Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Carmen Boustani, L’Ecriture-corps chez Colette

Villeneuve d’Ornon, Fus-Art, 1993
Danielle Haase-Dubosc
p. 215-216
Référence(s) :

L’Ecriture-corps chez Colette, Villeneuve d’Ornon, Fus-Art, 1993

Texte intégral

1Carmen Boustani nous offre ici une étude de l'oeuvre de Colette dans laquelle la femme écrivain se révèle et se découvre à travers une écriture sexuée. Il ne s'agit pas ici d'une étude classique de la vie et de l'oeuvre de Colette mais plutôt d'une lecture passionnée et parfois désarmante qui procède par petites touches et qui découvre pour nous les sensations, les parures et les gestes que Colette distille, pour notre plaisir à tous, à travers ses écrits.

2L'espace et le temps figuré dans l'oeuvre de Colette tournent autour de la relation fille-mère, sans cesse reprise et commentée par l'écrivaine qui s'inscrit tour à tour en tant que fille ou en tant que mère dans ses héroïnes. Boustani démontre avec un certain bonheur comment les animaux, la nature, et ces êtres étranges parmi tous, les hommes, s'inscrivent dans la vie et l'imaginaire de Colette par rapport et en rapport à la mère.

3Dans un développement des plus intéressants -- celui sur la mode et le maquillage -- Boustani relève avec pertinence que Colette se montre toujours masquée et que, pour elle, le féminin est un art, une esthétique, en d'autres mots, une construction culturelle historiquement datée. Boustani voit aussi à quel point Colette ruse avec le féminin-reçu (l'idée-reçue) de la femme à son époque. Il me semble que c'est dans l'acceptation première d'un idéal du féminin, et dans la manipulation de cet idéal qui s'ensuit (et qui est par elle voulue), que Colette réussit à s'imposer en tant que grand écrivain...  du féminin.  

4La fraîcheur de l'approche de Boustani ne tient pas à ce qu'elle a appris des théoriciennes du féminin en France mais bien plutôt à son regard de libanaise sur l'une des plus séductrices des écrivaines françaises. Dans sa préface, elle nous raconte qu'elle travaillait à son livre sous les bombardements à Beyrouth et que Colette avait été son viatique pendant cette traversée de l'horreur. Cette reconnaissance de l'oeuvre-viatique qui nous verse généreusement une large coupe de vie dans un monde mortifère est certainement la clef de toute lecture de Colette.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danielle Haase-Dubosc, « Carmen Boustani, L’Ecriture-corps chez Colette », Les cahiers du CEDREF, 4-5 | 1995, 215-216.

Référence électronique

Danielle Haase-Dubosc, « Carmen Boustani, L’Ecriture-corps chez Colette », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 4-5 | 1995, mis en ligne le 19 octobre 2009, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cedref/469

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • OpenEdition Journals