Navigation – Plan du site
1"> Première partie. Identité, identi..cation à comnges nt prd'intité, span>

Pudonym, anme="rdiiscourse t ? Fr ouEenne Platon àto yhre,

trong c>orgeta" span class="tifamilyme">

v>
p. 39-57p>v> div>

Notes

1 « The fact that someone is called ‘Peter Jones’ does not exist independently of communication: it is a fact which is created in order to make communication about (and with) Peter Jones easier. » (Récanati 1993 : 186) – « Le fait que quelqu’un soit appelé “Peter Jones” n’existe pas indépendamment de la communication : c’est un fait créé dans le but de rendre la communication à propos de (et avec) Peter Jones plus facile. » [notre traduction].

2 Nous renvoyons ici au travail de Bosredon (1997) sur la signalétique des noms propres, qui montre comment un segment linguistique, quelle que soit sa nature à l’origine, peut être transformé en nom propre.

3 Nous conservons l’orthographe d’origine dans tous les exemples cités.

4 Une liste des sites est proposée à la fin de l’article.

5 Par ethos discursif nous entendons l’image de soi que le locuteur construit dans son discours (voir Amossy (éd.) 1999).

6 Insistons cependant sur la pluralité de ces règles qui permet entre autres d’éviter une uniformisation des formats pseudonymiques.

7 Par ailleurs, certains pseudonymes pourraient correspondre à des sigles ou à des acro­nymes qui cachent une phrase de signature, à l’instar de Galette qui se déchiffre comme « gestion d’adhérents en ligne extrêmement tarabiscotée mais tellement efficace ».

8 Nous discutons cette opposition de façon plus détaillée dans Cislaru (2005 : 80-105).

9 Cependant, si le choix d’un tel pseudonyme peut signaler une intention de non-­signifiance, le fait qu’on puisse y reconnaître le clavier français par opposition au clavier anglophone, par exemple (qwerty), est déjà significatif.

10 Voir également la typologie de Martin (2006 : 72) qui distingue trois classes théma­tiques : objets sociétaux (films, mythologie, noms d’animaux, etc.), marques indicielles de personnalité (toponymes, indices ethniques, etc.), histoire personnelle du sujet (patronymes, cryptonymes).

11 La signature correspond généralement à une maxime, un petit texte de présentation ou une énigme identitaire qui, soit s’ajoute automatiquement à la fin de chaque message publié par l’internaute (cela apparaît alors comme une sorte de « credo »), soit est intégré à la fiche de présentation de l’internaute, à laquelle on a accès en cliquant sur le pseudonyme.

12 Nous préférons le terme « signifiant » au terme « transparent », souvent utilisé à propos des noms propres et opposé à « opaque ». Les mots ne sont généralement pas transparents – ce qui ne veut pas dire qu’ils soient inaccessibles, incompréhensibles, etc. –, ils connaissent plusieurs degrés d’accessibilité, plusieurs lectures, et génèrent des réactions souvent différentes chez les interlocuteurs.

13 Terme qui remonte, dans la tradition francophone, à Barthes et à son analyse des noms proustiens, où il parle de « dilatation sémique du nom propre » (1972 [1967] : 126).

14 <http://annedominique.wordpress.com/2006/02/21/anonymat-pseudonymes-et-personnes-publiques/>

15 Voir aussi Offner (1957 : 239) cité par Laugaa (1986 : 39).

16 Nous remercions M. Doury de nous avoir fait connaître ce travail et ces ­exemples.

17 Les lépidoptères sont un ordre d’insectes à deux paires d’ailes couvertes de minuscules écailles, possédant une longue trompe pour aspirer les aliments. = papillon (Le Petit Robert 2006).

18 Gérard Klein prend le pseudonyme Gille d’Argyre pour signer « La saga d’Argyre », trilogie fantastique publiée par les éditions Fleuve Noir au début des années 1960 (Chirurgiens d’une planète 1960, Les voiliers du soleil 1961, Le long voyage 1964).

19 Dans le sens de production de parole.

20 H. Bergson aurait publié, en 1884, un livre intitulé L’Univers, la force et la vie et signé « A. Laggrond ».

21 Nous ne préjugeons pas de la faisabilité et du résultat de cette démarche. C’est le fait de considérer le discours comme source fiable et ultime recours qu’il nous semble utile de signaler.

22 Cowboy1999 : Peut-être que je n’arrive pas à comprendre? Cartoonist, aide-moi!
Юммм : hé-hé-hé, vous bavassez, petit sot… Des pensée générales (et volées) sur le vide de la caricature. Oh, ces bourgeois qui se font passer pour des aristocrates… Vous donnez dans le classique… Soyez plus simple, mon ami, comme vous êtes [en réalité], ne tombez pas dans le paraître. Si vous ne pouvez pas vous permettre d’acheter du champagne, buvez de la bière, mais de la bonne…
ВэВэ : Юммм, vous n’êtes pas par hasard un parent de Cartoonist?))) Драл fait des commentaires drôles, arrête donc un peu.) [notre traduction; les parenthèses fermantes symbolisent ici des sourires]

23 Il convient de signaler que le pseudonyme réponse à apparaît plusieurs fois dans les différentes discussions de Libération le 29 mai 2007. Il ne s’agit donc pas d’une occurrence accidentelle mais bien d’un choix d’auto-nomination ad-hoc.

24 « Les outils discursifs sont des objets pour soutenir les compétences discursives et étayer les productions discursives » (Paveau 2007 : 15); « […] je parlerai d’outils de la techno­logie discursive (en abrégé : outils discursifs) pour désigner des instruments, matériels ou non, qui permettent de “travailler” et de “fabriquer” les prédiscours en vue de l’élaboration des discours. » (Paveau 2006 : 132). L’usage que nous faisons de ce terme s’éloigne un peu de cette définition dans le sens où il est envisagé davantage dans une perspective d’immédiateté discursive, en lien notamment avec la dynamique du discours d’Internet, qu’en tant que source de prédiscours relevant « des cadres de savoir et de croyance qui informent directement les discours produits (informations de nature encyclopédique ou stéréotypique » (ibid. : 21).

25 « Or le statut de ces “individus linguistiques” tient au fait qu’ils naissent d’une énonciation, qu’ils sont produits par cet événement individuel et, si l’on peut dire, “semel-natif”. Ils sont engendrés à nouveau chaque fois qu’une énonciation est proférée, et chaque fois ils désignent à neuf. » (Benveniste 1974 : 83).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Les Carnets du Cediscor, 11, 2004, PSN, p. 39-57.

Référence électronique

Georgeta Cislaru, « Le pseudonyme, nom ou discours? », Les Carnets du Cediscor [En ligne], 11 | 2009, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cediscor/746

Haut de page

Auteur

Georgeta Cislaru

Georgeta Cislaru est maître de conférences à l’université Paris 3 et chercheure au SYLED (SYstèmes Linguistiques, Énonciation et Discursivité, Paris 3). Elle mène des recherches sur la dénomination, le sens et la référence dans le champ de la sémantique et de l’analyse de discours. Elle s’intéresse aux rapports entre sens et discours, à la contextualisation et à la dimension socio-cognitive de la signification.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Les carnets du Cediscor

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals