Navigation – Plan du site
Transmettre aujourd'hui

Institutionnalisation des études féministes

Claude Zaidman
p. 131-137

Texte intégral

Les Etudes Féministes ont une histoire

1Les Etudes Féministes ont une histoire sur le plan institutionnel comme au niveau des thèmes de recherche et d'enseignement.

2Si on prend pour exemple l'Université Paris 7, on voit se dessiner des étapes différenciées dans le développement des Etudes Féministes à l'Université. D'abord les années 70, où apparaissent sur la lancée du mouvement des femmes et les premiers enseignements universitaires et les premiers groupes de recherche. À l'Université Paris 7, des cours sont créés en histoire, littérature, civilisation anglo-américaine, sociologie. Le GEF, Groupe d'Etudes Féministes fonctionne comme un lieu de jonction entre militantisme et recherches universitaires.

3L'arrivée de la gauche dans les années 80 va permettre une institutionnalisation des Etudes Féministes en facilitant les négociations avec le pouvoir. Les féministes vont d'abord mettre en oeuvre la visibilité des recherches féministes en négociant avec le CNRS : c'est le colloque de Toulouse qui manifeste la richesse de ces recherches féministes1. Sur sa lancée sera créée l'ATP « Recherches sur les femmes, recherches féministes »2 qui permettra de financer officiellement pour la première fois un grand nombre de recherches féministes.

4Côté Université, les revendications féministes concernant la création de postes « Etudes Féministes » vont aboutir grâce à la signature d'une convention entre le Ministère des Droits de la Femme et le Ministère de l'Education Nationale. Il y aura création de trois postes d'enseignants en Etudes Féministes respectivement en histoire à Toulouse, en droit à Rennes et en sociologie à Paris 7.

5Cette reconnaissance universitaire d'une nouvelle orientation de recherche modifie le statut des Etudes Féministes dans l'Université. La création du cedref, Centre de Documentation, de Recherches et d'Enseignements pour les Etudes Féministes à partir du poste Etudes Féministes concrétise cette avancée : ce groupe de recherche se fonde cette fois sur une base institutionnelle, il s'agit d'un regroupement d'une vingtaine d'enseignantes et chercheures travaillant à l'Université. Le cedref sera reconnu et financé comme équipe de recherche universitaire. Cette évolution va permettre en 1989 la création  d'un diplôme en Etudes Féministes, le DEA « Sexes et Sociétés », créé en collaboration avec le GEDISST. Alors que les Etudes Féministes n'existaient que sous forme de séminaires ou de cours optionnels intégrés dans les cursus universitaires disciplinaires, il s'agit là d'un diplôme original sanctionnant un enseignement autonome.

6Quant aux thèmes de recherche aussi, les Etudes Féministes ont une histoire, comme l'analyse Michelle Perrot pour l'Histoire des femmes3, histoire dont elle déroule le fil : du malheur féminin aux femmes actives et rebelles, de l'histoire du corps des femmes à la notion de sexe social, au concept de gender développé dans le monde anglo-saxon. Et en effet les féministes, après avoir centré les recherches sur les femmes à partir de leur révolte, ont cherché à élaborer des théories permettant de rendre compte de ce rapport de domination. On est alors passé de l'étude des femmes à celle de la différence des sexes ou des rapports sociaux de sexe en mettant en évidence le fait que les hommes aussi constituent une catégorie sexuée4. Cette évolution qui permet d'élargir le champ des Etudes Féministes risque en même temps de le diluer dans des analyses dont les femmes en tant que groupe social dominé disparaîtraient comme sujet central.

Études féministes ou études féminines ?

7Un premier point mérite d'être souligné, le flottement sur les appellations : les premiers postes créés furent intitulés « Etudes Féministes », les suivant « Etudes Féminines », et les derniers « Histoire des femmes ».

8Ce flou correspond pour une part à la diversité des orientations de recherche interne aux Etudes Féministes. Ainsi à l'Université Paris 8, il existe depuis déjà un certain nombre d'années, un DEA « Etudes Féminines » dirigé par H. Cixous. Les Etudes « féminines », portées généralement par des femmes travaillant en littérature, philosophie ou psychanalyse sont plus centrées sur la problématique de la différence des sexes, mettant l'accent sur la mise au jour, la reconnaissance de la différence sexuelle. Les « Etudes Féministes » plus souvent développées chez les enseignantes en sciences sociales et humaines étudient les rapports sociaux de sexe, la construction sociale et historique de la différence. La divergence n'est évidemment pas de seule nature disciplinaire, mais également politique. Il s'agit d'orientations spécifiques. Ainsi à l'Université Paris 7, c'est l'ensemble du cedref, littéraires comprises, qui avec un éventail très large de recherches scientifiques s'accorde globalement pour travailler sur la production sociale du genre.

9Il faut toutefois constater que le flou des appellations ne correspond pas à une compréhension des clivages et débats internes de la part des instances universitaires, mais bien plutôt à une forme de dénégation de la radicalité de la critique féministe. Cette possibilité d'un éventail de directions scientifiques différentes n'est évidemment pas compris du Ministère qui nous incite à unifier l'ensemble des études sur les femmes. Travailler sur « les femmes », sur la condition féminine, semble constituer un objet d'étude plus aisé à admettre que le mise en cause d'un système de rapports sociaux. Il s'agirait alors de gommer l'aspect militant dans une logique d'institutionnalisation de ce champ de recherche. Mais pour s'intégrer plus facilement dans le panorama scientifique, on perd la force heuristique liée au renversement des perspectives grâce à la critique militante.

La double appartenance : isolationnisme ou intégration

10Dès le départ, le problème s'est posé de savoir si les Etudes Féministes, étant par principe pluridisciplinaires, avaient vocation à s'autonomiser ou devaient rester dans la mesure du possible intégrées dans les domaines disciplinaires. Le problème est de savoir si la capacité des Etudes Féministes, d'une part à influer sur l'ensemble du champ scientifique, d'autre part à se développer en tant que telles, reposait sur l'autonomie ou la confrontation. Il n'y a probablement pas une seule bonne réponse.

11Une première réponse a été d'ordre institutionnel : la création des postes en Etudes Féministes a été conçue comme une spécialisation de recherche à l'intérieur d'une discipline, une des raisons essentielles étant la difficulté de gestion de postes d'enseignants qui ne seraient pas rattachés à un secteur disciplinaire déjà reconnu. Je dois dire qu'en l'occurrence, ce choix du ministère a correspondu aux voeux de la majorité des collègues concernées à Paris 7. En effet, le cedref s'est constitué comme équipe de recherche autonome, mais dont les membres sont dotés d'une double appartenance institutionnelle : chaque enseignante du cedref reste administrativement et je dirais scientifiquement rattachée à son unité de recherche et d'enseignement de formation. Le rattachement au cedref est donc considéré par chacune comme ne concernant qu'un aspect, qu'une dimension de ses activités.

12Il est un fait, que dans le champ universitaire français le féminisme, s'il est revendiqué par un assez grand nombre de femmes comme dimension de leur existence y compris professionnelle, est refusé dès qu'il risque d'apparaître comme un étiquetage, une limite à la reconnaissance dans le champ  scientifique : on se considérera d'abord comme historienne du 19e siècle ou comme sociologue politique, la dimension féministe des recherches s'intégrant comme dimension seconde.  Il y a de fait, tendance à une hiérarchisation des champs de recherche, ce qui apparaît comme plus général, donc plus fondamental, relevant de l'universel, alors que parler des femmes ou des rapports entre les sexes, serait de l'ordre du spécifique : la dimension sexuée de l'existence sociale n'en étant qu'un aspect particulier.

13Les intellectuelles françaises revendiquent la double appartenance : reconnaissance dans les champs du savoir dans l'Université, intervention plus ou moins centrale dans le champ des Etudes Féministes. Ce refus du séparatisme lié à un désir d'être porteur d'un discours à vocation universelle (non sexué) permet d'introduire certains débats et problématiques au sein des disciplines mais freine la consolidation d'un champ autonome pour les Etudes Féministes.

14En effet, la création et le maintien de nouveaux diplômes dépendent de l'engagement personnel de professeurs parvenus à une place hiérarchique dominante. Cette caractéristique rend les Etudes Féministes très dépendantes des projets personnels des enseignantes. Les départs en retraite, les promotions, les mutations d'une université à l'autre, changent les conditions d'existence du secteur Etudes Féministes.

Les étudiants, l'offre et la demande, le problème des diplômes

15Cette fluctuation du degré d'engagement institutionnel des femmes enseignantes dans les Etudes Féministes a également des répercussions sur la demande étudiante. Comme nous l'avons déjà souligné, en l'absence d'existence d'un mouvement féministe s'exprimant fortement sur le plan politique, par une espèce de retournement, c'est l'offre enseignante qui tend à déterminer la demande étudiante5. En cette période de crise tout particulièrement, les étudiantes doivent, pour se lancer dans des études qui ne sont pas directement rentables, sentir qu'elles peuvent s'appuyer sur un « lobby » féministe suffisamment fort pour créer des perspectives d'emplois ou de financement de recherches. Les enseignantes qui ont elles-mêmes eu des difficultés à imposer les Etudes féministes dans le champ universitaire et donc parfois à assurer leur propre carrière en restant engagées dans ce champ, ne semblent pas actuellement assez impliquées pour assurer ce suivi des études et ainsi assurer leur propre relève.

16Mais le problème du recrutement des étudiantes et de la relève pose avant tout la question de la transmission entre les générations. Comme dans les années précédentes6 les Etudes féministes sont tributaires de l'image du féminisme, image ambiguë et contradictoire. Dans les cours optionnels qui représentent pour les étudiantes et étudiants un engagement minimal, cette ambiguïté ressort bien : l'image du féminisme des années 70 est largement rejetée comme image des excès et de la guerre des sexes. Le temps n'est plus aux engagements militants mais plutôt aux interrogations nuancées. Face à cela, nous nous trouvons souvent dans des situations en porte-à-faux : récuser la représentation d'une évolution des rapports entre les sexes où les « acquis » rendraient caduque l'idée de domination masculine risque de nous rejeter du côté d'une version misérabiliste, une représentation victimiste des femmes peu apte à mobiliser les énergies. A l'inverse, valoriser le féminin et le maternel, à une époque où on assiste à un repli sur la famille fortement encouragé par la politique gouvernementale ne permet pas aux femmes de rompre avec les problématiques officielles de « conciliation entre vie familiale et vie professionnelle ».

Bilan provisoire

17Ne s'étant pas constituées en secteurs autonomes, les Etudes Féministes sont caractérisées par une fragilité institutionnelle très grande malgré leur large développement au niveau des recherches et leur impact sur le champ scientifique.

18Les contradictions inhérentes aux Etudes Féministes dès leur création et partout où elles se développent restent très vives et seraient à discuter : comment développer dans une institution comme l'Université qui fonctionne sur des principes de hiérarchie, de compétition, d'élitisme, une réflexion dont la source est un mouvement social qui remet en cause fondamentalement ces principes ?7 La critique des rapports de pouvoir développée dans le mouvement des femmes ne trouve plus sa place dans les enseignements féministes institués. Il y a alors danger de passer de la critique radicale des institutions dans les années 70 à une revendication de partage du pouvoir au profit d'un lobby féminin dans les années 90.

19Actuellement l'Europe est l'horizon de tous les débats et projets. En un sens, la dimension européenne conforte le processus d'institutionnalisation en nous constituant comme partenaire. Mais elle risque également de renforcer la coupure entre les « expertes » européennes et l'existence réelle des femmes des différents pays.

Haut de page

Notes

1 « Femmes, féminisme et recherches ». Actes du colloque de Toulouse, Ed. AFFER, 1984

2 Les travaux de l'ATP « Recherches sur les femmes et recherches féministes » sont présentés dans deux annuaires édités par le CNRS.

3 Michelle Perrot, in Une histoire des femmes est-elle possible ? Rivages, 1984

4 N.C. Mathieu, « Notes pour une définition sociologique des catégories de sexe » in L'Anatomie politique, Côté-femmes, 1991

5 Claude Zaidman, « Etudes sur les femmes : comment concilier science et féminisme ? » in POUR n°108, 1986

6 Claude Zaidman, « Le féminisme, quel féminisme ? Représentations étudiantes et discours enseignant » in BIEF n° 20-21, 1989, et « Comment enseigner le féminisme ? » in Colloque du GEF « Crises de la société, féminisme et changement », Ed. Revue d'En Face/Tierce, 1991

7 Voir pour exemple Barrie Thorne « Contradictions and a Glympse of Utopia : Daily life in a University Women's Studies Program », Women's Studies Int. Quart., 1978, Pergamon Press Ltd. GB

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Zaidman, « Institutionnalisation des études féministes », Les cahiers du CEDREF, 4-5 | 1995, 131-137.

Référence électronique

Claude Zaidman, « Institutionnalisation des études féministes », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 4-5 | 1995, mis en ligne le 17 octobre 2009, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cedref/320

Haut de page

Auteur

Claude Zaidman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • OpenEdition Journals