Navigation – Plan du site

En guise d’ouverture

Michelle Perrot

Texte intégral

1Cette rencontre est une initiative du CEDREF qui, au printemps 1997, a ressenti le besoin et le désir de faire le bilan de près de vingt-cinq ans – un quart de siècle – de recherches sur les femmes et d’études féministes.

2Il s’agit, sans nostalgie, mais non sans plaisir, de tenter de comprendre ce que nous avons vécu et qui a tant compté pour nous, inégalement sans doute selon les trajectoires, sur un plan intellectuel, professionnel, politique, militant, affectif, tout simplement existentiel.

3Qu’a été, dans ce domaine, l’expérience Jussieu ? Il importe de rappeler la conjoncture des années 1970, qui vit la création d’universités nouvelles : Paris 7, Paris 8… Le profil de Paris 7 était, dès le départ, différent de celui de Vincennes : moins prestigieux, moins politiquement engagé, plus discret, sans doute plus incertain. Mais il y avait une réelle volonté de rénovation pédagogique, de pluridisciplinarité, d’ouverture sur le tiers-monde (comme on disait alors) et de contestation critique. Il y avait en tout cas de réelles possibilités d’innovation qui se sont révélées favorables à nos entreprises. Il ne faut pas oublier ce contexte des années 1970-1980, inquiètes, effervescentes, indécises, traversées de contradictions, mais tout de même actives et espérantes.

4Certes, il convient de se méfier de nous-mêmes et de nos illusions. De ne pas exagérer l’importance de Jussieu, qui ne fut qu’un point, un moment, un espace-temps dans un mouvement beaucoup plus vaste – “les années – mouvement” du Mouvement des femmes justement, auquel Jussieu a contribué et dont il s’est nourri. Vingt-cinq ans : c’est peut-être la bonne distance pour essayer, avant d’inévitables dispersions et déperditions, de rassembler témoignages et souvenirs, qui déjà s’estompent recouverts par d’autres urgences, et même d’esquisser une histoire, un fragment d’histoire. Car l’oubli est une forme de dénégation qui menace particulièrement les expériences des femmes.

5Quoi qu’il en soit, nous souhaitions que cette journée soit une occasion de réflexion, de rencontres, de retrouvailles. Notre principale difficulté a d’ailleurs été de toucher celles et ceux qui ont, d’une manière ou d’une autre, participé à ces expériences, ne serait-ce qu’en passant par Jussieu. Si le contact s’est conservé avec celles et ceux qui ont poursuivi des recherches et ont été intégrés à l’université ou à ses périphéries, il était plus compliqué de retrouver les étudiant(e)s. Je pense en particulier aux participants aux premiers cours, aux auteurs des très nombreux mémoires de maîtrise qui ont souvent constitué, pour les recherches sur les femmes, une “accumulation primitive”, mais qui ensuite ont suivi d’autres chemins. Il arrive d’ailleurs souvent qu’on se retrouve par hasard, avec une connivence intacte. Mais que de traces et d’adresses changeantes et perdues…

6Que fut donc, pour nous, pour le mouvement et la connaissance des femmes, que fut dans l’histoire du Genre, le moment Jussieu ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michelle Perrot, « En guise d’ouverture », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 10 | 2001, mis en ligne le 11 mai 2009, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cedref/114

Haut de page

Auteur

Michelle Perrot

Histoire, Université Paris 7

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • OpenEdition Journals