Navigation – Plan du site
Varia
Le monde néo-hellénique

Ioannis Metaxás et le religieux (1936-1941) : expérience historique et débats actuels en Grèce

Ο Ιωάννης Μεταξάς και η Θρησκεία (1938-41) ιστορικές εμπειρίες και σημερινές συζητήσεις στην Ελλάδα
Ioannis Metaxas and Religion (1938-41): Historical Experience and Current Debates in Greece
Isabelle Dépret

Résumés

Le gouvernement Metaxás, au pouvoir d’août 1936 à janvier 1941 en Grèce, est le plus souvent rapproché du modèle autoritaire et paternaliste du Portugal salazariste – ou de l’Espagne franquiste – plus, à strictement parler, que du fascisme et du nazisme. Cet article se centre sur un aspect critique de la « Grèce du 4 août » : ses rapports au religieux. La valorisation insistante du christianisme par le régime, une dimension souvent pointée, ne marque finalement pas une rupture au regard des expériences politiques précédentes. La question de la tolérance religieuse de ce gouvernement, sa gestion particulière des minorités religieuses dans le contexte européen de la fin des années 1930 sont examinée, dans toutes leurs ambiguïtés. Le regard porté, en Grèce, sur ce régime passé cristallise des débats toujours actuels et des tensions historiographiques d’autant plus sensibles qu’elles rejoignent la question de l’attitude de l’État et de la population helléniques face à la Shoah.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 I. Metaxás refuse l’ultimatum italien du 28 octobre 1940 en ajoutant : « Alors, c’est la guerre ».
  • 2 Le 28 octobre a été érigé depuis en fête nationale et jour férié. Voir, entre autres, le documentai (...)

1Le régime instauré, en Grèce, par Ioannis Metaxás du 4 août 1936 au 29 janvier 1941 témoigne de la radicalisation autoritaire, militaire, anticommuniste de l’Europe durant les années 1930. Après 1974 – et la chute des Colonels – le régime metaxiste a été répudié comme antithèse parfaite de la République parlementaire, démocratique, respectueuse des droits de l’homme et de la liberté d’expression à laquelle ce pays a choisi de s’identifier. Pour autant, dans la Grèce actuelle, la figure du général Metaxás jouit d’une image bien plus ambivalente : rejeté comme dictateur, comme symbole du poids longtemps marquant de l’armée dans la vie politique, l’homme du 4 août est parallèlement respecté, voire honoré en tant qu’auteur du « Non » décisif à l’ultimatum italien, le 28 octobre 19401, stratège brillant et « héros » de la campagne d’Albanie à l’automne 19402.

  • 3 Outre le site largement apologétique Metaxas-Project et les écrits d’Andréas Markessinis, il faut i (...)
  • 4 Καθημερινή, 4 août 2013, 3 septembre 2013.

2Depuis la fin des années 2000, dans un pays tourmenté par une grave crise financière, par le recul de l’État social, le régime metaxiste tend à être réexaminé3. Sont alors parfois soulignées les importantes mesures sociales adoptées de 1936 à 1941 : mise en place d’un salaire minimum, d’un congé de maternité, d’une assurance chômage et plus généralement d’un système de sécurité sociale ; réduction du temps de travail à 40 heures ; octroi de congés payés ; remise de dettes pour les agriculteurs et garantie de prix minimum pour les produits agricoles. Sont aussi pointées la progression du revenu national et de la production industrielle à la fin des années 1930, la stabilisation de la monnaie, la réalisation d’un vaste programme de travaux publics, la construction d’infrastructures (télécommunications, chemins de fer, routes, drainage), la baisse du chômage durant les premières années du régime. Au regard de l’appauvrissement et des incertitudes présentes, est parfois aussi mise en relief l’aptitude de ce régime à renforcer la discipline sociale, à combattre l’insécurité, les intrigues et la corruption politiciennes4.

  • 5 Forlin O., Le fascisme. Historiographie et enjeux mémoriels, Paris, Découverte, 2013. Milza P., Les (...)
  • 6 Fleisher H., “Authoritarian Rule in Greece 1936-1941 and Its Heritage”, Borejsza J., Ziemer K. (dir (...)

3Pour la plupart des historiens, ce régime serait plus proche du système autoritaire, paternaliste et conservateur du Portugal salazariste ou de l’Espagne franquiste qu’à strictement parler du fascisme italien5 ou du nazisme. Selon la thèse établie, le régime du 4 août se distinguerait sur trois points clés de ces deux derniers régimes : d’une part, Metaxás ne serait jamais parvenu à constituer un mouvement ou un grand parti politique de masse ; ce régime aurait davantage poursuivi une politique extérieure défensive, par opposition aux projets expansionnistes d’Adolphe Hitler ou de Benito Mussolini ; enfin, Métaxas n’aurait pas mis en œuvre de politique antisémite6.

  • 7 Celle-ci aurait été marquée par la recherche d’un équilibre entre sympathies pro-allemandes et atta (...)

4Si nombre de travaux ont examiné la politique extérieure de ce gouvernement7, l’idéologie et l’iconographie du pouvoir, la personnalité de Metaxás ou encore l’Organisation nationale de la Jeunesse (EON), la question religieuse est restée assez peu défrichée. Nous envisagerons donc les possibles spécificités du régime metaxiste à cet égard. Ces éléments éclairent les débats – toujours actuels – autour d’un moment sensible du passé national.

La religion, pilier du régime metaxiste : majorité religieuse et unité nationale

Ioannis Metaxás, un militaire croyant

Un militaire brillant

  • 8 Son père est vice-préfet de l’île d’Ithaque, mais perd son poste peu après la naissance de Ioannis. (...)
  • 9 Metaxás I., To προσωπικό του ημερολόγιο, volume 1, Athènes, Estia, 1951, p. 527. Dans un autre pass (...)

5Ioannis Metaxás est issu d’une famille aisée de hauts fonctionnaires et d’hommes politiques8, famille au passé aristocratique. Dans son journal, Metaxás écrit en 1901 qu’il se considère comme « un membre de l’aristocratie ayant de longue date combattu pour le roi et l’État »9.

  • 10 L’expansion territoriale de l’État au xixe siècle s’accompagne d’une suppression des anciens titres (...)

6Il est né en 1871 sur l’île d’Ithaque, dans l’archipel des îles ioniennes cédées quelques années plus tôt par la Grande-Bretagne à l’État grec. La famille Metaxás, anoblie en 1691 sous administration vénitienne, perd tout titre nobiliaire en 1864, lorsque l’État grec annexe la région et perd l’essentiel de sa fortune à la fin du xixe siècle10.

  • 11 Vakitiotis P., Popular Autocracy in Greece 1936-1941. A Political Biography of General I. Metaxas, (...)
  • 12 Joakeim I., I. Metaxas. The Formative Years 1871-1922, Mannheim, Bibliopolis, 2000, pp. 16-18.

7Il s’oriente tôt vers une carrière militaire. Après des études brillantes à la prestigieuse Académie militaire d’Evelpides de 1885 à 1890, il entre en 1897 au ministère de la Guerre grâce à l’appui d’un membre de sa famille, alors ministre. Il participe à la guerre gréco-ottomane de 1897, expédition durant laquelle il noue des liens très positifs avec le futur roi Constantin, commandant en chef de l’armée hellénique11. Cette période cristallise son mépris du monde politique et parlementaire, mépris qui ne fera que s’accroître après 192312.

8De 1899 à 1903, il poursuit des études à l’Académie militaire de Berlin, expérience qui renforce son admiration pour la culture, les valeurs, la discipline allemandes. Il participe aux guerres balkaniques, souhaitant contribuer à « moderniser l’armée hellénique ». Durant la Première Guerre mondiale – qui provoque en Grèce un « schisme national » – Metaxás s’oppose au Premier ministre Vénizélos, refusant la participation du pays à la campagne des Dardanelles. De même que le roi Constantin, il défend une position de neutralité et d’alliance passive avec l’Allemagne, qu’il juge particulièrement puissante.

  • 13 Metaxas I., To προσωπικό του ημερολόγιο, op. cit., tome 2, p. 392-410. Articles de Vlachos G., Καθη (...)

9Il refuse également de s’associer à l’expédition en Anatolie (1919-1922), convaincu du manque de moyens et de préparation de l’armée hellénique. Il s’oppose là encore très vivement à E. Vénizélos, chef de file du Parti libéral13. Ce dernier incarne alors l’alliance avec les forces de l’Entente, mais aussi le républicanisme, la modernisation économique, l’expansionnisme territorial. Face à ce camp, le roi Constantin et les royalistes représentent plutôt une posture proallemande, une démocratie couronnée, un système économique plus traditionnel, le recentrage sur un État modeste, sans prétentions territoriales jugées irréalistes. Dans ce conflit interne, Metaxás prendra clairement le parti du roi. En 1920, il démissionne de l’armée et, après le désastre militaire du pays face à la Turquie (Traité de Lausanne, 1923) – un désastre qu’il avait prévu – il s’engage en politique.

Un homme politique déçu et hostile au parlementarisme

  • 14 Metaxás I., To προσωπικό του ημερολόγιο, op. cit., volume 2, p. 507-510. Joakeim I., I. Metaxas, op (...)

10Il crée en 1921 son propre parti, le Parti des libres-penseurs (το Kόμμα των Ελευθεροφρόνων). La formation se présente comme une « troisième voie » entre les partis vénizéliste et royaliste, qui dominent alors la vie politique. Il propose de faire table rase d’un passé estimé « honteux », humiliant, d’impulser une « régénération du pays », avec l’aide d’hommes « nouveaux »14.

  • 15 En 1928, le Parti des libres- penseurs totalise 5,30 % des voix ; en 1929, 2,73 % des voix ; en 193 (...)
  • 16 Sa montée au pouvoir sera également favorisée par la mort de 6 hommes politiques de premier plan en (...)

11De 1923 à 1935, dans un climat d’instabilité ponctué par plusieurs coups d’État, ce parti reste très marginal, en dépit d’une percée (15,68 % des voix) aux législatives de 192615. Aigri par ses faibles succès électoraux, I. Metaxás prône le retour de la monarchie. Le plébiscite du 3 novembre 1935 et le retour du roi Georges ii sur le trône jouent en sa faveur16 : le 13 avril 1936, le roi lui propose le poste de Premier ministre.

  • 17 Metaxás I., Allocution lors du Rassemblement d’Athènes, 2 octobre 1936, in Λόγοι και σκέψεις 1936-1 (...)
  • 18 Koliopoulos I., «Εσωτερικές και εξωτερικές εξελίξεις από την 1η Μαρτίου 1935 εως την 28η Οκτωβρίου (...)

12L’instabilité sociale – et notamment la tenue d’une grève générale, prévue le 5 août17 – lui permet avec l’appui du roi Georges II, de suspendre plusieurs articles de la Constitution et d’établir une dictature le 4 août 1936 : le Parlement est suspendu, les partis politiques et la grève sont interdits, la censure est imposée, les principaux chefs du camp vénizéliste, les membres du parti communiste sont arrêtés et exilés18.

Encadrer, discipliner et mobiliser la nation

13Le « régime du 4 août » entend toutefois s’appuyer sur un idéal mobilisateur, celui d’une Grèce « régénérée » : la construction d’une « Troisième civilisation hellénique » est érigée en slogan, remodelant dans une logique de cohésion interne l’ancien projet irrédentiste de la Grande Idée, projet ébranlé par la « Catastrophe » micrasiatique de 1922. Les deux civilisations précédentes, racines du renouveau national sont d’une part la Grèce ancienne classique – et l’accent est moins placé sur Athènes que sur Sparte, Cité réputée guerrière et disciplinée ; d’autre part, la civilisation « médiévale grecque byzantine », marquée par la religion et la culture chrétiennes orthodoxes.

  • 19 Parmi beaucoup dautres articles, «Εμείς και οι πρόγονοί μας», Νεολαία (28 janvier 1939), p. 536.
  • 20 «Μελέτη του ελληνικόυ πορβλήματος», Νέα πολιτική (2 février 1939), p. 161-163.
  • 21 Metaxás I., « Entretien du Chef sur la question des arts figuratifs », 13 décembre 1937, Λόγοι και (...)
  • 22 Entre autres, «Το νοικοκυριό ως παράγων ευημερίας του Έθνους», Νεολαία (12 novembre 1938), p. 165-1 (...)
  • 23 Entre autres, «Χθές και σήμερον», Nέον Κράτος (mars 1938), p. 259-266. Νεολαία (15 octobre 1938), p (...)
  • 24 Entre autres : «Το Νέον Κράτος αποτελεί κατάσταση ανάγκης και ενσαρκώση της θέλησης του έθνους», Νέ (...)
  • 25 Metaxás I., Allocution à Kalamas à la Jeunesse nationale (EON), 24 avril 1939, in Λόγοι και σκέψεις (...)
  • 26 Metaxás I., «Λόγος προς τον Λαόν των Χανίων», 7 novembre 1936, Λόγοι και σκέψεις, op. cit., tome 1,(...)

14Le régime exalte la patrie19, la communauté biologique (φυλή)20, l’unité sociale21, la jeunesse, la famille22, la religion, le modèle du soldat, les vertus viriles, le culte du chef23, l’idée de régénération24. Monarchiste25, il condamne le système parlementaire et partisan26.

  • 27 Par exemple, Νεολαία (15 octobre 1938), p. 17-18, p. 22-24 ; « Le jour de la mère », Νεολαία (24 fé (...)

15Au plan familial, le régime propose un système patriarcal et traditionnel, qui distingue clairement les rôles de l’homme – valorisé par son dynamisme, sa force physique, son caractère discipliné et moral – de la femme. Celle-ci est également mise en valeur, mais plutôt dans un rôle de mère et d’épouse vertueuse27.

  • 28 « Le mythe de la révolution », Νεολαία (10 décembre 1938), p. 1. Metaxás I., Allocution à Kalamas, (...)
  • 29 Metaxás I., «Λόγος προς τα εγκάινια της Σχολής Κοινονικής Πρόνοιας» (11 janvier 1937), Λόγοι και σκ (...)
  • 30 Metaxás I., Discours devant l’Union des travailleurs du Pirée, 1er mai 1938, in Λόγοι και σκέψεις, (...)
  • 31 O Αρχηγός (le Chef), manière dont est désigné Metaxás dans la presse du régime.
  • 32 Metaxás Ι., «Λόγος επι την ανακήρυξη του Αρχηγού της Κηβερνήσεως ως Πρώτου Αγρότου», 1er juillet 19 (...)
  • 33 L’agriculture est soutenue de 1936 à 1940, la production industrielle s’accroît fortement, les dépe (...)
  • 34 Νεολαία (15 octobre 1938), p. 2, p. 14-15. Le numéro du 10 décembre 1938 ouvre sur la photographie (...)
  • 35 Ces thèses émanent le plus souvent du camp nationaliste. Par exemple, « Φασίστες του Μεταξά ή προτω (...)

16Le régime est fondamentalement anticommuniste28. Il se pose pourtant comme État « populaire », social, hostile au règne démesuré de l’argent (ploutocratie)29, un État au service des ouvriers, des agriculteurs, des travailleurs30. Le « Chef »31 ne se présente-t-il pas lui-même comme le « Premier Ouvrier », ou le « Premier Paysan » du pays32 ? Le régime s’inspire du modèle corporatiste et paternaliste, qui confère un rôle de l’État dans la vie économique, sans mettre en question le système commercial, industriel et financier jusqu’alors en vigueur33. L’iconographie, les discours exaltent aussi la vie agricole, les liens à la nature, aux champs34, si bien que de Metaxás est aujourd’hui considéré par certains comme l’un des précurseurs du mouvement écologique en Grèce contemporaine35.

  • 36 Voir ici les revues officielles du régime comme Νέον Κράτος (le Nouvel État) ou Nεολαία, « revue of (...)

17Ces éléments apparaissent abondamment dans la presse du régime – dont les revues Νέα πολιτική (Politique nouvelle), Νεόν Κράτος (État nouveau), Νεολαία (Jeunesse, organe de l’Organisation nationale de la jeunesse) – dans les discours, photographies et affiches diffusés par le pouvoir36.

18Les expériences des pays voisins – Portugal, Italie, Allemagne – ont représenté des sources d’inspiration. Dans son journal, I. Metaxás considère en effet :

  • 37 Metaxás I., To προσωπικό του ημερολόγιο, op. cit., volume 2, p. 553.

La Grèce depuis le 4 août est devenue un État anticommuniste, un État antiparlementaire, un État totalitaire. Un État fondé sur le monde agricole et ouvrier et par conséquent un État hostile au règne de l’argent. Bien sûr, cet État ne dispose pas d’un parti spécifique qui gouvernerait le pays. Mais le parti c’est le Peuple tout entier, à l’exception des incorrigibles communistes et des réactionnaires des anciens partis37.

19Le régime de Metaxás a donc bien repris, en se les appropriant, des aspects clés du régime fasciste italien.

Figure 1 : Ioannis Metaxás salué par l’armée et des membres du gouvernement, janvier 1939

Figure 1 : Ioannis Metaxás salué par l’armée et des membres du gouvernement, janvier 1939

Athènes (de la revue Νεολαία)

Ambitions et insécurité personnelle : Dieu, une force de soutien

  • 38 Ibid, volume 1, p. 395, volume 2, p. 35, p. 39.
  • 39 Metaxas I., «Λόγος εις την Ιεράν Μονή Βελλάς- Ιωαννίνων», 14 juin 1937, Λόγοι και σκέψεις, op. cit. (...)
  • 40 Metaxás I., «Λόγος επί ορκωμοσία των φοιτητών» (Discours de remise des diplômes des étudiants à lU (...)
  • 41 Metaxás I., «Λόγος επί ορκωμοσία των φοιτητών», Λόγοι και σκέψεις, op. cit., tome 1, p. 285.

20Le journal de Metaxás – qui laisse entrevoir des traditions familiales, un parcours, des sensibilités – transmet l’image d’un homme croyant, profondément respectueux de la religion. Dans ses notes, Ioannis Metaxás se réfère volontiers à Dieu, dont il demande l’aide38. Dans ses discours publics, il met l’accent sur les traditions chrétiennes, sur la nécessité pour les jeunes de croire en Dieu39. Dans une allocution prononcée à l’Université d’Athènes le 20 novembre 193740, il souligne à quel point l’Empire byzantin, « moins impressionnant que la civilisation grecque antique quant aux arts et aux sciences », aurait été « infiniment supérieur au plan religieux, édifiant un idéal (…) qui nous a maintenus et nous maintient encore tous ensemble »41.

Le christianisme grec orthodoxe, pilier du régime du 4 août

Religion et régénération spirituelle de la nation

  • 42 «Η θρησκεία βάση της εθνικής μας ανοικοδόμησης», Νεολαία (22 juillet 1939), p. 1327-1328. Revue Εκκ (...)

21La religion est donc érigée en pilier du régime et – après des décennies « d’intrigues » et « d’ébranlement des valeurs » – en facteur de régénération spirituelle nationale42. Dans une allocution aux enseignants le 28 octobre 1936 à l’Université de Salonique, le chef du gouvernement précise :

  • 43 Metaxás I., «Λόγος εκφωνήσεως εις το Πανεπιστήμιο Θεσσαλονίκης προς τους εκπαιδευτικούς λειτουργούς (...)

Ce que je souhaite de vous, c’est que (ces jeunes) croient en la puissance supérieure de Dieu et qu’ils s’y soumettent. Je veux qu’ils vivent comme des chrétiens. Vous ne pouvez pas, vous, enseignants grecs, qui travaillez dans les écoles du primaire et du secondaire, rester neutres ou indifférents à l’égard de la religion (…). Ceci serait clairement une tentative de rendre ces élèves athées43.

  • 44 Νεολαία (15 octobre 1938), p. 9-10, idem (24 décembre 1938), p. 363. «Θρησκεία και Πατρίς», Νεολαία(...)

22L’orthodoxie est posée en gardienne de l’âme grecque. Les revues du régime articulent étroitement nation et christianisme orthodoxe, dans une logique d’exaltation patriotique44. Certes minoritaires dans le pays, les autres religions ne sont pas évoquées.

L’Église chrétienne orthodoxe, pilier du régime

  • 45 Manikas K., H διαμόρφωση των σχέσεων μεταξύ Κράτος και Εκκλησία 1821-1852, Athènes, Parrissia, 2008 (...)
  • 46 Metaxás I., «Λόγος εκφωνηθείς εις το συλλαλητήριο Αθηνών», 2 octobre 1936, in Λόγοι και σκέψεις, op(...)

23Église « dominante » depuis la naissance de l’État en 183045, l’Église orthodoxe de Grèce doit, selon Metaxás, jouer un rôle accru en tant qu’instance étatique, guide moral, instance éducative et force d’encadrement : il s’agit de « revaloriser » le clergé et « d’ancrer plus solidement le sentiment religieux qui a sauvegardé l’hellénisme durant de longs siècles »46. Dans cet effort d’encadrement, de mobilisation de la société, le régime s’appuie donc sur le haut clergé orthodoxe.

  • 47 Périodique officiel de l’Église orthodoxe de Grèce, Εκκλησία 33 (22 août 1936), p. 266.
  • 48 Encyclique «Περί απονομής τιμής προς τον Βασιλέα, πειθαρχίας εις τας νόμιμους εκπροσώπους εξουσίας (...)

24Après avoir reconnu le régime, apprécié son projet de revalorisation des idéaux orthodoxes et de lutte contre le communisme47, le Synode de l’Église de Grèce, dans une encyclique datée du 19 décembre 1936, appelle le peuple grec et le clergé à « honorer le roi et à obéir aux pouvoirs légitimes, afin de préserver la paix sociale »48. Cette circulaire vise-t-elle alors à apaiser un front de résistance ?

  • 49 Décret Metaxás fondant le service de la Mission intérieure de l’Église de Grèce : Eκκλησία 37 (19 s (...)
  • 50 Loi AN 41/1936 Eκκλησία 48 (28 novembre 1931), p. 386-389. Stragkas T., Eκκλησία της Ελλάδος ιστορί (...)
  • 51 Loi antiprosélytisme AN 1363/1938. Tzortzatos B., Οι βασικοί θεσμοί διοικήσεως της Ορθόδοξος Εκκλησ (...)

25Le régime du 4 août fait adopter une nouvelle charte de l’Église (orthodoxe) de Grèce, confirmant les fortes relations entre Église et État. Il restructure la Caisse d’assurance sociale du clergé orthodoxe. Il fonde la Mission intérieure (Apostoliki Diakonia) de l’Église orthodoxe49, un organisme envisagé depuis le début des années 1930 par la haute hiérarchie. L’objectif de cette instance serait de « renforcer les vertus spirituelles » de la population, de combattre le communisme et les hérésies – notamment le millénarisme/les Témoins de Jéhovah50. Sous le régime Metaxás, l’Église se voit également reconnaître la propriété de terres acquises durant la période ottomane. L’État, qui a désormais intégralement pris en charge le salaire du clergé orthodoxe, subventionne les organisations de jeunesse chrétienne, limite le prosélytisme non orthodoxe et renforce l’application de la loi de 1924 sur le repos dominical51.

Figure 2 : Icône orthodoxe de Jésus Christ

Figure 2 : Icône orthodoxe de Jésus Christ

Νεολαία, 8 avril 1939, p. 856.

  • 52 Dimaras K., Κωσνταντίνος Παπαρρηγόπουλος, Athènes, MIET, 1986. Paparrigopoulos K., Η Ιστορία του Ελ (...)

26Ce type de rapports entre religieux et politique – renforcé certes de 1936 à 1941 – inscrit pourtant ce régime dans la continuité, beaucoup plus que dans la rupture au regard des expériences politiques précédentes en Grèce contemporaine52.

L’Organisation nationale de la Jeunesse (EON), enfant chéri du général Metaxás

  • 53 Cet intérêt pour la jeunesse inclut les tout jeunes enfants et l’éducation scolaire. «Το παιδί και (...)
  • 54  Α.Ν. «Περί συστάσεως Εθνικής Οργανώσεως της Νεολαίας», Loi d’institution de l’Organisation na (...)

27De même que Mussolini ou Hitler, Metaxás a fortement misé sur la jeunesse53 pour consolider le régime ainsi que sa propre autorité. Ne possédant pas à l’été 1936 de grand parti de masse, le « Chef » fonde en novembre 1936 l’Organisation de la Jeunesse nationale (EON), conçue comme une « aristocratie politique nationale ». À travers les activités physiques et l’enseignement, elle vise à former les jeunes « au plan moral et national », à développer « le sentiment national, la foi religieuse, l’esprit de coopération et de solidarité, la spécialisation professionnelle », et ceci « conformément aux orientations sociales et politiques du régime du 4 août »54.

  • 55 «Η γυναίκα στην οργάνωση της Νεολαίας», Nεολαία (6 mai 1939), p. 933-934. ; Κangalidou Z., Εκπαίδευ (...)
  • 56 Markessinis A., «Κωνσταντίνος Κοτζιάς», Metaxas Project.

28Les jeunes – garçons et filles – de l’EON portent l’uniforme et sont structurés en pionniers (de 9 à 13 ans), en phalangistes (de 19 à 25 ans)55. Des milices de travail bénévoles (τάγματα εργασίας), organisées selon une logique paramilitaire, sont également établies à Athènes en 1937 sous l’impulsion du ministre de la Capitale et ancien maire d’Athènes Konstantinos Kotzias56, admirateur de l’Italie fasciste et de l’Allemagne nazie.

  • 57 Charte de l’EON, in Petridis P., EΟΝ., op. cit., p. 33.
  • 58 Metaxás I., «Λόγος κατά το Α΄Συνέδριο της ΕΟΝ» discours du 5 janvier 1939, Λόγοι και σκέψεις, volum (...)
  • 59 Ibid., p. 10.
  • 60 Entre autres, Νεολαία (8 avril 1939), numéro entier consacré à la fête de Pâques orthodoxe. Les ico (...)
  • 61 Ibid., p. 10-11. Metaxas I., «Λόγος εκφωνήσεως εις το Πανεπιστήμιο Θεσσαλονίκης προς τους εκπαιδευτ (...)

29Selon l’article 3 de la Charte de l’EON, l’adhésion à l’Organisation est ouverte « à tous les citoyens chrétiens de nationalité grecque, quel que soit leur sexe, de 8 à 25 ans »57. Le 5 janvier 1939, lors du premier Congrès de l’EON à Athènes, le chef du gouvernement rappelle les mots d’ordre de l’Organisation : « le Roi ! La Patrie ! La Religion ! La Famille ! La Renaissance de la Grèce »58. Metaxás y confirme que l’EON est une « organisation fondamentalement chrétienne orthodoxe », qui doit « aider l’Église »59. Après la fin de 1936, Metaxás sollicite des écoles, des enseignants, des associations chrétiennes qu’ils participent activement au recrutement au sein de l’Organisation. À la fin des années 1930, les publications de l’EON60 sont utilisées comme matériel pédagogique dans les écoles publiques61.

L’altérité, une menace pour la nation ?

Les non chrétiens exclus de la « race/nation » grecque ?

  • 62 Voir le numéro 4 des publications de l’EON, intitulé Τα ιδεώδη της φυλής ως γνώμων της Ελληνικής ζω (...)
  • 63 Metaxás I., «Λόγος κατά την συγκέντρωση της Νεολαίας των Ιωαννίνων», 13 juin 1937, Λόγοι και σκέψει (...)
  • 64 Mandzoufas G., «Ιδεολογία και κατευθήσεις του νέου Κράτους», Nέον Κράτος 16 décembre 1938), p. 4, p(...)
  • 65 Ibid., p. 7.

30La « Troisième civilisation hellénique » semble a priori exclure les non chrétiens de la nation (έθνος, πατρίδα) – voire de la race (φυλή) – grecques62. Cette représentation de la communauté nationale, là encore, ne constitue pas une nouveauté. Lorsqu’il s’adresse aux membres de l’EON, Metaxás leur demande d’agir « avec la foi, en tant que chrétiens, car la très grande majorité d’entre vous sont des chrétiens »63. Dans son ouvrage Idéologie et orientation de l’État nouveau, l’un des idéologues du régime, Giorgos Mandzoufas, considère la nation comme une « union religieuse », « un corps de personnes liées par des coutumes (…), des origines raciales, la langue, des intérêts »64. L’auteur semble pourtant admettre la possibilité de « devenir Grec »65.

Les minorités culturelles, injures à l’unité nationale ?

  • 66 «Η ελληνική γή», Νεολαία (25 février 1939), p. 649-650.
  • 67 Mavrogordatos G., Stillborn Republic. Social Coalitions and Party Strategies in Greece 1922-1936, B (...)
  • 68 Metaxás I., To προσωπικό του ημερολόγιο, op. cit., volume 3, p. 370. L’auteur suspecte la Bulgarie (...)
  • 69 Loi de nécessité Α.Ν.376/1936 «Περί μέτρων ασφαλείας οχυρών θέσεων» (Mesures de sécurité relatives (...)

31Le rejet des anciens clivages partisans et sociaux, la promotion de l’unité nationale portent le régime du 4 août à envisager toute dissidence – politique, mais aussi culturelle – comme un facteur de vulnérabilité66. Le pays compte alors des communautés musulmanes albanophones en Épire et en Macédoine (entre 25 000 et 45 000 personnes), des communautés musulmanes turcophones et slavophones en Thrace occidentale (environ 100 000 personnes), des juifs (environ 73 000 sont recensés en 1928 dont 63 000 d’origine sépharade)67. Ce regard négatif sur l’altérité – regard renforcé par des considérations de politique extérieure68 – transparaît par exemple dans la politique de mise à l’écart, de contrôle militaire renforcé des zones montagneuses du Nord du pays : des zones proches de l’Albanie, proches de la Bulgarie surtout et de la Turquie69.

Les Slavo-Macédoniens, cible d’une politique d’assimilation nationale

  • 70 L’historien Iakovos Michailidis estime à environ 160 000 le nombre de slavophones en Macédoine grec (...)
  • 71 Archives Metaxás, GAK Athènes, dossier 36 «Περί σλαβοφώνων δυτικής Μακεδονίας», 5 mai 1936-26 avril (...)

32Cette attitude a plus spécialement visé les slavophones de Macédoine d’abord (près de 200 000 personnes, essentiellement chrétiennes orthodoxes)70 et de Thrace (chrétiens et musulmans). Le fonds Metaxás des archives de l’État hellénique témoigne du souci de réduire de manière décisive la bulgarophonie en Macédoine. Cette préoccupation s’insère dans une politique d’assimilation nationale et linguistique d’autant mieux assumée qu’elle concerne des populations orthodoxes71.

  • 72 Archives Metaxás, GAK Athènes, 1938, dossier 36, document 2.

33L’inspecteur des écoles primaires I. Papadopoulos, auteur de rapports pour le Ministère, met l’accent sur le rôle clé que doivent jouer les organisations de jeunesse pour « cultiver les idées nationales et patriotiques en Macédoine occidentale ». Or, selon lui, leur rôle serait « crucial parmi les slavophones ». Le rapporteur signale pourtant qu’en 1938, les slavophones seraient « peu disposés à entrer dans l’EON malgré les efforts des responsables politiques et scolaires » et ceci « contrairement aux réfugiés chrétiens orthodoxes », arrivés en 1923 d’Anatolie et de Thrace orientale72.

34Sur ce point encore, la ligne de continuité l’emporte entre ce régime et les gouvernements antérieurs. La seconde partie de cet article tendra à nuancer l’idée d’une parfaite entente entre le haut clergé orthodoxe et Métaxas. Les discours de tolérance religieuse de ce dernier, ses rapports aux communautés juives seront par ailleurs examinés.

La « tolérance religieuse » du régime metaxiste : enjeux et débats

Valorisation ou subordination des institutions chrétiennes du pays ?

Metaxás et le projet de création d’un parti chrétien national-social

  • 73 Tsitselikis K. (dir.), Η ελληνοτουρκική ανταλλαγή πληθυσμών. Πτυχές μιας εθνικής σύγχρουσης, Athène (...)

35L’entre-deux-guerres s’ouvre en Grèce par un traumatisme national, la défaite militaire en Anatolie. Dans la foulée, un million et demi de réfugiés chrétiens affluent sur le territoire hellénique, tandis que plus de 800 000 musulmans, souvent hellénophones, partent précipitamment vers la Turquie73.

  • 74 Entre autres, Ζωή 1048 (5 juillet 1932), p. 212. Une figure influente de l’association est alors Pa (...)
  • 75 Goussidis A., Οι χριστιανικές οργανώσεις. Η περίπτωση της αδελφότητος Η ζωή, Salonique, Pournaras, (...)
  • 76 Le Parti communiste de Grèce est fondé en 1918. Numéro spécial «Η ιδρύση του ΚΚΕ», Ιστορικά- Ελευθε (...)

36La deuxième République grecque, de 1924 à 1935, est marquée par le développement d’associations chrétiennes, confréries de théologiens laïcs. Ces groupes sont proches de l’Église orthodoxe, mais échappent partiellement au contrôle du Synode des évêques. Durant ces années, il faut notamment signaler l’essor considérable de l’association Ζωή (Zoï, La vie). Formée en 1907, cette association a mis l’accent sur les théologiens laïcs, à travers un réseau de croyants activistes74 : les cadres de Zoï animent des groupes d’enseignement et de discussion religieuse, des centres de vacances, des organisations de jeunesse, publient75. Or, tandis qu’émerge le parti communiste de Grèce76, ces associations s’orientent vers un projet de « réévangélisation » de la société, projet également conçu dans une logique d’endiguement des « valeurs politiques subversives ».

  • 77 Voir notamment Galanos M., «Κράτος αληθινά ελληνικόν και αληθινά χριστιανικόν» (Pour un État vérita (...)
  • 78 Entre autres : Εκκλησία 50 (10 décembre 1932), p. 429-431, Εκκλησία 51 (24 décembre 1932), p. 434. (...)

37Au cours des années 1930 – avec pour point culminant l’été 1936 – la création d’un parti politique chrétien semble, en fait, sur le point d’aboutir. Le Synode des évêques orthodoxes de Grèce ne semble pas avoir été à l’initiative de ce projet, d’abord promu par des intellectuels laïcs, tel Michaïl Galanos, contributeur majeur de la revue Ανάπλαση (Réforme)77. Le projet est toutefois considéré avec bienveillance par la plupart des évêques orthodoxes et est soutenu par plusieurs d’entre eux78.

  • 79 « Ανακύρηξη του Εθνικόκοινωνικό Χριστιανικό Μέτωπο» (Proclamation de linstitution du Front Chrétie (...)
  • 80 Tsironis T., Εκκλησία πολιτευόμενη, op. cit., p. 340.
  • 81 Art. cit., Ανάπλαση 17 (20 juillet 1936), p. 192-193. Galanos M., art. cit., Ανάπλαση 17 (5 octobre(...)

38Cette formation – qui porterait le nom de Front chrétien national-social – vise une « re-christianisation de la vie publique, des institutions étatiques, spécialement l’éducation et la justice » : moralisation de la vie sociale et politique ; élévation du « niveau spirituel, moral et politique du Parlement hellénique » ; soutien actif à la monarchie, promotion d’un interventionnisme étatique dans le domaine social et économique, ceci afin de renforcer la justice sociale ; rejet de la lutte des classes ; respect de la propriété privée et de la richesse ; mise en valeur de la dimension théologique – plus que politique – de la liberté. Le parti se prononce également pour une pleine indépendance de l’Église pour ce qui concerne son administration interne, tout en prônant le maintien d’une rémunération par l’État du clergé orthodoxe79. Cette position rejoint exactement les efforts de la direction de l’Église orthodoxe de Grèce. Celle-ci cherche depuis quelques années à consolider ses compétences législatives pour les questions touchant à la religion et à l’Église80. Le parti prône également une « tolérance » à l’égard des minorités ethniques et religieuses81.

  • 82 Tsironis T., Εκκλησία πολιτευόμενη.., op. cit., p. 344- 346.

39Or, Metaxás – qui a entretemps interdit syndicats et partis politiques – bloquera la formation de ce parti, pourtant proche des idéaux du régime82.

Alliance ou concurrence avec l’Église pour le patronage de la jeunesse ?

  • 83 Entre autres, Metaxás I., «Ο χθεσινός λόγος προς την φυτώσαν ελληνική νεότητα», Καθημερινή 5342 (11(...)

40L’intérêt de Metaxás pour la jeunesse83 dessine a priori une forte coopération avec d’autres personnalités ou instances : l’éducation publique étatique et le personnel enseignant, la famille royale et bien sûr l’Église. Un premier axe fort semble donc lier le gouvernement Métaxas, le Palais et l’Église autour de la formation des jeunes chrétiens : des évêques orthodoxes ainsi que des membres de la famille royale n’assistent-ils pas régulièrement aux défilés des sections de l’EON ?

  • 84 Houmourzios S., No Ordinary Crown. A Biography of King Paul of the Hellenes, Londres, Weidenfield e (...)

41Les cours de religion dans les écoles publiques, centrés sur le christianisme orthodoxe ; les cours de catéchisme et les activités d’instances contrôlées par le Synode ; enfin l’Union des jeunes chrétiens (XAN, XEN) – membres de l’organisation mondiale des Jeunesses chrétiennes (YMCA) : ces éléments attestent le souci de l’Église orthodoxe pour l’éducation des jeunes du pays. Durant l’entre-deux-guerres, le prince Paul, futur héritier du trône, s’est par ailleurs investi dans le patronage des organisations de jeunes scouts84.

  • 85 Loi AN 1798/1939 «Περί εθνικής και ηθικής αγωγής της Νεολαίας», reprise dans Petridis P., ΕΟΝ. Η φα (...)
  • 86 Metaxás I., « Discours de reprise en charge du ministère de l’Éducation nationale et des Cultes », (...)
  • 87 Metaxás I., «Λόγος εκφωνήσεως εις το Πανεπιστήμιο Θεσσαλονίκης προς τους εκπαιδευτικούς λειτουργούς (...)

42Or, Métaxas a cherché à reprendre un contrôle ferme sur la jeunesse. Cette démarche n’a pu que susciter des tensions avec la famille royale et avec le Synode. Ainsi, en 1938, les anciennes organisations de jeunesse – dont les sections de scouts – sont dissoutes et fusionnent avec l’EON, directement dévouée au « Chef »85. La préoccupation de Metaxás pour l’enjeu éducatif – importance dont témoigne, à l’automne 1938, une reprise en charge du portefeuille de l’Éducation nationale86 – s’est traduite par un interventionnisme accusé dans ce domaine et une pression sur le personnel enseignant du pays87.

La mise au pas de la haute hiérarchie ecclésiastique

  • 88 Metaxás I., « Discours de reprise en charge du ministère de l’Éducation nationale », 29 novembre 19 (...)

43D’un point de vue circonstanciel, fin 1938, le choix de cumuler les fonctions de chef du gouvernement et de ministre de l’Éducation reflèterait aussi l’intention d’accentuer une mainmise sur l’Église (orthodoxe) de Grèce, Église rattachée à ce ministère. Ainsi, dans son discours, en novembre 1938, Metaxás précise qu’il s’agit aussi : « de restaurer l’ordre dans l’Église », un ordre apparemment troublé par de « récents événements », afin que ceux-ci « ne se reproduisent plus à l’avenir »88.

  • 89 Tsironis T., Εκκλησία πολιτευόμενη, op. cit., p. 350, p. 354.
  • 90 Eκκλησία 40 (3 octobre 1931), p. 316. Stragkas T., Eκκλησία της Ελλάδος ιστορία, op. cit., volume 2 (...)
  • 91 Metaxás I., To προσωπικό του ημερολόγιο, op. cit., volume 2, p. 312-315. Konstantinos Georgakopoulo (...)

44Après avoir vivement rappelé à l’ordre le métropolite de Kozanis (Macédoine) – dont un texte suggérait un clivage social entre le Nord et le Sud du pays89 – Metaxás intervient dans l’élection du nouvel archevêque d’Athènes en 1938. Après la mort de Chrysostomos Papadopoulos (1924-1938), le Synode a en effet élu, à une voix d’avance, l’évêque de Corinthe Damaskinos Papadopoulos. Cet influent homme d’Église – un temps impressionné par les succès de l’Italie fasciste et sa capacité à « rassembler les forces nationales dans un combat résolu »90 a été élu métropolite en 1923. Cet évêque dynamique, fin politique est néanmoins suspecté de sympathies vénizélistes91.

  • 92 Loi 1493/1938 «Περί εκλογής του Αρχιεπισκόπου Αθηνών και των Μητροπολιτών του Βασιλείου», cité dans(...)
  • 93 Tsironis T., Εκκλησία πολιτευόμενη, op. cit., p. 369-380. Dépret I., Église orthodoxe et histoire e (...)

45Metaxás, confronté sur cette question à des divergences au sein du gouvernement, pousse plusieurs métropolites à solliciter l’invalidation de l’élection92. Aidé par un Synode remanié et sous contrôle, il parvient à faire prévaloir le principal concurrent de Damaskinos, Mgr Chrysanthos Philippidis, métropolite de Trébizonde. Ce dernier, évêque prestigieux, est alors connu pour sa loyauté à la monarchie93. Si Metaxás a défendu l’indépendance de l’Église dans ses discours, il semble qu’il n’ait, au final, pu tolérer la promotion d’un archevêque qu’il n’appréciait pas ou qu’il craignait. Metaxás aurait donc autant souhaité une Église « revalorisée » qu’une Église fermement subordonnée et obéissante.

Ingéniérie sociale, gestion des minorités et tolérance religieuse

Un appel au respect de l’altérité religieuse : politique active ou simple rappel à l’ordre ?

  • 94 Par exemple, Metaxás I., « Allocution à la 2e réunion de l’association de parents », Νεολαία (15 av (...)

46Dans plusieurs de ses allocutions, Metaxás met en avant – outre les valeurs de discipline – celles de solidarité, d’entraide, de partage et de respect de l’autre94. Dans un important discours, prononcé au Congrès de l’Organisation nationale de la Jeunesse le 5 janvier 1939, le chef du gouvernement rappelle que l’EON est par définition une « organisation chrétienne orthodoxe ». Il précise toutefois :

  • 95 Ce passage est également publié dans la revue Νεολαία, 14 janvier 1939, p. 461. Je souhaiterais rem (...)
  • 96 Metaxás I., «Λόγος κατά το Α΄Συνέδριο της ΕΟΝ» discours du 5 janvier 1939, Λόγοι και σκέψεις, volum (...)

Cela ne signifie pas que nous ne respectons pas les convictions religieuses des autres. Simplement nous voulons dire que notre Organisation est chrétienne et qu’elle représente en premier lieu le dogme orthodoxe. Sur ce point, je pense qu’il n’y a rien à discuter, si ce n’est la nécessité d’éviter avec soin, avec grand soin, tout acte susceptible de blesser les convictions religieuses des ressortissants de ce pays qui ne sont pas chrétiens. À cet égard, je voudrais vous dire que les membres de la Jeunesse qui porteraient atteinte aux convictions religieuses d’autrui, je ne les considèrerais plus comme membres de l’EON95. Le respect des croyances des non-chrétiens doit être absolu. Et cela s’entend – je voudrais attirer toute votre attention là dessus- si des parents, quoique non chrétiens, veulent de toute leur âme que leurs enfants entrent dans l’organisation, en pleine conscience qu’il s’agit évidemment d’une organisation purement chrétienne et si leurs enfants le souhaitent également, et bien il nous faut examiner avec bienveillance leur souhait, en s’assurant que ce souhait ne soit l’effet d’aucune pression des parents, aussi minime soit-elle, et ceci en traitant chaque demande au cas par cas (…). Pour le reste, l’EON devra être exemplaire pour son amour et sa soumission à notre Église, de même qu’elle devra participer aux cérémonies religieuses afin de montrer de cette manière son respect absolu à l’égard de la religion (…). Je peux dire que notre Église a toujours été pour nous une assistante enthousiaste. Mais c’est aussi le cas des établissements éducatifs de l’Église catholique – y compris tout récemment puisque j’ai repris le ministère de l’Éducation – ces établissements religieux ont fait preuve d’un grand empressement pour aider le développement de l’Organisation et exhorter les enfants (catholiques) à s’y intégrer96.

47Ce texte indique clairement qu’à la fin des années 1930, l’EON inclut non seulement des chrétiens orthodoxes, mais aussi, en plus faible nombre certes, des chrétiens d’autres dogmes, notamment des catholiques romains. Ce document suggère par ailleurs que l’adhésion de non-chrétiens était jugée possible, du moins pour Metaxás : à condition, toutefois, que le jeune et surtout ses parents soient pleinement informés et acceptent le caractère « purement chrétien » de l’organisation.

  • 97 Lagos K., The Metaxas Dictatorship and the Greek Jewry, Thèse de doctorat, Oxford University, 2005, (...)
  • 98 Ibid., p. 83-84.

48Sans même prendre en considération les pratiques – et notamment les possibles rejets de la part des responsables locaux de l’EON97 – ces restrictions et la nature clairement confessionnelle de cette structure ont probablement découragé nombre de parents non-chrétiens. Si des cas d’intégration de musulmans n’ont pas été jusqu’ici mis au jour, en revanche, certains jeunes juifs auraient été intégrés dans l’EON98.

49En insistant sur ce message d’acceptation pleine de l’altérité religieuse, il faut aussi s’interroger sur la signification, l’ampleur et les conséquences d’une telle attitude. Dans un contexte de radicalisation xénophobe, de tensions interconfessionnelles, ce discours a-t-il représenté un axe constructif ou n’a-t-il constitué qu’un rappel à l’ordre, derrière lequel transparaît en creux un climat diffus de refus de l’autre, spécialement parmi les jeunes ?

  • 99 L’État metaxiste a soutenu l’Église orthodoxe de Grèce dans son combat contre les groupes religieux (...)

50Ce discours de respect des convictions religieuses d’autrui a-t-il impliqué une politique active ou s’est-il limité au registre – non négligeable – des paroles, des recommandations ? Le régime de Métaxas s’est-il distingué par une politique de tolérance religieuse, de protection des minorités confessionnelles ?99

L’absence de législation antisémite

  • 100 Friedländer S., L’Allemagne nazie et les juifs 1933-1939, Paris, Seuil, 2008.
  • 101 Matard-Bonucci A.-M., L’Italie fasciste et la persécution des juifs, Paris, Perrin, 2007.
  • 102 Pierron B., Juifs et chrétiens de la Grèce moderne. Histoire des relations intercommunautaires de 1 (...)

51Contrairement à l’Allemagne nazie100 ou à l’Italie mussolinienne101, la Grèce metaxiste n’aurait pas adopté de véritable législation antisémite. Comme le montre Bernard Pierron, les rapports entre juifs et chrétiens en Grèce ont été complexes depuis 1821. Si la législation du pays a souvent été libérale, si des intellectuels ont promu l’intégration pleine des non-chrétiens – et notamment des juifs – dans l’État, la société, la présence d’un antisémitisme diffus est attestée depuis les révoltes de 1821102.

  • 103 Mazower M., Salonika, City of Ghosts, Londres, Harper Collins, 2004, p. 413. Kallis A., “The Jewish (...)
  • 104 Sur les émeutes anti-juives de 1934 en Thrace turque, Aktar A., “1934 Trakya olaylari ve Türk Milli (...)
  • 105 Kallis A., “The Jewish Community”, art. cit., p. 34-56.

52Ces sentiments semblent se conforter dans l’entre-deux-guerres, portés par l’afflux considérable de réfugiés chrétiens, par la virulence des clivages politiques, par la dépression économique et l’essor des discours de haine en Europe. Ainsi, au début des années 1930, les frictions se multiplient dans le Nord du pays entre citoyens juifs et anciens réfugiés orthodoxes d’Anatolie. Une grande partie de ces derniers est pauvre et se heurte au mépris des Grecs « autochtones ». Des organes tels l’Union nationale Grèce (Εθνική Ένωση Ελλάς, EEE) – une petite formation d’extrême droite créée en 1927 – ou le journal Μακεδονία (La Macédoine) véhiculent un discours xénophobe et antisémite103. Le 29 juin 1931 – peu avant que la Thrace turque voisine ne soit, elle aussi, touchée par plusieurs pogroms anti-juifs104 – les émeutes de Campbell débouchent sur la mise à feu du quartier juif de Salonique par des chrétiens nationalistes, détruisant nombre de maisons et de commerces105.

  • 106 En 1941, le nombre des juifs en Grèce est estimé à environ 79 950 personnes. Molho R., « La politiq (...)

53La communauté juive de Salonique – environ 56 000 personnes106, plus de 40 % de la population de la ville – représente alors une communauté hétérogène. Durant l’entre-deux-guerres, les juifs de Salonique auraient été plutôt favorables aux royalistes et méfiants à l’égard d’E. Vénizélos, perçu comme « antisémite ».

  • 107 Vidal-Sephiha H., « La langue judéo-espagnole en Europe », in Veinstein G. (dir.), Salonique 1850-1 (...)
  • 108 Pierron B., Εβραίοι και Χριστιανοί στην Νεότερη Ελλάδα (traduit du français), Athènes, Polis, 2004, (...)
  • 109 Tsitselikis K., Old and New Islam in Greece, Leiden, Martinus Nijhof, 2012, p. 215. Mavrogordatos G (...)

54Après l’important incendie de 1917, Salonique est, en effet, restructurée de manière à affirmer son caractère « hellénique ». Ainsi, dans une ville jusqu’alors largement paralysée le samedi, le dimanche est imposé comme jour de repos (loi de 1924), la langue grecque devient obligatoire107, des portions du cimetière juif sont expropriées pour construire l’Université, ceci sous la houlette de gouvernements libéraux/vénizélistes108. C’est également sous un gouvernement d’inspiration vénizéliste que sont institués, à partir de 1923, des collèges électoraux séparés pour les juifs de Salonique et les musulmans de Thrace, loi qui, à l’appel de la communauté juive, sera invalidée en 1933 par la Cour suprême109.

  • 110 Pierron B., Εβραίοι και Χριστιανοί, op. cit., p. 243-247.
  • 111 Ibid. Lagos K., The Metaxas Dictatorship and Greek Jewry, Thèse de doctorat, Université d’Oxford, 2 (...)
  • 112 Molho R., « La politique de l’Allemagne contre les juifs de Grèce. L’extermination de la communauté (...)

55Si le régime du 4 août met l’accent sur la notion de « race/descendance » hellénique, s’il articule étroitement appartenance à la nation et identité chrétienne orthodoxe, dans les discours du Chef et dans le domaine législatif, les juifs n’ont pas été explicitement dénigrés ni persécutés par le régime. Metaxás n’était pas spécialement considéré comme antisémite110 et dans plusieurs allocutions, il assure les juifs de Grèce de sa sympathie, leur promettant sa « protection »111. Le régime metaxiste dissout également l’Union nationale grecque (EEE) en 1936 et interdit l’expression de propos antisémites dans la presse, même si le journal Μακεδονία continue de paraître112.

  • 113 Ibid.
  • 114 Archives Metaxás, GAK (Archives de l’État) d’Athènes, dossier 28, p. 3-4.
  • 115 Pierron B., Εβραίοι και Χριστιανοί, op. cit., p. 246-247. Lagos K., The Metaxas Dictatorship, op. c (...)

56Le 25 novembre 1937, dans la synagogue Beth Saül de Salonique, le chef du gouvernement est venu remercier la communauté israélite, qui l’a intégré au Livre d’or du Fonds national juif113. Le grand rabbin de la ville, Zvi Koretz, qui lui décerne le diplôme, le félicite d’avoir « rétabli une atmosphère de paix », de sécurité pour les juifs du pays. Dans son discours, Metaxás affirme – tout en distinguant la « nation grecque » et « les juifs » – que la Grèce serait « un pays d’accueil » pour les israélites114. Sollicitée de 1936 à 1941 pour participer au financement du réarmement, de la modernisation de l’armée grecque, la communauté juive de Grèce aurait répondu présente115.

  • 116 Manda E., Οι Μουσουλμάνοι Τσάμηδες της Ηπείρου 1923-2000, Salonique, IMXA, 2004. Kostopoulos T., Η (...)

57L’attitude plutôt bienveillante de Metaxás à l’égard des juifs serait fondée sur des convictions personnelles. Elle renvoie aussi au fait que, dans un contexte européen de poussée antisémite, les juifs de Grèce, réputés largement antivénizélistes, sont alors moins perçus comme des pions instrumentalisables par les États voisins. Ainsi, contrairement à d’autres minorités internes (Slavo-Macédoniens, musulmans), ils n’apparaissent pas autant liés à des enjeux interétatiques mettant en danger l’intégrité territoriale du pays116.

Une protection des communautés juives du pays ?

  • 117 Anastassiadou M., Salonique 1830-1912, une ville ottomane à l’ère des réformes, Leyden, Brill, p. 4 (...)

58Pour autant, depuis l’incorporation de Salonique à la Grèce, en 1912, les Juifs sépharades du nord du pays sont aussi perçus comme un groupe social (trop ?) attaché à ses spécificités, mal assimilable, une communauté qui aurait d’abord refusé l’annexion hellénique117.

  • 118 Metaxás I., «Λόγος εκφωνηθείς εις γεύμα της Ενώσεως Συντακτών Αθηναïκών Εφημερίδων»,13 septembre 19 (...)
  • 119 Greece Curbs News of Actions in Reich”, The New York Times, 26 novembre 1938, “Greece and Britain. (...)
  • 120 Appel du ministre de la région Macédoine P. Dragoumis aux éditeurs de presse juifs, Ελεύθερο Βήμα, (...)

59L’attitude protectrice de Metaxás envers les juifs de Grèce mériterait certes d’être nuancée. En effet, durant tout son mandat, l’ancien général a tenu à maintenir une position de neutralité favorable vis-à-vis de l’Allemagne nazie. Si la censure médiatique constitue alors un aspect de la politique interne de la Grèce118, le régime interdira tout article négatif concernant l’Allemagne. D’ailleurs, en fin novembre 1938, après la visite d’un diplomate allemand au ministère des Affaires étrangères hellénique, I. Metaxás émet une directive précisant que « la presse grecque ne publiera rien que le gouvernement allemand n’apprécierait pas »119. Certes, dans les années 1930, l’Allemagne dispose d’un considérable pouvoir d’intimidation en Europe, a fortiori sur les petits États. Au demeurant, des injonctions du pouvoir à l’adresse de la presse du pays, afin que celle-ci cesse toute « attaque » contre le chancelier Hitler, sont attestées en Grèce bien avant la dictature du 4 août120.

  • 121 Lagos K., The Metaxas Dictatorship, op. cit., pp. 170-173, pp. 184-185.
  • 122 “Nazi propaganda in Greece”, The Manchester Guardian, 5 mai 1937.
  • 123 Ibid., p. 176.
  • 124 Molho R., « Les Juifs en Grèce au xxe siècle », Matériaux pour l’histoire du temps présent 71 (2006 (...)

60Si bien que d’août 1936 à janvier 1941, aucun article en Grèce n’aurait, selon K. Lagos, évoqué la persécution des juifs par l’Allemagne. Ainsi – exemple marquant – la couverture, par la presse hellénique, de la Nuit de Cristal (6-8 novembre 1938), reprend la version officielle nazie121. Parallèlement, les brochures nazies, valorisées122, auraient été librement distribuées en Grèce123. À moins de pouvoir écouter la BBC – radio accessible alors à une infime minorité – la population du pays n’était aucunement informée de la politique nazie, en particulier des mesures de persécution à l’encontre des juifs et d’autres groupes sociaux. Cette couverture médiatique bienveillante à l’égard du nazisme et surtout, ce manque criant d’information ont sans doute grandement facilité la tâche des forces d’occupation allemandes après mai 1941 : en mars 1943, l’essentiel de la population juive de Grèce est déporté et disparaît dans les camps de concentration124. En ce sens, sur ces deux questions de l’ouverture religieuse et des rapports aux juifs, les positions, la politique de Metaxás ont été, au final, pour le moins ambigües. Elles reflètent aussi les pressions auxquelles était soumis alors l’État grec.

  • 125 Petraki M., Ο μύθος του Μεταξά. Δικτατορία και προπαγάνδα στην Ελλάδα, Athènes, Okeanida, 2006.
  • 126 Vatikiotis P., Popular Autocracy, op. cit., p. 171.
  • 127 Marketos S., Τα πρώτα βήματα του ελληνικόυ φασισμού, Athènes, Vivliorama, 2006. L’auteur s’inspire (...)

61Ceci ne signifie pas que l’ancien Général était alors rejeté par la population. La thèse dominante, selon laquelle Metaxás était largement impopulaire et coupé des « masses » avant le 28 octobre 1940 mériterait sans doute d’être relativisée. En effet, si Metaxás apparaît moins charismatique que B. Mussolini, les effets des slogans officiels, de l’exaltation patriotique, l’encadrement social, les mesures socio-économiques ont aussi rapproché le Chef d’une partie des Grecs125 : l’ampleur des rassemblements accompagnant ses prestations et déplacements pourrait en attester. Selon l’historien P. Vatikiotis, les classes les plus pauvres du pays auraient été « indifférentes sinon satisfaites du régime »126. Dans un ouvrage paru en 2006, S. Marketos souligne que dans les années 1930, B. Mussolini et le fascisme auraient fasciné en Grèce et ceci y compris au sein de la classe politique, autant dans le camp libéral que monarchiste127.

Conclusion 

  • 128 Weber E., Varieties of Fascisms, Princeton, Van Nostrand, 1964.

62Pour revenir à notre interrogation initiale, le régime du 4 août a bien représenté un régime fascisant, une version hellénique, adoucie, du modèle fasciste128. Quant au rapport du politique au religieux, la période Metaxás s’inscrit, néanmoins, à bien des égards dans une tradition ancienne, enracinée depuis la fondation de l’État : une tradition de contrôle et d’usage, par le pouvoir, du facteur religieux et ecclésiastique ; la recherche d’une alliance entre autorité politique et autorités chrétiennes orthodoxes ; une tradition ambiguë de tolérance religieuse, tradition mitigée par la confusion idéal-typique entre membre de la nation et membre de l’Église orthodoxe.

  • 129 «Φάκελος Χρυσή Αυγή. Τα εγκλήματα των νεοναζί και πως να τους σταματήσουμε», Ελευθεροτυπία 16 novem (...)

63Au xxie siècle, si la nouvelle génération grecque considère souvent avec dédain ce régime autocratique, cette période de l’histoire du xxe siècle reste controversée. Depuis 2008, alors même que la crise financière confirme le discrédit des grands partis établis, Ioannis Metaxás tend à réapparaître, aux yeux de certains, comme un modèle. Fondée en 1980, la formation d’extrême droite Aube dorée (Χρυσή Αυγή) a réalisé une percée électorale en juin 2012. Le parti, qualifié de « néonazi » par la presse grecque129, a obtenu 18 sièges au Parlement et son chef, Nikolaos Michaloliakos, aujourd’hui incarcéré, est plus visible dans les médias depuis quelques années. Formés dans un tout autre environnement que celui des années 1930, les membres, les sympathisants d’Aube dorée ont repris le salut dit romain/fasciste. Ce rituel nous renvoie directement au régime du 4 août, qui réémerge en Grèce comme une référence pour quelques-uns ou comme une ressource, sélectivement mobilisée.

Figure 4 : Nikos Michaloliakos, dirigeant du Parti Aube dorée salut son public

Figure 4 : Nikos Michaloliakos, dirigeant du Parti Aube dorée salut son public

Athènes, juin 2012

Haut de page

Bibliographie

Anastassiadis Thassos, (2007), « Dieu vomit les tièdes ! Modernisation ecclésiastique et intolérance religieuse : contribution sur la reconsidération des relations État-Église en Grèce dans l’entre-deux-guerres », in Grivaud Gilles, Petmezas Socrate, (dir.), Byzantina-Moderna : Mélanges en l’honneur d’Hélène Antoniadis-Bibicou, Athènes : Alexandreia, p. 449-466.

Anastassiadou Méropi, (1997), Salonique 1830-1912, une ville ottomane à l’ère des réformes, Leyden : Brill.

Brustein William, (2003), Roots of Hate. Antisemitism in Europe Before the Holocaust, Cambridge: Cambridge University Press.

Burrin Philippe, (2003), La dérive fasciste, Paris : Seuil.

Close David, (2006) Conservatism, Authoritarianism, Fascism in Greece 1915-1945, in Blinkhorn Martin, (dir.), Fascists and Conservatives. The Radical Right and the Establishment in xxth Century Europe, Londres: Unwin Hyman, pp. 205-215.

Dafnis Grigorios, (1974), Η Ελλάς μεταξύ δυο πολέμων 1923-1940, Athènes : Ikaros, 1974, 2 vol. 

Dépret Isabelle, (2009), Église orthodoxe et histoire en Grèce contemporaine, Paris : l’Harmattan.

Diamantopoulos Léonidas, (1988), Εκκλησία και θρησκευτικές οργανώσεις, Athènes : Éditions Sotir.

Dimaras Konstantinos, (1986) Κωσνταντίνος Παπαρρηγόπουλος, Athènes : MIET.

Eatwell Roger, (1996) “On Defining the Fascist Minimum. The Centrality of Ideology”, Journal of Political Ideologies 1, pp. 303-319.

Fleisher Hagen, (2006) “Authoritarian Rule in Greece 1936-1941 and Its Heritage”, Borejsza Jerzy, Ziemer Klaus, (dir.), Totalitarian and Authoritarian Regimes in Europe. Legacies and Lessons from the XXth Century, Oxford: Berghahn Books, pp. 237-275.

Forlin Olivier, (2013) Le fascisme. Historiographie et enjeux mémoriels, Paris : Découverte.

Gazi Efi, (2004), Ο δεύτερος βίος των Τριών Ιεραρχών. Μια γενεαλογία του ελληνοχριστιανικού πολιτισμού, Athènes : Nefeli.

Gentile Emilio, (1990), “Fascism as Political Religion”, Journal of Contemporary History 25, pp. 229-251.

Giannaras Christos, (2000), Καταφύγιο ιδεών. Μαρτυρία, Athènes : Ikaros.

Gounaris Vassilis et coll. (dir.), (1997), Ταυτότητες στη Μακεδονία, Athènes : Papazisis.

Goussidis Alexandre, (1993), Οι χριστιανικές οργανώσεις. Η περίπτωση της αδελφότητος Η ζωή, Salonique : Pournaras.

Hering Gunnar, (2006), Τα πολιτικά κόμματα στην Ελλάδα 1821-1936, Athènes : MIET, 2 vol. 

Houmourzios Stélios, (1972), No Ordinary Crown. A Biography of King Paul of the Hellenes, Londres: Weidenfield & Nicolson.

Joakim G. Joakim, (2000) I. Metaxas. The Formative Years 1871-1922, Mannheim: Bibliopolis.

Kallis Aristote, (2006), “Fascism, Charisma, Charismatisation. Weber’s Model of Charismatic Domination and Interwar European Fascism”, Totalitarian Movements and Political Religions 7, pp. 25-43.

Kallis Aristote, (2006), “The Jewish Community of Salonica Under Siege. The Antisemitic Violence of the Summer 1931”, Holocaust and Genocide Studies 20.

Κangalidou Zafiroula, (1999) Εκπαίδευση και πολιτική. Η περίπτωση του Καθεστώς της 4ης Αυγούστου, Salonique : Kyriakidis.

Kitsikis Dimitris, (1990), Η Ελλάς της 4ης Αυγούστου και οι Μεγάλες Δυνάμεις, Athènes : Eleftheris Skepsis.

Kofas Ioannis, (1993), Authoritarianism in Greece. The Metaxas Regime, New York: Columbia University Press.

Koliopoulos John, (1977), Greece and the British Connection 1935-1941, Oxford: Clarendon Press.

Koliopoulos John, (1978), «Εσωτερικές και εξωτερικές εξελίξεις από την 1η Μαρτίου 1935 εως την 28η Οκτωβρίου 1940», in Encyclopédie Ιστορία του Ελληνικόυ Έθνους, tome 15, Athènes.

Kostopoulos Tassos, (2000), Η απαγορευμένη γλώσσα. Κρατική αταστολή των σλαβικών διαλέκτων στην Ελληνική Μακεδονία, Athènes : Mavri Lista.

Kostopoulos Tassos, (2009) To Μακεδονικό της Θράκης. Κρατικοί σχεδειασμοί για τους Πομάκους 1956-2008, Athènes : Bibliorama.

Koubourlis Ioannis, (2005), La formation de l’histoire nationale grecque : l’apport de Spyridon Zambelios (1815-1881), Athènes : EIE-KNE.

Labrianidis Loys, (1997), «Τοπική ανάπτυξη και πριορισμένες ρυθμήσεις. Η περίπτωση της επιτηρουμένης ζώνης στα χώρια των Πομάκων της Ξάνθης», Τόπος :13, p. 17-46.

Linardatos Spyros, (1993), Ο Ιωάννης Μεταξάς και οι Μεγάλες Δυνάμεις, Athènes : Proskinio, 2 tomes.

Machaira Eleni, (1987), Η Νεολαία της 4ης Αυγούστου, Athènes : Istoriko Archeio Ellinikis Neolaias.

Manda Eleftheria, (2004), Οι Μουσουλμάνοι Τσάμηδες της Ηπείρου 1923-2000, Salonique : IMXA.

Manikas Konstantinos, (2008), H διαμόρφωση των σχέσεων μεταξύ Κράτος και Εκκλησία 1821-1852, Athènes : Parrissia.

Margaritis Giorgos, (2000) «Η 4η Αυγούστου και οι Κομμουνιστές», in numéro spécial Ο Μεταξάς και η αυτοκτονία της δημοκρατίας, Ιστορικά 42 (3 août 2000), p. 14-23.

Marketos Spyros, (2006) Τα πρώτα βήματα του ελληνικόυ φασισμού, Athènes : Vivliorama.

Markessinis Andréas, «Κωνσταντίνος Κοτζιάς», Metaxas Project.

Markou Katerina, (2002), « Les Pomaques de Thrace grecque et leurs choix langagiers », Études balkaniques 9 (2002), p. 41-52.

Mavrogordatos Georges, (1983) Stillborn Republic. Social Coalitions and Party Strategies in Greece 1922-1936, Berkeley: California University Press.

Metaxás Ioannis, (1951), To προσωπικό του ημερολόγιο, Athènes : Estia, 2 vol. 

Metaxás Ioannis, (1969) Λόγοι και σκέψεις 1936-1941, Athènes : Ikaros, 3 vol. 

Milza Pierre, (2002), L’Europe en chemise noire. Les extrêmes droites en Europe de 1945 à aujourd’hui, Paris : Fayard.

Özkirimli Umut, Sofos Spyros, (2008), Tormented by History. Nationalism in Greece and in Turkey, New York: Columbia University Press.

Paparrigopoulos Konstantinos, (1925) Η Ιστορία του Ελληνικού Έθνους από των αρχαιοτατών χρόνων μέχρι της βασιλείας του Γεωργίου του Α΄, Athènes : Eleftheroudaki.

Payne Stanley, (1995) History of Fascism 1914-1945, Londres: UCL Press.

Paxton Robert, (2004), The Anatomy of Fascism, New York: Alfred Knopf.

Petraki Marina, (2006), Ο μύθος του Μεταξά. Δικτατορία και προπαγάνδα στην Ελλάδα, Athènes : Okeanida.

Pierron Bernard, (1996), Juifs et chrétiens de la Grèce moderne. Histoire des relations intercommunautaires de 1821 à 1945, Paris : L’Harmattan.

Psilopoulos Eleni, (1965) La confrérie de théolοgiens Zoï, un mouvement spirituel en Grèce, Thèse de 3e cycle, Faculté de théologie de Strasbourg, 1965.

Stragkas Théocletos, (1878) Eκκλησία της Ελλάδος ιστορία εκ πηγών αψευδών, Athènes : Papadogiannis.

Sternhell Zeev, (2000), Ni droite, ni gauche. L’idéologie fasciste en France, Paris : Complexe.

Trembelas Panayotis, (1957), Οι Λαικοί εν την Εκκλησία, Athènes : Zoï.

Tsironis Νiki, (2010) Εκκλησία πολιτευόμενη. Ο πολιτικός λόγος και ρόλος της Εκκλήσια της Ελλάδος 1913-1941, Athènes : Epikentro.

Tsitselikis Konstantinos (dir.), (2006), Η ελληνοτουρκική ανταλλαγή πληθυσμών. Πτυχές μιας εθνικής σύγχρουσης, Athènes : KEMO-Kritiki.

Tsitselikis Konstantinos, (2012), Old and New Islam in Greece, Leiden: Martinus Nijhof.

Vatikiotis Panayotis, (1998), Popular Autocracy in Greece 1936-1941, Londres: Franck Cass, 1998.

Vatikiotis Panayotis, (1993), “Metaxas, the Man”, in Higham Robin, Veremis Thanos, Aspects of Greece 1936-1940. The Metaxas Dictatorship, Athènes: Eliamep, pp. 179-191.

Haut de page

Notes

1 I. Metaxás refuse l’ultimatum italien du 28 octobre 1940 en ajoutant : « Alors, c’est la guerre ».

2 Le 28 octobre a été érigé depuis en fête nationale et jour férié. Voir, entre autres, le documentaire de la chaine publique ERT «Το Έπος του ΄40 στα Αλβανικά βουνά». «H δικτατορία του Μεταξά», Καθημερινή, 7 mars 2010. Despotopoulou K., «Ο Ελληνο-ιταλικό πόλεμος και ο Μεταξάς», Καθημερινή, 28 octobre 2010.

3 Outre le site largement apologétique Metaxas-Project et les écrits d’Andréas Markessinis, il faut ici mentionner l’initiative de l’archéologue Ioanna Foka – petite fille de I. Metaxás – qui a œuvré au rassemblement, à la numérisation et à la mise à disposition du public de fonds assez conséquent d’archives, de publications officielles, de discours et autres documents liés à son grand-père.

4 Καθημερινή, 4 août 2013, 3 septembre 2013.

5 Forlin O., Le fascisme. Historiographie et enjeux mémoriels, Paris, Découverte, 2013. Milza P., Les fascismes, Paris, Seuil, 1991. Milza P., L’Europe en chemise noire. Les extrêmes droites en Europe de 1945 à aujourd’hui, Paris, Fayard, 2002. Burrin P., La dérive fasciste, Paris, Seuil, 2003. Paxton R., The Anatomy of Fascism, New York, Alfred Knopf, 2004. Sternhell Z., Ni droite, ni gauche. L’idéologie fasciste en France, Paris, Complexe, 2000. Eatwell R., “On Defining the Fascist Minimum. The Centrality of Ideology”, Journal of Political Ideologies 1 (1996), p. 303-319. Payne S, History of Fascism 1914-1945, Londres, UCL Press, 1995. Gentile E., “Fascism as Political Religion”, Journal of Contemporary History 25 (1990), p. 229-251.

6 Fleisher H., “Authoritarian Rule in Greece 1936-1941 and Its Heritage”, Borejsza J., Ziemer K. (dir.), Totalitarian and Authoritarian Regimes in Europe. Legacies and Lessons from the 19th Century, Oxford, Berghahn Books, 2006, pp. 237-275. Kallis A., “Fascism, Charisma, Charismatisation. Weber’s Model of Charismatic Domination and Interwar European Fascism”, Totalitarian Movements and Political Religions 7 (2006), pp. 25-43. Vatikiotis P., Popular Autocracy in Greece 1936-1941, Londres, Franck Cass, 1998. Kofas I., Authoritarianism in Greece. The Metaxas Regime, New York, Columbia University Press, 1993. Vatikiotis P., “Metaxas, the Man”, in Higham R., Veremis T., Aspects of Greece 1936-1940. The Metaxas Dictatorship, Athènes, Eliamep, 1993, pp. 179-191. Close D., “The Power Base of the Metaxas Dictatorship”, Ibid., pp. 15-38. Close D., Conservatism, Authoritarianism, Fascism in Greece 1915-1945, in Blinkhorn M. (dir.), Fascists and Conservatives. The Radical Right and the Establishment in 19th Century Europe, Londres, Unwin Hyman, pp. 205-215.

7 Celle-ci aurait été marquée par la recherche d’un équilibre entre sympathies pro-allemandes et attachement aux liens traditionnels et stratégiques avec la Grande Bretagne. Voir entre autres : Linardatos S., Ο Ιωάννης Μεταξάς και οι Μεγάλες Δυνάμεις, Athènes, Proskinio, 1993. Koliopoulos J., Greece and the British Connection 1935-1941, Oxford, Clarendon Press, 1977. Kitsikis D., Η Ελλάς της 4ης Αυγούστου και οι Μεγάλες Δυνάμεις, Athènes, Eleftheris Skepsis, 1990.

8 Son père est vice-préfet de l’île d’Ithaque, mais perd son poste peu après la naissance de Ioannis. La famille émigre à Céphalonie.

9 Metaxás I., To προσωπικό του ημερολόγιο, volume 1, Athènes, Estia, 1951, p. 527. Dans un autre passage de son journal, il écrit : « dans les profondeurs de mon âme, les idées aristocratiques existent toujours », Ibid., p. 122.

10 L’expansion territoriale de l’État au xixe siècle s’accompagne d’une suppression des anciens titres nobiliaires, à l’exception de ceux de la famille royale.

11 Vakitiotis P., Popular Autocracy in Greece 1936-1941. A Political Biography of General I. Metaxas, London, Franck Cass, 1998, pp. 25-28.

12 Joakeim I., I. Metaxas. The Formative Years 1871-1922, Mannheim, Bibliopolis, 2000, pp. 16-18.

13 Metaxas I., To προσωπικό του ημερολόγιο, op. cit., tome 2, p. 392-410. Articles de Vlachos G., Καθημερινή, 23 septembre 2012, 7 août 1936, 3 janvier 2014. «Η δικτατορία του 4ης Αυγούστου και ο Γιώργος Βλάχος», Ριζοσπάστης, 11 août 1996.

14 Metaxás I., To προσωπικό του ημερολόγιο, op. cit., volume 2, p. 507-510. Joakeim I., I. Metaxas, op.cit., p. 350-352. Hering G., Τα πολιτικά κόμματα στην Ελλάδα 1821-1936, volume 2, Athènes, MIET, 2006, p. 1110-1111.

15 En 1928, le Parti des libres- penseurs totalise 5,30 % des voix ; en 1929, 2,73 % des voix ; en 1932, 1,59 % des voix ; en 1933, 1,60 % ; en 1936, 3,9 % des voix.

16 Sa montée au pouvoir sera également favorisée par la mort de 6 hommes politiques de premier plan en 1936 : Eleftherios Venizelos, Giorgos Kondylis, Konstantinos Dermertzis, Panayotis Tsaldaris, Pavlos Koundoriotis, Alexandros Zaïmis.

17 Metaxás I., Allocution lors du Rassemblement d’Athènes, 2 octobre 1936, in Λόγοι και σκέψεις 1936-1941, Athènes, Ikaros, 1969, tome 1, p. 44-52.

18 Koliopoulos I., «Εσωτερικές και εξωτερικές εξελίξεις από την 1η Μαρτίου 1935 εως την 28η Οκτωβρίου 1940», in Encyclopédie Ιστορία του Ελληνικόυ Έθνους, tome 15, Athènes, 1978, p. 379-380. Dafnis G., Η Ελλάς μεταξύ δυο πολέμων 1923-1940, volume 2, Athènes, Ikaros, 1974, p. 418-421. Margaritis G., «Η 4η Αυγούστου και οι Κομμουνιστές», in numéro spécial Ο Μεταξάς και η αυτοκτονία της δημοκρατίας, Ιστορικά 42 (3 août 2000), p. 14-23.

19 Parmi beaucoup dautres articles, «Εμείς και οι πρόγονοί μας», Νεολαία (28 janvier 1939), p. 536.

20 «Μελέτη του ελληνικόυ πορβλήματος», Νέα πολιτική (2 février 1939), p. 161-163.

21 Metaxás I., « Entretien du Chef sur la question des arts figuratifs », 13 décembre 1937, Λόγοι και σκέψεις 1936-1941, Athènes, Ikaros, 1969, tome 1, p. 305-311.

22 Entre autres, «Το νοικοκυριό ως παράγων ευημερίας του Έθνους», Νεολαία (12 novembre 1938), p. 165-166.

23 Entre autres, «Χθές και σήμερον», Nέον Κράτος (mars 1938), p. 259-266. Νεολαία (15 octobre 1938), p. 4-5, Νεολαία (3 août 1940), p. 1383-1384. Les photographies abondantes des revues officielles présentent Metaxás comme un héros, qui apparaît aux côtés des soldats, des forces de sécurité, d’hommes du peuple, de jeunes. Νεολαία (10 décembre 1938), p. 292-293 ; Νεολαία (11 février 1939), p. 601, (24 février 1940), p. 658. Le 2 novembre 1940, le numéro de Nεολαία est entièrement dédié à Metaxás qui figure en couverture.

24 Entre autres : «Το Νέον Κράτος αποτελεί κατάσταση ανάγκης και ενσαρκώση της θέλησης του έθνους», Νέα πολιτική (avril 1937), p. 387-403 ; «Σκέψεις για την Ελληνική Αναγέννηση», Νέα πολιτική (septembre 1938), p. 858-860.

25 Metaxás I., Allocution à Kalamas à la Jeunesse nationale (EON), 24 avril 1939, in Λόγοι και σκέψεις, op. cit., tome 2, p. 66.

26 Metaxás I., «Λόγος προς τον Λαόν των Χανίων», 7 novembre 1936, Λόγοι και σκέψεις, op. cit., tome 1, p. 101-102.

27 Par exemple, Νεολαία (15 octobre 1938), p. 17-18, p. 22-24 ; « Le jour de la mère », Νεολαία (24 février 1940), p. 652. Metaxás I., Discours à Kalamas, 24 avril 1939, in Λόγοι και σκέψεις, op. cit., tome 2, p. 56-58.

28 « Le mythe de la révolution », Νεολαία (10 décembre 1938), p. 1. Metaxás I., Allocution à Kalamas, 24 avril 1939, in Λόγοι και σκέψεις, op. cit., tome 2, p. 56-63. Numéro spécial Η κατάντημα του μπολσεβισμού (Où mène le bolchévisme), Athènes, éditions de l’EON, 1939.

29 Metaxás I., «Λόγος προς τα εγκάινια της Σχολής Κοινονικής Πρόνοιας» (11 janvier 1937), Λόγοι και σκέψεις, op. cit., tome 1, p. 155-158.

30 Metaxás I., Discours devant l’Union des travailleurs du Pirée, 1er mai 1938, in Λόγοι και σκέψεις, op. cit., tome 1, p. 91-101. Discours au dîner des organisations ouvrières à Neo Faliro, 10 janvier 1937, Ibid., tome 1, p. 152-154.

31 O Αρχηγός (le Chef), manière dont est désigné Metaxás dans la presse du régime.

32 Metaxás Ι., «Λόγος επι την ανακήρυξη του Αρχηγού της Κηβερνήσεως ως Πρώτου Αγρότου», 1er juillet 1937, Λόγοι και σκέψεις, op. cit., tome 1, p. 211 ; «Λόγος κατά το γέυμα των Αγρότων Ιωαννίνων», 13 mai 1937, Ibid., p. 195-197 ; «Λόγος προς τον Λαόν της Άρτης», ibid., p. 209. «Λόγος προς τον Λαόν του Αγρινίου», 14 juin 1938, ibid., p. 393-394.

33 L’agriculture est soutenue de 1936 à 1940, la production industrielle s’accroît fortement, les dépenses d’armement représentent une part majeure du budget de l’État. Metaxás I., «Ανακοίνωση προς τον τύπος επί αποφάσεως δια την συστηματική ανάπτυξη της εθνικής παραγωγής», 29 août 1936, Λόγοι και σκέψεις 1936-1941, op. cit., tome 1, p. 20-26. Vakitiotis P., Popular Autocracy, op. cit., pp. 164-172. Numéro spécial Μεταξάς και η αυτοκτονία της δημοκρατίας, Ιστορικά-Ελευθεροτυπία 42 (3 août 2000).

34 Νεολαία (15 octobre 1938), p. 2, p. 14-15. Le numéro du 10 décembre 1938 ouvre sur la photographie d’un jeune homme travaillant vigoureusement la terre avec une pioche et une hache. La hache à deux tranchants ou labrys représente un symbole du régime. Νεολαία (31 décembre 1938), p. 413-414.

35 Ces thèses émanent le plus souvent du camp nationaliste. Par exemple, « Φασίστες του Μεταξά ή προτωπόροι της ανακύκλωσης και της οικολογίας στην Ελλάδα ;» (‘Fascistes’ de Metaxás ou pionniers du recyclage et de l’écologie en Grèce ?), site Αντεπίθεση.

36 Voir ici les revues officielles du régime comme Νέον Κράτος (le Nouvel État) ou Nεολαία, « revue officielle de formation spirituelle, religieuse et nationale de l’Organisation nationale de la Jeunesse ». Nεολαία (15 octobre 1938, p. 1, p. 4, p. 9-10, p. 15. Mantzoufas G., «Ιδεολογία και κατευθήσεις εις τον Νέον Κράτος», Νέον Κράτος (décembre 1938), p. 134-135. Papadakis B., «Aπολογισμός τριετίας», Νέον Κράτος, (24 août 1939), p. 539-540. Kanellopoulos A., «O ναός της Ελληνικής Ιδέας», Νεολαία (6 mai 1939), p. 974.

37 Metaxás I., To προσωπικό του ημερολόγιο, op. cit., volume 2, p. 553.

38 Ibid, volume 1, p. 395, volume 2, p. 35, p. 39.

39 Metaxas I., «Λόγος εις την Ιεράν Μονή Βελλάς- Ιωαννίνων», 14 juin 1937, Λόγοι και σκέψεις, op. cit., tome 1, p. 203-204.

40 Metaxás I., «Λόγος επί ορκωμοσία των φοιτητών» (Discours de remise des diplômes des étudiants à lUniversité dAthènes, 20 novembre 1937), Λόγοι και σκέψεις, op. cit., tome 1, p. 285. «Λόγος κατά την κατάθεση της θεμελίου λίθου του ασύλου αλητοπαιδών Θεσσαλονίκης», 6 octobre 1937, ibid., p. 244-245. Allocution à l’Organisation nationale de la Jeunesse (EON), 29 décembre 1938, Λόγοι και σκέψεις, op. cit., tome 1, p. 435-437.

41 Metaxás I., «Λόγος επί ορκωμοσία των φοιτητών», Λόγοι και σκέψεις, op. cit., tome 1, p. 285.

42 «Η θρησκεία βάση της εθνικής μας ανοικοδόμησης», Νεολαία (22 juillet 1939), p. 1327-1328. Revue Εκκλησία 33 (22 août 1936), p. 266. Machaira E., Η νεολαία του 4ης Αυγούστου, Athènes, Istoriko Archeio Ellinikis Neolaias, 1987, p. 51-59.

43 Metaxás I., «Λόγος εκφωνήσεως εις το Πανεπιστήμιο Θεσσαλονίκης προς τους εκπαιδευτικούς λειτουργούς» (28 octobre 1936), in Λόγοι και σκέψεις, op. cit., tome 1, p. 98.

44 Νεολαία (15 octobre 1938), p. 9-10, idem (24 décembre 1938), p. 363. «Θρησκεία και Πατρίς», Νεολαία (11 février 1939), p. 600. «Ο Θεός και και το δίκαιόν μας», Νέον Κράτος (31 mars 1941), p. 14. Parmi les auteurs récurrents de ces organes officiels, il faut citer deux intellectuels proches du Chef, Georges Mantzoufas et Nikolaos Koumaros, qui exaltent la thèse de l’État nouveau et le christianisme orthodoxe.

45 Manikas K., H διαμόρφωση των σχέσεων μεταξύ Κράτος και Εκκλησία 1821-1852, Athènes, Parrissia, 2008. Dépret I., Église orthodoxe et histoire en Grèce contemporaine, Paris, l’Harmattan, 2009, p. 38-46 et p. 117-182.

46 Metaxás I., «Λόγος εκφωνηθείς εις το συλλαλητήριο Αθηνών», 2 octobre 1936, in Λόγοι και σκέψεις, op. cit., p. 45-50. Metaxás I., «Λόγος κατά την συγκέντρωση της νεολαίας των Ιωαννίνων», 13 juin 1937, Λόγοι και σκέψεις, op. cit., volume 1, p. 197-198. Dans ce discours, il souligne « nous, nous avons une profonde foi » et recommande aux jeunes « de contempler les œuvres de (leurs) grands ancêtres à travers (leur) foi chrétienne ».

47 Périodique officiel de l’Église orthodoxe de Grèce, Εκκλησία 33 (22 août 1936), p. 266.

48 Encyclique «Περί απονομής τιμής προς τον Βασιλέα, πειθαρχίας εις τας νόμιμους εκπροσώπους εξουσίας και εινινικής διαβιώσεως» du 19 décembre 1936, in Αι Συνοδικαί Εγκύκλιοι (Recueil des Encycliques du Saint-Synode), tome 2, Athènes, Apostoliki Diakonia, 1956.

49 Décret Metaxás fondant le service de la Mission intérieure de l’Église de Grèce : Eκκλησία 37 (19 septembre 1936), p. 292.

50 Loi AN 41/1936 Eκκλησία 48 (28 novembre 1931), p. 386-389. Stragkas T., Eκκλησία της Ελλάδος ιστορία εκ πηγών αψευδών, Athènes, Papadogiannis, volume 2, p. 1878. Sur le thème de « l’intolérance religieuse » dans l’Église de Grèce dans l’entre-deux-guerres : Anastassiadis T., « Dieu vomit les tièdes ! Modernisation ecclésiastique et intolérance religieuse : contribution sur la reconsidération des relations État-Église en Grèce dans l’entre-deux-guerres », in Grivaud G., Petmezas S. (dir.), Byzantina-Moderna : Mélanges en l’honneur d’Hélène Antoniadis-Bibicou, Athènes, Alexandreia, 2007, p. 449-466.

51 Loi antiprosélytisme AN 1363/1938. Tzortzatos B., Οι βασικοί θεσμοί διοικήσεως της Ορθόδοξος Εκκλησίας της Ελλάδος, Athènes, Apostoliki Diakonia, 1977, p. 44-45. Loi de nécessité AN 1368/1938 «Περί συμπληρώσεως και διοικήσεως και διαχειρήσεως της Εκκλησιαστικής περιουσίας και των μόνων της και άλλων τίνων συναφών ισχυουσών διατάξεων».

52 Dimaras K., Κωσνταντίνος Παπαρρηγόπουλος, Athènes, MIET, 1986. Paparrigopoulos K., Η Ιστορία του Ελληνικού Έθνους από των αρχαιοτατών χρόνων μέχρι της βασιλείας του Γεωργίου του Α΄, Athènes, Eleftheroudaki, 1925. Koubourlis I., La formation de l’histoire nationale grecque : l’apport de Spyridon Zambelios (1815-1881), Athènes, EIE-KNE, 2005.

53 Cet intérêt pour la jeunesse inclut les tout jeunes enfants et l’éducation scolaire. «Το παιδί και η 4ης Αυγούστου», Νεολαία (5 août 1939), p. 1392-1395. «Ο Αρχηγός προς τους γονείς και τους δασκάλους», Νεολαία (25 novembre 1939), p. 226.

54  Α.Ν. «Περί συστάσεως Εθνικής Οργανώσεως της Νεολαίας», Loi d’institution de l’Organisation nationale de la Jeunesse (EON), Journal du Gouvernement A, no 499 (10 novembre 1936), p. 2666-2667. Petridis P., EΟΝ. Η φασιστική νεολαία Μεταξά, University Studio Press, 2000, p. 23, p. 236-244, p. 311-315.

55 «Η γυναίκα στην οργάνωση της Νεολαίας», Nεολαία (6 mai 1939), p. 933-934. ; Κangalidou Z., Εκπαίδευση και πολιτική. Η περίπτωση του Καθεστώς της 4ης Αυγούστου, Salonique, Kyriakidis, 1999. Machaira E., Η Νεολαία της 4ης Αυγούστου, Athènes, Istoriko Archeio Ellinikis Neolaias, 1987.

56 Markessinis A., «Κωνσταντίνος Κοτζιάς», Metaxas Project.

57 Charte de l’EON, in Petridis P., EΟΝ., op. cit., p. 33.

58 Metaxás I., «Λόγος κατά το Α΄Συνέδριο της ΕΟΝ» discours du 5 janvier 1939, Λόγοι και σκέψεις, volume 2, 1939, op. cit., p. 8-17, spécialement p. 10.

59 Ibid., p. 10.

60 Entre autres, Νεολαία (8 avril 1939), numéro entier consacré à la fête de Pâques orthodoxe. Les iconographies (symboles, icônes) et textes directement corrélés à l’orthodoxie sont récurrents dans cette revue. Plusieurs publications des EON sont consacrées à la « religion », tel le numéro 50 (1940) des éditions de l’Organisation, adressé aux enseignants.

61 Ibid., p. 10-11. Metaxas I., «Λόγος εκφωνήσεως εις το Πανεπιστήμιο Θεσσαλονίκης προς τους εκπαιδευτικούς λειτουργούς» (28 octobre 1936), Λόγοι και σκέψεις, op. cit., tome 1, p. 98. Metaxas I., Allocution au Premier Congrès de l’EON, Νεολαία (14 janvier 1939), p. 458-464. Machaira E., Η νεολαία, op. cit., p. 89-93.

62 Voir le numéro 4 des publications de l’EON, intitulé Τα ιδεώδη της φυλής ως γνώμων της Ελληνικής ζωής (Les idéaux de la race comme étalon de la vie hellénique), Athènes, éditions de l’EON, 1939.

63 Metaxás I., «Λόγος κατά την συγκέντρωση της Νεολαίας των Ιωαννίνων», 13 juin 1937, Λόγοι και σκέψεις, op. cit., volume 1, p. 197-198.

64 Mandzoufas G., «Ιδεολογία και κατευθήσεις του νέου Κράτους», Nέον Κράτος 16 décembre 1938), p. 4, p. 134.

65 Ibid., p. 7.

66 «Η ελληνική γή», Νεολαία (25 février 1939), p. 649-650.

67 Mavrogordatos G., Stillborn Republic. Social Coalitions and Party Strategies in Greece 1922-1936, Berkeley, California University Press, 1983, p. 227. Le recensement de 1928 dénombre 86 506 « Turcs », 16 755 Pomaques, 81 844 Slavo-Macédoniens, 18 598 musulmans albanophones/Tchams, 19 679 Koutsovalaques et 27 747 Grecs catholiques romains.

68 Metaxás I., To προσωπικό του ημερολόγιο, op. cit., volume 3, p. 370. L’auteur suspecte la Bulgarie de visées irrédentistes et s’inquiète du risque de cession à ce pays de la Thrace occidentale.

69 Loi de nécessité Α.Ν.376/1936 «Περί μέτρων ασφαλείας οχυρών θέσεων» (Mesures de sécurité relatives aux places fortifiées), ΦΕΚ 546. Les deux discours prononcés le 7 octobre 1936 à Komotini (Thrace occidentale) ne mentionnent pas l’élément musulman, qui représente pourtant plus de la moitié de la population de cette ville, afforcer de consolider lpan xux places fortifiées), ΦΕΚ 546. nl:lan MΛόγοι και σpan>1y Pres52-56/em> p. 8-17, spécng="eces fortifiées), ΦΕΚ 546. nl:lan apaeces fortifiées), ΦΕΚ 546. nl:lan M.., To.ης προσlang= τσα.g="el"συστ1938 ‡.ηϵ Εκκοί γάσεω προρί ιδ σκ56- lanούστου, Athènes, 1999. M. Ll">ômesômes de de de juillet juillet juillet. .To..  1938), p. , 1999. Pandzoufas GπηνΦαραι κατεϿλιτική. Η περίϷ., «Λ τω΁ρρηνληΎνλCF%82"οώικκωμοϿρί ως γνώμτητήσκάλους», .  1939), p. 649-650.

l">P< estelleoctenviux  0 000">62< de 19» s, 8ulmans :  844 inoire natiise en ritnnlgaricen0,-guerres », in .ης ν(1815-1881), Azisiophon9xandrei1ang="ces fortifiées), ΦΕΚ 546. nl:lan apaTan>achaira„ίνel">.καην γλυμιiadis-Bibicou,

Dé, GAKBibicou,é< Α.Ν.376/193μλικοων μοϿκπαιλλΜel">.ης ασκ5el">(le 7-26 α 8. Recquenes, édiinL’au en  50 colων» 844 inoin53">, Loiu enYresm> Athspan>a. C19raxá3"> I.e">62mg="etè 19 deuxu Premlmau cacourse en Grèettet́αon de lasa reconsidzmans s, 8ulmans(Les idicieone occidentale.

Dé, GAKBibicou,é< édocu17, esse occidentale.

63 1936), «οούς λ ελ τ%82">ς τγλερίθκπν ϿλΗ η εθιιθαη της ευ ϳόνϮς π" lang="el">ηςènes Athènes, 1986. 67 arkessinis P Minorit/,1taxas Project.

60 Entre νι(18151048 (5l">(22lu, quis, édiaspn Re ! Most alors/m>nagxotP< BratsxotP<,ous ale d en  187ologxnt corr, Califors derribicou,

45 1936), ., —ηνιang="el">ηςènes SaloniqueDimaras3, p. , 1986. D Can>achai"συω΍μεulé Ͽλπός λm>Νεο helléniqueIkNikolatudip. 2666-2667. D;">Kgl" l6ng="ces fortifiées), ΦΕΚ 546. nl:lan aLan>achaiGrèce, Εκολογg="el">«Ηκπαιφαικήώατεϝεο hellénique), AthèneSotPrversi8y Pres5-1), p. 386-389. 1936), Εang="el">ηςènes Athènes, 1987, p. , 1986. ., «οΌνω. Η φ τηλλση καικούang="el">ηςènes Athènes134.

p à lρίπτωσΕκάλους», ΄ηϬ-μωναι Φί΄ς l">Νεολαία. 134.

«Η ο δολογρίθκαάaΌνω. Η φ τηο θP (E un hèse va Mitab8-17, sre nin53va Mitab8-17, ss (leur) zas S.nτϬ. τκέ60ise de G Grèce, Εκκλ50 (achaiGrèce, Εadis-B51 (m>idem (24 2novembr43), p. 458-464. apaTan>achaira E., ., «Λ laταϻίκηςσεως τής Εκκλησία της Ε1913-" laούστου, Athènes3, p. 134.

66 . ômes deômesspan> juilletvrierOO 1936), 1936), p. , 1986. .litn>op.achaira E.,  octobre 1l">3, p. 63 al"> deachaira E., .achaira E3, p. 649-650.

 juillet., 1936), p. , 1986. .litn>op.achaira E.,  octobre 1l">3, p. 649-650.

52 al"> deachaira E., .achaira E3, p. 649-650.

denes52 vrier., ονίκης κακϱμινang="el">«Η ελν>600.ωνκάλους», . > 16 décembre 1936), p. 67 arkessinis P King Paul> P the Hiterniquεολαία é AN  de dePachaira E., . cit.,l">3, p. , 1999. Metaxás I., To προσωπικό του ημερολόγιο, op. citηςènesévriervrierΕκπ Αυγούστου», Νεολαίαvrier 1939), p. , 1999. Metaxas I. consas Meid’institicaterribicou,<, 31idem (24 7x-guerres », nvi, .N.N.EΟΝ., op. 1y Pres312-313. Dς ΕΟé rm/em>(nes, éditions2εως» du 19 8janvier 1939, Λόγοι και σ EΟα, op. 1y Pres435-437x enseignants.

68 Mn" lang="en" style="font-variant:small-caI;"> aeotiokKL’as de ldrvic (Tctietonème drigu,

68 Metaxás I., «Λόγος εκφωνήσεως εις το Πανεπιστήμιο Θεσσαλονίκης προς τους εκπαιδευτικούς λειτοx-2γούς» (28 octobre1937, Λόγοι και σκέψεις, op. cittome 1, p. p. 33.

68 Mn" lang="en" style="font-variant:small-caI;"> 52 al"> deachaira E., . cit.,3, p. 3, p. 134.

Nηςènes.  1l">3, p. , 1986. achaira E.E NΗ ΃κέψεις, op. citvolume  1936), p. 649-650.

68 Metaxás I., To προσωπικό του ημερολόγιο, op. citηςènes 1936), p. , Kafftir.),n">aeotiokKKotziaérai7, ssoutenu tionnevêuiète Core dhe Damaski:os ;onèm60ssouti7,e) netionnevêuiète Trébizonte Chrydeethan,ex de l>62mg="etrtion natS(Mesures , Kafftir.),n">Maniaan>Es oul>62mg="etrtion nata Unie, Τ87ologn">Nikoloudrve occidentale.

deKanellopoulos A 1936), Η ΙσμοϿρί. ε κηης εκφω παινικηςσεως τΕκηςσεωα της ang="el">ηςènes Salonique, Kyriakidis4, p. 63 al"> deachaira E., .achaira E. 649-n63">63 rP<,otormHarmattéme lany Pres93-9 l’EON, 1939.

r exempee, 1999. Metaxas I. consa24, idicunid’institaspn Re ! Md cesr son-deux- de l’EON, Νεολ5ία (8  cit78, p. 458-464. Metaxás I., «Λόαεως Λόγοι και σκέψεις, op. cittome 1, p. 649-n63">63 Metaxás I., ονίκηνίκης πρτρω΄γίνΦα εΠεώίν" lang="el">. .i>65 Ibidtome 1, p. Νεον4discours du 5 jPres461. Jl’uhaitiraists mercir de coationectn Chrtionphe Chabasent ma attientim’attdental surpopu extraitl’EON, 1939.

68 Metaxás I., «Λόγος κατά το Α΄Συνέδριο της ΕΟΝ» discours du 5 janvier 1939, Λόγοι και σκέψεις, volume 2, 1939, op. cit., p. 8-17, spécialement p. 10.

67 649-n63">n>Karogordatos G., 649-n63">63 Petridions2, 1939, op. ci34  cit3-841983nt p. 10.

59 n" lang="en" style="font-variant:small-ca cit3-841983nt p. 10.

Beicoursion  VoPâq<,oTémoines, Jéhovah, m>Jou17, deux Εadis-B48 (28p> 499 (101novembre86-389x enseignants.

68 rP<,oSeuilme la81983nt p. 10.

68 68 op.m>rP<,oPerrime la71983nt p. 10.

52 67 649-n63">n>499idgeen">499idgey, California Univel"03nis ci46-47g="el">, 13nt p. 10.

67 MMM kaen"orniof Ghostquεολαία , 1986. M cey, er dSiege. The Aséeemi ac Viol(Tcti P the Summs du 51”rogordatos G., 649-650.

67 , 1986. M, 1986. M, 1986. M, 1986. M197-198.

67 M, 1198.

62< de 19scluifritat-Égl,ost esteléeoctenviux 79 950 person,68 op.185 (200novembr375x enseignants.

68 in op.m>rP<,oA0

68 p. tn67">67 M, 1986. M, 1986. M 66 MNijhof Stu12ovembre15g="el">, 1986. MStillεολαία , 1198.

66 MMM l πα" a> Ibid Ibid, 13nt p. 10.

59, 1986. 649-n63">n>52 op.185 (200novembr365-3781983nt p. 10.

59<>p. 33.

Dé, GAKB("el"curiteuse tao)terribicou,<, do Lo> 2nndrei3-4x enseignants.

45 . ., . citan>op.achaira E., n" lang="en" style="font-variant:Lel">649-n63">n>EΟεολαία 68 achaira E., Saloniquen68">68 68 ., .καην γλυμι. nεϱΗ φαaσυg="elτήσμομλικπρ ε φηκσμομγνοϿGr"el">«Η ελΜel">.ης νεολαία Athènes649-n63">63 68 n" lang="en" style="font-variant:small-caM>oubournel">

68 Mspan> . ., «Λόγοθιίωνήσ ααιο καïρ εφκό τίδρίν1ίνων»septl">écembre1937, Λόγοι και σκέψεις, op. cit1, p. 66 M 499 (108j“trategil CoBMitain."Dictaone Talks to Su Cay Ti.es”rogordatos G., (22

67 649-n63">n>66 , 13nt p. 10.

59

52 52 649-n/splm>, n Vié ret inl coationirtiou temp deuésen< 71 (200novembr46-47g="enseignants.

45 n" lang="en" style="font-variant:small-caMan>achaira E., ά.επρσυl">Η Ι">Λόγlang=σel"εϼγνοϿGr"el"ηΝολαία Athènes, 1198.

68

68 «Η οσem>EΟΝ. εύop.ibicou,<, Vivliorama Studng=Lèm60< ensème spi 19euseapeuxche9eRobert Paxtor, l">.,he Asaonmniof Fasc"emop.Lohèns, itern Lane Stud langnseignants.

67 M66 εόή πρρεούστου»,  499 , 1jecotesbaspaggo-topootnoteSyrtisbe-512ef>Hauted cesgeoja.,/div>