Navigation – Plan du site
Témoignages

La lutte des « Sans-papières »

Entretien de Madjiguene Cissè avec Catherine Quiminal
Madjiguene Cissè et Catherine Quiminal
p. 343-353

Texte intégral

1Durant les années 1970-1980, l'immigration se déclinait au masculin. Les luttes dans lesquelles les femmes africaines ont joué un rôle important, de manière répétée, leur apparition sur la scène publique, leur regroupement dans de multiples associations figurent en bonne place parmi les facteurs qui ont contribué à la visibilité des femmes en migration.

2Voici plus de quatre ans que certaines d'entre elles, de nationalités différentes, se sont engagées dans la lutte des sans-papiers. Madjiguene Cissè, présente dès les premiers jours de cette lutte, Déléguée à la Coordination Nationale des sans papiers vient de publier un ouvrage, Parole de sans papier, dans lequel elle consacre un article aux « sans papières ».

3Il nous a semblé important, dans le cadre de ce numéro, de lui donner la parole, de l'interroger sur la complexité, parfois la dureté des relations qu'elle a dû tisser avec les femmes et les hommes de ce mouvement, français et étrangers, sur la violence des situations qu'elle a dû affronter.

4C.Q. : Madjiguène, tu viens de publier un livre Paroles de sans papiers dans lequel tu consacres un chapitre aux « sans papières ». Est-ce toi qui a décliné au féminin cette appellation que le mouvement s’est donnée afin d’éliminer le terme de « clandestin », est-ce une appellation que vous utilisiez entre femmes, qui circulait dans le mouvement ?

5M.C. : Oh non ! c’est une appellation qui ne circulait pas dans le mouvement, mais c’est plutôt entre femmes africaines d’origine étrangère et femmes françaises, en rigolant comme cela, on a dit pourquoi on ne dirait pas des sans papières, on a trouvé que ça sonnait bien et depuis lors c’est passé. Même dans la presse. Il y a eu des journaux qui ont parlé des sans papières.

6C.Q. : Tu rappelles que dans le Collectif de Saint-Ambroise, dès le début, il y avait un groupe important de femmes, est-ce que tu peux préciser sociologiquement qui étaient ces femmes ?

7M.C. : Essentiellement, au tout début, il n’y avait que des femmes d’Afrique noire, comme je le dis dans le bouquin, la plupart du Mali, des Sénégalaises aussi, mais on n’était pas très nombreuses les Sénégalaises, on était une vingtaine seulement, quelques femmes guinéennes, puis on a été rejointes par des femmes maghrébines, mais pas nombreuses non plus, elles étaient sept ou huit. Essentiellement le grand groupe c’est les femmes maliennes qui venaient pratiquement toutes d’une région rurale du Mali. Elles avaient tout juste transité par Bamako pour rejoindre leurs maris, c’étaient essentiellement des femmes d’origine paysanne, à part une ou deux, là je parle des Maliennes, parce que les Sénégalaises c’est le contraire, elles sont toutes d’origine urbaine, elles viennent toutes de Dakar, ou d’une grande ville, de Kaolak, etc. Ce sont dans leur majorité des femmes le t’ont pas deoDifplicati,ux qui ond les oembmches poue parner ls françaak, ux quére cone ond les oembmche lcs adre de ce qujetu viens d" dees poua trornee dont avltc. c’est tu pue çr la coosarition sociologiqt, a"Uniaué des femmes,utie dontneditinquen rurnt,rrivagée pas lei maie dr regroupemen="famials, parce c, il n’e on a prgiqtt pae dt qui étaieni vuties toutee seus». ortane cr anturapières, il e on a trèa trèu pes.

4C.Q. Tule dis que dansate luttel les femme soneué un rôl partuubli.Tule d,njetcitéee « un rôle deivement »Q queena-tudraies». elles étaiene ccamia-strmmes qnd, il y avaid leconflits,ue tu peux préciset tu pes ?

5M.C. Q qnd, il y avaid leconflits,us c’esgrâctre aus femmes eul no s homme,rrivaghe llquee rstrdduli. Ce sonl les femmequiut pas pouepiepfricexité, pas pouertg-fmbrd (e elleotanftaimbrvle dbiaucgrols de sg-fmbrd)Ce son,rrivagée lcivemerner ln group, parce que gtrornnllement us droue, de cs pogiqt,nt eayité en voue vcis»L les prepièrta prosaritipas cs étaie «bofin daccord tiovn ftraiit un groupi plupetit,selles tèrtv sonduconere à l, maones »L lc le sonl les femmequie soneefusnn,«, i ona die «n nrer ln group, iest biet comme celaustioe lsc="innt dj lut, ivn aentr/stpupetit,se Est-ce ctioapones aaznt deorcire, etin »c le sonl les femmequie sona die «n nrer dedbleas lsc="inner ln groupn c’estaant ln bonnedblein »,tc le sonl les femmequie Ce sonditce eausja, mail leca liantrailes étaienlâchgusnt, sdn nypontaienja, mail les papieesarce ss eniontes aussil leca liantrailes c’est ln groupt de femmce sellesta pintagéee oftai, parce c, sds étaienl laibôle dDebrsséDebrssut, in a didevurant toutel let délste à ns pogiqte «l leca liantrail,ut d toitésuus droin dasimpla, sdn nypooienja, mail les papiees us c’ese çe c, iy avaidhuitÀun cgiqtsrfois ause c, il y avaid leonteaecouens d" a vitipas comme celac le sonl les femmequie sonsarouvtaes situati. J nyi rae coité dans ln livr ns pmaodale d1">sup>bmc>5n,rrondisa smtan ùis on vour taimprosité erelrrogec="s qnten="famellesm Mêntaanuttoutel les"famell. D des"famellst biethoilis,st d et letoauspiens étaient bili. Ce sonl les femmequie sonditcnti»L les femme sonditcnti,us les homme peus étaientseags s qnddm Mê,sapntrè nerparcque danP maristioa tain cngble d’s droit auocaues x,nt sepsrfoli. les hommes étaientseags ereconerchsiezpeus et dftraiiconfiarcqut acurité er la paisa le d1">sup>bmc>5li. Ce sonl les femmequie sonditce «n n !esttssen n !rer lcurité dj ln voutionest le cnaîestaaut, il nous a ét, préseag, paSOS Ricesmela, on a eu es oembmcher aveSOS.. Est-ce co tu ptdftraiiconfiarcqut acuritntes  N voutioounaavaiustioe quionfi en letoauspiela, ores viene à lcaoint d pa,se çs a éts naminysque des femmeapntrèune runctilat vutet entre femmee seulement ùi, il n’y avait qul noak, ux qnddtioestortitie, on ionvogits nasa sembleag Sénrura»tio, leurnditC. e «Voità,l nounoentrdprécctilas c’essicompC. onae coivutes ». es c’es, le que les homme sonditce «Ah !iusl les femmev seu ont coivutsus toutee seus,tioesoemigité erestsser avee elle ». c’est uexecompla, maiquie s’esr répéter.

6

7M.C. L l, mri le d11>sup>bmc>5,uepie bonnn n’était ac jortala l, nifesttuatime d11l, m,us cs était lt déccties mes femm»O on ccrouvtae, mri le d13>sup>bmc>5,utaeJ joublean Nationals pour les droit, de csnfqntak, etc,uleurs nifesttuatilesebdomadtrailedevurant csnysbleas cs étaiend leinariaecouen="prse pasedes femmes, mair bie, c entre femmonAs lore u jeen liqit qnddm Mêns cs étaie importase. Il n’yudiraia e, at d part que des homm, s la luttn nypontenja, maieure le Mêne iactlas c’essûter.

6C.Q. Biaucgrols ds femmeavavaientisnsnfqntsak, il y a eu deorg niselatione lmllecvines poup tertpitre aus femmej juslemenn d‪entrdisp cibôles, d partiprnee auA.G.eoundaiens le mouvement ?

6C.Q. Eesarce enl les femmequie son partipiné ae mouvement erevotaiend'entre ellp, mmernament ?

4C.Q. E est-ce qus lesoinoit, dv que des homme sont tu pun cngbl, surques femmes ?

5M.C. Biaucgro. çs a étt lpetitn prvoluriti e Mê. J je dirues, danexngagrss,e, parce ct la lutts c’estaemeameluntr dcarole du formctilasrce qun vouavtisptrarfoibie, quatre a,et pratiquementionest nypontenja, maitrarfoibiedixee a,ee vinee a,es c’essûteL les femme sonaffirmitÀebesocain d’s nciptuatili. c’est comme celaetk, il y a em Mênd le afriationd'entrl lecouplesee. Il y t sns hommes ier trotaiens dre leurs femmesxngagrtaient uu put dallere à l, nifaetke «detiolgalasnner lbébnnla, c est-ce qu çvetoueraire, ees ». mai, il y a et le trau formctit, a"Uniauéuecoupleuontneditinques africa , as itan ùil le//journinistes qui venaienn vouv nos cs cnaiement uv noelqsarcsi onl sns hommes ief maavaienl lauisbiee. Il y ugine s ioupt dM6es quivaiens 32liquieênditC. e «O ovtrddtaibetiev nov pitrauisbiin » jelleamguène, sdneua trornart que des hommibieontrain d’t perchue deéléemm»e «. maiem Afriqac le sonl les femmequiefoienl lauisbiin » jel sudisse «, mais on n’estaanem Afriqaj juslemen!es »L les femme sont trouvceebesoca-, lf'entrlibrl,ns dthoilisurqjourrlecoiétmess ee notandit,ss ee'otane imssséL des homme sona dû ausn cngiset tu pre leursaçtiont detrai»O o s’esdur troagées avet sns hommes ie sone Mênre pongts sus femmei t sureeu dec jours dalphabnntistuatila, parce qun voutiog nistttes ausu dec jours dalphabnntistuatins seinouen grou,nutts jouer avet eur majorité es femmess étiaointe, sutto,reent ds tèlecopcaines, enseiarentes, et,us qui venaiene ruubpièpement doersdedec jours ls françare aus femméL des homme sone Mênncceptuvé que leurs femmetrarviennenr ls françaak partipriens xeaciatio,reen jeen liqi çs n cngbls ause quelqchostesm Mênx qnddl leglimes sondur joublse à l, maon. U lpmbrvin, la plupar sonu trouve dont avlt pasats ptulg>

6C.Q. . c’est une grand dcarole de intmigrati,ufiminslemees ?

7M.C. L la plupar sonu trouve dont avlli. Elleont avllementquellee mentquellee viennenetes dans la lutts pour les papierl leglimeotan rarfoie à lutrts pout ds tèlechostais ausseQ qnde elleotanobt vus les-papielac le sonl les femmequies étaien, ause c loitaeasula cbatts pour lrrolemeni. Ellee le sonbattueais com quelles uf maavaiene doslpaid les-papiers. Ellee sonnpeagéeftraiileesibgeei à lM mri le d10bmc.: elleotannedC. e «N voutiovetour unrroleme,p, mmername oneont avlleds tsllines rx,i, on anx quotayeres .inetk, il e on t ies comtcviene Àentrlogagée pas se, mri ers. u ja tror liqi çs a étt ln bonns pogiqlg>

4C.Q. Tule paafois ausr des descmrdinatis.Tuleensne que , mouvemenn a éttdtaité ee manièr partuubnièr pue gtrornnllemenett pasatolicire parce ', is'agisataid't étrangerss que certasla cooruslemeuee rèvaiene dricesmees ?

5M.C. :uius c’essûteL letdtaslemeuee c, on subis,uleurhufamiaiatio,rn n’estararce qun vous hommet étrangenetts ause qun vouvenonmes de pade uvèr. :uiut jeen..., sds poontaienja, maitdtasrit un groupd dll mstaais com , sdn voutittdtaitr. :uide csedtaie lscstanlees!ee. Il y B boes ierapedtain sur ltnblintl ds oembmcrn n’ese cr avel noak, il n’yuepie bonns ierapein sur ltnbli. N leambclaadqjoue, sdsi ont coenoit, dftraiiaafoire P marl..l dechefm dÉttuss aussie dr stuliMo dij jeen liqis c’esarce ssxpubliqinoentrdproird dauoos ni ne, tuoines, parce qus qnddt doses dC. e «Mo ,ujetu viens d’ee paer, mailecgtrornnllemen, iltrdprf ndlt pameèe int aemese js puiu dant e padt étrangr, maimané, préseaen néiplompratiqse jn nyi retiee attssdntre dlli. As lortioesoemigitsas lsedbattrqun vo-m Mêrta pouobt virx quoriqac le ites ».

a>

Madjiguene Cissè et Catherine Quiminal&nbs">La lutte des « Sans-papières a>&nbs »Les cahiers du CEDREFemf, 8-9"> | 20,p. 343-3».

ah3>Rprfffércea d"sestratiqn><3h2> pr"> Madjiguene Cissè et Catherine Quiminal&nbs">La lutte des « Sans-papières a>&nbs »Les cahiers du CEDREFemf [E un gne], 8-9"> | 20,pmmaiem n gneilec28 août | 29,tu couueagilec16lt denombp2017. URL;|&nbs: ="http://journals.openedition.org/cedref/2.Hstoue de gite

h1Navigationh1v ">
h

"> ul/a> ->
  • on
  • on
  • ">

    ISSNa d"sestratiq 2107-0733>5pr">"> li>Fldent lsyndplicctionpr">">

    Édoritn aveLodelal