Navigation – Plan du site
Dossier

Aristophane sur la scène grecque moderne

Un théâtre populaire ou un théâtre fait par et pour les happy-few ?
Aristophanes on the Modern Greek Stage: a Popular Theatre or a Theatre made by and for the ‘Happy Few’?
Ο Αριστοφάνης στη μοντέρνα ελληνική σκηνή, λαϊκό θέατρο ή θέατρο δημιουργημένο από και για μία ελίτ?
Kaiti Diamantakou‑Agathou

Résumés

L’article centre son intérêt sur trois metteurs en scène grecs, qui ont par excellence façonné la réception grecque moderne de la Comédie Antique : Alexis Solomos, Karolos Koun et Spyros Evangelatos, représentants pareillement d’une élite culturelle et sociale, en faveur de laquelle ils ont exploré, d’une façon complémentairement créative et efficace, le théâtre soi-disant « populaire » d’Aristophane.

Haut de page

Texte intégral

La comédie antique, ses origines populaires et son évolution civique

1Commençons par la reprise d’informations bien connues et banales. Liée dès sa genèse à la démocratie (Aristote, Poét. 3, 2-3, 1448a), la comédie antique, issue de rituels phalliques et des cortèges dionysiaques (ibidem 4, 10-12, 1449a), devint – après une évolution en plusieurs étapes – un genre dramatique distinct, ayant son propre code esthétique et son propre statut socioculturel, comme on peut les étudier, par excellence, dans les onze comédies d’Aristophane du ve siècle et du début du ive siècle av. J.‑C. En d’autres termes, la comédie antique fut une sorte de théâtre indéniablement populaire du point de vue de ses origines et, en même temps, civique du point de vue de son insertion dans le milieu social de son époque. À l’instar du Carnaval, la comédie aristophanesque possédait une fonction de compensation sociale et de mise en question à caractère ludique : mise en question de la politique et de son exercice abusif, des autorités de la cité, des dieux et de leurs serviteurs terrestres, des savants, des poètes, des citoyens anonymes ou éponymes, de toute sorte de métier, de sexe, d’âge, de culture, d’orientation politique ou sexuelle. Cela dit, au contraire du Carnaval, les comédies d’Aristophane étaient présentées dans le cadre officiel des Grandes Dionysies ou des Lénéennes, toujours sur le site consacré du Théâtre de Dionysos (Thiercy, 1986, 24), devant les autorités de l’État-cité, ainsi que devant une grande partie du corps civique des Athéniens, dont la majorité, on peut le supposer, se composait des habitants du centre-ville d’Athènes. Le caractère « bourgeois » de cette œuvre se reflète, entre autres, dans les lieux dramatiques inscrits dans les textes qui ont survéc