Navigation – Plan du site
Dossier

Adamantios Koraïs : la dimension éthique et politique de l’éducation « classique »

Adamantios Koraïs, and the Political and Ethical Dimension the “Classical Education”
Ο Αδαμάντιος Κοραής και η πολιτική και ηθική διάσταση της «κλασσικής εκπαίδευσης»
Aikaterini Lefka

Résumés

Adamantios Koraïs est un érudit cosmopolite de l’âge des Lumières qui, entre autres travaux, a traduit, commenté et publié de nombreux textes anciens. Koraïs pense que l’éducation est la clé du bien-être d’une personne et d’une nation. L’étude des grandes œuvres classiques de la littérature grecque lui semble appropriée pour réaliser cette tâche, difficile parmi toutes.
Dans le présent article, je tenterai de mieux clarifier ses positions sur la manière dont l’étude des auteurs « classiques » pouvait contribuer à l’éducation éthique et politique des Grecs, pendant la guerre d’indépendance et après la création de l’État néohellénique. Il est possible que les idées de Koraïs soient encore intéressantes aujourd’hui, pour tout être humain désirant une vie heureuse.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La 3e Assemblée nationale de Trézène, réunie en 1827, vote un texte exprimant officiellement à Adamantios Koraïs la reconnaissance de ses compatriotes pour les bienfaits de son activité intellectuelle et morale, étendus sur toute la nation hellénique. Permettez-moi de citer quelques phrases de ce texte :

  • 1 Ψήφισμα της Γ’ Εθνικής Συνελεύσεως των Ελλήνων, προς τον σοφόν Αδ. Κοραήν, εν Τροιζήνι τη 9 Απριλί (...)

La Grèce te félicite, co-citoyen excellent, qui te réjouit de sa résurrection. Elle t’est reconnaissante, car elle a bénéficié d’un bienfait inestimable grâce à tes écrits excellents. L’amour des Hellènes pour l’éducation provient des lumières que tes Prolégomènes ont semées dans leur cœur depuis quelques années, des livres que ton patriotisme a procurés à notre pays, des écoles que tes sages conseils ont fondées. De causes aussi bienfaitrices ont apporté les biens de la liberté dont tes co-citoyens profitent aujourd’hui. Des biens aussi inestimables sont dignes de la gratitude des générations et des siècles […]1.

2Depuis lors, de nombreux représentants des lettres néohelléniques, ainsi que des instances officielles, comme les universités ou l’État grec ont exprimé leur admiration et leur reconnaissance pour ce « Maître de la nation hellénique » (Διδάσκαλος του Γένους), entièrement dévoué à son œuvre éducative.

3Dans le présent article, je tenterai, à la suite de l’analyse de passages pertinents de quelques-uns des textes de Koraïs, de mieux clarifier ses positions sur la manière dont l’étude des auteurs « classiques » pouvait contribuer à l’éducation éthique et politique des Grecs, pendant la guerre d’indépendance et après la création de l’État néohellénique. Il me semble que les idées de Koraïs peuvent présenter encore de l’intérêt aujourd’hui, non seulement pour les Grecs, qui traversent actuellement une sérieuse crise économique, politique et éthique, mais aussi pour tout être humain désirant une vie heureuse.

Quelques données biographiques

4Adamantios Koraïs (1748-1833), médecin et philologue classique, est un érudit cosmopolite de l’âge des Lumières qui a choisi pendant la plus grande partie de sa vie de vivre à Paris, où il a produit une œuvre philologique et littéraire extraordinaire.

5Quand, en 1805, les frères Zossimas, des riches commerçants épirotes, lui posent la question : « Par quel moyen pourrait-on accélérer la renaissance de la Grèce, qui débute ? », Koraïs répond : « Par la réunion et l’édition des textes des poètes et des écrivains grecs les plus importants, avec des longues préfaces dans le langage courant ».

6Convaincus, les frères Zossimas décident de financer l’édition de la « Bibliothèque hellénique » dans le cadre de laquelle Koraïs traduit, commente et publie de nombreux textes antiques qu’il estime précieux pour l’éducation morale et politique de la nation grecque, par exemple, des rhapsodies de l’Iliade, des discours d’Isocrate, certaines des Vies parallèles de Plutarque, des œuvres de Platon, de Xénophon, d’Aristote, d’anciens médecins… À ce travail monumental, Koraïs ajoute de nombreuses lettres et des essais, souvent dans le cadre des Préfaces (Prolegomena) de ces œuvres, ou publiés indépendamment, analysant la situation de la Grèce de son temps et y apportant ses propres conseils.

  • 2 Voir, par exemple, la « lettre confidentielle » que Koraïs adressa aux dirigeants des Grecs le 2 a (...)

7Selon lui, la révolution de 1821 s’est produite quelques décennies trop tôt, car les Grecs avaient pris conscience de leur soif de liberté, de justice et de dignité, mais n’avaient pas eu le temps de s’éduquer suffisamment pour savoir comment réaliser l’organisation efficace d’un État démocratique2. Cette attitude lui a valu de nombreuses critiques ; cependant, jusqu’à sa mort le savant n’a jamais cessé de soutenir la Révolution et la création du nouvel État grec, matériellement et moralement, directement et indirectement, en mobilisant compatriotes et étrangers.

L’importance de l’éducation

  • 3 Voir la lettre de Koraïs à A. Kontostavlos, du 25 octobre 1822 (Α. Κοραή, op. cit., ii, p. 20.,

    7Selon lui,8lass="h&2ent >i de Kohisersnt cespnts. onfirar t conts. dat contration morale et pns ’le nme inla dalemenéde payre dssiqu 2. Ce3Voir

  • 3 Vo4r la lettre de Koraïs à A. KontostavlosIdrde co de Xaeffobre 7 novem. Κοραή, op. cit., ii, pel="next"yle="font-variant:small-caps;">ii, p.20.,

    7Selon 9incus, le’édîtr leidétiversiuque axi todationlitique de de so la natio contt aujaïs adree q05, vaieni a choisi(c.-à-d.lemenee:2. Ce4Vo4r

  • 3 Vo5r la lettre deonfis Helrde de so aem>) cadun"le=e hellénique » dans le style=m> ( n Assomblée n1, sp07 style="font-variant:small-caps;">Κοραή, op. cit., ii, p.20., (...)5/li>
ss="num">3 Vo6r la lettre deonfiOpinmanipradagttéras cadun"le=Ls essa,tyle="le="font-variant:small-caps;">ii, pel="next"yle="font-variant:small-caps;">ii, p.. 20., <ii, pe="g class=ont-variant:small-caps;">Κοραή, "g clasii, p.20.,

7Selon 10incus, lite quelommquoit unRéviemeninc0 Internnmoralement, lus granion hevre à es de meie rîtit-on acci ha ’a téute de son tempsRémque,ts dOttom de on nouve in confide la Grèc caduniite queon

tnotecall" id="bodyftn2" href="#ft5"">(...)5/l5attituLs tropfédîscation n grecque, parde lamionstr leide payp avaia jamaisiversids de qune see q0isivopchoimenues ecqla oié dextpaa cadunaïs tradet dutees dRévolution ju des sionnais reirigeé à sient pri tnotecall" id="bodyftn2" href="#ft6"">(...)6Vo6r

  • 3 Vo7r la lettre deonfiOpinmanipradagttéras cadun"le=Ls essa,tyle="le="font-variant:small-caps;">ii, pel="next"yle="font-variant:small-caps;">ii, p.. 20., <Κοραή, op. citii, p.20., class="num">3 Vo8r la lettre deonfiOpinmanipradagttéras cadun"le=Ls essa,style="font-variant:small-caps;">ii, p. 20., <Κοραή, op. cit., ii, p.20.,

    7Selon 11ui,8lass="h&2ent >i den « classique  grecqtsde conts.< quelq l’si pour tamouseon. Ela>< nphiloaccumul1> n gr pour ce «ayur stif que de de oncdet gspantitemps moubon> rêt aujoextpdu,’intémoierté ion hellénique,vaia edenboucltion leolite qberv M gacv et nts" ., (...)7Vo7r a>e de oiisiversitiondtion depet déont nuteafines de Kojeue segestimps.< nme iatiaitère iati/divrhellv et navadont tes co-ion due dignittre humaide libe à tnotecall" id="bodyftn2" href="#ft8"">(...)8Vo8r

  • 1 Ψ9r la lettre deonfis Hea>

n gsont nts cadun"le=Pesthiqueim lumithiqurolegomtyle="font-variant:small-caps;">Κοραή, op. cit., ii, p.20., cla

La Grèce te Hea> n gsont nts édgratonnais e die us Mêmhellrçantsi pion deshraph hevoine de so ablinava greso atr soif et lso/h1> st recour le gsp de lrçane de sobh ies perr leidentteavaienrçantsation. 1>tejoerisenllrcononnais “Congdece ? préc oiisgaratrnues consespaasst recour le aont sonnais oiert jamaisatihraossance ents ononnais s Mês, deemps mane vihraossanpahrases de barbarà bieuxène, rconsmquelsstS de olettreion emes Condimes pl usrçanennaisayur soistd des a tsde omes que tchimau xx que tphysiins… crcquse humaideeur soifeanion he pour ce «t, jour téesve laan clluti jamai Mêmhedspangages comhe d’un bte : si libea> n ge nombite nt nuto cesa60;veemps atio ;.< Préfacesdéssirant us viaienas dux, a tnotecall" id="bodyftn2" href="#ft9"">(...)9Ψ9r

  • 3 Vo10incus, ttre de Koraïs à A. Kontoas dggrecoetîscatioi débute/di10 janvlerΚοραή, op. citii, p. 20., (...)<0/li>
ss="num">3 Vo11r la lettre deonfiOpinmanipradagttéras cadun"le=Ls essa,tyle="le="font-variant:small-caps;">ii, pel="next"yle="font-variant:small-caps;">ii, p.. 20., <Κοραή, op. cit., ii, p.20.,

7Selon 1ir, par Sr le , diffrovient des uteinuragsance ludiff ju des portn leoion heractté iypan, v, ys et ce d dutypan, vo, rconseils.(...)<0/l10intituDe part,éfici uteRévolution organ1> n démocratiquineset le1.

1Vo11r

  • 3 Vo1ir, par exemple, la « lettronfis Helrde de so aem>) cadun"le=e hellénique » dans le style=n Assomblée n1, m> (, sp07 style="font-variant:small-caps;">Κοραή, op. citn1">(...)<

7Selo1ir la leInspirenfenllRe la Grèce ntlle nm,ent encore viemencation estndes œuvres classiques de la littérature grecque lui semble aion duelq quede partipour réaliser cette tâche, difficile ion. st la clé politique des Grecs, parmi toutes.
Dans pour tjoexséts" .cs, quiubon> rév de nombrecotnotecall" id="bodyftn1" href="#ftnn2">2. Ce<

L’impor’éducation « classique » peut-elle former le caractère des citoyens ?

1La 3<4r la leéducation « classique » peut-elle former le cajomentrimanlettle politique des Grecs, pee de l’éducα ntle>

  • 2 Vo1ir la lettLaïs à A. KontostavlosVpeutleiou,est p04roduit unexestiio ;.s propss travali sembts, amont, di n1">(...)<3/li>
ss="num">3 Vo14r, par exemple, la « lettronfil d’de de so aem>) cadun"le=e hellénique » dans le style=n Assomblée n1, m> (, sp07 style="font-variant:small-caps;">Κοραή, op. cit n1">(...)<4/li> ss="num">3 Vo15r la lettre deAle="font-variant:small-caps;">Κοραή<. Kont>op. cit onfiAelapsus cadun"le=Aamai-gsp de de sob hellénique » dans leiscoursère style="font-variant:small-caps;">Κοραή, op. cit., ii, p.20., (...)<5/li>

7Selo15r la leD Helbord,se que l’éducationfilarantue » dans le (…)nsaticôtir la R[ux, a uca td’act Koèuns des tei hacttL’pternnmo,yp avaiourrat pour les Greficidou/a>Condimquelss ?2. Ce<3/l1ir Q quets, n,n,t uncroiiscation estndes ise écono/disembts, amont, dun duel, ? précr leidétjoexssocits" ./disembotnotecall" id="bodyftn2" href="#ft142">2. Ce<4/l14f="488a raio ;ur l’éd et y apportaatia réainsemeie rîhe pour ce «f de libeeils. ,i pendabevoine de grec,llassiques dextraordinaducatiier seono/un lutieteono/u rpperle qu sufagition. L’tale ion. e l’éducadmip> s surcnllantue Trézène queon(...)<5/l15r

  • 3 Vo16r la lettre deo ;.(...)16/li>

7Selo16r la leEn siuxe

tnotecall" id="bodyftn2" href="#ft16"">(...)16/l16r

  • 3 Vo17r, par exemple, la « lettr Koraïs à A. Kontoas dts des lettres néot prisenvoyseit coinemanes, Lo Prx qutn2">(...)17/li>

7Selo17r la leEnfel,uto ces quelasour les Greletp://wwu énormssi de Platon, de Xon r />utérêt auAil ectuelq0is uteoff has djeue sede Pbaoteséthan> to the lm>Vieation lhiquele zion. 1x, a u upe tnotecall" id="bodyftn2" href="#ft17"">(...)17/l17r

  • 1 Ψ18r la lettAle="font-variant:small-caps;">Κοραή<. Kont>op. cit onfiÉpiitoyt) cadun"le=e hellénique » dans le style=n Assomblée n7, m> (, sp27 style="font-variant:small-caps;">Κοραή, op. cit., ii, pel="next"yle="font-variant:small-caps;">ii, p.20., cla

    La Grèce teUnse et miiertue [m er bcag xarifi l’éts Mnsayaà iversis denbute de, diffcquie« Biblif e d’ure éduccoles ur d’un biaatioui-mionstartic es la sdes lus. tnotecall" id="bodyftn2" href="#ft18"">(...)18"18r

    2Depu18r la lePène1>tejoerisles, bj tfs,t unf/a> (ten, parduhe, diff« Par ioitroyt)sati/u rppere ets,éceudts dis sede P fondéesati/divrh

    • 2 Vo19r, par exemple, la « lettr Koraïs à A. KontoatiElos,Konri gos,ydonifobre18 janvlerΚοραή, op. cit., (...)19/li>
    ss="num">3 Vo20r, par exemple, la « lettronfiA xaur l’é cadun"le=Aamai-gsp de de sob hellénique » dans leiscoursère style="font-variant:small-caps;">Κοραή, op. cit., (...)20/li>

7Selo19r, par Il’édud Helbordncatioae et littcimoiniοe rêpairnues ecq et lso/h1esion éents ono ces quelasohiloaccumul1> n gr pour ce «a pour tunnv et nts" .e ade deis, o cadune ceaisatidonvertue crurbon> s médeation ndimenatiosrêt auAil ectue tnotecall" id="bodyftn2" href="#ft19"">(...)19/l19attituLn eédgraae isoinieffmoralntrimnt lx pour réaloé ies quatistndeitrnues e Kojeue st, jusux-ci loiter e sufaccorde has d tnotecall" id="bodyftn2" href="#ftn0"">(...)20/l20r

  • 3 Vo21r la lettre deonfiLa éduun/a>aloé Coicieltinop>) cadun"le=Pesthiqueim lumithiqu, e hellénique » dans le style=n Assomblée n4, m> ((...)<
ss="num">3 Vo2ir, par exemple, la « lettronfiA xaur l’é cadun"le=Aamai-gsp de de sob hellénique » dans leiscoursère styl"font-variant:small-caps;">ii, pe="g class=ont-variant:small-caps;">Κοραή, op. cit., (...)2 ss="num">3 Vo23r, par exemple, la « lettronfiA xaur l’é cadun"le=Aamai-gsp de de sob hellénique » dans leiscoursère style="font-variant:small-caps;">Κοραή, op. cit., (...)23/li> ss="num">3 Vo24r, par exemple, la « lettronfiA xaur l’é cadun"le=Aamai-gsp de de sob hellénique » dans leiscoursère style="font-variant:small-caps;">Κοραή, op. cit., (...)24/li>

7Selo20r, par s presentnsau xère donquece:e1.2. Cet2Vo2ir,tituEnfel,€a jamais cesomeuelasods “ternnmruiversids dc0 Internces nsai sonnaspoettrhiq tnotecall" id="bodyftn2" href="#ft232">2. Ce23/l2ir Ilvasa mort le saévolutication eédgraae isoiniitère ituritèrotesstndeitres iversis ofeils.2. Ce24/l24r

  • 3 Vo25r la lettAl"font-variant:small-caps;">ii, pe=. Kont>op. cit onfiÉpiitoyt) cadun"le=e hellénique » dans le style=n Assomblée n7, m> (, sp27 style="font-variant:small-caps;">Κοραή, op. cit., ii, pel="next"yle="font-variant:small-caps;">ii, p.20.,

    7Selon 21r la leA inste Kojeue sea60;versmaléesonfitidircio ;. tnotecall" id="bodyftn2" href="#ft25"">(...)νι25r

    L’imporns

    7Selo2ir, par Lquele puieso the lm>Vsles id la gmithie on e ? ioitioet le de l’éducatioaa g“C et politique des Grecs, paccordalisen. Kontoas dies qu? précommenté ers.(...)<6/l26r Ile les idées si ntextntextlonrnceues 1>ten, parduheetsialents. dece jamaietes phr usrtle edmip> s e de, diffdouidéédtdsioitioeaation stndes œfues ques » pouvait contrêt auAil ectue. Je’éd et dduhcronat,es de Koraïs peuvent présenter esdésilticls Greappliquse

    7Selo23r, par J estô>ut claues L’mGrèce e, dng
    • 1 Ψ27r la lettAle="font-variant:small-caps;">Κοραήop. cit onαλος του Γένους), entièremaduntyle="font-variant:small-caps;">Κοραή, op. cit., ii, p..20., cla

      La Grèce te8-1833) reuseam/pdite rmnalecd160;ét: fensdési démoc ays

      ,fa des a nect Ilveie rementl ie umgr tnotecall" id="bodyftn2" href="#ft27"">(...)Adam27r

    --o-top" href="#article-5726">Haut de page le "

    Texte intégB hella>ntég

    Koraïs Adamantios, 1969-70, Άπαντα [Œuvres complètes], 2 tomes, Athènes K Biri, a

    Haut de page

    Notes

    1 Ψήφισμα της Γ’ Εθνικής Συνελεύσεως των Ελλήνων, προς τον σοφόν Αδ. Κοραήν, εν Τροιζήνι τη 9 Απριλίου 1827. Voir Α. Κοραή, Άπαντα, iι, εκδ. Σ. Ι. Μπίρης, Αθήνα, 1970, p. 8 (la traduction de tous les textes est de l’auteur).

    2 Voir, par exemple, la « lettre confidentielle » que Koraïs adressa aux dirigeants des Grecs le 2 août 1825 (Α. Κοραή, op. cit., ii, p. 255-261).

    3 Voir la lettre de Koraïs à A. Kontostavlos, du 25 octobre 1822 (Α. Κοραή, op. cit., ii, p. 203).

    4 Voir la lettre de Koraïs à A. Idromenos de Parga, du 27 novembre 1803 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 354).

    5 Voir « L’art de la parole », Bibliothèque hellénique, Préface no 1, 1807 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 275-276).

    6 Voir « Opinions pédagogiques », Lettres, iii, 605 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 392).

    7 Voir « Opinions pédagogiques », Lettres, iii, 397 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 392).

    8 Voir « Opinions pédagogiques », Lettres, iii, 547 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 392).

    9 Voir « L’éducation des enfants », Pensées improvisées (Α. Κοραή, ibid., i, p. 295).

    10 Voir la lettre de Koraïs aux gouverneurs de la Grèce, du 10 janvier 1822 (Α. Κοραή, ibid. ii, p. 174-175).

    11 Voir « Opinions pédagogiques », Lettres, iii, 932 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 392-393).

    12 Voir, par exemple, « L’art de la parole », Bibliothèque hellénique, no 1, Préface, 1807 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 268-269) et « L’éducation des enfants », Pensées improvisées (Α. Κοραή, ibid., i, p. 297).

    13 Lettre de Koraïs à A. Vassileiou, de 1804, où il expose les rapports entre le grec ancien et moderne (Α. Κοραή, ibid., i, p. 339).

    14 Voir, par exemple, « l’Art de la parole », Bibliothèque hellénique, no 1, Préface, 1807 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 274 et 276).

    15 Voir A. Koraïs, « Aelianus », Avant-garde de la bibliothèque hellénique, 1805 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 194).

    16 Voir les remarques de Koraïs notamment concernant l’enseignement d’œuvres de rhétorique, mais valables également pour toute la littérature de l’antiquité, dans « l’Art de la parole », in Bibliothèque hellénique, Préface no 1, 1807 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 262).

    17 Voir, par exemple, la lettre de Koraïs aux représentants des Grecs envoyés en mission à Londres, du 21 février 1824 (Α. Κοραή, ibid., ii, p. 238-239) et idem, « Socrate », Bibliothèque hellénique, no 15, Préface, 1825 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 35-37).

    18 A. Koraïs, « Épictète », Bibliothèque hellénique, no 7, Préface, 1827 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 160).

    19 Voir, par exemple, la lettre de Koraïs à E. Kaïri de Kydonia, du 18 janvier 1815 (Α. Κοραή, ibid., ii, p. 294-297), « Aux Hellènes », Avant-garde de la bibliothèque hellénique, 1805 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 248-249, 254) et « Chercheurs et législateurs de la langue », Bibliothèque hellénique, no 6, Préface, 1812 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 310-312).

    20 Voir, par exemple, « Aux Hellènes », Avant-garde de la bibliothèque hellénique, 1805 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 243-244, 248, 252, 259).

    21 Voir « La Communauté de Constantinople », Pensées improvisées, Bibliothèque hellénique, no 4, Préface, 1810 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 280-281).

    22 Voir, par exemple, « Aux Hellènes », Avant-garde de la bibliothèque hellénique, 1805 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 257-258).

    23 Voir, par exemple, « Aux Hellènes », Avant-garde de la bibliothèque hellénique, 1805 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 250-251).

    24 Voir, par exemple, « Aux Hellènes », Avant-garde de la bibliothèque hellénique, 1805 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 251) et « Chercheurs et législateurs de la langue », Bibliothèque hellénique, no 6, Préface, 1812 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 309-310).

    25 A. Koraïs, « Épictète », Bibliothèque hellénique, no 7, Préface, 1827 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 159).

    26 Par exemple, I. Sycoutris ne pense pas que Koraïs puisse prétendre à un rôle plus profond que celui d’un simple philologue éditeur de textes anciens, alors que K. Amantos «Μια ψυχογραφία του Κοραή», Νέα Εστία, 1933, attribue justement la grandeur de Koraïs à l’importance que celui-ci accorda non seulement à la langue grecque, mais aussi à la valeur éthique de la culture hellénique (Α. Κοραή, ibid., i, p. 435-436, no 1). K. Th. Dimaras, «Ο Κοραής», Ιστορία της Ελληνικής Λογοτεχνίας, 1968, pour sa part, insiste sur le fondement politique des activités de Koraïs : la libération et l’éducation de la nation hellénique, qui passe par a connaissance des auteurs classiques de l’Antiquité (Α. Κοραή, ibid., i, p. 466-468).

    27 A. Terzakis, «Διδάσκαλος του Γένους», Α. Κοραή, ibid., ii, p. 440.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Aikaterini Lefka, « Adamantios Koraïs : la dimension éthique et politique de l’éducation « classique » », Cahiers balkaniques [En ligne], Hors-série | 2015, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ceb/5726 ; DOI : 10.4000/ceb.5726

    Haut de page

    Auteur

    Aikaterini Lefka

    Université de Liège

    Haut de page