Navigation – Plan du site
Annexes

Présentation du Réseau « femmes en migrations »

Anette Goldberg-Salinas et Claude Zaidman
p. 379-382

Texte intégral

1La recherche féministe française dans le domaine des Sciences Sociales, qui s’est fortement  développée dans les vingt dernières années est présente surtout dans les études sur les rapports sociaux de sexe dans le travail et la famille. De façon générale, ces travaux se situent dans le cadre national et privilégient les questions suscitées par la situation et le vécu des femmes françaises, notamment celles des couches populaires. Ils ne s’intéressent aux femmes étrangères que lorsqu’il s’agit de dénoncer une situation d’oppression dans leurs pays d’origine et d’être solidaires de leurs luttes (de sexe et de classe) menées ailleurs. Si les chercheures féministes françaises ont beaucoup travaillé sur les rapports de sexe en prenant en considération les rapports de classes, elles ont laissé de côté l’éthnicité, catégorie amplement incorporée par les études et recherches féministes anglo-saxonnes. De plus, comme les études migratoires ont laissé longtemps dans l’invisibilité les femmes migrantes (ce qui s’explique en partie par le ghetto de silence dans lequel se sont développées les recherches sur le genre), nous n’avons pas vu émerger en France un champ d’études qui traite des rapports de sexe, de l’autonomisation des femmes et de la reproduction de la domination masculine dans les processus migratoires, des relations entre autochtones et migrants des deux sexes, des conséquences pour la société d’accueil de l’installation de populations d’origines étrangères ayant des dynamiques de rapports de sexe échappant à ses normes et ses lois.

2Le réseau « femmes en migrations » a pour but de susciter la réflexion et d’encourager les recherches sur la problématique du genre dans les processus migratoires. Il se propose de faire le point sur l’état des connaissances et des recherches existantes en France, dans différentes disciplines, concernant les femmes migrantes ou issues de processus migratoires internationaux ou internes, les relations hommes-femmes au sein de populations migrantes ainsi que dans le cadre de dynamiques et interactions interethniques et interculturelles. En outre, il vise à étudier l’histoire spécifique de différents courants migratoires, à analyser et déconstruire les concepts utilisés par des spécialistes dont la problématique du genre est absente, tout en prenant en compte ceux dont le terrain de recherche privilégie les pays ou les régions de départ. D’un autre côté, il compte passer en revue les différents axes de recherche développés par les études féministes pour les interpeller à partir d’une approche des rapports sociaux prenant en compte les catégorisations raciales et ethniques.

3Le réseau « femmes en migrations » a été constitué à la suite de deux journées réalisées le 16 et 17 novembre 1995 à l’Université Paris 7 – Denis Diderot à l’initiative du CEDREF et de l’URMIS. Au cours de ces journées, les participant(e)s se sont exprimé(e)s sur leur rapport personnel et/ou institutionnel qu’elles entretiennent avec ce thème, et sur leurs recherches, réalisées ou en cours. Un certain nombre de thèmes de réflexion se sont dégagés autour de l’axe général « Rapports de sexe et stratégies différenciées des hommes et des femmes dans les processus migratoires». C’est autour de cet axe que nous avons décidé de nous constituer en réseau et de tenir des réunions thématiques régulières.

Thèmes des séminaires (1995-1998)

Année 1995-1996

4Catherine Quiminal : Les associations de femmes africaines

5Mirjana Morokvasic : L’évolution des recherches sur les femmes immigrées en France depuis les années 70

6Gabrielle Varro : Le vocabulaire et les concepts dans les recherches sur l’immigration

7Gaye Salom : Les femmes originaires de Turquie

Année 1996-1997

8Naïma Kitouni Dahmani : Les femmes de la colonie

9Catherine Quiminal : La lutte des femmes sans papiers

10Saïda Rahal Sidoum : Les droits des femmes immigrées

11Monique Dental et Anne Golub : Politiques publiques et femmes migrantes

12Noria Boukhobza : La transmission des valeurs culturelles chez les femmes d’origine maghrébine

13Jeanne Bisillat : Migrations, genre et développement

14Claude Liauzu : Migrations et mariages « mixtes» du côté des femmes musulmanes

Année 1997-1998

15Stéphanie Condon : Migrations antillaises et rapports sociaux de sexe

16Laura Oso-Casas : L’immigration en Espagne des femmes chefs de famille

17Annick Hermet : Les femmes turques et l’honneur familial

18Cathie Lloyd : Genre, migration et ethnicité

19Fabienne Rio : Les variations identitaires nationales : le cas de quelques franco-algériennes

20Anette Goldberg-Salinas et Claude Zaidman : Parcours scolaires de filles et de garçons de parents migrants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anette Goldberg-Salinas et Claude Zaidman, « Présentation du Réseau « femmes en migrations » », Les cahiers du CEDREF, 8-9 | 2000, 379-382.

Référence électronique

Anette Goldberg-Salinas et Claude Zaidman, « Présentation du Réseau « femmes en migrations » », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 8-9 | 2000, mis en ligne le 28 août 2009, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cedref/375

Haut de page

Auteurs

Anette Goldberg-Salinas

Urmis/Cedref

Articles du même auteur

Claude Zaidman

Cedref

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • OpenEdition Journals