Navigation – Plan du site
Dossier

Réfugiés de la guerre civile grecque en Roumanie : moyens de communication, activité éditoriale, production radiophonique

Refugees of the Greek Civil War in Romania: Means of Communication, Editorial Activity, Radiophonic Production
Πρόσφυγες του ελληνικού εμφυλίου στην Ρουμανία: μέσα επικοινωνίας, εκδοτική δραστηριότητα, ραδιοφωνική παραγωγή
Christina Alexopoulos

Résumés

Les communistes grecs partis dans les Républiques socialistes pendant ou après la guerre civile grecque font publier leurs œuvres dans des conditions très différentes de celles des communistes restés en Grèce, condamnés à la clandestinité, mais avec comme point commun les pesanteurs multiples de diverses formes de censure ou d’autocensure. Une évocation des activités éditoriales et radiophoniques des communistes grecs dans le bloc de l’Est permet de mieux cerner les positions idéologiques et les objectifs politiques qui déterminent le discours des réfugiés et leurs pratiques de communication. Il s’agit alors de situer la politique de communication des réfugiés politiques en relation, d’abord avec l’expérience de publication pendant la guerre civile, période qui voit le déplacement de l’ensemble des activités éditoriales et radiophoniques à Bucarest, puis en relation avec l’évolution de l’activité éditoriale pendant les années 1950 et 1960 en Roumanie, enfin dans une mise en relief des activités radiophoniques de la même période. Nous constatons une correspondance étroite entre les différentes modalités de communication à l’intérieur de chacun des pays de l’Est, qu’il s’agisse de la presse, de la radio ou des œuvres littéraires publiées. S’il existe des particularités propres à la production de chaque pays d’accueil, il est intéressant de relever la dissymétrie de l’ensemble de la production menée en exil, parfois dans une certaine sacralisation d’un passé coupé des changements politiques du pays d’origine, avec les activités éditoriales et radiophoniques de la Grèce, bien moins attachées à l’orthodoxie du Parti. À la fois tournée vers la Grèce et prise dans une suspension du temps, la production de l’exil connaît des évolutions propres au contexte des pays de l’Est tout en se voulant résolument centrée sur la Grèce, là où les activités éditoriales et radiophoniques de la gauche en Grèce semblent intégrer davantage la mémoire de la guerre civile dans la narration de l’histoire du pays et dans les enjeux de son actualité.

Haut de page

Texte intégral

1Les communistes grecs partis dans les Républiques socialistes pendant ou après la guerre civile font publier leurs œuvres dans des conditions différentes de celles des communistes restés en Grèce, confrontés à la clandestinité, mais avec, en point commun, les pesanteurs multiples de diverses formes de censure ou d’autocensure. Une évocation des activités éditoriales et radiophoniques des communistes grecs à l’étranger permet de mieux cerner les positions idéologiques et les objectifs politiques qui déterminent le discours des réfugiés et leurs pratiques de communication. Il nous semble intéressant de situer la politique de communication des réfugiés politiques en relation d’abord avec l’expérience de publication de la guerre civile, période qui voit le déplacement des activités éditoriales et radiophoniques à Bucarest, puis en relation avec l’expérience de l’activité éditoriale pendant la décennie 1950 toujours majoritairement en Roumanie, et enfin dans une mise en relief des activités radiophoniques de la même période.

Communiquer pendant la guerre civile : publications du maquis, des camps de Bulkes et de Berkovitsa, de Budapest et de Bucarest

  • 1 Sur les années parisiennes de Sérapheim Maximos et son rôle de représentant de la « Grèce démocrat (...)

2Nous pouvons distinguer deux phases majeures dans l’action de communication du PCG (Parti communiste grec). La première correspond à la lutte armée avant la proclamation du Gouvernement démocratique provisoire, la seconde s’étend sur la période 1948 et 1949 jusqu’à l’arrêt des hostilités et la défaite du PCG. Les objectifs du travail de propagande, d’instruction et d’information mené par le PCG en Grèce ou dans les Républiques socialistes évoluent entre ces deux phases ; nous pourrions affirmer que le travail, sur le terrain, devient plus difficile pour les représentants du PCG dans les pays occidentaux qui sont confrontés à un revirement de l’opinion publique. Ils se voient souvent obligés de continuer à se présenter comme membres de l’EAM (Εθνικό Απελευθερωτικό Μέτωπο = Front de libération nationale), et non pas comme attachés du Gouvernement démocratique provisoire, et subissent la méfiance, voire la répression policière des pays d’accueil. L’expulsion de Paris de l’historien Sérapheim Maximos en est un bon exemple1. Dans les pays du bloc de l’Est, l’accueil est meilleur, mais là encore, la non‑reconnaissance du Gouvernement démocratique provisoire ne facilite pas les choses. L’activité éditoriale et radiophonique établie dans ces pays se fait dans des conditions de clandestinité, avec l’accord tacite des partis frères, mais aussi le sentiment du côté des acteurs grecs de constituer une avant-garde de la révolution, qui sera sacrifiée par, et pour, le mouvement international.

3Les activités éditoriales pendant la période de la guerre civile sont multiples. Elles vont de la traduction en langue grecque des œuvres majeures de la littérature soviétique (et vice‑versa) à la préparation des manuels scolaires (en langue macédonienne et grecque) pour les enfants déplacés, en passant par un extraordinaire travail d’information et/ou de propagande pour les réfugiés et l’opinion publique en Grèce et en Occident.

  • 2 Le Comité central du PCG (Petros Roussos et Yannis Ioannidis) s’installe dès août 1946 à Belgrade. (...)
  • 3 Pour une liste des journaux permettant de se faire une idée de l’importance de la diffusion et des (...)
  • 4 Il s’agit de traductions d’œuvres emblématiques de l’« héroïsme soviétique ».
  • 5 Voir ASKI, Archives du PCG, carton 396, dossier 21/7/8.

4Dès 1945, on assiste à des mouvements de population importants du nord de la Grèce vers la Yougoslavie, la Bulgarie et l’Albanie. Bulkes en Voïvodine accueille en 1946, 4 000 réfugiés grecs, puis 6 000 avant sa fermeture en août 1949 ; Berkovitsa dans le Nord‑Ouest bulgare, compte 2 500 réfugiés, en plus de 25 000 enfants, originaires également du nord de la Grèce, et en grande partie macédonophones. Dans ces conditions, la mise en place d’une imprimerie dirigée par le Comité de propagande et d’instruction et destinée à satisfaire les besoins des réfugiés ne se fait pas attendre ; à côté des différents ouvrages d’instruction politique et des manuels scolaires, trois journaux voient le jour : la Voix de Bulkes [Η Φωνή του Μπούλκες] et le journal macédonien macédonophone du NOF Yedinstvo [Единство] à Bulkes, ainsi que Liberté [Λευτεριά] à Berkovitsa ; des œuvres littéraires, comme Marche héroïque [Ηρωϊκή πορεία] de Stavros Giannakopoulos, Coups de marteau [Σφυριές] de Apostolos Spilios, ou encore Murgana [Μούργανα] de Dimitris Hatzis qui a été traduit en français par Melpo Axioti, sont éditées ou rééditées, et jugées indispensables à la formation idéologique des combattants. À Bulkes, est également traduit et diffusé jusqu’en août 1948 le Bulletin des 9 Partis communistes qui, à partir du mois de juin 1948, quitte son siège de Belgrade (où il est publié depuis novembre 1947) pour Bucarest, de même que la revue du Kominform, Pour une paix durable, pour une démocratie populaire [Για σταθερή ειρήνη, για την λαϊκή δημοκρατία]. Les éditions de Bulkes sont acheminées vers les zones de combat en « Grèce libre », par les réseaux d’approvisionnement déjà opérationnels2. Elles viennent alors compléter la production éditoriale du maquis. En effet, dès la création de l’Armée démocratique (AD) en octobre 1946, se mettent en place les publications du maquis, appelées également « Éditions de la Grèce libre ». Dans les zones où l’AD est implantée, la direction du PCG manifeste le même souci de diffuser ses idées, communiquer sur les objectifs de sa lutte et encourager les troupes ; ceci se matérialise par la publication de nombreux journaux3 d’esprit combattant, mais aussi la diffusion d’œuvres soviétiques4 traduites en grec et imprimées à Bulkes (avec la mention « Éditions de la Grèce libre ») et à Belgrade. Les publications du maquis se focalisent davantage sur des thématiques liées au déroulement de la guerre. Les bulletins d’information traitent des batailles victorieuses de l’AD, relatent les « actions héroïques » de certains combattants, citent des « exemples d’abnégation, de vigilance révolutionnaire et de combativité5 ».

  • 6 Suivi un an plus tard de l’album commémoratif du troisième anniversaire de l’AD, Three years of De (...)
  • 7 Le Comité d’aide à l’enfance est créé en mai 1948 sous la direction du ministre de l’Éducation et (...)
  • 8 Pour une présentation du travail d’éducation destiné aux enfants des réfugiés, voir Elli Alexiou, (...)

5À partir de 1948, une équipe d’édition travaille aussi à Budapest, où se réalise l’édition de la Voix de la Grèce, en même temps qu’une émission radiophonique en français, sous la direction de Mario Dimou et de Lambis Rappas. Parmi les publications de Budapest, il faut citer le Livre bleu sur l’occupation anglo‑américaine et l’édition bilingue de l’album Pour le deuxième anniversaire de l’Armée démocratique de Grèce6, toutes les deux destinées au travail de propagande en Occident. Il faudrait également se référer aux éditions scolaires du Comité d’aide à l’enfance7 qui siège à Budapest, mais qui, pour des raisons pratiques, finit par faire publier ses ouvrages à Bucarest. Deux enseignants, Giorgis Athanassiadis et Elli Alexiou8, s’occupent de créer une série de manuels scolaires en langue grecque et macédonienne, premières réalisations d’une longue série de publications destinées à l’enfance. Le déplacement de l’activité éditoriale de Bulkes à Bucarest a lieu en janvier 1949, les publications de Budapest sont transférées dans la capitale roumaine durant l’été 1949.

  • 9 La poursuite et la radiation du responsable de l’instruction Panayiotis Mavromatis, entre autres r (...)

6Pour résumer les relations entre les différents sites de publication, nous pourrions dire que, pendant toute cette phase, les responsables communistes cherchent, sans grand succès, à coordonner les publications de la Grèce libre et de l’étranger ; ils essaient également d’aboutir à une réunification des centres éparpillés dans les pays de l’Est. À partir de 1949, Bucarest finit par s’imposer, les éditions du maquis et celles de Bulkes disparaissent peu avant la défaite9.

  • 10 Lors du 6e plénum du PCG, Vassilis Bartziotas considère Kostas Karagiorgis comme « lâche et défait (...)
  • 11 Ce qu’explique Kostas Karagiorgis dans son intervention au 6e plénum du PCG en octobre 1949. Voir  (...)

7En termes de traitement de l’actualité politique et militaire, le PCG essaie de s’adapter aux changements qui interviennent. Certaines thématiques qui occupent le devant de la scène à la fin du conflit, comme la supposée « trahison de Tito », sont naturellement inexistantes au début ; d’autres, comme la certitude de la victoire, sont de fait éclipsées. Dans le nouveau discours du Parti, le travail de propagande s’adapte à la nouvelle donne. La défaite devra être intégrée dans les représentations des communistes comme une brève période de transition à caractère provisoire10. Dès lors, le discours guerrier laissera la place à l’injonction de tirer profit de l’expérience en terre socialiste, pour devenir des cadres compétents dans la future « République socialiste de Grèce11 ».

8À partir de 1947 et jusqu’à la fin de la guerre civile, l’expression de la gauche en Grèce sera confinée dans la clandestinité ou la censure. Mais qu’en sera‑t‑il de l’expression des réfugiés politiques partis dans les pays de l’Est ?

Communiquer après la fin de la guerre civile dans les Républiques populaires : le cas de la Roumanie

9Il est aisé de distinguer deux phases dans l’aventure éditoriale des communistes grecs avant la dictature des colonels en 1967 et la scission du PCG en 1968. La première s’étend de la fin de la guerre civile à la chute de Nikos Zachariadis (1949-1956), tandis que la seconde va de la fin de l’ère de Zachariadis au début de la période de la dictature en Grèce (1956-1967). Dans chacune de ces deux périodes, l’activité éditoriale a ses priorités quant aux thématiques traitées et aux moyens d’expression déployés. Dirigée, censurée et corrigée par un Comité de rédaction, lui‑même subordonné à un Comité d’instruction politique garant de l’orthodoxie communiste, l’activité éditoriale des réfugiés grecs en dit long sur les contraintes intellectuelles et les idéaux artistiques dans le monde socialiste des années 1950 et 1960. La question qui se pose est alors de savoir ce qui est publiable (et publié) dans les différentes phases de l’activité éditoriale.

La production éditoriale des communistes grecs de 1949 à 1967

10Nous tenterons de comprendre ce qui différencie et ce qui rassemble (ou mieux ce qui divise et ce qui réunit) les deux phases de production éditoriale marquées par la destitution de Nikos Zachariadis, quant à leurs modes de fonctionnement, leurs objectifs et résultats.

La période 1949‑1956

11Après la défaite des communistes, les civils se rendent essentiellement en Hongrie, en Roumanie, en Tchécoslovaquie, en Pologne, en Bulgarie et en RDA, les cadres du Parti partent massivement à Tachkent, tandis que 45 à 50 000 Macédoniens macédonophones réussissent à gagner la Yougoslavie.

  • 12 Sur le transfert de l’activité éditoriale à l’imprimerie roumaine Intreprinderea Poligrafica no 1, (...)
  • 13 Ibid., p. 54.

12L’activité éditoriale se concentre à Bucarest jusqu’en 1954, sous la forme de publications spécifiques portant le logo Εκδοτικό Νέα Ελλάδα [Éditions de la Grèce libre]. À la mi‑septembre 1954, la maison d’édition est dissoute et l’imprimerie passe sous le contrôle de la maison roumaine de « Littérature politique12 ». Cette transition se passe mal, la production éditoriale est en chute libre et le responsable des publications, Lambis Rappas, attribue cette détérioration à l’absence d’engagement réel « dans le Parti » ou de « conscience politique » chez les ouvriers (grecs ou roumains) de la nouvelle maison d’édition13.

13En 1951, le Bureau politique décide de mettre en place un Comité d’instruction politique afin de coordonner et de superviser les travaux de propagande du Parti, avec Dimitris Vladas et Petros Roussos, nommés respectivement comme Premier et Second secrétaires. La répartition des publications en 11 domaines, qui vont de diverses éditions à caractère social ou politique à des éditions scolaires ou des publications destinées à la jeunesse, en passant par l’édition des grands classiques de la littérature (en grec ou en traduction) et le département des publications macédoniennes, est révélatrice de l’importance du travail engagé. En 1954, les membres du Comité d’instruction changent. En 1955, le Comité d’instruction se modifie encore en Comité d’instruction politique et de presse, pour s’adapter aux nouvelles donnes de l’installation à Dej, ville roumaine de Transylvanie, avec la création de quatre secteurs : le Comité d’instruction du Comité central (CC), la rédaction de la revue Νέος Κόσμος [Monde Nouveau], la rédaction de l’éditorial du CC et les services techniques.

14Pendant toute cette période, le rôle du Comité d’instruction consiste à promouvoir le combat idéologique des communistes grecs à travers leur activité éditoriale. Les priorités des éditions du PCG évoluent en fonction de l’actualité internationale et balkanique. Dans un premier temps, il s’agit « d’expliquer la défaite », « de s’opposer à la domination américaine » et à tout autre vestige nationaliste ou expansionniste, telle la Μεγάλη Ιδέα [la Grande Idée], et « de combattre les opportunistes et autres fractionnistes à l’intérieur du PCG ». En même temps, il s’agit de cultiver l’amour pour l’URSS et de dénoncer « la clique fasciste de Tito ». Après le décès de Staline, le discours change, il est désormais question d’investir le Parti en instance idéologique suprême et de lutter contre le culte de la personnalité. Avec le rapprochement entre Tito et Khrouchtchev en 1955, il n’est plus question de « trahison titiste ». Toutes ces modifications dans la ligne du Parti entraînent le retrait de nombreux ouvrages jugés inadaptés au nouveau contexte géopolitique.

15Encore une fois, le Comité éditorial et le Comité d’instruction politique fonctionnent comme des vases communicants avec toutes les difficultés que cela implique. Les objectifs à atteindre pendant cette première période concernent la « sensibilisation des masses en Grèce », le combat pour la « libération du pays de la domination américaine » et la formation théorique des cadres du Parti dans les Républiques socialistes. Dans cette perspective, on traduit en grec et on publie les grands classiques du marxisme‑léninisme (50 volumes préparés jusqu’en 1950), on propose une publication mensuelle, la revue Νέος Κόσμος [Monde Nouveau] et diverses « Éditions du CC du PCG », ainsi que des publications sociopolitiques comme Πολιτικά Γράμματα [Lettres politiques] ou encore l’histoire du PC de l’URSS, voire des publications des partis frères traduites en grec.

16En septembre 1954, le livre Ήρωες και μάρτυρες [Héros et martyrs] est publié pour la première fois, avec des éléments biographiques sur 2 799 combattants de gauche morts pendant la guerre civile, ce qui représente moins d’un dixième des communistes tués. Un projet de réédition avec des éléments sur 25 000 combattants est prêt à être imprimé en mai 1956, puis, à la suite de la destitution de Zachariadis, il est purement et simplement abandonné. En 1953, il est également stipulé qu’il faudra écrire l’histoire de l’Armée démocratique de Grèce, mais ce projet ne verra jamais le jour.

  • 14 C’était un grand admirateur du courant artistique dit du « réalisme socialiste », critiqué pour av (...)

17Les éditions communistes se focalisent également sur des publications féminines, des travaux d’alphabétisation pour adultes, des livres scolaires et extrascolaires. Dans la production littéraire de cette période, l’engagement politique est au centre du débat. Au sein des éditions du Parti, l’art est perçu comme un moyen de faire de la politique, le fond idéologique compte bien plus que la forme et, pour reprendre la formule attribuée à Staline, les auteurs sont considérés comme des « ingénieurs de l’âme ». De même, le deuxième Congrès des auteurs soviétiques, en décembre 1954, laisse présager un glissement depuis les figures héroïques de la Grande Guerre patriotique vers les travailleurs communistes de la reconstruction. Les thèses de Jdanov14 sur la littérature, la philosophie et la musique s’avèrent déterminantes dans la formation des critères de sélection et d’évaluation des œuvres littéraires.

  • 15 Sur les qualités littéraires requises, notamment le sens de l’engagement, et les thématiques à tra (...)

18Le Cercle littéraire créé en 1951 applique ces principes et demande à ses auteurs de prendre exemple sur la personnalité de Nikos Beloyannis, sur les héros de l’Armée démocratique et sur les prisonniers politiques qui résistent toujours aux forces monarcho‑fascistes15. Le Cercle littéraire suit l’aphorisme stalinien qui proclame que l’art doit être socialiste quant à son contenu, et national dans sa forme, pour dresser la liste (sans cesse réactualisée) des auteurs – déjà consacrés – à publier. Pour les nouveaux auteurs – confirmés ou débutants –, la sélection est rude. Les exigences vis‑à‑vis des auteurs communistes sont énormes. Si le Cercle littéraire montre une certaine indulgence à l’égard de certaines personnes qui s’essaient pour la première fois à l’écriture, en leur recommandant de lire davantage, de travailler plus sur la langue, de se concentrer sur des genres moins difficiles (des nouvelles plutôt que des romans) ou de chercher à être publiés dans la presse locale, il est extrêmement exigeant face aux auteurs confirmés, ceux « dont le peuple attend le plus », pour reprendre l’expression de Apostolos Spilios, tels que Elli Alexiou, Théodosis Pieridis et Melpo Axioti, déjà présents dans les milieux intellectuels de la période précédente, des écrivains connus par des textes publiés à la Libération comme Thanasis Hatzis et Kostas Bossis, des journalistes de Rizospastis comme Thanassis Georgiou ou des auteurs « découverts » en exil comme Apostolos Spilios, Constantinos Rentis, Nikos Kytopoulos, Mitsos Alexandropoulos, Giorgos Sévasticoglou, Alexis Parnis et Petros Antaios.

19Les contraintes qui pèsent sur la sélection des œuvres à publier portent sur l’application du réalisme socialiste, mouvement littéraire censé reconstruire la réalité par des moyens artistiques, sans naturalisme aucun, mettre en avant des héros positifs, sans sentiments de tristesse ou d’angoisse, et convaincre sur le plan idéologique, sans avoir recours à de la rhétorique politique, clairement assumée en tant que telle. Dans le cas des communistes grecs, le choix des sujets traités est encore plus contraignant, puisque de nouvelles restrictions viennent se rajouter à celles énoncées par le socialisme réaliste.

  • 16 Voir Anna Matthaiou et Popi Polemi, 2003, op. cit., p. 90, citant un extrait du Manifeste (non sig (...)
  • 17 Il s’agit d’effectuer un virage important et de passer des « héros de la guerre » à l’héroïsme quo (...)

20En effet, si le socialisme réaliste permet à l’auteur « progressiste » de choisir librement son sujet, le contexte oblige l’auteur, qui se dit communiste, à traiter de sujets politiquement importants. L’actualité l’invite à participer au combat du moment, à instruire et éclairer les masses16 des changements de modèles qui s’imposent en fonction des besoins de la révolution17.

21Pour les auteurs réfugiés, toutes ces contraintes s’ajoutent aux conditions de vie et de travail difficiles et aboutissent, quelquefois, à les détourner de toute création littéraire. Enfin, nouveau paradoxe, les réfugiés politiques à qui l’on demande d’écrire sur la Grèce et qui se sentent complètement coupés du pays finissent par être progressivement écartés des publications des éditions du Parti au profit d’auteurs restés en Grèce. Il est, pour ainsi dire, procédé à une double exclusion des auteurs réfugiés, à la fois coupés de la Grèce et mis à l’écart par les éditions du Parti.

  • 18 Cette œuvre sera même rééditée dans le bloc de l’Est par les Éditions Politiques et Littéraires en (...)

22Pour les auteurs qui font partie du « patrimoine national », les critères de sélection restent profondément imprégnés de considérations idéologiques. Nous constatons alors que la liste des absents est conséquente : Constantin Cavafy, Constantin Christomanos, Stéphanos Granitsas, Romos Philyras sont exclus, et on se montre très réticents vis-à-vis de Aristotelis Valaoritis et Grigorios Palamas. Angelos Sikélianos est admis, parce que persécuté par « l’américanocratie » ; le point de vue sur Nikos Kazantzakis évolue parce que lui aussi s’attire l’animosité de l’Église et du régime après la publication d’œuvres contestataires, comme en 1947 Καπέταν Μιχάλης18 [La liberté ou la mort] et, en 1954, Ο Χρίστος ξανασταυρώνεται [Le Christ recrucifié]. Parmi les œuvres republiées par le Comité, nous pourrions citer le poème Φωτεινός [Photinos le laboureur] de Valaoritis, Η αληθινή απολογία του Σωκράτη [La véritable Apologie de Socrate] et Το φως που καίει [La lumière qui brûle] de Kostas Varnalis, un recueil de chants populaires en 1952 et des extraits de Yannis Makriyannis.

23D’autres auteurs contemporains grecs appartenant à la gauche, Evangelos Giannopoulos, Yannis Ritsos, Dimitrios Fotiadis, Thémis Kornaros par exemple, sont publiés par les éditions du Parti ; c’est la « littérature de prison », la « création des auteurs du peuple persécutés ». Après 1956, la situation change en Grèce, la coalition de la gauche et du centre marquant le début d’une moindre marginalisation du parti de gauche légal (EDA). En même temps, la situation change sur le plan géopolitique international.

La période 1956‑1967

24Avant et après la mort de Staline, le point de référence pour les communistes grecs est la ligne du PC de l’URSS, quels que soient les changements de stratégie proclamés. Après le 20e Congrès du PC de l’URSS et le 6e plénum du PCG commencent à apparaître les premiers groupes de dissidents, à Tachkent et à Aï‑Stratis. Pour la première fois, des positions, vite qualifiées de révisionnistes par l’ancienne garde, sont énoncées, elles prônent la démocratisation du fonctionnement interne, la prise en compte des problèmes qui se posent en Grèce et l’adoption de stratégies ad hoc. Les cadres dirigeants appartiennent d’ailleurs très souvent aux deux bords. Toutes ces tensions se manifestent à l’intérieur d’un Parti qui, jusqu’en 1968, reste uni, ce qui oblige à chercher des accords et des équilibres permettant de faire coexister des opinions très différentes.

25Après la destitution de Zachariadis, de nouvelles consignes apparaissent : travailler davantage en direction de la Grèce, baisser le rythme de publication des grands classiques, faire des économies. On décide également de retirer de la circulation des livres précédemment édités et qui ne respecteraient pas l’esprit du 6e plénum. Pour illustrer les difficultés que le PCG entretient avec l’étude de sa propre histoire et de sa production éditoriale, ajoutons que cette vague d’épuration fait pendant à deux autres opérations menées en 1953 et 1955. Le nouveau bureau du Comité éditorial se réunit en juin 1956 pour faire le bilan du travail de l’ancien bureau et se fixer de nouveaux objectifs. De 1957 à 1961 (8e plénum du Parti), sont publiées en français et en grec des brochures concernant les décisions du Parti, le mouvement communiste international, la mobilisation en Grèce pour la démocratisation du pays, le sort des prisonniers politiques et des réfugiés, l’amnistie générale, la légalisation du PCG et le retour en Grèce des réfugiés politiques. À partir de 1962, ces publications s’intensifient encore davantage : au cours de cette année, six brochures sur les prisonniers politiques voient le jour.

26À partir de 1956, s’organise le départ progressif de Dej pour Bucarest, tandis que le Département de presse, récemment créé, se réunit pour la première fois et se fixe l’objectif de suivre plus activement ce qui se passe en Grèce, notamment à travers l’étude systématique des journaux et revues de gauche Avgi et Epitheorisi Technis, avec lesquels il envisage une collaboration.

27En 1958, en vue des élections en Grèce, le Comité d’instruction et le CC du PCG se rejoignent sur le besoin de faire de la question du rapatriement des réfugiés une base de collaboration pour toutes les forces patriotiques du pays. Il devient alors crucial de préparer les jeunes à rentrer en Grèce, leur apprendre la langue, les aider à avoir un métier utile… Bien naturellement, cette priorité influe sur la préparation de nouveaux ouvrages scolaires et littéraires. En même temps, en Grèce, Komninos Pyromaglou commence la publication de la revue Ιστορικόν Αρχείον Εθνικής Αντιστάσεως [Archives historiques de la Résistance nationale].

  • 19 Sur son combat pour entamer l’étude de la Résistance, voir sa lettre à l’attention du Comité d’ins (...)

28En 1959, le Comité d’instruction décide la scission en deux du Cercle historique et philosophique. Le PCG envisage de parler enfin de la Résistance, mais aussi de l’histoire du PCG. Il procède à la publication des textes officiels [Επίσημα κείμενα/Textes officiels] en quatre volumes de 1964 à 1968, mais aussi des contributions de Petros Roussos, Η Μεγάλη Πενταετία [Les quatre années les plus grandes] et Η Οκτωβριανή επανάσταση και η Ελλάδα [La révolution d’Octobre et la Grèce], publiées respectivement en 1966 et 1967, ainsi que de l’ouvrage de Stavros Zorbalas, Σημαία του λαού [Drapeau du peuple], publié en 1966 et se rapportant à l’histoire du journal Rizospastis. Or, tout effort de raconter la guerre civile se heurte à une injonction de silence. Trente ans après, Alekos Papapanayotou, historien communiste, relate toutes les difficultés qu’il a dû affronter pour accéder aux archives qu’il était censé étudier et tous ses efforts pour expliquer la nécessité d’écrire l’histoire de la Résistance19.

29Parmi les objectifs à atteindre pour 1960, le Comité d’instruction, sous la direction de Panos Dimitriou et de Grigoris Farakos, annonce son intention de publier des œuvres marxistes et de les envoyer en Grèce ; il veut aussi mettre en place, avec Dimitris Despotidis et les éditions Thémélio, une collaboration qui s’intensifiera à partir de 1966 avec la programmation de l’édition des grands classiques du léninisme et du marxisme.

30En 1961, après le 8e Congrès, le CI (Comité d’instruction) exprime le souhait d’avoir accès, en Grèce, à de nouveaux moyens de propagande et de mieux utiliser les anciens, tandis qu’en 1962 se met en place une équipe de traduction des œuvres marxistes classiques à Tachkent.

  • 20 Dans cette deuxième édition, la préface de Zissis Zografos est particulièrement importante, elle d (...)

31À Prague, en 1962, Andréas Tzimas devient responsable de publication de la revue Εθνική Αντίσταση [Résistance nationale] qui porte sur la période 1941-1944. C’est une première tentative de parler de la Résistance en dehors du cercle très fermé de la section d’histoire du PCG. Du 21 juillet 1963 au 12 janvier 1964, le journal Avgi commence à publier en Grèce Χρονικό της Ευνικής Αντίστασης [Chronique de la Résistance nationale] qui, en septembre, deviendra Στάρματα, Στάρματα [Aux armes]. Cette série sera publiée en 1964 sous forme d’œuvre en quatre volumes par les éditions Giannikos sous la direction du général Avgéropoulos, puis sera reprise en 1967 aux Éditions politiques et littéraires20.

32Les années 1963 et 1964 sont marquées par la difficulté pour les communistes de l’étranger d’influer sur les revues de gauche en Grèce, ou même de traiter des événements importants de l’actualité, tels que l’assassinat par des paramilitaires du député socialiste Grigoris Lambrakis, ou les élections de novembre 1963.

  • 21 Voir Iakovos Michaïlidis, 1966, Ο ελληνικός εμφύλιος πόλεμος, 1946-1949 [La guerre civile en Grèce (...)
  • 22 Voir Panagiotis Noutsos, 1994, Η σοσιαλιστική σκέψη στην Ελλάδα από το 1875 ως το 1974 [La pensée (...)

33En novembre 1964, il est clairement question de mettre en avant la Résistance tout en passant sous silence la guerre civile et en rejetant des ouvrages jugés préjudiciables pour les objectifs. L’article de Zissis Zografos, « Leçons de la guerre civile », publié dans la revue internationale Προβλήματα ειρήνης και σοσιαλισμού [Problèmes de paix et de socialisme] déclenche un véritable tollé. Finalement publié sous le titre nettement plus consensuel « La leçon essentielle à retenir, transition vers une normalisation démocratique » dans la revue Νέος Κόσμος [Monde Nouveau] en 1965 (p. 43-54), il est très critiqué, car jugé à la fois contraire aux thèses du 8e Congrès du Parti, mais aussi très déplacé dans le contexte international qui lui est contemporain. Il faudrait selon le Cercle littéraire privilégier encore et toujours l’apaisement des tensions et lutter pour la démocratisation du pays. La thèse de doctorat de Iakovos Michaïlidis sur la guerre civile en Grèce est également refusée à la publication « dans l’état actuel des choses21 ». Le Comité d’instruction essaie systématiquement de s’occuper de ce qui se passe en Grèce où la situation évolue rapidement, en 1965-1966 il y est même question de la création d’un centre d’études marxistes22.

34Le coup d’État de 1967 bouleverse entièrement la donne ; il s’agit désormais d’informer le public sur la situation en Grèce, d’adopter pour les ouvrages à envoyer en Grèce un format leur permettant d’être facilement cachés et de songer à remplacer la revue Pyrsos par un nouveau magazine de lutte contre la dictature.

35L’évolution de la production éditoriale des réfugiés communistes dans le bloc de l’Est et notamment en Roumanie trouve un équivalent dans les activités radiophoniques souvent menées en parallèle par les mêmes acteurs.

La radio des communistes grecs réfugiés dans le bloc de l’Est, entre mémoire d’oralité et histoire d’écriture parallèle

36Les émissions de radio de Grèce libre, puis de la Voix de la vérité, préparées sous le contrôle du Parti communiste grec, obéissent malgré leur « prétendue » oralité, aux priorités politiques et aux règles de sélection présentes dans l’activité éditoriale et l’écriture des communistes grecs réfugiés dans le bloc de l’Est après la fin de la guerre civile.

37L’évocation du paradigme radiophonique tout comme la confrontation avec l’activité éditoriale des réfugiés viennent illustrer les stratégies de communication du PCG, mais aussi les changements intervenus à l’intérieur de celui‑ci après la destitution de Zachariadis en 1956 et jusqu’à la scission en Parti de l’intérieur et Parti dit « de l’extérieur » en 1968. La mémoire de la guerre civile est, dans ce sens, un exemple probant de thématique abordée très différemment selon les périodes d’existence de la radio.

  • 23 La transmission solennelle des archives radiophoniques par Alekos Psiloritis à Lefteris Eleftherio (...)
  • 24 La formulation grecque de « no pasarán » se retrouve dans le slogan « L’ennemi à Grammos et à Vits (...)

38Le PCG a une conscience aiguë de l’impact de la propagande politique et, convaincu de son rôle historique dans une tradition idéologique qui fait de la lutte des classes le moteur de l’histoire, accorde une grande importance à la sauvegarde de ses archives radiophoniques23. La radio Grèce libre/la Voix de la vérité est un exemple éloquent de son double souci de communiquer ses positions en (in)formant l’opinion publique et ses partisans et en préservant son héritage historique et mémoriel. Créée le 16 juillet 1947, comme radio officielle de l’Armée démocratique, Grèce libre cherche jusqu’en septembre 1949 à mettre en avant « l’imminence de la victoire sur les forces monarcho-fascistes24 ». Les émissions grecques sont doublées d’une émission de propagande en langue française, destinée à promouvoir la question grecque à l’ONU.

39Peu avant la défaite, étant donné la dégradation des relations entre Moscou et Belgrade, Grèce libre quitte son siège yougoslave pour s’installer en mars 1949 à Bucarest, ce qui n’est pas sans évoquer le déplacement vers la capitale roumaine des activités éditoriales, elles aussi tributaires de la rupture imminente entre Tito et Staline. Les analogies entre l’activité radiophonique et l’activité éditoriale des communistes grecs ne s’arrêtent pas là. La radio devient le principal moyen de communication de la ligne du Parti et se fixe deux objectifs que l’on retrouve dans les stratégies de publication : la dénonciation de « l’impérialisme américain » et la lutte pour la démocratie contre les forces « monarcho-fascistes ».

  • 25 Tout comme ils le faisaient à Belgrade, aucun pays de l’Est ne s’exposant à assumer publiquement l (...)
  • 26 Le sens du devoir imposé ou librement choisi nous renvoie à la question complexe de l’adhésion (pl (...)

40Le public auquel s’adresse cette radio est essentiellement composé de combattants et d’anciens combattants communistes ; or, il faut préciser que, pendant et juste après la guerre civile, très peu nombreux sont les partisans qui ont des postes de radio, la voix du Parti a du mal à se faire entendre et souvent c’est la presse qui relaie les informations diffusées par la radio. Après la défaite, les responsables de la radio apprennent ce qui se passe en Grèce avec quinze à vingt jours de retard, se limitant souvent à la lecture des journaux grecs. Toute cette opération radiophonique, tout comme l’activité éditoriale du PCG, est menée clandestinement ; les rédacteurs des bulletins à Bucarest vivent enfermés25, dans le secret, sans aucune relation avec le monde extérieur, d’où le caractère paradoxal de leur démarche, puisqu’il s’agit de créer une radio ouverte, divertissante et impliquée dans la vie de la Grèce, tout en la concevant et en la diffusant dans des conditions d’isolement. Les responsables de la radio sont sommés (ou se sentent obligés26) de faire un travail d’information pointu, ils sont censés se doter d’un esprit collectif, organiser des cours d’autoformation et transmettre les valeurs et positions communistes dans des conditions de travail difficiles, imposées par la clandestinité.

41Il est intéressant de remarquer que la plupart des responsables de la radio travaillent aussi dans le domaine éditorial et sont des personnalités haut placées dans la hiérarchie du Parti. Petros Roussos, Nikos Zachariadis, Zissis Zografos, Alekos Psiloritis, Lefteris Eleftheriou donnent la ligne du Parti ou dirigent la radio. Des membres du Comité central (Vassilis Bartziotas, Mitsos Vladas, Pétros Roussos, Avra Vlassi, Apostolos Grozos) collaborent activement à l’émission de Zachariadis, Formation du combattant, qui perdure jusqu’à la disgrâce de Zachariadis.

  • 27 En 1954, Nikos Zachariadis dénonce le comportement des membres de la radio, puis en 1956, ceux‑ci (...)

42Le contenu et la fréquence des émissions (quotidiennes, à l’occasion d’un événement particulier, ou regroupées par unités thématiques) sont répertoriés et archivés par la radio et nous permettent de faire un rapprochement de plus avec le mode de fonctionnement des publications du PCG, notamment en ce qui concerne l’évolution des sujets traités et des positions défendues par le Parti. Jusqu’à la troisième session plénière du CC du PCG, en novembre 1952, l’émission de Zachariadis se concentre sur le fonctionnement des organisations clandestines, la lutte en Grèce contre le terrorisme d’État, la domination américaine, ou encore « l’axe Athènes‑Belgrade ». À partir de 1953 et 1954, cette émission va essuyer de vives critiques sur des positions jugées « sectaires » et « dépassées par les événements27 ». À l’ordre du jour, on ne trouve plus l’organisation d’unités de lutte clandestines, mais une logique de front commun, à travers l’organisation de la lutte des masses et la mobilisation des classes moyennes, des étudiants et des intellectuels. Après les décisions de la sixième session plénière du Parti et le désaveu de Zachariadis, la radio arrête ses émissions depuis Bucarest et ne propose qu’une émission de trente minutes depuis l’Allemagne.

  • 28 Les tentatives pour se constituer en front démocratique uni rapprochent l’expérience grecque de la (...)

43En juin 1957, on commence à planifier le renouveau de cette radio et, le 1er mars 1958, l’émission inaugurale depuis Bucarest spécifie le changement de nom de la station, désormais appelée la Voix de la vérité. Elle est dirigée par le Bureau politique du Comité central et Zissis Zografos est nommé responsable pour les « questions idéologiques ». Les objectifs restent liés à la diffusion et la vulgarisation de la ligne politique et de l’idéologie du Parti, mais visent également le développement d’un « large mouvement28 patriotique pour le renouveau démocratique » et le « traitement efficace » des sujets d’actualité.

  • 29 « La station doit faire attention à la question de la langue. La langue de la radio doit être la l (...)
  • 30 Voir la lettre de Melpo Axioti de 1952 : « La camarade de la radio ne cesse de déclamer… comme au (...)

44À un certain élargissement des thématiques vient s’ajouter un questionnement quant à la forme des émissions. Dès le milieu des années 1950, le public de la radio grandit considérablement ; dans les centres urbains, la réception de la Voix de la vérité est très bonne, d’où le besoin d’une amélioration de la qualité de la station. Des personnalités importantes du Parti constatent que la radio devrait faire des efforts quant à la langue et au style déployés29. Il faudrait également revoir le récit et le débit de la speakerine30, essayer de proposer des émissions de divertissement annexes et tenter de s’impliquer davantage dans la vie du pays, sans se cantonner à la seule expérience des réfugiés.

  • 31 Voir les propos de Lefteris Mavroidis, le 28 septembre 1961, dans son exposé au Bureau politique ( (...)
  • 32 Les rapports entre Avgi et la Voix de la vérité sont complexes et révélateurs des tensions entre l (...)

45Zissis Zografos, en nouveau directeur de la Voix de la vérité, se réfère à la difficulté d’utiliser efficacement la radio dans les besoins de la propagande31, signale le danger que représente pour l’instruction politique des immigrés la radio américaine de Salonique, plus divertissante dans son contenu, et attire l’attention sur la tendance du journal Avgi, source principale d’informations pour les journalistes de la Voix de la vérité, à publier de moins en moins les communiqués radiophoniques de la station32. Tous ces constats sont révélateurs de la difficulté du PCG de rester en contact avec la réalité grecque et de sa volonté d’être en mesure de contrôler l’EDA et, de manière plus générale, de diriger la gauche en Grèce.

  • 33 Pour une présentation détaillée de la question, voir les articles de Vaso Psimouli, 1999, «Η φωνή (...)

46Parmi les sujets abordés entre 1958 et 1962 dans les émissions quotidiennes, nous pourrions citer les élections législatives et municipales, les 40 ans du PCG, les 20 ans de la Résistance nationale, les revendications des travailleurs et de la jeunesse, les problèmes idéologiques et politiques des mouvements ouvriers (en Grèce et dans le monde), les partis communistes frères, la paix, la question chypriote, la vie (et les prouesses) des réfugiés politiques, le sort des prisonniers politiques, l’art et les lettres. À partir de 1962, la Voix de la vérité mettra en avant les luttes pour l’amnistie générale, la démocratisation, l’indépendance et l’autodétermination du pays. Elle rendra compte en 1967 de la mobilisation internationale contre le coup d’État. La dernière émission de Bucarest date du 17 février 1968, après la diffusion de la lettre ouverte de Dimitris Partsalidis, Zissis Zografos et Panos Dimitriou. Après la division du PCG, la station reprendra ses émissions depuis l’Allemagne, sous la direction du CC du PCG, et ce, jusqu’à la chute des colonels33.

Conclusion

47La présentation des activités radiophoniques dans leur articulation à la production éditoriale dans le bloc de l’Est aboutit à plusieurs constats. Le projet de propagande, dans lequel s’inscrivent les émissions de la Voix de la vérité, guide la publication et la production éditoriale des réfugiés politiques, tandis que l’expression radiophonique constitue une forme d’écriture parallèle, la place laissée à une parole plus spontanée ou moins surveillée étant de fait exclue.

  • 34 Voir Anna Matthaiou et Popi Polemi, 2003, op. cit., p. 48.

48Si nous constatons une correspondance étroite entre les différentes modalités de communication à l’intérieur de chacun des pays de l’Est, qu’il s’agisse de la presse, de la radio ou des œuvres littéraires publiées, il existe des particularités propres à la production de chaque pays d’accueil en relation avec ses rapports avec l’URSS. L’écriture des communistes, d’abord censurée puis interdite en Grèce, reste pendant toute la période étudiée strictement encadrée par le Parti et menée dans des conditions de semi‑clandestinité34 dans les pays socialistes. Elle suit l’aventure du mouvement communiste international et tente tant bien que mal de rester en contact avec la Grèce, voire d’influer sur les nouvelles formes d’expression de la gauche qui, à partir des années 1960, font leur irruption dans la vie culturelle du pays. Il est intéressant de relever la dissymétrie de la production menée en exil, parfois dans une certaine sacralisation d’un passé coupé des changements politiques du pays d’origine, avec les activités éditoriales et radiophoniques qui ont lieu en Grèce, et qui sont bien moins attachées à l’orthodoxie du Parti. À la fois tournée vers la Grèce et prise dans une suspension du temps, la production de l’exil connaît des évolutions propres au contexte des pays de l’Est ; en même temps, elle se veut résolument centrée sur la Grèce, là où les activités de la gauche en Grèce semblent intégrer davantage la mémoire de la guerre civile dans la narration de l’histoire du pays et dans l’appréhension des enjeux de l’actualité. 

49Le déplacement accru des activités éditoriales et radiophoniques vers la Roumanie, pilier de l’orthodoxie du Parti, semble témoigner de la volonté du PCG de s’aligner sur les positions staliniennes en anticipant sur toute velléité de dissidence. Pôle extraterritorial de l’expression des réfugiés grecs, le discours des vaincus de la guerre civile dans le bloc de l’Est se trouve parfois en résonnance, mais le plus souvent en dissonance avec celui de la gauche grecque restée au pays. L’expression éditoriale et radiophonique en Roumanie prend les allures d’un discours figé, conforme à un modèle communiste, par certains aspects, sclérosé ; elle s’inscrit dans une suspension du temps qui semble être à la fois, le fait de l’expérience de l’exil, en tant qu’elle gèle le temps subjectif, et de la doctrine communiste, en tant qu’elle s’oppose à l’évolution spontanée du travail de mémoire, au profit d’une narrativité contrôlée par le Parti. Les formes d’expression qui ne s’inscrivent pas dans l’orthodoxie du Parti peinent à trouver un moyen d’existence en Roumanie, alors qu’elles arrivent à être mieux articulées en Grèce. Il nous semble que la promiscuité avec les instances décisionnaires du Parti communiste, tout comme des phénomènes liés au vécu subjectif de la temporalité dans des conditions d’exil, viennent expliquer sur un plan politique et sur un plan personnel une certaine rigidité de la production des réfugiés. L’effet du groupe, en tant que communauté de mémoire compacte entravant tout mouvement de différenciation individuelle, semble y être aussi pour beaucoup, puisqu’il implique des choix identitaires forts, conformes à l’idéal collectif. L’isolement des réfugiés, coupés de leur pays d’origine et de ses changements, la place prépondérante du Parti dans le microcosme des réfugiés, la rupture traumatique de l’exil, la confrontation à un provisoire appelé à durer indéfiniment, semblent empêcher l’évolution du discours mémoriel des réfugiés ; ils sont comme confinés dans des narrations figées, parfois dans une certaine mélancolisation des discours au‑delà et en deçà de leur versant héroïque.

Haut de page

Bibliographie

Adamos Takis, 1952, «Ιδεολογικό μέτωπο και λογοτέχνες» [Front idéologique et hommes de lettres], Νέος Κόσμος, novembre 1952, p. 54‑57.

Alexiou Elli, 1983, Βασιλική Δρυς [Chêne royal], vol. II, Αθήνα: Καστανιώτης.

Goulandris Nikos, 2001, 491 Δελτία 1930‑1975 για το Χατζή [491 Fiches (1930‑1975) sur Hatzis], Αθήνα: Μαύρη Λίστα.

Iliou Philippos, 2000, «Ένα υπόμνημα του Κώστα Κουλουφάκου για την Επιθεώρηση Τέχνης, κομματική διανόηση και κομμουνιστική ανανέωση» [Une notice de Kostas Kouloufakos pour la Revue d’Art, idéologie partisane et renouveau communiste], Αρχειοτάξιο 2, p. 41‑86.

Kontis Vasileios et Sfétas Spyridon (éd.), 1999, Εμφύλιος πόλεμος. Εγγραφα από τα γιουγκοσλαβικά και βουλγαρικά αρχεία [La guerre civile. Documents d’archives yougoslaves et bulgares], Αθήνα: Παρατηρητής, p. 103‑195.

Matthaiou Anna et Polemi Popi, 2001, «Ο Σεραφείμ Μάξιμος στα ΑΣΚΙ» [Sérapheim Maximos aux ASKI], Αρχειοτάξιο 3, p. 65‑89.

Matthaiou Anna et Polemi Popi, 2003, Η εκδοτική περιπέτεια των Ελλήνων, από το βουνό στην υπερορία, 1947‑1968 [L’aventure éditoriale des communistes grecs, du maquis à l’exil dans le bloc de l’Est, 1947‑1968], Αθήνα: Βιβλιόραμα.

Michaïlidis Iakovos et Mourelos Ioannis, 2007, Ο ελληνικός εμφύλιος πόλεμος, 1946‑1949, Μια αποτίμηση: Πολιτικές, ιδεολογικές, ιστοριογραφικές προεκτάσεις [La guerre civile en Grèce 1946‑1949, une évaluation : extensions politiques, idéologiques, historiographiques], Αθήνα: Ελληνικά Γράμματα.

Noutsos Panagiotis, 1994, Η σοσιαλιστική σκέψη στην Ελλάδα από το 1875 ως το 1974 [La pensée socialiste en Grèce de 1875 à 1974], Αθήνα: Γνώση.

Psimouli Vaso, 1999, «Η φωνή του Κόμματος στα πέτρινα χρόνια» [La voix du Parti dans les années de plomb], Αρχειοτάξιο 1, p. 14‑23.

Psimouli Vaso, 1999, «Η Ελεύθερη Ελλάδα, ο παράνομος ραδιοφωνικός σταθμός του ΚΚΕ» [Grèce libre : la station de radio illégale du PCG], Ελευθεροτυπία, p. 10‑11.

Psimouli Vaso, 2003, «Μαζικ ή προπαγ ά νδα σε παράνομες συχνότητες: οι εκπομπές του ραδιοφωνικού σταθμού Ελεύθερη Ελλάδα/φωνή της Αλήθειας» [Propagande de masse sur des fréquences illégales : les émissions de la station Grèce libre/la Voix de la vérité], Αρχειοτάξιο 5, p. 145‑153.

Psimouli Vaso, 2006, «Ελεύθερη Ελλάδα»  «Η Φωνή της Αλήθειας». Ο παράνομος Ραδιοφωνικός Σταθμός του ΚΚΕ, Αρχείο 1947‑1968 [Grèce libre, la Voix de la vérité, la station de radio illégale du KKE, Archives 1947‑1968], Αθήνα: ΑΣΚΙ‑Θεμέλιο.

Siaperas Kostas, 1990, Μυστικοί δρόμοι του δημοκρατικού στρατού, από τη Βάρκιζα στο Μπούλκες [Voies secrètes de l’Armée démocratique. De Varkiza à Bulkes], Αθήνα: Γλάρος.

Haut de page

Notes

1 Sur les années parisiennes de Sérapheim Maximos et son rôle de représentant de la « Grèce démocratique » pendant la guerre civile, voir Anna Matthaiou et Popi Polemi, 2001, «Ο Σεραφείμ Μάξιμος στα ΑΣΚΙ» [Sérapheim Maximos aux ASKI], Αρχειοτάξιο 3, p. 65-89.

2 Le Comité central du PCG (Petros Roussos et Yannis Ioannidis) s’installe dès août 1946 à Belgrade. Il se charge de gérer la circulation des biens et des personnes entre les pays socialistes et la Grèce : jeunes recrues pour l’Armée démocratique qui souhaitent partir en Grèce, enfants et blessés qui quittent le pays, équipement militaire, livres et nourriture envoyés en Grèce libre… Les responsables des réseaux sur le terrain sont essentiellement Nikos Georgalis (pour le réseau yougoslave) et Kostas Siaperas (pour le réseau bulgare). Voir Kostas Siaperas, 1990, Μυστικοί δρόμοι του δημοκρατικού στρατού, από τη Βάρκιζα στο Μπούλκες [Voies secrètes de l’Armée démocratique. De Varkiza à Bulkes], Αθήνα: Γλάρος, p. 108 ; Vasileios Kontis et Spyridon Sfétas (éd.), 1999, Εμφύλιος πόλεμος. Εγγραφα από τα γιουγκοσλαβικά και βουλγαρικά αρχεία [La guerre civile. Documents d’archives yougoslaves et bulgares], Αθήνα: Παρατηρητής, p. 103‑195.

3 Pour une liste des journaux permettant de se faire une idée de l’importance de la diffusion et des lieux de publication de la presse pendant et après le conflit, et qui donne également des renseignements sur les instances du Parti ou autres organisations affiliées dont cette presse dépend, voir Anna Matthaiou et Popi Polemi, 2003, Η εκδοτική περιπέτεια των Ελλήνων, από το βουνό στην υπερορία, 1947‑1968 [L’aventure éditoriale des communistes grecs, du maquis à l’exil dans le bloc de l’Est, 1947‑1968], Αθήνα: Βιβλιόραμα, p. 139‑140.

4 Il s’agit de traductions d’œuvres emblématiques de l’« héroïsme soviétique ».

5 Voir ASKI, Archives du PCG, carton 396, dossier 21/7/8.

6 Suivi un an plus tard de l’album commémoratif du troisième anniversaire de l’AD, Three years of Democratic Army of Greece, 1949, ΑΣΚΙ-Βιβλιοθήκη-Εκδόσεις του βουνού, ΔΣΕ12969.

7 Le Comité d’aide à l’enfance est créé en mai 1948 sous la direction du ministre de l’Éducation et de l’Hygiène du Gouvernement démocratique provisoire, Petros Kokkalis.

8 Pour une présentation du travail d’éducation destiné aux enfants des réfugiés, voir Elli Alexiou, 1983, Βασιλική Δρυς [Chêne royal], vol. II, Αθήνα: Καστανιώτης, et plus particulièrement pour les manuels scolaires (et parascolaires), les pages 365-380.

9 La poursuite et la radiation du responsable de l’instruction Panayiotis Mavromatis, entre autres raisons, parce qu’il n’aurait pas préservé cette imprimerie au milieu de la déroute militaire, sans qu’il reconnaisse y être personnellement impliqué, sont révélatrices du climat de suspicion qui domine le PCG à cette période. Le sort réservé au responsable des éditions à Bucarest, Kostas Karagiorgis (qui avait préalablement refusé de prendre la tête de la radio du PCG), après le 7e plénum du PCG en mai 1950, montre l’ampleur de la chasse aux sorcières entamée. Karagiorgis, comme plus tard Ploumbidis, sera sacrifié par le Parti.

10 Lors du 6e plénum du PCG, Vassilis Bartziotas considère Kostas Karagiorgis comme « lâche et défaitiste » parce qu’il pense que cet exil risque de durer vingt ans... Il durera beaucoup plus. Voir Anna Matthaiou et Popi Polemi, 2003, op. cit., p. 38.

11 Ce qu’explique Kostas Karagiorgis dans son intervention au 6e plénum du PCG en octobre 1949. Voir Anna Matthaiou et Popi Polemi, 2003, op. cit., p. 38.

12 Sur le transfert de l’activité éditoriale à l’imprimerie roumaine Intreprinderea Poligrafica no 1, voir Anna Matthaiou et Popi Polemi, 2003, op. cit., p. 53.

13 Ibid., p. 54.

14 C’était un grand admirateur du courant artistique dit du « réalisme socialiste », critiqué pour avoir étouffé les autres tendances pendant toute une période au cours de laquelle il imposa de grandes contraintes politiques, en particulier pendant les années 1940.

15 Sur les qualités littéraires requises, notamment le sens de l’engagement, et les thématiques à traiter, dans une perspective « sociale et patriotique », voir l’article de Takis Adamos, 1952, «Ιδεολογικό μέτωπο και λογοτέχνες» [Front idéologique et hommes de lettres], Νέος Κόσμος, p. 54‑57.

16 Voir Anna Matthaiou et Popi Polemi, 2003, op. cit., p. 90, citant un extrait du Manifeste (non signé) du Cercle littéraire intitulé «Μερικές ερωτήσεις σχετικές με τους συγγραφείς και την κριτική παρουσίασητων βιβλίων» [Quelques questions concernant les auteurs et la présentation critique des livres] et paru initialement dans Νέος Κόσμος en juin 1954.

17 Il s’agit d’effectuer un virage important et de passer des « héros de la guerre » à l’héroïsme quotidien du « travail pacifique ». Cette mise en avant de nouveaux modèles est présente dans l’ensemble de la production culturelle. Elle va de la littérature adressée à la jeunesse aux chants populaires en passant par la grande littérature de la période.

18 Cette œuvre sera même rééditée dans le bloc de l’Est par les Éditions Politiques et Littéraires en 1958. Pour une vue globale sur Kazantzakis et l’attitude de Hatzis à son égard, voir également Nikos Goulandris, 2001, 491 Δελτία 1930-1975 για το Χατζή [491 Fiches (1930-1975) sur Hatzis], Αθήνα: Μαύρη Λίστα, p. 133-174.

19 Sur son combat pour entamer l’étude de la Résistance, voir sa lettre à l’attention du Comité d’instruction citée dans Anna Matthaiou et Popi Polemi, 2003, op. cit., p. 104.

20 Dans cette deuxième édition, la préface de Zissis Zografos est particulièrement importante, elle détaille « les erreurs du Parti » qui pour les circonstances se limitent aux accords du Liban, de Caserte et de Varkiza et au manque de préparation pour la bataille de décembre. Elle est en tout point conforme aux résolutions du 8e Congrès et fait l’éloge de l’esprit unificateur de la Résistance nationale.

21 Voir Iakovos Michaïlidis, 1966, Ο ελληνικός εμφύλιος πόλεμος, 1946-1949 [La guerre civile en Grèce 1946-1949], thèse de doctorat, Αθήνα: Πάντειο Πανεπιστήμιο ; et plus récemment Iakovos Michaïlidis et Ioannis Mourelos, 2007, Ο ελληνικός εμφύλιος πόλεμος, 1946-1949, Μια αποτίμηση: Πολιτικές, ιδεολογικές, ιστοριογραφικές προεκτάσεις [La guerre civile en Grèce 1946-1949, une évaluation : extensions politiques, idéologiques, historiographiques], Αθήνα: Ελληνικά Γράμματα. Anna Matthaiou et Popi Polemi, 2003, op. cit., citent la lettre suivante du Comité (« Lettre tapuscrite du Comité d’instruction comportant des remarques à l’attention de l’auteur ») [carton 270, dossier 13/32/81] : « À notre avis, cela constitue une bonne base pour que l’auteur avance plus loin dans l’étude de la période 1945-1949 afin de rendre un travail plus abouti et plus amplement utile. Car, si l’on prend en plus en considération les possibilités très limitées de notre maison d’édition, la thèse du camarade Iakovos Michaïlidis ne peut pas être publiée dans son état actuel. »

22 Voir Panagiotis Noutsos, 1994, Η σοσιαλιστική σκέψη στην Ελλάδα από το 1875 ως το 1974 [La pensée socialiste en Grèce de 1875 à 1974], Αθήνα: Γνώση, p. 82‑83.

23 La transmission solennelle des archives radiophoniques par Alekos Psiloritis à Lefteris Eleftheriou, le 5 novembre 1951, témoigne de cette importance des archives dans un Parti profondément préoccupé par son rôle historique.

24 La formulation grecque de « no pasarán » se retrouve dans le slogan « L’ennemi à Grammos et à Vitsi ne passera pas, tous aux armes, tout pour la victoire ». Sur injonction du Bureau politique, la diffusion du mot d’ordre « tous aux armes, tout pour la victoire » s’arrête en octobre 1949, deux mois après la défaite (ASKI, Archives du PCG, carton 150, dossier 7/37/60).

25 Tout comme ils le faisaient à Belgrade, aucun pays de l’Est ne s’exposant à assumer publiquement la présence de cette station de radio sur son sol.

26 Le sens du devoir imposé ou librement choisi nous renvoie à la question complexe de l’adhésion (plus ou moins critique) aux dictats de la morale communiste.

27 En 1954, Nikos Zachariadis dénonce le comportement des membres de la radio, puis en 1956, ceux‑ci demandent leur réhabilitation. Voir Vaso Psimouli, 2003, «Μαζική προπαγάνδα σε παράνομες συχνότητες: οι εκπομπές του ραδιοφωνικού σταθμού Ελεύθερη Ελλάδα/φωνή της Αλήθειας» [Propagande de masse sur des fréquences illégales : les émissions de la station Grèce libre/la Voix de la vérité], Αρχειοτάξιο 5, p. 149‑150.

28 Les tentatives pour se constituer en front démocratique uni rapprochent l’expérience grecque de la radio espagnole España Independiente : elle aussi soutient une large unité des forces antifranquistes et émet également depuis Bucarest dans des conditions de clandestinité.

29 « La station doit faire attention à la question de la langue. La langue de la radio doit être la langue populaire correcte, régulière, châtiée, claire, concise et qui évite les adjectifs exubérants, le style insultant ou trop hargneux. » (ASKI, Archives du PCG, carton 396, dossier 21/7/34, cité par Vaso Psimouli, 2003, op. cit., p. 145-153).

30 Voir la lettre de Melpo Axioti de 1952 : « La camarade de la radio ne cesse de déclamer… comme au théâtre » (ASKI, Archives du PCG, carton 396, dossier 21/7/24, cité par Vaso Psimouli, 2003, op. cit., p. 149).

31 Voir les propos de Lefteris Mavroidis, le 28 septembre 1961, dans son exposé au Bureau politique (ASKI, Archives du PCG, carton 336, dossier 16/6/15, cité par Vaso Psimouli, 2003, op. cit., p. 151).

32 Les rapports entre Avgi et la Voix de la vérité sont complexes et révélateurs des tensions entre les réfugiés à l’étranger et les communistes restés au pays. Ils évoquent l’ingérence du Parti dans la revue Epitheorisi Technis et illustrent les tentatives du PCG d’imposer depuis l’extérieur sa vision des choses à l’expression de la gauche grecque. Pour la revue Epitheorisi Technis, voir Philippos Iliou, 2000, «Ένα υπόμνημα του Κώστα Κουλουφάκου για την Επιθεώρηση Τέχνης, κομματική διανόηση και κομμουνιστική ανανέωση» [Une notice de Kostas Kouloufakos pour la Revue d’Art, idéologie partisane et renouveau communiste], Αρχειοτάξιο 2, p. 41‑86.

33 Pour une présentation détaillée de la question, voir les articles de Vaso Psimouli, 1999, «Η φωνή του Κόμματος στα πέτρινα χρόνια» [La voix du Parti dans les années de plomb], Αρχειοτάξιο 1, p. 14-23 ; Vaso Psimouli, 1999, «Η Ελεύθερη Ελλάδα, ο παράνομος ραδιοφωνικός σταθμός του ΚΚE» [Grèce libre : la station de radio illégale du PCG], Ελευθεροτυπία, p. 10‑11 ; Vaso Psimouli, 2003, op. cit., p. 145‑153.

34 Voir Anna Matthaiou et Popi Polemi, 2003, op. cit., p. 48.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christina Alexopoulos, « Réfugiés de la guerre civile grecque en Roumanie : moyens de communication, activité éditoriale, production radiophonique », Cahiers balkaniques [En ligne], 44 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2017, consulté le 23 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceb/9773 ; DOI : 10.4000/ceb.9773

Haut de page