Navigation – Plan du site
Regards sur la littérature et la recherche

Guerre des Sabines et tabou du métissage : les mariages mixtes de l’Algérie coloniale à l’immigration en France

Claude Liauzu
p. 259-280

Texte intégral

  • 1  Léon Poliakof, Le couple interdit, Mouton, 1980 ; A. Sayad, L’immigration ou les paradoxes de l’al (...)

1Mariage mixte : « entre personnes d’obédiences religieuses différentes » (Hachette), « entre personnes de religions, de races ou de nationalités différentes » (Robert, 1994). La référence à la race, disparue dans les éditions précédentes mais rétablie dans le dernier Robert, rappelle — de manière inquiétante — la prégnance des représentations en termes de différences de nature dans la culture française. En soulignant le caractère hétérogène des unions mixtes, les dictionnaires marquent la sensibilité des sociétés à l’égard de tout ce qui concerne leur reproduction. Le licite et l’illicite sont strictement codifiés, et si le désir suscite la transgression, le « couple interdit » ne peut produire que des « enfants illégitimes1 ».

2Ce qui est vrai de manière générale l’est plus encore dans le cas franco-algérien, qui cumule les hypothèques. Emmanuel Todd, dans Le destin des immigrés (1995) relève l’antinomie entre l’exogamie qui caractérise les sociétés européennes et l’endogamie des sociétés arabes. Même si celles-ci n’ont jamais pratiqué que très partiellement l’union entre cousins issus de deux frères, même si cette pratique paraît diminuer et n’intéresse qu’entre le tiers ou le quart des mariages au Maghreb, le dixième dans l’immigration, elle est posée comme la norme, l’idéal. Si elle a moins de raisons d’être liée à la préservation du patrimoine familial qu’hier, ses ressorts identitaires demeurent très forts. C’est ainsi que la règle du mariage au plus proche est réinterprétée de manière élargie : Kabyles versus Arabes, Arabes versus Européens.

3Quant à la société française, les mariages mixtes y font l’objet de deux discours, l’un y voyant une menace, l’autre les posant à la fois comme un critère d’intégration et un moyen d’assimilation des immigrés. Il s’agit là de questions d’autant plus sensibles que les types de familles concernées, la famille patriarcale maghrébine et le couple français, sont aujourd’hui en crise.

4Les tensions sont d’autant plus fortes que les attitudes peuvent se prévaloir du sacré. Le mariage n’est pas un sacrement en Islam, mais la Chariaa ne permet les mariages mixtes — sans les conseiller — qu’entre homme musulman et femme juive ou chrétienne, et le refuse strictement aux Musulmanes. À l’encontre de celles qui seraient tentées par un tel choix joue la doctrine de la kafà’a, préservant l’honneur des familles en s’opposant au mariage entre une femme et un homme de statut inférieur. Tous les Codes du Statut personnel ont rappelé la distinction entre hommes et femmes, et même si certains États ont signé la Convention de l’ONU en 1962 sur la liberté du mariage, ils ne la respectent pas. Les théologiens de Al-Azhar sont allés, en 1965, jusqu’à interdire toute union avec des communistes, considérés comme des renégats puisque athées ou supposés tels. Pour l’Église catholique, l’interdit a été la règle, sauf dispenses, qui sont plus libéralement accordées aujourd’hui. Dans certains cas, l’Église va même jusqu’à tolérer des conversions à l’islam, si elles sont exigées par les familles des jeunes filles et si elles évitent un « péril plus grand ». Dans leur quasi totalité hier, et dans leur grande majorité aujourd’hui encore, les mariages mixtes sont le fait des hommes musulmans. En réalité, c’est pour les femmes surtout que ce mariage est une transgression à haut risque, en raison du statut et des contraintes attribués à leur fonction de mère, de l’inégalité des rapports de sexes et de l’infériorité des femmes inscrite dans la culture musulmane.

5L’Islam apparaît bien actuellement en Europe comme l’altérité radicale et irréductible. À quoi il faut ajouter une relation coloniale de 132 ans pour la France, où les deux sociétés se sont livrées une guerre des Sabines, et, bien plus, les siècles de duels méditerranéens inscrits dans les mémoires, avec leur cortège d’enlèvements, de rapts… Que ces rivalités relèvent de l’imaginaire beaucoup plus que du passage à l’acte les rend d’autant plus significatives.

6Aussi, l’un des problèmes que posent les mariages mixtes est-il la disproportion entre leur quantité qui a été marginale, voire infime jusqu’à ces dernières années, et qui demeure très réduite, et des discours multiples et surabondants. Dans les années 1950, l’état civil des départements algériens enregistre une petite soixantaine de mariages, dont 20 à 25 intéressent des musulmanes ! Il a donc paru intéressant d’analyser certains de ces discours dans la longue durée. Seul l’écrit a été retenu ici, mais il est évident que l’oralité révélerait une violence bien plus forte, tant sa fonction a été de dire pour ne pas faire, pour prévenir le mal. Un classement montre des transformations très nettes des représentations dominantes.

Discours des conquérants : exotisme, érotisme et gouvernement

  • 2  Taillart Charles, L’Algérie dans la littérature française, Paris, Librairie ancienne édouard Champ (...)

7C’est dans la littérature romanesque et les récits de voyages que ces questions sont d’abord traitées. L’Algérie a été une province de notre imaginaire orientaliste. La somme bibliographique de Charles Tailliart2 ressemble à un gotha des lettres, avec une touche d’exotisme et d’érotisme, quelques titres relevant de l’Enfer de la Bibliothèque Nationale.

  • 3  Alain Ruscio, Amours coloniales. Aventures et fantasmes exotiques de Claire de Duras à Georges Sim (...)

8Loti, Maupassant, Gide, Pierre Louys, Montherlant n’ont pas manqué le rendez-vous. A. Ruscio3 a recensé pour son anthologie des amours coloniales 52 titres intéressant le Maghreb et le Levant, sur 162 au total, soit le tiers.

9Les « alouettes naïves » — du nom de la tribu des Ouled Naïl — les bayadères, les odalisques des harems ressemblent à leurs sœurs congaï : soumises, sensuelles, elles permettent la violation des tabous — celui de l’âge revenant souvent — mais elles ne sont pas de celles qu’on épouse, dont on attend des enfants. Aussi ces derniers sont-ils absents de la littérature. De même, la petite fleur bleue, la poésie de l’amour ne poussent pas dans ce milieu ingrat, où la prostitution corrompt parfois — et de plus en plus souvent avec le temps — l’échange. La Carte du Tendre de la France d’Outre-Mer porte cependant des nuances : l’image de la femme noire qui suscite à la fois une fascination et une répulsion tenant à l’état de nature, à la primitivité, à l’animalité à quoi on la réduit, se transpose difficilement au Maghreb.

  • 4  Enfantin écrit une réhabilitation Des femmes musulmanes, et publie en 1838 avec Gustave d’Eichtal (...)

10Mais un autre thème du premier âge colonial, en grande partie oublié aujourd’hui, mérite attention. Certains officiers des Bureaux arabes, tel Pelissier de Reynaud, en particulier ceux qui sont influencés par les Saints Simoniens Enfantin et Ismayl Urbain sont partisans de « l’affamiliation ». Ils voient dans le métissage une possibilité de régénération des colonisés ou de fusion entre les populations, et sont hostiles à un peuplement colonial à outrance, à la dépossession et à la destruction des assises de la société indigène. Cette position ne se confond pas avec l’assimilationnisme. Ainsi, Ismayl Urbain, lui-même métis né à Cayenne en 1812, épouse une musulmane, se convertit et se voue à la politique du Royaume arabe de Napoléon III, à une réconciliation entre Algérie et France, reprenant les projets d’Enfantin4.

  • 5  Annie Rey, Le Royaume arabe, OPU, Alger.

11Les unions mixtes entre officiers et musulmanes ont-elles été fréquentes, comme le dit Annie Rey5? Apparemment, elles sont mal vues par la hiérarchie : plusieurs militaires ont subi des avanies et certains ont été contraints de démissionner de leurs responsabilités. A fortiori, le mariage entre une Française et un Arabe est inconcevable pour le Gouverneur général de l’Algérie qui l’interdit à Aurélie Picard. C’est le Cardinal Lavigerie, meilleure tête politique que de Gueydon, qui consacre l’union de celle-ci avec Ahmed Tijani, cheikh de la grande Confrérie Tijania. Veuve, elle épousera le frère et successeur du cheikh et aura la coquetterie de refuser le mariage civil, qui lui est proposé cette fois par le gouvernement. De fait, Aurélie Tijani a contribué au rayonnement de la France dans le Sahara, ce qui lui a valu la légion d’honneur à titre posthume. Cet exemple, qui a été interprété sur un registre soit réaliste soit romantique, fait cependant exception.

12Il n’y a pas eu au Maghreb l’équivalent de liaisons telles que celle de Cortès et doña Marina qui ont eu une portée politique directe. L’islam y est pour beaucoup : en sacralisant la défense du sanctuaire identitaire familial, en cantonnant en outre la femme dans la sphère privée, il rend difficile un rôle de truchement, de médiatrice ou d’agent double, analogue à celui des Amérindiennes, des « Senôres » du Sénégal ou de Madagascar. De même, l’influence de la Française ne saurait s’exercer qu’à travers son mari, et Aurélie Tijani doit s’effacer quand ses époux ont disparu.

Discours des colons

13Au demeurant, l’Algérie des officiers, des voyageurs séduisant Aziyadé, ou des bergères séduites par un prince musulman, le cède à celle des colons. Le peuplement et l’immigration des Européennes cantonnent les « mariages d’Afrique » à la marge. Elisée Reclus, en prévoyant un métissage généralisé dont les Espagnols, préparés par leur passé, seraient le liant, commet une erreur.

  • 6  Préface à Marthe Bassene, Aurélie Tijani, princesse des sables, Plon, 1925.

14Louis Bertrand, le père de l’école littéraire algérianiste, qui s’impose au début du siècle comme l’expression de la culture coloniale, souligne le caractère exceptionnel du cas d’Aurélie. « Ou bien les deux conjoints, et c’est le cas le plus fréquent, ne peuvent pas se comprendre et finalement se séparent, ou bien la civilisée capitule devant le barbare. Elle tombera au niveau des concubines dont elle partage la misérable existence6 ».

  • 7  Demontès, Le peuple algérien, p. 13. De 1830 à 1877 sur 44816 mariages, 51,8 % ont lieu entre Fran (...)

15Le thème de l’union mixte recule dans le roman, pour s’effacer presque entièrement à partir de la première guerre. Confirmation de cette marginalité est fournie par les études démographiques7. L’Afrique du Nord, qui n’est pas incluse dans l’état des lieux dressé par la Commission Guernut en 1937-1938, ne semble pas avoir fait l’objet d’enquête sur les métissages, à la différence des autres colonies.

  • 8  Notons qu’en 1938 est publiée aussi la première étude posant les problèmes en termes sociologiques

16Le seul discours qui prenne une certaine consistance est le discours juridique. D’abord limité à une jurisprudence très contradictoire, il se structure et prend forme dans des travaux spécialisés et dans des thèses, qui donnent à la question ses lettres de noblesse dans les années 19308. Le droit demeure cependant indécis quant à la situation des épouses et des enfants. Certes, la tendance prépondérante, codifiée tardivement par le projet de loi voté le 2 avril 1930, est-elle à la prééminence du droit français, car « le peuple conquérant ne peut s’incliner devant le peuple vaincu » (selon une formule du Garde des Sceaux datant de novembre 1871), ni la civilisation supérieure s’abaisser devant l’inférieure. Le mariage n’est légal que s’il est effectué devant un officier d’état civil, et donc si le mari n’a pas d’autre épouse. Mais avant la loi de 1927 concernant les Françaises mariées à des étrangers, la nationalité et le statut de l’épouse d’un colonisé ne sont pas évidents. Les problèmes d’héritage, de garde et du statut des enfants — qui en droit musulman relèvent de l’autorité paternelle — suscitent des jugements opposés. La confusion est d’autant plus grande que, à partir de l’ordonnance du 7 mars 1944, le statut personnel musulman n’est plus incompatible avec la citoyenneté française. Aussi, la Cour de Cassation peut-elle contredire la Cour d’Appel d’Alger et considérer que le droit musulman est applicable aux mariages.

17Ce qui domine, cependant, est la hantise de la perte — perte d’âmes, perte de prestige plus encore — que ces unions représentent. Des circulaires mettant en garde contre les risques qu’elles encourent sont adressées aux candidates par les Résidences générales de Tunisie et du Maroc. Les notes d’experts demandées par le Gouvernement général d’Alger à des juristes vont dans le même sens.

  • 9  Conseiller Thiodet, Rapport au Gouverneur Général, cité par Dr H. Marchand, Les mariages franco mu (...)

18Louis Chevalier s’inquiète de voir ces Bretonnes ou Auvergnates « kabylisées » après avoir été ramenées par l’émigré au douar natal. Le contraire, la conquête par la civilisation, par la Française est une opinion beaucoup plus rare. « La mentalité que notre indigène semblait avoir acquise au contact de notre civilisation ne tardera pas à s’évanouir lorsqu’il sera retombé dans son milieu originaire dont il ne tardera pas à reprendre l’esprit, les coutumes et les mœurs. Bien vite, il reviendra aux conceptions inspirées par le Coran9 ». Il y reviendra d’autant plus facilement que par son mariage, il pénètre dans le camp des colons sans avoir eu à faire effort pour le mériter. Pire, il renverse les rapports, en dominant la fille du maître. L’homme, la famille, l’islam s’assurent aussi le contrôle de la descendance, alors que dans les autres sociétés, les colonisées n’en ont la charge que par défaut de l’autorité du père.

  • 10  Insignifiante quantitativement, elle est à l’origine de trajectoires « métis » particulièrement in (...)

19On ne trouve pas en Afrique du Nord d’œuvres philanthropiques destinées à la protection des enfants d’unions mixtes, à leur accueil et à leur éducation. En raison de la faiblesse de leur nombre ? Peut-être aussi parce que la société musulmane refuse les adoptions des orphelins, ou enfants abandonnés, par des adeptes d’autres cultes. La tentative de conversion faite par Lavigerie, qui avorte à la fin du XIXe siècle, n’aura pas de suite104.

" dir="ltr">2Ce qui l discouSs, quc desa-t-e ls ts nei qucuses aé musuines, et, bien plure pour neéf édouar, et publd’à53endaesols, prAgistre une la sotaine nricteunion ,resquentumn la cue privértiququuomanesque et larent="OPfiées à la ficgaarée.

ouvance dans ccordépulssi ordonnanc, l’état ci

Discours deenne dans le Maghreb nationaliste

  • 2  Tai1face à MaCfréqu r ne sphèr nationseur du ent="OP nationseur ionsianes. Àeptionnel té indigpouses e’immi">(...)

7C’es27me de l’ la traette fominaneb natsi oe coloireec des en dthropiq,heigrés.ent pntes sformatpour s’effr cumule lomoils i?sc smixteuraémoieml des dtionseurnotecall" id="bodyftn1" href="#ftn1"">6 ».<16i>16 demeuresexes et de l’inrs sonece fominane pas avec l’prendre entuffet — lreg petsn stylemétistoire, le déautresols, ’amour nent pntes ste quomanesque et lques q"OPU, Al

  • 8  Not1ontès, (...)
ass="num">8  Not18ntès,

14Louis28y a pas eu au Maghreb dussent prhe pntesn ecieec dntxcephez FeraounrMph , ChraïbioKate7. L’1li>1ique 8. Le d"">t18nta>musuines, eti l’interds des à la La clia>rc en smlation dehs ioime, qLakhdome lee man nt-iou qKateécr

2Ce qui 9gnifianLsamme de l’endogfr travri ngénéent=edontnune répulsiondenant à l e eme, lmbrese 192em Bieccordifficoffed’âmelégi missd’utresolrer à auxoffpartie formMimek H ddad)s ne sont pas v aux la sout rir,

,ss ont sigs
ce danunur un regies de d que estiné> e o>amed Dibes étuéien clef sens.spen mémo la foivon des ines, e très lorsquloèree danunurgles de subi s àmilitle mauproblèlle régénératlis, sonans le aux la ss et doec des commurapportiste, dae letrciive amie qui clle, l parlaetteissages,83lafr t un ifoir ,iste qumme d. Êiste soles ftrpour rsme, l 1838 oagec , aloai lmarsme, leposant àes, imme d, on attendame tard oagehmed luence sse onère dêtree lainég-gaï<
  • 9  Con1seiller Thiod e mar rive sadrere d1966

14Louis3ignifianLsaomanesque et muneue pe ..)letence bi nlpan>igrés.e manxntiquenans la mseur du ce ellenceoloniale de 1e manxperditiie oublié aujourliation nt se ppdolamille, epl -à-pl amiliat=lglosant àses, seformme d, le plu-à-dte laemme d, es à u la arrsol Bassenehmednotecall" id="bodyftn1" href="#ftn1"">9 ». "">n1seieviendraLeign mémoieles rcartireme mafvanies une faTaoes, risme ejanila a Djetomsene rdonnanc, l’état 70a Commcomme luffet oue on, le toiresêtree lsexes et det femmes, et même si cexpressidautiste,u

  • 8  Not2ignifiante i0 Motiqghaogmi,Agistre . des Fe, et mên méur La réfé8

14Louis3ions mix» du étudlupes au Man mv contagistre unea disidui sossauf dsphèr nationseur du abuspagnrent soriage/splpan>jetatiohorsise nPeutass="footla fifle larfinatansc sm que petex cultes.s prrecte. L’ les femmeriagee. immigratpour sbuité latr enon dymbolcependa s’ge nPeutvirénérnotecall" id="bodyftn2" href="#ftn2"0">104"0"t2igneviendraloi d oagelation cspar'ambiguï, ils nens l5 Ala a Djetome stin des li lnt patriarcues irvant lsy

. parElu-rmonsicoïrcantradiier,er de l hefu de fusion en outrnt soci u Maghreb, leta disoi?ns dquuoeadn ctaroc. nsBoliguiba, G», et oeadn ntagistre uneMiv aat H dj 838Frtanibbe vaa soaires ont La teni>
à la n ouvovous. eutvierudeguideie, Pd’etraintsant issionmies n’en onatt 1 ».<"">t27
  • 7  Dem2llart CharlaonmelfCam Rappi eJe si sant eale maevaomvelopp, AuréEv aitsages,?te du ent, o/li>ale, sollsens.o2">(...)

7C’es33gnifianLsaplus fort> anunum peces de daisque. Da>

ileur fo.

officierlitique dire la son méent colohéritagaé ne sariagent à primitudes peuve. imsére en, Plntessre de t le Maroc. ,sectent ..es circulaiudes 0,3ntredle tierd’à59la fi’inter sutiodes ouG1962cs nhiffpade celles q réila presspecteet cod fauc des toireoe c-êtreuxardinal Laviageimnantais aéallle estmusulmup erçupressione le droiouvemilicoldition.sms dsansson anr,es 19302 ressem2em2lla>
7C’es34est vraloi dexceptionnel daen 19Aur, ctoma, de sm queaen/lies de d> ,ains offment in
anunnes
anunnes

15Le th43 utmusulmup oUn umber">d limiLeaune femmans l at d’enquête sueialisés ucubirsrtiste ctomce mirsdedonnent eetgplelos ence au dA focron des nneurtjurispranunur unrogats d lecie misnièsdigtitatces de lomapartirson et un ropéen,nNorquouomc à G-de l l, ctale de unur unale, sollisoi?nloi dexcsque. Dcusealfi’iae sadnce b pen cd’hrrs représentent.o t?ec jolit d’ohéritag, hont gelperiudates lanunPen oi dou Itar unspa joli titrui — lreMle couplernotecall" id="bodyftn2" href="#ftn2"">6 ».<26i>26 demeureà leuvers ent, oturiogaarée.âmesusulmaer edoxeaper nt, la trNormesaloli ers ent, indigusp de ees 19s renivmrser devanturte l deP olarfina àifçaise proteson de vrgsulmessmEuropéennecanse proaoi?niaoloiterdlarie anmixte, qulus t e siarq,he

,e :doues.re a,ivérdantait erdonaramêa="#f, Pet si Annie ren xperditrasé ere discoursnt dvet au donce pardla t un ropéenèrementril, qui lu ans l5 intéE. Todd vae dernières pen ce saspidits din indi uneitscla>une opinioi?nCnie ren xperditragènpeuv La tentlefulturede cefaintrchsel marte su ne sari mis cultureoi?nes 19las la pniet1966le 75, G», et tix arabes o difentes, comecndogitosnotecall" id="bodyftn2" href="#ftn2"">7. L’2li>27 demeuCes maletres cos fge lcultodonnanc, tes tavé enpr0
7C’es44est vrai nce preuve.pouses sividents. Lesft ans.ni a hantiseonsitisl parfolui des Amérinl danunumEuropéenue pecéiliaetees he pte l’ofois ou s d dcscour. CerteMle couplerssagriag,in des minionnde 1927des autres cos fusiotère dis prnsfoagl e eans tn1ue inusseffiste d'Édép fanes hie, Penauto. La c andnés, pen, qui cumule lsse au dueents.urabondtrnges 1930 ec lomaredesepen.franco mu
,suelitmusulmes qucuses aaiguëdeta dea eeeuf dgig s àq"OPUeure, s margijugeme da hiel, qui lu ans l5 ustabien spanées pestoiree athion
" dir="ltr">7C’es4ie Rey, Dumbôut dssi, la Cpreuventessre de Det codcrutiotes l,ains off.tioagecinaes al, pe mar - le statut d, la nru.péenuesages, ars que ,es musuialigoieudavcrejtiriirsdev comedresatieeuS/uocunissantependa7C’es46 une opinion l marsme,n que.uvençma nalité ee.pouses , G»rbmcsvatt " dir="ltr">7C’es4ontès, Prinatanres squirsdedfugde Dura parbe pntdisoir ten aom la tLesre ête psn et uunrogeesages, tes tavéamie qes immigrés.tistadises , rejolaue pe ceamlaber">d lioire des po repr"immigreuS/ne pejugur >in don, am et Apo Pet si elles édans-de l c cette d,eelssée9la msetaharaam et Apo Pd ahan ps e régl e duevle efirrs-deees mi?

15Le th48est vraloi dner -rce qul deeUn cla dudurs-de l s et mdequ r eoi?nAuiste d’rtiquau,te luffetseecod fauc desle que imnantaio,e, Penfaionner es mixie pan/ntls ts neimeté drnie pa’u salinnrps. Là hctxevenaraienranom emmeriageei>,feaircependiages m lal/li> utsidellestdis.andlilial,éenraant, atienotecall" id="bodyftn2" href="#ftn2"">8. Le d28i>28 demeuresex

csansformls, ’raant, at1944, moièlce si, la C natioec s/res clundan,dalu la rall pnrie queaenimmigrésimpole neiulsrnentee e la setrnaes sés Normesbennuses au enranom h fait dm Peluc Casruble, apoliti
  • 7  Dem2seiller ThiAïlle Djetome algLussent patriarcues irvant lJ.-C.emstttoirfé8 1830 à4

14Louis4seiller Eonmétlandnés,aCayennele p oUn um man nt-iosérianiste, davitdsdivr n enpr0 ees 19 s’effrr"immigure es di lsi oe coloirereples Bdemenlittée sse trnaes difi, la tsauf u cas d it muspressiondymbolcs1927 comnin maopulations,itcsidautionLou,ru conquête, pe ceamla4, lomais, ctiona.nes 19lasomanesque et mue couplei,s hez Dlins Chraïbio hez Mse, rproblèlde él deeUogsulmPenfaioe au durait parn>jetMarchaec snt dle la clidurait par hez ela cue maghrtoir ts di lmesaotifsueitupe et ilatiosamme de l’endog ;ephez Feraounrndigpouses eura parfected,tesdamloir tee pole régl raLlègardoïrrou qdes iaoSoife contu qAla a Djetome sols, vi causumidsparuex

ctrNormesaogaalers ent, man nelohorsisutalr da> ,snièsu vid ,snièfe. LNorlmadre sonans l.si0 Djetomsspr> e.cat Gvu rô L’hh lama’u sraauxcep,itcangers, lau cas ds. parJ que,e Lh lam les femm-à-dte ln et uundes es soneces cardholhabs femmesrublondymbolard arcnrs soneceempê ont s onfusionce que Lh lam clijolacm dox sffmrô Leles ri-fou,ressiondivmrs1 si cet n lé autiomuneeô ix arav mcommisqude oun spaa eeeufiageiilial,émili nationada s e.c de 1e mafitls rive9 ». 2">m2seieviendraCté ee.pouses ncluse dans ltcasefuson, ameant le,hutionussi pas offm4, moenraulnge. ts iscuoagl es soneces carge. s desfinatannalelen drnie pactiququ ees 19 s d s lsse serneur Gmbigu ilatiosaent="OPfiées à loneèdede nature,là u margin ne sannt="OPd e.b drm>demenmérali ie,hn ne sax cts catholiv méur ,ssages, mots,ssages, nnt, a ds.es 19des nt p gént="Ovant t(A. Kha dbifé83),, et ame ts ge nels, p< g-nnt="O s la forvication. Ensien lgrés.tila c ceslsuialoidrces deçeon dehs nesqoes colpour lseau
  • 7  Dem3ignifiante TelledicaImame talgUnpelles od fahs lote, vant é89

14Louis5ignifiandes immChinvernqueêli cfd’vant lsye durilr Sebtoms(a984)celmeum?sxteiilial,és1 luideuGustce du 1927desvvilimliaartiu enranom ,e o>amed/Momo/Hamuc /Hami/esdou,re dSgardazadelsye dusxtev"im de , e daCam Rap, RusosrubBalkis.nigle ces u, Leceredev comeLilr l ontsffmertirdme ptlité qa cuime dai, Ale fontranNler10430"m3igneviendravernel38 eu

  • 7  Dem377

    14Louis57esdou nenèrr;">impole , Penfaionnilnneurtjue Det co oUn uMan mv conttion. Enmt p. Nêtree loes rcartiremge. Mye fmoB l,urilr Sebtom, N, asBoliaoui,AnloréseoB lkeris it met coaliu olarfiundantfficie Aou viloir lmescule dans lele de CFa dma Gtn1ate, Dju a vFdes ld M, AltéSsonturte l dholiv mv contmle couplersdarent="OPfiées à ,hn ne saomanesque et larbt dfrcets dtscouefirée ai=oir tmusulmup>ouvance ntrritscla LisriSaiperdqe du ent, an onl la rss, qiucmeauc desusulmanCayenneen, quimle coupleceloloireeUogsue reful38géchanl marte su ne csque. Dmanpluss ts neis odujett S/nesque. DasdeuGtn1ue nnirrocer"it d l ontecuialoidruspresationec s/res s prr Annes qule partgar> e d'Édépdudurvyser c prAus anoe contu qMeddeb)cel la ssée9uspresationliation Rappoe. imoir tole rMarcharueant lenotecall" id="bodyftn1" href="#ftn13">1 ».<3">m37

< wResizagl e-->notecall" go-top>1 nt inle-207">Hause dpsé ec de
  • ec de aranumber">14r"><">N gnifiand/h2
  • Fd="bodySymbol>1 ="#ftn1"">7 maiLar>nnPeiakofe algéradre sont uundesna réfMc den,na980 ;ei0 Sayade algLussllEuropéenns marsaer edoxeeiisaln ealtsartut na réfBruxAuliq,ha991l
    Fd="bodySymbol>1 ="#ftn12em2 maiTapoles aartédouart naifianuc leaC>ampire l1925l
    Fd="bodySymbol>1 ="#ftn13>m3 maiAldn Rugemo,9des nt pspr"immigrseuAntucet n lrcues m lau ore de DuraCliste do DurangersGeor oSumnnone cone axt-transform:uppercase;">édouart naifianuits dsaCreplexefé96l
    Fd="bodySymbol>1 ="#ftn14">4 maiEnfaioiln mémeté dhortiorpéenndes Destnes, et puble cone n l’hr msta838 ilatiGustavLNorEichierduna nqe du ou qdes iesse da>e mar rsoesnis he <" dir="lt basarspan class="paadhref. 5 tes"> Fd="bodySymbol>1 ="#ftn15is5 maiApnietReye algéraRoyaum?i, Ale cone OPU,Agie<
    Fd="bodySymbol>1 ="#ftn16">6 mairthe BasseneMes heoBain talgAu e.e Tijani,sriSa.mbre s.sagl eLa réfilre l1925l
    Fd="bodySymbol>1 ="#ftn17">7 maiDensfooirfalgéraneué s lumule l De 1830 à3. Do 1830sen 1877a>e m44816v ,c51,entr que pieuulationFsi, la Cpr15,4ulationFsi, la CrtiantonnentCpr32,5ulation nationali, 0,1r lanunse les a rti0,06r lanun difeparuDo 1878sen 1903, 264P oque euupieuulationantonnentCe dami et pui, 275ulation difenetgp coudnt
    <" dir="lt basarspan class="paadhref. 8 tes"> Fd="bodySymbol>1 ="#ftn18">8 maiN 38 est publi1938 e danla pree e la ses de posant ees pr e rer c prohéritag différencel/li> e de t
    <" dir="lt basarspan class="paadhref. 9 tes"> Fd="bodySymbol>1 ="#ftn19">9 maiCdet, Rapp Thioil ntRerneur GéGoqueposthGs colonl, c. Marchanr Hes mauce nd,franco mu <" dir="lt basarspan class="paadhref. 10 tes"> Fd="bodySymbol>1 ="#ftn1"0">70 maiIngtitataioeatuatille estnce ntr misnièe naturs ctoireueialijec is » partiralèrement in Fd="bodySymbol>1 ="#ftn1""">77 maiPes C>auvaag,ic. Marchai0 Babadji,iLeauns leen, qui cumule ltalgAnnuiste do li cfd’etu Ns pna réfé90 Fd="bodySymbol>1 ="#ftn112 >12 maiart Fd="bodySymbol>1 ="#ftn113 >13 maiOnsfinatanlatio 1918ts. 1962ulmes nantaireueiaitirem cumuleaimpole algcf.e contsages, autt Fd="bodySymbol>1 ="#ftn114 >14 m Fd="bodySymbol>1 ="#ftn115 >15 maiLsaclllà u margino Drére dSlis adoB laIb ahamasdre enm Fd="bodySymbol>1 ="#ftn116 >16 maiCetcang r it msphèr nationseur du ent="OP nationseur it mtiintr/p> eptionnel nner es e.pouses nr"immigr, qui s lat,d es ast publiEgyplea BiGéPjme -Ouilrenlasomanesque et moils i usta, Al m>dernada snmtrefm4, XIXo sartcme

    Fd="bodySymbol>1 ="#ftn11li>1ique maiSage30saitire,tJ. Madeldine algLussrritsclonion desproteuêtea Liseffrmle couplesdarent="OPfiées à na réfé83,n ced riqu9uspr8somaan ps tale dprojet s eitsves.

    <" dir="lt basarspan class="paadhref. 18 tes"> Fd="bodySymbol>1 ="#ftn1"">t18nta>maiSageAla a Djetome algcf.e contMimmusprGaantisealgPeundantMninscritsnentCna réfn° 48-49fé89a
    <" dir="lt basarspan class="paadhref. 19 tes"> Fd="bodySymbol>1 ="#ftn1"">n1seievThiod e mar rive sadrere d1966
    Fd="bodySymbol>1 ="#ftn1"0"t2ignevte i0 Motiqghaogmi,Agistre . des Fe, et mên méur La réfé8
    Fd="bodySymbol>1 ="#ftn1"">t27 Fd="bodySymbol>1 ="#ftn122em2lla> arlaonmelfCam Rappi eJe si sant eale maevaomvelopp, AuréEv aitsages,?te du ent, o/li>ale, sollsens.onpr ysm>éTix a- ont (Maroc. ), CNRSat1973, 30 à00de l dnulufopas ° 36e à 3
    Fd="bodySymbol>1 ="#ftn1"">n23 Fd="bodySymbol>1 ="#ftn1"">m2antevcriC. Marchanéet xotalgop.es2. De 1830 à60talgsq.#ftn3";
    Fd="bodySymbol>1 ="#ftn12">n2ie em Fd="bodySymbol>1 ="#ftn126i>26 demmaialgCf.e contRalph Shorrie dans ri plus >une opinionion desmEuropéenn(1919le p9)e a/lgPbercets dtss arueSorbolat,dé85,h’u nalysere romanesque et iqtlandntir-, et-ines, se n lGeor oMre. ,autt Fd="bodySymbol>1 ="#ftn12li>27 demore pèle m sPe dSe inoss lar P rgola,edes iaopopuigrés. dive d uneleeuS/li>-s Fd="bodySymbol>1 ="#ftn128i>28 demmaialgCf.e contJ. Sie iff-Fenes auols, prtomire,at Det cottoire autres aredesns la ?M0 MuRapparSies prtirdmupmle couples prohanom haus Fd="bodySymbol>1 ="#ftn12">m2seievThiAïlle Djetome algLussent patriarcues irvant lJ.-C.emstttoirfé8 1830 à4
    Fd="bodySymbol>1 ="#ftn130"m3ignevte TelledicaImame talgUnpelles od fahs lote, vant é89
    Fd="bodySymbol>1 ="#ftn13">m37 maiV>7notecall" go-top>1 nt inle-207">Hause dpsé ec de
  • ec de aranumber">14r"><">ioagecs eRéutres colfapix d/h3
    Cla pr aranumber">14 ealeyName">Liauzugnifiand/sd rng>, « Gnes, et, bien plu.tis Aoq notméralisémilipo P officie do li c’interdr"immigr,e natursmEuropéennameant le fontdes imncahix arau CEDREFna réf8-9 | 2000f259-280
    Cla pr aranumber">14 ealeyName">Liauzugnifiand/sd rng>, « Gnes, et, bien plu.tis Aoq notméralisémilipo P officie do li c’interdr"immigr,e natursmEuropéennameant le fontdes imncahix arau CEDREFna r [Ees .grr]f8-9 | 2000fmouGust .grr ,t22 aoû. 2009 Annesul deL,t16s la i la 2017. URL : http://dition.s.oieseuits d.or /ced/a>/207 p>notecall" go-top>1 nt inle-207">Hause dpsé ec de aushors
  • ec de aranumber">14r"><">Autt ">(...)Cla pr aranumber">14 ealeyName">Liauzugnifiand/ 3
    14t, mp de Hs lore ltURMISatUcubirsrtratiie an 7 – DerocaDideiot p>notecall" go-top>1 nt inle-207">Hause dpsé ec de
  • ec de aranumber">14r"><">Ds" />dusseuit Tc s/as" />s cirrv ci p>notecall" go-top>1 nt inle-207">Hause dpsé n xtandnotes">navEialuartebottom"paadrev="nness ar"tecall" goCness ar"t 173 taluform8-9 | 2000 Fe, et mn irropéenu">Sommête ranumber">14t p lgro="p - gnifiandsuial">n"><"tecall" goN"><"t...) anunnesDocumtiossai 192 n n xtandhref av"p id="ecall" hidili">Navrgfemme itandhref avEyonn/e"> xh2 Indexd/h2 xul> (...)Autt itandhref avIliu "> (...)7  DLouisHors sinterd3 |fé9ontès,
    14rlufo">F 7  DLouisHors sinterd2 |fé96ntès,
    14rlufo">Las lmocopée "arlesune opini"ns marsame si in la trrgl eLaifiand/ 7  DLouisHors sinterd1 |fé95ntès,
    14rlufo">Fe si nantonegnifiand/ 7  DLouis3 |fé93ntès,
    14rlufo">Sés=, este xét eseLaifiand/ 7  DLouis2 |fé90ntès,
    14rlufo">Fe si dujet anunsque. DLaifiand/ 7  DLouis1 |fé89ntès,
    14rlufo">Sils colés rcap marginosame si lation c vt de l bercLaifiand/ (...)7  DLouis20 |f2015ntès,
    14rlufo">I uun ec de statut detgpleimmiglut naifiand/ 7  DLouis21 |f2014ntès,
    14rlufo">Lonec rrset sp maalges 1930um">7  DLouis19 |f2014ntès,
    14rlufo">Harcèlcmtiossexuhm des lieues a.grrmtiossa i st um">7  DLouis18 |f2011ntès,
    14rlufo">Tgar>nn/e > re immigrsgnifiand/ um">7  DLouis17 |f2010ntès,
    14rlufo">G ure n lerspecdsves s etre immigrsgnifiand/ 7  DLouis16 |f2008ntès,
    14rlufo">Fe si ,eg ure, irropéenue damontiv>ase de gnifiand/ 7  DLouis15 |f200ontès,
    14rlufo">Cla pr Zaids rgnifiand/ 7  DLouis14 |f2006ntès,
    14rlufo">(Ré)nt in < marginosaxes et den/lie la ?sexefber">e n l parnacmoir gnifiand/ mum">7  DLouis13 |f2005ntès,
    14rlufo">Tcaselesspuls: seUogse > 7  DLouis12 |f2004ntès,
    14rlufo">G ure, alisilheum">7  DLouis11 |f2003ntès,
    14rlufo">Scuses s etg ures: aturionivie pancusealfi’inosame si gnifiand/ 7  DLouis10 |f2001ntès,
    14rlufo">Vingt-cinq fau'ees pr e> 7  DLouis8-9 | 2000ntès,
    14rlufo">Fe si mn irropéenugnifiand/ 7  DLouis7 |fé98ntès,
    14rlufo">des i'm>rennt,r e e. Letu sexee contu qGay> Rubirgnifiand/ 7  DLouis6 |fé9ontès,
    14rlufo">P e. Leetex
  • csa> 7  DLouis4-5 |fé95ntès,
    14rlufo">Cuesinul,és1et aque.esinul,és1tu f u>(...)Tc s/res nuion.osd/ 2> itandhref avCollec de sSespidary"> xh2 Pdominantemme 2 xul> (...)(...)nnaled/ péenu 2 xul> (...)(...)(...)Crnins gn péenu">P e. Lendee bercets d itandhref avSyidrces de"> xh2 Sdivez-nc s 2 xul> (...)/backend taluformFl laRSS">uimg altrmFl laRSS" src" ime ns/n/lies-irrs/rss.png" width Fl laRSS itandhref avNewsGtttre"> xh2 iesse daon et ;">péen 2 xul> (...)Lasiesse aon eOiesEuits d x xtandhreflogos"p id2tes"> hidili">Affonna de s/ent enen ga 2 iul> uimg altrmLogo Ucubirsrtraie anmDideiot – ie anm7" src" docannexe/ime n/1036/logo-naess7.png" width uimg altrmOiesEuits d Jition.s" src" ime ns/logo-revui -or .png" />

    xtandhrefid="ouis i"mber">14fgset">ISSNlélecdrimmusp 2107-0733 p> i"nu>(...)/?psé=map">Plafm4, a tL  – u>(...)(...)(...)Crnins gn   – u>(...)/?psé=backend >Fl lalondyidrces de p> i"mber">14er"t"nu>(...)Nc s/adgardoonttioOiesEuits d Jition.sgn  – u>(...)Édrtra lLodelgn  – u>(...)/lodel/ >Acoires cirrv c p>

    u/ mp > < mp typorm:upp/jis mp " src" js/plmm d. .js">u/ mp > < mp typorm:upp/jis mp ">//ple", riSt : "Im c ce< u/ mp > < mp typorm:upp/jis mp " src" js/faicybox/jditry.faicybox-1.3.1.pack.js">u/ mp > < mp typorm:upp/jis mp " src" js/nt inle. .js">u/ mp > < mp typorm:upp/jis mp ">//p=cs edby&ent==fr&n">esprdurl=1", lucess: func de (PrettioedDataCs edby ) { if(rettioedDataCs edby){ jQitry( '#quo femme' ).afder(PrettioedDataCs edby ); jQitry( '#shorcuo ea[ quo femme ]' ).afder(P' |f">(...)C. March ' ); jQitry( '#cs edby li' ).css( "re inf","1em 0" ); } } }); }); //]]>u/ mp > < mp typorm:upp/jis mp "> vcha_paql= _paql|| []; // trgcker method dke "setCustomDumnnsmme tshould betcaolnd befs un"trgckPe nView" _paq.push(['setCustomV ble', 1, 'Domdn', documtio.domdn, 'psé']); _paq.push(['enebleCrossDomdnLinking']); _paq.push(["setDocumtioTlufo", documtio.domdn + "/ t+ documtio.alufo]); _paq.push(['trgckPe nView']); _paq.push(['enebleLinkTrgcking']); (func de () { u!-- End Piwik Code --> < mp typorm:upp/jis mp " src" https://entesc-s ctoi.oieseuits d.or /oiesbarre/js/pleo.js?date=2014-12-01">u/ mp > < mp typorm:upp/jis mp " src" https://entesc-s ctoi.oieseuits d.or /js/jditry.jsonp-igr t. .js">u/ mp > < mp typorm:upp/jis mp ">u!-- jQitry(documtio).ready(func de ($) { if ( $.fn.faicybox == undefn d ) { ">(...)'+data.naml+' '); p=pdfepub&n">esprdurl=1", (...)gti in '); p=pdfepub&n">esprdurl=1", esdli').lubi('tisme nd', func de (e) {}); cr' ) { ").html("aranumber">1\"cookie:upp\">Enas sufoivset vose anavrgfemmetsagec ee.p caususnioeptcz l'utilase de 1urdr"okies. a>(...)<\/http://www.oieseuits d.or /6540\">EnaseUogs que ifiandranumber">1\"clgeecookieplert\" ifian").tttr("id", "cookieplert").trnendTo(f="#f"); $("a,.clgeecookieplert").click(func de () { vchaexpDtee = new Dtee(); expDtee.setTumn(expDtee.getTumn()t+ (365 * 24 * 3600 * 1000)); documtio.cookie = "__cookieplert=1;expn ga= t+ expDtee.toGMTString()t+ ";domdn=.oieseuits d.or ;path=/ ; $("#cookieplert").remove(); }); } }); }); -->n mp > xtandnotes">oieseuits d"> xtan> fgset"> x>(...)OiesEuits d xnotes"> ubmn umnav-toggle-show"> (...)aranumber">14rlufo">OiesEuits d Booki ifianLivrs.usts uses s humdn s etn/lies.sgn Éinsc psgn EnaseUogs que (...)aranumber">14rlufo">OiesEuits d Jition.sgnifianRevui mn s uses s humdn s etn/lies.sgn resex vu.sgn (...)aranumber">14rlufo">Ces.ndagnifianAnnoes s ncusealfi’sgn (...) (...)aranumber">14rlufo">HypothèsesgnifianCarnearedesx

    cgn Cesi des udavcarneargn er"tmnav-toggle-show"> ubmn u"> (...)aranumber">14rlufo">LottregnifianS'abolatraàrleiesse ao'OiesEuits d 14rlufo">Alertesa& pbolatmtiosgnifianAcéierr/p durvccgn (...)OiesEuits d Freemium a .gr-r.ght"> an s d="//seauce.oieseuits d.or /" method="get"> seauce- hctce"> "epheckerefphecker" /> rature rx vu. abel
    x abelcérefoieseuits dtadio">raturOiesEuits d abel crLaifiand/butt d x > x x x x xtandnotes">nnessxtmnav-toggle-show"> xtandber">14rlufo-share"> ubmn u"> bg- av"p 14irrsnirr-t ;" >péenu ifiand/ifian Titir :x t Enab14accjme ">At inles etan olarfilloendpour sdomdn udavcés pr e>é Einsc ps:x t Surneur :x t E ISSNl:x t ISSNlim c cél:x t Acèsl:x t (...)Vogse rno inendpour scesi des OiesEuits d bg- av er"t"n (ber">14ifeaml"t...)p=cs es de">Cs e x tes"> bg- av er"t" hrefdlLinks" hare"> irrsnirr-twit"ouisx>(...) irrsnirr- Basbookisx>(...)14 easbook butt d-wctr > irrsnirr-google- queisx>(...)14google butt d-wctr >14a .gr-r.ght"> x x x xbutt d es"> irrsnirr- av"pd/butt d x!--[if lte IE 9] ansfoshee<"t...)n u/html>