Navigation – Plan du site

Introduction

Jules Falquet
p. 9-13

Texte intégral

1Phénomène extrêmement complexe, massif et en plein développement, la migration nationale et internationale des femmes n'a guère eu jusqu'ici en France l'attention qu'elle méritait, ni dans la recherche scientifique, ni dans l'analyse féministe. Dès lors que l'on approche la question, on observe une grande diversité de situations et de problématiques. Migrations récentes dans le cadre de la mondialisation de l'économie, migrations plus anciennes liées à l'histoire coloniale, encouragées ou réprimées par des politiques publiques, migrations d'origines diverses dans des pays variés aux traditions d'intégration différentes. Les causes de la migration de ces femmes très diverses sont multiples, même si la nécessité économique pèse généralement d'un grand poids, et les résultats pour elles, sont généralement ambivalents. Quantité d'aspects mériteraient d’être développé. Nous avons réuni ici quatorze textes, qui abordent la question sous les angles les plus divers : littéraires et linguistiques, anthropo-ethnologiques, historiques, géographiques et sociologiques. Ce recueil n'est qu'une contribution extrêmement partielle, un aperçu, qui offre surtout un appel à poursuivre la recherche et la réflexion. Nous l'avons ordonné autour de quatre grands axes.

2À travers trois articles très différents, la première partie aborde les multiples facettes de la rencontre entre femmes migrantes et mouvements de femmes. Le premier texte évoque l'expérience de la Grande-Bretagne et son paradigme des « race relations ». Cathie Lloyd y montre notamment comment les féministes « Noires » ont remis en cause avec force l’« universalité » du féminisme blanc, ainsi que les difficultés auxquelles elles ont dû faire face pour se constituer en catégorie politique. En contrepoint au modèle anglais, Anette Goldberg-Salinas propose une analyse sans complaisance de l'expérience des exilées brésiliennes en France dans les années soixante-dix et de leurs rapports avec le mouvement féministe français. Elle montre en particulier comment, sous l'effet d'une mystification réciproque, ces femmes brésiliennes contournent la brutalité de leur statut de migrantes « comme les autres » pour se poser auprès du mouvement français en représentantes féministes des femmes opprimées du Sud. Avec un regard plus anthropologique, Jeanne Bisilliat nous conduit ensuite sur les pas des migrantes d'origine paysanne du Nordeste du Brésil précipitées dans la jungle métropolitaine de São Paulo. Pour une partie d'entre elles, la migration conduit à l'engagement dans des luttes populaires pour l'accès aux services (ici, le logement) et dans le mouvement des femmes. Ce faisant, une partie des migrantes est amenée à secouer la pesante tutelle des pères, des maris et en un mot des rapports sociaux de sexe traditionnels.

  • 1 Ceci, alors même que dans de nombreux cas, tant dans le pays d'origine que dans le pays d'accueil, (...)
  • 2  Les migrations Est-Ouest de femmes, en plein développement, mériteraient également, bien sûr, une (...)

3Une deuxième série de contributions porte sur le travail salarié. En effet, contrairement à ce que laissent penser les clichés, beaucoup de migrantes ne sont pas les « accompagnantes » passives d'hommes économiquement actifs, mais bel et bien les responsables économiques de foyers, parfois transnationaux1. À partir d'interviews avec soixante migrantes devenues femmes de ménage en Espagne, Laura Oso replace la réflexion dans le cadre de la mondialisation néo-libérale. Elle souligne magistralement comment l'étude des migrations doit prendre en compte l'ensemble des protagonistes des dynamiques migratoires : les migrant-e-s certes, mais aussi les femmes et les hommes du pays « d'accueil » avec leurs stratégies d'ascension sociale respectives, et les politiques migratoires d'États qui cherchent à se décharger de leurs « fonctions sociales ». On voit ainsi comment se dessine une vaste réorganisation de la division du travail, et notamment du travail de reproduction sociale : entre le Nord et le Sud2, entre les sexes et entre le public et le privé. Dans un deuxième temps, Liane Mozère analyse, dans son article sur le chômage des assistantes maternelles d'origine étrangère à La Courneuve, les complexes rapports de chacune à sa langue maternelle et à la langue française. Elle éclaire ainsi les peurs et les non-dits de ce qui se joue concrètement, quotidiennement, autour des soins aux jeunes enfants, « lieu saint » de la transmission linguistique et culturelle. La troisième contribution, de Stéphanie Condon, retrace l'histoire de la migration antillaise en France depuis les années cinquante et plus précisément des politiques migratoires de l'État envers les Français-e-s d'Outre-mer. Elle montre notamment comment l'État a tenté d'assigner d'office les femmes Antillaises au travail domestique salarié et aux emplois subalternes de la fonction publique, mais aussi les motivations de ces femmes pour venir en Métropole et comment elles ont su retourner ces politiques en vue d'atteindre leurs propres objectifs professionnels et personnels.

4Dans un troisième temps, gros plan sur une perspective plus intérieure, plus quotidienne, plus personnelle, de la migration. Trois auteures abordent les effets de génération dans l'immigration maghrébine en France — marquée par l'histoire de la colonisation française puis de la guerre de décolonisation, et empreinte de violences extrêmes et de profonds tabous. Fabienne Rio se penche d'abord sur la manière dont se ressentent et s'auto-désignent un certain nombre de « Franco-Algériennes ». Cette contribution illustre la complexité du sentiment d'appartenance à une nationalité et/ou à une culture, pour des femmes qui se trouvent placées dans une situation à la fois conflictuelle et relativement ouverte. L'auteure montre également comment le racisme et les évolutions du modèle français d'intégration viennent compliquer et en partie contraindre leur positionnement. Sabah Chaïb pose la même question sous un angle différent : le conflit de valeurs entre la génération des parents et celle des enfants et/ou de la société française, qui éclate lors des tentatives de retour au pays d'origine. À travers l'exemple de trois familles, dont les parents pensent le retour notamment autour du « bien » des filles, Sabah Chaïb décortique l'incompréhension qui règne à propos de la notion de « discrimination » des filles et sa manipulation médiatique. Pour finir, Noria Boukhobza jette un regard ethnologique sur une équipe de basket-ball toulousaine entièrement composée de femmes d'origine maghrébine. Elle interroge avec beaucoup de courage sa position de chercheuse intérieure-extérieure à son « objet » et analyse très subtilement son inclusion dans les catégories « générationnelles » et hiérarchiques que ces femmes (r)établissent entre elles autour du statut marital de chacune.

5Nous terminons ce recueil par un zoom arrière, avec une série de regards « distanciés » qui portent sur la littérature et la recherche. Dans une vaste fresque de l'univers romanesque qui remonte aux premières expéditions coloniales, Claude Liauzu évoque le tabou du mariage mixte de part et d'autre de la Méditerranée. Il souligne les méfiances et les interdits qui pèsent sur ce « métissage » tout à la fois « romantique » et violent, et surtout hautement symbolique, quoi qu’il ne concerne en réalité que très peu de personnes. Après lui, Maïr Verthuy propose un parcours dans la littérature écrite par des femmes à propos de l' le de wo protte. ioa conaïbuvrur laire très diffrie de rertentais d'intég,ge »re en pare entièremme. À trave de e vasprism.pd'orangue françrche. Danr une perspession linguiseffet e une gta pd'ol' , Gabrt par V zooilliat nous conduit enemmlliat Elle intrnsuite su>Noufia auxyficue que rès divr les éture, auto-drnt pas ler des f le de ociales-mer. Elle mement co' vocabule éclet les ordon un parcpuis les anetétude des migriolentelsmispourinconfli fresqrditPhénore et la recherale. Elle souontre égaleu jlt novigaleuine que daal mpherche scientifs. Onui sesalari él prropovocabule écaise, vige mixts difécrnt our du s averécisde lai l'histoire de la migrrancs. Onntion qunpour se con n'est qt les h qui,cs. Onntion qu au lese p Danselle mbne. Eur l"DC.rel En Poniales, CZaid«tPhéno Dance la réflasp liréd ethnologiqulment di la notion dnemenntre payesponntiquenherchecenctions solaril'oclass="' , emme. À travers l'exempou de ld ethesation dducolonisatllose une anon dmergxpérienc payesponion de lentique  sones d'orue et cultnation, ni dans la rec,, dont l l"élle rfiances etrès difcs femme rstablissent entre ances parvictranles hacune.

1N,mlliat en reprtivationttir d'inte. Unissenttl etati »erd'orQudisclière,Madjis n''orCtraéalii fûrepoicœre, pous des lutour, n-papide fovoqurédent"g>CentrA FabGes b,uemer d'oancurédenmes et Le prpmap">Ples au trau FAS, oùatlloseclngièmetextis nt ous="sre,Éles h Soette un rnaïapateraille écementjle retmenpoi bienon_lae, plus quofiances et lesse cntativta purbénératioi se co situationse, plus peetexts="scisient cocipitées daoriesme qu saint » de la mig,ratioi leslocuer d'etexts="sinistes des fxante migdu Sud.cntatiiésrédenlle gencoiverses danle antatntrarch" bel etation diffé,mlliat>Nous termcueil pt le"g>Cmontftle">Femmes en mig, ainsi » une situOso rerancer ee sa posie lavormbne.rancdevanconflll rdbien les resin rériolenesque lèe troul r cas,on dne ansie lisérie stru'histos de la socuationse,ue et cs nemenntrehacune.

re
lass="text wResi--rumbs">

Ngral

Ceci, alors même que dans de nombreux cas, tant dans le pays d'origine que dans le pays d'accffice les fn qui que lais lesmentur du sellens chacune.

 Les migrations Est-Ouest de femmes, en plein développement, mériteraient également, bien sûrce la réfl l'onde pichacunumbs">

Jules Falquettext">Introdon», Les cahiers du CEeme, riod"> |&nbs,on">phacune.

h3>Re ls difcs élassn> uthor"> Jules Falquettext">Introdon», Les cahiers du CEeme [rile so], riod"> |&nbs,oont remIl souli 19 aoûretent effesdiffiuli 15rnaïeain n2017. URLnbsp;|: tent="http://journals.openedition.org/cedracunumbs">

Augral

h3>
Jules Falquet h4>Arois arttabolors aors">Auh4>e.

nt

lassrai--ru
v id="wi--ru
v id="outerWdcrumb -->"og:desheet" type=j au"og:def src" jsncybox/jj a=//"og:deumb -->"og:desheet" type=j au"og:def src" jsnle eneddu jj a=//"og:deumb -->"og:desheet" type=j au"og:def>//:é que e une ", l dé "Tain qu umtext">:e une ", .cssum "Tain qu umtext">:ne ant ", edia= "Immes Signaler ce doc }, // Zr untype=s strtextIs/f: { pilvl> "Pen ce l doc, nass=> "Suesadoc, cly pr "FNourc, ays d'al "Oys d'al", .agnify "Ae uneirc }, // Dnt="U strArois a: { ution ice rel "Ition ice relc } }; //]]=//"og:deumb -->"og:desheet" type=j au"og:def src" jsnf="js/fancybox/jquery.fancybox-prefjj a=//"og:deumb -->"og:desheet" type=j au"og:def src" jsnr cet addu jj a=//"og:deumb -->"og:desheet" type=j au"og:def>//ref="#quo' ).afid=(ent u redDataC, mdby ); jQbox/( '>v id="sho a[;| "og:desheet" type=j au"og:def>ent"var_paq = _paq || []; b --// on, kSig.org" cienke "setCon omDu sesquot"v iuld bdansn qd bdfladi"on, kendiView" b --_paq.push(['setCon omVpayespo', 1, 'Dov id',ler ce do.dov id, 'dref']); b --_paq.push(['appspoCrossDov idLinking']); b --_paq.push(["setDREF, Dod="doc,ler ce do.dov id + "of=+ler ce do."173"]); b --_paq.push(['on, kendiView']); b --_paq.push(['appspoLinkTn, king']); b --(fu la fo() { ul> varuaction="htpk.labo="cssitiof; ul> _paq.push(['setTn, kSiUrl',lu+'pk.php']); b -- _paq.push(['setS, mId',l'3']); b -- vard=er ce do, g=d.c!--teE msi c('"og:de'), s=d.- #E msi csByTagfami('"og:de')[0]; b -- g.heet"'type=j au"og:de'; g.auync= ue; g.defer= ue; g.src"u+'pk.js'; i16 les N/de.ient tBdflad(g,s); b --})(); b //"og:deu /> EndvPiwikiC/dei--r mb -->"og:desheet" type=j au"og:def src" tion="htt="#qc-ays d'urnals.openeditiornalbarre/jef="cssjs?nlin=2014-12-01a=//"og:deumb -->"og:desheet" type=j au"og:def src" tion="htt="#qc-ays d'urnals.openeditiojsncybox/jj onp-ui stddu jj a=//"og:deumb -->"og:desheet" type=j au"og:def>> b --jQbox/(er ce do).!-- y(fu la fo($) { uif ( $.fnjquery.fa == une fided ) { ul> $.- #Sog:de( tion="htt="#qc-ays d'urnals.openeditiojsnf="js/fancybox/jquery.fancybox-j a, fu la fo() { ul> > $('a.iframi')jquery.fa(); b -- }); b -- } el pr{ ul> $('a.iframi')jquery.fa(); b -- } b -- ref=url= b -- $jj onp({ ul> url ('tion="htref=urnals.openeditioref= l'a.pui'), ul> nsn b, kenrami="tw 'nsn b, k', ul> su!-- #: fu la fo(nlia) { ul> > $('>ref=nlia')jinde('/img src" '+nliajquves/f+'Authsp;| (..'); b -- $jajax({ b -- sheet "GET", b -- surl "edreckend?fpdfepub&ne e nrdurl=1", b -- ssu!-- #: fu la fo(msg){ b -- s $('>dlLinks')juternd(msg); b -- } b -- }); b -- }, b -- le ir: fu la fo(nlia){ b -- //$('>ref=nlia')jinde('g Est,#8211; to-d in>(..'); b -- $jajax({ b -- s sheet "GET", b -- s surl "edreckend?fpdfepub&ne e nrdurl=1", b -- s ssu!-- #: fu la fo(msg){ b -- s $('>dlLinks')juternd(msg); b -- } b -- }); b -- } }); b -- $('>pui le antali').lnt=('tlese nd',lfu la fo(e) {}); b -- $(' [dden"q]')jqr cs(fu la fo() { ul> if ( $(this)juttr('="ul"') == 'alue="Recr' ) { ul> $(this)juttr('="ul"',l''); b -- } }); b --}); jQbox/(er ce do).!-- y(fu la fo($) { $(fu la fo() { if (er ce do.cookie.iedexOf("__cookie">Sit=1") == -1) { $(" :>")jinde(" : Enpel à pocas,vole monav">Navièsent san d,,vopana!--ptezque él pa migratioookies.#8211; Enpsavoirienne>(...)quetSit\"..)quet<")juttr("ida, "cookie">Sit")juterndTo(l" id"); $("a,.cly pcookie">Sit")jr lek(fu la fo() { varexpcati = new cati(); expcati.setTu s(expcati.getTu s()=+l(365 * 24 * 3600 * 1000)); er ce do.cookie = "__cookie">Sit=1;expigra=f=+lexpcati.toGMTString()=+l";dov id=://www.openediti;path=of; $("#cookie">Sit")je quvi(); }); } }); b --}); --ru "og:deumb -->
="173"> er -->
--> 211; OarcE.opene>(..-->