Navigation – Plan du site
Trajectoires

Rapports sociaux de sexe au sein des familles immigrées

L’exemple des retours dans le pays d’origine et leur impact sur les trajectoires scolaires
Sabah Chaïb
p. 217-239

Texte intégral

1Dans bon nombre de familles immigrées de même milieu social (selon la position professionnelle du père et de la mère), coexistent des itinéraires scolaires qui vont d’une grande similitude à une très grande hétérogénéité. Ces trajectoires scolaires ne font pas forcément apparaître des « groupes » constitués de façon homogène, comme celui des aînés et des cadets, ou encore celui des filles ou des garçons. On note au contraire des combinaisons diverses dans les itinéraires scolaires entre frères et sœurs au sein d’une même famille.

2L’analyse de ces trajectoires scolaires révèle différents facteurs opérant dans l’homogénéité comme dans la différenciation des processus au sein d’une fratrie : contexte social, institution scolaire, environnement familial, capacités de l’individu. L’interaction de ces facteurs est à l’origine de la construction des « destins » scolaires différents des membres d’une même famille.

3Une insistance particulière sera portée dans cet article sur ce qui se joue au sein de la famille — l’histoire familiale, les relations intrafamiliales (les interactions parents enfants et les rapports au sein de la fratrie) — comme facteur explicatif important qui participe à la différenciation des trajectoires de ses membres. C’est en effet le lieu de construction d’une histoire individuelle et collective et d’une dynamique aux effets différenciés : les événements familiaux exercent en effet un impact sur chaque membre de la famille — impact qui varie selon les expériences objectives et subjectives de chacun. C’est le lieu de la transmission des valeurs et de la socialisation, qui peuvent être une transmission et une socialisation différentielle selon le sexe. C’est ainsi le lieu de l’échange et du partage, mais aussi celui de la distinction et de la discrimination — qu’elle soit positive ou négative.

4Plutôt que de « plaquer » des définitions officielles sur des situations vécues, nous avons fait le choix de considérer le mot « discrimination » dans son sens premier, littéral, c’est-à-dire, une action de séparer, de distinguer — et de l'analyser dans un contexte familial. L'hétérogénéité des situations vécues et des contextes familiaux ne permet pas d'appréhender la discrimination de sexe — entendue communément comme une discrimination négative à l'égard des filles — comme un phénomène simple, ne serait-ce tout d'abord parce qu'elle ne vise pas seulement les filles. Surtout, quand elle existe ou est perçue en tant que telle par des observateurs extérieurs ou par les filles elles-mêmes, elle peut pourtant avoir été pensée comme un fait positif dans l’esprit des parents. C'est pourquoi on ne peut faire l'économie d'une sociologie compréhensive des acteurs au sens où l'entend Max Weber, pour pouvoir véritablement appréhender et interpréter mieux ces situations.

  • 1  Dans ces faits divers, l'intolérance dont font preuve les parents est décrite comme indigne, sans (...)

5L’analyse d’un événement familial — une tentative de retour dans le pays d’origine — nous permettra de mettre en évidence la complexité de ces situations et les difficultés à les qualifier en termes de discrimination de sexe comme le suggèrent les faits divers stéréotypés rapportés/construits par les médias. Ces retours y sont en effet décrits comme un événement doublement dramatique pour les filles, forcées par des parents intolérants1 à retourner dans un pays qui n'est pas ou plus le leur et de surcroît, à s'y marier. Par ailleurs, l’impact de cet événement sur les trajectoires scolaires des membres des familles concernées est très hétérogène et révèle des situations inédites qui ne pénalisent pas forcément les filles…

  • 2  Cet article s'appuie sur des enquêtes de terrain conduites individuellement ou en équipe dans le c (...)

6Nos diverses enquêtes qualitatives2 nous ont permis de rencontrer un grand nombre de familles immigrées. Nous avons choisi de rendre compte plus en détail dans cet article de trois histoires de familles qui nous paraissent « exemplaires » dans les deux sens du terme, c’est-à-dire renvoyant à la fois à la singularité des familles et de leurs histoires mais aussi à l’aspect « idéal typique » de ces histoires de retour au pays. Particulièrement dans le domaine de la famille, les diverses histoires recueillies au sein des familles immigrées ont une valeur heuristique qui permet de saisir des modes de raisonnement qui relèvent de structures sociales et mentales dominantes ou marginales dans le temps et dans l’espace des émigrés immigrés…

Le retour au pays, des situations hétérogènes

7Les diverses histoires de familles sur le retour au pays que nous avons pu recueillir ne permettent pas de parler de ces histoires et de ces familles en termes singuliers mais bien pluriels… Ces histoires tendent à montrer que la mise en œuvre du projet de retour obéit à des motivations, des situations, et des conditions familiales très diverses qui complexifient la manière d’aborder ce projet migratoire.

8Tout projet migratoire se décompose en deux pôles : le pôle « initiateurs » composé des acteurs qui conçoivent et portent le projet, et le pôle « destinataires » composé des personnes concernées par le projet. Cette distinction, peut-être sommaire, permet pourtant d’appréhender de façon moins confuse les diverses situations familiales. Ainsi des éléments récurrents qui ont trait à ces deux pôles apparaissent dans les diverses histoires de famille : s’agissant du pôle « initiateurs », le projet est porté par l’un ou l’autre des parents voire les deux ; s’agissant du pôle « destinataires », il s’agit d’un projet familial qui concerne l’ensemble des membres de la famille ; le projet de retour, tout comme sa mise en œuvre, n’est donc pas pensé par ses initiateurs en fonction d’une discrimination de sexe ou en tout cas, cette dernière ne se présente pas explicitement comme la motivation première.

9Les motivations du projet se révèlent plutôt du côté des initiateurs : en effet, les motivations de ces acteurs puisent dans leurs propres vies, plus que dans celles de leurs enfants et en réaction à une situation de déviance, réelle ou supposée. Le fait que les enfants soient le plus souvent en bas âge constitue d'ailleurs pour les parents un atout supplémentaire dans le calcul des chances de réinsertion au pays.

10Dans ces histoires de famille, le pôle « initiateur » s’avère fragile puisque l’accord entre les parents sur les termes du projet n’est pas acquis. Le père se contente le plus souvent du silence, considéré comme un accord tacite, de la mère, ou alors lorsque l’accord de la mère est explicite, un conflit peut néanmoins surgir entre eux dans le temps, dès l’élaboration du projet ou, comme ce fut le cas majoritairement dans notre échantillon, lors de la mise en œuvre du projet, qui révèle des difficultés inattendues ou sous-estimées. Dans ce contexte, la mère émet des réserves et incite le père à différer le projet. Une donnée récurrente dans ces histoires porte effectivement sur le fait que les projets ne sont pas assez mûris et c’est le « passage à l’acte » qui en révèle les failles, avec des conséquences souvent dramatiques.

11Du point de vue des relations intrafamiliales, les conséquences du projet auront des impacts différents selon que la mère adhère ou semble résister à sa mise en œuvre ou lors de sa mise en œuvre : dès lors, le conflit qui surgit entre la mère et le père a des répercussions sur les relations intrafamiliales et implique de fait les enfants, jusqu'alors écartés du débat. Et c’est au travers de la résistance de leur mère que les enfants saisissent les enjeux de ce projet migratoire. Cette prise de conscience est forte surtout chez les membres qui sont aptes à estimer les avantages/inconvénients de cette nouvelle vie et les capacités d’adaptation à cette nouvelle donne. Ceci explique que les conditions d’installation et les difficultés d’adaptation diverses que les aînés doivent affronter (adaptation au système scolaire du pays d’origine surtout lorsque les enfants étaient déjà scolarisés en France, difficultés de lier des amitiés, etc.) les amènent progressivement à rejeter l’installation au pays d’origine. Pour les jeunes enfants de notre échantillon (entre 1 an et 10 ans), il ne semble pas y avoir de perception différenciée selon le sexe de cette expérience migratoire.

Exemple de la famille A

12La famille A est composée de dix enfants (six garçons, quatre filles) ; le père, né en 1936, d’abord ouvrier puis commerçant, est arrivé avec sa femme en 1970 ; huit enfants naissent en France. Il est question pour les parents d’un retour au pays, mais le projet reste encore vague. En 1980, le père décide seul d’un retour définitif en Algérie, confiant dans un avenir social et professionnel au pays d’origine : incité par son frère qui lui propose de l’associer à une affaire, le père cache à sa famille son projet migratoire et profite de vacances au pays de toute la famille pour les mettre devant le fait accompli. Du jour au lendemain, le père confisque tous les papiers d’identité de sa femme et de ses enfants, et les brûle. Les enfants, en bas âge, ne réalisent pas les enjeux liés à cet acte. Dès lors, la mère entre en conflit avec son mari et sa belle-famille, d’autant que le projet pensé par le père s’avère vite un échec. En effet, l’association avec le frère est difficile, de même que la cohabitation des deux familles dans la même maison : la mesquinerie et les disputes incessantes entre les deux épouses poussent le père à chercher ailleurs un logement et un travail. Or il a du mal à retrouver un autre travail et c’est dans une seule pièce que toute la famille est parvenue à se reloger. Un an plus tard, le père décède dans un accident de voiture. À la suite de ce décès, la mère décide de repartir en France avec ses enfants ; le « regroupement familial » durera six ans du fait des difficultés administratives rencontrées pour la régularisation des situations juridiques différentes au sein de la fratrie. Les conditions de retour en France seront éprouvantes pour tous les membres de la famille. Seule la cadette de la famille, arrivée en bas âge en France (six mois) sera épargnée, étant placée par sa mère chez son frère, afin qu’elle puisse grandir dans des conditions jugées « normales ».

13Dans notre échantillon, nous avons pu trouver des variantes aux situations décrites ci-dessus : il s’agit également d’un projet de retour familial mis en œuvre par le père avec l’accord plus ou moins tacite de la mère. Cependant, la différence porte sur la réitération de tentatives de retour qui créent une expérience migratoire particulière, et qui dès lors suscitent des adhésions ou des résistances dans le temps de la part des différents membres de la famille. Ces tentatives successives portent en outre sur des objectifs différents. L'histoire de la famille B est exemplaire à ce titre.

Exemple de la famille B

14Cette famille est composée de neuf enfants (7 filles, 2 garçons). Le père, né en 1931, décide par trois fois un projet de retour au pays. La première tentative, décidée et mise en œuvre par les parents, s’inscrit dans un projet collectif. Ainsi, dans le cas de cette famille, tous ses membres partent s’installer en Algérie. Mais l’installation au pays s’avérant difficile, les enfants aidés de leur mère, infléchiront la décision du père. La famille repart dès lors en France, à l’exception de l’aînée des filles, mariée de force. La deuxième tentative, décidée et mise en œuvre là encore par les parents, concerne un seul individu : dans ce cas précis, il s’agit de marier une des filles dont le comportement supposé déviant inquiète les parents. Aussi, le père emmène sa cadette en Algérie afin de lui faire rencontrer sa future belle-famille. Au final, le mariage ne se fera pas, la future belle-famille ayant changé d’avis. Le père et la fille retournent alors en France. La troisième tentative constitue une sorte de chantage du père qui décide de rentrer en compagnie de l’avant-dernière de ses filles, espérant voir le reste de la famille le suivre. Mais la tentative échoue à nouveau, le fils aîné et la mère partent convaincre le père de revenir en France.

15Cette histoire fait apparaître trois projets migratoires successifs dans lesquels sont imbriqués des objectifs différents : on y trouve à la fois un projet collectif (une réinsertion qui touche tous les membres de la famille) et un projet individuel qui repose sur la discrimination de sexe. Dans le cas de cette famille, le projet migratoire qui est pensé par les parents comme un projet collectif, se déplace progressivement sur un enjeu particulier : le mariage au pays des filles. Cependant, plutôt que de souligner la dichotomie entre un projet collectif et individuel, cette famille illustre l’interaction de ces deux projets et de la cohérence culturelle qui est à la base de ces différentes tentatives de retour. Il s’agit bien à chaque fois d’un projet qui implique en réalité l’ensemble de la famille, et la focalisation sur des membres de la famille, les filles en l’occurrence, n’est qu’une donnée de ce « tout » culturel cohérent.

16De quelle cohérence culturelle s’agit-il ? Elle repose sur des principes qui relèvent d’un ordre social, à la fois réel et fantasmé. En effet, ces principes sont réels en ce qu’ils renvoient à l’espace-temps du pays d’origine et à ses règles sociales basées sur le primat du groupe sur l’individu et sur la domination masculine, qui explique la survivance forte des valeurs telles que « l’honneur ». Principes également fantasmés en ce sens où la migration vécue comme un exil implique des représentations sociales particulières : ces dernières tendent en effet à figer dans un espace et dans un temps, le plus souvent historiquement daté, des règles sociales et « la » culture d’origine, comme s’il était possible en la matière de parler d’une singularité et d’une culture qui se reproduirait à l’identique. Ainsi, ces représentations gomment toute temporalité sociale, c’est-à-dire les évolutions et transformations sociales autant sur le plan des structures familiales que des rapports à la tradition, à la religion, etc., que connaît la société d’origine. Le retour au pays d’origine participe pour les parents du fait de se conformer à un ordre social, réel ou supposé, d’une projection d’un désir « de retour à une situation initiale » (le retour à un point de départ) afin de prouver que la migration n’est qu’une parenthèse dans la trajectoire de l’individu et de sa famille. Comme l’attestent différentes histoires de famille, l’intérêt des parents porté aux filles participe de ce système de croyances et de culture populaire du pays d’origine, amplifié en immigration. Ce n’est pas un hasard si ces représentations se focalisent à un moment particulier de la vie de la famille et de leurs membres, sur leur(s) fille(s) : l’entrée dans un autre âge social, celui d’adulte, celui qui transforme une adolescente en une femme. C’est un événement certes intime pour la personne concernée mais également un événement qui concerne la famille et le groupe dans son ensemble, compte tenu du type de structure familiale dominante en immigration et de la conception du rôle à tenir par le groupe pour régler les rapports hommes-femmes, les rôles sexuels, les rapports au mariage etc. — autant d’éléments qui permettent au groupe d’affirmer son identité et les conditions de sa reproduction.

  • 3  Nous avons recueilli des histoires de familles où les parents mettent en avant un mariage arrangé (...)

17L’histoire de cette famille montre bien comment les projets migratoires successifs qui impliquent un sort particulier fait aux filles, sont interprétés différemment par ses différents membres, avec le temps. L’irrationalité du projet et du sort réservé aux filles émerge progressivement, non pas du fait des motivations ou des objectifs qui les sous-tendent, mais du fait des distorsions qui apparaissent entre la réalité et le désir des parents « de bien faire ». En effet, le conflit qui peut apparaître entre parents et enfants voire entre le père et la mère, repose non pas — comme le pensent les pères que nous avons pu rencontrer — sur la personne du père ou sur la cohérence du projet migratoire, mais plutôt sur l’inadéquation entre le principe de réalité et les attentes liées à ce projet — attentes d’ailleurs plus symboliques que réelles. Or, c’est avec le réel que les membres de la famille, à commencer les filles, doivent composer : le « principe de réalité » échappant au chef de famille, il appartient dès lors aux autres membres de la famille, nourris des différentes expériences, de rappeler à l’ordre le chef de famille et de dénoncer une réalité, c’est-à-dire l’impossible retour « aux origines », au plan pratique et symbolique, et également la discrimination de sexe. Il est en effet significatif dans l’histoire de cette famille que cette discrimination n’ait pas été perçue comme telle au départ, que ce soit par les garçons ou les filles de la fratrie. Ce sont les distorsions entre la réalité et le désir du père qui font apparaître cette discrimination3, non pensée et vécue comme telle par les parents : dans leur esprit, chaque projet de retour vise en réalité l’ensemble de la famille — un retour à n’importe quel prix qui relève de l’ordre du sacrifice plus que de l’intérêt familial bien compris. Cela explique dans le cas qui nous occupe le fait que ce soit l’aîné des garçons qui œuvre à convaincre le père d’abandonner les projets jugés irréalistes de retour au pays. Cependant, du point des vues des filles concernées, les différentes expériences migratoires vont induire une détérioration durable des relations entre elles et leurs parents.

18Les histoires de famille nous révèlent encore d’autres configurations : le retour au pays est pensé par son ou ses initiateurs comme un moyen de rompre avec une certaine situation sociale et/ou professionnelle (décès de la mère ou divorce ; instabilité professionnelle du père etc.). Aussi, dans ces cas, le retour est également un projet mis en œuvre par le père dans l’espoir de retrouver un équilibre perdu qu’il soit professionnel, matrimonial, familial… La famille C en constitue un bon exemple puisque le père témoigne d’un souci très poussé porté à ses enfants, ne serait-ce que sa quête de trouver une épouse « digne » d’éduquer ses deux filles en bas âge après la séparation d’avec sa concubine. L’histoire de cette famille illustre comme bien d’autres les échecs d’un projet de retour et l’impact qu’il peut avoir sur les relations intrafamiliales. Cette famille illustre surtout les contradictions dont les parents peuvent être porteurs et que la mise en œuvre du projet de retour révèle : cette contradiction porte ici sur le désir d’inculquer une éducation très traditionnelle aux filles, en même temps qu’un désir de les voir « réussir » socialement. Si ces deux éléments ne sont pas forcément antagonistes, les manières de les appréhender par le père les rendront nécessairement contradictoires.

Exemple de la famille C

19La famille C est composée de deux enfants (deux filles), nés du second ménage du père ; le père né en 1922 est arrivé en France en 1946 et a contracté plusieurs unions (deux concubinages avec des Françaises, avec respectivement un fils et deux filles, un mariage avec une Algérienne, un garçon). La perspective d’un meilleur avenir professionnel au pays d’origine et la séparation d’avec sa seconde compagne, lui laissant à charge deux filles, poussent le père à rentrer au pays, afin de se refaire une nouvelle vie et assumer l’éducation de ses filles en bas âge (2 et 4 ans). Ces dernières, compte tenu de leur très jeune âge, ne manifesteront pas de difficultés particulières ; au contraire, elles évoquent cette période de manière très positive ; les seuls aspects négatifs dont elles ont souvenir sont liés au père : un nouveau mariage en Algérie raté, la difficulté à trouver un emploi à son niveau et un logement. Aussi, le père décide-t-il après cinq ans de vie en Algérie de repartir à nouveau en France. à son retour, et après quelques années, le père décide de contracter une nouvelle union avec une Algérienne, toujours dans l’idée que l’éducation des filles est une affaire de femme. De cette union naîtra un garçon.

20La famille C est exemplaire de la mise en œuvre d’un projet migratoire qui a pour motivation une situation liée à la fois au père et aux enfants : encore aujourd’hui, le père ne cesse de rappeler à ses filles qu’il s’est « sacrifié » pour elles en quittant la France pour l’Algérie et à nouveau, l’Algérie pour la France. Dans son esprit, le retour au pays coïncide avec une volonté de préserver ses filles, c’est-à-dire de leur donner une nouvelle mère et une éducation « convenable », selon le mot du père.

21Comme l’ont montré les histoires d’autres familles, le ressort de ces trames familiales se situe moins au niveau des enfants qu’en réalité à celui des parents — en l’occurrence, le père. Ainsi, des éléments négatifs de la vie du père (une forte instabilité professionnelle et matrimoniale) sont dès lors réinvestis, recapitalisés dans l’éducation des enfants, où le père s’interdit de faillir aux yeux des siens. Cela se concrétisera pour le père par des attitudes fortement ambivalentes et contradictoires dans l’éducation de ses filles : dans la perspective d’une éducation traditionnelle, le père les prépare à être de « bonnes filles », de bonnes épouses et enfin, de bonnes mères en les responsabilisant très jeunes (ménages, etc.), et surtout en érigeant en interdiction, tout ce qui peut de près ou de loin éloigner ses filles de l’image qu’il se fait de « filles de famille » (tenue vestimentaire, maquillage, fréquentation, télévision, lectures, sorties culturelles, etc.). Et la manière pour le père de faire régner son autorité est la répression et surtout une parole qui se veut violence en acte (menaces, violences verbales, insultes). Il en résulte pour les filles un quotidien plus que contraignant, « une véritable prison » selon leur mot, qui les oblige dès lors à grignoter par la ruse des « morceaux de liberté », les plus « futiles » selon elles, comme les tenues vestimentaires : une des filles avoue s’être changée de tenue pendant une période dans les toilettes d’un métro afin de se sentir à la mode et à la fin de la journée, procéder au scénario inverse. Ce qui révèle bien plus la contradiction du père, ce sont ses attentes vis-à-vis de l’institution scolaire et sa manière d’inculquer son désir de mobilité sociale à ses filles. Le père établira en effet une véritable stratégie de capitalisation scolaire sur ses filles, promesse d’une situation sociale future meilleure pour l’ensemble de la famille. Dès leur retour en France, afin de remettre à niveau ses filles dans le système scolaire français, le père consacrera tout son argent à payer des cours supplémentaires à ses filles ou à les placer dans des établissements privés. Cependant, compte tenu de l’autoritarisme, voire du terrorisme dont fait preuve le père, son injonction de réussite scolaire — il n’a pas d’ailleurs les moyens pour aider ses filles (pédagogie, accompagnement, écoute, jeux, sorties culturelles) — constituera une pression difficile à assumer pour les filles.

22Ces trois histoires de famille se cristallisent autour d’un événement majeur, un projet de retour au pays. Cet événement a conditionné les trajectoires des membres de ces familles sans pour autant qu’il y ait uniformité de celles-ci, ne serait-ce que parce que cet « événement fondateur » ne concerne pas toujours tous les membres de la famille et fait apparaître notamment des différenciations de sexe dans la fratrie. Par ailleurs, lorsque cet événement touche tous les membres de la famille, les conséquences sur les trajectoires scolaires sont différentielles et dépendent à la fois du temps passé au pays, de l’âge de chacun lorsqu’intervient cette migration, du contexte familial (rapports intrafamiliaux entre les parents notamment), du contexte social dans lequel intervient la migration au pays d’origine puis dans la société d’accueil, des expériences subjectives des membres face à cet événement (traumatisme ou non), des réactions et ajustements de positions de chacun face à cet événement et des capacités de chacun dans ce contexte particulier.

23Ce contexte particulier fait apparaître cependant entre les familles et au sein des familles des effets différenciés sur les trajectoires scolaires au sein de la fratrie, dans laquelle coexiste une configuration d’itinéraires, de rapports et de représentations de l’école. Ainsi, à considérer les exemples de ces trois familles, on se rend compte du poids de l’histoire familiale dans les itinéraires et de la différence de capacités des individus « à s’en sortir ».

24S’agissant de la famille A, elle se singularise par un faible niveau de scolarisation de la majorité des membres de la fratrie. Cette situation s’explique, comme on l’a vu, par l’impact d’événements familiaux qui démarrent par la mise en œuvre par le père du projet de retour au pays ; cet événement est suivi d’une forte mobilité résidentielle de la famille en Algérie (Alger, Oran, Alger) puis par le décès du père, qui entraîne à son tour une succession d’événements. Par ailleurs, l’âge auquel intervient le retour, de même que les conditions de la scolarité en Algérie (l’arabisation) et les capacités d’adaptation des différents individus (notamment la capacité à parler arabe), et enfin, la durée d’installation de la famille, sont autant de facteurs qui ont déterminé les trajectoires scolaires au sein de la fratrie. La prise en compte de ces différents facteurs montre pourquoi les aînés de la fratrie ont été handicapés à la fois par leur âge d’arrivée en Algérie et par l’adaptation aux formes et conditions de scolarité en Algérie. Le décès du père a contraint la mère à chercher du travail et à responsabiliser fortement ses enfants (travail précoce chez des artisans pour les garçons, travaux domestiques réservés aux filles). Cette responsabilisation a entraîné chez la majorité des enfants un arrêt précoce des études et une entrée rapide sur le marché du travail pour les garçons. Seuls les cadets ont été épargnés et ont pu poursuivre une scolarité normale. Wahib a ainsi pu suivre une scolarité jusqu’en seconde. Cependant, il préfère finalement interrompre ses études pour partir en France dans le cadre du regroupement familial et suivre le reste de la famille en France (lorsque Wahib a rejoint sa famille, il était l’avant-dernier à partir). De même, Attica, élevée par son oncle et vivant en France, a pu bénéficier d'une scolarité dans des conditions jugées normales. Il est d’ailleurs significatif qu'au sein de la famille, et afin de souligner qu’elle a échappé à une histoire familiale quelque peu traumatisante, on l'ait surnommé « la Sauvée » ! C’est aussi en vertu de ces considérations que les attentes formulées par la famille proche et étendue (son oncle et sa tante) sont fortes par rapport à ses résultats scolaires. Leurs attentes ont été déçues puisqu’Attica a décidé d’arrêter ses études en deuxième année de BEP, contre l’avis de ses professeurs. Néanmoins, la famille élargie (qui l’a élevée) a été semble-t-il, sur ce sujet, plus touchée que sa famille proche qui, elle, a accepté le fait accompli, rassurée par le fait que Attica trouve rapidement du travail.

25Au sein de la fratrie A, on constate des trajectoires scolaires présentant des différences et des similitudes dans l’intensité des obstacles rencontrés. L’effet déstructurant de la migration a entraîné une perturbation de la scolarité pour la plupart de ses membres : garçons et filles ont l’équivalent d’un niveau 6e-5e. Seuls les cadets, qui n’ont pas eu à subir les « affres » des événements familiaux qui ont suivi le retour au pays, ont été épargnés par cet épisode quelque peu traumatisant. D’un point de vue scolaire, le cadet a pu suivre ses études jusqu’au niveau du bac en Algérie. La cadette, scolarisée totalement en France, a préféré s’arrêter à un niveau de BEP. Cette situation est quelque peu paradoxale, puisqu’ils n’ont pas atteint le niveau scolaire le plus élevé de la fratrie : l’un des aînés, Mohamed, a un BTS de dessinateur industriel. Comment l’expliquer ? Là encore, on peut lire l’impact de l’histoire familiale sur la trajectoire de Mohamed, puisque juste à la suite du décès du père, l’oncle paternel, accompagné de Mohamed, a eu un grave accident de la route ; si l’oncle devait s’en sortir indemne, Mohamed en eut les jambes brisées. Après des mois d’acharnement de la part de la mère pour le faire hospitaliser en France, celui-ci a échappé, dans son malheur, au sort réservé à ses frères et sœurs restés en Algérie. Hospitalisé dans un établissement spécialisé pour handicapés, Mohamed a pu reprendre des études.

26Dans le cas de la famille B, la mise en œuvre du projet migratoire par le père prend une importance particulière pour expliquer les trajectoires de ses membres et les attentes par rapport à l’institution scolaire. L’importance que l’école a représentée au sein de la fratrie est perceptible dans le fait que deux enfants ont choisi d’être enseignant. Quatre enfants ont entrepris des études supérieures (Rabiha, Houria, Nasya, Ouarid) : deux ont un diplôme de CAP (Abdelrahim, Hourida), l’aîné n’a pas terminé son CAP, Salima s’est arrêtée en terminale, la cadette (Myriam) est en terminale. C’est sûrement au sein de la famille C que la conscience de l’école comme facteur d’autonomie et d’émancipation sociale est la plus développée. Ce degré de conscience n’est pas étranger au fait que la fratrie soit composée majoritairement de filles (sept filles, deux garçons) et que celles-ci aient eu à souffrir de la surveillance permanente et de l’éducation répressive de la part de leurs parents. La menace d’un mariage au pays si les filles prenaient un chemin jugé déviant par les parents a représenté le mode d’éducation de ces derniers. Bien plus, comme on l’a vu, les aînées ont été confrontées à des projets de mariage au pays, qui se sont concrétisés pour l’une et ont échoué pour une autre. Ainsi, il y a eu mise en œuvre d’un projet migratoire familial et individuel. À la première migration familiale, les parents en ont profité pour marier une des filles, puis une migration « individuelle », sous « escorte » du père, avait pour objet explicite de marier l’une d’entre elles au pays. Dans tous les cas, les échecs des projets du père (migrations, mariages), ont suscité une tension vive entre les enfants et leur père. Ces migrations ont par ailleurs perturbé les enfants selon une intensité variable et selon le rang dans la fratrie, lorsqu’il s’agissait d’une migration familiale, les aînées étant sanctionnées plus fortement par rapport aux cadettes — et encore plus dans le cas de Rabiha, mariée de force au pays. L’expérience du retour familial en Algérie en 1975, constitue pour les enfants, surtout pour les filles, un événement traumatique (« le bled, c’est le Moyen Âge » répètent-elles à l’envi) et les conduit à rejeter les éléments de la culture du pays d’origine et l’éducation parentale fondée sur la surveillance et la répression.

27Le rapport conflictuel avec le père a entraîné des comportements différents parmi elles, perceptibles dans le rapport à l’école : volonté d’acquérir une autonomie perdue et une reconnaissance sociale dans le cas de Rabiha, qui s’est coupée de sa famille et a entrepris des études d’infirmière à son retour d’Algérie, « refuge » dans les études et investissement scolaire important pour Nasya et Houria, comportements de « rébellion » et de déviance pour Hourida, qui a connu une scolarité chaotique (chahutage, renvoi d’établissements, « désintérêt » pour l’école etc.). Les expériences dramatiques de leurs sœurs aînées créent chez la plupart d’entre elles la prise de conscience aiguë des enjeux de l’école. Cette conscience se perpétue au niveau de la génération suivante des filles (notamment chez Louisa, la fille de l’aînée, Malika). Cet événement et les difficultés de relation entre les enfants et le père ont entraîné un malaise « identitaire » chez les garçons (remises en cause de la famille, du père, du pays d’origine, etc.). Ce n’est peut-être pas un hasard si Ouarid entreprend des études de sociologie après avoir été pendant deux ans instituteur. Le second a recherché quant à lui son autonomie et a privilégié du coup un cursus court. Seule, la cadette de la famille étudie dans un contexte familial favorable, du fait de l’apaisement des relations intrafamiliales et parce que les parents ont acquis avec le temps et l’expérience des aînées, une « compétence » scolaire, notamment des dispositions plus favorables quant aux contraintes de l’école (sorties, voyages, etc.) et aux projets scolaires de leur fille (choix des lieux d’études notamment).

28Dans le cas de la famille C., l’impact du retour au pays est perceptible dans les difficultés scolaires rencontrées par les jeunes filles à leur arrivée en France. Cependant, les deux sœurs ont disposé de ressources individuelles inégales — la cadette s’en est sortie mieux que l’aînée puisqu’elle est « arrivée » à un niveau du Bac et l’aînée à un niveau de CAP — ce qui a contribué à stigmatiser cette dernière aux yeux du père. Surtout, les relations intrafamiliales à la suite de cet échec du retour ont conditionné la relation des enfants à l'institution scolaire et ont fortement influencé la trajectoire scolaire des deux filles. Comme on l’a vu, les contradictions du père (surinvestissement scolaire et attitudes répressives) n’ont pas permis une véritable communication entre le père et ses filles. Celles-ci ont rencontré de réelles difficultés scolaires tout en craignant de décevoir le père dans ses attentes scolaires (en termes de choix de filière et d’attitude par rapport à la scolarité de ses filles). Le père n’a pas su de son côté se donner les moyens de ses ambitions : il a cru bien faire en offrant des cours supplémentaires à ses filles et en établissant des règles de vie austères entièrement tournées — quasi obsessionnellement — vers la représentation que le père se faisait de l’école, au risque de « dégoûter » ses filles à la fois de la cellule familiale et de l’école. Ce qui fut le cas : l’une d’elles, fatiguée de l’attitude autoritaire de son père et culpabilisant de ne pouvoir répondre à ses attentes scolaires, décide de fuguer ; elle est suivie un an plus tard par sa cadette, qui fugue à son tour, symboliquement, le jour des épreuves du bac. Après quelques années de séparation, les deux filles se sont manifestées auprès de leur père : c’est probablement pour montrer leur compréhension des événements familiaux et particulièrement la pression que leur père a endurée après son échec de retour au pays, qu’elles portent une attention toute particulière au suivi de la scolarité de leurs propres enfants et surtout de leur demi-frère, Ryad, aujourd’hui en BTS.

29Quels enseignements tirer de ces trois histoires de familles que nous avons choisies ? Avant tout, elles témoignent de ce que chaque cas est singulier et que cette singularité puise dans un contexte familial particulier. C’est pourquoi les événements qui peuvent survenir dans une famille paraissent toujours éminemment singuliers et personnels aux yeux de cette famille. Cela explique pourquoi d’ailleurs la plupart rejettent la manière dont les médias peuvent s’emparer de ces histoires qui deviennent des faits divers, des faits de curiosité, des faits étrangers, des faits étranges, des faits barbares. Surtout, ces trois histoires révèlent des ressorts cachés qui relèvent de l’histoire collective et témoignent de l’interaction entre une histoire sociale d’un groupe (« les émigrés-immigrés ») et une histoire individuelle et familiale. C’est ce que nous avons essayé de retracer à travers l’exemple d’un événement, le retour au pays, pour éclairer à la fois ses motivations, ses acteurs et ses conséquences sur les trajectoires scolaires des enfants.

30L’attachement des parents à la société d’origine crée des contradictions qui sont sanctionnées par une perturbation — parfois insurmontable — des trajectoires scolaires. Comme on l’a vu, toutes ces histoires ont un impact évident sur la scolarité des enfants, selon le rang occupé dans la fratrie, selon l’âge et selon le sexe. Cependant, cet événement ne pénalise pas systématiquement les filles mais l’ensemble de la fratrie ; ou alors, même dans le cas des filles qui ont fait l’objet d’une discrimination réelle, les trajectoires scolaires donnent à voir parfois les deux extrêmes : de la précarité et de la sortie précoce du système scolaire à une « bonne réintégration scolaire », pour ne pas parler de réussite, tant ce mot a besoin d’être clarifié. Dans les deux cas, il ne faut pas oublier le prix payé par ces filles, sortes de « victimes-émissaires » : dépression, rupture définitive avec la famille — entre autres. Ce que l’on a noté, c’est l’impact sur les autres filles qui n’ont pas eu à subir ce sort et paradoxalement, la même alternative : démobilisation/surmobilisation scolaire.

31Au fond, ces épisodes de retour au pays sont des épreuves de vérité pour tous les membres de la famille ; une des vérités découvertes porte sur la contradiction quasi inhérente à la condition de l’émigré-immigré. En effet, elle permet de toucher du doigt la contradiction du projet migratoire pour les parents : sorte de retour aux origines, au sens psychanalytique du terme, et en même temps porteur du changement (la réussite du chef de famille ou celle de ses enfants).

32Or, la mise en œuvre de ce projet révèle justement la contradiction existant entre ces deux niveaux. Dans bien des cas, dont ceux que nous avons analysés, le projet migratoire n’en est pas véritablement un, puisqu’il n’est sous-tendu par aucune stratégie. Il s’agit le plus souvent de bricolage, de « fait accompli » qui entre en contradiction avec d’autres projets, comme le projet scolaire des enfants ou le projet professionnel du père. Or, c’est bien là que réside la contradiction des parents, puisque tous ces projets doivent être porteurs d’un changement, c’est-à-dire une « meilleure vie », une mobilité sociale.

33Qu’en est-il des filles ? On remarquera que le cas des filles mariées malgré leur volonté au pays est représenté par une seule famille et que les deux autres histoires familiales révèlent la difficulté de cerner de manière univoque la discrimination négative à l’encontre des filles. En revanche, toutes ces histoires témoignent de la prégnance d’une conception traditionnelle des rôles selon le sexe, qui s’accompagne, comme l’illustre bien l’histoire de la famille C, d’une ambition sociale à l’égard des filles. En réalité, les filles constituent des points de focalisation en référence aux sociétés traditionnelles, mais elles constituent également des relais, des passages entre les deux niveaux de représentations de la part des parents : elles révèlent plus que tout autre, les contradictions de la formule « la continuité dans le changement, le changement dans la continuité ».

34Et ce que sanctionne l’échec du retour est non pas tant l’existence de cette discrimination à l’encontre des filles et ce sur quoi elle repose — une éducation traditionnelle — que la volonté de faire plier à tout prix des réalités en une seule réalité, lisse, cohérente, légitime… idéale.

Haut de page

Notes

1  Dans ces faits divers, l'intolérance dont font preuve les parents est décrite comme indigne, sans appel sur le plan moral puisqu’elle s’accompagne d’une absence totale de scrupules de leur part : ainsi en soulignant les « vils stratagèmes » conçus par les parents pour arriver à leurs fins (mensonges, séquestrations etc.), il n’est laissé aucune possibilité pour le lecteur à une interprétation plus compréhensive de ces événements…

2  Cet article s'appuie sur des enquêtes de terrain conduites individuellement ou en équipe dans le cadre de travaux universitaires et qui nous ont permis de recueillir de nombreuses histoires de familles : Sabah CHAIB, Les femmes immigrées maghrébines et le retour, Mémoire, Institut d’Etudes Politiques de Grenoble, 1990 ; Sabah CHAIB, Commerçants maghrébins à Paris : hétérogénéité et exemplarité, Mémoire de DEA, Institut d’Etudes Politiques de Paris, 1992 ; S. AQUATIAS, S. CHAIB, S. LAZIZI, (sous la dir. de A. Zehaoui), Les processus différentiels d’intégration des familles d’origine algérienne, Rapport CNRS/FAS, 1996 ; Sabah CHAIB Enquêtes de terrain dans le cadre de notre thèse de doctorat en cours : Trajectoires familiales et sociales des membres de familles de commerçants d’origine algérienne.

3  Nous avons recueilli des histoires de familles où les parents mettent en avant un mariage arrangé qu’ils estiment réussi (pas de conflits entre époux, pas de divorce, etc.) pour témoigner de la pertinence et de la légitimité de ce procédé et pour prendre à partie les détracteurs des mariages arrangés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabah Chaïb, « Rapports sociaux de sexe au sein des familles immigrées », Les cahiers du CEDREF, 8-9 | 2000, 217-239.

Référence électronique

Sabah Chaïb, « Rapports sociaux de sexe au sein des familles immigrées », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 8-9 | 2000, mis en ligne le 22 août 2009, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cedref/201

Haut de page

Auteur

Sabah Chaïb

Doctorante à l’Institut d’études Politiques de Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • OpenEdition Journals