus d’étude intellectuelle du Sud-Est européen est représenté par C. Th. Dimaras et par sa postérité, ayant eu à l’épicentre de leurs recherches les pistes indiquées par lui : je cite à titre d’exemple Loukia Droulia, qui s’adonna à tour de rôle à l’étude du mouvement philhellénique, à l’histoire du livre et à la littérature de voyage, Roxane D. Argyropoulos qui a étudié avec assiduité la réception de la pensée philosophique dans l’aire sud-est européenne14, Dimitris Spathis, ayant orienté sa recherche vers la dramaturgie, ainsi que moi-même. Le champ de la réception préoccupa aussi Léandros Vranoussis, érudit confirmé par ses études sur Rhigas et l’Ephéméris de Markides Pouliou15 ; citons enfin, parmi les représentants d’une plus jeune génération, Stessi Athini16.

12Il est tout de même notoire que, vu les disponibilités créées, ces expérimentations trouvèrent une pépinière dans la société mixte gréco-roumaine des Principautés danubiennes ; de là, elles rayonnèrent discrètement dans quelques noyaux culturels à cheval sur plusieurs cultures, comme le cercle viennois formé par Rhigas, etc.

13Si l’on veut comparer l’évolution des Lumières « centrales », nées et exprimées dans les territoires du « classique » quadrilatère inaugural, avec les Lumières considérées comme « périphériques », le Sud-Est de l’Europe a connu, dans la plupart des cas, les étapes successives du mouvement. Certes, les Lumières néohelléniques ont joué le rôle de catalyseur dans un processus d’assimilation éclectique. Dans ce complexe, la formation de quelques spécificités est un paramètre tout à fait pertinent. En particulier, dans deux cultures balkaniques, à savoir la culture grecque et la culture roumaine, qui demeurent à l’épicentre de notre analyse, existe un processus évolutif satisfaisant. Nous suivons aisément ses traces, allant de l’aube des Lumières au mûrissement du phénomène de pair avec le renforcement du radicalisme et de la prise de conscience nationale. Dans les deux cas, outre l’adoption du néo-classicisme, des courants de sensibilité de nature préromantique s’esquissent nettement. Toute une gamme d’indices a été d’ailleurs révélée. Si je m’attarde sur le second réseau d’influences, c’est que, malgré le fait qu’il n’est pas ignoré, il est souvent méconnu. Il englobe pourtant un bon nombre de traductions (Florian, Marmontel, Fénelon, Gessner, « des romans, en d’autres termes, qui propagent la nouvelle vertu, la sensibilité ») aussi bien que des compositions originales.

  • 17 Voir Anna Tabaki, « Rhigas Vélestinlis entre les Lumières et le Romantisme », Actes du Colloque int (...)
  • 18 M. Anghelescu, Preromantismul Românesc (pînă la 1840), Editura Minerva, Bucarest, 1971, p.  249.
  • 19 P. M. Kitromilides, Ρήγας Βελεστινλής. Θεωρία και Πράξη [Rhigas Velestinlis. Théorie et action], éd (...)

14Dans la pépinière que constituaient les Principautés roumaines de la seconde moitié du xviiie siècle, l’on peut donc retrouver à plusieurs niveaux d’expression culturelle ou plus précisément poétique, et à maintes reprises, la présence de notions esthétiques préromantiques, ainsi que l’élan de la sensibilité, du sentimentalisme17, en tant que prédispositions diffuses, de concert avec l’idéal moral et didactique issu de l’esprit des Lumières18. Ces deux notions s’avèrent compatibles. Vers la fin du siècle, l’élan romantique renforcera, ainsi qu’il fut remarqué par Paschalis P. Kitromilidès, chercheur assidu des phénomènes sociopolitiques et culturels sud-est européens, le libéralisme des Lumières19.

15Parcourant le xixsiècle très rapidement, je voudrais mettre l’accent sur quelques similitudes dérivant surtout de la vision commune, suite à la création des nouveaux États, destinées à fixer le caractère national. Cette vision prépondérante laissa ses traces tant sur les genres littéraires et dramatiques cultivés, où l’on pourra discerner un grand penchant pour la critique sociale et la satire, que sur le mouvement de traductions, où l’on retrouve un penchant commun dans les cultures balkaniques pour l’adaptation à utilité nationale.

  • 20 Cornelia Papacostea-Danielopolu, « La vie culturelle des communautés grecques de Bucarest [et de Ro (...)
  • 21 Les deux livres, traduits en grec, ont été publiés sous les auspices de la Fondation Nationale de l (...)

16Parmi les premiers chercheurs qui s’étaient penchés de manière systématique sur le xixe siècle roumain, essayant d’étudier la persistance de la culture grecque après la formation des États nationaux, ainsi que les osmoses survenues dans les deux cultures, il y eut Cornelia Papacostea-Danielopolu (disparue en 1998), fille de Victor Papacostea, néo-helléniste confirmée au niveau européen, par une série d’articles20 et de monographies dont la dernière a été consacrée aux communautés grecques en Roumanie et à leur action civilisatrice et éducative (Comunităţile greceşti din România în secolul al xix-lea, Editura Omonia, 1995). De son côté, Olga Cicanci, de souche grecque par son grand-père maternel, récemment disparue (en février 2013), ayant consacré une grande partie de sa recherche au phénomène de la diaspora grecque, a offert dans sa dernière monographie le panorama de la presse grecque au xixsiècle (Presa de limbă greacă din România în veacul al xix-lea, Editura Omonia, 1995)21.

  • 22 De l’influence française sur l’esprit public en Roumanie..., Paris, 1898.
  • 23 Études roumaines, i. Influences étrangères sur la nation roumaine. Leçons faites à la Sorbonne, Par (...)
  • 24 Dans les années 70, les études parallèles de Cătălina et George Velculescu en Roumanie (RESEE, 1974 (...)

17Venant à la fin de ma présentation, j’aurais à remarquer que les mouvances des grands courants historiographiques et littéraires ont réciproquement influencé nos deux cultures et leur vie scientifique, apportant leurs fruits. Ceci devient visible dès le début du xxsiècle ; le comparatisme littéraire donna de grandes synthèses, centrées surtout autour de la réception et des échanges culturels (Pompiliu Eliade22, N. Iorga23, D. Popovici, Al. Ciorănescu, Paul Cornea), l’histoire des idées et plus tard celle des mentalités (l’école des Annales) représentée par Alexandru Duţu et ses élèves, l’histoire sociale (l’histoire du livre et de la « lecture »24, celle de la vie quotidienne et des loisirs), le monde des arts, l’histoire économique : citons ici à titre d’exemple la thèse de doctorat de Olga Cicanci sur les compagnies grecques de Sibiu et de Braşov (Companiile greceşti din Transilvania şi comerţul european în anii 1636-1746), l’étude des réseaux de commerce et de réseaux sociaux (networks) – je pense notamment au projet doctoral élaboré par Olga Katsiardi à l’Université d’Athènes et aux recherches menées par ses étudiants.

  • 25 Andrei Pippidi, Tradiţia politică bizantină în ţările române în secolele xvi-xviii, Ed. Academiei, (...)
  • 26 P. M. Kitromilides, Enlightenment, Nationalism, Orthodoxy. Studies in the Culture and Political Tho (...)
  • 27 Jacques Bouchard, Nicolas Mavrocordatos, Les loisirs de Philothée, texte établi, traduit et comment (...)
  • 28 Paschalis M. Kitromilides, The Enlightenment as Social Criticism: Iosipos Moisiodax and Greek Cultu (...)
  • 29 Tudor Dinu, Dimitrie Cantemir şi Nicolae Mavrocordat. Rivalităţi politice şi literare la începutul (...)

18De nos jours, nous assistons à un réexamen de la périodisation des phénomènes historiques comme la survivance de la tradition byzantine25, le rôle assumé par l’Église orthodoxe26, ou la remise en question de la période de l’aube des Lumières dans les Principautés et l’évaluation du phanariotisme27 ainsi que l’attention portée par les chercheurs roumains à l’apport multiple de la période Brâncoveanu dans les lettres et les arts. Dépassant les tendances cultivées avec persistance, obstinément dirais-je, par les écoles « avant-gardistes » du xxsiècle, nous assistons à la revalorisation de la personnalité dans l’herméneutique historiographique et l’affermissement de l’historiographie comparée (P. Kitromilidès par ses études sur J. Mœsiodax28, Rhigas, etc. ; Tudor Dinu par sa monographie récente sur D. Cantemir et N. Mavrocordatos)29.

  • 30 Voyons un peu l’historique de sa création (information puisée dans le site de l’AIESEE) : « En 1962 (...)
  • 31 Symposium. L’Époque Phanariote (Thessaloniki 21-25 Octobre 1970), À la mémoire de Cléobule Tsourkas(...)
  • 32 Les Actes ont été publiés dans RESEE, tome xxx (1992), no 3 et 4.
  • 33 Relations Gréco-roumaines. Interculturalité et identité nationale / Greek Romanian Relations. Inter (...)

19Si, en introduisant mon sujet, j’ai insisté sur le caractère provisoire de mon bilan, en guise d’épilogue, j’aimerais mettre l’accent sur le grand profit apporté par le travail collectif et le dialogue établi à la suite d’un bon nombre de Rencontres et Colloques réalisés tout au cours des dernières décennies du xxsiècle. Tout d’abord, en 1963, la contribution positive de la fondation de l’AIESEE (Association Internationale d’Études du Sud-Est européen), mise sous l’égide de l’UNESCO, siégeant à Bucarest, qui de concert avec ses satellites, formés par les Comités nationaux, a développé une activité notoire (à savoir des congrès et les publications correspondantes)30. Ensuite, à mon avis un point de repère mémorable, luttant avec succès contre l’isolement à tendance xénophobe de l’époque, fut 1970, date à laquelle l’Institut d’Études balkaniques de Salonique a hébergé le Colloque Symposium l’Époque phanariote avec la participation d’une pléiade de savants grecs et roumains31. Je me souviens toujours avec grand plaisir du Colloque thématique organisé par l’Institut d’Études sud-est européennes (Bucarest, 30 avril-1er mai 1992), peu de temps après les changements radicaux survenus « dans les pays de l’Est », ayant comme cadre « La Modernisation des sociétés sud-est européennes (début du xixe siècle-fin du xxsiècle) », sujet qui était cher à son directeur d’alors Alexandru Duţu32. Last but not least, je voudrais me référer à la Rencontre multi-thématique que nous avons organisée à la Fondation Nationale de la Recherche en 2000 (Athènes, 26-27 septembre), avec mon collègue Pascal Kitromilidès. Les axes thématiques ont englobé des champs de recherche comme : La tradition post-byzantine, Les constructions historiographiques, Les courants esthétiques dans la littérature, Le monde des Beaux-Arts, La multiplicité des identités ethniques et sociales, enfin La diaspora comme facteur interculturel33.

20Habent sua fata libelli !

Haut de page

Bibliographie

Anghelescu Mircea, (1971) Preromantismul Românesc (pînă la 1840), Bucarest : Editura Minerva, Bucarest.

Athini Stessi, (2010) Όψεις της νεοελληνικής αφηγηματικής πεζογραφίας, 1700-1830. Ο διάλογος με τις ελληνικές και ξένες παραδόσεις στη θεωρία και στην πράξη [Aspects de la prose narrative grecque moderne, 1700-1830. Le dialogue avec les traditions helléniques et étrangères avec la théorie et l’action], CNRS-Athènes : Institut de Recherches Néohelléniques, Fondation Nationale de la Recherche scientifique 115, Bibliothèque de l’Histoire des idées – 7.

Bouchard Jacques, Mavrocordatos Nicolas, (1989), Les loisirs de Philothée, Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal, 1989.

Duţu Alexandru, (1991) « Survivances byzantines et attrait de l’immédiat : Le témoignage des livres populaires sud-est européens », Byzantinische Forschungen xvii (1991), p. 149-160.

Duţu Alexandru, (1971) Les livres de sagesse dans la culture roumaine. Introduction à l’histoire des mentalités sud-est européennes, Bucarest : AIESEE.

Dinu Tudor (2011), Dimitrie Cantemir şi Nicolae Mavrocordat. Rivalităţi politice şi literare la începutul secolului xviii, Bucarest :Humanitas.

Iliou Philippe, (1969) « Pour une étude quantitative du public des lecteurs grecs à l’époque des Lumières et de la Révolution », Sofia, [tiré-à-part], Actes du 1er Congrès international des Études balkaniques et sud-est européens.

Iliou Philippe, (1999), «Βιβλία με συνδρομητές. ι. Τα χρόνια του Διαφωτισμού» [Livres aux souscripteurs. i. L’ère des Lumières], Ho Eranistès, 12 (1975), p. 101-179, et «Βιβλία με συνδρομητές ιι. Από τα χρόνια της Επανάστασης ως το 1832» [Livres aux souscripteurs. II. Des années révolutionnaires jusqu’en 1832.

Kehagioglou, Yorgos (1999) H παλαιότερη πεζογραφία µας [Notre littérature en prose plus ancienne], vol. ii.1, xve siècle-1830, Athènes: Éditions Sokolis.

Kitromilides Paschalis, (1994) Enlightenment, Nationalism, Orthodoxy. Studies in the Culture and Political Thought of Southeastern Europe, London: Aldershot, Variorum.

Kitromilides, Paschalis, (1992), The Enlightenment as Social Criticism: Iosipos Moisiodax and Greek Culture in the Eighteenth Century, Princeton: Princeton University Press.

Kitromilides, Paschalis, (1998), Ρήγας Βελεστινλής. Θεωρία και Πράξη [Rhigas Velestinlis. Théorie et action], Athènes : édition du Parlement Hellénique, Athènes.

Papacostea-Danielopolu Cornelia, (1969) « La vie culturelle des communautés grecques de Bucarest [et de Roumanie] dans la seconde moitié du xixsiècle », Revue des Études sud-est européennes, i, vii/2 (1969), p. 311-333, et ιι, vii/3 (1969), p. 475-493.

Papacostea-Danielopolu Cornelia (1970) « Les lectures grecques dans les Principautés après 1821 », Balkan Studies 11/1 (1970), pp. 157-168.

Papacostea-Danielopolu Cornelia (1971) « Les cours de grec dans les écoles roumaines après 1821 (1821-1866) », Revue des Études sud-est européennes ix/1 (1971), p. 71-90. 

Papacostea-Danielopolu Cornelia (1972) « Les villes roumaines et la diaspora grecque au xixsiècle », Actes du IIe Congrès international des Études du sud-est européen, vol. ιι, Athènes, p. 541-550.

Papacostea-Danielopolu Cornelia, (1998) Convergences culturelles gréco-roumaines (1774-1859), Thessalonique : Institute for Balkan Studies.

Papacostea-Danielopolu Cornelia, (2003) Νεοελληνικός ηθικός και πολιτικός στοχασμός. Από τον διαφωτισμό στον ρομαντισμό [Pensée éthique et philosophique. Des Lumières au Romantisme], Thessalonique : Vanias.

Papacostea-Danielopolu Cornelia, (2004) Προσεγγίσεις της νεοελληνικής φιλοσοφίας [Approches de la philosophie néohellénique], Thessalonique : Vanias.

Pippidi Andrei, (1983), Tradiţia politică bizantină în ţările române în secolele xvi-xviii, Bucureşti : Ed. Academiei,

Pippidi Andrei, (2006) Byzantins, Ottomans, Roumains. Le Sud-Est européen entre l’héritage impérial et les influences occidentales, Paris : Honoré Champion.

Sofou Alkistis, (2007) L’Ephéméris, un journal grec libéral dans la Vienne des Habsbourg (1791-1797), thèse sous la direction du Professeur Henri Tonnet, Paris, 396 pages.

Tabaki Anna, «Nεοελληνικές µεταφράσεις του Διαφωτισµού: Eυρυχωρία και όρια της λογοτεχνίας» [« Traductions néohelléniques de l’ère des Lumières : domaine et limites de la littérature »], Δια-Kείµενα/Dia-Keimena, Thessalonique : Publication annuelle du Laboratoire de Littérature comparée, Université Aristote de Thessalonique, fasc. 2, p. 9-24.

Tabaki Anna, (1998), « Identité et diversité culturelle : le mouvement de traductions dans le Sud-Est de l’Europe (xviiie-xixe siècles) », Σύγκριση/Comparaison, 9 (1998), p. 71-91.

Tabaki Anna, (2002) « Rhigas Vélestinlis entre les Lumières et le Romantisme », Actes du Colloque international « Rhigas Vélestinlis (1757-1798) intellectuel et combattant de la Liberté » (Paris, Palais de l’UNESCO, 12-13 décembre 1998), Paris, UNESCO/Éditions Desmos, p. 41-49.

Theodorescu Razvan, (1983) « Au sujet des “corridors culturels” de l’Europe sud-orientale », Revue des Études sud-est européennes xxi (1983)1, p. 7-21 et ii, RESEE, xxi (1983)3, p. 229-240.

Theodorescu Razvan (1998), « Routes de la foi, routes du négoce », Le Sud-Est Européen, carrefour de civilisations. Actes de la Conférence « Le Sud-Est européen, carrefour de civilisations », Siège de l’UNESCO, Paris, 9 et 10 février 1998, AIESEE, Bulletin 28 (1998-1999), numéro spécial, p. 26-27.

Haut de page

Notes

1 Voir Anna Tabaki, « Le français, langue d’échanges culturels dans le Sud-Est de l’Europe. “La conjoncture historique et ses spécificités locales” », Ανοιχτοσύνη. Μελέτες προς τιμήν της Βασιλικής Παπούλια. Εκδοτική Επιτροπή: Θεόδωρος Κορρές, Παναγιώτης Δουκέλλης, Σπυρίδων Σφέττας, Φωτεινή Ι. Τολούδη, Éditions Vanias, Thessalonique, 2012, p. 507-516.

2 Thèse dirigée par N. Cartojan (Poricologos şi Opsarologos, 1938, publiée en 1939).

3 Critical Perspectives/Approches critiques « Une vie dévouée à l’approche des cultures grecque et roumaine. Ariadna Camariano-Cioran, Relaţii Româno-elene. Studii istorice şi filologice (Secolele xiv-xix). Ediţie, studiu introductiv, tabel cronologic şi note de Leonidas Rados [Relations gréco-roumaines. Études historiques et philologiques (xive-xixe s.). Édition, étude introductive, tableau chronologique et notes par Léonidas Rados], Editura Omonia, Bucureşti 2008, 766 p. et 10 pages non numérotées avec illustrations. ISBN 978-973-8319-54-7, The Historical Review/La Revue historiquevi  (2009), p. 253-258.

4 Voir Yorgos Kehagioglou, H παλαιότερη πεζογραφία µας [Notre littérature en prose plus ancienne], vol. ii.1, xve siècle.-1830, Éditions Sokolis, Athènes, 1999, Introduction. Concernant le champ critique de la traduction, voir mon approche «Nεοελληνικές µεταφράσεις του Διαφωτισµού: Eυρυχωρία και όρια της λογοτεχνίας» [« Traductions néohelléniques de l’ère des Lumières : domaine et limites de la littérature »], Δια-Kείµενα/Dia-Keimena, Publication annuelle du Laboratoire de Littérature comparée, Université Aristote de Thessalonique, fasc. 2, Thessalonique, p. 9-24. Cf. Περί νεοελληνικού Διαφωτισµού [Des Lumières néoehelléniques], Ergo, Athènes, 2004, p. 77-89.

5 A. Duţu, « Survivances byzantines et attrait de l’immédiat : Le témoignage des livres populaires sud-est européens », Byzantinische Forschungen xvii (1991), p. 149-160.

6 A. Duţu, Les livres de sagesse dans la culture roumaine. Introduction à l’histoire des mentalités sud-est européennes, AIESEE, Bucarest, 1971.

7 Traitant la réception de Shakespeare, de Tchekhov, les échos en Roumanie de la littérature ibérique et hispano-américaine.

8 À la suite des événements de 1989, marquant l’aube d’une ère nouvelle, il médita intensément sur l’idée d’Europe, sur son destin politique et sur l’évolution de la conscience européenne ; de même, il fut absorbé par le problème de la transition postcommuniste en Roumanie, par la réhabilitation de sa tradition culturelle de concert avec la question fondamentale de l’intégration européenne.

9 Anna Tabaki, « Hommage à Alexandru Duţu », La dimension humaine de l’histoire. L’Héritage intellectuel de Alexandru Duțu, sous la direction de Laurenţiu Vlad, Institutul European, 2012, p.  231-243.

10 K. Th. Dimaras (=C. Th. Dimaras), Histoire de la litttérature néohellénique.

11 R. Theodorescu a élaboré le schème des « corridors culturels » ; voir de cet auteur « Au sujet des “corridors culturels” de l’Europe sud-orientale », Revue des Études sud-est européennes xxi (1983)1, p. 7-21 et ii, RESEE, xxi (1983)3, p. 229-240, traitant la question dans la diachronie allant de l’Antiquité au xviiisiècle, insistant surtout dans son approche sur le Moyen Âge. Idée reprise dans son rapport « Routes de la foi, routes du négoce », Le Sud-Est européen, carrefour de civilisations. Actes de la Conférence « Le Sud-Est européen, carrefour de civilisations », Siège de l’UNESCO, Paris, 9 et 10 février 1998, AIESEE, Bulletin 28 (1998-1999), numéro spécial, p. 26-27.

12 Anna Tabaki, « Identité et diversité culturelle : le mouvement de traductions dans le Sud-Est de l’Europe (xviiie-xixe siècles) », Σύγκριση/Comparaison, 9 (1998), p. 71-91.

13 Cornelia Papacostea-Danielopolu a étudié dans sa thèse de doctorat le milieu culturel gréco-roumain des Principautés danubiennes (Cornelia Papacostea-Danielopolu, Literatura în limba greacă din Principatele Române (1774-1830), Editura Minerva, Bucarest 1982). Voir maintenant de cet auteur Convergences culturelles gréco-roumaines (1774-1859), Institute for Balkan Studies, Thessalonique, 1998. La première partie comprend « La littérature en langue grecque dans les Principautés roumaines (1774-1830) » et la seconde « Les intellectuels roumains des Principautés Danubiennes et la culture hellénique (1821-1859) ».

14 Outre de nombreuses études rédigées en français, retenons sa thèse de doctorat sur Benjamin de Lesbos, Ο Βενιαμίν Λέσβιος και η ευρωπαϊκή σκέψη του δεκάτου ογδόου αιώνα [Benjamin de Lesbos et la pensée européenne du xviiisiècle], [édition révisée], Institut de Recherches Néohelléniques, Fondation Nationale de la Recherche scientifique, Athènes, 2003, ainsi que ses recueils d’études : Νεοελληνικός ηθικός και πολιτικός στοχασμός. Από τον διαφωτισμό στον ρομαντισμό [Pensée éthique et philosophique. Des Lumières au Romantisme], Vanias, Thessalonique, 2003, et Προσεγγίσεις της νεοελληνικής φιλοσοφίας [Approches de la philosophie néohellénique], Vanias, Thessalonique, 2004.

15 Le premier journal grec a été récemment étudié sous une perspective méthodologique renouvelée par Alkistis Sofou, L’Ephéméris, un journal grec libéral dans la Vienne des Habsbourg (1791-1797), thèse pour obtenir le grade de docteur de l’Université de Paris iv, sous la direction du Professeur Henri Tonnet, Paris, 2007, 396 pages.

16 Je cite son approche exhaustive sur la formation de la prose narrative grecque moderne : Stessi Athini, Όψεις της νεοελληνικής αφηγηματικής πεζογραφίας, 1700-1830. Ο διάλογος με τις ελληνικές και ξένες παραδόσεις στη θεωρία και στην πράξη [Aspects de la prose narrative grecque moderne, 1700-1830. Le dialogue avec les traditions helléniques et étrangères avec la théorie et l’action], Institut de Recherches Néohelléniques, Fondation Nationale de la Recherche scientifique 115, Bibliothèque de l’Histoire des idées - 7, Athènes, 2010.

17 Voir Anna Tabaki, « Rhigas Vélestinlis entre les Lumières et le Romantisme », Actes du Colloque international « Rhigas Vélestinlis (1757-1798) intellectuel et combattant de la Liberté » (Paris, Palais de l’UNESCO, 12-13 décembre 1998), Paris, UNESCO/Éditions Desmos, 2002, p. 41-49. Cette argumentation a été reprise dans Ηθικός Τρίπους [Le Trépied Moral], « Introduction ». Voir Le Trépied Moral, Introduction [et Glossaire élaboré par] : Anna Tabaki, Texte édité par les soins de Ines Di Salvo, Parlement hellénique, Athènes, coll. « Rhigas Vélestinlis. Œuvres complètes », vol.  iii, 2000.

18 M. Anghelescu, Preromantismul Românesc (pînă la 1840), Editura Minerva, Bucarest, 1971, p.  249.

19 P. M. Kitromilides, Ρήγας Βελεστινλής. Θεωρία και Πράξη [Rhigas Velestinlis. Théorie et action], édition du Parlement Hellénique, Athènes, 1998, p. 30.

20 Cornelia Papacostea-Danielopolu, « La vie culturelle des communautés grecques de Bucarest [et de Roumanie] dans la seconde moitié du xixsiècle », Revue des Études sud-est européennes, i, vii/2 (1969), p. 311-333, και ιι, vii/3 (1969), p. 475-493 ; « Les lectures grecques dans les Principautés après 1821 », Balkan Studies 11/1 (1970), pp. 157-168 ; « Les cours de grec dans les écoles roumaines après 1821 (1821-1866) », Revue des Études sud-est européennes IX/1 (1971), p. 71-90 ; « Les villes roumaines et la diaspora grecque au xixsiècle », Actes du iie Congrès international des Études du Sud-Est européen, vol. ΙΙ, Athènes, 1972,  p. 541-550.

21 Les deux livres, traduits en grec, ont été publiés sous les auspices de la Fondation Nationale de la Recherche scientifique de Grèce.

22 De l’influence française sur l’esprit public en Roumanie..., Paris, 1898.

23 Études roumaines, i. Influences étrangères sur la nation roumaine. Leçons faites à la Sorbonne, Paris 1923, et ii. Idées et formes littéraires françaises dans le Sud-Est de l’Europe..., Paris, 1924.

24 Dans les années 70, les études parallèles de Cătălina et George Velculescu en Roumanie (RESEE, 1974, Synthésis 1975) et de Philippe Iliou en Grèce, qui publia une série d’études, à partir de 1969, sur les listes des souscripteurs (syndromitès) en tant qu’instrument de travail nouveau pour la restitution de l’histoire du livre – de concert avec les méthodes appliquées en Europe occidentale – reflètent sans doute une affinité éclectique. En ce qui concerne Philippe Iliou, retenons : « Pour une étude quantitative du public des lecteurs grecs à l’époque des Lumières et de la Révolution », Sofia, 1969 [tiré-à-part], Actes du 1er Congrès international des Études balkaniques et sud-est européennes ; «Βιβλία με συνδρομητές. ι. Τα χρόνια του Διαφωτισμού» [Livres aux souscripteurs. i. L’ère des Lumières], Ho Eranistès, 12 (1975), p. 101-179, et «Βιβλία με συνδρομητές ιι. Από τα χρόνια της Επανάστασης ως το 1832» [Livres aux souscripteurs. ii. Des années révolutionnaires jusqu’en 1832], Ho Eranistès, 22 (1999), p. 172-40.

25 Andrei Pippidi, Tradiţia politică bizantină în ţările române în secolele xvi-xviii, Ed. Academiei, Bucureşti, 1983; ediţia a ii-a: Ed. Corint, Bucureşti, 2001. Aussi, Byzantins, Ottomans, Roumains. Le Sud-Est européen entre l’héritage impérial et les influences occidentales, Honoré Champion, Paris, 2006.

26 P. M. Kitromilides, Enlightenment, Nationalism, Orthodoxy. Studies in the Culture and Political Thought of Southeastern Europe, Aldershot: Variorum, London, 1994.

27 Jacques Bouchard, Nicolas Mavrocordatos, Les loisirs de Philothée, texte établi, traduit et commenté par Jacques Bouchard, avant-propos de C. Th. Dimaras, Athènes, Association pour l’Étude des Lumières en Grèce – Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 1989 ; Nicolae Mavrocordat, domn şi cărturar al Iluminismului timpuriu (1680-1730), traduction Elena Lazar, Bucarest, Omonia, 2006 [14 articles sur Nicolas Mavrocordatos traduits en roumain]; Les Phanariotes et l’Aube des Lumières, textes rassemblés par Jacques Bouchard, Montréal, Centre interuniversitaire d’études néo-helléniques de Montréal, 2007.

28 Paschalis M. Kitromilides, The Enlightenment as Social Criticism: Iosipos Moisiodax and Greek Culture in the Eighteenth Century, Princeton, Princeton University Press, 1992.

29 Tudor Dinu, Dimitrie Cantemir şi Nicolae Mavrocordat. Rivalităţi politice şi literare la începutul secolului xviii, Humanitas, Bucarest, 2011.

30 Voyons un peu l’historique de sa création (information puisée dans le site de l’AIESEE) : « En 1962, la Commission nationale roumaine pour l’UNESCO a pris l’initiative de convoquer à Sinaia (Roumanie) un colloque international sur le thème “Les civilisations balkaniques et sud-est européennes”. De ces travaux s’est dégagée une tâche faite pour polariser l’attention et les efforts, à savoir : valoriser sans préjugés un patrimoine historique et spirituel d’une remarquable unité et d’antique tradition. C’est ainsi donc qu’une année plus tard, le 23 avril 1963, devait être fondée à Bucarest, avec l’appui moral et financier de l’UNESCO, l’Association Internationale d’Études du Sud-Est européen (AIESEE) ».

31 Symposium. L’Époque Phanariote (Thessaloniki 21-25 Octobre 1970), À la mémoire de Cléobule Tsourkas, Institute for Balkan Studies, Thessaloniki, 1974.

32 Les Actes ont été publiés dans RESEE, tome xxx (1992), no 3 et 4.

33 Relations Gréco-roumaines. Interculturalité et identité nationale / Greek Romanian Relations. Interculturalism and National Identity. Sous la direction de Paschalis M. Kitromilidès et Anna Tabaki, IRN/FNRS, Athènes, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Tabaki, « Regards croisés sur les transferts culturels gréco-roumains : bilan d’un siècle (xxe siècle) », Cahiers balkaniques [En ligne], 42 | 2014, mis en ligne le 21 mai 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ceb/4740 ; DOI : 10.4000/ceb.4740

Haut de page

Auteur

Anna Tabaki

Chercheur Invitée à la Fondation Nationale de la Recherche Scientifique de Grèce

Université Capodistria – Athènes

Haut de page