Navigation – Plan du site
Immigration et travail salarié

Migrations antillaises en métropole 

Politique migratoire, emploi et place spécifique des femmes
Stéphanie Condon
p. 169-200

Texte intégral

  • 1  Voir les travaux de F. Raveau et de J. Galap au CREDA, Paris V.
  • 2  Anselin, A., 1979, L'émigration antillaise en France, Paris, Anthropos. Voir aussi le rapport de l (...)
  • 3  Notamment à Paris V, à L'EHESS et à Bordeaux.
  • 4  Darius, D., 1986, Femmes antillaises en France : de l'oppression à l'immigration. Thèse de doctora (...)

1La migration antillaise en tant qu’objet scientifique a peu attiré un monde de recherche presque exclusivement préoccupé par les débats sur l’intégration des populations étrangères. Plus précisément, cette migration a peu attiré l’attention des généralistes de l’immigration en France. En même temps, on retrouve des travaux d’un petit nombre de spécialistes de la migration antillaise depuis le milieu des années 1970. Les recherches menées sur la migration antillaise en métropole pendant les années 1970 étaient essentiellement de deux types : en socio-psychologie, sur les problèmes d’adaptation des migrants1 ; en sociologie, des travaux centrés sur l’histoire d’une immigration de travail post coloniale et les effets sur l’intégration d’une main-d’œuvre de réserve antillaise dans la société métropolitaine2. Depuis les années 1980, un nombre considérable de mémoires de maîtrise ou de thèses3 a été consacré aux questions de l’identité antillaise chez les migrants, puis certains aux questions de la discrimination et du racisme. Rares sont les travaux qui présentent des analyses dans une perspective de genre4.

  • 5  Voir les travaux de thèse d'Isabelle Taboada, Sonia Chane-Kuhn et Isabelle Widmer.
  • 6  Anselin, A., 1979, op. cit. ; Constant, F., 1987, « La politique française de l'immigration antill (...)
  • 7  Ega, F., 1978, Lettres à une Noire, Paris, L'Harmattan.

2L’étude des origines de la migration antillaise est très utile, voire indispensable pour notre analyse de la place spécifique des femmes dans la migration antillaise en France métropolitaine. La migration antillaise vers la métropole a pris son ampleur vers le milieu des années 1950. Auparavant, il existait une migration d’élites intellectuelles ou artistiques, et de militaires, puis, avec la départementalisation, de fonctionnaires. La spécificité de la migration antillaise des années 50-70 par rapport aux autres migrations « de travail » contemporaines est son caractère organisé. L’émigration de milliers de Guadeloupéens, Martiniquais — et de Réunionnais5 — était souhaité par l’État français6. La mise en place de cette migration organisée s’est faite en plusieurs étapes ; les premières concernaient pour la plupart les hommes, mais dans la migration organisée proprement dite, les femmes avaient une place spécifique. Dans les années 1950, certaines administrations, notamment les PTT, les Douanes, les services de police, ont entamé une campagne de recrutement aux Antilles. Les jeunes gens passaient des concours d’entrée aux bas échelons des administrations, puis la plupart étaient affectés en métropole pour une période de stage obligatoire. L’année 1960 a vu l’introduction du service militaire obligatoire dans les DOM en 1960. Jusque-là, les militaires antillais qui avaient servi dans les armées pendant les guerres étaient des engagés ou des volontaires. Chaque année, la plus grande partie du contingent était envoyée vers des bases en métropole, certains conscrits étant envoyés en Guyane. En dehors d’un petit nombre de femmes parties en France pour enseigner ou pour exercer dans les professions libérales, le plus grand nombre a été de femmes embauchées comme domestiques, surtout dans la région de Marseille-Côte-d’Azur et à Paris7. Le recrutement se faisait par petite annonce ou par les employeurs rendus aux Antilles à la recherche d’une « bonne ». Ensuite, des filières féminines se sont créées. C’est ainsi que les Antillaises ont pris la relève des Espagnoles, qui elles-mêmes avaient remplacé Piémontaises, Bretonnes ou Morvandelles, dans ce métier féminin. Puis, au début des années 1960, quelques hôpitaux publics ont recruté des femmes directement aux Antilles pour travailler comme agents hospitaliers.

3La politique de l’État avait deux buts précis : l'émigration devait contribuer, d’une part, à réduire la forte croissance démographique dans ces trois DOM et ainsi réduire les niveaux de chômage et de sous-emploi, et par la même occasion éviter les tensions socio-politiques (il y avait déjà eu des manifestations violentes à Fort-de-France en 1959). D’autre part, l’émigration devait fournir à la métropole une main-d’œuvre peu qualifiée, notamment dans les services publics (parce que fermés aux travailleurs étrangers). À partir de mars 1963, un organisme est chargé d’organiser la migration et le placement des migrants, soit dans une formation, soit directement dans un emploi. Cette agence d'État s’appelait le Bureau pour le Développement des Migrations intéressant les Départements d’Outre-Mer, ou le BUMIDOM. Il a été précisé également que cette émigration devait conduire à une migration de peuplement : les migrants disposeraient d’un billet aller simple, et le BUMIDOM était chargé de faciliter le regroupement familial. Dans la conception de cette politique, les femmes avaient une place particulière : travailleuses et futures mères. Cette émigration devait répondre aux besoins métropolitains en main-d’œuvre et en même temps, contribuer à réduire la natalité aux Antilles. En faisant partir les femmes, on faisait partir des futures mères.

  • 8  Si l'étude des femmes ou des rapports de genre n'est pas explicite dans la plupart de ces travaux (...)
  • 9  Condon S. A. ; Ogden, P. E., 1991, « Emigration from the French Caribbean : the origins of an orga (...)
  • 10  Condon, S., 1995, « L'accès au logement : filières et blocages, le cas des Antillais en France et (...)
  • 11  Byron, M. ; Condon, S., 1996, « A comparative study of Carribean migration from Britain and France (...)
  • 12  Les sources suivantes ont été utilisées : rapports annuels d'activité du BUMIDOM (1968-1981), qui (...)
  • 13  Les dossiers contiennent des informations sur les migrants ayant transité par les services de l'ag (...)

4La recherche présentée ici fait partie d’un travail de plusieurs années, mené dans une approche socio-géographique et historique. L’un des premiers soucis a été de restituer l’acteur- l’actrice dans l’étude de la migration antillaise. Ensuite, l’objectif a été de mettre en évidence le rôle spécifique des femmes dans l’histoire de cette migration et dans l’évolution de la population antillaise en métropole8. Des méthodes variées ont été utilisées pour appréhender les caractéristiques, déterminants et mécanismes constitutifs de cette migration, en essayant de concilier des analyses au niveau macro et micro. Ces travaux se sont focalisés d’abord sur l’histoire de la migration organisée et l’emploi9, ensuite sur l’accès au logement et la discrimination envers les Antillais10, et depuis 1994, sur le phénomène du retour au pays11. Le premier temps de cette recherche a consisté en une exploration des sources d’archives, dans le but d’analyser le fonctionnement de la politique migratoire de l’État12. Nous avons pu consulter également des dossiers individuels de migrants ayant transité par l’agence d’État chargée d’organiser la migration. Ces dossiers nous ont permis de comprendre mieux le fonctionnement de la politique, et aussi de connaître les caractéristiques socio-démographiques des migrants13. Ensuite, la démarche qui a été suivie depuis 1989, pour chaque thème traité (emploi, logement, retour) consiste en :

  • la collecte de données de recensement relatives aux migrants antillais en métropole, afin de dresser un portrait socio-démographique, résidentiel et professionnel des migrants à travers la période 1954-1990. En général, nous avons utilisé les tableaux publiés des résultats, mais en 1989, nous avions commandé une exploitation particulière des données du recensement de 1982 (région parisienne) afin de pouvoir réaliser des analyses plus fines sur la résidence, le logement et l’emploi.

    • 14  Une deuxième campagne en métropole a été interrompue pour des raisons personnelles et cinq entreti (...)
    • 15  Dans la plupart des cas, ces personnes travaillaient dans la journée et beaucoup avaient de jeunes (...)

    des campagnes d’entretiens semi-directifs : fin 1989-fin 1992, auprès de 32 migrants antillais arrivés en métropole entre 1955 et 198014, puis janvier février 1996, auprès de migrants de retour. Pour contacter ces personnes, j’ai employé la méthode boule-de-neige à partir de premiers contacts (devenus « informateurs relais ») dans diverses associations ou à partir de connaissances non-antillaises15.

  • une démarche ethnographique : rencontres avec des associations antillaises, participation à diverses fêtes ou manifestations organisées par ces associations, lecture de journaux et autres publications, écoute de stations de radio antillaises.

5L’objectif de ce texte est de mettre en évidence :

  • la place accordée aux femmes dans la politique migratoire, comment les femmes ont été visées par cette politique ;

  • les conséquences en termes d’emploi, insertion sur le marché de l’emploi métropolitain, dans un contexte général d’augmentation de la participation des femmes dans ce marché (avec les anciens métiers féminins qui perdurent et d’autres métiers qui se sont féminisés) ;

  • restituer l’acteur-l’actrice dans l’histoire de cette migration : « stratégies », aspirations des migrants ;

  • liée à ce point, une question générale, théorique : complexité du rapport entre contraintes et choix, structure et agent.

6On parle souvent de l’enfermement des femmes actives dans un petit nombre de secteurs économiques — en plus de l’inaccessibilité des hauts échelons. En même temps, des travaux récents ont montré que les aspirations de beaucoup de femmes se limitent aux secteurs de « travail féminin » (voir les travaux de Marie Duru-Bellat). On observe que 1) la femme est « réaliste » par rapport à l’avenir, notamment au travail domestique qui lui incombera, 2) elle se limite aux métiers (qu’elle perçoit comme) accessibles aux femmes, 3) à l’inverse, on ne doit pas ignorer que certaines professions sont valorisées en terme de « féminité » ; par exemple, infirmière (apporter un réconfort, soigner), puéricultrice (valoriser les qualités maternelles « innées »), mannequin (être symbole ou modèle de féminité).

7Les matériaux collectés au cours de cette recherche sur la migration antillaise (entretiens auprès de femmes antillaises vivant en métropole, travaux de collègues) fournissent des indications sur les aspirations des femmes migrantes, révèlent des aspirations qui se conforment aux « métiers féminins », mais aussi font état d’une perception des contraintes imposées aux femmes dans leurs choix professionnels.

1. La migration organisée dans les années soixante, à partir d’archives

Fonctionnement de la politique migratoire

8Le dépouillement des sources d’archives avait un objectif précis : comprendre comment l’État encourageait les Antillais à migrer et comment s’opérait l’orientation vers certains secteurs économiques, voire vers certaines régions de France. La date de mars 1963, date à laquelle a été signée la création de l’agence, est souvent citée comme début des opérations, mais une structure avait déjà été mise en place pour démarrer la migration organisée. L'agence BDPA, ayant pour mission le développement agricole dans les DOM, a été utilisée dans la mise en vigueur de la politique migratoire avant sa vraie institutionnalisation. Sinon, ce sont les préfectures départementales qui avaient signé des accords avec des centres de formation ou des employeurs en métropole. On retrouve de nombreux dossiers de migrants datant de 1961 1962, de jeunes affectés en métropole pendant leur service militaire ou envoyés à des centres de formation industrielle, puis des groupes de jeunes femmes venues dans des centres de formation spécialisée en métropole.

9Des extraits de documents disponibles dans les antennes départementales du BUMIDOM au début de la mise en vigueur de la politique, et destinés aux « candidats à la migration », révèlent la manière dont l’État a fait passer son message.

  • 16  BUMIDOM, 1964, Migrations en métropole de Travailleurs d'Outre-mer et de leurs familles : note pro (...)

10Dans la Notice d’Information Générale16, on invite les jeunes antillais à partager les préoccupations de l’État. On met l’accent sur le rôle de chaque individu dans l’avenir de la nation, sur le besoin d’encourager cette migration « interne », tout en évoquant la promotion sociale de l’individu. Dans l’intro-duction, on lit :

« La pression démographique croissante existant dans les départements d’Outre-mer y rend chaque jour plus difficiles et plus précaires les possibilités d’un plein emploi stable et généralisé. Cette situation conduit de nombreux travailleurs soucieux de leur promotion sociale et désireux de trouver une occupation à plein temps, durable et correctement rétribuée, leur permettant de fonder un foyer ou d’élever convenablement leurs enfants, à rechercher les possibilités d’un établissement en métropole, avec la ferme résolution d’accomplir les efforts nécessaires pour s’adapter à des conditions d’emploi et d’existence nouvelle et, éventuellement, pour acquérir des connaissances professionnelles qui leur font défaut. Le gouvernement, dans un souci de solidarité nationale, a décidé de faciliter ces implantations et a approuvé une politique de migrations."

11À cette note a été joint un ensemble d’annexes spécifiques pour chaque catégorie de migrant (placements directs, stagiaires de l’AFPA, démobilisés après le service militaire…). L’une des annexes était destinée explicitement aux femmes, « candidates à une implantation en métropole et à un placement direct en qualité d’employée de maison ». Dans cette note, on met l’accent sur les qualités personnelles de la migrante, sur les possibilités de promotion et la notion de carrière :

« La profession d’employée de maison peut être considérée comme une fin en soi ou comme un moyen (...) L’emploi de maison peut également être considéré comme un moyen pour la jeune fille courageuse, possédant un certain degré d’instruction, de s’adapter à la vie métropolitaine dans un cadre familial et de profiter de ses heures de liberté pour compléter ses connaissances et préparer les examens ou concours qui lui ouvriront les portes des autres professions. À ce sujet, il est précisé qu’à Paris, les cours du soir ont généralement lieu de 18 à 21 heures ou de 20 à 23 heures. »

12Puis en conclusion, on y lit que :

« La noblesse du travail étant indépendante de la profession exercée les candidates à une migration en métropole ne doivent pas négliger la possibilité qui leur est offerte d’améliorer nettement leurs conditions matérielles d’existence et de pouvoir éventuellement accéder à la profession de leur choix ».

13De même, on dira aux femmes intéressées par le métier d’infirmière dans une note adressée aux « candidates à une implantation en métropole dans la carrière d’agents féminins de la fonction hospitalière » que :

« L’emploi d’agent féminin de la fonction hospitalière est l’échelon de base permettant à une jeune fille, possédant le CEP ou d’un niveau supérieur, de pouvoir, par le biais de la promotion sociale et tout en gagnant honorablement sa vie, de parvenir à la qualification d’Infirmière Diplômée d’État ».

  • 17  Le Monde, « Les Antillais en métropole », 24 juillet 1965, p. 6. (Article de PH. Decraene).

14Or les fonctionnaires du BUMIDOM savaient que ce type de proposition répondait à une aspiration courante chez de nombreuses jeunes femmes antillaises, celle de devenir infirmière. L’exemple de la manifestation à Lyon de filles de salle originaires des Antilles en automne 1961 démontre la force de ces aspirations. Ces femmes avaient été recrutées directement aux Antilles par l’administration de l’hôpital avec la promesse de cours d’infirmières ; au bout de plusieurs mois après leur arrivée en métropole, elles n’avaient toujours pas bénéficié d’une telle formation17.

15À l’inverse, les stagiaires en FPA étaient presque tous des hommes. Les stages offerts aux jeunes gens relevaient essentiellement des secteurs des industries métallurgique ou automobile ou du BTP. Dans la note destinée aux futurs stagiaires masculins, on dit que :

« le stage de formation professionnelle pour adultes du premier degré offre aux travailleurs une incontestable possibilité de promotion sociale. Il permet en outre aux meilleurs éléments de s’élever dans la hiérarchie. »

16À chaque fois que le migrant a pris contact avec l’agence après son arrivée en métropole, une pièce a été rajoutée à son dossier. C’est ainsi que nous disposons d’informations sur les parcours professionnels, résidentiels et familiaux de certains migrants (sauf pour ceux qui n’ont jamais repris contact avec l’agence après leur premier placement : le BUMIDOM ne convoquait que rarement le migrant). Noter que de plus en plus de dossiers, à partir de la fin des années soixante, ont été constitués en métropole, pour des migrants qui sont venus en métropole par d’autres moyens que par le BUMIDOM ou le service militaire. Dans la plupart des cas, nous retrouvons des renseignements sur le premier travail à la fin d’une formation, sa localisation et le lieu de résidence à cette époque. Même si l’on dispose de peu d’informations sur les parcours de la plupart de ces migrants, cette source de données est assez riche pour nous indiquer que, de plus en plus au cours de la première décennie de la migration organisée, les migrants réussissaient à se diriger vers le secteur d’emploi ou la ville de leur choix. Loin d’être de passifs récepteurs d’une incitation à travailler en métropole et là où l’État le souhaitait, de nombreux migrants avaient des projets solides. En fait, l’État leur a permis de venir en Métropole gratuitement ou presque, et pendant qu’ils prenaient pied en Métropole dans le placement imposé par l’agence, ils attendaient de mener à bien leurs propres projets (voir les exemples de parcours donnés dans l’annexe I). Ainsi, beaucoup de migrants, que ce soit voulu au départ ou non, ont su exploiter le système qui justement cherchait à les exploiter.

  • 18  BUMIDOM, 1968, Compte-rendu d'activités de 1967, rapport non publié, p. 54.

17Prenons l’exemple de Mlle B, arrivée en France par le BUMIDOM en 1967 à l’âge de 25 ans, ayant son CEP et après avoir travaillé comme femme de ménage à la Martinique pendant sept ans. Le BUMIDOM l’a envoyée d’abord pendant un mois au centre féminin de formation et de préformation à Crouy-sur-Ourcq, au nord-est de Paris (formation dite « spécialisation ménagère », la préformation consistant à une « adaptation à la nourriture et au mode de vie métropolitains »18). Ensuite, elle a été placée dans une maison bourgeoise à Paris, avec un contrat d’un an. Son dossier atteste du fait que quelques semaines plus tard, elle a abandonné ce poste et a commencé à travailler comme agent hospitalier à l’Assistance Publique de Paris. Six ans plus tard, elle deviendra aide-soignante.

  • 19  Condon, S., Ogden, P. E., 1991 b ; « Afro-Caribbean migrants in France : employment, state policy (...)
  • 20  Sur le rôle des rapports de genre dans l'évolution du marché de l'emploi et de l'économie, voir Ma (...)

18Ce chemin, vers un emploi du secteur public et à Paris, a été suivi par de nombreux migrants, hommes et femmes, venus par le BUMIDOM ou spontanément. Nous en verrons les conséquences traduites dans la répartition socioprofessionnelle recueillie au moment des recensements. Au fur et à mesure que les années passaient, le nombre croissant de migrants antillais installés en région parisienne a renforcé le mouvement vers la capitale ; les anciens migrants faisaient venir et hébergeaient frères ou sœurs, cousins ou amis, les renseignant sur la recherche d’un emploi, sur les transports urbains ou autres services, et on se retrouvait entre parents et amis en fin de semaine chez les uns ou chez les autres, ou au bal. En effet, la concentration sur Paris n’était pas voulue par l’État. À l’inverse, comme l’était le maintien de l’émigration, l’afflux vers le secteur public était souhaitable19, et comme nous avons dit plus haut, les désirs des individus sont souvent compatibles avec ceux de l’État. Une main-d'œuvre peu qualifiée pour les services publics en pleine expansion dans les années 1960 et 1970 était recherchée par l’État. Donc même si les migrants délaissaient les emplois industriels ou autres emplois du secteur privé, ces tâches pouvaient être réalisées par les migrants étrangers, auxquels l’accès au secteur public était fermé. En plus de l’attrait d’un emploi stable, salarié et respectable, travailler dans les services publics offrait d’autres avantages, dont les nouveaux migrants prenaient rapidement connaissance, notamment, la possibilité d’une mutation aux Antilles, puis en attendant ce retour espéré en tant que « fonctionnaire », l’accès à un logement social en métropole et la participation financière aux vacances passées dans le pays d’origine. On doit cependant insister sur le fait que, sans la participation massive des migrants antillais, et notamment des femmes, à ces secteurs en pleine expansion, certains changements dans la structure du marché du travail et dans la hiérarchie sociale n’auraient pas eu lieu20.

19En résumé, femmes et hommes se sont retrouvés dans ce mouvement vers Paris et le secteur public. Mais les parcours masculins — en passant par l’armée, le service militaire, un stage artisanal ou industriel — étaient le plus souvent très différents de ceux des femmes. Nous allons maintenant explorer les conséquences en termes d’emploi de la politique migratoire et de la conception sexuée de la place des migrants dans l’économie métropolitaine. Avant de ce faire, nous devons nous rappeler que la migration par le BUMIDOM n’est qu’un élément de l’histoire de la migration antillaise. C’est en coordination avec les administrations, le service national et certains employeurs du secteur nationalisé ou privé, que son rôle a été déterminant au début de la grande migration de travail dans les années 1960. Ensuite, ainsi qu’en parallèle, parents et amis ont suivi les migrants ayant transité par le BUMIDOM, que ce soit dans le cadre du regroupement familial mis en place par l’agence ou, plus souvent, indépendamment de l’agence elle-même. Nous devons également nous rappeler que les emplois du service public ne constituent qu’une partie du paysage professionnel des Antillais en métropole. Nombreux sont les migrants, et surtout les migrants masculins, qui ont trouvé un emploi en dehors de ce secteur, soit par choix ou opportunité, soit puisque le migrant n’était pas relié à un réseau lui facilitant l’accès à ce secteur.

2. Conséquences en terme d’emploi, avec présentation de données du recensement de 1968

  • 21  Les analyses qui suivent font partie d'un travail original que nous sommes en train de mener. Nos (...)

20À partir des résultats du recensement de 196821, l’INSEE a publié des tableaux de données sur les migrants nés dans les DOM, et par département de naissance. Ainsi, nous disposons d’un portrait de la population antillaise résidant en métropole au début de l'année 1968, six ans après le début de la migration organisée.

Remarques spécifiques sur les données du recensement dans une perspective de « genre »

21Croissance du volume des flux : la population antillaise résidente en métropole double de 1954 à 1962, puis croît de plus de 50 % de 1962 à 1968. À chaque recensement, le nombre de femmes et d'hommes est très proche (même si l'écart se creuse à la fin des années 1950 avec les recrutements massifs de travailleurs masculins) en 1962, les femmes antillaises en métropole étaient 16 660 et les hommes, 22 080, en 1968, les effectifs respectifs étaient 28 556 et 32 604. Au recensement de 1968 on compte 13 736 femmes et 15 152 hommes installés en métropole depuis 1962. Rappelons qu'entre les deux recensements, il y a eu des retours et aussi des décès (totalisant environ 6 500 individus).

22 Répartition géographique en métropole : on remarque la concentration sur la Région Parisienne, et ceci notamment chez les femmes (Tableau 1). Celles-ci semblent avoir été attirées surtout vers Paris. Cette concentration s’explique en partie par les types d’emploi occupés par les femmes, mais, comme on le verra plus loin, les images de la capitale et du mode de vie parisien ont fortement contribué à la répartition résidentielle. On note aussi que les Guadeloupéens — migration plus récente — sont plus concentrés sur la région que le sont les Martiniquais. Le rôle joué par les femmes guadeloupéennes dans le regroupement sur Paris a été considérable.

  • 22  Malheureusement, dans les tableaux sur les ménages, ou sur le nombre d'enfants par ménage, le sexe (...)

23Structure par âge : on retrouve une structure équilibrée entre hommes et femmes à tout âge, avec, chez les Martiniquais (migration plus ancienne), une population féminine légèrement plus âgée. Puis, parmi les migrants installés depuis 1962, on note 6 % de migrantes âgées de 50 ans ou plus, probablement des mères venues rejoindre fille/fils et petits-enfants. La structure atteste d'une migration familiale importante : les moins de 15 ans sont 14 % de la population guadeloupéenne et 11,7 % des Martiniquais, donc de nombreuses femmes ont une charge d'enfants22.

24Niveau de diplôme : les tableaux publiés présentent les données pour la population de 15 ans ou plus, pour les diplômes d'enseignement général, puis les diplômes d'enseignement technique. L'analyse du diplôme est intéressante pour l'étude de la préparation des migrants au marché de l'emploi métropolitain. À l’époque, le certificat d'études primaires était le diplôme déterminant : il était notamment requis pour les concours administratifs.

25Plus des deux tiers (environ 70 %) des femmes et des hommes antillais vivant en métropole en 1968 se répartissent entre ceux ayant obtenu le CEP et ceux n'ayant déclaré aucun diplôme. Ce sont les hommes martiniquais qui sont les moins nombreux dans la catégorie des sans diplôme (34 % des hommes) et les femmes guadeloupéennes les plus nombreuses (42 %). L'analyse par groupe d'âge montre la progression de la proportion des migrants masculins ou féminins ayant le CEP, avec une diminution parallèle de la catégorie des sans diplômes. En ce qui concerne la population ayant obtenu le baccalauréat ou un diplôme supérieur, la proportion chez les hommes est plus élevée que chez les femmes.

26Les tableaux publiés permettent de distinguer les migrants en métropole avant 1962 de ceux arrivés depuis le recensement de 1962 (Tableau 2). Parmi les premiers, nous observons une forte proportion d'individus âgés de 45 ans ou plus qui ont un diplôme supérieur, proportion variant entre 8 % et 20 % chez les hommes, entre 3 et 5 % chez les femmes. Ces individus correspondent en partie à l'ancienne migration des élites (professions libérales, professeurs…), et certains sont des enfants migrants de ces personnes, ayant poursuivi leurs études en métropole. Tous âges réunis, les hommes sont deux fois plus nombreux à posséder un diplôme supérieur que les femmes. Chez les migrants plus récents, la population la plus diplômée est nettement moins importante. Il y a une différence aussi au niveau du baccalauréat : parmi les migrants anciens, 12 % des hommes et 9 % des femmes ont ce diplôme, contre 4 % des hommes et des femmes chez les migrants récents. On note un niveau de scolarisation plus égal entre hommes et femmes parmi les migrants plus récents. Si les migrants plus anciens sont, dans l'ensemble, plus diplômés que les migrants récents, ces derniers sont moins souvent sans diplôme ; et ceci surtout chez les femmes. Dans toutes ces comparaisons entre migrants anciens et migrants récents, il faut tenir compte de la relative jeunesse des derniers : près de deux fois plus de migrants sont scolarisés ou suivent un enseignement supérieur.

27On peut faire l'observation que le BEPC est un diplôme « plus féminin », tandis que le CAP est plus « masculin ». Les tableaux nous renseignent sur la proportion de migrants ayant obtenu un diplôme d'enseignement technique, après le CEP ou le BEPC, montrent que les hommes sont plus nombreux à avoir un CAP (11 % des hommes ayant terminé leurs études, contre 6 % des femmes). On sait à partir des archives du BUMIDOM et des entretiens, qu’il s’agissait le plus souvent pour les femmes d’un CAP de comptabilité ou de dactylographie. On note une catégorie d’hommes ayant un certificat de fin de stage artisanal (formations FPA en bâtiment ou métallurgie). Enfin 5 % des femmes ayant terminé leurs études possèdent un « autre diplôme ». Ce sont des diplômes de niveau divers, allant du personnel d’hôtel au secrétariat ou au secteur éducatif.

28Type d'activité : d'abord, on observe des taux d'activité féminins élevés (Tableau 3), surtout chez les femmes guadeloupéennes (une migration plus récente et de nature plus économique). Notons que le rapport entre les taux féminins et masculins s'inverse chez les 20-24 ans ; ceci s'explique par le fait que les militaires du contingent étaient classés alors parmi les inactifs. On estime les étudiants à environ 6 % de la population de 15 ans ou plus. La catégorie « inactifs », comme d'habitude, pose problème à l'analyse. Pour les hommes, cette catégorie regroupe retraités, invalides, étudiants et militaires du contingent ; pour les femmes, elle regroupe aussi les femmes sans activité rémunérée (ou déclarée) en dehors du foyer. La proportion des étudiants étant presque la même pour chaque sexe, la plupart de l'écart entre les sexes s'expliquent par la proportion des « femmes au foyer ». Toutefois, l'écart entre les proportions d'inactifs n'est pas énorme, pour les Guadeloupéens, il n'est que 12 points (31 % des hommes, 43 % des femmes) ; chez les hommes, la population des militaires du contingent est importante, à laquelle on peut rajouter les militaires de carrière retraités. En ce qui concerne les chômeurs, le taux de chômage chez les femmes est déjà plus élevé que chez les hommes ; c’est un phénomène qui ira en s’accentuant. Pour chaque sexe, le taux le plus élevé est chez les 20-24 ans. Nous ne connaissons pas la part de ceux-ci qui est composée d'enfants migrants de la décennie précédente.

29Les professions : les répartitions sont-elles le reflet des recrutements massifs dans les services publics et de l'orientation professionnelle effectuée par le BUMIDOM ? D'abord, il faut mentionner les problèmes posés pour l'analyse par la présentation des résultats, une répartition professionnelle qui réunit secteurs et professions ; on ne peut pas déterminer dans quel secteur économique travaillent les employés de bureau, les techniciens… Si l’on regarde la répartition professionnelle des migrants antillais, comme pour d’autres immigrations de travail, on remarque une certaine concentration dans un nombre restreint de secteurs. Ce qui différencie les Antillais d’autres migrations contemporaines, c’est leur concentration dans les emplois de bureau et les services publics. En retenant les catégories « technicien » et « employé de bureau », on observe qu’environ les deux tiers des hommes (62 % des Guadeloupéens et 67 % des Martiniquais) sont regroupés dans neuf secteurs (Tableau 4). Mais c’est la concentration professionnelle des femmes qui est la plus frappante : 71 % des femmes actives sont regroupées dans trois secteurs, les emplois de bureau, le personnel de santé/services sociaux, ou le personnel de service/agents mixtes des transports ou PTT. La moitié des Antillaises travaillaient alors dans les services publics. À l’époque, les deux premiers sont des secteurs qui se féminisaient. Il serait bien sûr souhaitable de connaître le contenu du travail des unes et des autres, afin de poursuivre cette analyse. On note que les femmes antillaises sont proportionnellement deux fois plus nombreuses que les hommes dans l’enseignement : on retrouve 5 % de Guadeloupéennes et 6 % des Martiniquaises actives dans ce secteur.

30Côté masculin, on observe les effets d’une politique de recrutement entamée d’abord en Martinique : ce sont les hommes martiniquais qui sont les plus concentrés dans le secteur public en 1968 (32 %), résultat des politiques de recrutement menées par les administrations des armées, de la police et des douanes (17,3 % des Martiniquais dans ce secteur). Seulement 21,6 % des Guadeloupéens travaillent dans le secteur public.

31Les tableaux sur les catégories socioprofessionnelles sont très détaillés et sur certains points donnent une image plus claire. De plus, les migrants résidant en métropole en 1962 y sont distingués des migrants récents. Les répartitions des migrantes guadeloupéennes ou martiniquaises actives sont très proches (Tableau 5). Ainsi, on voit que 45 % des Antillaises venues entre 1962 et 1968 sont classées dans la catégorie « personnels de service » ; en fait, seulement 12 % sont « gens de maison » ou « femmes de ménage », et 33 % sont « autres personnels de service », c'est-à-dire, agents peu qualifiés des services publics. Pour beaucoup de femmes migrantes, le travail d’employée de maison constitue un métier de passage, d’adaptation au nouveau contexte de travail et de vie quotidienne. Ensuite, un peu plus du quart est employé de bureau, ce qui suggère une population plus qualifiée (ayant au moins le BEPC), auxquelles on peut rajouter près de 10 % de cadres moyens (institutrices, enseignantes, services médicaux ou sociaux). Enfin, environ 16 % des migrantes récentes « ouvrières », la moitié étant classée comme « manœuvre ». C'est pour les catégories « cadres moyens » et « professions libérales » que la moindre qualification des migrantes récentes par rapport à la population installée avant 1962 est évidente ; pour cette dernière, certaines femmes ont bénéficié de l'ancienneté, mais plus nombreuses étaient celles qui faisaient partie des élites des départements antillais. À l’inverse, aux bas échelons, la population plus anciennement installée semble avoir bénéficié d'une certaine mobilité sociale : moins du tiers des anciennes migrantes sont « personnel de service » contre 45 % des migrantes récentes.

32Chez les hommes, les répartitions guadeloupéenne et martiniquaise sont assez proches, sauf que la répartition martiniquaise est très marquée par les recrutements par l’armée et la police (21,5 % des actifs, contre 9,1 % chez les Guadeloupéens) (Tableau 6). Pour les deux, la plus grande catégorie socioprofessionnelle est celle des ouvriers, catégorie plus importante pour les Guadeloupéens (49,8 % contre 39,2 % des Martiniquais). On peut rajouter que plus de la moitié des hommes actifs (52 % des Martiniquais et 56 % des Guadeloupéens) ayant migré entre 1962 et 1968 font partie du contingent. On voit ici le rôle primordial des armées dans la perpétuation des la migration antillaise masculine ; sur l’ensemble des hommes, actifs ou inactifs, arrivés en métropole depuis 1962, 17 % sont venus pour y effectuer leur service militaire.

3. L’actrice dans la migration : émigration, lieu d’installation, emploi

33L’enquête par entretien semi-directif avait un double objectif : recueillir des biographies de migrants et replacer l’individu/acteur dans l’histoire de la migration antillaise. Nous voulions analyser les mécanismes conduisant à la migration, les liens entre famille, école et travail, le rôle des réseaux, et aussi voir comment le migrant se situait par rapport à ce grand mouvement migratoire.

34Dans un premier temps, les femmes ont fait l’objet de l’étude. En 1990-1992, trente femmes résidant en région parisienne, arrivées entre 1955 et 1980, ont été interrogées. La grille d’entretien utilisée était la suivante : Vie avant le départ : famille, école, travail. Raisons pour le départ et préparation ; aspirations. Premières expériences sur le marché de l’emploi métropolitain. Parcours professionnel, lié aux parcours résidentiel et familial. Projets.

35Afin d’illustrer la forme de l’information recueillie par cette méthode, je présenterai quelques extraits d’entretien qui évoquent certains thèmes :

  • la scolarisation, les ambitions

  • la recherche d’un emploi en métropole

  • la mobilité socioprofessionnelle.

36Les deux cas présentés en annexe (annexe II) se positionnent de la manière suivante par rapport à chacun de ces thèmes. Ce sont deux femmes arrivées à Paris dans les années soixante, Simone en 1964, Francine en 1969.

37Simone : a quitté l’école plus tôt qu’elle ne l'aurait souhaité, n’a pas pu passer son CEP et regrette beaucoup de ne pas avoir eu la même chance que ses sœurs cadettes.

38Francine : il y a eu une mobilisation familiale, notamment de la part de sa sœur, pour qu’elle puisse obtenir son CEP et ensuite son BEPC.

39Simone : n’avait aucun parent en métropole au moment de son arrivée, est venue rejoindre son fiancé à Paris, sinon elle dit qu’elle serait restée en Guadeloupe ; elle dit avoir dû se débrouiller toute seule pour trouver un emploi dans le secteur privé, d’abord, comme femme de ménage dans un magasin, ensuite comme ouvrière, en menant sa recherche d’emploi dans les quartiers près de son domicile dans le dixième arrondissement de Paris.

40Francine : est venue rejoindre son mari à Paris, mais elle avait déjà envie de quitter la Martinique ; son mari travaillait aux PTT au moment de la migration de Francine, elle avait d’autres parents dans les administrations, elle a fait plusieurs demandes et a accepté la première proposition de poste, comme agent hospitalier dans un hôpital de l’Assistance Publique à Créteil.

41Simone : l’instabilité caractérise son parcours professionnel, femme de ménage, puis ouvrière dans plusieurs ateliers de construction de matériel électrique, électronique, ou d’autres biens d’équipement, puis de moteurs ; après son licenciement d’une usine où elle travaillait depuis quinze ans, elle se retrouve au chômage à 49 ans, et après des stages de remise à niveau, elle trouve un poste d’agent de service dans une maison de retraite. Elle n’a bénéficié d’aucune promotion. Elle donne des exemples d’obstacles auxquels elle a été confrontée le long de son parcours professionnel.

42Francine : d’abord agent hospitalier dans un hôpital public pour personnes âgées, elle obtient après cinq ans le diplôme d’aide-soignante. Ce changement de statut entraîne un changement d’établissement et elle est transférée vers un hôpital qui vient d’ouvrir à Créteil. Depuis 1975, elle n’a pas changé de lieu de travail, ni de statut. Elle parle des obstacles à la promotion, mais dit être dans l’ensemble très contente de son travail.

La question des aspirations

  • 23  Voir Darius, D., op. cit.

43L’exploration des aspirations s’est focalisée d’abord sur les motivations autour du départ des Antilles. Est-ce que la personne avait des ambitions précises, que ce soit en matière d’emploi, de vie familiale, de formation du couple, de mode de vie ? Certes, l’entretien biographique ne peut que capter une réévaluation des motivations, des espoirs, des projets. Mais pour beaucoup des enquêtées, ce travail de réévaluation n’a pas produit de discours évoquant un projet fixe : le départ vers la métropole était souvent une occasion à saisir, une occasion de découvrir la métropole, et surtout Paris, c’est la curiosité qui a poussé de nombreuses personnes. Souvent, une image romantique de la France était rappelée, soit focalisée sur Paris, avec ses monuments et ses jardins, l’habillement des femmes parisiennes, et une idée de ce qu’était la « vie parisienne », soit sur les campagnes, les forêts, les paysages enneigés. Ce sont des images construites pendant leurs années d’école. Pour d’autres, partir, c’était quelque chose qui "se faisait", parce qu’il « n’y avait pas de travail aux Antilles… ». Souvent la migration signifiait une rupture totale, le début d’une nouvelle vie, un nouvel avenir pour soi-même ou pour ses enfants, se libérer de contraintes familiales ou sociales ou s’échapper d’un lieu où on avait vécu des événements douloureux (ce dernier cas étant fréquent chez les femmes23). Pour beaucoup de migrants, le début de cette rupture avait déjà eu lieu aux Antilles, avec un départ des campagnes ou des petits bourgs vers Fort-de-France, Basse-Terre ou Pointe-à-Pitre.

44En ce qui concerne l’emploi, l’expression des aspirations est très liée au niveau d’études. En plus d’une rationalisation a posteriori de sa propre situation, une référence à un métier spécifique était plus souvent évoquée par des femmes ayant obtenu au moins le BEPC ou une qualification technique. De plus, les femmes qui avaient quitté l’école avant l’âge de treize-quatorze ans avaient eu quelques années d’expérience sur le marché du travail antillais avant de partir ; elles avaient dû se contenter d’ambitions professionnelles plus modestes…

45L’analyse des entretiens révèle à quel point les réseaux socio-familiaux étaient d’une importance primordiale dans l’orientation professionnelle. Le cas de Francine (annexe II) nous laisse conclure que, souvent, c’était par hasard que les femmes se dirigeaient vers les emplois hospitaliers. Même si certaines femmes s’accrochaient à un rêve de devenir infirmière, pour beaucoup, l’accès à l’emploi hospitalier représentait l’accès à un emploi stable, avec certains avantages par rapport aux horaires, aux vacances, à la retraite. C’est souvent après que l’on cherche à valoriser son travail, son « choix » d’emploi, que l’on parle d’aimer « s’occuper des autres ». Surtout pour ces femmes qui n’ont pas pu suivre une formation d’infirmière, elles se félicitent d’avoir « plus de temps pour parler avec les malades » que n'en ont les infirmières. Simone, qui n’était pas insérée dans un réseau à son arrivée en métropole s’est trouvée écartée de ces filières d’accès aux services publics. C’est ainsi qu’elle a commencé à travailler dans le milieu des usines, ou des « ateliers », en essayant de se faire une place, se faire respecter, même si la promotion lui a toujours été refusée (voir annexe II). Dans son cas, le milieu professionnel n'était pas typiquement féminin, mais quand elle décrit les obstacles à sa promotion, elle évoque plus le fait d'être une Noire que le fait d'être femme. Sur son chemin, elle a rencontré peu d’Antillais pendant les dix premières années de son séjour. À l’inverse, son fiancé a pu entrer dans un réseau d'Antillais, puisque cinq ans après l’arrivée de Simone, il a obtenu un poste à Air France. Il disposait certainement de plus de temps libre pour rencontrer d’autres Antillais, pendant que Simone naviguait entre travail, tâches ménagères et le domicile de la nourrice de son enfant. À toute évidence, il ne l’a pas aidée à trouver un poste, ayant déjà l’idée de la quitter pour une employée à Air France.

46Sur le thème des aspirations donc, on peut décrire trois schémas :

  • aspiration à être fonctionnaire, à la sécurité de l'emploi et à la retraite, statut social accordé à ce corps professionnel aux Antilles, avantages pour le migrant en métropole (logement, congés bonifiés, colonies de vacances…) ;

  • aspirations explicites : par exemple, l’expression d'une envie d'être infirmière, de s'occuper des siens, ou d'être puéricultrice ou monitrice d'enfants ; ou de travailler dans un secteur moderne, avec son mode de vie, secrétaire, employée de bureau, agent comptable, horaires réguliers, salaire et congés, valoriser ses études (dactylographie, informatique, langues étrangères, comptabilité) ou d’autres atouts personnels (pour travailler dans la vente les métiers de la mode, par exemple) ;

  • absence d'aspiration explicite, mais un désir de travailler, d'être indépendante, de se débrouiller, d’être respectée dans son travail.

47Mais, comme nous venons d’expliquer, derrière cette typologie, existent des mécanismes qui ont soit facilité, soit empêché la naissance d’aspirations professionnelles.

La place spécifique des femmes antillaises dans l’évolution de la migration et des caractéristiques de la population antillaise en métropole

48En rapprochant les différentes sources d'information, on peut démontrer à quel point les femmes étaient des actrices importantes dans les caractéristiques de cette migration : dans son volume, sa concentration géographique, sur le marché de travail et dans l'économie métropolitaine. Dans la mesure où de nombreuses femmes antillaises avaient des aspirations en commun, et que les opportunités professionnelles qui se présentaient — à travers les politiques de recrutement des administrations et à travers les réseaux sociaux — orientaient le plus grand nombre vers une même région et un même secteur économique, on observe une place déterminante de la femme dans l'évolution de la migration antillaise en métropole.

  • volume de la migration : déjà en 1954, les femmes comptent pour près de la moitié des migrants antillais résidant en métropole. Puis, après les recrutements massifs essentiellement masculins, les débouchés pour les femmes s'ouvrant, le nombre de migrantes entre 1962 et 1968 est très proche de celui des hommes (13 736 et 15 152 respectivement) ;

  • concentration sur la région parisienne : ce sont les femmes qui y sont les plus nombreuses, notamment pour la migration guadeloupéenne, où la migration des deux sexes n'a pas connu de décalage comme dans la migration martiniquaise. Dans les entretiens, on découvre le fonctionnement des chaînes migratoires familiales, souvent féminines, puis des jeunes gens qui après avoir été démobilisés en province, ont rejoint une sœur, une cousine, une tante à Paris. Avec l'ancienneté de la migration, les migrants de la fin des années soixante et soixante-dix parlent comme si venir à Paris, c'était une évidence. Avant, on parle de l'image de Paris : la France, c'était surtout Paris ;

  • activité : comme on a vu pour le recensement de 1968, avec 57 % des femmes de 15 ans ou plus actives, il y a une participation importante des femmes antillaises sur le marché de l'emploi. À partir des archives et des entretiens, on découvre que la formation et le travail étaient des motifs importants dans la migration pour la plupart des femmes, et les aspects positifs du mode de vie qui accompagnent l'activité. Sans oublier que pour de nombreuses femmes seules avec enfant (avec elles en métropole ou laissé chez la grand-mère aux Antilles), travailler était une nécessité ;

    • 24  Voir Bertaux-Wiame, Isabelle, 1980, « Une application de l'approche autobiographique. Les migrants (...)

    emploi : on observe une concentration des emplois féminins dans un petit nombre de secteurs, avec la moitié des femmes concentrées dans des emplois des services publics ; hôpitaux, services sociaux, PTT, secteurs où les emplois « féminins » sont nombreux. En plus de l'importance de la politique migratoire et des campagnes de recrutement, la place des réseaux familiaux et sociaux est primordiale. Avec le temps, les femmes employées des services publics sont souvent au centre de ces réseaux, aidant sœurs, frères, cousins, neveux ou nièces, puis enfants, à trouver un emploi dans un de ces secteurs. La politique migratoire comptait sur l'efficacité de ces réseaux pour perpétuer la migration ; en même temps, les individus se servent des relations pour s'informer sur les possibilités d'emploi, sur les concours, les avantages de tel ou tel emploi, puis par la suite « font rentrer » d'autres compatriotes24.

4. Continuités et transformations : après l’arrêt de la migration organisée, nouvelles migrations et emploi des femmes antillaises en métropole dans les années 1980-1990

  • 25  Voir Domenach, H. ; Picouet, M., 1992, La dimension migratoire des Antilles, Paris, Economica. Un (...)
  • 26  Charbit, Y., 1987, « Ménages et familles des originaires des Département d'Outre-Mer », Revue Euro (...)
  • 27  Marie, C. V., 1996, « Femmes antillaises outre-mer », Espace, Populations et Sociétés, vol. II-III (...)

49La population née aux Antilles et résidant en métropole en 1990 est une population qui reste encore jeune. La migration antillaise se poursuit, même si à un moindre rythme, et grâce à ce renouvellement de la population avec l’arrivée permanente de migrants, la structure garde le profil d’une migration de travail. On a observé des retours à tout âge25, mais surtout entre 25 et 39 ans, avec une migration d’enfants qui accompagnent leurs parents. La forme dominante de ménage est celui du couple avec ou sans enfants. Les personnes âgées vivantes seules sont encore peu nombreuses, mais il faut signaler que 20 % des Guadeloupéennes et 25 % des Martiniquaises de 60 ans ou plus vivent seules (les proportions pour les hommes étant à moins de 10 %). Nous retrouvons 17 % de ménages dont la personne de référence est une femme. La proportion de ces « familles monoparentales » a augmenté (elle était de 11,5 % au recensement de 1975). Si l'on a pu rapprocher la proportion de ce type de ménage à celle trouvée chez la catégorie sociale des employées, catégorie dans laquelle sont classées la plupart des femmes antillaises en métropole, comme le souligne Marie, 28 % des mères antillaises en métropole26 assurent seules la charge les enfants, soit une proportion trois fois supérieures à la moyenne nationale. Les familles monoparentales antillaises rassemblent près du quart des 158 024 enfants des familles d'origine antillaise en métropole27.

  • 28  Afin de retracer l'évolution des caractéristiques socio-démographiques et professionnelles des Ant (...)

50Lorsque nous étudions les caractéristiques des migrants antillais à travers les données du recensement le plus récent, celui de 199028, nous sommes confrontés à une population très hétérogène. Cette population rassemble des migrants récents, ainsi que des migrants installés en métropole depuis dix, vingt, trente ans ou plus. Les parcours des individus au sein de cette population varient selon la période d’arrivée, l’origine sociale, le niveau de scolarisation, le sexe, le contexte familial, le degré d’insertion dans un ou des réseaux de migrants antillais. Par exemple, chez les femmes, on retrouve des migrants des années cinquante peu scolarisés, ayant travaillé comme femme de ménage, manutentionnaire, fille de salle, puis comme ouvrière d’usine, aide soignante, assistante sociale, puis des migrants des années soixante-dix avec comme bagage BEPC plus formation de secrétariat, ayant travaillé comme employée de bureau, agent administratif, puis secrétaire de direction, et enfin des migrants des années quatre-vingt ayant un BEP ou le Bac, une formation en informatique ou en anglais, employée de commerce ou de bureau, secrétaire bilingue, étudiante en faculté. Il est indispensable de tenir compte de cette hétérogénéité avant toute interprétation des résultats du recensement.

  • 29  Échantillon représentatif de migrants résidant en métropole au recensement de 1990, enquête en mét (...)

51L’expérience professionnelle avant de partir des Antilles va varier aussi selon la génération, les migrants les plus anciens ayant travaillé souvent plusieurs années avant de partir, ayant quitté l’école à douze ou treize ans, tandis que les migrants les plus récents n’ont souvent connu que les études, des emplois temporaires ou le chômage. Nous disposons de quelques informations sur l’emploi des migrants avant l’émigration à partir de l’Enquête « Migrations des personnes nées ou résidant dans les DOM » de l’INSEE29. Enfin, pour cette population résidant en métropole en 1990-1992, tous âges et périodes d’arrivées confondus (85 % de la population enquêtée est âgée entre 20 et 59 ans), parmi ceux ayant migré à 15 ans ou plus, 53 % déclarent avoir travaillé avant de partir, et pour le tiers de ceux-ci, ce travail était soit à temps partiel, soit entrecoupé de périodes de chômage (notamment chez les femmes). Pour les femmes ayant travaillé avant de partir, environ la moitié avait été employée du secteur privé, 21 % travaillaient dans les services domestiques, 9 % avaient été employées du secteur public et 7 % artisanes ou commerçantes. C’est surtout dans les générations arrivées en métropole avant 1975 que l’on retrouve ces femmes déjà actives et celles qui avaient travaillé comme femme de ménage ou employée du service public, comme l'attestent les biographies de migrantes de cette époque. Sur l’ensemble des femmes qui ont émigré à 15 ans ou plus, 29 % étaient élèves ou étudiantes avant de partir (22 % chez les hommes) : les proportions sont beaucoup plus élevées dans les générations de migrants récents.

  • 30  Voir Rabier, R. ; 1996, « Les classes avant le diplôme », Antiane-Eco, n° 33, p. 13‑16.

52Les données du recensement fournissent des indications assez claires des transformations dans le niveau de scolarisation des migrants car elles sont réparties selon la période d’arrivée en métropole : avant le recensement de 1982 ou depuis. Le résultat le plus frappant est que les migrantes récentes sont plus qualifiées que leurs homologues masculins : 31,4 % de ces femmes ont obtenu le baccalauréat ou un diplôme supérieur contre 24,6 % des hommes (Tableau 7). La différence s’observe surtout au niveau du baccalauréat (19 % des femmes et 14 % des hommes ayant migré entre 1982 et 1990). Il faut rappeler que nous ne savons pas si ces diplômes avaient été obtenus avant la migration ; nous ne savons pas non plus si ces individus ont terminé leurs études en 1990. Chaque année, de nombreux jeunes Antillais — et notamment des femmes — partent en métropole pour suivre des études universitaires30, et nombreux sont ceux, plus jeunes qui viennent rejoindre une tante, un oncle, un cousin afin de passer le baccalauréat en métropole.

53Malgré cette meilleure qualification des femmes ayant migré en métropole pendant les années 1990, on retrouve des taux de chômage presque deux fois plus élevés chez les femmes jeunes que chez les hommes : 31 % des femmes âgées de 15 à 24 ans et ayant migré depuis 1982 étaient au chômage en 1990 par rapport à 20 % des hommes. En fait, cette différence s’explique en partie par l’intégration des militaires du contingent dans la population active depuis le dernier recensement. Ainsi, plusieurs centaines de jeunes gens, en faisant leur service militaire ne sont pas exposés au chômage. Toutefois, aux âges plus élevés, on observe des taux de chômage plus élevés chez les femmes ayant migré depuis 1982 que chez les hommes. Pour l’ensemble des natifs des Antilles en métropole, au-dessus de 29 ans, l’écart est minime, mais en général reste en faveur des hommes. Les taux d'activité féminins restent très proches de ceux des hommes.

54Les données publiées sur la répartition professionnelle sont beaucoup moins détaillées que pour 1968 ou 1982, parce que regroupées pour l’ensemble des DOM. Seule la répartition par secteur (privé, public) est faite par département de naissance. En attendant les résultats d’une exploitation particulière des données du dernier recensement, celles de 1982 indiquent certaines transformations et à l’inverse, certaines continuités (INSEE, 1985). Pour les femmes, on constate une diminution de la catégorie « personnel de service » au profit de la catégorie « employé du service public », en partie le résultat d'un changement des définitions de l'INSEE. Comme nous avons dit plus haut, les « autres personnels de service » travaillaient pour la plupart dans les emplois peu qualifiés des services publics : les agents hospitaliers, facteurs, agents de tri postal, agents d'exploitation dans les transports. La plus grande mobilité a été des catégories « personnel de service » et « ouvrières » vers celle des « employées de la fonction publique », dans un contexte général de transfert des femmes actives du secteur « ouvrier » au secteur « employé ».

  • 31  Condon, S. ; Ogden, P., 1991 b, op. cit. Voir aussi le travail de Pierre-Evrard, C., 1983, op. cit
  • 32  Lucas Michel, Rapport du groupe de travail sur l'insertion des ressortissants des départements d'O (...)

55On décèle peu de mobilité ascendante dans l'ensemble de la population. Les catégories « cadres moyens/professions intermédiaires » (on aurait pu s'attendre à une plus forte proportion d'infirmières ou d'assistantes sociales…) et « professions libérales » ont peu évolué. À partir de notre étude des migrants résidant en région parisienne en 1982, on a observé que près des trois-quarts des femmes actives étaient classées comme employées et plus du cinquième des femmes travaillaient soit comme agent hospitalier, soit comme aide soignante. Par contraste, seulement 5 % des femmes actives étaient classées dans la catégorie professions intermédiaires du secteur santé/services sociaux (Condon et Ogden, 1991b pp. 446-447)31. Le groupe de travail autour du Rapport Lucas en 198332 avait fait un bilan de certains mécanismes de discrimination qui ont empêché la promotion de centaines de migrants antillais. Le matériau des entretiens révèle aussi la quasi-absence de promotion sociale pour beaucoup de migrants des générations arrivées dans les années 50-70 et rassemble différents discours sur les mécanismes conduisant au blocage dans la mobilité.

  • 33  Marie, C. V., 1992, « La nouvelle Ile de France », Antiane-Eco, n° 19, p. 12-14.

56En fin de compte, malgré le peu de détail sur les professions dans les tableaux publiés du RGP 1990, on peut dresser un portrait des nouvelles tendances des années 80-90 : la plupart des Antillais en métropole ayant un emploi sont des salariés, on observe une prolongation des études et une augmentation du chômage chez les jeunes, puis une réduction des débouchés dans la fonction publique33 (en dehors des entrées par relations familiales), et des emplois le plus souvent dans le secteur tertiaire privé. Notons que les jeunes migrants des années quatre-vingt-dix rejoignent les enfants des anciennes générations de migrants sur le marché de l'emploi métropolitain, et souvent dans les centres de formations et les facultés de la région parisienne.

57Pour interpréter correctement les transformations relatives à la scolarisation et à l'emploi des migrants antillais résidant en métropole, il faut tenir compte des transformations sociales qui ont eu lieu au cours de cette même période aux Antilles. De même, l’analyse de la mobilité socioprofessionnelle des migrants en métropole doit être insérée dans une analyse de cette mobilité dans les mêmes générations, pour les femmes et les hommes, et pour les mêmes groupes sociaux. Grâce à une méthodologie qui nous amène à réunir des analyses de données quantitatives et qualitatives, nous avons exploré les mécanismes conduisant à la structure de l’emploi des migrants antillais révélée dans les résultats des recensements. Certains mécanismes se situent au niveau de la politique migratoire et des politiques de recrutement, certains au niveau des réseaux sociaux et d’autres, encore plus complexes à analyser, au niveau de la construction sociale des aspirations professionnelles. Nous avons également mis en évidence la place des femmes dans la migration antillaise, dans le maintien des flux, dans les configurations socio-démographiques, résidentielles et professionnelles de la population antillaise en métropole. Il est nécessaire de se focaliser ensuite sur tel ou tel aspect précis de la migration pour mener une analyse plus profonde et bien expliciter la contribution à cette analyse de la méthodologie choisie.

Haut de page

Notes

1  Voir les travaux de F. Raveau et de J. Galap au CREDA, Paris V.

2  Anselin, A., 1979, L'émigration antillaise en France, Paris, Anthropos. Voir aussi le rapport de l'Association Générale des Etudiants Guadeloupéens (AGEG, association militante), 1978, L'émigration travailleuse guadeloupéenne en France, Paris, L'Harmattan.

3  Notamment à Paris V, à L'EHESS et à Bordeaux.

4  Darius, D., 1986, Femmes antillaises en France : de l'oppression à l'immigration. Thèse de doctorat en anthropologie, Université de Paris V ; Pierre Everard, C., 1983, L'intégration des infirmières antillaises dans les équipes soignantes des Hôpitaux de Paris, mémoire de maîtrise, Université de Lyon II.

5  Voir les travaux de thèse d'Isabelle Taboada, Sonia Chane-Kuhn et Isabelle Widmer.

6  Anselin, A., 1979, op. cit. ; Constant, F., 1987, « La politique française de l'immigration antillaise de 1946 à 1987 », Revue Européenne de Migrations Internationales, Vol III (3), pp. 9-29.

7  Ega, F., 1978, Lettres à une Noire, Paris, L'Harmattan.

8  Si l'étude des femmes ou des rapports de genre n'est pas explicite dans la plupart de ces travaux (voir publications citées en notes 9 à 11), l'objectif a été d'intégrer l'analyse des inégalités sociales de sexe, les destins des hommes et des femmes migrantes, dans des textes traitant un aspect précis de la migration en démontrant et en essayant d'expliquer les différences observées selon le sexe.

9  Condon S. A. ; Ogden, P. E., 1991, « Emigration from the French Caribbean : the origins of an organised migration », International Journal of Urban and Regional Research, 15 (4), pp. 505-523 ; Condon S. A. ; Ogden, P. E., 1996, « Questions of emigration, circulation and return : mobility between the French Caribbean and France », International Journal of Population Geography, vol. II (1), pp. 35-50 ; Condon, S., 1998, « Compromise and coping strategies : gender issues and Caribbean migration to France », in Mary Chamberlain (dir.), Caribbean migration : globalised identities, Routledge, London (pp. 232-247).

10  Condon, S., 1995, « L'accès au logement : filières et blocages, le cas des Antillais en France et en Grande-Bretagne », Rapport au Plan Construction et Architecture (Ministère de l'équipement), juin 1993, publié dans la Collection Recherches du PCA, n° 55, Paris, 153 pages : Condon, S., Ogden, P. E., 1993 : « The state, housing policy and Afro-Caribbean migration to France », Ethnic and Racial Studies, vol. XVI (2), pp. 256-297 ; Condon, S. A., 1994, « L'accès au logement : le cas des Antillais en France et en Grande-Bretagne », Notes et Documents de Population, n° 2, pp. 522-530.

11  Byron, M. ; Condon, S., 1996, « A comparative study of Carribean migration from Britain and France : towards a context-dependant explanation », Transactions, Institute of British Geographers, New Series, Vol. XXI (1), pp. 91‑104 ; Condon, S., 1996, « Les migrants antillais en métropole : un espace de vie transatlantique », Espace Population et Sociétés (numéro spécial), n° 2-3, pp. 513-520 ; Condon, S. ; Ogden, P. E., 1996, « Questions of emigration, circulation and return : mobility between the French Caribbean and France », International Journal of Population Geography, Vol. II (1), pp. 35-50.

12  Les sources suivantes ont été utilisées : rapports annuels d'activité du BUMIDOM (1968-1981), qui contiennent également les effectifs annuels de migrants ayant transité par les services de l'agence (tenus au Ministère des DOM-TOM) ; la publication des débats parlementaires (J.O.R.F.) au moment du budget, débats sur les DOM ; les rapports de la Commission des DOM au Commissariat Gnéral du Plan ; les rapports annuels de l'A.N.T. (agence qui a remplacé le BUMIDOM après la dissolution de ce dernier), tenus au siège social de l'A.N. T. à Paris, puis entretiens avec des responsables de l'A.N.T. (formation, logement, emploi), anciennement au BUMIDOM ; enfin également au siège de l'A.N.T., consultation des archives (dossiers individuels avec pièces administratives et notes du BUMIDOM rédigées à l'intention des candidats à la migration).

13  Les dossiers contiennent des informations sur les migrants ayant transité par les services de l'agence, ou l'ayant contactée une fois arrivés en métropole (âge, origine sociale, diplôme, date d'arrivée en métropole, premier placement en métropole…). Un dépouillement systématique des dossiers individuels a été effectué pour quatre périodes couvrant la vie de l'agence (échantillon systématique d'un dossier sur dix jusqu'à cinquante dossiers par période, 1962-1963, 1967-1968, 1973-1974, 1979-1980).

14  Une deuxième campagne en métropole a été interrompue pour des raisons personnelles et cinq entretiens ont été réalisés.

15  Dans la plupart des cas, ces personnes travaillaient dans la journée et beaucoup avaient de jeunes enfants. Pour ces raisons, la prise de rendez-vous pour réaliser les entretiens a souvent été compliquée par reports de date, et nécessitait plusieurs conversations téléphoniques. Bien évidemment, ces conversations ont servi à mettre en confiance la personne interviewée, et aussi à connaître certaines choses sur sa vie avant l'entretien.

16  BUMIDOM, 1964, Migrations en métropole de Travailleurs d'Outre-mer et de leurs familles : note provisoire. Note et appendice, non publié.

17  Le Monde, « Les Antillais en métropole », 24 juillet 1965, p. 6. (Article de PH. Decraene).

18  BUMIDOM, 1968, Compte-rendu d'activités de 1967, rapport non publié, p. 54.

19  Condon, S., Ogden, P. E., 1991 b ; « Afro-Caribbean migrants in France : employment, state policy and the migration process », Transaction, Institute of British Geographers, Vol. XVI, n° 4, pp. 440-457.

20  Sur le rôle des rapports de genre dans l'évolution du marché de l'emploi et de l'économie, voir Massey, D., 1984, Spatial division of labour : social structures and geographic production, Macmillan, Londres.

21  Les analyses qui suivent font partie d'un travail original que nous sommes en train de mener. Nos premières publications s'appuient sur des résultats de recensements plus récents. Ici, nous utiliserons les résultats publiés du recensement de 1968 : INSEE, 1970, Recensement de 1968, Population née dans un département ou territoire d'Outre-mer et résidant ne métropole, Paris, INSEE.

22  Malheureusement, dans les tableaux sur les ménages, ou sur le nombre d'enfants par ménage, le sexe du "chef" de ménage n'est pas indiqué.

23  Voir Darius, D., op. cit.

24  Voir Bertaux-Wiame, Isabelle, 1980, « Une application de l'approche autobiographique. Les migrants provinciaux dans le Paris des années vingt », Ethnologie Française, 10 (2), p. 201-205, pour une analyse du fonctionnement des réseaux de migrants.

25  Voir Domenach, H. ; Picouet, M., 1992, La dimension migratoire des Antilles, Paris, Economica. Un chapitre y est consacré au thème du retour et aux difficultés rencontrées dans la mesure de celui-ci.

26  Charbit, Y., 1987, « Ménages et familles des originaires des Département d'Outre-Mer », Revue Européenne des Migrations Internationales, Vol. 3 (3), p. 49-67.

27  Marie, C. V., 1996, « Femmes antillaises outre-mer », Espace, Populations et Sociétés, vol. II-III, p. 521-528.

28  Afin de retracer l'évolution des caractéristiques socio-démographiques et professionnelles des Antillais en France, nous avons cherché des données statistiques relatives à la période 1980-1995, notamment les résultats des recensements. Des données d'enquête de l'INSEE sont en cours d'analyse. Un certain nombre d'analyses ont été effectuées sur les données de l'Enquête Migrations de L'INSEE (1991‑1992), grâce à une convention entre l'INSEE et l'INED.

29  Échantillon représentatif de migrants résidant en métropole au recensement de 1990, enquête en métropole en 1992 auprès de 1 113 individus des deux sexes.

30  Voir Rabier, R. ; 1996, « Les classes avant le diplôme », Antiane-Eco, n° 33, p. 13‑16.

31  Condon, S. ; Ogden, P., 1991 b, op. cit. Voir aussi le travail de Pierre-Evrard, C., 1983, op. cit.

32  Lucas Michel, Rapport du groupe de travail sur l'insertion des ressortissants des départements d'Outre-mer, Rapport au Ministre des DOM-TOM, Paris, mai 1983 (non publié).

33  Marie, C. V., 1992, « La nouvelle Ile de France », Antiane-Eco, n° 19, p. 12-14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Condon, « Migrations antillaises en métropole  », Les cahiers du CEDREF, 8-9 | 2000, 169-200.

Référence électronique

Stéphanie Condon, « Migrations antillaises en métropole  », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 8-9 | 2000, mis en ligne le 21 août 2009, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cedref/196

Haut de page

Auteur

Stéphanie Condon

Géographe, INED

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • OpenEdition Journals