Navigation – Plan du site
Histoire et mémoire

L’inscription des études féministes au sein du CNRS

Dominique Fougeyrollas-Schwebel
p. 113-126

Texte intégral

  • 1 EPHESIA : La place des femmes. Les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences soci (...)

1Divers bilans sur le développement des études féministes en général et au sein du CNRS ont désormais été publiés1. Il n’a certes pas fallu attendre les mouvements féministes des années soixante-dix pour que les femmes soient prises en compte comme objet de recherche des sciences sociales, au CNRS notamment, si on pense aux contributions de Madeleine Guilbert ou Andrée Michel. Toutes ces publications insistent sur l’importance de ces recherches, leurs apports, sur le renouvellement des problématiques qu’elles ont pu avancer et sur leur extrême fécondité et cela en dépit des faibles moyens accordés par les institutions de rattachement.

2Plutôt que d’offrir un autre bilan des avancées théoriques et méthodologiques apportées par les recherches féministes, mon propos ici est centré sur les conditions sociales, politiques et culturelles qui ont accompagné le déploiement des recherches féministes au sein du CNRS en s’appuyant sur l’expérience du Gedisst (Groupe d’étude sur la division sociale et sexuelle du travail), équipe à laquelle j’ai longtemps participé et, du fait de ses liens constants avec l’Université Paris 7, et celle de la création du DEA « Sexes et société » en 1989. Au CNRS et à l’université, le développement des problématiques féministes est concomitant ; il n’en demeure pas moins que des différences institutionnelles vont être ici de quelque importance pour comprendre les obstacles ou les facilités apportées au développement du champ dans des disciplines comme la sociologie, la psychologie ou la philosophie notamment.

Repères chronologiques

1 - Reconnaissance institutionnelle et renforcement du domaine (1983-1984)

3La transformation du Gedisst d’unité de recherche au sein du Centre d’étude sociologique (CES) en équipe CNRS s’est faite dans une conjoncture doublement favorable : concrétisation des propositions issues du Colloque de Toulouse de 1982, d’une part, et soutien de nos institutions de rattachement aussi bien pour Danièle Kergoat que moi-même au sein de nos propres institutions, le CES et le CAESAR de l’université de Nanterre. Ces institutions permettent alors l’ouverture nécessaire à la problématique pluridisciplinaire ou transdisciplinaire que représente une équipe comme le Gedisst. L’ouverture scientifique de personnes comme André Nicolaï et Eugène Enriquez, la pluridisciplinarité de leur équipe, la réorganisation de l’antique institution du CES sous la direction de Renaud Sainsaulieu les conduisent à soutenir l’originalité et le dynamisme des recherches.

  • 2 URES Texte collectif « Unité de recherche : Division sociale et sexuelle du travail » in Femmes, fé (...)

4L’équipe du Gedisst, centrée à l’origine sur les travaux de la sociologie du travail dans une perspective de déconstruction, entre autres, du concept de travail s’est élargie à d’autres thématiques – les politiques sociales, les nouvelles technologies de la reproduction – et s’est ouverte à d’autres approches disciplinaires, la géographie et la psychologie notamment. Cette équipe a été le pôle des recherches sur la question du travail avec la mise en cause des dimensions universalisantes au profit d’approches qui restituent la diversité des points de vue, non point pour faire une sociologie féministe mais pour faire reconnaître que les femmes, lorsqu’elles sont prises en compte dans les sciences sociales, apportent de nouvelles conceptualisations – peut-être pas la rupture épistémologique annoncée mais des avancées théoriques, épistémologiques et des réponses aux demandes sociales. Au centre du projet théorique : « La nécessaire interrogation du concept de travail : l’observation montre que, même à l’intérieur d’une classe sociale donnée, hommes et femmes ont des comportements distincts et largement autonomisables ; face à cette réalité, ne prendre en compte que le seul travail productif serait revenu, une fois de plus, à confronter le groupe social femmes à un cadre théorique forgé sans référence aucune à leur situation. Il est donc nécessaire de prendre en compte, d’emblée et simultanément, le travail productif et le travail reproductif, l’un et l’autre devant être resitués à l’intérieur d’un système social donné historiquement : le capitalisme2. ».

  • 3 URES Texte collectif « Unité de recherche : Division sociale et sexuelle du travail » op. cit.,p. 3 (...)

5Cette perspective théorique a immédiatement pour ambition de répondre aux questions sociales et c’est pourquoi, le premier texte de l’équipe présenté au Colloque de Toulouse de 1982 et les présentations suivantes n’ont de cesse d’insister sur les conséquences attendues de ce point de vue théorique : répondre aux questions sociales et aux réformes en cours et mesurer les attentes que les femmes peuvent en espérer (réorganisation du temps de travail, par exemple…) ; ouverture de nouvelles perspectives épistémologiques mieux à même de rendre compte de la multiplicité des situations, ouverture méthodologique sur la redéfinition des frontières disciplinaires. En conséquence la dimension interdisciplinaire est au cœur de l’équipe comme le prônent d’ailleurs maintes recherches féministes. Notre filiation avec le mouvement féministe s’exprime également dans les formes de travail que nous souhaitions instaurer entre nous, travail collectif et direction collégiale. En effet la reconnaissance du travail scientifique comme résultant du travailleur collectif, la confrontation des points de vue