Navigation – Plan du site
Genre et politiques de l'immigration en Europe

Genre et migration internationale

Critique du réductionnisme théorique
Eléonore Kofman
Traduction de Séverine Sofio
p. 81-97

Texte intégral

1En dépit de toutes les études sur la migration internationale des femmes menées depuis des décennies, les théories les plus courantes ont mis longtemps à accepter l’utilité – et ne serait-ce que l’existence – du concept de genre (Gabaccia, 1995, Kofman, 1999 , Willis et Yeoh, 2000). Ceci est dû en partie à la prééminence de problématiques étroitement économiques, bien loin de problématiques sociales et culturelles plus larges que les recherches féministes ont contribué à introduire (Koser et Salt 1997). Ces vingt dernières années, la plupart des avancées dans la théorisation de la migration se sont faites dans le sens d’une démarche qui envisagerait globalement l’organisation sociale, les pays d’origine et de destination, ainsi que les processus historiques, passés et contemporains (Massey et al. 1993). On peut citer par exemple la théorie de la structuration (Goss et Lindquist 1995) qui relie l’agent à la structure, ou la théorie du transnationalisme qui fait une connexion entre les mouvements transfrontaliers et différents lieux et états-nations. Toutefois, ces théories intégratives n’ont pas convenablement déconstruit certaines dichotomies, ont maintenu ce qu’on pourrait appeler un réductionnisme théorique et ne sont pas parvenues à articuler le genre avec d’autres rapports sociaux de classe et de « race ».

2On peut définir le réductionnisme théorique comme une simplification des classifications et des cadres conceptuels, qui peut prendre une multitude de formes. L’une des plus courantes a été de séparer l’économique, prééminent dans l’explication du phénomène migratoire et qui reste associé au masculin, du social et du culturel, considéré comme relevant du féminin. De même, dans les commentaires sur la migration internationale, l’élément producteur diffère de l’élément reproducteur (Anderson 2001), ce qui recoupe toujours la distinction entre économique et socioculturel. On peut voir une autre simplification dans l’application d’un seul cadre théorique à un phénomène aussi hétérogène que la migration de la main d’œuvre qualifiée (Iredale 2001), qui s’est concentré sur l’étude des multinationales, des technologies de pointe et des sciences (Kofman 2000). La plupart des classifications des mouvements migratoires ne distingue qu’une seule cause, comme par exemple le travail, la famille, le droit d’asile, et, ce qui restreint l’analyse du processus de prise de décision, l’action et la stratégie du migrant. Les lois sur l’immigration placent généralement le migrant dans une seule catégorie : ainsi les femmes migrantes sont considérées comme les compagnes des ouvriers migrants. Il est fort possible que les deux partenaires cherchent à travailler dans le pays d’accueil, mais l’un des deux seulement doit être considéré comme à l’origine de la migration. Des études canadiennes montrent que les femmes peuvent avoir intérêt, dans certains cas, à être à l’origine de la migration, soit qu’elles aient une maîtrise supérieure de la langue, soit qu’elles travaillent dans des secteurs qui embauchent plus. Il est donc difficile de prendre en compte les volontés des femmes migrantes, dont le départ est autant motivé par la recherche d’opportunités professionnelles ou d’un accès à l’enseignement, que par des raisons sociales, comme le désir de se libérer d’une oppression familiale ou communautaire.

3Il est probable que la complexité de la migration des femmes souffre plus de ces tendances simplificatrices que celle des hommes. Elle en souffre d’autant plus que la présence de minorités est marginalisée et/ou exclue de l’histoire et de l’explication des vagues migratoires, ce qui contribue en retour à renforcer cette simplification injustifiée. Ainsi, il y a quelques années, la présence des femmes dans le déplacement de main d’œuvre en Europe a été oubliée dans les récits historiques de l’immigration, et ce en dépit du fait que les femmes constituaient une minorité significative parmi les ouvriers migrants après-guerre (Erel et Kofman 2003), voire une majorité pour certains pays, comme dans le cas des Irlandaises du Royaume-Uni. Aujourd’hui, les femmes sont toujours largement exclues de nos études sur la migration de main d’œuvre qualifiée (Iredale 2001 ; Kofman 2000) à cause des interprétations dominantes de la mondialisation (par ex. Castells 1996) et de l’économie du savoir (OCDE 2002), largement fondée sur l’étude des sciences et des technologies où les femmes ne sont pas particulièrement bien représentées.

4Ces différentes simplifications et distinctions ont pour résultat le maintien d’une opposition bipolaire entre, d’une part, l’association de l’économique, du masculin et du lieu de travail, et d’autre part, le socioculturel, le féminin et la famille. Les hommes sont supposés rester dans une rationalité économique et carriériste, hors de toutes préoccupations domestiques et familiales, dans lesquelles seules les femmes se trouvent empêtrées. Dès lors, essayer d’intégrer le genre et la famille revient à ne s’intéresser qu’à cette pensée dualiste. Ainsi Halfacree et Boyle (1999 : 11) suggèrent que « c’est un point de vue largement androcentré que de juger la migration uniquement par rapport aux notions de carrière et de marché du travail, tandis qu’il est probable que les femmes prennent plus en compte les relations familiales, notamment l’éducation des enfants ou la prise en charge de proches, et d’autres facteurs plus « terre à terre » dans le processus décisionnel quant au choix de rester ou de partir ». Ce n’est pas mon intention que de nier la plus grande implication des femmes dans la gestion quotidienne des affaires familiales et la reproduction sociale. Il nous faut aussi néanmoins considérer ce que recouvrent les « affaires familiales ». Les hommes sont sans doute également concernés par les questions familiales, même si ce n’est pas nécessairement de la même façon et dans la même mesure que les femmes (Kofman, à paraître).

5Dans la recherche comme en politique, ces lectures réductionnistes de la migration internationale vue sous l’angle du genre contribuent à relayer une vision des femmes qui seraient, au sein de l’économie mondialisée, à la fois les moins favorisées et les plus exploitées ; les femmes sont donc dans l’impossibilité de se trouver prises en compte dans une économie mondialisée de plus en plus complexe et stratifiée, fondée sur la classe, le genre, la « race » et la nationalité. Dans ce processus de conceptualisation, qui relègue la classe sociale au second plan, une analyse plus complète de la connexion entre travail salarié et travail domestique reste impossible (Raghuram 2000).

6Une analyse détaillée des différents éléments du réductionnisme théorique est impossible dans le cadre de cet article. J’examinerai d’abord la vision dominante de l’émergence d’une migration féminisée, et les stratégies intégratives qui mirent les problématiques de genre au premier plan, même si, comme je le montrerai, celles-ci ont maintenu des conceptualisations simplistes de la migration internationale vue sous l’angle du genre. Je verrai ensuite comment notre connaissance des migrations de main d’œuvre féminine plus ou moins qualifiée se trouve limitée par les outils théoriques employés et par des simplifications.

Féminisation de la migration

7Il n’est guère surprenant que la prise de conscience d’une féminisation des migrations internationales soit apparue dans les études et les théories générales des migrations internationales principalement avec la constatation de la présence croissante des femmes dans les vagues migratoires de travail. (Castells et Miller 1998). Bien que le nombre de femmes ait été significatif dans certaines vagues migratoires en provenance de pays tels que l’Irlande ou les Caraïbes, ce fut en fait la mondialisation des vagues migratoires, particulièrement en Asie, qui ne pouvait plus être négligée. Même quand les femmes étaient majoritaires dans les vagues migratoires, comme aux États-Unis depuis les années 1930 (Houstin et al. 1984), elles pouvaient ne pas être prises en compte parce qu’elles ne faisaient que suivre des hommes cherchant l’aventure, dont elles dépendaient, n’étant que leurs compagnes ou leurs parentes. La famille comme entité sociale était encore, jusqu’à récemment, marginalisée dans les théories qui ne considéraient que l’individu face à l’État (Zlotnik 1995). Depuis, les familles ont pu être envisagées par certains comme des agents de socialisation, jouant le rôle de pivot dans un groupe géographiquement dispersé, constituant de véritables réseaux de solidarité, d’information et d’échanges (Boyd 1989 : 641). Nauck et Settles (2001 :462) estiment que la décision de migrer n’est que rarement le fruit d’un choix individuel ; sa mise en acte reste étroitement liée au cycle de la vie familiale ainsi qu’aux événements majeurs de la vie des premières et deuxièmes générations immigrées, et n’est donc pas forcément à mettre en relation directe avec l’existence d’opportunités sur le marché du travail.

8Cependant, le regroupement familial n’a jamais semblé requérir d’explication (Kofman, à paraître) et était généralement considéré par les politiques officielles comme n’étant d’aucune influence sur le marché du travail. Au mieux, les femmes travaillaient pour de « l’argent de poche » (Werner 1994). Dans le contexte européen, où le regroupement familial n’était pas encouragé, l’amnésie à propos des migrations passées a empêché, encore plus que dans d’autres macro-régions, la conscience de l’existence d’une migration féminine et sa prise en compte dans les théories dominantes (Kofman 1999). Cependant les nouvelles migrations en Europe du Sud (Anthias et Lazaridis 2001), constituées d’une main d’œuvre majoritairement féminine originaire des Philippines, d’Europe de l’Est et d’Amérique Latine, ont formé une nouvelle image de la migration de main d’œuvre qui ne peut plus être ignorée. On peut également noter que la migration due à des mariages internationaux et qui aboutit à la formation de familles fut aussi négligée (Kofman 1999, Piper et Roces 2003, Thai 2003), et ce malgré l’importance grandissante de cette tendance conduisant des femmes et des hommes à chercher un partenaire à l’étranger.

9La prise en compte du genre dans l’étude des migrations internationales soulève de plus vastes questions et émane de plusieurs approches différentes liées les unes aux autres, comme les analyses féministes des stratégies domestiques, des réseaux et de la migration transnationale. Les rôles et identités de genre émergent de manière particulièrement claire dans l’étude des regroupements familiaux et domestiques, des dynamiques et des stratégies développées au cours de la migration (Yeoh et al. 2001), tandis que les chercheuses féministes ont montré de même le caractère crucial de la dimension de genre dans le maintien des réseaux (Boyd 1989, Hondagneu-Sotelo 1994, Mahler et Pessar 2001).

Les approches intégratives

10Ces quinze dernières années, l’un des développements théoriques les plus considérables dans le domaine des migrations internationales fut la recherche de théories intégratives, fonctionnant généralement à un niveau médian d’interprétation qui relie l’individu et ses actions aux structures économiques, sociales et politiques dans le temps et l’espace. Celles-ci constituent également un moyen de résoudre la contradiction entre le désir individuel croissant de migrer et la liberté de le faire d’une part, et les restrictions institutionnelles et législatives de plus en plus importantes mises en place par les pays d’accueil d’autre part (Koser 1997). Les mouvements de réfugiés en Europe étudiés par Koser voient un usage croissant des réseaux de trafic humain. Toute une série de paradoxes et de contradictions (Kofman 2002), devenues plus visibles depuis la fin des années 1990, alors que les pays développés connaissaient une période de fort chômage – en particulier dans les secteurs employant une main d’œuvre qualifiée – d’une part, et mettaient en place une législation restrictive pour les ouvriers les moins qualifiés et les demandeurs d’asile d’autre part, rendent le développement de théories intégratives plus nécessaires que jamais.

11Ces démarches intégratives incluent la théorie de la structuration (Goss et Lindquist 1995) qui tente de transcender la dichotomie des perspectives fonctionnalistes et structuralistes, et le transnationalisme (Glick Schiller et al. 1992, Guarnizo et Smith 1998, Portes et al. 1999, Vertovec 1999) qui relie les pays d’émigration et ceux d’immigration. On peut définir le transnationalisme comme « l’ensemble des processus politiques, économiques, sociaux et culturels s’étendant au-delà des frontières d’un état, et dont les acteurs ne sont pas les états eux-mêmes, mais sont déterminés par les politiques et les pratiques institutionnelles des états » (Glick Schiller 1999). Cependant ce n’est que depuis peu que des études transnationales ont été initiées (Mahler et Pessar 2001). Une troisième approche existe à travers l’intégration de circuits de la globalisation (Chang et Ling 2000, Sassen 2000).

12Le niveau médian d’interprétation dans ces approches consiste généralement dans l’étude des foyers, des réseaux et des institutions. Goss et Lindquist (1995) en particulier effectuent une analyse institutionnelle qu’ils définissent grosso modo, suivant l’exemple de Giddens, comme « des pratiques qui sont profondément sédimentées dans l’espace-temps, c’est-à-dire qui sont persistantes et inclusives horizontalement, dans la mesure où elles sont répandues parmi les membres d’une communauté ou d’une société ». Leur objectif est de surmonter ce qu’ils considèrent comme l’usage problématique du foyer et des réseaux comme les éléments principaux du niveau médian d’interprétation qui servent d’intermédiaires entre le micro et le macro. Ils affirment que ce sont là des concepts chaotiques et employés de manière imprécise, et que l’élément clé de la migration internationale à grande échelle est le complexe d’institutions internationales et nationales qui transcendent les frontières des états et des espaces locaux, rassemblant dans les pays développés les employeurs et les individus migrants du Tiers-monde. Un tel complexe institutionnel inclut les individus bien informés, les agents des organisations (associations de migrants), les réseaux de parenté et l’État. Cependant, en étudiant l’émigration aux Philippines, ils ne mentionnent pas l’accès différent qu’ont les hommes et les femmes aux institutions migratoires.

13Au contraire, les critiques des modes dominants de la globalisation ont directement placé les problèmes de genre dans leur juxtaposition et leur intégration des différents circuits de capitaux et de personnes (Chang et Ling 2000, Sassen 2000, 2003). Ces auteurs souhaitent en finir avec les récits où ces questions n’étaient pas abordées : ils veulent attirer l’attention sur celles-ci pour inverser les géographies de la mondialisation. Pour Sassen, la globalisation a déjà produit un ensemble de dynamiques dans lesquelles les femmes jouent un rôle crucial, en particulier dans les pays développés, et on assiste depuis les sites stratégiques des grandes métropoles à un retour des « classes domestiques » engagées dans des activités économiques à la fois clandestines et officielles, composées majoritairement de femmes migrantes et immigrées (2000 : 510). Sassen veut « dévoiler les connexions systémiques entre les individus à revenus bas, qui sont représentés comme un fardeau plutôt que comme une ressource » et « ce qui est en train d’apparaître comme des sources significatives de profit et d’augmentation de revenus publics » (506). Dans les pays en développement, les femmes sont essentielles dans les circuits de géographie opposée à la globalisation qui comprennent un grand nombre de femmes assurant la survie de leur famille et de l’économie de leur pays. Chang et Ling distinguent un monde « masculin » des technologies de pointe, de la production et de la finance à grande échelle qui correspond à ce que Castells (1996) considère comme l’élite des migrants, et « une économie subalterne et « féminine » de services spécifiques au sexe et à la « race » ». En attirant l’attention sur les différents circuits de la globalisation vue sous les divers angles du genre, les deux articles fournissent d’utiles et stimulants antidotes à l’hégémonie du monde hiérarchisé décrit dans ces trop nombreuses études sur la globalisation qui excluent les deux types de géographies, opposées et complémentaires.

14Ils oublient néanmoins d’observer les circuits spécifiques que prennent les femmes et les hommes pour migrer, ainsi que la stratification ou l’articulation complexe entre classe, genre et « race » (re)produite par la migration. Mais le genre dépend des variables de classe et de « race ». Un certain nombre d’études récentes supposent automatiquement que les femmes migrantes constituent une main d’œuvre non qualifiée ou, au mieux, sont déqualifiées, employées dans des secteurs n’exigeant pas de qualifications. Nous voyons là reproduit le même type de conceptualisation réductionniste jusqu’ici appliquée à la différence entre migration de main d’œuvre et regroupement familial puisque, ainsi que nous l’avons précédemment noté, quoiqu’une importante minorité de la main d’œuvre migrante ait été constituée de femmes, la migration de main d’œuvre était considérée comme masculine et le regroupement familial comme féminin. Je ne discute pas le fait que, dans le passé, la migration de main d’œuvre concernait plus probablement les hommes, mais il faut préciser que cela n’a pas toujours été ainsi et que cela dépendait d’un contexte spécifique (Erel et Kofman 2003, Kofman et al. 2000). Comme nous l’avons vu, le travail domestique a une longue histoire.

Les migrations de main d’œuvre peu qualifiée

15Notre compréhension de la migration de main d’œuvre féminine est limitée à quelques secteurs d’emploi exigeant peu de qualifications. Oishi (2002), par exemple, étudie la migration temporaire de main d’œuvre en observant plus particulièrement les « non qualifiées », puisque, comme elle l’affirme, « la majorité des femmes migrantes en Asie tombent dans cette catégorie ». Les études sont essentiellement consacrées au travail domestique (Anderson 2000, Lutz 2002) et à la prostitution (Ehrenrich et Hochschild 2003), quelques études l’étant de plus au travail à domicile et aux zones franches d’exportation. Un très grand nombre d’activités économiques permettent de vite gagner un peu d'argent, mais Sassen (2000, 2003) elle aussi ne traite que de la prostitution et du travail domestique.

16Le développement spectaculaire du travail domestique a attiré l’attention des spécialistes de la migration des femmes. Depuis le XIXe siècle, le travail domestique a souvent constitué la principale possibilité d’emploi pour les femmes migrantes et, ces dernières décennies, celui-ci s’est considérablement développé en différents endroits dans le monde, en particulier en Asie et en Europe. Rien qu’à Hong Kong, le nombre de Philippines est passé de 63 643 en 1990 à 134 625 au début de 1997 (Li et al. 1998). En Europe, parmi les secteurs employant de la main d’œuvre immigrée, le travail domestique est le secteur le plus féminisé, particulièrement dans les états d’Europe du Sud où l’insuffisance des services publics (garde d’enfants, soins aux personnes âgées et aux malades) comme l’importance du rôle de la famille dans la prise en charge de ses membres, provoque une augmentation substantielle de la demande de main d’œuvre immigrée (Anderson 2000, Anthias et Lazaridis 2000). Le travail domestique est désormais un maillon de la chaîne de la prise en charge familiale (Lutz 2002) et la profession d’aide ménagère, ainsi mondialisée, facilite l’entrée dans le monde du travail (Ribas-Mateos 2002). Associée à la « racialisation » des femmes migrantes, leur concentration dans les secteurs du travail domestique les fige dans une position d’infériorité qui participe à la dévaluation de leurs qualifications et les condamne à n’être jugées bonnes qu’à être aides ménagères. Et pourtant de nombreuses études du travail domestique (Andall 2000, Friese 1995, Zontini 2001) éclairent la fréquence et l’importance des déclassements et des déqualifications subis par beaucoup de femmes migrantes qui ont bénéficié dans leur pays d’origine d’une scolarité complète, voire d’une expérience universitaire. Ceci vaut en particulier pour les Philippines, les Latino-Américaines et les Européennes de l’Est. La fermeture en Europe du marché du travail aux migrants diplômés des pays du Tiers-monde (à quelques exceptions près) signifie que, pour beaucoup de femmes migrantes, les seuls secteurs où obtenir un travail, sont soit le travail domestique, soit d’autres petits métiers subalternes.

17Dans ce secteur, comme dans les autres, les conditions de travail et les salaires dépendent de plusieurs variables de nationalité, de « race » et de maîtrise de la langue. Dans les états européens, les Philippines, chrétiennes, anglophones et instruites, sont généralement considérées comme les meilleures aides ménagères. Au contraire, on accorde moins de valeur aux Albanaises en Grèce ou aux Marocaines en Espagne : elles ont donc moins de possibilité de négocier avec leurs employeurs, et sont souvent chargées de travaux plus dégradants pour un salaire plus bas (Anthias et Lazaridis 2000).

18Pourtant, même parmi les emplois exigeant le moins de qualifications, il existe bien d’autres secteurs, comme le tourisme, l’hôtellerie et la restauration, le commerce, le nettoyage industriel, sur lesquels je n’ai rien trouvé de publié au moment d’écrire mon article Migrant and Refugee Women in the European Union (Kofman 2003). D’autres secteurs, qui permettent à quelques femmes migrantes de sortir des petits métiers subalternes ou du travail à la chaîne et de mettre à profit leurs qualifications, se sont développés, comme le nouveau secteur de médiation, d’assistance et d’animation socioculturelle qui a pris beaucoup d’importance dans les pays européens où l’immigration est de plus en plus forte. Par exemple, la tendance des femmes à apprendre des langues étrangères peut être payante dans le cadre d’un marché du travail mondialisé et d’une demande croissante pour des compétences inter-culturelles. Une étude récente sur les Japonaises de Singapour (Thang et al. 2002) éclaire le fait que beaucoup utilisent leur bilinguisme pour jouer les intermédiaires linguistiques et culturelles auprès des expatriés japonais masculins, restés attachés à un certain stéréotype national. Le recul des services publics au profit du volontariat a également ouvert la possibilité d’emplois moins régulés où utiliser leurs qualifications et leur expérience professionnelles. Il en va de même pour les travailleuses indépendantes (Morokvasic 1991) qui peuvent ainsi combiner avec plus de liberté leur travail avec leurs responsabilités familiales, même si c’est souvent sans grand soutien de la part de leurs compagnons ou de leur famille (Anthias 2000).

Les migrations de main d’œuvre qualifiée

  • 1   Notre étude de la migration de main d’œuvre qualifiée vue sous l’angle du genre a bénéficié des t (...)

19Mon objectif en abordant la question des secteurs d’emploi spécialisé n’est pas de sous-estimer l’importance des recherches sur les secteurs d’emploi de la main d’œuvre peu qualifiée dans lesquels se retrouvent la majorité des femmes migrantes, ni de diminuer le mérite des analyses sur les articulations entre les différents circuits de la globalisation, mais de questionner cette tendance à reléguer les femmes migrantes au travail non qualifié et aux circuits subalternes de la globalisation. Dans cette démarche, nous acceptons sans critique les notions dominantes de travail spécialisé dans les études sur la globalisation (Kofman 2000) et ce qui est considéré comme l’économie de la connaissance. La globalisation du travail spécialisé a trop souvent été réduite aux mouvements migratoires soit au sein des multinationales, provoqués par l’accroissement du commerce et des investissements dans un cadre mondialisé, soit dans les secteurs de la science et des technologies de pointe (Mahroum 2000, OCDE 2002). Pourtant les femmes et les hommes circulent différemment dans le cadre d’une économie de plus en plus mondialisée (Kofman 2002)1, en grande partie à cause de la persistance d’une division genrée du travail. Les hommes sont les plus nombreux à se déplacer au sein des multinationales, des ITC (Centres de commerce internationaux) et du monde scientifique ; les femmes se déplacent au sein des secteurs de l’aide sociale, comme l’éducation, la santé ou le travail social (Raghuram et Kofman 2002), secteurs qui se sont considérablement développés ces deux ou trois dernières années, en raison du chômage qui sévit dans un grand nombre de pays. Au Royaume-Uni, qui est de loin l’importateur de travailleurs qualifiés le plus important en Europe, les secteurs qui se développent le plus rapidement et qui sont considérés comme prioritaires sont ceux de l’aide sociale – éducation, santé et travail social – qui recrutent dans le monde entier. Les technologies de l’information sont passées au second plan parmi les secteurs prioritaires recensés par le Ministère britannique de l’Intérieur.

20En effet, la migration internationale renforce une division genrée du travail, en partie à cause du fait que peu de femmes obtiennent des missions à l’étranger et que les épouses des hommes qui se déplacent dans les multinationales et les services de formation professionnelle ont du mal à trouver un emploi ou à obtenir un permis de travail (Hardill et MacDonald 1998). En outre, les interactions varient entre la situation du marché du travail et les voies, différentes en fonction du secteur d’embauche considéré, empruntées par la migration (Findlay et Li 1998). Pour se faire embaucher, différents moyens sont utilisés, depuis l’aide obtenue dans une entreprise, dans le cadre d’une agence de recrutement ou grâce à des réseaux de connaissance, des réseaux professionnels et des particuliers, jusqu’à une mobilisation de la parenté, et de responsabilités et de stratégies existant au sein de la famille. Les stratégies matrimoniales ainsi que les relations et les structures familiales entrent aussi en interaction avec le marché du travail (Raghuram 2000).

21En réalité, aucune recherche n’a été menée sur ce concept si couramment employé d’économie et de société de la connaissance, qui a tendance à être recouvert par la notion de prouesse technologique. Néanmoins les comptes rendus critiques de la contribution tant vantée des industries de la connaissance à l’emploi (Brint 2000) comprennent un panel bien plus important de travailleurs, parmi lesquels plusieurs des secteurs féminisés de l’aide sociale. Brint définit comme travailleurs des secteurs de la connaissance les employés des industries fondées sur les technologies ou les événements dont le renouvellement est rapide, ou ceux des services de formation professionnelle qui exigent de fortes qualifications et n’ont pas encore été l’objet d’un marché (116), et on peut donc considérer qu’en font partie les personnels des secteurs de la médecine, de l’éducation et du droit. Selon lui, le secteur des services de formation professionnelle aux États-Unis équivaut numériquement au noyau de l’économie formelle de la connaissance, en dépit de la relative stabilité des technologies utilisées (125).

22Je veux revenir à la notion de « chaîne mondiale de l’aide à domicile » qui trop souvent n’évoque que l’idée de travail domestique bien qu’une forme plus professionnalisée et plus publique de celle-ci, la profession d’infirmière, ait aussi été mondialisée (Ball 1996). Des données provenant des registres du Conseil britannique des infirmières et des sages-femmes sur le nombre d’inscrites et de permis de travail accordés (deniers chiffres et prévisions) révèlent que le nombre des infirmières étrangères a plus que doublé ces trois dernières années, et qu’elles ne sont plus considérées comme une solution à court terme mais comme le cœur des stratégies de redéploiement du personnel (The Guardian 2003). Les plus fortes augmentations ont eu lieu ces dernières années avec l’arrivée de Philippines (7 422 permis de travail accordés en 2001), d’Indiennes (1 759) et de Sud-Africaines (1 163) (Buchan 2002). Les infirmières comme les autres professions médicales ne sont pas seulement attirées par la perspective d’un plus gros salaire, mais aussi par les possibilités de promotions, de formations et d’accès à un matériel de meilleure qualité. Il est donc fort probable que la profession d’infirmière va continuer à offrir des opportunités d’embauche pour les femmes migrantes du Tiers-monde, d’Europe de l’Est ou d’autres pays développés. Le Royaume-Uni commence lui-même à faire face au départ de ses infirmières, aussi bien les Britanniques que les étrangères, aux États-Unis où les infirmières sont mieux payées, et le déficit de personnel va sans doute devenir de plus en plus préoccupant à l’avenir. La demande mondiale persistante d’infirmières et d’aides à domicile risque d’avoir un impact sur les caractéristiques des travailleuses domestiques recrutées, en particulier concernant les Philippines, majoritaires dans les deux secteurs. Dans certains pays, le mode d’intégration de la main d’œuvre étrangère dans ces secteurs est passé de leur recrutement à des postes subalternes et accessoires, souvent sans sécurité de l’emploi et dans des conditions de vie misérables, à leur recrutement dans des secteurs d’une importance fondamentale (Kofman 2002).

23La profession d’infirmière n’est pas la seule à devoir faire face à un déficit de personnel : celles-ci concernent désormais un vaste ensemble de secteurs de l’aide sociale (l’éducation, la santé, le travail social), employant tous une plus ou moins grande majorité de femmes. Les déficits de personnel dans ces secteurs concernent des postes à différents niveaux de qualifications et de diplômes, et permettent aux femmes originaires de pays développés et en développement d’immigrer légalement pour un temps plus ou moins long. La demande de main d’œuvre qualifiée permet aussi, dans les états européens, un relâchement des restrictions mises à l’immigration familiale et à l’emploi des conjoint-es.

24La question qui mérite d’être posée est : quels vont être les effets de la demande croissante de main d’œuvre dans les secteurs de l’aide sociale des pays développés sur la géographie du recrutement, particulièrement dans les pays du Tiers-monde, et quelles en sont les conséquences sur les modes de stratification sociale dans les pays d’origine ? La plupart des recherches sur l’émigration des pays d’origine s’intéressent seulement au rôle des agents de recrutement, à l’État et aux problèmes du chômage et de la nécessité de laisser sa famille derrière soi. Nous savons peu de chose sur l’identité et la destination des migrants en termes de classe sociale, d’accès à l’instruction et d’origines ethniques, c’est-à-dire de capital économique, social et culturel. Lesquelles, parmi les infirmières diplômées aux Philippines, parviendront à immigrer comme infirmières, et non comme aides ménagères ? Nous savons que les aides ménagères dans beaucoup de pays sont de plus en plus souvent d’une autre nationalité, comme les Indonésiennes à Hong Kong ou les Vietnamiennes au Canada.

Conclusion

25À travers ces deux brèves incursions d’abord dans le champ de la migration, vue sous l’angle du genre, de la main d’œuvre peu qualifiée, souvent constituée de migrants diplômés, puis dans celui des secteurs professionnels exigeant une qualification, j’ai tenté de montrer les simplifications théoriques que nous utilisons dans notre compréhension de la migration internationale. Les approches intégratives ont aidé à établir toutes sortes de connexions entre les différents niveaux, lieux et circuits de la globalisation, mais elles laissent souvent de côté les dichotomies existantes. Pourtant, à moins de sortir des classifications limitées et des dichotomies, nous serons incapables de comprendre certaines stratifications, profondes et complexes, fondées sur la classe sociale, le genre, la « race » et la nationalité, et qui sont le fruit des migrations de main d’œuvre dans le monde et de leur rencontre avec les structures et les stratégies familiales. Malheureusement, je n’ai pu, dans le cadre de cet article, m’intéresser à ce dernier aspect.

Haut de page

Bibliographie

Anderson B., Doing the Dirty Work ? The global politics of domestic labour, London, Zed, 2000.

« Reproductive labour and migration », in Transnational Communities WPTC-01-01, 2001.

Anthias F. et Lazaridis G. (eds), Gender and Migration in Southern Europe. Women on the Move, Oxford, Berg, 2001.

Ball R. E., « Nation Building or Dissolution : The Globalization of Nursing – the case of the Philippines », Pilipinas, 27, 67-92, 1996.

Brint S., « Professionals and the knowledge economy : rethinking the theory of postindustrial society », in Current Sociology 49 (4), 101-32, 2001.

Buchan J., International Recruitment of nurses : United Kingdom case study, Report for World Health Organisation, the International Council of Nurses and the Royal College of Nurses (UK), 2002.

Castells M., The Rise of the Network Society, Blackwell, 1996.

Chang K. et Ling L., « Globalization and its intimate other : Filipina domestic workers in Hong Kong », in Marchand M. and. Runyan A. S. (eds), Gender and Global Restructuring, London, Routledge, 2000.

Ehrenreich B. et Hochschild A (eds), Global Woman. Nannies, maids and sex workers in the new economy, New York, Metropolitan Books, 2003.

Erel U. et Kofman E., « Professional female immigration in Post-war Europe counteracting an historical amnesia », in Ohliger R. et al. (eds), European Encounters 1945-2000, Migrants, Migration and European societies since 1945, Ashgate, pp. 71-95, 2002

Federal Institute for Vocational Training, New Employment Opportunities for Female Immigrants, Bonn, 2000.

Findlay A. et Li F., « A migration channels approach to the study of professionals moving to and from Hong Kong », in International Migration Review 32 (3), pp. 682-703, 1998.

Friese M., « East European woman as domestics in Western Europe – new social inequality and division of labour among women », in Journal of Area Studies, n° 6, pp. 194-202, 1995.

Gabaccia D., From the Other Side : Women, gender and immigrant life in the US 1820-1990, Indiana University Press, 1995.

Giddens A., The Constitution of Society : outline of the theory of structuration, Canbridge, Polity Press, 1984.

Glick Schiller N., « Transmigrants and nation-states : something old and something new in the US immigrant experience », in The Handbook of International Migration, New York, Russell Sage Foundation, 1999.

Goss J. et Lindquist B., « Conceptualizing international labor migration : a structurationist perspective », in International Migration Review 29 (2), 31751, 1995.

Guardian, The, « Staying power », 19 February 2003.

Halfacree K. et Boyle P., « Introduction : gender and migration in developed countries », in Boyle P. et Halfacree K. (eds), Migration and Gender in the Developed World, London, Routledge, 1999.

Hardill I. et MacDonald S., « Choosing to relocate : an examination of the impact of expatriate work in dual-career households », in Women’s Studies International Forum 21 (1), 21-9, 1998.

Hodagneu-Sotelo P., Gendered Transitions : Mexican experiences of immigration, Berkeley, University of California Press, 1994

Houston M., Kramer R. et Mackin Barrett J., « Female predominance in immigration to the US since the 1930s : a first look », in International Migration Review 18 (4), 908-63, 1984.

Iredale R., « The migration of professionals : theories and typologies », in International Migration 39 (5), 7-24, 2001.

Kingma M., « Nursing migration : global treasure hunt or disaster-in-the- making ? », in Nursing Inquiry 8 (4), 205-12, 2001.

Kofman E., « Birds of passage a decade later : gender and immigration in the European Union », in International Migration Review 33 (3), 269-99, 1999.

« The invisibility of skilled female migrants and gender relations in studies of skilled migration in Europe », in International Journal of Population Geography 6, 45-59, 2000.

« Contemporary European migrations, civic stratification and citizenship », in PoliticalGeography 21(8), 1035-54, 2002.

Gender and international skilled migrants : comparative aspects, Seminars, York and Carleton Universities, October 2002.

« Family-related migration : a critique of European studies », in Journal of Ethnic and Migration Studies, à paraître.

Kose, K., « Social networks and the asylum cycle : the case of in the Netherlands », in International Migration Review 31, 591-611, 1997.

Koser K. et Salt J., « The geography of highly skilled international migration », in International Journal of Population Geography 3, 283-303, 1997.

Lam T., Yeoh B. et Law L., « Sustaining families transnationally : Chinese-Malaysians in Singapore », in Asian and Pacific Migration Journal 11 (1), 117-43, 2002.

Li F., Findlay A., Jones H., « A cultural economy perspective on service sector migration in the global city : the case of Hong Kong », in International Migration 36, 131-58, 1998.

Lutz H., « At your service madam ? The globalization of domestic service », in Feminist Review 70, 89-104, 2002.

Mahler S. et Pessar P., « Gendered geographies of power : analyzing gender across transnational spaces », in Identities 7 (4), 441-59, 2001.

Mahroum S., « Europe and the immigration of highly skilled labour », in International Migration 39 (5), 27-43, 2001.

Massey D. et al., « Theories of international migration : a review and appraisal », in Population and Development Review 19 (3), 431-66.

Nauck B. et Settles B., « Immigrant and ethnic minority families : an introduction », in Journal of Comparative Family Studies XXXII, 461-3, 2001.

OECD, International Mobility of the Highly Skilled, OECD Observer Policy Brief, 2002.

Oishi N., Gender and Migration : an integrative approach, Center for Comparative Immigration Studies Working Paper 49, 2002.

Portes A., « Immigration theory for a new century : some problems and opportunities », in International Migration Review 31 (4), 799-835,1997.

Portes A., Guarnzio J. et Landolt P., « The study of transnationalism : pitfalls and promise of an emergent research field », in Ethnic and Racial Studies 22 (2) : 217-37, 1999.

Raghuram P., « Gendering skilled migratory streams : implications for conceptualizations of migration », in Asian and Pacific Migration Journal 9 (4), 429-57, 2000.

Raghuram P. et Kofman E., « State, labour markets and immigration : overseas doctors in the UK », in Environment and Planning A, 34, 2002.

Ribas-Mateos, « Women of the South in southern European cities : a globalized domesticity », in Immigration and Place in Metropolitan Metropolises, Lisbon, Latin American Development Foundation, pp. 53-66, 2002.

Piper N. et Roces P. (eds), Marriage and Migration in an Age of Globalisation : Asian women as wives and workers, 2003.

Sassen S., « Women’s burden : counter-geographies of globalization and the feminization of survival », in Journal of International Affairs 53 (2), 503-24, 2000.

« Global cities and survival circuits », in Ehrenreich B. and Hochschild A. (eds), Global Woman. Nannies, maids and sex workers in the new economy, New York, Metropolitan Books, 254-74, 2003.

Thai H., « Clashing dream : highly educated overseas brides and low-wage U.S. husbands », in Ehrenreich, B. and Hochschild A. (eds), Global Woman. Nannies, maids and sex workers in the new economy, New York, Metropolitan Books, 230-53, 2003.

Thang L. MacLahlan E. et Goda M., « Expatriates on the margins : a study of Japanese women working in Singapore », in Geoforum 33, 539-51, 2002

Timur S., « Changing trends and major issues in international migration : an overview of Unesco programmes », in International Social Science Journal 165, 255-68, 2000.

Vertovec S., « Conceiving and studying transnationalism », in Ethnic and Racial Studies 22 (2), 447-62, 1999.

Willis K. et Yeoh B. (eds), Gender and Migration, Cheltenham, 2000.

Elgar E., Yeoh B., Graham E. et Boyle P., « Migrations and family relations in the Asia Pacific region », in Asian and Pacific Migration Journal 11 (1), 1-12, 2002.

Zlotnik H., « Migration and the family : the female perspective », in Asia and Pacific Migration Journal 4 (2-3), 253-71, 1995.

Zontini E., « owards a comparative study of female migrants in Southern Europe : Filipino and Moroccan women in Bologna and Barcelona », in Studi Emigrazione XXXIX, n° 145, 107-134, 2002.

Haut de page

Notes

1   Notre étude de la migration de main d’œuvre qualifiée vue sous l’angle du genre a bénéficié des travaux entrepris dans le cadre d’un programme de recherche universitaire canadien (La migration internationale des femmes diplômées : stratégies migratoires et expériences d’installation, 2002) dont il est prévu qu’il conduira à d’autres analyses comparatives dans ce domaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eléonore Kofman, « Genre et migration internationale », Les cahiers du CEDREF, 12 | 2004, 81-97.

Référence électronique

Eléonore Kofman, « Genre et migration internationale », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 12 | 2004, mis en ligne le 20 juin 2010, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cedref/543

Haut de page

Auteur

Eléonore Kofman

Department of International Studies, Nottingham Trent University, GB.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • OpenEdition Journals